Bruno Le Maire tacle Apple sur sa position dominante en Europe

Mathieu Fouquet |

Après Cédric O qui défend l’idée d’une taxe GAFA, c’est au tour de Bruno Le Maire de cibler les géants du numérique, et tout particulièrement Apple. Le ministre de l’Économie français, durant une conférence sur la compétitivité numérique organisée par la présidence allemande de l'Union européenne, a critiqué la position dominante des entreprises technologiques étrangères dans l'UE, quelques mois après l’ouverture par la Commission européenne d'enquêtes sur Apple Pay et l’App Store.

Image Direction générale du Trésor.

Bien remonté contre la capitalisation boursière d’Apple, qui dépasse celle de tout le CAC 40, le ministre a critiqué le fait qu’un petit nombre de multinationales s’accaparaient la plupart des profits sur le marché européen. Selon lui, une telle situation est mauvaise pour la compétitivité locale : « C’est un problème compétitif lorsque ces compagnies mettent en place des stratégies pour enfermer leurs utilisateurs et verrouiller leurs écosystèmes ».

Déplorant le manque de champions locaux dans le secteur du numérique, Bruno Le Maire voudrait que de telles entreprises fleurissent dans l'Union européenne, sans toutefois préciser exactement la manière d’y parvenir. La solution dépasse manifestement le cadre national trop étriqué : c'est au niveau de l'Europe qu'il faut agir bien sûr, mais encore faut-il pouvoir accorder ses violons entre États membres.

Le cas StopCovid est assez exemplaire : l'Allemagne a abandonné en cours de route le protocole développé conjointement avec la France, pour mieux embrasser l'API d'Apple et de Google. Résultat, StopCovid est complètement isolé en Europe et a des allures de « crash industriel ».

Autre exemple : début juin, le gouvernement a choisi Microsoft et la plateforme Azure pour stocker les données de santé des Français sur le Health Data Hub, au détriment d'OVH. Le tout en plein débat sur la souveraineté numérique française et européenne, et alors que le projet Gaia-X d'infrastructure cloud intégrée en Europe est en développement.

Si l'UE est encore empêtrée dans les choix technologiques contradictoires de ses membres, en revanche elle sait faire une chose : produire des règlements. Le Digital Services Act, qui sera lancé en fin d'année, est censé rééquilibrer les disparités de certains marchés, notamment pour ce qui concerne l'économie numérique. Bruno Le Maire veut faire en sorte que ce règlement cible spécifiquement les plateformes numériques qui ont acquis une position dominante et qui usent de « stratégies prédatrices ».

avatar raoolito | 

« C’est un problème compétitif lorsque ces compagnies mettent en place des stratégies pour enfermer leurs utilisateurs et verrouiller leurs écosystèmes »

je suis d'ailleurs Monsieur le ministre. Sauf que l'experience amazon, google, netflix ou apple en tant qu'utilisateur sont terriblement efficace et bien faites. ils ont ce quelque chose qui fait qu'on s'y retrouve, qu'on se sent "aimé" à acheter etc.. C'est quelque chose de subjectif qui decoule d'une reflexion à long terme et très pointilleuse de "l'experience client"
je ne dis pas qu'on ne le fait pas, je dis qu'on y arrive moins bien qu'eux.

avatar Fredouille14 | 

@raoolito

c’est bien ça
en effet Amazon c’est le mal, mais que c’est simple et rassurant d’acheter chez eux même si parfois il y a moins cher

avatar bonnepoire | 

@ raoolito
Les produits technologiques français sont souvent médiocres donc ça ne risque pas de changer.

avatar rikki finefleur | 

@bonnepoire
Donc macg c'est pourri alors ?
Et ubisoft aussi ?
et tant d'autres que tu ne connais pas..
Et ailleurs en UE dans ton esprit de simplification, c'est qui les bons ?

avatar frankm | 

@bonnepoire

Et Airbus. Le principe de fonctionnement de l’A320 de 1978 est toujours d’actualité, simple, épuré, facile. Il réduit le reste à la préhistoire, même le leader américain (rien à voir avec le 9.11)

avatar fousfous | 

Vu qu'il a pas l'air de savoir de quoi il parle je vais l'aider: expérience utilisateur.
C'est peut-être ça qui manque à nos boites françaises.

avatar Derw | 

@fousfous

Non. Dans nos boîtes françaises il y a de très bons UX et UI designer et de très bons ergonomes. D’ailleurs, certains sont débauchés par les américains. Ce qu’il manque c’est des boîtes de taille et d’expérience suffisante pour investir ce secteur…

avatar fousfous | 

@Derw

La blague...
Pas chez dassault ni dans nos banques en tout cas...

avatar Derw | 

@fousfous

Effectivement, non. Pas chez eux. Ni chez Renault ou Carrefour… mais vous savez que les entreprises françaises ne se résument pas à ces « fers de lance » ?

avatar byte_order | 

@fousfous
> Pas chez dassault

Ouais, c'est clair que Dassault n'a aucun leadership dans aucun domaine lié à l'outil informatique.
Ce qu'il ne faut pas lire...

avatar Jacti | 

@fousfous : Wikipedia : Dassault Systèmes est un éditeur de logiciels spécialisé dans la conception 3D, le maquettisme numérique 3D et les solutions pour la gestion du cycle de vie d’un produit (PLM). Que faites-vous du logiciel CATIA ? il n'y a pas que les logiciels pour Internet dans l'informatique.

avatar YetOneOtherGit | 

@Jacti

"Dassault Systèmes"

DS est un des très rare grand succès français dans le domaine du logiciel.

Un acteur de taille mondiale, leader de son marché.

Le travail de Bernard Charlès est absolument remarquable et impressionnant 👏(Une des spécificités de l’état majors de DS est la part conséquente de personnes issues de la Tech)

avatar byte_order | 

@YetOneOtherGit
> Une des spécificités de l’état majors de DS est la part conséquente de personnes
> issues de la Tech

Comme quoi le mouvement qu'il faut n'est pas toujours dans le sens que l'on croit. Monter en compétences business tout en gardant des compétences techniques est p'tet meilleur que d'espérer que des businessmen montent en compétence technique...

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Comme quoi le mouvement qu'il faut n'est pas toujours dans le sens que l'on croit. "

Attention ce ne sont pas des hémiplégiques chez DS😃

Bernard Charlès bien qu’issues de lENS Cachan a portée une vraie vision produit et une compréhension des enjeux de marché qui ont fait le succès de l’entreprise.

C’est cette face de transformation en produits d’un champ des possibles techniques qui est souvent difficile en France.

Ceux qui sont capable de cela, ce sont des tech qui ont embrassés eux la couche business, produits, marketing... tout en étant capable d’évaluer le champ des possibles des évolutions technologiques en se projetant dans un futur raisonnable.

Je crois beaucoup à ce type de profil qui sont en France (Bon, ok c’est mon profil on peut me reprocher un plaidoyer pro domo)

Mais comme le disais précédemment c’est une des tares françaises par rapport aux US : en moyenne des tech qui méprisent volontairement le business 😎

avatar YetOneOtherGit | 

@byte_order

"Monter en compétences business tout en gardant des compétences techniques est p'tet meilleur que d'espérer que des businessmen montent en compétence technique..."

Cela fonctionne très rarement.

Un profil Ingénieur + MBA ça fonctionne, mais rare sont les produits d’école de commerce capable de s’approprier à posteriori la rigueur « sciences dures » de la technologie.

Il y a évidemment des exceptions à la règle, mais de mon expérience, elles sont rares.

Les profil école de commerce ont pris le pouvoir parce que bien des tech ont refusé d’essayer de conquérir le terrain et ont voulu rester dans la « pureté » de leur domaine qu’ils défendent.

Bref pour moi bien des techs se trompe de guerre en défendant leur pré carré « virginal » au lieu d’essayer de conquérir le terrain où se trouve le pouvoir.

avatar byte_order | 

> Que faites-vous du logiciel CATIA

De la CAD. C'est le logiciel leader dans ce domaine. Même Boeing l'utilise, pour info.

> il n'y a pas que les logiciels pour Internet dans l'informatique.

