Apple fera un retour discret au CES en janvier

Mickaël Bazoge |

Après trois décennies durant lesquelles Apple a brillé par son absence, le constructeur va signer son grand retour au CES de Las Vegas début janvier… mais pas pour présenter de nouveaux produits ! La Pomme va envoyer Jane Horvath, sa directrice de la confidentialité, qui va participer le 7 janvier à une table ronde sur le sujet. La conférence accueillera également des dirigeants de Facebook, de Procter & Gamble, ainsi que des huiles de la FTC, la commission américaine en charge du commerce.

La dernière apparition officielle d'Apple durant la foire au n'importe quoi le plus grand salon mondial des produits électroniques remonte à 1992, comme le rappelle Bloomberg. John Sculley, le CEO de l'époque, avait alors lancé le Newton durant l'édition du CES qui se déroulait à Chicago.

Malgré (ou à cause de) son absence, Apple a souvent été au cœur des discussions durant le salon. Le constructeur et ses produits exercent bien sûr une énorme influence sur tout le secteur de la high-tech, et pour prendre l'exemple de ces dernières années, de nombreux exposants présentent chaque année pléthore d'accessoires pour l'iPhone. S'il n'y a pas de stand Apple à proprement parler dans les travées du salon, de nombreux représentants du constructeur sont présents pour fouiner et discuter avec des sous-traitants.

Durant le CES de cette année, Apple a marqué sa différence en affichant un panneau vantant la confidentialité de l'iPhone.


Tags
avatar Paquito06 | 

Mais Apple (et FB ou autres) envoient (deja) pletor d’ingenieurs chaque annee au salon, officieusement.

avatar JokeyezFX | 

@Paquito06

Oui, comme écrit dans l’article

avatar oomu | 

encore un échec d'Apple, ça envoie la directrice de la confidentialité et tout le monde est subitement au courant ! Tu parles d'une confidentialité...

halala, ça serait pas arrivé-euh du temps de Steveuh Jobseuh. Toute façon depuis que Steve est parti, Apple n'est plus Apple (Steve WOZniak bien sur :) )

avatar occam | 

@oomu

Sans allumeurs de réverbères, les candélabres ne sont plus que des vulgaires becs de gaz.

avatar Dark Phantom | 

@oomu

Référence amusante, mais peux tu confirmer que : Bill Gates était codeur, Wozniak aussi, tandis que Jobs n’a jamais créé de codes, il a juste fait du marketing ? Ballmer je ne sais plus.
Les informaticiens ont toujours aimé tripatouiller surtout dans Windows, avec tous ses « virus » mais aussi tous ses programmes disponibles, tandis que Apple originellement aussi a toujours plu aux créatifs (graphisme, photo, musique, vidéo): on se concentre sur son logiciel de création plutôt que gérer son système d’exploitation
Les hommes qui ont créé ces boites ont aussi donné une façon de se servir de leurs machines

avatar occam | 

@Dark Phantom

"Apple originellement aussi a toujours plu aux créatifs (graphisme, photo, musique, vidéo)"

Oh que non !
Vous décrivez là le Mac, qui permettait d’emblée tout ce qui était malaisé, compliqué ou carrément impossible sur les OS des PC de l’époque. Le Mac a formé cette image d’Apple.

Mais il y eut un autre volet Apple, avant et bien longtemps en parallèle au Mac : celui de l’Apple ][, machine de bidouilleur par excellence. On ne comptait plus le nombre de cartes d’expansion et de bidouilles pour Apple ][, ni le nombre de logiciels et d’OS qui y ont débuté ou qui y ont été adaptés pour y faire florès.

J’ai fait connaissance avec l’Apple ][ en laboratoire à l’uni, tous les labos en étaient équipés, pour capter les données et piloter les expériences.

Comparé à l’informatique d’alors, le ][ était le Raspberry Pi d’il y a 40 ans : cheap, ouvert, infiniment adaptable. Il n’est pas étonnant qu’il ait fait une très longue carrière dans l’enseignement, bien après l’introduction du Mac.

Edit : et le ][, c’était l’esprit de Woz tout craché. Tant le Mac est le bébé de Jobs, le ][ respire l’esprit de Woz.

avatar oomu | 

"Référence amusante, mais peux tu confirmer que : Bill Gates était codeur, Wozniak aussi, tandis que Jobs n’a jamais créé de codes, il a juste fait du marketing ? Ballmer je ne sais plus."

Wozniak était un pur ingénieur geekesque. Très tôt ami de Steve Jobs. Prompt à se débrouiller n'importe comment pour avoir accès à du matériel informatique intéressant. + Matériel que Logiciel, Wozniak a fait beaucoup pour les premiers ordinateurs Apple et son travail était remarquable. Si tôt qu'il perdit la passion pour Apple et découvrit L'Importance De La Vie (tm), il s'est contenté d'être riche.

Bill Gates était un informaticien, issu d'une grande famille, ça déconne pas longtemps : plan business avec ses potos d'amour Ballmer et Allen, étude d'informatique mais avec un cursus en droit parce qu'on est pas dans une famille de déconneur. Bien plus logiciel que matériel, une fois microsoft bien parti, il s'est contenté d'être un homme d'affaire astucieux et totalement à coté de la plaque pour prédire l'évolution de la technologie et des moeurs (mais aucune importance: Microsoft était placée au coeur des évènements via l'incroyable génie de se foutre dans le cul d'IBM)

Steve Jobs est un atypique : semi-autodidacte, semi-hippie-capitaliste, semi-technophile-artiste, semi-végétarien-ascète-milliardaire dispendieux.
Dire qu'il "n'a fait que du marketing" est stupide. Le bonhomme se mêlait de tout sur les débuts d'Apple : de matos, de design, de typographie, d'insulter les candidats, et effectivement d'être + beau et cool que WOZ (donc présenter les Apple).
Il a surtout le flair de remarquer les technologies et les personnes clés (woz, lassetter, hullot , ive) et de se passionner à 150%.

-
" Les informaticiens ont toujours aimé tripatouiller surtout dans Windows, avec tous ses « virus » mais aussi tous ses programmes disponibles,"

Les "informaticiens", en particulier ma génération (et par exemple la totalité de mes actuels collègues) ont toujours méprisé et détesté windows.

Windows était une merde. (je pèse mes mots, si on était dans un bar, je dirai ce que je pense vraiment de Windows 1 à XP en étant outrancier).

Windows était haïssable : lent, mal conçu, ordurier (une accumulation grotesque de trucs sans design ou but, souvent du plagiat à la stacker ou video for windows 1.0 de trucs d'autres entreprises).
DOS était franchement cauchemardesque et primitif en comparaison de tout ce qui existait sur Terre. Windows était lui insultant.

Non, Windows ne fut jamais de la "belle" informatique. Unix, NeXTstep, OS/2, etc, oui. Dos/Windows BOUERKL.

On ne bidouillait pas "windows", on le méprisait, on lui crachait dessus en tentant de se démerder pour que cette bouse exécute sans crasher parce qu'on a chargé le pilote cdrom au mauvais moment et on rebootait pour ajouter une police ou éternuer.

Ce n'est pas un hasard si Linux a décollé aussi vite quand Torvalds l'a rendu publique: je dirais au bas mot que deux générations d'informaticiens attendaient N'IMPORTE QUOI pour sortir de l'Age Sombre de Windows 3x/9x.

A l'inverse, année 80/début 90s, le PC était franchement pas excitant. Les machines les plus fofolles étaient dans la micro (l'Amiga, les Apple puis Mac, les stations NeXT, les monstres unix , les alpha, etc). Le PC a finit par s'imposer par méthode brut : intel a fini par rendre surpuissant les cpus (à partir du 486 puis le Pentioum 75mhz).

Vous avez une vision frappadingue et erroné d'Apple. Du temps du Apple 1 et 2, c'était une machine très ouverte et qui faisait rêver tous les informaticiens en herbe. Plein d'outils pour programmer, des bus pour ajouter des cartes et se prendre du jus, bref le bonheur à Geek Oomu à Lunette. C'était un peu cher... alors on se "contentait" d'un Atari ST hein.. ou d'un Amiga avec son SE multitache (!) graphique (!)

le Mac est une rupture, profonde. Autant chez Apple que dans l'industrie.

Oui, le Mac fut rapidement une machine "d'artiste". C'était son positionnement commercial, et c'était aussi naturel par le fait qu'il intégrait de nombreuses avancées logiciels pour des logiciels et interfaces graphiques. D'où l'émergence d'Adobe Photoshop, Microsoft Excel ou les Kai's tools dessus.

"on se concentre sur son logiciel de création plutôt que gérer son système d’exploitation"

Il faut arrêter la niaiserie. Le seul but d'un ordinateur est d'être un outil pour un TRAVAIL. Toute distraction est une gène. Se concentrer sur "son système d'exploitation" c'est gâcher sa vie, c'est utiliser un SE médiocre ou immature. (c'est vrai de Ouindoz que d'un Linouks sans pilote adapté).

S'il y a une beauté dans l'architecture d'un système d'exploitation que cela en fait un sujet d'étude passionnant, il n'est JAMAIS plaisant de passer plus de temps à réparer/contourner la médiocrite du SE plutôt que de travailler avec les logiciels.

Bref, le Mac, avec la convivialité de MacOS était un progrès, un gain, un avantage, une aide, sans aucun débat ni doute. Apple avait _raison_.

Après, avec le temps, Apple avait _tort_ de laisser traîner MacOs techniquement, jusqu'à ce que Windows 98 soit plus pertinent en presque tout pont. MacOs X fut un bond merveilleux autant pour l'UI que la technique interne (BSD, tout l'héritage Objet et MACH de NeXTstep et du GNU avec plein de perl; python, etc. la Joie quoi)

Mais tout est cyclique, et maintenant, lentement Macos X devient rance, pendant que microsoft bosse d'arrache pied pour rendre Windows 10 linuxement excitant et naturel...

Ha morne plaine et éternel retour...

Bref !

Je dirai que vous avez tort et raison simultanément.

Apple n'est pas le Apple que vous croyez (c'est une entreprise qui a fait, tout au long de son histoire, du très haut niveau d'ingénierie, autant matérielle QUE logicielle : que ça soit quickdraw ou par la suite cocoa et maintenant ios/Swift)

et Microsoft est autant haïe que pardonnée par la jeune génération. (vous avez pas connu "lettre aux hobbyiste" de billou, le procès stacker, la médiocrité infâme de windows 3.x, etc ha c'est sur, on fait un zoli Flight Simulator, on achète Marathon pour le rebooter en Halo et on rend windows enfin stable et tout est pardonné.. tss tss :) )

"Les hommes qui ont créé ces boites ont aussi donné une façon de se servir de leurs machines"

alors heu oui, il est serait folie que de nier l'impact et influence de Jobs sur Apple (immense), ou le pavé qu'était Ballmer pour Microsoft.

Mais résumer Apple à Jobs, tout comme le méchant et aigri Oomu résume Microsoft à Billou et Balmou , est un tort.

Ces deux entreprises ont été traversée de gens opiniâtres et passionnant. Et Parce que je suis Vil et Mesquin, je vais donner le nom d'un employé Apple qui a compté: Avie Tevanian (et pas celui de Richard Rashid, na!).

avatar JokeyezFX | 

@oomu

Merci pour le cours 👌

avatar mmmathieu | 

@oomu

Passionnant

CONNEXION UTILISATEUR