Travail du dimanche : accord dans les Apple Store et désaccord chez les syndicats

Anthony Nelzin-Santos |

Les salariés des Apple Store français doivent demain signer un avenant à leur contrat consacré à la question du travail du dimanche. Fruit de deux mois de négociations rendues nécessaires par la loi Macron, il affirme le principe du volontariat et prévoit une compensation, mais divise les syndicats.

LApple Store Odysseum. Image Apple.
L’Apple Store Odysseum. Image Apple.

Seuls trois Apple Store ouvrent le dimanche : celui d’Aix-en-Provence, celui du Carrousel du Louvre, et celui des Quatre Temps. Même si la direction fait preuve d’une certaine flexibilité, les salariés ne sont pas totalement maîtres de leur planning, et doivent donc parfois travailler le dimanche contre leur gré, en échange d’une majoration de 25 %.

La loi Macron crée des zones touristiques et des zones commerciales où les commerces pourront ouvrir tous les dimanches « moyennant un accord prévoyant l’attribution de contreparties aux salariés et la garantie du volontariat. » L’Apple Store Opéra fait ainsi partie d’une zone touristique internationale : la loi autorise son ouverture en soirée, et l’attribution du repos hebdomadaire par roulement.

Sous réserve d’un accord spécifique aux Galeries Lafayette, la boutique dédiée à l’Apple Watch pourrait être soumise au même régime, et l’Apple Store de la Part-Dieu devrait être concerné par les dispositions spécifiques aux abords des grandes gares. Si les zones commerciales étaient étendues aux principaux centres commerciaux, l’ouverture le dimanche deviendrait la règle dans tous les Apple Store.

Un accord était donc nécessaire : direction et syndicats ont passé ces deux derniers mois à discuter de ses termes. Il pose partout le principe du volontariat, comme la loi l’y oblige. Dans les zones « normales » où le maire choisit douze dimanches ouvrés, la règle reste la majoration à 100 %. Dans les zones touristiques et commerciales, elle est fixée à 65 %, au lieu des 25 % actuels.

Dans les zones aux « dimanches du maire », les salariés continueront à bénéficier d’un jour de repos compensateur. Dans les zones touristiques et commerciales, les salariés parents pourront recevoir une compensation de 400 € par an au titre des frais de garde de leurs enfants, et bénéficier plus régulièrement d’un échange de dimanches. L’accord ne prévoit aucune prise en charge spécifique des transports, moins fréquents le week-end.

Le Clic-P accuse « la deuxième entreprise mondiale en termes [sic] de bénéfices » de solder « le travail du dimanche de ses salariés. » Le Comité parisien de liaison intersyndicale du commerce (CFDT/CFE-CGC/CFTC/CGT/FO/Sud) dénonce des garanties « scandaleuses », en tout cas « nettement inférieures à celles proposées dans d’autres enseignes où les négociations sur le travail dominical sont en cours. »

Le Cidre parle plutôt d’« un bon début », ce qui fait dire au Clic-P que le syndicat majoritaire « n’a visiblement que faire du principe de repos dominical pourtant défendu officiellement par sa centrale », c’est-à-dire la CFTC. C’est que là où le Cidre se réjouit de la clarification des conditions de travail le dimanche, le Clic-P s’inquiète de ses effets pervers et de la faiblesse des compensations salariales.

Un salarié qui s’est engagé à travailler le dimanche pourra revenir sur sa décision, mais devra attendre six mois pour le faire. Le volontariat est la règle, mais la direction prévoit déjà que les salariés puissent travailler jusqu’à 22 voire 24 dimanches par an. Les horaires du dimanche devraient être réduits, sans doute sur le modèle de la boutique d’Aix qui ouvre de 11 à 18 h, mais tout n’est pas encore fixé. Le CE s’était prononcé en faveur de cet accord, mais le CHSCT s’y était opposé.

La situation est épineuse, mais elle l’est dans toutes les sociétés concernées. Le Cidre a beau jeu de se féliciter d’avoir imposé le principe du volontariat : la loi le garantit ! Il n’est pas étonnant de voir le Clic-P rugir et tonner : il s’était formé à l’occasion de la loi Mallié, qui avait instauré le régime actuel du travail du dimanche. Les deux blocs sont sans doute irréconciliables, mais le syndicat majoritaire assure vouloir rapidement ouvrir de nouvelles négociations, notamment pour améliorer la compensation salariale.

avatar Goundy | 

Sachant qu'il y a énormément de gens qui bossent le samedi, dimanche reste le jour parfait pour faire ses courses. Même pour ceux qui veulent profiter de leurs dimanche il faut que les commerces tournent. Ca ne fera que du bien pour tous le monde.
Mais malheureusement on est dans un pays qui taxe le plus au monde et au même temps fait tous pour empêcher le développement des commerces. Vas comprendre la logique de nos politiciens a deux balles !!

avatar oomu | 

"Mais malheureusement on est dans un pays qui taxe le plus au monde et au même temps fait tous pour empêcher le développement des commerces."

vous sous-estimez la Californie.

"Vas comprendre la logique de nos politiciens a deux balles !!"

La logique des politiciens ? elle est simple, et elle est à Deux Millions (d'euros):

- faire carrière
- la carrière est basée en grande partie non pas sur une promotion par un directeur de division mais sur les votes des électeurs
- il faut donc brosser le Oomu dans le sens du poil (je suis hirsute, ils ont du mal à trouver le sens)

- L'autre partie de la carrière dépend de si on et casés dans des listes, nommés à des comités ou nommés à un poste.
- ce qui signifie typiquement que vous devez vous associer à un parti, nouer des alliances, cesser de donner des claques aux gens que vous croisez ou qui vous énerve ("whoaLaut, il a voté contre mon amendement à la loi sur la délégation d'autorité aux villes de la régulation de la maraude, je vais lui mettre une claque" "calme toi, c'est la tête de liste pour les européennes et il manque des colistiers" "ho je vais plutôt faire copain alors")

un politicien a donc un parti (et plein de micro-partis pour micro-abus..heu micro-gérer un électorat diversifié). Ce parti a typiquement une "clientèle". Une clientèle idéologique.

C'est comme un produit. Une idéologie politique est un produit qu'on manufacture (on le peaufine, avec des idées qui vont plaire, des mots clés, des phrases adaptées) et qu'ensuite on vend dans des magasins (les journaux, les émissions de télés).

On sait qu'il y a un électorat (des consommateurs) qui veut des idées de droite, d'autre de gauche, d'autres qui veulent de la Tarte Dans La GuOle (pour autrui), d'autres + de libertés (pour eux), d'autres - de libertés (pour autrui), etc.
Le politicien décide soit de vendre là où y a le plus de consommateurs potentiels (pas con hé) ou là où il est doué (faut faire avec ce qu'on a hein).

avatar oomu | 

ce qui complique, c'est les convictions.

Car y a des politiciens qui ont des convictions (yUUURrk...) , ceux là doivent COMPOSER s'ils veulent survivre ne serait-ce que 5mn devant un animateur télé. D'où les atermoiements, les écartèlements, et autre positions tordues tel que : "je dis pas que je suis pour car je ne dis pas que mon parti a tort même si je laisse d'autre penser que c'est le cas mais jamais je ne l'ai dit. héhé").

-
Une chose importante à comprendre: nous vivons dans un monde moderne où la technologie a réduit la taille du monde (le "village global"). un politicien national DOIT composer avec un monde MULTIPOLAIRE et des instances gouvernementales Internationales (onu, omc, fmi, et autres instances fédérales selon les cas: EU, mercosur, USA, Canada, etc). Ce n'est pas un choix mais une obligation qui s'impose dans la FACE.

Les accords internationaux ont aussi mis en place des délégations de compétences, des engagements à respecter et j'en passe.

Le politicien n'est donc pas Grand Manitou dans un monde simple avec 5 abrutis.

Cette logique n'est donc pas à deux balles, et elle peut rapporter beaucoup, ho oui.

avatar Sokö | 

@oomu :
La dialectique peut-elle casser des briques ?

avatar oomu | 

non elle ne peut pas.

J'espère quand même qu'il y a des trucs utiles dans ce que j'ai dit. Essentiellement je veux dire: intéressez vous (un peu, un minimum), car qu'on aime ou non (moi par exemple je hais TOUT !, oui tout, vous aussi haAAARR) on vit avec et surtout ça s'applique sur NOUS.

Qu'on s'y intéresse ou non, ça s'intéresse à nous. ça: le politicien, le syndicalisme, l'autorité, les idéologues, Sauron, ma grand-mère.

avatar Sokö | 

@oomu :
Bien sûr, je vous lis souvent avec intérêt, vos arguments sont souvent pertinents et j'apprends en vous lisant.
Je ne supporte simplement plus les discours moralisateurs qui me présentent l'histoire des luttes sociales comme un roman à l'eau de rose, avec les bons ouvriers qui meurent sous les coups des méchants capitalistes. C'est loin d'être aussi simple.
Voila. Je lis Macg depuis ces débuts, je commente très peu, mais parfois, je m'énerve

avatar Totoleheros | 

@oomu: vos commentaires forcent très souvent mon respect et ceux de ce fil de discussion encore plus que d'habitude. Car expliquer avec patience en quoi les syndicats sont indispensables pour équilibrer le rapport de force entre patrons et salariés n'est pas chose aisée face aux commentaires au lance-pierres qu'on lit ici.

Car je suis choqué que certains souhaitent se débarrasser d'un revers de la main d'acquis qui ont coûté la vie à ceux qui ont combattu. Oui, oui, la vie. Penser qu'on peut se passer de ces négociateurs car nous serions assez grands pour défendre seuls et non unis nos droits, c'est une vision de Bisounours. On a tous conscience que ces syndicats constituent parfois un obstacle et provoquent des blocages qu'on peut juger insupportables. Peut-être est-ce dû au fait que les salariés s'en éloignent et ne font plus vivre cet instrument qui s'affaiblit...

avatar Sokö | 

@Totoleheros :
« Car je suis choqué que certains souhaitent se débarrasser d'un revers de la main d'acquis qui ont coûté la vie à ceux qui ont combattu. »

Je suppose que vous avez les noms de tous ceux qui seraient morts pour nous assurer un avenir radieux et des lendemains qui chantent !

avatar heret | 

En lisant ce commentaire je contemple l'infini. Autant de bêtise dépasse l'entendement !
Renseigne toi sur la vie des ouvriers à la fin du 19e siècle.

avatar Totoleheros | 

J'ai hésité à répondre à ce message, car contrairement à oomu, je ne suis pas sûr d'avoir ni la patience ni la pédagogie face l'ignorance et l'arrogance. Voici un simplement une page wikipédia que, j'ai bien peur, vous ne ferez pas l'effort de lire, mais sait-on jamais?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Chronologie_du_syndicalisme_en_France

Oui, ça nous rajeunit pas et comme le note heret, il s'agit principalement de combats du 19eme siècle. Il y a eu aussi des morts dans les luttes syndicales au 20eme siècle.

Mais les scores du FN aux régionales montrent que notre mémoire est éphémère et on a oublié que Hitler a accédé au pouvoir démocratiquement avec 33% des voix (élection de 32 après la dissolution du Reichstag, et qui finalement mena à la nomination de Hitler comme Chancelier en 33 — la suite, on la connait...), bien moins que ce que pourrait faire Marine aux prochaines élections...Et si certains souhaitent se lancer dans un débat afin de me convaincre que l'extrême droite d'aujourd'hui n'a rien à voir avec le National Socialism allemand des années 30, ils peuvent économiser leur clavier, je n'y participerai pas.

avatar prommix | 

@Sokö

Ce commentaire est une blague? Une provocation gratuite? Un oubli d'une partie de notre histoire?
Ou tout simplement de l'ignorance.

avatar Sergio_bzh | 

@Sokö :
tu joues à essayer de faire le commentaire le plus débile du fil ?

Tu sors vraiment le genre d'argument stupide du gars qui ne sait pas quoi répondre mais qui se sent obligé d'intervenir ...

Einstein avait dit qu'il y a 2 choses infinis : l'univers et la bêtise humaine. Ici ce n'est pas l'univers ...

avatar Sokö | 

@Sergio_bzh :
Bon, alors précisez… combien de morts pour les acquis sociaux. Et, en parallèle, combien de boîtes les syndicats en général et la CGT en particulier ont fait mourir ?
Laissez les gens travailler comme ils le veulent, un peu contraints parfois, la vie n'étant pas un long fleuve tranquille. Trouvez-vous que la France des syndicats aille si bien que ça ? Combien de chômeurs, déjà ?

avatar oomu | 

Le syndicalisme n'est pas la cause, vu qu'il est faible en France, historiquement et culturellement.

