Luca Maestri : « Il sera difficile pour Apple de produire aux États-Unis »

Florian Innocente |

Invité de la Goldman Sachs Technology and Internet Conference, Luca Maestri, le directeur financier d'Apple, a abordé plusieurs sujets autour de l'actualité récente (source audio) et du nouveau contexte politique américain.

Sur les produits d'abord et la relance des ventes d'iPhone (78,2 millions d'unités pendant le trimestre de Noël, une hausse annuelle de 4,57 %), Maestri a déclaré que les versions "Plus" dans la gamme avaient porté cette croissance. Apple avait tablé sur une demande plus forte pour le 7 Plus de par l'attrait de son nouveau capteur photo mais que cette demande s'était révélée plus importante encore qu'escomptée.

Luca Maestri

Sur plusieurs marchés émergents, Apple ne dispose que d'une part de marché à un seul chiffre, ce qui laisse espérer des possibilités de croissance très élevées. En Chine, où les résultats sont parfois contrastés d'une année sur l'autre (lire La Chine, le ver dans la pomme) Maestri s'est voulu rassurant comme l'est à chaque fois Tim Cook, en citant quelques chiffres : une croissance de 50 % enregistrée entre 2014 et 2016 et un chiffre d'affaires qui est passé, entre 2010 et 2016, de 4 milliards à 48 milliards de dollars. Et puis, il ne faut pas considérer les seules ventes de produits, le directeur financier a insisté sur les services qui représentent un fort potentiel en Chine pour Apple.

La musique est l'un de ces domaines recouverts par l'activité services, où la marque profite d'une situation enviable « Lorsqu'on additionne la vente de musique [que Spotify ne propose pas, ndlr] et le streaming depuis notre acquisition de Beats, nous sommes sans conteste les premiers dans la musique. »

Quant aux produits de type Apple Watch ou AirPods, pour les premiers la demande a été la plus forte enregistrée lors du dernier trimestre et les capacités de production ont toujours été un pas en arrière. Quant aux seconds, lorsqu'on les additionne avec les casques Beats, ils sont en train de former un pan solide de l'activité d'Apple.

Maestri a parlé ensuite des investissements en R&D qui vont en augmentant. La raison est double et toute simple :

Aujourd'hui, nous développons beaucoup plus de technologies fondamentales que par le passé où ce sont nos fournisseurs qui s'en occupaient — comme les développements autour des processeurs ou des capteurs. C'est quelque chose de très important pour nous parce que nous pouvons aller plus loin dans l'innovation, nous pouvons mieux contrôler la chronologie de sortie, le coût, la qualité. Nous considérons cela comme un excellent investissement stratégique.

Politique

Le président Trump veut des usines Apple américaines ? Oui mais ce n'est pas si simple. Maestri a expliqué qu'il serait difficile pour Apple d'augmenter le volume de fabrication de ses produits sur le sol américain « Principalement parce qu'aujourd'hui la chaine des fournisseurs pour l'industrie de la high-tech n'est pas installée aux États-Unis ». Ils sont quelques centaines d'intervenants et répartis aux quatre coins du monde.

Il s'est montré tout aussi dubitatif face à l'idée du gouvernement de taxer davantage les importations, une décision qui toucherait Apple de plein fouet alors que ses produits sont fabriqués presque exclusivement à l'étranger et que les États-Unis restent son premier marché.

Il nous est très difficile d'imaginer qu'une taxe aux frontières serait positive pour l'économie américaine. C'est une taxe qui finirait par peser sur le client final. Elle présuppose l'idée selon laquelle le dollar devrait être apprécié très différemment du niveau actuel, alors qu'il est déjà trop fort. Cela ne paraît pas une perspective positive [pour l'emploi et la compétitivité américains].

Et d'en revenir à la solution qui consisterait à produire davantage sur le sol national. Maestri a observé qu'il était pour l'heure « très, très difficile de spéculer sur les intentions de l'administration Trump. Un point sur lequel nous insistons auprès de Washington c'est que nous avons été un contributeur très important à l'économie américaine durant la dernière décennie. » Au travers d'investissements, d'embauches et de la création d'un écosystème autour de ses plateformes. « Il est très important de garder cela à l'esprit » a prévenu Maestri.

Dans l'hypothèse où Apple bénéficierait d'une imposition plus favorable, apte à encourager le rapatriement de ses capitaux conservés à l'étranger (de l'ordre de 230 milliards de dollars), Maestri a déclaré qu'en premier lieu cela « donnerait une flexibilité supplémentaire » à Apple dans sa politique de rachat d'actions et de versement de dividendes. Plus cette réforme fiscale arrivera tôt, plus vite Apple pourra entamer une nouvelle étape dans ce domaine.

Quant à utiliser cette masse d'argent pour financer de grosses acquisitions, il n'y a pas de changement dans la politique d'Apple, a expliqué Luca Maestri : « Nous avons toujours observé les opportunités qui se présentaient, quelles que soient leur taille. Ce n'est pas le montant du chèque qui compte pour nous ».

Pour aller plus loin :

avatar SidFik | 

"C'est une taxe qui finirait par peser sur le client final."
Ou pas, apple devra peut être se demerder sans l'aide de ses clients, quelle hypocrisie ...

avatar Trillot | 

Je ne comprend pas votre réaction, c'est forcément le client US qui paiera.

C'est celui qui décide des taxes à l'import qui les paye... et c'est celui qui veut le mur qui le paiera.

avatar Abd Salam | 

@Trillot

Le client paie... mais ça finit pas toujours dans le même compte en banque.

Chaque euro de détaxe a été ventilé en euros de marge :

Les (par ex) 7€ de taxe douanière que l'on payait dans les années 80 ; on les paie toujours ces 7€ en 2010...

Avant les 7€ allaient dans les caisses de l'État, maintenant ça va dans les poches des actionnaires !

Les coûts de fabrication ont baissé... l'immense majorité des prix de vente ont explosé !

Y'a des baskets vendues 140€... pourtant fabriquée en Chine... et sans droit de douane !

Qui va dire qu'il y a 138€ de matières premières + main d'œuvre + transport + TVA ? Et 2 euros de marge nette ?

avatar C1rc3@0rc | 

@SidFik

Maestri est la pour faire du lobbying, il raconte ce qu'il faut dans ce sens, avec toutes les imprécisions et manipulations nécessaires.

Dans le cas du marché interieur US, des taxes d'importations vont forcement peser sur le client, puisque c'est l'interet meme de ces taxes. Si Trump veut rendre la production americaine competitives par rapport aux importations de Chine, le seul moyen c'est de taxer le produit chinois de maniere a ce que son prix final soit superieur a un produit americain... Et ce prix final c'est le client qui va le payer, personne d'autre.

Les marchés semblent penser que Trump va pas tellement demander aux entreprises de produire aux USA, mais d’opérer uniquement depuis les USA. La difference est enorme, car cela veut dire que les entreprises vont devoir faire toutes leurs operations commerciales et financieres depuis les USA et non plus a travers un écosystème économique reparti permettant de défiscaliser les revenus.
Ca veut dire forcement que les entreprises devront payer plus d’impôts mais uniquement aux USA... et que les benefices seront reelement disponibles (pour alimenter les OPA, les fonds de pensions US ou d'investissement US) et pas bloqué et indisponibles dans les centaines d'entreprises etrangeres des ecosystemes.

Sonc au final, le client US paiera plus, mais ses revenus augmenterons (pour ceux qui auront du boulot et du capital)

Si on prend le cas d'Apple cela veut dire qu'Apple va devoir payer 100% des ses impots aux USA, au lieu des 40% actuels. Ce qui veut dire donc 60% de plus pour les USA... vu la somme dont il est question si Trump place un impot situé entre 5% et 10% tout en dévaluant assez le dollars Apple s'y retrouve. Il reste alors ensuite a ne taxer que la production chinoise et pas la sous-production...

Apres, les autres etats dans le monde vont peut etre pas apprecier que Trump fasse liquider des centaines d'entreprises hors USA, mettent des milliers de personnes au chomage et sorte des milliards de l'economie europeenne et asiatique... et surtout, ils vont peut etre pas accepter une devaluation concurrentielle sur dollars en plus de taxes protectionnistes...

avatar en ballade | 

La marge bénéficiaire constante est une idée fixe chez Appl€

avatar oomu | 

c'est sa raison d'être pour ceux qui la financent et en attendent des dividendes en croissance (sinon ils changent de crèmerie).

C'est le soucis pour toute entreprise cotée.

avatar Trillot | 

cotée ou non, c'est pareil.

Maintenant il y a ceux qui parviennent à maintenir leur marge et ceux qui n'y arrivent pas.

Il y a ceux qui font des produits qui plaisent malgré leur prix et ceux qui n'y arrivent pas.

avatar C1rc3@0rc | 

C'est plus complexe que cela.
Faut deja considerer la masse d'entreprises qui vend a perte et fait du profit sur des produits purement financiers, de la pub, et autres produits indirectes n'ayant rien a voir avec le coeur de metier de l'entreprise.

La marge est en plus difficile a calculer, car le cout d'un produit ne depend pas uniquement de ses composants ou de son assemblage, mais aussi d'un ensemble d'autres facteurs et de systeme de financement.

aujourd'hui la majorité des entreprises generent d'abord... de la dette. Et une entreprise peut passer des annees en fonctionnant sur sa capitalisation et pas sur sa production.

avatar lukasmars | 

Apple représente la "Macworld" , ces entreprises ultra agressives hors sol qui bientot attaqueront les Etats qu'ils jugent contraires à leur investissement comme le prevoit le traité CETA par exemple.

A l'heure ou les capitaux se déplacent sans limites et sans droits de douane, la volonté de "produire national" est totalement incompris par ce type de dirigeants; trés vite ils vont nous enfumer avec la moraline bien pensante qui sert leur intérêts du genre " soyons ouvert, contruisont des ponts plutôt que des murs"

Quel monde de merde .

avatar Malvik2 | 

@lukasmars

Complètement d'accord ; le discours d'Apple actuellement devient très dérangeant, ils n'ont pas à se mêler de la politique fiscale de leur pays et encore moins imposer leur vue, saupoudré qui plus est d'une énorme couche de démagogie et de mauvaise foie.

Il n'y a pas intérêt de signer certains traités que quelques fous actuelles voudrais faire passer, donnant la possibilité effectivement à ces entreprises-ogres d'attaquer les pays.

J'adore les produits Apple, mais toutes ces têtes de requins aux dents blanches qui miaule dans les coins parce qu'ils paieraient trop d'impôts dans leur pays commence à me sortir un peu par les yeux, je sais pas vous...

avatar r e m y | 

@Malvik2

[mode humour noir: ON]
"... mauvaise foie"
Ce n'est pas nouveau, malheureusement pour Steve Jobs :-(

avatar reborn | 

Sur ce point Apple n'a pas changé depuis Jobs, donc il n'y a rien de nouveau.

avatar harisson | 

@reborn

"Sur ce point Apple n'a pas changé depuis Jobs, donc il n'y a rien de nouveau."

Apple a changé depuis 2010. Comme indiqué dans la news, le CA a fait x12 en 6 ans.

avatar iPop | 

@Malvik2

Je te rejoins sur l'idée.

avatar oomu | 

Dites le aux politiciens, ha et en même temps que vous leur dite, promettez bien de voter pour eux et de donner une obole au parti. ça les hmm... encouragera à vous prendre au sérieux. (une personne qui vote est une personne qui existe)

avatar Manubzh | 

t'inquiète pas, c'est partagé de mon coté ...
heureux d'entendre que ça te dérange aussi...
Parce que j'en paie des impôts et plein pôt, mais est-ce que je m'en plains ? non !

avatar oomu | 

cela est déjà le cas. Les cours de justice internationale pour l'industrie sont régulièrement utilisées.

-
cela dit, ces cours ont été créées par les ETATS (nos _dirigeants_ NATIONAUX) volontairement (aucun patron est venu avec une ceinture de dynamite) et dans le but clair, net, précis, affirmé, de maintenir le statu quo de l'économie de marché et de la concurrence mondialisée.

C'est un but formel, et les cours permettent d'éviter que des pays s'éloignent trop (par accident ou par militantisme) de la normalisation. Et ça sera mondial d'une manière ou d'une autre.

donc bon, Apple.. dans tout ça, elle utilise les moyens mis à disposition pour continuer ce qu'elle doit être: une entreprise commerciale dans une économie "hautement compétitive" de marché.

avatar Abd Salam | 

@oomu

Ces "commissions" d'arbitrages ont été créés par "nos" gouvernants sur demandes express des grands patrons et gros actionnaires.

Il ne faut pas innocenter les principaux responsables : les entreprises.

Ensuite il y a un gros problème de conflits d'intérêts... au niveaux de certains élu(e)s qui utilisent clairement leurs fonctions pour servir leurs futurs employeurs privés !

avatar Manubzh | 

je te suis à 100% luka !
tu as exactement exprimé le fond de ma pensée, c'est pour ça que je pense dur comme fer que Tim cook et ses comparses sont des personnes dangereuses à l'avenir.

Nous avons déjà passé le cap de la gouvernance par les PDG de grosses multinationales, ex ?
Les impôts sur le sol européen et l'Irlande !

Autre exemple ?
je regardais en début de semaine l'émission sur la catastrophe de Fukushima, ce qui a été révélé aux yeux du grand public m'a refroidi ! Surtout le passage de la pression exercée par AREVA et notre gouvernement pour ne pas que leurs intérêts ne soient menacés ... et ce au dépend de l'information et de la sécurité de la populace !

avatar iPop | 

Allez je me lance :
Maestri c'est un vrai Maestro

avatar Sindre | 

Le problème c'est que MacGe ne donne jamais la totalité des phrases titres des articles.

Il manque : " ...et continuer de se faire des couilles en or massif".

?

avatar Malum | 

Apple est le plus grand contributeur mondial en impôts. Ce sont les états qui sont super contents et qui se sont des couilles en or, ce que ceux comme vous sont incapables à analyser. Savez-vous que la TVA cela existe ? L'ignorez-vous ? Une TVA à 20 % c'est ça qui entre dans les caisses de l'état. Chaque produit Apple vendu plus cher qu'un autre de même utilité rapporte en plus le différentiel de prix en TVA.
En dehors du fait qu'Apple paye 19 % d'impôt au global, sans doute beaucoup plus en moyenne que les entreprises françaises du CAC 40. Renseignez-vous. Les entreprises du CAC 40 arrivent à une moyenne de 8 % soit moins de la moitié d'Apple.
Apple c'est aussi en impôts indirects toutes les taxes locales pour leur stores, ce sont tous les impôts des personnels employés, c'est une création d'activité économique dans le monde entier et notamment aux USA. Ce sont donc depuis dix ans plusieurs millions d'emplois créés. Des emplois créés, c'est de la consommation générale, ce sont des impôts, et la consommation générale c'est de la TVA qui entre dans les caisses de l'Etat.
Apple ce sont des milliards de dollars en R&D, qui dit ces sommes dépensées, dit de la redistribution de ces bénéfices de façon indirecte dans l'emploi. Apple ce sont des constructions en durs (Apple stores, siège social) ce sont donc encore de milliers d'emplois soutenus, des marchandises, des sous-traitants. Apple ce sont des milliards redistribués aux artistes, aux développeurs etc.

Cette haute marge d'Apple est ce qui lui a permis de passer d'un chiffre d'affaires important à un chiffre d'affaires stratosphérique or cette croissance fait gagner tout le monde, même si aussi cela fait gagner Apple. Si on à 30 % 'impôt sur une société qui fait 10 de bénéfices, ce la rapporte 3 à l'état. Si on à 19 % d'impôts d'une entreprise qui fait 1 000 cela rapporte 190 à l'état. Tant en absolu qu'en relatif Apple paye beaucoup, beaucoup d'impôts.

Quant aux marges, j'attends que tous les gus comme vous aillent taper sur le bistrotier du coin qui a une marge hallucinante sur le petit noir, mettre un pavé chez le boulanger du coin qui pour 1 euro vendu de pain gagne 85 cts, dans tous les petits magasins qui achète un produit 10 et le revendent 24 (coefficient régulier dans tous les commerces est au minium prix produit acheté HT X 2,4). Apple ce sont des rigolos en matière de marge par rapport aux cafetiers, boulangers, commerce de détail. Pourtant que faites-vous ? Pourquoi ne les insultez-vous pas ?

Le reste n'est que l'attaque à bon compte qui s'arrête à un seul chiffre ici ou là sans aucune réflexion de fond. Et permet à des gus comme vous qui n'ont pas dû créer beaucoup d'emplois (enfin peut-être que si vous allez nous le dire) beaucoup de produits, payer beaucoup d'impôts, enrichir son pays par ses dépenses qui vient jouer ici au gros bras, si fier de son bon mot. Et de ces mots réplétifs qui prouvent son manque total de renouvellement d'arguments et d'innovation.

Votre analyse est d'une si courte de vue que vous ne devriez même pas faire un pas sans tomber.
Il est si facile de jouer au héros défenseur de la veuve et de l'orphelin et de se dire si bon et beau. Quant à vous pouvez-vous nous dire si vous payez tous vos impôts, tous vos parc-mètres, que vous ne resquillez jamais, que vous ne faites rien pour essayer de gratter ici ou là quitte à ne pas être dans la légalité. Regardez-vous des vidéos sur Internet sans payer de redevance aux artistes ? Sans payer ceux qui ont fabriqué ces vidéos ? Lisez-vous les informations gratuites ? Informations qui sont faites aussi par des personnes qui travaillent.

avatar r e m y | 

@Malum

Mais si Apple baissait ses prix, la difference resterait dans la poche de ses clients qui s'empresseraient de la dépenser sur d'autres biens générant tout autant de TVA pour l'Etat et d'emplois (dans d'autres domaines) et d'autres entreprises verraient leurs bénéfices augmenter (les entreprises chez qui ces sommes seraient depensees).
Ces entreprises ayant un taux d'imposition moyen supérieur à celui d'Apple, ce serait finalement plus d'impôts rentrant dans les caisses de l'Etat!

avatar Malum | 

1- les entreprises du CAC 40 payant moins d'impôts c'est donc faux.
2- si cette différence permet d'aller au restaurant ou acheter des produits de première nécessité cela fera passer à une TVA inférieure donc moins de rentrées fiscales.
3- si les achats vont à des entreprise qui ne payent pas d'impôts ce sera ça de perdu
4- cette marge d'Apple a permis un développement faramineux de son CA ce que n'aurait jamais permis des marges plus faibles et donc au global ce serait moins.

avatar C1rc3@0rc | 

@Malum

1) plus les entreprises sont grosses plus elles ont les moyens d'exploiter les lois permettant la defiscalisation. C'est un fait. A ce niveau la loi est absurde et inique.
Donc il est impossible que les entreprises du CAC payent moins d'impot qu'un ecosyseme multinationale disposant d'une force d'emprunt de la taille d'Apple ou Google.

2) La TVA est l’impôt le plus efficace, c'est indiscutable.
Mais, la TVA depend du pouvoir d'achat et les produits de premiere necessité doivent subir une TVA a taux adaptatif en fonction du prix des produits de premiere necessité sinon c'est une precarisation de populations deja precaires et cela s'oppose au devoir de l'Etat et c'est un non sens economique.
Donc tu ne peux pas raisonner par report virtuel d'un produit inaccessible pour une classe donnée vers les produits de premiere necessité.
La TVA est efficace si elle ne se double pas d'un impot sur le revenu, auquel cas l'un annule l'autre...

Apres, il y a une question de taux. Un impot n'a de sens comptable qu'a partir d'un seuil bien specifique, en dessous il est inutile. C'est le cas de l'impot sur la fortune par exemple. Si la masse imposée est trop faible, alors le taux doit etre d'autant plus elevé pour limiter l'inneficacité, ce qui contribue a l'exil fiscal et donc prive la Nation d'investisseurs et de consommateurs ayant un tres gros pouvoir economique... Un impot sur la fortune, est un impot qui ne doit avoir qu'un tres faible taux et doit s'inscrire qu'en dernier recours dans un systeme d'incitation participatif envers les grosses fortunes.

On peut d'ailleurs penser qu'une mesure anti-Trump pourrait passer par une super-TVA sur les produits américains n'ayant pas de concurrence locale (genre TVA a 49% sur les PC et smartphone en Europe) ou compensée par des subventions et défiscalisation indirecte pour les concurrents locaux...

«4- cette marge d'Apple a permis un développement faramineux de son CA ce que n'aurait jamais permis des marges plus faibles et donc au global ce serait moins.»

Non c'est faux.
C'est la masse de vente des machines, d'abord les iPod et ensuite les iPhone qui a permis a Apple de gagner autant d'argent.
Au mieux la marge a permis d'accelerer cette croissance de benefices.

Aprés évidement si tu te positionnes sur un marché ou tu vend beaucoup mais a perte - et que le produit vendu est bien l'objectif de rentabilité y a un souci.
C'est le cas par exemple d'Intel qui a fait quasi 10 ans de ventes a pertes sur l'Atom avec un objectif monopolistique a terme, terme qui n'a jamais ete atteint le produit etant trop mauvais.

D'un autre coté Intel a des marges monstrueuses, puisque un Core i7 est estimé a au moins 3,5 x plus de benefices que sa marge de rentabilité... Mais on voit bien que si Intel ne tient pas ses ventes, alors malgré une marge phenomenale, le benefice s'effondre.

Mais si tu regardes du cote de la grande distribution, sa fortune vient de la masse de vente avec communement des marges faibles. Faut faire attention a la marge: c'est un modulateur du benefice, mais c'est aussi un modulateur de la masse. Trop de marge detruit le produit.

avatar C1rc3@0rc | 

Qu'est ce que produit Apple (ou autre entreprise): de l'argent
Qu'est que produit une banque: de l'argent (mais sous a forme de dette)
Qu'est ce que produit un fond de pension: de l'argent (conversion de dettes)
Qu'est ce que produit une assurance: de l'argent (captation sans production autres)
Qu'est ce que produit une université: du savoir
Qu'est ce que produit un Etat: un espace social securisé.

L'impot n'est pas un moyen de production d'argent, c'est un outil de financement contributif de l'espace social securisé. Le seul souci c'est que l'entreprise et la banque percoivent l'impot comme une faille dans leur process de production et qu'il faut reduire cette faille.

Trump considere que l'etat est une entreprise... de services d'abord pour les entreprises!

Partant de la @Malum, qui est de mauvaise foi (ou alors c'est grave) construit un raisonnement qui comme tous ceux des des populistes tient sur quelques realités et beaucoup de dissimulations. La realité c'est la dimension systemique du monde. Ces conclusions par contre vont a l'inverse de la logique du systeme.

Tu lui oppose, logiquement une dimension systemique qui est plus honnete et realiste, mais en fait ta logique tient la route uniquement dans le cas d'un systeme collaboratif, environnemental et ou le travail est un outil de production de biens.

Le probleme c'est qu'a aucun moment la dimension systemique n'est respecté dans la realité et que le travail n'est jamais qu'un outil de production de biens.

Pour l'entreprise, l'univers est competitif (s'opposant a la nature collaborative de la societe humaine), le client final est la ressource miniere a exploiter le plus vite possible, et le travail un outil de production parmi les autres.

Pour l'etat, l'univers est competitif (avec les autres etats, les entreprises, mais aussi les organisations humaines non nationales), l'entreprise une ressource miniere a exploiter le plus vite possible tout comme le citoyen et le travail la valeur sociale socle.

Pour le citoyen, l'etat et l'entreprise sont des producteurs concurrents, le travail une valeur social (un droit, un devoir, mais pas un outil) reposant sur la compétition entre individus...

A aucun moment la dimension collaborative ni environnementale n'est presente dans la realité actuelle, et pire encore, le travail n'est jamais que l'outil de production de bien!

avatar XiliX | 

@Malum

Amen... :ThumbUp"

avatar vince29 | 

toujours pas sourcé.

avatar Manubzh | 

magnifique, un pavé aussi terne et creux que ce que tu nous sors d'habitude.
Il y a au moins un truc qui est bien chez toi, c'est ta constance dans la médiocrité.

oser défendre un société qui à un taux d'imposition plus que scandaleux, dire que qu'ils sont matraqués par les charges !
Bah et les indépendants alors ? tu crois qu'ils se la coulent douce ? parce qu'en attendant ils n'ont ni le même niveau de charge, ni le même niveau de vie, ni le même confort dans leur travail !
On retrouve d'ailleurs beaucoup de choses non vérifiables que tu avances dans ton discours. Je serai curieux d'avoir tes sources.

Bref rien de nouveau dans ce monde débile, il y aura toujours un gus (pour reprendre ton expression qui montre ton niveau de condescendance et à quel point tu es un sous-doué) comme toi pour venir défendre les pauvre petits PDG qui gagnent peu et qui doivent redistribuer aux méchants actionnaires.

En attendant, ça a abouti à des situations scandaleuses comme celle du PDG de sanofi qui s'est fait huer en pleine réunion et qui a fait taire des employés (hauts cadres stp !) pour qu'on lui fiche la paix.

avatar Malum | 

Merci pour vos arguments profonds. Dire que c'est creux n'est qu'un slogan, bien creux lui-même. Essayez donc de démentir point par point ce que j'ai écrit. Essayez de prouver que les entreprises du CAC 40 payent un taux d'imposition supérieur à celui d'Apple. Essayez de prouver qu'un boulanger, un vendeur de petit noir ou un magasin de détail ne fait pas beaucoup plus de marge qu'Apple, et je n'ai pas parlé du black que font la plupart des commerçants.
Et merci aussi pour vos insultes. C'est divertissant et de très haut niveau. Cela nous change des émissions de télé réalité, enfin cela nous plonge en plein dedans.

PS ne me lisez pas cela vous évitera un ulcère.

avatar Sindre | 

@Malum

Si je représente le gus avec un niveau zéro de l'analyse, tu es pour moi l'archétype du trou de balles avec le niveau moins un de l'humour.
Match nul.

La prochaine fois place les insultes à la fin de ta logorrhée, je pousserai ma lecture un peu plus loin.

Et j'en crée pas d'emplois, je suis un salarié qui a le même taux d'imposition qu'Apple au fait. Et je ne me plains pas. Et je ne suis même pas aigri.

Je te souhaite une belle fin de journée quand même, je ne peux répondre que maintenant, ma journée fut très chargée. Et pas en taxes, désolé.

Pauvre type.

avatar Malum | 

Ne pas confondre vous insultes, c'est-à-dire ce que vous êtes et mon texte qui ne vous insulte jamais. Quant à l'humour cela n'est qu'une facette de votre remarque, l'autre facette est le fond de votre pensée et c'est au fond de votre pensée à courte vue sur Apple que j'ai répondu.
J'aime bien être un pauvre type, du reste je ne suis pas riche.

PS ne me lisez pas cela vous évitera un ulcère. (bis)

avatar Sindre | 

@Malum

Je cite : " ce que ceux comme vous sont incapables à analyser."

Vous décrétez que je suis incapable, je prends cela pour une insulte.
Vous devez appartenir à une caste supérieure qui décrète ceux qui peuvent et ceux qui ne peuvent pas.

Je ne me ferai pas d'ulcère, pas plus que je ne regarde la télé-réalité, je trouve triste des individus comme vous qui sur un trait d'humour, peut être médiocre, montent sur leurs grands chevaux de leur savoir pour défendre le capital.

Comme disait Coluche, vous êtes triste. Voilà, vous êtes triste.

Je ne vous lirai plus non pas pour échapper à l'ulcère, mais parce que vous m'emmerdez.

Et que par les temps qui courent je préfère mal rire que bien m'emmerder.

avatar Malum | 

Non ce n'est pas une insulte c'est un constat fait à partir d'une déclaration nette et tranchée qui reprend vos commentaires passés, car je n'ai réagi qu'à la suite de vos habituels commentaires dont celui-ci en est l'exégèse. Je maitiens qu'en ce qui concerne Apple, ses marges et ses revenus oui vous faites partie de ceux qui ne peuvent pas analyser bien trop focalisés à se payer de l'Apple matin, midi et soir. Ceci est donc un cas particulier. Prenons l'exemple de Renaud de la Vilénie bien que recordman du monde du saut à la perche il n'a jusqu'alors jamais réussi à être champion du monde. Si j'écris il n'arrive pas à être champion du monde c'est un constat et non une insulte. De même c'est la différence fondamentale qu'il y a entre tu as menti (un fait ponctuel) et tu es un menteur (une généralité). Moi, j'ai parlé d'un cas ponctuel qui est Apple et sa richesse financière et vos arguments répétés à l'envi, d'où ma remarque sur votre incapacité à une analyse saine d'Apple, ses impôts et ses bénéfices. Pour le reste je ne vous connais pas. Mais vous vous m'avez traité de pauvre type, donc de mon entière personnalité. Vous, vous m'avez insulté. Cela est aussi un constat. En matière d'humour si certain comique de répétition est bien venu, l'humour comme attaque permanente d'Apple ne peut plus être considéré comme de l'humour. C'est comme l'alcool, un verre ça va trois verres bonjour les dégâts. Dans un contexte où Apple ne serait pas en permanence dézinguée en particulier pour ses impôts, où ce serait léger et non répétitif, ce serait amusant. Tout cela n'est pas le cas. C'est vous faire plaisir à bon compte en vous croyant plein d'humour.

avatar Sindre | 

@Malum

Renaud Lavillenie est double champion du monde.
En salle certes, mais champion du monde.

Et je dezingue Apple à tout va.
Une fois de plus, vos sources

Dites moi, pour être aussi malheureux et suffisant, vous avez un coach. Ce n'est pas naturel.

Et je vous invite à lire la page 9 de Siné Mensuel de ce mois, vous vous y reconnaîtrez.

avatar Malum | 

Le championnat du monde en salle n'est pas reconnu puisqu'on est obligé d'ajouter en salle.
Vous persistez à m'insulter et de plus à vous croire si savant que vous me voyez malheureux et triste sans rien connaître de ma vie et vous dites que c'est moi qui suis suffisant. Faire des affirmations péremptoires sur un contradicteur sans ne rien prouver et utiliser comme vous des arguments comportementaux est une technique éculée de destabilisation et surtout est un signe de mépris. En fait vous me prenez pour ce que vous êtes, peut-on supposer.

Je vais suivre à nouveau de près vos commentaires sur Apple et si d'aventure au lieu de taper sur Apple et ses équipes, ses prix, ses marges vous les louez je ferai amende honorable, reconnaîtrai mes torts et vous présenterai mes excuses.

avatar oomu | 

"Principalement parce qu'aujourd'hui la chaine des fournisseurs pour l'industrie de la high-tech n'est pas installée aux États-Unis"

il faut bien comprendre cela.

Plusieurs fabrications clés dans les produits modernes sont dominés et jalousement gardés par des pays producteurs. Il ne suffit pas d'un claquement de doigt et d'un boulimique orange (ni même d'un gendre parfait) pour changer cela.

Le problème de la formation des techniciens et ingénieurs ainsi que leur mise à disposition sur le marché du travail est tout aussi redoutable à résoudre.

Non, laissons les à ces lubies et poussons nos politiciens à nous en Europe a investir massivement (des milliards! à coup de taxe!) dans les industries haut de gamme que nous possédons déjà pour continuer de rivaliser avec les USA.

Rien d'autre ne compte (pour nous).

avatar Ajioss | 

La phrase est incomplète...
" Il sera difficile pour Apple de produire aux États-Unis et de continuer à s'engraisser comme des porcs"

avatar XiliX | 

@Ajioss

Et c'est quoi s'engraisser comme des porcs ?

avatar Ajioss | 

@XiliX

"Pendant la phase d’engraissement, le porc absorbe tous les jours un kilo de nourriture. Grâce à une préparation essentiellement constituée de maïs, de blé et d’avoine, de pois et de soja, il grossit de 600 grammes par jour. Cette phase dure 4 mois et demi et le porc atteint un poids de 115 à 120 kg."

Source: http://www.la-viande.fr/animal-elevage/porc/alimentation-porcins

avatar codeX | 

@XiliX

C'est un concept développé par je ne sais qui, repris et amplifié par des cigales pour demander à d'autres de ponctionner des fourmis, sans se sortir les doigts du cul.

avatar harisson | 

Je pense que le mieux serait pour Apple de préparer le décollage de son campus2 et d'opérer directement depuis l'espace ^_^

avatar Cowboy Funcky | 

Les pro-Trump (pro-Marine...) en sont pour leurs frais. À croire tout et n'importe quoi, on a rien... ou du moins les choses n'évolueront pas comme certains le voudrait.

Le grand méchant Apple est avant tout une entreprise engagé dans la mondialisation avec tout ce qui dérange les tenants et mordant des états-nations... concept galvaudé à l'heure où ce monde peinera de plus en plus dans l'attribution des ressources...

Bref,

avatar Cowboy Funcky | 

"la volonté de "produire national" est totalement incompris par ce type de dirigeants;"?

Ce qui est vrai pour les produits agricole ne l'ait pas pour la high-tech....

La principale VA ne se trouve pas dans le téléphone, mais dans l'usage qui en est fait.
Quand Apple vend son téléphone 800€ on considère que celui générera pas moins de 5000€ de revenus : dépenses application, forfais téléphoniques, services liées aux applications.... qui profite sur le sol national en grande partie...

De plus, la construction d'usine pose des pb environnementaux.qui sont complexes dans nos sociétés occidentales...

Bref, heureusement que Trump-Marine sont la..." y'aka fokon "...,

avatar Cowboy Funcky | 

@Malum
Respect pour ta démonstration ?

avatar Malum | 

Méfiez-vous je suis la peste et le choléra pour certains qui voient dans les propos les insultes qu'ils lancent contre moi. Espérons que ce ne soit pas contagieux.
Merci en tout cas.

avatar Samesoule0 | 

On ne voit pas souvent Maestri s'exprimer comparé à Tim ou encore Jony mais j'adore sa repartie :

«Ce n'est pas le montant du chèque qui compte pour nous »

Avec une valorisation boursière de plus de

700 000 000 000 $, il y a de quoi faire !

avatar IceWizard | 

@Malum
"Quant aux marges, j'attends que tous les gus comme vous aillent taper sur le bistrotier du coin qui a une marge hallucinante sur le petit noir, mettre un pavé chez le boulanger du coin qui pour 1 euro vendu de pain gagne 85 cts, dans tous les petits magasins qui achète un produit 10 et le revendent 24 (coefficient régulier dans tous les commerces est au minium prix produit acheté HT X 2,4). Apple ce sont des rigolos en matière de marge par rapport aux cafetiers, boulangers, commerce de détail."

Je ne suis pas persuadé qu'il soit pertinent de comparer la marge de secteurs d'activités très différents. Un boulanger a une marge BRUTE très supérieure à celle d'Apple, mais ces coûts d'exploitation sont bien plus important. Il faut bien les payer les petits gars qui fabriquent et vendent les pains. De la même manière un restaurant a besoin d'une marge d'au moins 300% pour survivre.

C'est les résultats NETS qu'il faut comparer, après déduction des charges (salaires, loyers des locaux, électricité, assurances, taxes diverses, etc..). Je doute que le bistrotier du coin récolte un bénéfice annuel colossal, malgré l'énorme marge BRUTE d'un petit noir.

avatar zoubi2 | 

Malum a peut-être tort, il a peut-être raison, mais au moins il argumente sainement sans injurier les autres (qui n'argumentent pas du tout).
Je dois dire que je suis d'accord avec IceWizard : Les charges des petits commerçants sont telles que pour s'en sortir la simple culbute ne suffit pas...

avatar Malum | 

C'est la même chose avec Apple et sa marge brute. Quant aux boulangers j'en parle en connaissance de cause après avoir participé à une étude. C'est la profession avec le moins de faillites et le plus d'enrichissement des petits artisans. Bien sûr il y a des exceptions mauvais boulangers, désertification du secteur, même une grande Surface n'arrive pas à les mettre par terre tous. Dans ma petite ville il n'y a pas moins de quatre boulangers et un cinquième vient d'installer pour 1 500 habitants.

CONNEXION UTILISATEUR