APR : le revendeur belge Switch demande une réorganisation judiciaire

Anthony Nelzin-Santos |

Switch sollicite une procédure de réorganisation judiciaire, l’équivalent belge d’une procédure de sauvegarde. Le plus grand Apple Premium Reseller (APR) de Belgique veut bénéficier d’« un cadre stable » pour « repositionner l’entreprise dans les prochains mois », d’après un courrier envoyé aux salariés, dont nous avons obtenu une copie. Un nouveau rebondissement dans l’histoire mouvementée des revendeurs belges.

La boutique de Switch à Ostende. Image Switch.

Avec ses 28 boutiques dans toute la Belgique, Switch est le plus grand APR du pays, et l’un des plus grands d’Europe. Une position qui n’empêche pas les secousses, comme lorsque le revendeur avait connu des problèmes de trésorerie en décembre 2017, au point qu’Apple elle-même avait arrêté les livraisons, au moment crucial des fêtes de fin d’année (lire : Switch : le plus grand APR belge traverse « une crise majeure »).

À l’époque, Rik Vrancken niait se trouver « dans une situation délicate », dans une réponse à notre enquête par médias interposés. Quelques mois plus tard, il passait la main à Thierry Janssen, un vieux briscard de l’informatique d’entreprise1 bilingue. Le nouveau CEO de Switch reconnait aujourd’hui devoir prendre des mesures « après deux années de pertes2 et les problèmes de liquidité auxquels nous faisons face depuis plusieurs mois ».

La procédure en réorganisation judiciaire (PRJ) vise à « préserver, sous le contrôle du juge, la continuité de tout ou partie de l’entreprise en difficulté ou de ses activités », selon le Conseil francophone de la Fédération royale du notariat belge. « L’objectif est d’assurer une protection rapide du débiteur contre les actions individuelles des créanciers », selon un mécanisme similaire à la procédure de sauvegarde en droit français.

Il s’agit d’éviter la cessation de paiements, et plus loin la faillite. Switch assure avoir rempli « ses obligations tant vis-à-vis de ses partenaires financiers que de ses fournisseurs », parmi lesquels Apple, qui n’était pas immédiatement disponible pour commenter la situation. Thierry Janssen et Harold Vanheel, le directeur financier de l’APR, craignent toutefois que la situation empire dans les prochains mois, au moment de la rentrée puis des fêtes.

Ces dernières années, le marché belge s’est fortement concentré après une vague d’acquisitions. Pour renforcer iCLG, eBizcuss avait acheté Mac Line en 2011, formant un réseau enjambant le Quiévrain. Le groupe a été placé en liquidation judiciaire l’année suivante, sur fond de tensions entre les APR et Apple. Soucieux de se développer en Wallonie et à Bruxelles, où Apple a ouvert une boutique en nom propre, Easy-M a repris les boutiques de Mac Line puis celles d’Abelsys.

Des erreurs de gestion ont mené Easy-M au bord de la faillite. Assisté par des fonds d’investissement, le « petit » Switch a absorbé le grand « Easy-M » pour former le plus grand réseau de revendeurs Apple du pays. Depuis l’acquisition du wallon CAMi par le flamand Lab9, la Belgique ne compte plus que deux APR indépendants, Taco Systems à Waterloo et Cipiyou à Verviers.

Thierry Janssen nous explique attendre « une réponse d’acceptation dans la quinzaine ». Les dirigeants de l’entreprise pourront alors appliquer leur plan de réorganisation pour « améliorer la rentabilité et la solvabilité de l’entreprise ». Avec une priorité : reconstituer la trésorerie pour  « que les stocks puissent être mis à niveau afin de soutenir l’activité des mois les plus chargés de l’année ».


  1. Vrancken reste membre du conseil d’administration. ↩︎
  2. Switch a perdu 44 425 € en 2017, alors qu’elle avait dégagé près de deux millions d’euros de bénéfices en 2016, selon les comptes annuels déposés auprès de la Banque nationale belge. Nous n’avons pas pu consulter les comptes de 2018. ↩︎
Tags
avatar Malouin | 

Être revendeur informatique a toujours été un sacerdoce ! Ça devient de pire en pire...

avatar raoolito | 

"Switch a perdu 44 425 € en 2017, alors qu’elle avait dégagé près de deux millions d’euros de bénéfices en 2016, selon les comptes annuels déposés auprès de la Banque nationale belge. Nous n’avons pas pu consulter les comptes de 2018."

whow

avatar 421 | 

@raoolito

Entre le remboursement des banques et les investisseurs ou cadres qui veulent se gaver, j’ai connu ça dans mon ancienne boîte, le «directeur financier » était tellement payé et peu efficace, les vus qui ont vu la poule aux œufs d’or tellement peu à l’écoute de leurs employés et tellement prêt à conquérir le monde qu’en 3 ans la boite était en faillite...

avatar broketschnok | 

Il faut mettre des frites dans les Mac. Ça leur redonnera le sourire

avatar CorbeilleNews | 

Conséquence du mécanisme d'évasion fiscale d'Apple qui laisse tellement peu de marges aux boutiques ?

avatar IceWizard | 

@CorbeilleNews

Pour ça il faudrais qu’APR appartienne à Apple, au lieu d’être un indépendant.

avatar bonnepoire | 

@ CorbeilleNews
J'ai un peu de mal avec cette vieille excuse. En caricaturant, je dirais qu'ils n'ont qu'à acheter chez Amazon.

Il parait qu'ils ne margent pas sur les produits mais sur les accessoires... pourtant, régulièrement on voit fleurir des promotions très intéressantes chez différents revendeurs. Les journées adhérents Fnac qui proposent 10 % voire 15%, Carrefour qui casse les prix, Cdiscount qui fait encore mieux.

Les APR ont toujours été difficile à rentabiliser depuis la renaissance d'Apple. C'est aussi le cas en France il me semble. Ces entreprises ne sont-elles pas simplement mal gérées???

avatar pat3 | 

@bonnepoire

"Les APR ont toujours été difficile à rentabiliser depuis la renaissance d'Apple. C'est aussi le cas en France il me semble. Ces entreprises ne sont-elles pas simplement mal gérées???"

Tu donnes la réponse à ta question… ce ne sont pas les APR qui sont difficile à rentabiliser, ce sont les magasins informatiques. C’est un marché où les fabricants vendent en ligne, les grandes surfaces font des promos avec des prix d’appel, et les grosses boutiques du web ont des prix plancher quasi en permanence. Le marché est de plus soumis à des fluctuations saisonnières et aux aléas technologiques des fabricants de composants positionnés sur le marché mondial. Les grands comptes sont trustés par des boîtes à échelle européenne…

Ce que j’ai du mal à comprendre, c’est plutôt qu’il y ait des boutiques pour se lancer là dedans, et croire qu’elles peuvent lutter avec du stock en magasin et des loyers de boutique en dur… la seule plus value que peut créer une boutique c’est du service, et encore, faut s’arracher pour fournir un service que les fabricants ne fournissent pas eux-mêmes.

avatar MacMarc | 

C'est peut-être bien de regrouper les magasins pour faciliter les relations avec Apple et être forts par rapport à la concurrence, mais maintenant, si Switch devait "couler", ça donnerait un fameux coup à la visibilité du Mac en Belgique :-/

avatar bonnepoire | 

@ MacMarc
Je ne vois pas en quoi. Apple est très visible chez Fnac ou Mediamarkt. Les magasins switch sont chers et disposent d'une gamme de produits réduit. Leur disparition n'aurait rien de problématique. Ils n'ont jamais sur faire valoir leur différence et apporter une plus-value si ce n'est les formations qu'ils proposent.

avatar laurent.1979 | 

Je comprends mieux l’état du magasin de Belle-île (LIEGE). Où l’armoire TV est vidée de son contenu depuis plusieurs semaines. Les trous dans le plafond. Etc... inquiétant.

avatar Cool Active | 

Novembre 2018 : je me rends dans ce magasin afin de faire intervenir la garantie pour un iPhone 7 en panne.
Le vendeur le dépose côté capteur photo et me dit : "On voit bien qu'il est tombé, il n'est pas stable".
Il me propose alors l'échange à hauteur de 350€. Je refuse en rétorquant que c'est normal qu'il bouge du fait de l'objectif... Le vendeur ne veut rien entendre.

Bref, je reprends mon gsm et me rends à l'Apple store de Bruxelles où la panne est constatée et où on me donne un nouveau gsm gratuitement.

Honnêteté ???

avatar Vincelamenace | 

.

avatar touraco | 

@Vincelamenace

J’ai connu ca dans cette boite...

avatar MacMarc | 

Quand je pense qu'il y a des passionnés du Mac, dont un que je connais depuis... mon premier Mac Classic et qui a jusqu'ici toujours réussi à se retrouver quelque part où il pouvait s'occuper du Mac, qui risquent de se trouver sur le carreau, ça me fait mal au coeur...

Dommage qu'Apple, qui doit en avoir les moyens, n'encourage pas les petits indépendants passionnés, qui peuvent pourtant contribuer à la satisfaction des utilisateurs, quand ils ont les reins assez solides pour pouvoir se permettre de prendre le temps d'offrir un service sympa (d'où l'intérêt d'une marge supérieure pour qu'ils ne soient pas obligés de vendre autre chose pour gagner leur croute).

avatar touraco | 

Mac line c’était génial !
Ensuite Easy-m, flamingant et la boss une menteuse.

avatar Jacalbert | 

Dommage mais prévisible
A partir de demain super conditions jusqu’à 70% de remise
https://www.switch.be/fr/

avatar enezvaz | 

Expérience perso chez un APR de l’ouest cette semaine : un MBP avec une garantie dépassée de quelques jours. L’écran présentait une image très dégradée en capot ouvert mais qui redevenait normale capot à moitié fermé....
Verdict de l’APR, ayant réussi après de nombreux appels infructueux à joindre le tech qui avait examiné la machine : ecran HS il faut changer = 700€. « On a tout essayé avec Apple ils ne veulent rien savoir !!! ». Bref je refuse le devis, profite de la semaine à Paris pour foncer immédiatement à l’AS des champs. Le gars me cale un rdv dans l’heure, je suis pris en charge par une tech qui identifie le pb en 2 min, trouve le bon programme de rappel d’Apple, quittant paris en fin de semaine, me programme une réparation en urgence sous 72h mais m’appelle le soir à 21:30 pour me dire que la machine est prête et que je peux la récupérer le lendemain......le tout pour 0 € !!!!!
Alors les APR (en tout cas celui là) ça faisait déjà un paquet de temps que je ne passais plus par lui pour les achats professionnels, autant dire que maintenant j’hésiterais avant de lui acheter une souris

avatar malcolmZ07 | 

@enezvaz

Je n'ai que des mauvaises expériences d'apr personnellement (dans 4 pays différents).
Si j'ai l'occasion d'aller en Apple Store , j'y vais directement.

avatar Bigdidou | 

Le revendeur belge de Nintendo, il s’appelle Tablette, une fois ?

avatar malcolmZ07 | 

@Bigdidou

Les belges ne disent pas "une fois à la fin des phrases"
---
Sinon c'était plutôt prévisible , ils ont des employés et une gestion lamentable de la leur client.

avatar andr3 | 

Cela ne m’étonne même pas.

Vu la qualité d’écoute de certains vendeurs, je n’achète plus rien chez eux depuis quelques années et je préfère me rentre à l’Apple Store de Bruxelles.

avatar Steve J | 

Désolé et triste d’apprendre cette nouvelle, mais tout est encore possible

Pour réussir il faut changer la stratégie et la dynamique à 360 degrés

- centrer la dynamique sur les clients et le service
- proposer des produits innovants et différents
- former les vendeurs pour qu’ils connaissent les produits / problèmes et aiment les résoudre
- (re)mettre en place un middle management proche des équipes et capable de faire le lien avec les équipes / produits/ fournisseurs/ clients
- communiquer les performances en détail à chaque magasin avec les chiffres et les unités vendues afin de favoriser les dynamiques de croissances interne
- partager la marge bénéficiaire avec les équipe performantes et les équipes administratives sur base d’objectifs globaux
- permettre la diversité de l’offre produit par magasin car les clients ne recherchent pas la même chose
- responsabiliser les equipes sur les choix produits et gérer les stocks de façon dynamiques entre responsables
- proposer des exclusivités aux fournisseurs ou des action marketing ciblées

Bref faire tout le contraire de ce qui est fait depuis des années par la direction avec les équipes et avec des magasins sans aucun produits amusants ou différents dans une vision de partage du résultat quand les objectifs sont atteints.

avatar FanMac | 

Vous avez certainement raison quand vous relatez vos mauvaises expériences chez des APR par rapport aux Apple Store. Permettez-moi, toutefois de vous apporter mon point de vue de l'intérieur car j'ai travaillé de nombreuses années chez des APR. Ma dernière expérience remonte à 5 ans mais je ne pense pas que depuis cela ait réellement changé.
Alors oui vous avez raison quand il s'agit de dire que le SAV est plus conciliant en AppleStore. L'exemple d'@enezvaz est frappant. En effet j'ai de nombreuses fois assisté a des échanges via chat de notre technicien avec Apple pour défendre le dossier d'un client et essayer d'obtenir une prise en charge sous garantie exceptionnelle. Cela concernait des pannes qui étaient intervenues hors période de garantie ou qui n'étaient pas prises en charges. Souvent le dossier était accepté mais parfois refusé. Si ce client allait à l'AppleStore, le dossier était pris sous garantie nettement plus facilement. Pourquoi ? Tout simplement parce que les AppleStore dépendent directement d'Apple US, contrairement au APR qui sont gérés par Apple France (ou Europe) et que la politique interne n'est pas la même. On pourrait même dire qu'il existe une certaine concurrence entre ces 2 entités. L'AppleStore a plus de "facilité" pour satisfaire le client.

A l'inverse combien de fois avons nous récupéré les données de disques durs endommagés, sauvé "la vie" et éviter des pleurs d'étudiantes qui avaient perdu toute leur thèse, de particuliers qui avaient perdu toutes leurs photos...Ce genre de service n'existe pas en AppleStore ou le disque dur est tout bonnement remplacé (sans tenir compte du contenu - vous êtes tenu de faire des sauvegardes). Là est la place des APR qui pour certains emploient des techniciens passionnés et ayant une expérience de nombreuses années comme @MacMArc le dit si bien.

Cette scission entre entités Apple est la même pour la vente de produit. Un APR est obligé de commander chez Apple France ou chez des grossistes spécialisés. Il est évident que l'AppleStore n'a pas cette problématique et bénéficie de tarif (et de stock) direct US. C'est d'ailleurs là que peut commencer le sujet de l'optimisation fiscale dont je ne parlerais pas.

Pour la question de mauvaise gestion évoquée par @bonnepoire, c'est vrai qu'il peut y avoir des problèmes de la sorte mais je rejoins aussi @pat3 sur ce sujet. Je rajouterai que les exigences d'Apple pour ouvrir et gérer un boutique APR qui vont de l'emplacement, de la surface, de la surface vitrée, du mobilier, des murs, du parquet, du merchandising, de la formation du personnel, des clients mystères, et audits divers sont tellement contraignantes qu'il faut vraiment être très bon pour s'en sortir... Jusqu'à l'ouverture d'un Applestore et là "On ferme".

avatar enezvaz | 

@FanMac

Merci pour cet autre point de vue instructif

Pages

CONNEXION UTILISATEUR