Apple vs Epic : Apple ne veut pas du modèle Android

Florian Innocente |

Jardin fermé à dessein pour retenir ceux qui y sont entrés ou jardin sécurisé pour en protéger les occupants ? Epic et Apple ont une vision diamétralement opposée de l'App Store d'iOS. Leurs avocats respectifs ont encore eu l'occasion d'en faire état au premier jour du procès qui oppose les deux entreprises en Californie, et ce pour les trois semaines à venir.

« Epic veut que nous devenions Android, mais ce n'est pas ce que nous voulons », a déclaré Karen Dunn, l'une des avocates d'Apple, ajoutant « Et nos clients ne le veulent pas non plus. Ils veulent avoir le choix ». Le choix entre deux modèles. Celui d'Apple qui conditionne le téléchargement d'apps iOS à un passage par l'App Store, et celui de l'écosystème Android où l'on peut passer outre Google Play et aller chercher des apps ailleurs.

C'est tout l'enjeu du procès, Epic espère obtenir de la justice qu'Apple n'impose plus l'App Store (et, partant, son mode de paiement intégré) comme l'alpha et l'oméga du téléchargement et du paiement des apps et des contenus sur iOS.

« Le jardin aurait pu avoir une porte » a fait valoir Katherine B. Forrest, l'une des avocates d'Epic, affirmant que « Le plan d'Apple était d'enfermer les utilisateurs à l'intérieur et de les empêcher de changer et de quitter l'écosystème Apple ». Epic a produit plusieurs échanges internes montrant que les responsables d'Apple étaient parfaitement lucides quant à la capacité de leurs apps et de leurs services, lorsqu'ils sont réunis, à rendre plus compliqué un changement de plateforme pour les utilisateurs.

Sa consœur a renversé le point de vue, en se plaçant du côté des développeurs, et avancé la carte de la sécurité, une thématique sur laquelle Apple s'appuie systématiquement pour défendre son modèle : « Apple n'a pas créé un écosystème intégré et sûr pour empêcher les gens d'entrer », elle l'a fait pour « accueillir les développeurs sans sacrifier aux principes de confidentialité, de fiabilité, de sécurité et de qualité qu'attendent les consommateurs ».

Là encore, Epic a pu étaler, dans sa présentation préliminaire, des exemples où la surveillance du contenu de l'App Store par Apple a été prise en défaut, au grand dam de ses responsables.


avatar House M.D. | 

@Krysten2001

Faut pas chercher, pour lui la validation d’un jeu qui est tiré sur support physique et pressé à des milliers d’exemplaires par des boites ayant pignon sur rue, c’est la même chose que de valider une app fournie par internet par quiconque y compris avec un prête-nom et une fausse adresse qui pourra être modifiée a l’envie une fois la validation passée…

avatar byte_order | 

@House M.D.
> pour lui la validation d’un jeu qui est tiré sur support physique

ou dématérialisé, le support de distribution ne change rien à l'étape de validation

> et pressé à des milliers d’exemplaires

Je ne vois pas en quoi le volume d'exemplaire change quoi que ce soit ici.
La validation se fait sur l'app, pas sur chaque exemplaire distribué !

Et Fortnite sur iOS me semble bien placé en terme d'exemplaire, si on va par là...

> par des boites ayant pignon sur rue

Et Epic Games, Spotify, Netflix, Steam, Shadow ce sont des développeurs anonymes dans leur garage d'une province du fin fond de l'Indonésie, peut être !?

> c’est la même chose que de valider une app fournie par internet par quiconque
> y compris avec un prête-nom et une fausse adresse

Ca, c'est parce que Apple ne vérifie pas systématiquement l'authenticité des identités et adresses données.
Pourtant, elle s'auto-proclame comme ayant le processus de validation très sécurisé.
Vous êtes en train de nous dire que ce n'est pas le cas !?

> qui pourra être modifiée a l’envie une fois la validation passée…

Vous êtes sérieux !?

Comment Apple peut dire qu'elle vérifie toutes les apps et que c'est grace à cela que son AppStore, qu'elle lie à ce processus de validation, est ce qui rend sûr les apps sur iOS, si ce que vous dites est vrai !?

avatar House M.D. | 

@byte_order

Vous comprenez la moitié de travers, mais comme je vous suppose intelligent, c’est surtout que vous ne voulez pas comprendre ce que vous n’arrivez pas à contredire. Bonne continuation dans votre réalité parallèle.

avatar byte_order | 

@House M.D.

Vous vouliez dire qu'il est plus facile de valider des apps développées par quelques dizaines de milliers de studio de développement de jeu que des apps développées par des millions de développeurs d'apps ?

