Nous avons reçu et feuilleté "Designed by Apple in California"

Florian Innocente |

Voilà donc ce fameux livre Designed by Apple in California, annoncé cette semaine sans que l’on s’y attende. Il se disait que Jonathan Ive travaillait sur un ouvrage, en voici le résultat, dédié à Steve Jobs. Une sélection imagée de quelque 93 ordinateurs, iPhone, iPod, iPad ou accessoires, et quelques outils qui ont servi à les fabriquer. Les représentants les plus significatifs, selon Ive et son équipe, de leur travail commun pendant ces 20 dernières années.

La version grand format avec un iPhone 6s pour servir d’échelle Cliquer pour agrandir

Il y a de gros et grands produits, comme les iMac, les iPad, les Power Mac, et de tout petits tels les chaussettes pour iPod ou le bloc secteur avec ses oreilles rétractables pour enrouler le câble (disparues avec les derniers MacBook Pro). Le livre s’ouvre sur le premier iMac et se ferme sur l’Apple Pencil. Le premier MacBook Retina y est mais pas les iPhone 7 ni les MacBook Pro 2016.

L’objet d’abord. Nous avons acheté le plus grand des deux formats. Une “bible” de 6,3 Kg, soigneusement emballée et luxueuse dans sa présentation. Apple s’est tournée vers des entreprises allemandes et anglaise pour le papier et la couverture tandis que l’impression a été réalisée en Chine.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

La tranche est argentée, le papier épais et les photos superbes, les noirs sont noirs, les couleurs claquent, certaines images donnent une légère impression de relief. Toutes les photographies, à l’exception d’un cliché fourni par la NASA, sont d’Andrew Zuckerman. Ses précédents travaux utilisaient déjà ce principe d’un sujet (personnes, animaux, fleurs) placé sur fond blanc, sans mise en scène, décor ou ornements. C’est une présentation sobre au possible, quasiment clinique du travail de Ive et son équipe.

Cliquer pour agrandir

Une équipe dont le noyau principal est formé de 23 personnes avec parmi elles trois français (sans compter d’autres parmi les “petites mains”) — Anthony Ashcroft, Clément Tissandier et Jérémy Bataillou. Les plus anciens travaillent ensemble depuis très longtemps, on retrouve plusieurs des noms listés dans ce livre dans un autre paru en 1997, Apple Design : The Work of the Apple Industrial Design Group.

Le contenu ensuite. Ive le dit dans la préface, c’est un livre de photos et pas « un livre de mots […] Bien qu’il s’agisse d’un livre de design, ce n’est en aucun cas un livre sur l’équipe de design ni sur le processus créatif ou le développement de nos produits […] d’ailleurs nous préférons toujours être définis par nos créations plutôt que par nos discours » Outre cette préface, les pages sont quasiment vierges de tout texte, chacune ne comporte en effet que le nom du produit et sa date de sortie (lire aussi Le livre "Designed by Apple in California" est bugué, alors comment s'en sortir ?).

Préface Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Un fascicule séparé de 7 pages vient heureusement remplir un peu ce vide et donner à manger à l’aficionado (la préface y est traduite en français). Pour chaque photo, un petit texte de l’ordre de la grosse légende apporte des précisions sur le procédé de fabrication mis en œuvre, l’effet recherché, les matériaux choisis, les avantages obtenus.

Cliquer pour agrandir

Les férus de design et de procédés de fabrication y trouveront certainement de précieuses données. L’utilisateur lambda aussi car un glossaire vient en appui pour expliciter les termes les plus compliqués (“Configuration de Halbach”, “Contre-dépouille”, “Anodisation”, “Usinage à l’état vert”, etc), mais cela reste très orienté technique, les étudiants dans certaines spécialités devraient apprécier, et relativement succinct.

Dans une interview, Ive expliquait qu’Apple n’était pas très forte pour organiser les archives de ses propres produits, par conséquent elle avait dû racheter certains d’entre eux pour cet ouvrage. Ils sont ici formidablement mis en valeur.

On a beau avoir vu et revu (et même possédé) nombre d’entre eux, on se surprend à les admirer à nouveau. On peut regretter qu’il n’y ait pas de version électronique de ce livre, à feuilleter sur un grand iPad Pro, mais aucun écran ne rendrait justice à ce travail de photographie et de confection.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Il n’y a pas que des produits finis, plusieurs photos montrent des pièces à mi parcours de leur réalisation (il y a aussi une poignée d’outils). Ci-dessous, c’est le cadre d’un moniteur de 17". La pièce d’aluminium est extrudée au plus près des dimensions finales puis usinée en surface pour donner les formes définitives.

Cliquer pour agrandir

Autre exemple particulièrement intéressant, qui témoigne de l’ingéniosité déployée pendant le cycle de fabrication du produit. Ive en avait parlé il y a quelques années dans un reportage et il se voit illustré dans le livre. À gauche, on a la pièce d’aluminium qui sera extrudée et ajourée pour obtenir le cadre contenant l’écran et tous les composants d’un iMac. À droite, la plaque qui reste après la découpe n’est pas envoyée au recyclage, elle est usinée elle aussi pour donner naissance à deux châssis de claviers étendus…

Cliquer pour agrandir
Le moule des écouteurs Apple Cliquer pour agrandir
Le galet d’aluminium transformé en cyclindre pour le Mac Pro après extrusion Cliquer pour agrandir

Là, c’est une billette d’aluminium (une barre de métal) qui va subir toute une série d’opérations pour donner naissance au boitier complet d’un Mac mini.

Cliquer pour agrandir
Le PowerBook G4 Titanium Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
L'air de rien, un iPod s'était offert un voyage dans l'espace Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Le pied articulé de l’iMac “tournesol” Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
C’est le seul prototype montré dans le livre, celui de l’Apple Watch. Un éclaté de tous les composants à tester installés sur une plaque (à noter la couronne digitale à droite qui dépasse) Cliquer pour agrandir

Il y a quelques produits montrés après qu’ils ont reçu la patine du temps, une Smart Cover en cuir d’iPad et l’iPhone appartenant à Evans Hankey, la responsable de l’organisation du studio design. Elle a pour habitude de ne pas spécialement prendre soin de ses matériels.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Beaucoup se sont offusqués du prix de ces deux ouvrages. C’est oublier que, oui, en effet, des livres peuvent coûter le prix de deux smartphones Android.

Il n’y a rien d’extraordinaire à trouver des beaux livres ou livres d’art vendus une centaine d’euros. Un fan absolu de Bob Dylan par exemple, sera invité à débourser 500 € pour un livre de photos (tirage limité à un gros millier d’exemplaires). Les passionnés du mobilier dessiné par Charles et Ray Eames devront s’acquitter de 260 €. Mais dans cet exemple, on reçoit en retour deux gros ouvrages totalisant 800 pages et débordant de textes denses et de photographies.

C’est l’unique reproche que l’on fera à ce livre d’Apple. Le feuilleter, lire les quelques explications ajoutées en appoint donne envie d’en apprendre plus, beaucoup plus. D’avoir davantage de détails, plus d’anecdotes, plus d’explications sur les chemins tortueux et complexes qui conduisent à la création et la mise au point d’un produit. De voir des croquis, des prototypes. Le procès avec Samsung avait été l’occasion de lever un peu le voile sur le processus créatif ayant conduit au design du premier iPhone, avec la sortie de photos inédites.

C’est précisément ce qu’a voulu éviter Ive : ne pas mettre de texte et laisser les produits parler d’eux-même. Mais seul le petit cercle de designers d’Apple a cette connaissance intime de leurs produits et de leur genèse. C’est le genre d’ouvrage qui n’aura certainement pas de suite.

On n’ira pas jusqu’à qualifier cela d’acte manqué, c'est un très beau cadeau à faire ou à se faire, à posséder dans une école de design industriel. Mais on sait que beaucoup d’histoires auraient pu être encore racontées. Les fans d’Apple se régaleront de ce contenu mais ils ne seront probablement pas rassasiés. Le pourrait-on d’ailleurs, alors que beaucoup de ces produits sont devenus de véritables icônes.

L'un d'entre nous dans l'équipe s'est offert le "petit" format, plus commode à feuilleter en mains et à ranger dans une bibliothèque, mais rapidement lourd quand même Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Disponibilité

Designed by Apple in California est en présentation à l’Apple Store Opéra et en vente sur l’Apple Store dans deux tailles, à 199 € et 299 €. Apple n’a pas spécifié qu’il s’agissait d’un tirage limité. Par contre il n’est vendu que dans quelques pays : Australie, France, Allemagne, Hong Kong, Japon, Corée du Sud, Taïwan, Royaume-Uni et États-Unis.

Les deux formats en exposition à New York, merci François Cliquer pour agrandir
avatar iVador | 

Faut il attendre la v2 avec les iBidule 2017 en Photos dedans ? Pour la probable somme de 499€ ?

avatar Bigdidou | 

@iVador

Troll un jour, troll toujours.

avatar iVador | 

@Bigdidou

Ou pas.

avatar Nicolas R. | 

Oh que si !

avatar oomu | 

C'est le cas pour un autre livre de photos du design d'Apple.

il fut réactualisé

ou on peut commander un livret qui complète la première édition.

-

Sans aucun rapport avec Apple, il s'avère que je suis aussi un fétichiste des beaux livres d'images et illustrations (raah lovely). Ce livre d'Apple fera un excellent cadeau de Noël... *clin d'oeil*

avatar patrick86 | 

"Ce livre d'Apple fera un excellent cadeau de Noël... *clin d'oeil*"

Idem ! 😜

📕 → 🎁 👍

avatar Bigdidou | 

@oomu
"Ce livre d'Apple fera un excellent cadeau de Noël... *clin d'oeil*"

Chacun son truc, hein, après tout.
Moi, pour Noël, j'ai plutôt demandé un livre d'art avec toutes les pizzas de PizzaHut depuis sa création.
Sur un joli papier cartonné.

avatar Vanton | 

@Bigdidou

J'espère qu'il est parfumé à la graisse de pizza...

avatar oomu | 

vous moquez par l'absurde, mais c'est une bonne idée pour un "bel objet".

je le vois déjà, en "carton véritable", avec des anecdotes sur les "recettes originales" et des photos des pizzas prises à travers le monde, leurs différences selon les franchisés, les évolutions des goûts, les succès et les échecs en photos de bon goût... mon dieu, ça serait merveilleux.

-
sincèrement, on peut lâcher le cynisme quelques minutes. Oui c'est cher, et les livres en très beau papier sont des objets coûteux à produire mais surtout un petit marché. Mais c'est intéressant.

Apple fait du bon design et a une excellence technique indéniable. C'est de l'ingénierie et du travail technique et en tant qu'ingénieur ça me touche. J'apprécie le travail technique tout comme l'artisanat aussi.

Bien évidemment, en particulier l'édition à 300 euros, c'est l'exacte définition du Luxe. On en a pas besoin. Mais matin, quel livre ! :)

avatar DHG | 

"...et les livres en très beau papier sont des objets coûteux à produire..."
C'est tout à fait juste, mais leurs objets techniques, eux ne le sont pas.
Comme le dit occam plus bas, c'est de la vanité doublé d'un ego probablement surdimensionné de M. Ive.
Même si ces objets sont parfaitement réalisés (ou l'ont été) ce ne sont pas des oeuvres d'art.
Comme le disent certains commentaires ici, il aurait suffi d'un e-book.

avatar Vanton | 

@DHG

Pourtant plusieurs produits Apple sont rentrés dans des musées... Le MOMA notamment en a quelques uns dans sa collection de design.

Apple a quand même bousculé beaucoup de choses en matière de design, on ne peut pas le nier. Ok Ive a emprunté à Rams, ok les produits Apple sont produits en grande série en Chine depuis des années. Mais ça n'enlève rien à la qualité du design des produits Apple. Donc pourquoi pas un livre ?

Que ça vienne d'Apple ne manque pas d'arrogance, c'est certain... Mais qui s'en étonne ? Ça a toujours été une importante doctrine de la maison... Jamais mieux servi que par soi même !

avatar béber1 | 

+
le critère est : est-ce que c'est illégitime, injustifié, immérité ?

Pour moi, cette auto-célération repose quoi qu'on en pense sur un bilan qui a une vraie valeur esthétique, historique et d'influences marquées, dans le sens où chaque produit définit à lui tout seul toute une période

avatar occam | 

@Vanton

« Donc pourquoi pas un livre ? »

Justement. Pourquoi un livre, pourquoi un tel livre, et pourquoi un tel étalage pour un tel livre.

Qu'Apple ait passablement bousculé le design informatique, personne n'en doute. Certainement pas moi, et je pense, ni DHG, ni Chanteloux.

Quant à Dieter Rams (et à son maître Hans Gugelot), je ne compte plus le nombre de jours que j'ai passés à la Neue Sammlung de Munich pour étudier les détails de son oeuvre. Je sais qu'il est ravi de l'inspiration qu'il a pu fournir à Ive, et nous n'en sommes que plus riches.

Mais voilà : la vocation de toute la production Apple, c'est la beauté — dont la recherche est avouée — au service de la fonction.

DESIGN IS HOW IT WORKS.

Telle était la devise de Steve Jobs.