Et il n'y pas que les GAFA dans l'informatique non plus.

avatar tupui | 

@Jacti

Nan mais la blague. Pour avoir utiliser pendant des années CATIA (v5 et v6), je peux dire que c’est une horreur d’ergonomie ! On veut vraiment prendre ça comme exemple !? Je ne critique pas les possibilités de CATIA, mais en terme d’expérience utilisateur, on peut difficilement faire pire... Je suis encore traumatisé par les barres d’outils invisibles. Ceux qui on déjà jouer avec cette horreur comprendront

avatar melaure | 

@Derw

Il faut vite le dire pour la plupart des applis développés en entreprise. Idem pour les produits de gestion, de compta, pas mal de crm, d’erp etc ... l’ergonomie c’est ce qu’on fait s’il reste du temps après les fonctions métier. Et il n’en reste jamais ...

avatar bonnepoire | 

@ Derw
Je travaille avec des logiciels métier français et leurs interfaces sont parmi ce que j'ai connu de pire. Sans compter la lourdeur du système. Je ne vais pas citer de nom mais par exemple, un des logiciels ne travaille qu'avec des scanners en usb. Aucun moyen de lire un partage réseau, c'est très limitant à l'ère de la virtualisation. Sans compter leur interface qui est une horreur digne des logiciels d'il y a 20 ans? Ca fait le job, ok. Mais techniquement c'est largué.

avatar Derw | 

@bonnepoire

On est d’accord sur ce constat, mais le problème n’est pas une hypothétique incompétence des ergonomes, UX et UI designers français ou européens, mais l’inaptitude des décideurs à mettre de l’argent sur ces profils pour des outils internes ou même des progiciels sur des marchés de niche à faible concurrence, ou où la concurrence est aussi pourrie qu’eux au niveau design. Quand des français ou des européens veulent être innovants sur le marché grand public beaucoup plus concurrentiel, ils en sont tout à fait capable. Il suffit de voire la French Tech. Reste que c’est beaucoup plus facile de sortir une nouvelle app, un nouveau service, encore pas ou peu concurrentiel sur des appareils et avec des technos fait par les autres, que de s’aventurer à inventer tout un écosystème informatique concurrent d’Apple, Windows et Android…

Bref, ce n’est pas un problème de compétences techniques locales, mais un problème d’investissement local ET le fait qu’il est très tard pour se réveiller et rattraper 40 ans d’inaction.

avatar byte_order | 

@fousfous
> Vu qu'il a pas l'air de savoir de quoi il parle je vais l'aider: expérience utilisateur.
> C'est peut-être ça qui manque à nos boites françaises.

Surement pas. Quand on voit comment "la french touch" en terme de design, de jeu vidéo, animation cartonnent dans d'autres boites, le problème n'est pas un manque de culture du souci de la perfection (qui d'ailleurs est souvent pointé par les américains comme un mal très français). Le studio bien français derrière le succès de Microsoft Flight Simulator 2020 en est une très bonne démonstration.

Ce qu'il manque aux boites françaises, ce sont des capital-risqueurs français, ou au moins européens.

A la place, ce sont des boites étrangères, souvent américaines, soutenues par des capital-risqueurs étrangers, qui rachètent des boites françaises.

On entend dire souvent que les français n'osent pas assez se lancer. La réalité, c'est que la finance française et européenne n'osent pas soutenir leur audace, en pratique.

avatar bonnepoire | 

@ byte_order
Les exemples que tu soulèves sont excessivement rares. Va travailler avec des outils français dans un environnement corporate et on en reparle...

avatar byte_order | 

@bonnepoire
> Les exemples que tu soulèves sont excessivement rares.

La liste des logiciels hyper connus de tous partout dans le monde est très courte.
Les américains produisent eux aussi tout plein de logiciels divers et variés, orienté particulier ou métier, et l'immense majorité d'entre eux sont tout aussi inconnus (et pas mal tout aussi mal foutu, d'ailleurs) que ceux français.

> Va travailler avec des outils français dans un environnement corporate et on en reparle...

Ben j'ai fait du CATIA à un moment, plus jeune, par exemple.
Je fais du Docker aussi, désormais.
2 logiciels pondus par des entreprises françaises.

Ah, sinon j'écoute Deezer en bossant au boulot, ça compte aussi !?
^_^

avatar Fredouille14 | 

les meilleurs produits sont malheureusement américains et asiatiques

et comme dans les nouvelles technologies seuls les tout meilleurs survivent et de fait s’assurent une position dominante

avatar bonnepoire | 

@ Fredouille14
Ce qui me dérange c'est l'hypocrisie de sa déclaration. Il faut promouvoir français alors que par soucis d'économie les mêmes choisissent Huawei plutôt que Nokia ou Ericsson.

Il surfe sur une vague, certains applaudiront mais ça n'ira pas beaucoup plus loin.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR