Samsung, l'empire toxique

Mickaël Bazoge |

L'empire de Samsung ne serait bâti que sur le vol, le mensonge et le déni, peut-on lire dans un article long et détaillé de Vanity Fair, tirant un portrait à charge du géant coréen de l'électronique. Et Apple ne serait que la dernière victime du modèle économique occulte du conglomérat, qui consisterait à piller la propriété intellectuelle de la concurrence, inonder le marché avec des copies à bas coût, et faire le dos rond en justice en attendant de sceller un accord à l'amiable - non sans avoir engrangé les parts de marché et les revenus.

Ententes à gogo

L'article de Kurt Eichenwald sur les coulisses peu ragoûtantes de la guerre des smartphones entre Samsung et Apple va au-delà du marché de la téléphonie : l'auteur y décrit un système peu amène mis en place au fil des années par un constructeur qui n'hésiterait pas à contourner les règles du commerce pour s'imposer de force sur les marchés.

La « ville Samsung », à Séoul.

L'article recense quelques unes des malversations dont s'est rendu coupable le chaebol dans les années 1990 et 2000 — un vertige judiciaire : Samsung a noué des ententes illicites avec des pseudo-concurrents sur le marché des dalles CRT (condamné en 2011 et 2012 aux États-Unis et en Europe), de la DRAM (condamné en 2005 aux États-Unis) et des écrans LCD (condamné aux États-Unis en 2006). Cette dernière condamnation est particulièrement intéressante, puisqu'elle intéresse Apple au premier chef.

Une entreprise anonyme baptisée NYer par les dirigeants de Samsung soupçonnait un délit d'entente entre ses fournisseurs d'écrans LCD. Cette victime de la hausse des prix orchestrée notamment par le géant de l'électronique, n'était autre qu'Apple, qui aurait alors pu se tourner vers les autorités antitrust américaines. Plutôt que de risquer une telle infamie, Samsung préféra alors s'adresser en personne au Department of Justice afin de bénéficier d'un programme de « clémence »… non sans balancer au passage les noms des sociétés conspiratrices complices. Samsung a tout de même dû verser des centaines de millions de dollars pour obtenir un arrangement à l'amiable dans ce dossier.

Kim Yong-chul, ancien directeur des affaires juridiques de Samsung. Crédit Reuters/Jae-Ho.

Ces ententes illégales et les condamnations afférentes ont eu le mérite de pousser l'entreprise à coucher sur le papier des règles de bonne conduite, dont elle se pare à la moindre occasion. Malheureusement, il y a souvent loin de la coupe aux lèvres : en 2007, l'incorruptible directeur des affaires juridiques de Samsung Kim Yong-chul dénonce un système de corruption massif : des soupçons de blanchiment d'argent, de collusion, de vol, de falsification de preuves ternissent l'image de marque de l'entreprise dans son pays. La société était visiblement atteinte par la gangrène de la corruption : le président de Samsung a ainsi été convaincu de fraude fiscale à hauteur de 37 millions de dollars.

À la décharge de Samsung, l'entreprise a eu le mérite de placer un chevalier blanc pour faire le ménage dans ses rangs. Mais en sa qualité d'État dans l'État, le mastodonte a largement su passer entre les mailles du filet de la justice coréenne. Kim Yong-chul a rapporté des témoignages — qui n'ont pas abouti en justice — édifiants : certains dirigeants de Samsung n'hésitaient pas à offrir quand il le fallait des sacs de golf bourrés de billets pour calmer les ardeurs de certains responsables de l'État.

Une stratégie prédatrice

Les ententes illicites ayant fini par coûter très cher, Samsung passe en 2010 à une nouvelle stratégie : le vol de propriété intellectuelle. Cette année, la cour de La Haye, aux Pays-Bas, juge que Samsung a enfreint les brevets de Sharp sur la technologie LCD et décide de stopper l'importation en Europe des produits du constructeur qui enfreignent ces brevets. Dans le même temps, l'ITC (le gendarme du commerce aux États-Unis) prend lui aussi la décision de bloquer l'importation des téléviseurs à écran plat du groupe. Pris à la gorge, Samsung noue finalement un arrangement à l'amiable avec Sharp… non sans avoir multiplié les parts de marché au détriment de son concurrent : fin 2009, Samsung détenait 23,6% du marché global des téléviseurs, contre 5,4% pour Sharp.

Un écran plasma de Pioneer, le PDP-5030HD.

Des manigances qui ont déjà été exposées au milieu des années 2000 sur le marché du téléviseur plasma, dont Pioneer est un des pionniers. En 2006, le constructeur japonais porte plainte contre Samsung qui une fois de plus, ne s'est pas privé de mettre à profit les brevets liés à cette technologie — la bataille judiciaire a duré des années, bien que Samsung ait été assez tôt convaincu de l'infraction. Résultat : en 2010, Pioneer ferme sa branche télévision et met à la porte 10 000 personnes.

Cette stratégie prédatrice, qui consiste à piocher sans vergogne dans la propriété intellectuelle de la concurrence puis à multiplier les recours en justice afin de repousser l'inévitable arrangement à l'amiable, a été érigé en modèle économique. Il permet de spolier les constructeurs adverses (qui servent de labos de recherche et développement gracieux) des revenus qu'ils auraient générés si leurs produits innovants n'avaient pas été mis en concurrence déloyale par des copies moins chères.

Il faut rappeler ici que Samsung est un des plus grands détenteurs de brevets au monde. Aux États-Unis en 2013, l'entreprise a ainsi déposé 4 683 demandes de brevets, derrière IBM (2 000 brevets de plus)… et loin devant Apple (1 501 brevets déposés l'an dernier). Longtemps, Samsung a eu une attitude effacée pour la gestion de ses brevets : tant qu'un concurrent n'attaquait pas le groupe en raison d'une infraction à des brevets, Samsung n'allait pas batailler en cour le premier. Cela a changé avec l'iPhone.

L'iPhone rentre en scène

Le 23 mars 2010, J. K. Shin, le patron de la division mobile de Samsung, présente sur la scène du CTIA de Las Vegas un nouveau smartphone, le Galaxy S. À Cupertino, on apprécie bien peu la nouveauté, qui du design aux fonctions en passant par l'emballage, a tout pompé sur l'iPhone. Steve Jobs, furieux comme on peut l'imaginer, et Tim Cook son second ne trouvent pas de terrain d'entente avec le président de Samsung, Jay Y. Lee.

J. K. Shin présente le Galaxy S en 2010. Crédit Reuters/Steve Marcus.

Le 4 août 2010, une délégation d'Apple se rend à un rendez-vous au siège de Samsung dans le centre-ville de Séoul. Cette représentation a pour mission de faire ouvrir les yeux des dirigeants de l'entreprise coréenne, de les mettre devant le fait accompli. Devant la démonstration des responsables d'Apple, un des vice-présidents de Samsung, Seungho Ahn, part dans une colère noire : « Comment osez-vous dire ça ! Comment osez-vous nous accuser de ça ! Nous construisons des téléphones depuis toujours. Nous avons nos propres brevets, et Apple en enfreint probablement quelques-uns ».

Durant les semaines qui ont suivi, un Steve Jobs furibard n'a pas cessé de demander comment les négociations se déroulaient entre les deux groupes, avant que finalement de nouvelles réunions soient décidées. Durant l'une d'entre elles, la délégation d'Apple met sur la table un projet de résolution : Samsung paierait des royalties sur les brevets qui ne sont pas constitutifs du caractère unique de l'iPhone, tandis que le constructeur s'engage à ne plus utiliser les brevets qui font de l'iPhone un produit à part. Peine perdue, Samsung refuse le compromis.

Soulignons qu'Apple s'était montrée particulièrement gourmande. On a ainsi appris, en amont du second procès qui a récemment opposé les deux entreprises, que le constructeur de Cupertino réclamait pas moins de 40$ par unité vendue — des royalties déraisonnables, aucune entreprise n'aurait accepté un tel compromis (lire : Apple est très gourmande sur les royalties réclamées à Samsung).

En attendant que la justice, poussée par une Pomme à bout, démêle l'affaire, Samsung joue la montre et engrange les revenus et les parts de marché au détriment d'Apple. La plainte du créateur de l'iPhone tombe finalement le 15 avril 2011, quelques semaines après la présentation d'un Galaxy Tab de 10 pouces modifié à la va-vite afin de coller au mieux avec l'iPad 2 fraîchement lancé. Samsung était visiblement prêt à cette éventualité, puisque quelques jours plus tard, la société portait plainte contre Apple en Corée du Sud… avant que la guerre judiciaire n'enflamme les tribunaux du monde entier.

Et pendant que la justice fait son travail, la stratégie de Samsung joue à plein : le constructeur est désormais le premier constructeur de smartphones (et de téléphones tout court) au monde, et le deuxième constructeur de tablettes.

Culture d'entreprise

Une anecdote incroyable rapportée par Vanity Fair montre à quel point cette culture a été intégrée par les employés de Samsung. En mars 2011, des enquêteurs des autorités antitrust se sont présentés devant l'usine Samsung de Suwon, au sud de Séoul. Ils y cherchaient des preuves d'une collusion possible entre l'entreprise et les opérateurs du pays visant à fixer les prix des téléphones portables.

Au bout de 30 minutes de palabres avec les responsables de la sécurité, l'équipe a pu finalement pénétrer dans les bâtiments. Ils y ont saisi une vidéo de sécurité montrant l'activité qui régnait alors que les enquêteurs poireautaient au-dehors : on y voit des employés détruire des documents et remplaçant à la va-vite leurs ordinateurs afin de masquer leurs agissements coupables. D'après un membre de l'équipe juridique d'Apple présent à la même époque à Séoul, et qui a eu vent du spectacle incroyable donné dans cette vidéo, un employé aurait même avalé des documents compromettants avant le raid des enquêteurs. Comment lutter contre une telle loyauté ?

Pour passionnant qu'il soit, ce long article de Vanity Fair tombe entre le verdict du second procès et les appels qui commencent à tomber : un timing que l'on peut interroger alors que visiblement, l'auteur a eu des infos de première main en provenance d'Apple. Rappelons que l'entreprise vient d'être condamnée pour infraction à un brevet de Samsung (certes racheté à Hitachi en 2011), que l'amende dont écope Samsung ne représente que 6% de ce que réclamait les avocats de Cupertino et que l'image de l'entreprise a été entachée par une condamnation récente et médiatisée pour entente sur le prix des livres numériques (et n'oublions pas le « cartel de l'embauche » qui s'est achevé sur un accord à l'amiable).

De son côté, Samsung n'a rien d'un enfant de choeur, et la longue litanie de ses méfaits, eux aussi condamnés, en témoignent. Mais ne présenter qu'une vision des choses n'est pas forcément dans le meilleur intérêt d'Apple qui, certes, a souffert des manigances de son concurrent, mais qui n'hésite jamais non plus à jouer les gros bras.


Source
image d'illustration Kārlis Dambrāns
avatar _mabeille_ | 

@ showbiz787

elle est bonne mais je me permet de faire un ajout

les filles + fruit + un naïf=cata.

il fallait un Adam con pour que ça marche... le soucis est de savoir quel groupe est représenté par Adam dans cette comparaison.

avatar killabling | 

Alala, le pire... sa étonne toujours tout le monde que les grosses entreprises volent ou copient.
Vous vous croyez dans un monde ou tout le monde est beau et gentille surtout quand on parle de milliard,non sérieux!!!!.
Cela a toujours fonctionné ainsi et continuera ainsi même après qu'on ne soit plus de ce monde.

avatar CKJBeOS | 

Le pire c'est plutôt de lire que certains essaient de "défendre" cette attitude, en dédouanant un peu les actions de Samsung, genre ah ouais mais Apple c'est pas mieux, blablabla (PS on peut changer Apple par autre chose au cas ou certains seraient frustrés ?).
OK c'est sure mais ça n’enlève en rien ce qui est écrit est qui est édifiant !!!! Au final c'est bien nous client qui sommes de bien gros pigeons ;( en achetant et donc sous une certaine forme en acceptant ;( sniffff

avatar _mabeille_ | 

@CKJBeOS
mon pauvre t'as rien compris, on ne dédouane personne, les certains mettent tout le monde dans le même panier......
la différence est de taille. Bon si tu arrives à la saisir tant mieux.

avatar CKJBeOS | 

a ne pas être clair l’interprétation est trompeuse, donc si je te rassure j'ai tres bien compris (et je ne suis pas "pauvre" ne t'inquiete pas pour moi;) mais les frasques répétitives pro ou anti apple/samsung ne font que mettre de l'huile sur le feu.
Donc je maintient, certains s'expriment de façon a laisser trop d’interprétation et s'en étonnent après ;) inattention ou troll pour nourrir un égo à débattre sans fin ? difficile a dire sans échanger suffisamment sur de multiple sujets.
Ou plus simplement preuve de grande naïveté ?

avatar 8enoit | 

Ces histoires ne font que confirmer que la copie et le vol de technos font partie de l'ADN de Samsung, c.-à-d. de son modèle économique.

avatar Malcolmm | 

Ha l'américanisme tout un programme, c'est vrai que le blanc pureté de sa gamme était si séant pour Apple avec un S.Job ordonnant sa paroisse en guerre contre une Corée ( rappel historique )formée de païens voués au libéralisme amoral (désolé pour le pléonasme), Apple contre Samsung vous tombez encore dans le panneau ?

avatar 8enoit | 

@lmouillart :
'C'est si difficile de voir qu'Apple est une entreprise comme les autres, et que leurs dirigeants sont des requins aux dents longues ?'

Un peu de nuance.
Si il s'agit des aspects pécuniaires,
OUI Apple doit faire du bénéf
OUI elle veut des marges confortables
OUI elle fait de l'ingénierie fiscale pour réduire ses impôts
OUI elle paie chichement certains de ses employés
NON elle n'a pas d'attitude philanthropique vis a vis de ses concurrents

En quoi est-elle donc différente?

Sur son cœur de métier. Les produits qu'elle vend innovent de manière incomparable.
Parce qu'elle est animée à la base par une vision forte, celle de Jobs, qui voulait mettre la technologie informatique partout et à la portée du plus gd nombre, sans rogner nullement sur la qualité (qui a un prix).

avatar _mabeille_ | 

@8enoit

Les produits qu'elle vend innovent de manière incomparable.

oh bin oui c'est pour ça que les utilisateurs pleurnichent quand ils n'innovent pas assez ..... et d'ailleurs je suis un de ceux qui disent qu'on ne pet pas innover en permanence. Je crois que c’est valable pour tout le monde.

Apple ni personne ne peut en permanence bouleverser le marché.

avatar philoo34 | 

@_mabeille_

"oh bin oui c'est pour ça que les utilisateurs pleurnichent quand ils n'innovent pas assez ..... et d'ailleurs je suis un de ceux qui disent qu'on ne pet pas innover en permanence. Je crois que c’est valable pour tout le monde."

Et voilà ! Bingo ! Mission accomplie ! :-)

Comment transformer une discussion sur un article à charge contre Samsung en discussion contre Apple.

Trop fort ... on s'incline ...

avatar Johnny B. Good | 

@mabeille :
Bah dis-donc, ça milite dur.

Il y a une clause qui dit que les messages hors sujet seront supprimés. Tous tes messages ne parlant que d'Apple sur une news qui parle des histoires judiciaires de Samsung, ils sont éligibles.

avatar albapple | 

A tout ceux qui disent que ce site est partisant, je vous rassure que des qu'une info tape sur Apple le site la relai... Mais quand de temps en temps un article tape de l'autre côté... De plus ils ne relatent que l'article du VANITY FAIR... Donc SVP, arrêtez de faire vos chochottes ! Bcp de gens et de fan sont les premiers à se rendre compte et a accepter les grosses embrouilles d'Apple mais aussi celle des autres conçurent de la marque...

avatar lillegubben | 

Vous verrez que si l'iWatch sort un jour on pourra à nouveau comparer les modèles Samsung avant et après.

Pour ce qui est de la copie, rappelez vous ce que l'on disait des constructeurs automobiles japonais, qu'ils copiaient les modèles occidentaux (plus souvent européens qu'américains d'ailleurs), aujourd'hui plus personne ne pense cela, les japonais innovent plus qu'ils copient, sauf peut être le design de certaines berlines où l'on peut retrouver dans un design improbable une moitié de berline allemande à l'arrière.

Cet article de vanity fair est sorti un peu tard, cela fait épreuve de rattrapage, de toute façon je n'ai jamais aimé Samsung, je ne leur connais pas un produit qui soit le meilleur dans sa catégorie, et dans certains domaines comme la photo, je n'imagine même pas d'avoir un boitier de la même marque qu'un frigo ou un aspirateur.

Ils veulent être hégémoniques

avatar umrk | 

J'apporte moi aussi mon soutien à la rédaction de MacG, qui fait preuve d'objectivité, ce qui n'est pas toujours facile (je n'en dirais pas autant de la presse généraliste au sujet d'Apple ...).

S'agissant de la R&D, il faut bien voir que Apple est essentiellement systémier (comme un constructeur aéronautique, ou automobile), et que donc la recherche technologique de base est à la charge des équipementiers (dont Samsung), qui sont ses fournisseurs.

C'est ce qui permet au systémier de s'épargner des recherches coûteuses et très risquées (le succès n'est pas forcément au rendez vous), même si le systémier conserve bien entendu des recherches qu'il est le seul à pouvoir faire.

Bien sûr Apple va en partie vers une intégration verticale (processeurs, mémoires) qui contredisent ce schéma, mais tous les systémiers sélectionnent un petit nombre de technologies clés qui vont leur permettre de se différencier, et qu'ils choisissent donc de prendre en charge "en direct" (les batteries, pour un constructeur de véhicules électriques, par exemple).

Il faut bien comprendre que ces décisions "make or buy" sont constamment remises en cause, car la technologie évolue très rapidement, et que même pour une fonction qui paraît aussi "simple" : l'achat de start ups, il y a nécessairement derrière une forme de R&D, dont la finalité n'est pas de développer une technologie, mais de se tenir au courant du fait qu'elle est devenue techniquement réalisable, et qu'elle pourrait permettre d'apporter un plus aux produits de la société. Cette expertise n'a en effet rien d'évident (ce devrait être également en théorie celle du banquier "capital risque").

avatar Marc Duchesne | 

Pas surprenant du tout. Pour moi, Samsoule = Boycott total. À vie.

avatar mfam | 

mabeille @

elle est bonne mais je me permet de faire un ajout

les filles + fruit + un naïf=cata.

Un autre ajout. La pomme et la fille Eve là,... ce n'est que l'éveil de la conscience. Le contraire de la cata ou de la naïveté.

avatar rikki finefleur | 

Le plus drôle c'est qu'Apple vient dans le dernier procès aux US d’etre condamné lui aussi pour copie.
Et ce n'est pas la première fois..
Ha la presse américaine.. Et dire que certains tombent encore dedans, comme ceux qui cherchent encore les fameuses armes en irak... D'ailleurs on les cherche encore.

Après avoir critiqué les grands formats de Samsung et s'en etre moqué, Apple s’apprête lui aussi a copié ce format..
Bref on se marre bien .. dans cet océan de mauvaise foi, et on attend avec impatience les nouveaux iphones, ceux qu'on ne peut tenir à une main (dixit Jobs !), et qui ne sortiront d'après lui jamais de chez Apple.

;p

avatar Trollolol | 

Un procès contre apple pour dénigrement ça serait drôle. Entre les tablettes 7" où il faut se poncer les doigts pour les utiliser, dixit jobs, et le modèle 3.5" à la taille parfaite et absolue... :)

avatar philoo34 | 

@rikki finefleur

"dans cet océan de mauvaise foi, et on attend avec impatience les nouveaux iphones, ceux qu'on ne peut tenir à une main (dixit Jobs !), et qui ne sortiront d'après lui jamais de chez Apple."

Non , pas tenir d'une main , ça c'est toujours possible , pas de soucis .
Le problème c'est de pouvoir s'en servir facilement d'une main , c'est carrément pas pareil mais tu es pas du style à faire dans la nuance ... :-)

Après si on peut pas se servir du 6 la Tu pourras te défouler , mais on y es pas encore.
Patience , je sais que ça te démanges ...

avatar RBC | 

Tu devrais tout de même rajouter pour être plus exact que le seul brevet que Samsung a pu opposer à ceux d'Apple est un brevet que le Coréen a acheté à Hitachi et qu'Apple a été condamné à payer 158400 $ même pas de quoi rembourser les frais d'avocats.
Alors d'où viennent les soit disant innovations du Chaebol ? Hein vas y Mr Riki le finot, expliques nous pourquoi chez Samsung ils n'ont pas déposé un seul brevet qu'ils pourraient opposer à ceux d'Apple alors qu'ils en déposent par milliers ?

avatar rikki finefleur | 

Il n'y a aucune finauderie, juste se marrer.. ou rigoler ..
Ce ne sont que des boites commerciales. Tu sembles l'oublier.
Tout comme oublier qu'apple a perdu pas mal de procès pour copie ou utilisation frauduleuse de brevets.
Bref Apple copie, samsung copie. Bah ca ne changera pas nos vies.
Par contre il ya lieu de s'interroger sur les brevets.

Rien ne vaut le bon neonode
D'ailleurs qui peut dire si apple n'a pas copié ce phone ? Personne.
Pourtant tout y est , les apps , le délockage par mouvement, les transitions . Ha oui c'était une boite européenne , que l'on peut piller..
https://www.youtube.com/watch?v=Tj-KS2kfIr0
Voila pourtant un document a remettre au procès.

avatar Yyyes | 

Ce qui est drôle, c'est que non seulement certains semblent découvrir que Samsung est une boîte qui copie tout le monde, mais que surtout qu'il y a des gens pour s'acharner à dire le contraire. Ils ont toujours copié, et copié tout le monde, des magnétoscopes aux smartphones. Apple est loin d'être le seul concerné.
Qu'ils soient les seuls (pour l'instant) à pouvoir concurrencer la pomme semble aux hatters une raison impérieuse de défendre contre vent et marré cette bien triste boîte.

Mais ne vous inquiétez pas, Huawei (et certainement d'autres chinois dans la foulée) arrivent. Ils copient aussi bien qu'à Samsung et ils sont moins chers...
Quand on propose des produits sans aucune différenciation par rapport à ce que n'importe quelle autre boîte peut proposer, on a plus que le prix pour essayer de maintenir ses parts de marché.
Samsung ne sais RIEN faire qu'un chinois ne sais lui aussi faire, et les artifices marketing ça ne dure jamais très longtemps. Rendez-vous dans 3 ans...

avatar ELRITON | 

Le sujet est de savoir quelle est la "moralité" de Samsung.
Personnellement j'y ai traîné mes guêtres mais en tant que prestataire extérieur, par contre voilà en copier collé l'avis d'une personne qui fût jusqu'il y a pas très longtemps patronne du service juridique en France :