Dès qu'on escamote le côté HOW IT WORKS, on réifie et on ossifie ce qui faisait la singularité d'Apple.
Des carcasses sur papier glacé, ce sont de beaux objets — morts. Ce n'est plus du DESIGNED BY APPLE, parce qu'il leur manque justement ce qui en faisait la spécificité : le processus, et la fonction. En ce sens il y a tromperie sur la marchandise.

Rendre dans le domaine numérique ce qui est conçu pour donner une forme tangible, haptique au numérique eût été l'adéquation du contenu et du contenant. Et une forme d'immortalité virtuelle pour Steve Jobs.

Produire un livre d'objets morts, un de plus parmi tant d'autres pleins d'objets morts, c'est lui ériger un mausolée.
Il m'est difficile d'imaginer une trahison plus subtile, mais aussi plus flagrante, de ce qu'il représentait.

avatar Vanton | 

@occam

Je comprends ce point de vue... Reste que même en numérique, avec des animations ou que sais-je encore, on serait toujours loin de l'usage réel du produit. Aucun support ne peut remplacer l'objet physique. Pourtant le design est depuis longtemps rentré dans les musées, où on l'observe plus qu'on ne l'utilise... Il s'agit en suite de se projeter.

Je te trouve donc un peu dur quand tu évoques des objets morts...

avatar occam | 

@Vanton

« Je te trouve donc un peu dur quand tu évoques des objets morts...»

Je suis à une conférence pour assurer la partie technique de la présentation d'une base de données qui comprend un peu plus d'un million d'objets archéologiques.

Parallèlement, nous venons de publier l'analyse détaillée d'une vingtaine de milliers d'objets, dont nous avons tenu en main chaque tesson.

C'est pour dire que j'ai une certaine expérience des objets, des musées, des archives et des bibliothèques.

Chaque objet, que ce soit l'iMac abat-jour, le transistor Braun de Dieter Rams, une fibule gallo-romaine ou une casserole néolithique, est un vecteur de design.
Seuls les détails des méta-données changent.
Le culte qui leur est voué à part, les icônes du design contemporain partagent malheureusement avec les artefacts du passé le plus lointain une situation de fait : sans leur contexte, ce sont des objets morts.
Pour les objets archéologiques, une fois dérobés de leur contexte, on n'y peut pas grand-chose. Mais pour le design moderne, les détourer de leur contexte tant qu'il est encore présent ou qu'il peut être reconstruit équivaut à une destruction. Au mieux,c'est de l'anatomie, au pire, de la taxidermie.

C'est parce que j'aime les histoires que me racontent les objets que je déteste leur mise à mort.

avatar Albator1138 | 

@ ommu

avatar Albator1138 | 

@ ommu

concernant l'esthétique du travail d'Apple,

voici deux liens intéressants sur les icônes d'Apple (pardon, de NeXT :-D ) :

http://galgot.free.fr/wordpress/?p=1380

http://galgot.free.fr/wordpress/?p=1410

avatar etienne2pain | 

Vous l'avez acheté ? Ou reçu gratuitement ?
Parce que si vous l'avez acheté, c'est que les temps sont fastes chez macg !
Un livre à 300€...

avatar Bigdidou | 

@etienne2pain
"Vous l'avez acheté ? Ou reçu gratuitement ?"

On a la réponse si on lit la news : "Nous avons acheté le plus grand des deux formats."

avatar Florian Innocente | 

@etienne2pain

C'est pas que les temps sont fastes c'est que c'est un produit Apple et que c'est l'actualité.

avatar Nicolas R. | 

Et ? Vous achetez tous les produits Apple qui font l'actualité ?

avatar oomu | 

c'est pour savoir si vous êtes des pourris nantis pabo et qu'on peut pirater le club macg tout se donnant bonne conscience en totale mauvaise foi. (troll assumé).

-
Très sincèrement: merci pour cet article. Je m'interrogeais sur la qualité du papier et de l'impression.

avatar levincefr | 

@innocente :
En même temps, les deux formats représentent la même chose non ? Donc vous auriez pu économiser 100€. Mais bon on est fan ou on ne l'est pas (ou plus).

avatar oomu | 

Ben c'est simple, partir au ski ou économiser pour acheter un beau livre, ben le coeur a choisi : Le LIVRE hahhaa plein de livres, plein plein haAAa la bibliothèque s'écrouuuule.

avatar Un Type Vrai | 

D'autant plus que si tu pars au ski et qu'il n'y a pas de neige, tu n'auras pas de livre à feuilleter pour passer le temps... Excellent choix donc.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR