En entreprise, les utilisateurs de Mac se disent plus productifs et plus créatifs

Mickaël Bazoge |

Les utilisateurs de Mac au sein des entreprises se sentent plus productifs et créatifs, leur satisfaction au travail est plus élevé, leur poil est plus soyeux et leur truffe plus fraîche, et ils sont davantage impliqués dans le travail en équipe. C’est le résultat d’une enquête menée par Jamf, le spécialiste du déploiement de solutions Apple en entreprises, en collaboration avec Apple ; les enseignements de l’étude sont donc à prendre avec du recul, même si le panel est suffisamment large (1 285 employés répartis entre plusieurs entreprises dans le monde) pour éviter les biais.

C’est donc sans trop de surprise que l’on apprend que 97% des répondants qui travaillent sur Mac ont observé une augmentation de leur productivité ; 95% d’entre eux se sont montrés davantage créatifs ; 94% plus autonome vis à vis de la technologie ; et 91% ont amélioré leur travail collaboratif. Près de 8 personnes sur 10 (79%) estiment qu’elles ne pourraient pas faire efficacement leur boulot sans utiliser un Mac. Un chiffre plus élevé encore dans les secteurs des ressources humaines et des technologies de l’information (83% pour chaque).

Pour 89% des employés interrogés, les logiciels macOS sont plus faciles à utiliser que leurs équivalents sur PC. Cette simplicité d’usage est louée dans tous les secteurs d’activité visés par cette étude :

La fiabilité du Mac est une des forces de la plateforme. 36% des utilisateurs n’ont pas eu à subir de problèmes sur leur ordinateur ces 12 derniers mois (33% une ou deux fois, 8% de six à dix fois). Les trois principales sources de problèmes informatiques qui touchent les utilisateurs Mac sont le réseau et le Wi-Fi (50%), des applications qui ne fonctionnent pas (35%) et des soucis de connexion et d’identification (31%).

80% des répondants utilisaient précédemment un PC au travail, avant de passer sur un Mac. 74% d’entre eux ont subi moins de problèmes sur leur Mac, 19% le même niveau de soucis, et 7% ont malheureusement eu droit à davantage de bugs.

L’étude conclut que les employeurs ont tout à gagner à laisser le choix de leur machine à leurs salariés. Cela les rend plus productifs (85%), plus créatifs (82%) et ils se sentent davantage valorisés (à 80%). 94% des employés sont plus enclins à choisir ou à rester dans une entreprise si on leur laisse la possibilité de choisir leur ordinateur de prédilection.


Tags
avatar pehache | 

@webHAL1

Euh, relis mieux : la dernière version à avoir porté le nom "Mac OS X" utilisé par Jacti est la 10.7 sortie il y a 8 ans (initialement je croyais même que c'était la 10.6, d'où les 10 ans).

avatar webHAL1 | 

@pehache

Tu as raison.

avatar Jacti | 

@webHAL1 : Il ne connais pas bien l'environnement Mac mais il se permet d'en parler...

avatar webHAL1 | 

@Jacti

Si, il le connaît bien, par contre il n'a pas beaucoup d'humour... '^_^

avatar Jacti | 

C'est quand même un peu radical de dire que sans MacPorts la partie Unix de MacOS n'a pas d'intérêt. Par ailleurs ça serait bien que tu lises correctement mes messages car je n'ai jamais dis que ffmpeg est par défaut dans MacOS. J'ai juste dit que les outils que tu cites existent sous une forme ou sous une autre.
Je constate que beaucoup de tes messages créent de la polémique pour la polémique et ne font avancer en rien la discussion. Je la clos donc avec toi car il n'y a aucun intérêt à continuer.

avatar pehache | 

@Jacti : on va reprendre dans l'ordre :

- tu dis que macOS est le meilleur unix que tu connaisses
- je réponds que la partie unix de macOS est quand même assez limitée si on ne lui adjoint pas un gestionnaire de paquets tiers comme MacPorts, qui permet d'installer et gérer facilement les utilitaires/logiciels qu'on a habituellement dans la plupart des distributions linux (et je cite entre autres ffmpeg et python 3)
- tu me réponds alors que ffmpeg ou python 3 existent pour macOS par ailleurs : c'est hors sujet, car ce "par ailleurs" n'a plus grand chose à voir avec le côté unix, tu les télécharges et installes un par un comme tu le ferais sous Windows.

Et non ce n'est pas radical de dire que la partie unix de macOS serait assez frustrante s'il n'y avait pas MacPorts ou équivalent : dès qu'on a un usage non trivial/basique de cette partie, on a forcément besoin à un moment d'outils qui ne sont pas présents par défaut et qui sont fournis par MacPorts.

avatar BeePotato | 

@ pehache : « - tu me réponds alors que ffmpeg ou python 3 existent pour macOS par ailleurs : c'est hors sujet, car ce "par ailleurs" n'a plus grand chose à voir avec le côté unix, tu les télécharges et installes un par un comme tu le ferais sous Windows. »

Non, ce n’est pas hors sujet. Généralement, quand on parle de Mac OS comme étant le meilleur Unix, c’est justement lié à ça : le fait qu’en complément des outils Unix traditionnels, cet OS intègre aussi des couches logicielles qui lui sont spécifiques et qui permettent des choses en plus.
Ce n’est pas parce qu’on considère qu’il fait mieux les choses que font aussi tous les autres Unix (ce qui serait une opinion très discutable) — c’est surtout parce qu’il fait des choses que les autres Unix ne font pas ou font moins bien.

Et juste pour chipoter : plutôt que « comme tu le ferais sous Windows », c’est tout simplement « comme tu le fais sur un Mac depuis toujours ». ;-)

« Et non ce n'est pas radical de dire que la partie unix de macOS serait assez frustrante s'il n'y avait pas MacPorts ou équivalent : dès qu'on a un usage non trivial/basique de cette partie, on a forcément besoin à un moment d'outils qui ne sont pas présents par défaut et qui sont fournis par MacPorts. »

Attention à la formulation et à une généralisation abusive : il y a bien des usages non triviaux et non basiques qui ne nécessitent pas pour autant d’installer plein de logiciels tiers (et donc d’utiliser un gestionnaire de paquets).
Ce n’est pas que je veuille réduire l’importance des Homebrew, MacPorts et Fink avant ça — je les ai tous utilisés et j’apprécie grandement leur présence. C’est juste qu’il serait faux de considérer qu’ils sont indispensables à absolument tout usage avancé des outils Unix de Mac OS.

avatar pehache | 

@BeePotato

"Ce n’est pas parce qu’on considère qu’il fait mieux les choses que font aussi tous les autres Unix (ce qui serait une opinion très discutable) — c’est surtout parce qu’il fait des choses que les autres Unix ne font pas ou font moins bien."

Ce qui revient à dire que l'intérêt de macOS n'est pas dans le fait que ce soit un unix ou pas. D'ailleurs l'utilisateur lambda se fiche bien de savoir si la base est unix ou autre chose (il ne le sait pas, ne sait pas de quoi il s'agit, et n'ouvre jamais le Terminal à par par erreur). Dire "macOS est le meilleur unix que je connaisse" n'a de sens que si on est intéressé par le côté purement unix de macOS : utilisation du Terminal, des scripts unix, des utilitaires/logiciels unix, ou pour les développeurs faire développement portables entre macOS et n'importe quel autre unix. Si par contre c'est pour les briques logicielles qui sont spécifiques à macOS et le plus souvent propriétaires, alors le côté unix n'a aucune pertinence particulière.

Par ailleurs "le meilleur unix" est tout à fait relatif. Pour une utilisation desktop par des utilisateurs lambda sans aucun doute, mais il y a plein d'utilisations où macOS n'a pas d'intérêt ou même ne fait pas le poids face à d'autres unix.

"C’est juste qu’il serait faux de considérer qu’ils [MacPorts et Cie] sont indispensables à absolument tout usage avancé des outils Unix de Mac OS."

Je pense que la plupart de mes scripts de plus de 10 lignes font appels à des outils qui ne sont pas par défaut sur macOS et qu'on a par MacPorts. Et encore je ne suis pas un scriptmaster barbu qui ne fait que ça de ses journées. Même parfois certains outils présents sur macOS il vaut mieux les prendre sur MacPorts : le rsync de macOS 10.12 est un version antédiluvienne de 2006 (!) à laquelle il manque des options dont on peut avoir besoin.

avatar BeePotato | 

@ pehache : « Ce qui revient à dire que l'intérêt de macOS n'est pas dans le fait que ce soit un unix ou pas. »

Presque. Le plus gros intérêt de Mac OS ne vient effectivement pas de ce qu’il est un Unix.
Mais pour certaines personnes, le fait qu’il soit, en plus, un Unix le rend encore plus intéressant. Et pour d’autres personnes enfin, le fait qu’il soit un Unix est crucial car elles ont besoin d’un Unix au quotidien — et sont bien contentes que cet aspect de Mac OS leur permettent de l’utiliser (et donc de profiter de tout le reste) malgré cette contrainte.

« D'ailleurs l'utilisateur lambda se fiche bien de savoir si la base est unix ou autre chose »

Tout à fait, même si ça n’a pas grand chose à voir avec la discussion.

« Dire "macOS est le meilleur unix que je connaisse" n'a de sens que si on est intéressé par le côté purement unix de macOS »

En effet.

« Si par contre c'est pour les briques logicielles qui sont spécifiques à macOS et le plus souvent propriétaires, alors le côté unix n'a aucune pertinence particulière. »

Faux.
Les deux ne sont nullement exclusifs. Il n’y a pas de raison que l’intérêt pour la partie Mac ne soit pas doublé d’un intérêt pour la partie Unix.
De mon point de vue, c’est bien le fait qu’on a un Unix plus un excellent OS de bureau (et une très bonne intégration entre les deux) qui permet de décerner à Mac OS ce titre de « meilleur Unix ». Même si, évidemment, c’est un titre trop imprécis lorsque formulé de cette façon simplifiée, car on pourrait croire qu’il s’applique aussi aux usages en tant que serveur, ce qui n’est bien sûr par le cas.

« Par ailleurs "le meilleur unix" est tout à fait relatif. Pour une utilisation desktop par des utilisateurs lambda sans aucun doute, mais il y a plein d'utilisations où macOS n'a pas d'intérêt ou même ne fait pas le poids face à d'autres unix. »

Tout à fait. « Meilleur Unix de bureau », bien que sonnant nettement moins bien, serait nettement plus approprié.

« Je pense que la plupart de mes scripts de plus de 10 lignes font appels à des outils qui ne sont pas par défaut sur macOS et qu'on a par MacPorts. »

Tes scripts, peut-être. Pour ma part, j’ai un gros paquet de scripts (longs et moins longs) qui n’utilisent que ce qui est fourni avec Mac OS. Chaque usage est différent.

Mais il est vrai qu’Applea confirmé, avec Catalina, qu’il faudra de plus en plus compter sur des acteurs externes pour disposer de certains outils jusque là fournis avec l’OS. Ce qui, à mons sens, n’a rien de dramatique et reste tout à fait dans un esprit Unix.

avatar pehache | 

@BeePotato

Ce que je veux dire ici c'est que si on souhaite un OS de type grand-public (au niveau des logiciels disponibles) on va hésiter en général entre Windows et macOS, les distributions Linux étant marginales sur ce marché. Donc parler de "macOS meilleur unix du marché" n'a que peu de sens, vu que c'est le seul.

Des les cas où macOS est mis en balance avec un autre unix (généralement Linux) son choix résulte en général d'un compromis : typiquement un scientifique qui utilise traditionnellement des outils unix (c'est mon cas), et qui voit l'opportunité d'avoir un seul OS et une seule machine plutôt qu'un double boot Windows/Linux ou deux machines. Mais encore une fois pour ces gens là, tu leur enlèves MacPorts (ou équivalent) et je ne suis pas sûr qu'ils fassent le même choix (et me concernant c'est même sûr que je fais pas le même choix).

avatar BeePotato | 

@ pehache : « Ce que je veux dire ici c'est que si on souhaite un OS de type grand-public (au niveau des logiciels disponibles) on va hésiter en général entre Windows et macOS, les distributions Linux étant marginales sur ce marché. Donc parler de "macOS meilleur unix du marché" n'a que peu de sens, vu que c'est le seul. »

Plutôt que d’OS « grand public », je préfère parler d’OS (pour machine) de bureau, car ces OS sont utilisés dans beaucoup de cadres qu’on ne classe généralement pas dans un usage « grand public ».
Et sur ce créneau, des distributions Linux sont bel et bien présentes depuis des années, essayant de convaincre qu’elles sont tout autant utilisables, pour au moins certains de ces usages, que Mac OS et Windows. Ce n’est pas parce qu’elles n’arrivent pas à convaincre beaucoup de monde qu’il faut les balayer du revers de la main juste pour pouvoir arriver à la conclusion qu’il y aurait peu de sens à parler de « meilleur Unix du marché » pour Mac OS.
Si, ça a un sens, Mac OS étant bien en concurrence avec ces distribution Linux sur le marché des Unix « de bureau ».

On pourrait même ajouter que depuis peu, avec WSL, Windows se retrouve à se battre sur ce marché aussi.

« Des les cas où macOS est mis en balance avec un autre unix (généralement Linux) son choix résulte en général d'un compromis : typiquement un scientifique qui utilise traditionnellement des outils unix (c'est mon cas), et qui voit l'opportunité d'avoir un seul OS et une seule machine plutôt qu'un double boot Windows/Linux ou deux machines. »

Et justement, permettre ce compromis est ce qui amène Mac OS à être vu par beaucoup comme le meilleur Unix pour machines de bureau.

« Mais encore une fois pour ces gens là, tu leur enlèves MacPorts (ou équivalent) et je ne suis pas sûr qu'ils fassent le même choix (et me concernant c'est même sûr que je fais pas le même choix). »

Ce n’est pas le cas pour tous (il se trouve que je connais bien cet usage et pas mal de gens qui sont devenus utilisateurs de Mac OS grâce à ce « compromis »).
Encore une fois, je ne nie pas l’utilité de ces gestionnaires de paquets. J’essayer juste de te rappeler de ne pas faire de ton cas une généralité, et qu’il y a bien des usages du côté Unix de Mac OS qui ne nécessite pas ces gestionnaires de paquets. Et aussi que si on a la possibilité d’installer certains outils d’origine unixienne sans passer par de tels gestionnaires de paquet ou une quelconque fenêtre de terminal, ça reste tout de même attaché au côté Unix de Mac OS et ça n’est pas quelque chose à oublier quand on le compare à d’autres Unix.

Cela dit, comme je l’ai déjà mentionné plus haut, je parle là du présent de Mac OS (et de son passé depuis bientôt 20 ans). Dans le futur, il semble que les Homebrew, MacPorts et cie vont devenir plus indispensables même pour des usages où il ne le sont pas aujourd’hui.
Ce qui n’est pas dramatique, puisqu’ils sont là et qu’ils fonctionnent bien. :-)

avatar Jacti | 

@BeePotato : J'avais indiqué que je considérais Mac OS comme le meilleur des Unix parce que :
1) La plupart des opérations courantes peuvent se faire graphiquement et qu'il n'y a pas besoin d'aller à tout bout de champ dans le terminal
2) Il me permet de faire tout ce que je veux pour mes activités musicales et même au-delà si on examine de près tout ce qui existe sous Mac OS. En particulier j'utilise Logic Pro X et Metasynth qui n'existent que sur Mac ainsi que des logiciels de musique générative plus confidentiels qu'on ne trouve pas dans d'autres environnements
3) J'ai aussi des activités de développement : conception et programmation objet en C++ et Java. J'utilise Eclipse et Xcode et Visual Paradigme pour la conception objet et ces outils me conviennent parfaitement sans plonger dans le "cambouis" Unix.
4) Le terminal joue parfaitement son rôle quand j'ai besoin de programmer du shell et, de plus, je connaissais déjà Free BSD avant mac OS X.

Enfin, je n'utilise jamais Windows qui est l'OS que je connais le moins (je sais, je suis assez atypique). Cygwin peut être d'un certain secours (j'ai dû l'utiliser pour certains clients) mais je préfère nettement les outils du et sur le Mac.

avatar pehache | 

@BeePotato

"Si, ça a un sens, Mac OS étant bien en concurrence avec ces distribution Linux sur le marché des Unix « de bureau »"

--> dans la pratique pas du tout, ou presque, et pour une raison qui n'a pas grand-chose à voir avec la qualité des OS eux-mêmes : les logiciels disponibles. Déjà rien que sans MS Office tu te coupes de 95% du marché de la bureautique d'entreprise, et parmi le grand-public les gens veulent les logiciels et services qu'ils connaissent déjà. Et il y a de multiples obstacles à l'utilisation de Linux par un utilisateur lambda, par exemple les utilitaires livrés avec des matériels quelconques qui sont toujours dispos pour Windows, très souvent pour macOS, mais quasiment jamais pour Linux...

Ce problème des logiciels disponibles est crucial : même Google avec toute sa puissance financière n'arrive pas à faire percer ChromeOS, en grande partie pour cette raison; et c'est aussi la raison principale pour laquelle MS a jeté l'éponge avec Windows Phone. Sur le marché des OS il n'y a visiblement de place que pour deux acteurs majeurs à chaque fois (Windows/macOS en desktop, Android/iOS en mobile, Linux/Windows Server dans les serveurs...)

"Et justement, permettre ce compromis est ce qui amène Mac OS à être vu par beaucoup comme le meilleur Unix pour machines de bureau."

Oui, mais c'est en fait le seul, si par "de bureau" on entend "bureautique".

Si je reprends l'exemple du scientifique traditionnellement sous unix, pourquoi choisit-il macOS alors que tout à fait objectivement les distribs Linux ont tout pour le combler concernant son coeur de travail ? Parce qu'il sait qu'à un moment il va devoir utiliser des logiciels bureautiques quelconques (à titre professionnel ou personnel) qui ne se trouvent pas sous Linux.

"il y a bien des usages du côté Unix de Mac OS qui ne nécessite pas ces gestionnaires de paquets"

sysadmin hardcore qui fait tout en console avec un éditeur hexadécimal :-) ?

"Et aussi que si on a la possibilité d’installer certains outils d’origine unixienne sans passer par de tels gestionnaires de paquet ou une quelconque fenêtre de terminal, ça reste tout de même attaché au côté Unix de Mac OS"

Des exemples ? ffmpeg d'origine unix est disponible sous Windows aussi par exemple.

Bon enfin, les gestionnaires de paquets intégrés et dépôts officiels ont été LA grosse innovation apportée par les distributions Linux depuis 20 ans. Travailler sans cela et revenir à des installations à la main me parait être une façon archaïque de procéder.

avatar BeePotato | 

@ pehache : « dans la pratique pas du tout, ou presque »

Si, pour le marché dont on parlait : les gens qui veulent un Unix sur leur machine de bureau (qu’elle soit portable ou fixe).

« et parmi le grand-public les gens veulent les logiciels et services qu'ils connaissent déjà. »

Oui, mais on ne parle pas du grand public, là (il me semble que c’est toi-même qui as fait remarquer précédemment, à juste titre, que le grand public se fiche royalement du fait qu’un OS soit un Unix ou non).

« Et il y a de multiples obstacles à l'utilisation de Linux par un utilisateur lambda, par exemple les utilitaires livrés avec des matériels quelconques qui sont toujours dispos pour Windows, très souvent pour macOS, mais quasiment jamais pour Linux... »

Oui, mais c’est justement un des facteurs qui contribuent à pouvoir juger que Mac OS représente le meilleur Unix de bureau.

« Oui, mais c'est en fait le seul, si par "de bureau" on entend "bureautique". »

Non, ce n’est pas le seul. Juste le seul à être bon.

« Si je reprends l'exemple du scientifique traditionnellement sous unix, pourquoi choisit-il macOS alors que tout à fait objectivement les distribs Linux ont tout pour le combler concernant son coeur de travail ? »

Parce que, tout à fait objectivement, les distributions Linux n’ont pas tout ce qu’il faut pour le combler. Parce que son travail ne se déroule pas intégralement dans un shell et un éditeur de code. « De temps en temps », il faut aussi produire quelques publis, qui, pour bien faire, doivent inclure quelques figures — et là, la qualité des outils disponibles pour ça sur Mac OS fait vite la différence, soit en terme de qualité du résultat, soit en terme de temps passé et cheveux arrachés pour arriver au même résultat.
Et quand, pour une quelconque relecture, on commence à faire des allers-retours de PDF en les annotant, là aussi on profite vite des petits détails qui font la différence dans ce domaine sur Mac OS.
Pour moi, c’est ce genre de choses et tout un tas de points de détail de l’interface, notamment au niveau de la qualité d’intégration entre les application graphiques et le shell, qui font une vraie différence entre Mac OS et un Linux.
Sans même avoir à considérer la disponibilité de logiciels comme MS Office (qui, hélas, se retrouve, pour beaucoup, encore trop souvent indispensable, mais que j’ai la chance de pouvoir éviter dans mon travail).

« sysadmin hardcore qui fait tout en console avec un éditeur hexadécimal :-) ? »

Pas besoin de faire de l’édition en hexa. Et non, justement, il ne s’agit pas de tout faire en console, grâce à l’excellente intégration entre les applications graphiques et le shell, aux bonnes applis qu’on trouve sur Mac OS, et à la facilité d’en développer d’autres.
Mais oui, on peut faire beaucoup de boulot de sysadmin sans avoir à installer quoi que ce soit via MacPorts ou Homebrew (sans pour autant que ce soit interdit, hein).

« Bon enfin, les gestionnaires de paquets intégrés et dépôts officiels ont été LA grosse innovation apportée par les distributions Linux depuis 20 ans. »

Ça a été le truc rendant les distributions Linux utilisables, effectivement. Mais présenter ça comme une innovation apportée par les distributions Linux, c’est risquer de se mettre à dos quelques BSDistes, et c’est assez original quand on écrit des commentaires citant sans arrêt MacPorts. ;-)

« Travailler sans cela et revenir à des installations à la main me parait être une façon archaïque de procéder. »

Mais qui a parlé de travailler sans cela quand on en a besoin ?
J’ai juste rappelé qu’on n’en a pas systématiquement besoin, même quand on est utilisateur quotidien du côté Unix de Mac OS.

avatar pehache | 

@BeePotato

Il y a un glissement régulier dans cette discussion : on est parti de "le meilleur unix", puis "le meilleur unix de bureau" (les deux sous-entendant une qualité technique objectivement supérieure), et là ce que tu décris c'est "l'environnement unix qui convient le mieux à untel ou untel" (donc quelque chose de plus subjectif et qui dépend de chacun).

"« De temps en temps », il faut aussi produire quelques publis, qui, pour bien faire, doivent inclure quelques figures — et là, la qualité des outils disponibles pour ça sur Mac OS fait vite la différence, soit en terme de qualité du résultat, soit en terme de temps passé et cheveux arrachés pour arriver au même résultat."

Bof, les scientifiques hardcore font tout en Latex, et la qualité est excellente. D'ailleurs autant je veux bien discuter l'ergonomie comparée des outils (mais dans ce cas il faut aller dans le concret) autant je récuse qu'on ne pourrait atteindre une bonne qualité qu'avec macOS. Et non il n'y a pas forcément à s'arracher les cheveux sous Linux, même si la recherche des bons outils peut être plus longue.

J'ai l'exemple de collègues qui avaient demandé à une époque des MBP pensant pouvoir retrouver un environnement de travail comme sur leurs stations Linux (toute notre info technique est sous Linux). En fait ce n'était pas la panacée : il fallait installer de multiples utilitaires (mais merci MacPorts), le portage des applis de Linux à macOS n'était pas toujours immédiat, et l'intégration de X11 était très moyenne : il faut wrapper les applis pour les lancer depuis le dock, toutes les fenêtres sont dans la même icône Xquartz, et les perfs étaient pas terribles. Vu que Xquartz n'a pas l'air maintenu très activement je ne pense pas que ça se soit amélioré.

Tout ça pour dire qu'on est bien en présence d'un compromis, qui peut être satisfaisant ou pas selon les cas et l'importance qu'on accorde à chacun des deux mondes.

"Ça a été le truc rendant les distributions Linux utilisables, effectivement. Mais présenter ça comme une innovation apportée par les distributions Linux, c’est risquer de se mettre à dos quelques BSDistes, "

Ils sont si susceptibles que ça :-) ? Bon enfin, peu importe où sont nés ces gestionnaires...

"J’ai juste rappelé qu’on n’en a pas systématiquement besoin, même quand on est utilisateur quotidien du côté Unix de Mac OS."

Et je reste dubitatif là-dessus, car pour ça soit on ne fait que des choses simples, soit on est dans la tradition du sysadmin (ce n'est pas juste une boutade mon "sysadmin hardcore") qui était (et est toujours je pense) formé pour n'utiliser que les outils standards installés par défaut sur tout unix (par exemple "vi" parce qu'on est assuré de le trouver partout).

avatar BeePotato | 

@ pehache : « Il y a un glissement régulier dans cette discussion »

Pour moi, ce n’est pas un glissement mais un rappel de ce dont on parle : un rappel que l’expression « meilleur Unix », lorsqu’appliquée à Mac OS, est fort logiquement limitée à un usage sur machine de bureau vu qu’il serait loufoque de considérer ça pour un usage sur serveur.

« Bof, les scientifiques hardcore font tout en Latex, et la qualité est excellente. »

Tu aimes bien ce mot, « hardcore ». :-)
Non, la qualité n’est pas excellente si on fait ça. Elle est minable.
Oui, les articles eux-même sont évidemment rédigés en Latex, mais pour la création des figures à y inclure, on utilise d’autres logiciels.

« autant je récuse qu'on ne pourrait atteindre une bonne qualité qu'avec macOS. »

Ça tombe bien : ce n’est pas ce que j’ai écrit.
J’ai juste écrit que c’était bien plus difficile d’obtenir une qualité équivalente avec les outils disponibles sur les Linux, résultant donc en un effort plus important ou (plus fréquemment) une qualité moindre.

« En fait ce n'était pas la panacée : il fallait installer de multiples utilitaires (mais merci MacPorts), le portage des applis de Linux à macOS n'était pas toujours immédiat, et l'intégration de X11 était très moyenne »

Oui, on voit ça parfois (mais de plus en plus rarement) : des gens qui prennent un Mac en pensant l’utiliser exactement comme un Linux, avec les mêmes logiciels, sans aucun changement. Ils sont bien sûr déçus quand ils réalisent qu’il s’agit réellement d’un OS différent et non d’un Linux avec un thème graphique différent. Ces gens ont été mal (ou pas) conseillés et n’ont pas pris la peine de se renseigner au préalable. Mais à chaque fois que je vois ce genre de cas, je me demande ce que ces personnes espéraient en prenant un Mac, vu qu’ils comptaient l’utiliser juste comme n’importe quel Linux, sans s’attendre à quoi que ce soit de différent (et donc sans rien espérer de mieux, à part sans doute la possibilité de faire tourner MS Office pour être moins embêtés lors des échanges de documents administratifs).
Il y a une conclusion à laquelle j’arrive à chaque fois face à ce cas : ces utilisateurs se seraient sûrement mieux renseignés s’ils avaient dû payer ces machines eux-mêmes. :-)

« Et je reste dubitatif là-dessus, car pour ça soit on ne fait que des choses simples, soit on est dans la tradition du sysadmin »

Soit on fait des choses complexes, mais sans avoir besoins d’outils autres que ceux fournis avec le système.

avatar pehache | 

@BeePotato

"Pour moi, ce n’est pas un glissement..."

C'est bien un glissement, car on en arrive à final à parler de "l'unix qui convient le mieux à untel ou à tel usage", et la notion de "meilleur" n'a plus sa place.

"Non, la qualité n’est pas excellente si on fait ça. Elle est minable. Oui, les articles eux-même sont évidemment rédigés en Latex, mais pour la création des figures à y inclure, on utilise d’autres logiciels"

Oui, et ? Il y a une loi cosmique qui dit que tout logiciel sous Linux génère des images minables ?

"J’ai juste écrit que c’était bien plus difficile d’obtenir une qualité équivalente avec les outils disponibles sur les Linux, résultant donc en un effort plus important ou (plus fréquemment) une qualité moindre."

C'est totalement faux. J'utilise entre autres certains logiciels multiplateformes qui tournent sur Windows/macOS/Linux, et il n'y a aucune différence de qualité sur les images généré (ni d'effort à faire pour les obtenir).

" je me demande ce que ces personnes espéraient en prenant un Mac, vu qu’ils comptaient l’utiliser juste comme n’importe quel Linux, sans s’attendre à quoi que ce soit de différent (et donc sans rien espérer de mieux, à part sans doute la possibilité de faire tourner MS Office pour être moins embêtés lors des échanges de documents administratifs)."

Mais c'est exactement cela dans 90% des cas : pouvoir compiler et/ou utiliser des logiciels traditionnellement unix (qui est la plateforme historique dans le monde scientifique), tout en ayant les outils bureautiques "classiques" (typique Office, Outlook...) dont on peut avoir besoin ou qui sont plus ou moins imposés. Le but est juste d'éviter d'avoir deux machines (plus cher et pas pratique en mobilité) ou un double boot (pas pratique tout court). La virtualisation est en fait maintenant une solution à ce problème.

avatar pehache | 

@oomu

"la solution ne peut pas être bloquer (j'adorerais), car il faut absolument et vitalement que les systèmes soient maintenus pour des utilisateurs en déplacement et aux données critiques"

En entreprise il faut rester sur les versions LTS (comme la 1709), qui reçoivent tous les patchs de sécurité. Jusqu'à maintenant ce n'était possible que sur l'édition Enterprise, mais à partir de la 1903 ça va être possible sur les éditions Pro et Home également.

avatar Jacti | 

On s'en fiche de toutes ces subtilités de Windows qui embêtent les administrateurs, les utilisateurs, etc. Ce qu'on recherche c'est la sim-pli-ci-té. alors qu'on se perd dans toutes les déclinaisons de Windows. Les aspects réseau dans Windows sont une monstruosité comparés à Mac OS.

avatar pehache | 

@Jacti

Si tu te perds avec 3 déclinaisons de Windows qui ont chacune une cible bien précise, tu ferais peut-être mieux de faire autre chose que de l'informatique !

avatar Jacti | 

@pehache
Le jour où tu auras réalisé autant de choses que moi en informatique tu me feras signe : compilateurs, systèmes d'armes, spatial, énergie, etc.
Effectivement, la plupart de ces logiciels ne sont pas sous Windows qui est le système que je connais le moins.

avatar pehache | 

@Jacti

Ah chouette, un coucours de bites !

Je développe depuis 25 ans des logiciels techniques/scientifiques qui tournent sur des supercalculateurs. C'est bon ça compte ?

Maintenant qu'on a bien frimé tous les deux, quel est le rapport avec l'utilisation de Windows ou macOS par M tout-le-monde ?

avatar Jacti | 

Si ça te fait plaisir... L'argument du concours de bites est largement éculé et je n'ai jamais vu en quoi indiquer notre expérience était déconseillé. Je constate plutôt que ceux qui utilisent cet argument ne sont, en général, pas les plus conviviaux ni les plus ouverts au dialogue.
Depuis plus de 5 ans, je ne compte plus mes amis qui ont migré du PC au Mac, à la fois pour la simplicité d'utilisation et pour ne plus être embêtés par les virus (je n'ai jamais eu d'antivirus sur mes Macs depuis 1983).

avatar pehache | 

@jacti

Euh, le concours de bite c'est toi qui l'a lancé il me semble !

"Depuis plus de 5 ans, je ne compte plus mes amis qui ont migré du PC au Mac"

--> Ah le fameux argument de la foule silencieuse... Du coup si c'est vrai et si c'est général, les ventes de Mac ont dû explosé ces 5 dernières années, non ?

Ah ben zut, non : https://fr.statista.com/statistiques/524825/apple-mac-chiffre-d-affaires-monde/
(chiffre d'affaire plus ou moins constant depuis 2015, donc ventes en légère baisse vu que le prix unitaire des Mac a plutôt augmenté)

"je n'ai jamais eu d'antivirus sur mes Macs depuis 1983"

Sur mes PC perso je n'en ai jamais eu non plus. Mais en fait on s'en fout, le sujet de l'article c'est le Mac (ou PC) en entreprise, et en entreprise tout ça est géré par les IT.

avatar bunam | 

https://www.applemust.com/ibm-sap-microsoft-jamf-big-progress-for-apple-in-the-enterprise/

"Over 134,000 people use Macs at IBM, which is great news for the company as it thinks doing so saves it over $71 million over four years in comparison to Windows."

On s'en cogne de l'utilisateur !!! si l'admin et le comptable sont content :)

Je connais les 2 et bien c'est une belle merde ce Windows 10 (9h par jour dessus en ce moment, pas le choix) !!!!!

avatar pehache | 

@bunam

Ca alors, la boîte qui vend du service sur Mac en entreprise qui dit que le Mac est mieux, quelle surprise !

Quant à ton opinion, eh bien c'est juste une opinion sans aucun argument.

avatar bunam | 

@pehache

Faire des économies ça ne compte pas ? ;)

mon opinion je pourrais expliquer pourquoi en détail, mais je pense que cela se résume en pas grand-chose :
- la copie n'est pas bonne
- la maltraitante des utilisateurs n'est mal
- vendre des certifications pour un truc volontairement compliqué et mal fichu c'est du vol

J'ai de la bouteille dans l'informatique, ce foutre de la gueule de ses clients à ce point c'est du grand art.

Le plus rigolo : Windows reboot tout seul et flingue mes taches en cours, MDR LOL !!!

avatar juluparien | 

@bunam

Windows révoltait tout seul du temps de XP ^^

avatar pehache | 

@bunam

OK tu as toujours aussi peu d'arguments concrets, à part le reboot imposé. Mais tu exposes juste ton ignorance, car on peut paramétrer sans problème Windows pour que le reboot après une MAJ ne se fasse que pendant des plages horaires qui ne gênent pas.

avatar bunam | 

Et si il AUCUNE plage horaire me convient ?
De toute façon Microsoft à reconnu son erreur et dans une prochaine mise à jour on reprend le contrôle...
Je ne me sens pas ignorant désolé ;)

avatar pehache | 

@bunam

Si AUCUNE plage horaire ne te convient jamais pour rebooter, tu m'expliques comment tu fais les MAJ nécessitant un reboot sur macOS ?

avatar bunam | 

AUCUNE plage horaire c'est différent de QUAND JE LE DÉCIDE (tiens vas faire un é CAP sur Windows...)
Apple fait bien le truc : il demande et quelquefois avec insistance puis ensuite je ferme mon travail et reboot, c'est simple...

avatar pehache | 

"Apple fait bien le truc : il demande et quelquefois avec insistance puis ensuite je ferme mon travail et reboot, c'est simple..."

Euh, oui, et qu'est-ce qui empêche de faire la même chose sur Windows au juste ?? Quand tu sais qu'il y a une MAJ en attente, à la fin de la journée tu fermes ton travail et tu rebootes, c'est simple.

J'ai l'impression que vous restez coincés sur des faux problèmes.

avatar juluparien | 

Et tu as une option pour suspendre les mises a jour sur Windows. Et le reboot est jamais obligé. on reboot quand on veut sur les deux systèmes

avatar bunam | 

@juluparien

Le soir je lance un truc long et le matin je retrouve le pc rebooté

Je ne suis pas le seul à avoir ce problème et Microsoft vas bien enfin corriger le problème !!!

avatar pehache | 

"Le soir je lance un truc long et le matin je retrouve le pc rebooté"

C'est d'abord parce que tu n'as pas été attentif. Quand une MAJ est prête à être appliquée, Windows t'envoie une notification en te proposant 3 options :
- rebooter tout de suite
- rebooter pendant la plage horaire définie dans les settings de WU
- choisir un jour et une heure pour rebooter au cours de la semaine à venir

Donc, tu choisis une heure pendant la nuit dans une semaine, et si d'ici là tu as l'occasion tu rebootes manuellement quand tu veux. Bon, évidemment, si tu dois absolument garder le PC allumé pendant plus d'une semaine ça ne va pas le faire (*), mais tout à fait franchement c'est totalement marginal comme situation. Il me semble par ailleurs que sur les dernières versions le délai est passé à un mois.

(*) Encore que... je ne suis pas sûr qu'on ne puisse pas redéfinir le moment du reboot en le repoussant autant de fois que nécessaire.

avatar bunam | 

@pehache

Désolé je suis de bonne foie et je n’ai pas cette notification sinon je pense que j’arriverais à m’en sortir 🤣

avatar bunam | 

@pehache

de bonne foi non !

On est avec une gestion des utilisateurs en domaine...
les GPAO on ne doit pas en avoir ça donne de l'urticaire et ça fait partir l'être aimé...

avatar pehache | 

@bunam

"On est avec une gestion des utilisateurs en domaine..."

Ah mais dans ce cas ce n'est pas la faute de Windows, mais celle de vos administrateurs. Ce sont eux qui décident de la façon dont sont poussées les MAJ et qui imposent (ou pas) les rebot intempestifs. Et là je comprends : on a les mêmes, qui pendant des années nous ont cassé le couilles à envoyer les notifs de reboot avec 30mn de délai : genre tu vas à une réunion, tu reviens et ton poste a rebooté et tout ce qui était en cours a été fermé. Ils se sont calmés, maintenant on a plusieurs jours pour rebooter...

Mais du coup ce n'est pas Windows qu'il faut incriminer, ce sont les administrateurs.

avatar bunam | 

@pehache

MDR j'allume ma TV elle me propose une MAJ, ce qui est rare, j'avais le choix de dire oui non.

j'ouvre mon frigo... heu non pas de smart frigo, donc pas de MAJ hehe

avatar bunam | 

@juluparien

Suspendre les majs oui mais je suis sur le net alors c’est moyen
Je ne suis pas au fond fond d’un labo sans wifi sans internet et avec tous les ports bloqués à la glue

avatar juluparien | 

J'ai l'impression que tu ne sais pas ce que tu veux. Dans ce cas fais les maj ...
Franchement je vois vraiment pas le problème avec les maj de windows

avatar juluparien | 

Par contre l'application DVD est-elle tjs présente alors que les Mac n'ont plus de lecteur ?

avatar juluparien | 

@Jacti

je posais la question pour savoir c'était toujours sur l'OS ou si il fallait aller le chercher sur le store

avatar jujudesiles | 

@pehache tu refais ma journée.

Cette énergie folle à venir sur un site pro mac pour commenter méthodiquement les messages faisant l'éloge d'Apple doit être soulignée.

La petite guerre PC/MAC existe et existera encore un moment, comme dans l'automobile avec Audi et Bmw ou encore chez les gamers avec la Xbox et la Playstation.
Tu es clairement de cette communauté, de ceux qui refusent d'admettre les choix des autres allant à l'encontre des siens.

Si Pierre, Jacqueline ou Joe aiment dépenser plus pour le design ou préfère l'OS, ou aiment les Centres Apple, ou adorent la politique de garantie, ou idolâtre l'autonomie de la batterie etc ... n'est ce pas leur choix et donc leur problème ? Tu as fais ton choix et je pense que cela ne va perturber l'équilibre de personne sur cette Terre alors laissons faire non ?

Allez tiens : (Ok c'est pas windows mais c'est pour aider à la compréhension de la perception utilisateur)
J'ai eu un mobile sous Android parce que techniquement c’était à cette époque tout simplement le plus puissant du marché, paramétrable à l'infini etc ...
Cependant passé l'excitation du début je ne me suis pas senti totalement à l'aise. "Trop de trop", trop de tout avec une vision parfois confuse tant il y a matière à faire. Je suis finalement retourné sur l'iPhone.
Chez Android on peut trifouiller du coup on a un mini PC et tout ce qui va avec (Malware, anti-virus etc).
Chez iOS c'est plus une conception "clé en main" ou on pense contrôler mais en fait on ne contrôle rien (disons le clairement), le tout étant comme "scripté".
C'est donc une question de perception et de besoin utilisateur. Des détails pour certains sont des éléments clés pour d'autres.

Du coup, pour revenir à nos moutons, si Pierre-Antoine dans son utilisation à eu l'occasion de s’énerver sur une machine windows en préparant ses fiches de révision et qu'en allant chez Louis-Frédéric pour une séance de groupe, il a eu l'occasion d'utiliser un Mac tu ne pourras pas l’empêcher de trouver l'un meilleur que l'autre, indépendamment de la configuration des machines. Tout est question encore de perception .. Ce sera selon SON schéma de comparaison, même si pour toi cela peut paraître insensé !

Laissons les personnages imaginaires et venons à moi.
Je préfère l'environnement Apple pour la simplicité d'utilisation. Je te vois venir "depuis XXX temps les PC sont simples ou ceci ou cela"
Alors disons que la simplicité est subjective, et les schémas de fonctionnement d'Apple me correspondent mieux.
C'est bête, mais je garde en tête l'idée que je suis plus tranquille niveau virus même si cette plaie existe également sur Mac. Même réflexion pour la durée de vie. J'ai pour exemple un unibody depuis sa sortie en 2009 que j'ai "restauré" pour tester sa capacité en 2019 à faire le boulot. Surprise ou pas, il tourne "rond" quand je dois attendre bien plus longtemps pour des taches sur le PC datant de 2015. Tu vas pouvoir me donner des centaines ou milliers de cas pour nuancer ce propos (et je te donne raison, attention !) mais j'ai été marqué par des virus et lenteurs sur mon utilisation PC que je n'ai pas senti par la suite sur les mac.

Enfin bon tout ce texte pour te dire qu'il n'y a pas de meilleur ou de moins bon, juste des trajectoires différentes, un impact marketing pouvant influencer ou pas, une histoire de "gout et de couleurs" j'en passe et des meilleures pour justifier le choix.

Alors laissons couler.

avatar byte_order | 

@jujudesiles
> Chez iOS c'est plus une conception "clé en main" ou on pense contrôler mais en fait
> on ne contrôle rien (disons le clairement)

Une mise sous tutelle, quoi.
Quand on vend "clé en main", les clés sont cédées lors de l'achat, pour rappel.
Nouveau concept, ça, vendre un truc tout en ne donnant pas les clés.

avatar jujudesiles | 

@byte_order

Entièrement d'accord. On achète la caisse sans pouvoir ouvrir le capot ne serait-ce que pour l'entretien. Après cette formule marche chez un segment de consommateurs qui diront que ceux qui font autre chose que youtube ou spotify sur l'ordi sont des geek .....

avatar pehache | 

@jujudesiles

Ah mais je m'en fous que chacun préfère un Mac, un PC, un iPhone, ou quoi que ce soit.

Par contre stop aux arguments ridicules et bidons du genre "wesh les écrans de PC ne dépassent le 320x240 et il est prouvé que l'utilisation de Windows mène à la drogue"

Pages

CONNEXION UTILISATEUR