J’avais déjà remarqué dans les années 2005, que Samsung était beaucoup plus jalouse de ses propres brevets que de ceux des autres… Limite paranoïaque, d’ailleurs. Le service des brevets était très développé pour le dépôt et la surveillance. Mais rien ou presque pour négocier avec les inventeurs des autres marques. Le mot d’ordre était d’étouffer au plus vite l’affaire, soit en mettant sous la pile, soit en négociant au plus juste, soit en étouffant le mieux possible. Cela en a énervé plus d’un et cela continue… Copier et ne pas être copié, telle était notre devise !

avatar Yyyes | 

@ELRITON :
Intéressant, tu tiens ça de quelle source ?

avatar ELRITON | 

La source je la connais depuis 35 ans mais même sous la torture je ne donnerai pas son nom.
Les mots que j'ai copiés collés dans mon post sont sa réponse à l'article de Vanity Fair dont je lui ai envoyé le lien.
Elle aurait de quoi en raconter beaucoup sur les pratiques du coréen en dehors des brevets.
Par exemple pourquoi autant de Coréens sont au siège de Samsung France... c'est à croire que les Français n'ont pas le niveau pour faire la compta, oh que suis je bête... j'ai oublié qu'un français ne sait pas magouiller à la coréenne voila pourquoi.

avatar esclandre | 

@ELRITON :
toi t'as vu taxi , la technique du coréen mdrrrr

avatar rikki finefleur | 

Il faut dire a ce cher RBC, qu'apple à l'origine , a même copié ce bon vieux minitel comme l'a reconnu un représentant d'apple à Paris, pour créer la forme du mac se.
En effet on y retrouve exactement la poignée et le dos arriere, bien propre au minitel et donc au mac SE . Cette forme monobloc avec sa poignée fit le succès du mac SE.

Minitel que cet employé d'apple avait envoyé à Cupertino en douce. Chose interdite d'ailleurs.
Ben oui, on finit au fil du temps par découvrir de curieuse histoire, que l'on n'aurait pu imaginer.
Étonnant , non ?

avatar kac | 

Quelqu'un peut passer le numéro de Kim Hong Un a Tim Cool ?
MacG au vu de certaines diatribles que débitent certains (des lmoullart a julien76) ici je trouve qu'il serait intéressant de mettre en place un système de notation de commentaires comme sur Disqus ou le Journaldugeek

avatar xavier25 | 

Bon je ne connais pas tous les domaines où Samsung excelle, mais pour ce que je connais dans les ordinateurs, voilà l'innovation d'apple que l'on peut constater au quotidien :

hard :
- trackpad des macbook
- Mag Safe

soft :
- OS

Pour les smartphones et tablettes,

hard :
- multitouch

soft :
- OS

Samsung n'a jamais innové, et c'est simple à voir, dans les quelques points que je viens de citer, ils n'ont pas d'équivalent. On ne peut pas sortir un produit innovant avec un OS qu'on ne fait pas soit même à mon avis. Et les histoires de surcouches, ça s'appelle un cache misère. Je pense que l'on peut largement agrandir cette liste et parvenir au même résultat, et dans s'autres domaines.

Après ça ne m'empêche pas d'avoir une TV, un frigo et je ne sais plus trop quoi de produits Samsung, mais c'est surtout à cause de leur prix. Et leur succès s'explique là dessus, on prend une idée on la produit en grande quantité donc on vent moins cher. Mais au fond, cette boite n'a aucune identité. Que ce soit les ordinateurs (ça ressemble à des Vaio), les smartpones (ça ressemble à des iPhone), les tablettes (ipad), les TV (Sony, Phillips), aspirateurs (Dyson), Samsung ça donne l'impression d'avoir une grande marque à moindre coût. Tant et si bien que l'on finit par penser que c'est une grande marque et que ce sont eux qui tirent vers le haut l'industrie...

avatar kac | 

Tu as (surement) Free, tu as tout compris !

avatar lmouillart | 

[supprimé]

Pages

CONNEXION UTILISATEUR