En France, Apple Retail a refusé une plus grande flexibilité pour le télétravail de ses salariés 🆕

Mickaël Bazoge |

Le télétravail post-pandémie chez Apple a décidément du mal à passer auprès des salariés. Tim Cook a établi début juin une nouvelle organisation du travail : trois jours au bureau (en début de semaine), deux jours à la maison. C'est un changement de taille pour Apple, une entreprise très centralisatrice qui n'avait pas l'habitude de faire travailler ses employés en dehors de ses bureaux. Mais la crise sanitaire est passée par là, avec les obligations de télétravailler pour limiter les cas de contamination.

Les équipes Business françaises, qui travaillent dans les Apple Store pour les clients professionnels, ont publié il y a une dizaine de jours une lettre ouverte demandant à la direction de prendre davantage en compte le télétravail alors que l'épidémie touche, espérons-le, à sa fin. Depuis un an, les équipes Business (dont 70% ont signé la lettre) travaillent à distance tout en continuant d'accompagner « des milliers d'entreprises ». Elles sont devenues « de véritables partenaires de nos clients Business, les accompagnant au quotidien pour braver cette pandémie ».

Une des propositions de ces salariés était qu'Apple fasse perdurer l'« avancée majeure » que constitue le télétravail, au choix de l'employé « comme proposé chez les GAFA et start-ups innovantes ». Pour les salariés Business comme pour les autres d'ailleurs.

Sans la flexibilité et le confort apportés par le télétravail, beaucoup d’entre nous se sentent obligés de choisir aujourd’hui entre leur vie personnelle, leur santé, leur capacité à donner le meilleur d’eux-mêmes, et le fait de rester chez Apple (lettre ouverte des employés Business).

Cette demande de pérennisation se serait aujourd'hui heurtée à un mur. Les équipes doivent donc retourner dans les boutiques, à plein temps « dès que la situation le permettra », selon une source. Néanmoins, les salariés n'entendent pas en rester là et vont porter leurs revendications au niveau européen et américain. Ils pourraient être entendus par leurs collègues outre-Atlantique : une autre lettre ouverte exige en effet davantage de flexibilité de la part d'Apple (lire : Apple : des employés déçus du plan de retour au bureau de Tim Cook).

Nous avons demandé confirmation auprès d'Apple France. Cette actu sera mise à jour en cas de déclaration.

Mise à jour 24/06 — Nous avons appris que les équipes Business vont repasser en 100% présentiel à partir du 5 juillet.

Nous publions ci-dessous la lettre ouverte dans son intégralité.

Dear Team,

Chez Apple, comme dans beaucoup d’autres sociétés, cette année inouïe, à bien des niveaux, a été l’occasion de se réinventer et de bousculer les dogmes établis.

Les équipes Business, rapidement équipées, ont réussi durant cette période complexe à appréhender de nouvelles façons de travailler et de collaborer pour délivrer le service d’excellence attendu par nos clients.

En dépit de cette Pandémie, notre entreprise a offert au monde un nombre conséquent de nouveaux produits comme rarement observé sur les années écoulées : iPhone, iPad, Apple Watch, Mac M1, Apple TV, AirTags,...

Les équipes Business se sont mobilisées sans relâche pour assurer leurs missions et être présentes auprès de nos clients afin de les aider à affronter une nouvelle réalité pour laquelle beaucoup étaient mal préparés. Ce travail acharné a contribué activement à la réalisation d’une année record en terme de revenus.

Au cœur de cette nouvelle réalité : le télétravail. Un concept nouveau pour nos équipes que nous aimerions, au travers de cette lettre ouverte, revendiquer. Nous souhaitons partager, avec vous, plus qu’une inquiétude... une déception, ressentie par beaucoup d’équipes Business, au vu des dernières décisions prises par la direction.

La réalité est là : depuis plus d’un an, nos équipes travaillent à distance et accompagnent des milliers de sociétés. Nos équipes sont devenues de véritables partenaires de nos clients Business, les accompagnant au quotidien pour braver cette Pandémie.

En 10 ans, notre métier a énormément changé, passant d’un service d’appoint en charge de traiter les demandes entrantes issues du trafic des magasins, à de véritables services experts du B2B intégrés à des retail stores.

En réalisant aujourd’hui 30% du CA des magasins (voire 100% pendant plus de 6 mois), les équipes Entreprise ont démontré leur capacité à s’émanciper du retail en trouvant des relais de croissance dans la gestion fine d’un portefeuille de plusieurs milliers de clients en moyenne.

