La WWDC 2020 en ligne, une expérience partagée pour les développeurs

Stéphane Moussie |

La WWDC 2020 restera dans les mémoires. Cette édition aura bien sûr été le théâtre de l'annonce de la transition vers les puces Apple pour le Mac, mais elle aura aussi été pour les développeurs une édition complètement inédite dans sa forme.

Ni tirage au sort, ni tickets d'entrée et d'avion à acheter, ni grand rassemblement en Californie… Pour la première fois de son histoire, la WWDC s'est déroulée exclusivement en ligne. À cause de la pandémie de coronavirus, Apple a dû repenser entièrement son raout annuel, du keynote d'introduction jusqu'aux rendez-vous entre ingénieurs de Cupertino et participants. Un changement bénéfique ou désavantageux pour les développeurs ?

Les bons points

Le keynote, parlons-en, a été très apprécié par la communauté. Plus rythmé et plus varié dans sa mise en scène que l'habituelle présentation en direct sur scène, cet enregistrement vidéo pourrait inspirer les futures productions d'Apple dans le domaine, a soufflé Craig Federighi au micro de Marques Brownlee.


avatar Florent Morin | 

Des labs et sessions one-to-one en Europe (et ailleurs), ça peut être pas mal aussi.

avatar Lightman | 

J'ai eu la chance de rencontrer Yoann Gini personnellement à Lyon lors de sa présentation technique Cocoaheads sur la découverte de la faille root log sans mot de passe.

C'est une personne épatante. 😃

Suis pas sûr que la conf soit en ligne et c'est dommage.

avatar Tibimac | 

Je pense qu'il faut garder la WWDC comme on l'a connait habituellement avec en plus peut-être 500/1000 places en plus donnant droit à un certain nombre de lab.

Puis ensuite 2nd mini WWDC en Europe et une 3èm mini WWDC en Asie. Pour ces 2 là secondaires il pourrait y avoir par exemple moitié moins de places physique/virtuelle et/ou durée de 3 jours au lieu de 5.

Ça serait un bon compris !

avatar sigmanet15 | 

Je pense qu'aux vues des défis écologiques actuels, faire la WWDC en physique est contraire aux engagements d'Apple (et d'ailleurs aux engagements de tous).

De plus, la formule virtuelle comme cette année améliore certainement l'égalité des chances (non ? Je ne suis pas sociologue mais ça me paraît intuitif.).

Si la seule chose qui manque vraiment à cette version est l'aspect networking, alors c'est là-dessus qu'il faut travailler. Et inventer un moyen efficace de faire du networking à distance. J'imagine que c'est possible : micro-sessions avec un ingénieur, tchats, etc.

avatar raoolito | 

@sigmanet15

un truc entre les deux finalement. à la fois presence sur place et à la fois presence en ligne.
j'ai noté que les petites sessions et, en general, le non chronometrage des sessions semblait etre un point positif pour les videos (sans parler des traductions, replay, recherche par mot clef etc..)
il y a clairmeent un truc à faire là...

quand aux mini sessions locales, vous pouvez toujours rever :)

avatar man0 | 

« ... il est de toute façon compliqué de prédire l'évolution de la pandémie d'ici un an. »

Juste pour dire, je pense qu’aujourd’hui on peut parler d’endémie...

CONNEXION UTILISATEUR