Samsung, l'empire toxique

Mickaël Bazoge |

L'empire de Samsung ne serait bâti que sur le vol, le mensonge et le déni, peut-on lire dans un article long et détaillé de Vanity Fair, tirant un portrait à charge du géant coréen de l'électronique. Et Apple ne serait que la dernière victime du modèle économique occulte du conglomérat, qui consisterait à piller la propriété intellectuelle de la concurrence, inonder le marché avec des copies à bas coût, et faire le dos rond en justice en attendant de sceller un accord à l'amiable - non sans avoir engrangé les parts de marché et les revenus.

Ententes à gogo

L'article de Kurt Eichenwald sur les coulisses peu ragoûtantes de la guerre des smartphones entre Samsung et Apple va au-delà du marché de la téléphonie : l'auteur y décrit un système peu amène mis en place au fil des années par un constructeur qui n'hésiterait pas à contourner les règles du commerce pour s'imposer de force sur les marchés.

La « ville Samsung », à Séoul.

L'article recense quelques unes des malversations dont s'est rendu coupable le chaebol dans les années 1990 et 2000 — un vertige judiciaire : Samsung a noué des ententes illicites avec des pseudo-concurrents sur le marché des dalles CRT (condamné en 2011 et 2012 aux États-Unis et en Europe), de la DRAM (condamné en 2005 aux États-Unis) et des écrans LCD (condamné aux États-Unis en 2006). Cette dernière condamnation est particulièrement intéressante, puisqu'elle intéresse Apple au premier chef.

Une entreprise anonyme baptisée NYer par les dirigeants de Samsung soupçonnait un délit d'entente entre ses fournisseurs d'écrans LCD. Cette victime de la hausse des prix orchestrée notamment par le géant de l'électronique, n'était autre qu'Apple, qui aurait alors pu se tourner vers les autorités antitrust américaines. Plutôt que de risquer une telle infamie, Samsung préféra alors s'adresser en personne au Department of Justice afin de bénéficier d'un programme de « clémence »… non sans balancer au passage les noms des sociétés conspiratrices complices. Samsung a tout de même dû verser des centaines de millions de dollars pour obtenir un arrangement à l'amiable dans ce dossier.

Kim Yong-chul, ancien directeur des affaires juridiques de Samsung. Crédit Reuters/Jae-Ho.

Ces ententes illégales et les condamnations afférentes ont eu le mérite de pousser l'entreprise à coucher sur le papier des règles de bonne conduite, dont elle se pare à la moindre occasion. Malheureusement, il y a souvent loin de la coupe aux lèvres : en 2007, l'incorruptible directeur des affaires juridiques de Samsung Kim Yong-chul dénonce un système de corruption massif : des soupçons de blanchiment d'argent, de collusion, de vol, de falsification de preuves ternissent l'image de marque de l'entreprise dans son pays. La société était visiblement atteinte par la gangrène de la corruption : le président de Samsung a ainsi été convaincu de fraude fiscale à hauteur de 37 millions de dollars.

À la décharge de Samsung, l'entreprise a eu le mérite de placer un chevalier blanc pour faire le ménage dans ses rangs. Mais en sa qualité d'État dans l'État, le mastodonte a largement su passer entre les mailles du filet de la justice coréenne. Kim Yong-chul a rapporté des témoignages — qui n'ont pas abouti en justice — édifiants : certains dirigeants de Samsung n'hésitaient pas à offrir quand il le fallait des sacs de golf bourrés de billets pour calmer les ardeurs de certains responsables de l'État.

Une stratégie prédatrice

Les ententes illicites ayant fini par coûter très cher, Samsung passe en 2010 à une nouvelle stratégie : le vol de propriété intellectuelle. Cette année, la cour de La Haye, aux Pays-Bas, juge que Samsung a enfreint les brevets de Sharp sur la technologie LCD et décide de stopper l'importation en Europe des produits du constructeur qui enfreignent ces brevets. Dans le même temps, l'ITC (le gendarme du commerce aux États-Unis) prend lui aussi la décision de bloquer l'importation des téléviseurs à écran plat du groupe. Pris à la gorge, Samsung noue finalement un arrangement à l'amiable avec Sharp… non sans avoir multiplié les parts de marché au détriment de son concurrent : fin 2009, Samsung détenait 23,6% du marché global des téléviseurs, contre 5,4% pour Sharp.

Un écran plasma de Pioneer, le PDP-5030HD.

Des manigances qui ont déjà été exposées au milieu des années 2000 sur le marché du téléviseur plasma, dont Pioneer est un des pionniers. En 2006, le constructeur japonais porte plainte contre Samsung qui une fois de plus, ne s'est pas privé de mettre à profit les brevets liés à cette technologie — la bataille judiciaire a duré des années, bien que Samsung ait été assez tôt convaincu de l'infraction. Résultat : en 2010, Pioneer ferme sa branche télévision et met à la porte 10 000 personnes.

Cette stratégie prédatrice, qui consiste à piocher sans vergogne dans la propriété intellectuelle de la concurrence puis à multiplier les recours en justice afin de repousser l'inévitable arrangement à l'amiable, a été érigé en modèle économique. Il permet de spolier les constructeurs adverses (qui servent de labos de recherche et développement gracieux) des revenus qu'ils auraient générés si leurs produits innovants n'avaient pas été mis en concurrence déloyale par des copies moins chères.

Il faut rappeler ici que Samsung est un des plus grands détenteurs de brevets au monde. Aux États-Unis en 2013, l'entreprise a ainsi déposé 4 683 demandes de brevets, derrière IBM (2 000 brevets de plus)… et loin devant Apple (1 501 brevets déposés l'an dernier). Longtemps, Samsung a eu une attitude effacée pour la gestion de ses brevets : tant qu'un concurrent n'attaquait pas le groupe en raison d'une infraction à des brevets, Samsung n'allait pas batailler en cour le premier. Cela a changé avec l'iPhone.

L'iPhone rentre en scène

Le 23 mars 2010, J. K. Shin, le patron de la division mobile de Samsung, présente sur la scène du CTIA de Las Vegas un nouveau smartphone, le Galaxy S. À Cupertino, on apprécie bien peu la nouveauté, qui du design aux fonctions en passant par l'emballage, a tout pompé sur l'iPhone. Steve Jobs, furieux comme on peut l'imaginer, et Tim Cook son second ne trouvent pas de terrain d'entente avec le président de Samsung, Jay Y. Lee.

J. K. Shin présente le Galaxy S en 2010. Crédit Reuters/Steve Marcus.

Le 4 août 2010, une délégation d'Apple se rend à un rendez-vous au siège de Samsung dans le centre-ville de Séoul. Cette représentation a pour mission de faire ouvrir les yeux des dirigeants de l'entreprise coréenne, de les mettre devant le fait accompli. Devant la démonstration des responsables d'Apple, un des vice-présidents de Samsung, Seungho Ahn, part dans une colère noire : « Comment osez-vous dire ça ! Comment osez-vous nous accuser de ça ! Nous construisons des téléphones depuis toujours. Nous avons nos propres brevets, et Apple en enfreint probablement quelques-uns ».

Durant les semaines qui ont suivi, un Steve Jobs furibard n'a pas cessé de demander comment les négociations se déroulaient entre les deux groupes, avant que finalement de nouvelles réunions soient décidées. Durant l'une d'entre elles, la délégation d'Apple met sur la table un projet de résolution : Samsung paierait des royalties sur les brevets qui ne sont pas constitutifs du caractère unique de l'iPhone, tandis que le constructeur s'engage à ne plus utiliser les brevets qui font de l'iPhone un produit à part. Peine perdue, Samsung refuse le compromis.

Soulignons qu'Apple s'était montrée particulièrement gourmande. On a ainsi appris, en amont du second procès qui a récemment opposé les deux entreprises, que le constructeur de Cupertino réclamait pas moins de 40$ par unité vendue — des royalties déraisonnables, aucune entreprise n'aurait accepté un tel compromis (lire : Apple est très gourmande sur les royalties réclamées à Samsung).

En attendant que la justice, poussée par une Pomme à bout, démêle l'affaire, Samsung joue la montre et engrange les revenus et les parts de marché au détriment d'Apple. La plainte du créateur de l'iPhone tombe finalement le 15 avril 2011, quelques semaines après la présentation d'un Galaxy Tab de 10 pouces modifié à la va-vite afin de coller au mieux avec l'iPad 2 fraîchement lancé. Samsung était visiblement prêt à cette éventualité, puisque quelques jours plus tard, la société portait plainte contre Apple en Corée du Sud… avant que la guerre judiciaire n'enflamme les tribunaux du monde entier.

Et pendant que la justice fait son travail, la stratégie de Samsung joue à plein : le constructeur est désormais le premier constructeur de smartphones (et de téléphones tout court) au monde, et le deuxième constructeur de tablettes.

Culture d'entreprise

Une anecdote incroyable rapportée par Vanity Fair montre à quel point cette culture a été intégrée par les employés de Samsung. En mars 2011, des enquêteurs des autorités antitrust se sont présentés devant l'usine Samsung de Suwon, au sud de Séoul. Ils y cherchaient des preuves d'une collusion possible entre l'entreprise et les opérateurs du pays visant à fixer les prix des téléphones portables.

Au bout de 30 minutes de palabres avec les responsables de la sécurité, l'équipe a pu finalement pénétrer dans les bâtiments. Ils y ont saisi une vidéo de sécurité montrant l'activité qui régnait alors que les enquêteurs poireautaient au-dehors : on y voit des employés détruire des documents et remplaçant à la va-vite leurs ordinateurs afin de masquer leurs agissements coupables. D'après un membre de l'équipe juridique d'Apple présent à la même époque à Séoul, et qui a eu vent du spectacle incroyable donné dans cette vidéo, un employé aurait même avalé des documents compromettants avant le raid des enquêteurs. Comment lutter contre une telle loyauté ?

Pour passionnant qu'il soit, ce long article de Vanity Fair tombe entre le verdict du second procès et les appels qui commencent à tomber : un timing que l'on peut interroger alors que visiblement, l'auteur a eu des infos de première main en provenance d'Apple. Rappelons que l'entreprise vient d'être condamnée pour infraction à un brevet de Samsung (certes racheté à Hitachi en 2011), que l'amende dont écope Samsung ne représente que 6% de ce que réclamait les avocats de Cupertino et que l'image de l'entreprise a été entachée par une condamnation récente et médiatisée pour entente sur le prix des livres numériques (et n'oublions pas le « cartel de l'embauche » qui s'est achevé sur un accord à l'amiable).

De son côté, Samsung n'a rien d'un enfant de choeur, et la longue litanie de ses méfaits, eux aussi condamnés, en témoignent. Mais ne présenter qu'une vision des choses n'est pas forcément dans le meilleur intérêt d'Apple qui, certes, a souffert des manigances de son concurrent, mais qui n'hésite jamais non plus à jouer les gros bras.


Source
image d'illustration Kārlis Dambrāns
avatar Floklein | 

Je ne vais pas crier aux fanboys comme beaucoup le font, juste donner une petite critique que j'espère constructive : l'article aurait pu être plus nuancé.. Avec des termes moins forts que "toxique" par ex. Mais ce n'est que mon avis !

avatar negaca | 

Ça me fait marrer tout ces trolls et haters qui viennent commenter sur macge en disant "la ligne éditoriale est biaisée à charge".
Quand on regarde de l'autre côté (Frandroid), c'est encore plus à charge dans le sens opposé. C'est drôle.

Enfin je pense que macge est le site d'actualité de l'univers Apple avec le ton le plus journalistique actuellement. Les autres sont plutôt des blogs améliorés avec plus ou moins une communauté derrière.

Je parle même pas des sites Android qui sont plus des hybrides torchon-papierQ qu'autre chose, très loin du journalisme.

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Pascal-007 | 

Ce qui est lassant dans tout ça, c'est de voir à quel point Android et Samsung ont réussi à se fabriquer un image plus blanc que blanc auprès du grand public, alors que Apple est traité avec des critères tout à fait différents.

Depuis quelques mois, l'image de Google se ternit de plus en plus, et c'est très bien ainsi.

Enfin, des articles commencent à sortir pour dénoncer le mensonge de la pureté samsungienne.

Bientôt des articles pour remettre en perspective la fiabilité de Android (et son partage incontrôlé de données avec Google) ?

Il ne restera plus qu'à interner lmouillart et ce sera parfait !

avatar frankm | 

Ils se présentent eux mêmes comme des "suiveurs rapides"

avatar bugman | 

Oh oh oh ! C'est bien chaud ici ! :)

avatar Steve9 | 

Samsung est une compagnie sale et leur produit est mal copié.

avatar jackhal | 

Au fait, l'article se contente du cadre de Vanity Fair mais il y a plein d'autres histoires sur Samsung.
Restons-en aux brevets : des employés américains racontent un truc assez dingue. Les demandes de brevet doivent d'abord être validés par la maison-mère en Corée. En fait la maison mère dépose directement les brevets, mais les noms des auteurs originaux sont remplacés par d'autres, d'employés Coréens.

Bien sûr les américains n'ont pas le même sens de la loyauté envers leur entreprise que celui de l'article prêt à avaler des documents compromettants ; ceux qui rapportaient ces faits se sont donc barré aussi sec. Une telle pratique ne peut pas être appliquée sans faire fuir les gens talentueux, ça ne devrait donc pas durer.

Reste que rien que l'idée de virer le nom de l'inventeur de sa propre découverte... c'est sacrément méprisant et ça montre une conception bien particulière de la notion de propriété intellectuelle.

avatar mfam | 

@julien76

C'est bien certain que Samsung ne semble pas vouloir rester discret surtout dans les cas litigieux. Mais je dirais ... qu'on te voit réagir au moins dans 80% des articles ... à moins que je ne te relis que par hasard. ;)

avatar julien76 | 

@mfam :
Le hasard fait bien les choses :p après c'est peut être moi qui me fait des films mais je sature de voir des news Samsung a fait ci Samsung a fait ça . Quitte à parler vraiment de la concurrence , autant parler un peu de tout le monde que de se concentrer sur le coréen . Il y a, a dire sur Nokia , htc , lg, Sony, et ils font aussi bien voir même mieux que Samsung .

avatar Domsou | 

@julien76 :
Les autres concurrents ne sont pas sous les feux de l'actualité Apple.
Et ne sont pas dans des procédures aussi vastes avec / contre Apple.

Et puis tu n'es pas obligé de lire une nouvelle; tu peux faire le tri aussi.

avatar mfam | 

@julien76

Ils font mieux que Samsung, peut-être parce qu'ils copient moins. :p

avatar Vanton | 

@julien76 :
MacG a testé le HTC m8 y a pas 15j... On a aussi régulièrement des tests de produits Motorola, amazon, des infos sur windows phone...

Tu leur fais un faux procès

avatar iRobot 5S | 

on a même eu droit aux rumeurs sur le LG G2

avatar alan63 | 

Article à charge au timing pommé
Personne n'étant blanc , ni Samsung ni Apple
Bref.....

avatar Domsou | 

@alan63 :
Article à charge relatant des faits avérés tout de même.
Belle mentalité ! Personne n'étant tout blanc alors on laisse agir Samsung en fermant les yeux.

avatar Silverscreen | 

@ lmouillart, mabeille et cie

Apple n'est sûrement pas un enfant de coeur mais il y a une grosse marge entre lobbying (tiens, au fait, on peut parler du budget lobbying de Google, bien supérieur à celui d'Apple) et corruption de fonctionnaires d'état.

Idem, il y a une grosse différence entre une condamnation pour entente illicite dans un secteur où on est le petit poucet (iBooks vs Amazon) et la même chose reproduite tous les 2-3 ans dans les secteurs où on est poids lourd (lcd, crt, plasma).

Apple n'a jamais eu son fondateur condamné à titre personnel pour corruption, évasion fiscale etc avant d'être amnistié par les mêmes fonctionnaires d'état dont il avait graissé la patte.

Enfin l'article de Vanity Fair n'est pas non plus exhaustif : il laisse de côté les procès de Dyson, Nokia et, même, LG contre Samsung pour les mêmes types faits (copie, pratiques illégales)

Mettre dans la même balance Apple et Samsung au sujet de la légalité de leurs pratiques, c'est carrément abusé... Apple c'est des gros noobs à ce jeu là, comparé à Samsung...

avatar lmouillart | 

[supprimé]

avatar Lennart | 

Il y a plusieurs décennies ce sont des sociétés japonaises qui étaient accusées de tous les maux puisqu'elles bousculaient la suprématie américaine sur des secteurs comme l'automobile, l'électronique etc.

avatar Yves SG | 

Ce n'est pas mon souvenir. Il y a quelques décennie au contraire toute l'industrie occidentale était en ordre de marche pour suivre le "model japonais"

avatar Tnt1701 | 

Et après on s'étonne qu'Apple tente de défendre ses positions face à ces requins professionnels.
Et le pire, c'est que les fans de samsung cautionnent leurs actes, comme s'ils étaient formatés, hypnotisés... dans leur cas, il n'y a plus rien à faire à part une médication plus forte.

avatar Manu | 

Arrêtez donc de taper sur lmouillart, visiblement c'est un fanboy caché. Il faut vachement aimer Apple pour être aussi dur. De plus avec des arguments...... au lait.

avatar en ballade | 

Beaucoup de commentaires a l'égard de cette société coreenne . j'aimerais juste au en France on puisse avoir une telle technologie. Qu'elle copie une s té américaine je ne vois aucun problème les USA ne sont pas modèle de sainteté... Loin de la

avatar rondex8002 (non vérifié) | 

Tu as pas mal de petites sociétés high-tech innovante et montante en France. Qui risque par ailleurs de se faire manger par les gros !
Par exemple Netatmo.

avatar wxcvbn22 | 

Les commentaires sont vraiment affligeants. Heureusement que Samsung est la pour que Apple and co se bougent le cul sinon on aurait encore un iPhone 4s evo 2.

avatar Hesperus | 

@innocente :
@Ze_misanthrope
Ce qui est dommage sur ce site, c'est qu'aussitôt qu'une remarque est formulée, elle est tournée en dérision et n'est absolument pas considérée.
Ce sont généralement des avis constructifs ou des ressentis de lecteurs plutôt avisés.
C'est très amusant de voir comme ces remarque sont vécues comme des attaques personnelles...

avatar Yohmi | 

Un certain nombre de commentaires affligeants, des deux côtés (de ceux qui nient à ceux qui haïssent, sans parler de ceux qui osent critiquer la ligne éditoriale o.o). Les passions se déchaînent…

Histoire d'apporter un peu à cet article (qui rappellons-le ne fait que nuancer un article assez violent de Vanity Fair), je vais partager mon expérience en tant qu'expatrié en Asie (j'en avais parlé sur une brève précédente, mais je pense que c'est bon de le partager à nouveau sur ce long article). C'est assez intéressant voir comment la Corée est vue ici. À Taïwan, elle est souvent considérée comme déloyale et plagiaire. Je l'ai entendu de la bouche de nombreuses personnes (toutes générations confondues !) que j'ai pu rencontrer (et non, pas tout le monde, j'en connais qui adorent la Corée du Sud, bien sûr). Et je ne parle pas d'électronique, mais carrément de culture (traditions, par exemple…). C'est a priori quelque chose de courant en Corée de s'approprier ce dont d'autres sont à l'origine.

La première fois, j'ai trouvé la coïncidence amusante, je me suis dit « ah ben j'suis tombé sur un type qui ne les aime pas, pour des raisons voisines de ce qui divise les gens au sujet de ces procès ». Mais c'est pas qu'un type, et c'est pas qu'au sujet d'Apple (qui n'est pas franchement le genre de sujet que j'aborde avec les gens que je rencontre). Ce n'était pas une coïncidence.
J'ai bien peur que ce soit, en effet, culturel (ce qui ne le rend pas acceptable pour autant, en tout cas sur un marché international).

C'est un peu comme le respect du copyright, dans pas mal de pays d'Asie par exemple, on s'en fiche complètement (et sans mauvaise arrière-pensée !), alors qu'en Europe ou aux États-Unis, on ne plaisante pas avec ça.

avatar iPoivre | 

@Yohmi :
Dans les pays asiatiques, il y a un certain honneur à se voir copié, c'est comme une reconnaissance de qualité. C'est pour cela que le marché de la contrefaçon est bien mieux accueilli la-bas que dans nos pays occidentaux. Et comme tu le dis on le voit dans bien d'autres marchés que la téléphonie ou l'électronique. L'automobile par exemple ou bon nombre des designs de marques françaises, italiennes ou allemande sont repris par des marques locales.

Le problème de cette culture dans le monde de la téléphonie c'est son aspect beaucoup plus global et rapide, qui fait que les marques occidentales et asiatiques se confrontent directement et fréquemment sur tous les marchés.

Pour revenir au reste des commentaires, je suis désolé de voir que beaucoup ne sont pas capables d'être objectifs afin d'avoir une discussion sensée.

PS : Je suis d'accord avec un commentaire beaucoup plus haut, un système se type Disqus serait très intéressant, surtout pour les articles de ce genre apportant beaucoup de réactions.

avatar iRobot 5S | 

@avatar iPoivre

vas directement sur le site pour avoir le système de discussion.

avatar melvyn71 | 

J'ai lu les commentaires, et je doit avouer avoir bien ri ^^ merci les fanboy Samsung

avatar kokob44 | 

J'aime vraiment vos articles. A chaque fois il n'y a pas une opinion tranchée du style Samsung c'est le mauvais, et Apple c'est le meilleur. Quand on lit vos articles, on sent qu'on peut avoir confiance en ce qu'on lit..

Continuez comme ça.

avatar rondex8002 (non vérifié) | 

Ben oui, c'est le principe du journalisme. Avoir une opinion !? De toute façon c'est quasi impossible d'écrire un article analytique et complet sans aucun point de vue.

avatar CastorJR | 

Bonjour,
"..Aux États-Unis en 2013, l'entreprise a ainsi déposé 4 683 demandes de brevets, derrière IBM (2 000 brevets de plus)…."

La tournure de phrase est maladroite, comment Samsung peut être derrière IBM avec 4683 brevets contre 2000 pour IBM ?

avatar Average Joe | 

Non, c'est que IBM a publié mettons 6 683 brevets contre 4 683 pour Samsung. C'est comme cela qu'il faut le lire.

avatar jazz678 | 

@CastorJR

2000 brevets DE PLUS!. Donc plus de 6600 brevets pour IBM. Tu sais lire?

avatar Cem | 

Genial les commentaires,
+10000 pour @lmouillart,
Ce n'est pas parce que votre voisin est un voleur que vous avez le droit de voler...

avatar pcb92400 | 

Un axe de réflexion : quelle bande d'enculés tous autant qu'ils sont.

avatar NoxDiurna | 

Mouais. Un article sensationnaliste moralisateur venant des États-Unis, qui estiment avoir été "volé" par les Asiatiques. On a eu pas mal d'articles de ce type quand Daewoo voulait racheter Thomson.

Sinon, pour la culture de Samsung, c'est une grande société immorale. Elle fait des choses pas très légales. IBM a fabriqué des calculateurs qui a aidé le massacre des juifs. Apple s'en fiche des brevets des autres quand il s'obstine à les utiliser pour ses produits. (En générale, les détenteurs de brevets informent Apple sans trop de succès)

Par contre, une chose est sûre. Que ce soit Samsung ou LG ou Hyundai, ce sont les entreprises ayant grandi sous la protection des dictateurs et ils ont conservé quelque part cette culture de bandit. Mais ce type de comportements est souvent commun chez les grandes sociétés de toute façon.

avatar Patrick75 | 

@misterdouglas :
Prouves le au lieu de nous assommer avec ce genre de remarques !!! Si tu ne supportes pas le succès et la réussite de certains, c'est ton problème et ce n'est pas la peine de t'abriter derrière des allégations invérifiables et fausses !!!! Typiques du parti qui nous gouverne !

avatar Oracle | 

Quand je vais sur MacG je ne lis que les articles qui m'intéressent, c'est à dire que je lis quasiment tout, sauf ce qui concerne les accessoires.

Il ne me viendrait pas à l'esprit la moindre seconde d'aller sur les billets relatifs à des accessoires pour poster des commentaire du type "arrêtez de nous gaver avec ça, j'en ai marre que mon quotidien de non consommateur d'accessoires soit pollué par 80% de news accessoires" (80% car il est toujours de bon ton d'exagérer dans ces cas).

Que ceux que l'actualité Samsung ennuient s'épargnent de lire les billets sur Samsung et leurs problèmes existentiels seront réglés.

Il y a souvent des articles sur Google, Motorola, HTC, Nokia, Microsoft... On voit même encore des articles sur webOS ! Effectivement on parle ici plus souvent de Samsung que des autres concurrents, mais est-ce vraiment surprenant : c'est le leader donc plus d'actualité, c'est la société en procès avec Apple à répétition et notamment en ce moment, donc encore plus d'actualité, et c'est la société qui tente d'intégrer/copier les nouveautés Apple ce qui mérite des comparatifs. (En aparté, OMG le capteur d'empreinte, non mais sérieusement, ils ont pas honte de sortir un truc pareil après ce qu'a proposé Apple ? C'est une véritable insulte à leurs consommateurs !)

La balance des articles Apple / reste du monde me semble plutôt équilibrée.

Quant à la ligne partisane de la rédaction je vous trouve bien sévère, ou bien aveugle, les billets à charge contre Apple ou qui présenteraient une vision moins édulcorée d'Apple sont nombreux, MacG y va franchement, ils nous ont arrosé de nombreux billets sur le sujet des ententes contre le débauchage, sur les prix des ibooks, sur les témoignages qui démontrent un Steve Jobs un brin psychopathe, sur l'échec du 5c, ils ont même été jusqu'à parler du torche-balle édité par un journaliste en mal de notoriété, lui donnant de fait une visibilité qu'il ne méritait pas au vu de la pauvreté journalistique du méfait.

Merci MacG

avatar rondex8002 (non vérifié) | 

+1. Très bon commentaire. Totalement d'accord avec toi.

avatar Clébert | 

Je n'ai pas tout lu, ça ne m'intéresse pas vraiment cette guéguerre, mais en voyant l'image montrant les téléphones Samsung avant et après l'iPhone, je me dis qu'au final, les appareils sensés être des copies sont simplement un écran au format 16/10 pour que ça tienne dans la main entourés d'une coque. Depuis que l'écran tactile a pu être adapté aux téléphones et donc depuis l'iPhone, grosso modo.

Alors, il me vient une autre remarque: qui a inventé le premier ordinateur portable avec un écran, un clavier et un trackpad? Toutes les autres marques sont-elles des copies? Qui a inventé la souris avec deux clics et une roulette? Qui a inventé la table carrée avec quatre pieds?
Bref, quand je regarde les téléphones samsung, je ne vois qu'un smartphone tactile, on ne peut pas parler de copie pure et simple de l'iPhone, à mon sens.

avatar cpswiss | 

Je te conseille alors de lire l'article !

avatar VanZoo | 

En gros, les brevets ne servent à pas grand chose... Tu écoules un max de produits et tu payes ensuite un petit pourcentage en compensation
Fuck Samsung !

avatar Yves_M | 

Pour compléter, l'article du Monde Diplomatique «Samsung ou l’empire de la peur» :
http://www.monde-diplomatique.fr/2013/07/BULARD/49317

avatar ddrmysti | 

Nan ça compte pas, nos troll habituel vont te dire que c'est un journal pro apple anti samsung tenu par des fanboy, tout ça. C'est bien connu, quand tu crache à longueur de temps sur apple et ses utilisateurs sans raison, c'est que tu es une personne objective, quand tu ne fait pas de la lèche pure et dure aux concurrent d'apple c'est que t'es un sale fanboy lobotomisé. En gros tu n'as le droit de ne présenter que les faits qui font du tort à apple, si tu présente des faits qui vont dans leur sens ça ne compte pas !

avatar Domsou | 

@Yves_M :
Merci pour ce lien.

avatar gloupsy | 

Cet article décrit avec beaucoup de justesse le système de fonctionnement de Samsung ... qui n'est rien d'autre que la copie conforme du système ultra-capitaliste américain : l'exemple le plus connu pour les aficionados d'Apple en étant Microsoft avec MacOS, mais cette philosophie de fonctionnement n'est en rien limité à cet exemple : il a été érigé en modèle au pays de l'oncle Sam.

On pourrait dire qu'encore une fois, Samsung n'a rien inventé : c'est aussi de la copie ... simplement, l'élève a dépassé le maître.

avatar senze | 

@lmouillart
"On est dans le même cas avec Samsung. Les technologies primitives d'Apple sont peaufinées et amenée au paroxysme de l'excellence par Samsung"

merci merci merci

ça fait du bien de rire au moins une fois par jour.

Je ne cite pas le reste, prendrait trop de place.

Comme dit plus haut tu es en général bcp plus constructif

avatar tyga tiger | 

Apple c'est blanche neige ( d'où la pomme )

Pages

CONNEXION UTILISATEUR