Okay, l'argument peut tenir.

Le hic, c'est que Apple arrive *déjà* à le faire. Hors cela n'a rien à voir avec le nombre d'exemplaire qui sera vendu ensuite dans son store, ça.

Si elle arrive à le faire pour la totalité des apps iOS que les développeurs acceptent de distribuer via l'AppStore, pourquoi elle ne pourrait plus le faire si ces mêmes développeurs ne voulaient plus les distribuer ensuite via l'AppStore ? Cela change quoi ?

De plus, Apple pourra faire payer son service de validation aux développeurs qui ne souhaitent pas distribuer ensuite via l'AppStore, de quoi non seulement limiter le risque d'explosion des demandes de validation mais également de financer, et directement, là, toute augmentation de sa charge de validation.

Si c'est pour votre concept de "l'app peut être modifiée après validation", vous êtes juste dans l'erreur, toute modification de l'app par rapport a celle qui a été validé est facilement détectable, les technos existent déjà, Apple le fait déjà.

Ne surestimez pas ma capacité à comprendre ce que vous essayez de me faire comprendre de travers. On est sur internet, on utilise l'écrit, on ne se connait pas, les difficultés de compréhension sont donc largement possibles, sans même impliquer une volonté de mauvaise fois.

avatar byte_order | 

@Krysten2001
> Pour l’instant

Oui. Et donc depuis encore plus longtemps que l'AppStore.

> et les jeux ont été contrôlés bien avant d’être mit sur des cd

Ou sous forme dématérialisé. Mais dans les 2 cas, bien avant la phase distribution, donc, oui.

> donc ça revient au même.

Ben non, justement, non. Vous vous dites que la validation des apps et l'AppStore doivent être lié. Et alors que vous reconnaissez de vous même que la validation des jeux vidéos des consoles est faite bien avant la distributition et ce quelque soit le support choisi, et donc le ou les stores pour le faire, là, vous dites que cela revient au même.

Cela revient au même *sauf* que le canal de distribution n'est en rien lié. Mais question sécurité, oui, cela revient bien au même, y'a bien la sécurité.
C'est justement ce que je n'arrête pas de dire : ce n'est pas la distribution par l'AppStore qui apporte la sécurité, c'est le processus de validation en amont, tout comme pour les jeux vidéos par exemple, alors que là les stores alternatifs existent pourtant bel et bien.

> Logique. Tout a été vérifier par le constructeur

Mais pas forcément distribué ni même vendu par le constructeur lui même.
Comment est-ce possible, puisque selon vous, reprenant les éléments de langage d'Apple, c'est l'AppStore qui apporte la sécurité parce qu'il est imposé ?

> Elles sont liés ensembles sur l’app store.

Commercialement.

> Tout est vérifié.

En amont de la distribution par l'AppStore.

> Il serait temps de le reconnaître non ?

Reconnaitre une situation ne signifie pas qu'elle n'est pas abusive.
C'est justement ce lien purement commercial et les abus qu'il peut permettre qui fait l'objet des enquètes et, ici, du procès d'Epic contre Apple.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

« Oui. Et donc depuis encore plus longtemps que l'AppStore. »

Et ? Ça change quoi ? Rien.

L’app store et la sécurité sont liés car l’app store veuillent à cela donc les deux sont liés. L’équipe de validation fait parti de l’app store.

avatar House M.D. | 

@Krysten2001

Laissez tomber, il est bouché et irréaliste.

avatar byte_order | 

@Krysten2001
> L’app store et la sécurité sont liés car l’app store veuillent à cela donc les deux sont liés.

Encore fois, non, ce n'est pas l'AppStore qui veille à cela, c'est d'un côté le processus de validation fait par Apple - qui a lieu avant la distribution, donc avant que l'utilisateur n'aille sur l'app AppStore - et de l'autre côté les mécanismes de iOS, dont la vérification du certificat de validation de l'app, qui peut être révoqué après installation - et donc après que l'utilisateur ai cessé d'être sur l'app AppStore.

Mais sinon j'aime beaucoup la symétrie de votre argument : les deux sont liés donc les deux sont liés.

> L’équipe de validation fait parti de l’app store.

Pas de l'app qui tourne sur votre iPhone, non.
Et c'est purement organisionelle chez Apple.

C'est pas comme si l'équipe de validation travaillait avec les gars en charge du développement et de la maintenance des serveurs de l'AppStore, ou de l'app clientète installée avec iOS, hein.

avatar Oliviou | 

@byte_order

Merci pour ces précisions techniques, ça rend les choses un peu plus claires !

avatar noisette | 

Ça va être difficile pour Epic de dénoncer un modèle auquel ils ont adhéré puisqu’ils ont signé un contrat et qu’en plus ça leur a rapporté des milliards

Si encore ils avaient attaqué tout de suite, sauf qu’ils se sont tellement gavé grâce à Apple

avatar byte_order | 

@noisette
On peut avoir signer un contrat et en contester quand même les clauses, hein.
D'ailleurs, c'est même une quasi obligation. Vous ne pouvez pas contester des clauses d'un contrat qui ne s'appliquent pas à vous. Il faut démontrer être victime du contrat, donc l'avoir signé.

> Si encore ils avaient attaqué tout de suite, sauf qu’ils se sont tellement gavé grâce à Apple

Ouais, enfin ils peuvent démontrer également qu'ils ont préféré perdre des milliards de manque à gagner plutôt que de continuer à être, selon eux, victimes de clauses abusives de la part d'Apple.

Ceci dit, je suis d'accord, je pense qu'ils auraient du bousculer Apple dès l'annonce de l'imminence de l'arrivée de Fortnite sur iOS. Fortnite faisait *déjà* un carton sur PC et sur console, pour rappel, *avant* d'arriver sur iOS. Ils auraient pu utiliser le levier de l'attente des utilisateurs sur iOS pour pousser le sujet sur la table, plus tôt, sans phase d'accepation initiale de la situation.

avatar debione | 

@ noisette:

Ils se sont gavé grâce... aux joueurs, qui eux ont dépensé de l'argent pour un jeu sur un terminal qu'ils ont aussi acheté et qui passe par des serveurs qui ne sont pas propriété d'Apple. Rien de tout cela n'appartient à Apple, Apple ne fait qu'obliger à passer par son store, pour par exemple prélever 30% du prix d'un skin...
Et Apple c'est bien gavé aussi grâce... a Epic, qui si ils n'avaient pas mis leurs jeux sur iOS aurait fait un manque à gagner de ... milliard (je sais pas, mais comme vous mettez milliards au pluriel, si Epic s'est fait 2,2 milliards, Apple en a gagné 1,1 milliard en proposant juste un store au client, ça fait chero...)

avatar Fennec72 | 

S’il n’y avait pas eu ces dernières années quelques gros bugs de validation par les lutins de l’App Store laissant passer, par exemple, des clones d’app et des app aux intentions malhonnêtes la position d’Apple serait inattaquable, mais ce n’est, malheureusement pas le cas.

Apple, comme Google d’ailleurs, à fait état, à plusieurs reprises, de suppression massive d’app malhonnêtes, mais il en reste encore beaucoup.

Et, même en dehors des app malhonnêtes, il y a encore beaucoup d’app d’un rapport qualité / prix très approximatif.
Vue les affirmation d’Apple d’une volonté de fournir un catalogue d’app de qualité, on est en droit d’attendre que ce soit réellement le cas.

avatar YetOneOtherGit | 

On va arriver aux niveaux de passion de l’affaire Dreyfus 😳

Amusant de voir chacun défendre sa position personnelles avec des arguments qui n’ont pas grand chose à voir avec ce qui fera la décision de la juge 😉

avatar House M.D. | 

@YetOneOtherGit

On voit quand même une dominante d’un individu qui lutte contre vents et marées pour imposer l’idée qu’il aurait raison… 😂😉

avatar YetOneOtherGit | 

@House M.D.

"On voit quand même une dominante d’un individu qui lutte contre vents et marées pour imposer l’idée qu’il aurait raison… 😂😉"

C’est le sacerdoce de ByteOrder, chacun ses combats donquichottesques 😉

avatar House M.D. | 

@YetOneOtherGit

Je dois avouer que j’aime beaucoup votre parlé, et même si nous ne sommes pas d’accord sur tout (mais à quoi bon un monde qui communique si c’est pour être d’accord sur tout?), c’est toujours avec plaisir que je vous lis et interagis avec vous ;)

avatar YetOneOtherGit | 

@House M.D.

🙏😉

avatar cycreek | 

Les gens qui répondent à d’autres en citant les questions des uns et des autres ça rend les commentaires illisibles… Il est temps que les threads soient clairement visibles sur l’app iGen ! Prenez exemple sur The Verge

avatar byte_order | 

@cycreek

Je suis d'accord, mais je m'excuse quand même pour avoir polluer votre confort de lecture.

avatar Kensei68 | 

Moi j'ai toujours le meme problème avec ce débat :
Apple fournit les produits et les services, elle est bien libre de fixer ses conditions comme bon lui semble. Le client est aussi libre de son choix au moment de l'achat, comme bon lui semble aussi, personne ne lui force la main.
Vous voulez des stores alternatifs ? Ben optez pour un Android et le problème est réglé.

C'est comme si on disait : "Je n'aime pas la nouvelle Twingo, Renault doit la changer."
Ben non, achète une Peugeot, une Fiat, une VW, peu importe...

avatar House M.D. | 

@Kensei68

Bienvenue dans le monde merveilleux du « j’veux le produit, mais j’veux pas les conditions attachées ! »… on en a un beau spécialiste ici… je vous laisse le soin de deviner lequel ;)

avatar byte_order | 

@Kensei68
> C'est comme si on disait : "Je n'aime pas la nouvelle Twingo, Renault doit la changer."

Sauf que c'est pas ça qui est reproché.
Ce qui est reproché c'est plutôt :

Je n'aime pas que Renault m'impose de devoir tout acheter chez Renault ou via Renault pour ma Twingo, carburant compris, assurance comprise, réparation comprise, et même le prêt pour l'acheter.

Et le régulateur du marché à depuis longtemps donner raison à la fois à l'acheteur de vehicule et aux fournisseurs tiers d'accessoires et de services pour votre voiture : un constructeur de voiture ne peut pas utiliser son contrôle sur le véhicule pour entraver la concurrence de ses services avec d'autres de tiers.

Si le régulateur avait estimé que, comme vous le dites, "ben qu'il achète une autre marque", il n'aurait pas trancher le sujet ainsi.

Au passage, notez que dans votre "allez voir ailleurs", sans obligation de contrainte sur les autres vendeurs, Peugeot, Fiat, VW feraient probablement le même genre d'abus à leur profit à eux, et votre soit-disant choix se résumerait surtout à changer de nom de celui qui abuse de sa position, pas de s'extraire des abus.

D'où la régulation du marché, qui se contrefout du nom de la marque / constructeur que vous préférez, mais pas de ce qu'ils ont le droit ou pas de faire.

Mais de toute façon, votre postulat de départ :

> Apple fournit les produits et les services, elle est bien libre de fixer
> ses conditions comme bon lui semble

est faux.
Non, une entreprise n'est pas libre de faire ce que bon lui semble dans un marché donné. Y'a des normes, des standards et des règles à respecter.

C'est ce qui empêche justement Renault et les autres de vous imposez de devoir prendre leur assurance auto hors de prix, de devoir acheter l'essence que chez eux, etc.
Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres mécanismes de protections du consommateur et de la libre concurrence dans un marché...

avatar Appleseed | 

@byte_order
"Je n'aime pas que Renault m'impose de devoir tout acheter chez Renault ou via Renault pour ma Twingo, carburant compris, assurance comprise, réparation comprise, et même le prêt pour l'acheter."

Et encore un exemple à coté de la plaque visant à vous convaincre que vous avez raison ...

Apple ne vous oblige pas à tout acheter chez elle.
Y'a un paquet d’accessoires dispo ailleurs, donc non, ce n'est pas tout.
Le seul passage obligé c'est l'Apple store si vous voulez installer une appli en local sur votre tél.
Autrement web app.
Nooooooooon c’est faisable ça ?
Bah oui !

Le carburant ?
Si vous parlez de la batterie, vous pouvez faire changer votre batterie par Apple, par l'un des ses réparateurs agréés ou par un autre (ça fera sauter votre garantie, mais c'est faisable).
Si vous parlez de l'alimentation, vous pouvez acheter des câbles non Apple, des chargeurs non Apple et vous fournir en électricité, non vendue par Apple !
Quoi mais comment est ce possible ???
C'est aussi faisable ça ?
Bah oui, si je te le dis !

L'assurance ?
Vous pouvez souscrire une assurance pour votre tél chez l'assureur que vous voulez du moment qu'il le propose.
C'est légale ça ?
Y'a pas des lois contre ?
Ne me dis pas que ça aussi on peut le faire !!!
Bah si ! je sais, c'est complètement fou !!!

Les réparations ?
Vous pouvez faire réparer votre tél chez Apple, chez un réparateur agréé, ou chez un autre (ça fera sauter votre garantie, mais c'est faisable).
Ho que tout ça est dingue !!!
Ca va ?
Oui ... j'hésite entre le malaise et l'orgasme ...

Vous semblez quand même sacrément déconnecté de la réalité ...
Je vous souhaite une bonne continuation dans la réalité alternative dans laquelle vous êtes ...

avatar Krysten2001 | 

@Appleseed

Ouf vous avez eu le courage 😅🥲

Pages

CONNEXION UTILISATEUR