Le métier des Business Team est aujourd’hui technique, nécessite une expertise multi-sectorielle, des connaissances en finance, une résilience et des capacités d’adaptation uniques.

Notre bureau est mobile : un ordinateur et une connexion internet. Nous utilisons les outils et appliquons les recettes que nous recommandons à nos clients. Nous n’avons jamais été aussi proches de la réalité de nos clients que nous côtoyons quotidiennement, à distance.

Eloignement nécessaire pour certains suite à l’épidémie de COVID mais, surtout, véritable révélation pour beaucoup, le télétravail a, quoiqu’il en soit, changé et impacté notre quotidien depuis ces 15 derniers mois.

Permettez-nous de vous parler des bénéfices ressentis par beaucoup de nos collègues :

  • Une contribution majeure à l’action collective visant à limiter la transmission de l’épidémie
  • Une amélioration sans précédent du work-life balance avec un confort de travail que nous n’avions pas connu jusqu’ici (voir la lumière du jour, travailler dans un environnement calme)
  • Un véritable travail collaboratif et fédérateur entre tous nos magasins, nos marchés et dépassant les frontières de notre pays
  • Une réduction notable de notre empreinte environnementale en phase avec l’engagement écologique d’Apple.

Aujourd’hui, une nouvelle page s’écrit et la Pandémie recule... Et au fur et à mesure que la vie reprend « presque » normalement, l’énergie et l’investissement déployés par nos équipes Business semblent en passe d’être oubliés.

Au cours des derniers mois, comme nos collègues d’Apple Inc, nous avons eu l’impression non seulement de ne pas être considérés, mais souvent d’être ignorés sur ce sujet qui a pourtant rythmé nos vies depuis mars 2020. Des réunions et des débuts de négociation ont eu lieu sans pour autant intégrer ou interroger les équipes, pourtant directement concernées, alors même que des demandes récurrentes avaient été faites en ce sens auprès de nos équipes Leadership. Récemment, nous avons non seulement appris que les équipes Business allaient devoir réintégrer les magasins mais, qu’au delà de cela, Retail Business avait été totalement exclu de la réflexion sur le télétravail contrairement à nos autres collègues à travers le monde. Et qu’aucun dialogue ne pourrait avoir lieu à ce sujet.

Suite à ces dernières informations, nous demandons aujourd’hui à ce qu’une discussion ait enfin lieu sur le télétravail au niveau Retail afin de trouver un accord dans les plus brefs délais :

  • Nous demandons à Apple de considérer les demandes, les ressentis et les expériences de chacun car nous comprenons que différentes sensibilités existent et doivent pouvoir être entendues sur ce sujet.
  • Nous demandons à Apple de communiquer un plan d’action clair et transparent afin que chaque équipe concernée puisse avoir une vision sur le futur de sa société
  • Pour ceux qui le souhaitent, nous demandons à ce qu’Apple fasse des propositions afin de faire perdurer cette avancée majeure (choix de l’employé(e) quand cela est possible comme proposé chez les GAFA et startups innovantes)

La communication actuelle autour du télétravail et la volonté affichée de non mise en oeuvre pour Apple Retail a déjà poussé bon nombre de nos collègues à entreprendre des démarches pour quitter notre entreprise. Et les récentes décisions prises par la direction ne font que conforter leur souhait. Sans la flexibilité et le confort apportés par le télétravail, beaucoup d’entre nous se sentent obligés de choisir aujourd’hui entre leur vie personnelle, leur santé, leur capacité à donner le meilleur d’eux-mêmes, et le fait de rester chez Apple.

Chez Apple, nous prônons la culture du feed-back, cette même culture qui nous a amené jusqu’ici et qui nous pousse aujourd’hui à vouloir le meilleur pour notre société. Nous favorisons aussi l’inclusion et la diversité et nous sommes confiants dans la capacité de nos leaders à prendre en compte les différentes visions au sein de notre entreprise.

Nous avons l’habitude de dire que les employés sont la principale richesse de notre société et nous pensons qu’être entendus et représentés est le meilleur moyen de continuer à défendre et protéger ce sentiment si cher à Apple.


avatar Dodo01 | 

Idem pour moi avec ma boîte.

On nous force à revenir sur site à 100 % (je suis data analyst donc pleinement compatible avec le télétravail), alors qu’il faut encore porter le masque, se lever tôt pour cramer de l’essence, de l’argent et polluer, en plus je ne peux pas me garer, pas de transport en commun, pas de cantine le midi.

La stupidité humaine dans toute sa splendeur.

Je ne dis pas tout le temps, mais au moins de trouver un juste milieu, et pour les gens qui le souhaitent.

avatar Fego007 | 

@Dodo01

Voilà …
Je pense qu’il faut un juste milieu :
1) pour la cohésion des équipes et de l’entreprise ( sentiment d’appartenance et de tirer ensemble )
2) pouvoir être flexible ( par direction peut être ?) en fonction des métiers et de l’intérêt ( ou non ) de la reprise en présentiel …
3) il ne faut pas imposer un retour full Time sur des métiers qui ne le requiert pas forcément , car c’est rEs brutal … peut être de manière progressive le temps de se réadapter
4) donner un ou deux choix possible 2/3 ou 3/2 par exemple permettrait de résoudre bien des choses …

avatar Moebius13 | 

@Fego007

Pourquoi pourrait-on être à 100% en pressentiel et pas à 100% en télétravail ?

Je ne me rends dans ma boîte qu'une fois toutes les trois semaines en moyenne et il n'est pas nécessaire que je le fasse davantage.

Je suis loyal à mon entreprise, j'y ai des collègues, ma meilleure amie est une collègue et je communique avec ma hiérarchie quand le besoin s'en fait sentir.

Tout roule et je n'ai pas à :

- me lever à 6h15 le matin pour être à l'heure
- passer 3h par jour dans les bouchons pour un trajet qui prend normalement 40 minutes.
- cramer un plein d'essence par semaine (et encore je suis gentil)
- rentrer à la maison à pas d'heure et ne pas profiter de mes gosses
- être crevé le week-end et râler dès que ma femme me demande de prendre la voiture pour aller promener parce que j'en ai marre de la bagnole

Et par dessus le marché je suis au forfait jour avec la liberté d'organiser mon activité comme je le souhaite tant que je fais mon boulot.

Jamais je ne reviendrai en arrière, ni sur le 100% télétravail, ni sur ma liberté de m'organiser pour retourner badger dans un bureau avec un petit manager tatillon qui ne vit que pour s'assurer que je passe bien 8h le cul sur ma chaise à bosser dans un open space bruyant.

Pourquoi ne pas laisser le choix à ceux dont le travail permet la même chose ?
Pourquoi leur refuser au nom d'un prétendu manque de cohésion avec les collègues et d'adhésion à l'entreprise ?

Nous sommes tous différents, certains ont besoin de voir Monique à la machine à café, certains dépriment à la maison et ont besoin de sociabiliser au boulot et d'autres s'en tapent littéralement de ne jamais croiser un seul collègue parce que leur vie privée est assez riche pour ne pas avoir à sociabiliser et sont assez grands pour faire leur travail correctement.

On laisse le choix et on juge sur les résultats ensuite pour pérenniser ou non l'option choisie.

Quand je pense qu'un jour le N+2 de mon ancienne boîte est venu me voir pour me dire que je ne devrais pas fermer la porte de mon bureau parce que les collègues le vivent mal, et que je devrais participer à la galette des rois et au loto de Noël de l'entreprise pour m'inclure davantage 😂

Réponse : "Ces événements se font après la journée de travail, je préfère rentrer voir ma femme et mes enfants plutôt que manger une part de galette et je laisse volontiers ma place au loto et mon lot si mon numéro tombe. Quant à la porte si vous souhaitez que je ne la ferme plus, je vous propose de la degonder moi même pour la stocker dans la remise".

Après ça je n'ai plus jamais été emmerdé....

avatar madaniso | 

@Moebius13

Il y a plusieurs explications possibles, l’une des moins avouables pour les managers est qu’on se rende compte que certains sont inutiles et que nous sommes parfaitement autonomes a nos postes…

C’est assez flippant de voir les gens suivre comme des moutons mais historiquement assez cohérent quand on regarde la place du salariat dans nos sociétés. Il y a un très bon documentaire sur le sujet sur la chaîne Youtube d’Arte en 6 épisodes 👍

avatar Fego007 | 

@Moebius13

Désolé pour le sens des phrases mais ça rejoint tout ce que tu me dis .
Et comme j’ai dis ça dépend des équipes ..
Un responsable qualité production vs un datz scientist par exemple n’aura pas les mêmes besoins .
Par contre il faut donner le choix aux équipes mais avoir des choix cohérents :
Sinon chacun voudra faire ses choix en fonction de sa situation personnelle , et ça risque de créer des problèmes la ou il y en a pas .
D’où des choix limités et en cohérence :
Avec la dynamique de l’équipe
De l’intégration des nouveaux arrivants
Des objectifs
Etc

avatar AlexSummers | 

@Moebius13

Je crois que tu as tout dit. A cela, il faut ajouter un mal (peut être français) : le syndrome de celui qui part le dernier même s’il bulle devant son écran. Car au final dans pas mal de boîte, on juge souvent sur l’impression de travail et pas sur le travail réel.

avatar Sindanárië | 

@Moebius13

"ni sur ma liberté de m'organiser pour retourner badger dans un bureau avec un petit manager tatillon qui ne vit que pour s'assurer que je passe bien 8h le cul sur ma chaise à bosser dans un open space bruyant."

T’es méchant. Tu dois te rendre compte que le petit manager est certainement le gars ayant à supporter le plus gros stress de l’entreprise dans la production perpétuelle de PowerPoint, et de veiller à ce que le personnel ne s’empare pas des stocks de stylos pour la distribution familiale !

avatar yoyo14 | 

@Fego007

Plus simplement mais peut être un peu trop idéaliste, laisser la personne s’organiser comme il le souhaite. Venir toute une semaine au travail parce qu’il en ressent le besoin comme ne pas venir plusieurs semaines. Le plus important c’est que le travail soit fait.

avatar Saint-Jey | 

@Dodo01

Idem dans ma boîte… alors qu’on n’a jamais livré autant de projet que durant le 100% télétravail

avatar Sindanárië | 

@Saint-Jey

"Idem dans ma boîte… alors qu’on n’a jamais livré autant de projet que durant le 100% télétravail"

Et bien une fois retourné, vous livrerez comme avant Covid … peut être que…

avatar Paquito06 | 

@Dodo01

"Idem pour moi avec ma boîte.
On nous force à revenir sur site à 100 % (je suis data analyst donc pleinement compatible avec le télétravail), alors qu’il faut encore porter le masque, se lever tôt pour cramer de l’essence, de l’argent et polluer, en plus je ne peux pas me garer, pas de transport en commun, pas de cantine le midi."

C’est assez triste de ne pas donner le choix aux employes apres 1 an et demi de teletravail. J’ai un metier similaire (Business Intelligence Engineer en Fintech) basé a San Francisco, la firme a embrassé cette opportunité et me voila libre de travailler où je veux (plus de 6 mois et 1 jour aux US, c’est la seule condition pour des raisons fiscales qui depassent la boite), a partir du moment où le taff est fait, qu’il n’y a aucun souci (on respecte la time zone pacific pour les meetings), on est libre. Plus besoin de transport, de masque, etc. On va y arriver en France mais ca va mettre du temps. Ils sont en avance la dessus en Cali (ok sauf Apple 😅).

avatar madaniso | 

@Paquito06

Pareil pour moi. Dans une startup parisienne. C’était ça où je me barrais de toute façon 🤣

Dans nos métiers où il y a des opportunités faut pas se laisser faire et montrer l’exemple

avatar Paquito06 | 

@madaniso

"Pareil pour moi. Dans une startup parisienne. C’était ça où je me barrais de toute façon 🤣
Dans nos métiers où il y a des opportunités faut pas se laisser faire et montrer l’exemple"

Sans quoi, c’est mettre fin a une liberte acquise il y a un an et demi.

avatar romain31000 | 

@Dodo01

Habitant au Québec depuis 2 ans et travaillant en ressources humaines, à date je n’ai pas vu une entreprise qui impose de revenir à 100% au bureau.
Ils savent qu’ils se tireraient une balle dans le pied.

avatar raoolito | 

@romain31000
"Ils savent qu’ils se tireraient une balle dans le pied."

on va certainement donc se l'imposer en france, le patronat ici aime bien ce genre de roulette russe...

avatar Appleseed | 

@Dodo01

Un boulot, apporte son lot de contrainte (notamment en terme de distance à parcourir pour aller travailler).
La pandémie à changée la donne car il y avait une OBLIGATION de rester chez soit, mais maintenant c'est terminé.
Les choses reviennent à la normale.
Si certains ont des problèmes avec les distances à parcourir, c’est qu'ils n'avaient déjà pas choisi la bonne boite avant.

Le télétravail est pratique par moment, mais contreproductif à d'autres.
Plus une boite est grosse, plus les réunions de groupe/échange sont difficiles à organiser si tout le monde peut prendre le jour de télétravail qu'il souhaite.
On peut dire ce que l'on veut, rien ne remplace les échanges réel entre personnes bossant dans un même endroit sur un même projet.

L'une des choses que la pandémie a montré, c'est surtout la mauvaise organisation de certaines entreprises.

Ce que propose Cook est pas mal sur la base (3 jours en bureau, 2 jours en télétravail).
L'inverse ferait d’avantage de vous un consultant extérieur (au propre comme au figuré) qu'un employé de l'entreprise.
Ce qui pose problème ce sont les trois jours d'affilés.
Deux jours d'affilés, un jour décalé serait surement plus acceptable par beaucoup.
Par contre on en revient à ce problème organisationnel à l'échelle d'une grande boite que la pandémie a mis en exergue.
Et la refonte organisationnelle, c'est l'une des choses les plus compliqué dans une entreprise ayant passée un certain seuil d'employés.

avatar minounet | 

@Appleseed

Tu crois vraiment ce que tu dis concernant les difficultés à faire des réunions dans les grosses boîtes ?

Je suis dans une très grosse boîtes, plus de 65000 employés juste en France et maintenant, la direction réfléchit à nous mettre en télétravail plus souvent qu’autorisé avant car ils se sont aperçus qu’on étaient beaucoup plus productif en télétravail, qu’ils pouvaient optimiser l’espace , donc les bureaux, donc moins de charges immobilières etc…
Les réunions se tiennent à distance , partage d’écran, de document et gain de temps, les réunions ne durent plus toutes la matinée, plus de regroupement autour de la machine à café pour parler du résultat du foot etc…..
On a donc réduit les imprimantes, les machines à café /boissons etc…
Et on commencent à gagner de l’argent sur la maintenance des équipements d’infrastructures

T’inquiètes pas, si on s’y mets, je ne pensent pas que ce soit pour faire plaisir au salarié,c’est que financièrement , c’est rentables.

avatar Appleseed | 

@minounet
"Je suis dans une très grosse boîtes, plus de 65000 employés juste en France et maintenant, la direction réfléchit à nous mettre en télétravail plus souvent qu’autorisé avant car ils se sont aperçus qu’on étaient beaucoup plus productif en télétravail"

Je suis d'accord, ça pet être le cas, mais ça c'est un problème organisationnel qui était déjà présent dans votre boite avant le covid.
Le télétravail est pratique par moment, mais contreproductif à d'autres.
Et oui, je maintiens que quand on bosse en équipe l'interaction n'est pas du tout la même quand tout le monde est ensemble que quand on est chacun chez soit quelque soit les moyens de communication.
Tout le monde n'est pas équipé de la même façon (webcam, UC/ordi portable, tél, écran, clavier etc ...), n'a pas la même connexion internet, les mêmes possibilités d'aménagement d'un coin travail chez soit etc ...
Entre les webcam qui déconnent, la connexion de untel qui rame, l'image ou le son qui lag, les problèmes de micro etc ... l'isolation que certains peuvent ressentir en devant rester chez eux, le télétravail n’est pas non plu le panacée !
Plus vous multipliez ces choses, plus vous multipliez les problèmes éventuelles qui ne sont pas présent en présentiel quand tout le monde est dans la même pièce.

Concernent la productivité, un employeur en Nouvelle Zélande avait fait un test de fonctionnement qui avait bien fonctionné.

http://www.slate.fr/story/164846/nouvelle-zelande-travailler-moins-gagner-plus

Par contre tous ses employés (et lui même) avaient été obligés de changer leur comportement de travail, pour se consacrer vraiment à leur job quand ils étaient au bureau et non aux poses cafés, ou aux appels d'aide à droite à gauche pour tel ou tel sujet.

Le télétravail peut être bien mais il n'est pas la solution à tout.

--

@Paquito06
"Pour palier les problemes des grandes villes tres onereuses comme NY ou SF, c’est pas dingue comme idee.

Ça a du sens pour les employés qui taffent sur du hardware, pour ceux qui sont sur du 100% logiciels et qui travaillent un peu avec des équipes dans d’autres États, voire pays, où est la nécessite d’être sur place?"

Je suis d'accord dans certains contexte c'est pratique, mais pas pour tout et tout le temps.
L'interaction, le fait de connaitre ses collègues et donc de nouer des relations de travail plus productive avec certains d'entre eux.
Le fait de ne pas être isolé chez soit, de changer d'environnement, de faire une distinction entre son domicile et son lieu de travail, d'avoir une vie socioprofessionnelle.
Comment une société peut elle nouer des liens avec ses employés et les inciter à rester, si elle ne les connait pas et ne les voient jamais en réel ?
Plus difficile aussi pour un employé de faire valoir sa valeur quand personne ne le connait et qu'il n'est qu'un visage sur un écran ? (et donc plus facilement remplaçable).
La proposition de Cook, 3 jours chez Apple 2 jours chez soit me semble être bien (c'est le cas dans ma boite).
Il faudrait simplement qu'il soit plus souple sur le fait de ne pas devoir enchainer les 3 jours d'affilés.

avatar minounet | 

@Appleseed

Ah bon, dans ta boîte pas de soucis internet, réseau, salle de réunion prise, VP qui merde, gens qui mette trois réunion sur le même créneau, ils ont trop chaud, trop froid, pas de papier dans les chiotte,
En gros, les supérieurs veulent avoir un œil sur leurs équipes, rien d’autre, faut arrêter de dire c’est pour l’interaction, la sociabilité des gens etc….
Pas de soucis d’organisation, chacun sait très bien ce qu’il a à faire et le fait beaucoup mieux chez soit, pas déranger par les collègues qui veulent ceci ou cela, pas de blague vaseuse, pas de discutions interminable sur le film du soir ou autre connerie.
Ne me fait pas croire que tu perds du temps en papotage et autre échange qui n’aboutisse à rien professionnellement, sans parler des poses cloques et café 5 fois par jours ni l’attente au restaurant ….

avatar klouk1 | 

@minounet

"On a donc réduit les imprimantes, les machines à café /boissons etc…
Et on commencent à gagner de l’argent sur la maintenance des équipements d’infrastructures "

Oh la grosse affabulation….

avatar minounet | 

@klouk1

Pourquoi tu dis ça ?

Je fabule pas, c’est le cas .

Explique moi pourquoi ce n’est pas le cas

avatar Paquito06 | 

@Appleseed

"Ce que propose Cook est pas mal sur la base (3 jours en bureau, 2 jours en télétravail).
L'inverse ferait d’avantage de vous un consultant extérieur (au propre comme au figuré) qu'un employé de l'entreprise."

Pour palier les problemes des grandes villes tres onereuses comme NY ou SF, c’est pas dingue comme idee. Car l’employé peut pas s’echapper et vivre 300km plus loin voire plus, il est contraint de rester a proximite du bureau pour faire acte de presence, donc on change pas grand chose, rien de radical. Ca demande meme plus d’organisation d’avoir une situation hybride comme reserver un bureau, et j’parle meme pas des couples avec enfant(s). Il existait deja 1 a 2 jour de teletravail a SF (mercredi et/ou vendredi), donc rien de bien nouveau. Ca a du sens pour les employés qui taffent sur du hardware, pour ceux qui sont sur du 100% logiciels et qui travaillent un peu avec des equipes dans d’autres Etats, voire pays, où est la necessite d’etre sur place?

avatar klouk1 | 

@Appleseed

"Plus une boite est grosse, plus les réunions de groupe/échange sont difficiles à organiser si tout le monde peut prendre le jour de télétravail qu'il souhaite."

Et que dire des réunions avec des intervenants extérieurs ?
Je perds un temps fou à monter des réunions de projet et mes plannings en prennent un coup tout le temps.

avatar Sindanárië | 

@Dodo01

"On nous force à revenir sur site à 100 % (je suis data analyst donc pleinement compatible avec le télétravail), alors qu’il faut encore porter le masque, se lever tôt pour cramer de l’essence, de l’argent et polluer, en plus je ne peux pas me garer, pas de transport en commun, pas de cantine le midi."

Voilà.

Il serait temps que les gens prennent conscience de ça. Espérons que tu n’es pas le seul 🙂

avatar heroes80 | 

Et bah … on peut dire que ça va vite .. la taupe est donc dans les 217 membres .. certains saurons de quoi je parle

avatar Mickaël Bazoge | 

@heroes80

Toujours bien vu d’appeler à la délation.

avatar Silverscreen | 

@heroes80

Y’a pas 217 employés dans les équipes B2B d’Apple Retail ou alors ils les cachent bien…

Pour revenir à la news, c’est sûr que c’est une opportunité manquée. Faire 1 ou 2 jours de TT sur la base du volontariat, pour des équipes qui font essentiellement de l’account management, ça n’impacte ni le fait que l’équipe reste dispo en magasin ni qu’elles continuent à être intégrées à la filiale retail d’Apple.

Mais bon, Apple a ce petit côté « pas une tête qui dépasse » quand ça concerne Apple Retail.

Même sur le programme pilote proposé par Tim Cook, Apple est parmi les plus frileuses des GAFAM

avatar iMotep | 

@Silverscreen

217 c’est probablement uniquement les employés en charge de la branche Buisness

avatar Sindanárië | 

@heroes80
« Et bah … on peut dire que ça va vite .. la taupe est donc dans les 217 membres .. certains saurons de quoi je parle »

On croirait lire le commentaire d’un commissaire politique du Kremlin 🤣

avatar esclandre77 | 

Se plaindre, geindre, c'est ça la stupidité humaine

avatar Silverscreen | 

@esclandre77

Et l’immobilisme ?

Certains se plaignent peut-être (en tout cas ceux qui ont fait fuiter cette lettre) mais le propos est valide : si Apple propose un modèle hybride à ses équipes Corporate, d’autres postes qui sont essentiellement en backoffice chez Apple Retail auraient pu en tirer partie aussi. D’autant que la productivité est plutôt bonne en télétravail : c’est bon pour les clients, pour l’employeur (moins de coûts immobiliers), pour l’employé (pas de trajets), pour la planète (pas de transport).
Accessoirement les résultats d’Apple sur la période, malgré les magasins fermés, être à mettre au crédit des équipes qui sont restés mobilisées en télétravail…

avatar romainB84 | 

@esclandre77

+1

avatar Dodo01 | 

@esclandre77

Avoir l’esprit critique, c’est faire avancer les choses.

Là tu es en train de te plaindre de personnes qui se plaignent 🤣

avatar Sindanárië | 

@esclandre77

"Se plaindre, geindre, c'est ça la stupidité humaine"

Et tu te plains pas là peut-être ? 🤔

Bon aller, reconnais que t’es encore plus abrutis que ceux que tu critiques, et ça passera 🍿

avatar Classic160 | 

Je suis toujours partie du principe que si tu n’est plus en adéquation avec les valeurs et les demandes de ta boîte, tu changes.
Je n’ai pas une grande carrière, mais j’ai changé plusieurs fois de boulot, j’ai toujours été heureux.

avatar Silverscreen | 

@Classic160

C’est peut-être ce qui arrivera pour une partie des employés concernés, les plus jeunes, les mobiles et les plus ambitieux. C’est d’autant plus dommage.
Le choix de changer de boite comporte en général une part de risque. Perso je m’y risquerais pas avec une famille à charge, à moins d’être au bord de l’effondrement psychologique ou avec la certitude que la période d’essai de la nouvelle n’est qu’une formalité…

avatar Classic160 | 

@Silverscreen

Tu as sans doute raison, je n’ai pas encore d’enfant (le 1er est en chemin) alors je n’ai peut être pas le recul nécessaire, mais j’ai jamais eu de mal à trouver du boulot, même en changeant de domaine, j’ai appris en 15 ans que sortir de sa zone de confort est un excellent moyen de se renouveler et d’appréhender le monde du travail différemment. Je travail dans ce qui me plaît et non pas dans ce qui me rapporte de l’argent, ça change la vie.

avatar madaniso | 

@Classic160

Les jeunes générations sont me semble-t-il beaucoup plus enclin à changer si l’herbe est plus verte ailleurs.

A moins d’être dans une startup avec des BSPCE, la fidélité à son employeur n’a que peu d’avantages

avatar Paquito06 | 

@madaniso

"A moins d’être dans une startup avec des BSPCE, la fidélité à son employeur n’a que peu d’avantages"

Ou chez un gafa qui te remunere grassement - davantage d’equities (RSU) dans le temps, aussi bloquees (assujetti a), 1 mois de congé après 4-5 annees, des promotions a +20% tous les 6 mois, etc.

avatar brucewayne | 

@Paquito06

C’est pas le cas chez Apple retail en tout cas

avatar Paquito06 | 

@brucewayne

"C’est pas le cas chez Apple retail en tout cas"

Corporate office en effet.

avatar David Finder | 

@brucewayne

Sur certaines choses si, comme les RSU

avatar Paquito06 | 

@Classic160

"Je suis toujours partie du principe que si tu n’est plus en adéquation avec les valeurs et les demandes de ta boîte, tu changes.
Je n’ai pas une grande carrière, mais j’ai changé plusieurs fois de boulot, j’ai toujours été heureux."

C’est fini le temps où on faisait carriere 40 ans dans la meme boite comme nos parents. Il faut de la diversite, de l’experience, voyager, du challenge, etc. Y a pas une boite qui va t’offrir tout ca, avec les conditions sociales qui vont avec, les augmentations sympathiques et les bonus chaque annee tjrs plus elevés. Meme chez les gafa y a du turnover, et y en a peut etre encore plus ces jours-ci chez apple avec leur politique conservatrice. Apres, on a l’idee generale ici, mais en corporate office, ils font aussi des exceptions. J’ai qq potes sous visa a SF qui sont revenus en France et ont ete transferes chez Apple France pour ce qu’ils faisaient a cupertino. Y a presque tjrs moyen de negocier une augmentation, un poste, un bonus, une localisation.

avatar romainB84 | 

@Classic160

+100
Et ça marche pour tout (pas que pour le travail).
Mais çà nécessite de réfléchir, de faire des efforts etc…. Bref beaucoup plus facile de se plaindre que de faire cela 🤣🤣!!
Et puis comme dis le dicton « on sait ce qu’on perd… pas ce qu’on trouve », l’herbe est toujours plus verte ailleurs pour les chougneurs 🤣🤣

avatar KevinMalone | 

@Classic160

Il y a encore une différence notoire entre encourager le changement et argumenter/débattre en ce sens et ne plus être en adéquation avec son poste et les valeurs de sa boîte.

avatar falcon69v | 

@Classic160

Et c’est parce que des gens se sont plaints avant toi que tu es heureux car ils ont amélioré les choses. En gros on peut te qualifier de parasite. Tu prends et quand le vent tourne, tu te casses, mais tu n’apporte rien.

avatar Classic160 | 

@falcon69v

Quand j’ai fait le choix d’aller travailler dans le retail, c’était pour être sûr le terrain, sinon j’aurai postulé ailleurs. Le parasite remercie de l’intérêt que tu lui porte mais pour l’instant il réussi assez bien sa vie. Merci.

Merci aussi de sortir les grands discours vue et revue : « c’est grâce à trucmuche que tu as des droits aujourd’hui ! Bla-bla-bla la » j’ai jamais dit le contraire, mais si la manière de travailler dans mon entreprise me fait chier, je me barre, à la base j’ai signé pour quelque chose, je m’y tient.

avatar Sindanárië | 

@Classic160

"Je n’ai pas une grande carrière, mais j’ai changé plusieurs fois de boulot, j’ai toujours été heureux."

Note du DRH au vu de ce qui est formulé : candidat vite insatisfait, possiblement capricieux, instable et n’allant pas au bout de ses projets… ou : a été viré souvent.

Résultante :

Monsieur (ou) Madame,
Nous vous remercions de l’intérêt que vous avez manifesté vis-à-vis de notre entreprise et du poste proposé. Nous ne pouvons pas répondre favorablement à votre demande, d’autres candidats ayant une expérience plus proche de ce que nous souhaitions.
Toutefois, si nous recherchions à l’avenir un candidat ayant votre profil, nous ne manquerions pas de vous …. Enfin on verra… .
Nous vous prions d’agréer, Monsieur (ou) Madame, l’expression de nos meilleures salutations… 😈😬

avatar MaryanLKZK | 

Pareil dans mon entreprise. Après un an de télétravail 1/5 (je suis agent de mannequin et community manager et 95% de mes tâches sont faisables à distance), ma boss refuse catégoriquement le télétravail et impose un retour 5/5 en présentiel du jour au lendemain.

Avant la crise on avait tenté de négocier un jour de télétravail par semaine qui avait été refusé. Je comprend les craintes d’un employeur mais j’étais ravi que le télétravail soit imposé pour pouvoir me donner à fond et lui prouver que cela fonctionnait : le chiffre d’affaire de mai 2020 à mai 2021 a augmenté d’en moyenne 150% par rapport à l’année précédente malgré la crise.

Je ne me suis jamais senti aussi heureux, détendu, investi, motivé et reconnaissant que pendant le télétravail et je me sens aujourd’hui trahi et non considéré par ma patronne qui n’a aucun arguments valables pour refuser le télétravail à part : « je préfère vous voir à l’agence tous les jours de 10h à 19h, c’est important pour la cohésion et l’esprit familial de l’entreprise bla bla bla ».

J’adore mon métier mais le retour au « monde d’avant » et à un système obsolète en faisant comme si rien ne s’était jamais produit me déprime déjà …

avatar madaniso | 

@MaryanLKZK

Te laisse pas faire, je connais pas ton job mais regarder si il y a d’autres opportunités.

Au pire tu restes à l’écoute du marché comme on dit et dès que tu as un truc qui match tu fonces

Pages

CONNEXION UTILISATEUR