Par exemple, l'Allemagne a un syndicalisme fort, en pourcentage, ça doit être 4 fois plus d'employés qui sont syndiqués qu'en France.. il est unitaire et puissant. L'Allemagne a pourtant une industrie forte (mais des salaires faibles). et elle a aussi les 35h selon les branches.

Mais dans une atomisation du travail (temps pareil, contrat à durée très limitée, stages, etc), le syndicalisme baisse vu qu'il n'y a plus de carrière à défendre.

-
"Bon, alors précisez… combien de morts pour les acquis sociaux. Et, en parallèle, combien de boîtes les syndicats en général et la CGT en particulier ont fait mourir ?"

chais po, par exemple pour la SNCM mon coeur balance entre accuser les nationalistes, les syndicalistes et l'Assemblée de Corse. Dans le doute, j'ai décidé de renier l'ensemble.

Mais en quoi la CGT (et pourquoi la CGT ? on oublie les autres ? un abus de clichés des années 80s ?) peut faire "mourir une boîte", vu qu'elle ne peut pas bloquer au final des décisions d'employeurs et que c'est la Loi qui oblige les négociations et que l'employeur a toujours le dernier mot.

La Loi, que voilà un outil beaAAAaucoup plus puissant pour démolir l'industrie.

avatar Totoleheros | 

@Sokö: je note un esprit un peu tourmenté, brouillon, qui trace des parallèles et fait des comparaisons étonnantes.

"Bon, alors précisez… combien de morts pour les acquis sociaux. Et, en parallèle, combien de boîtes les syndicats en général et la CGT en particulier ont fait mourir ?"

Vous comparez ici des morts (des individus, des gens quoi) avec des 'boîtes'. J'ai bien conscience que la mort d'une boîte puisse briser des vies, mais comparaison ici n'est pas raison.

"Laissez les gens travailler comme ils le veulent, un peu contraints parfois, la vie n'étant pas un long fleuve tranquille."

Mais pouvez-vous comprendre que les conditions de travail dont vous bénéficiez ont été arrachés par nos ancêtres? Lisez germinal, lisez sur les avancées du Front populaire (40h hebdo, congés payés, conventions collectives...). Imaginez la teneur des débats pour faire passer une loi pour que les salariés bénéficient de 15j de congés, payés, oui PAYES pour être en vacances. La blague!!

"Trouvez-vous que la France des syndicats aille si bien que ça ? Combien de chômeurs, déjà ?"

Je ne sais pas ce qu'est la France des syndicats. Mais j'imagine que vous sous-entendez que ce sont les syndicats qui sont responsables de l'état déplorable de notre économie. J'ai bien peur que ce soit légèrement plus compliqué. Le lien que vous tissez entre syndicalisme et chômage me laisse perplexe...

avatar Sokö | 

@Totoleheros :
Vous ne savez rien de ma vie, ni de mes origines. Les leçons, gardez-les pour vous s'il vous plaît.

avatar Totoleheros | 

@Sokö: effectivement, je ne connais rien de votre vie, mais ne prétend nulle part la connaitre. En aucun cas, donneur de leçon, juste en train de dialoguer. Vu le ton, fin de la discussion. bien à vous.

avatar oomu | 

@Sokö

"Je suppose que vous avez les noms de tous ceux qui seraient morts pour nous assurer un avenir radieux et des lendemains qui chantent !"

on pourrait, mais pas tous sont morts à cause de ces luttes, et rarement il a été promis un avenir "radieux".

Essentiellement vous êtes traumatisé que Superman n'ait pas réussi à rendre votre vie à vous heureuse. Ben vi, c'est vrai, Superman c'est surfait.

avatar oomu | 

@Totoleheros

merci

"face aux commentaires au lance-pierres qu'on lit ici."

c'est justement parce que je pense que ce sont des commentaires vites balancés, fruits de déceptions, aigreurs, renoncements mais aussi d'une certaine jeunesse ("on va tous leur dire de se foutre chez eux et vous zallez voir ce que vous zallez voir, avec moi ça va être fissa, z'ai besoin de personne, moa, z'suis un sauvage moa. whodoudidié!")
que je réponds pour dire essentiellement : vous vivez dans un monde complexe avec de nombreuses institutions, règles et lois qui se foutent de votre consentement pour exister quand même et s'appliquer sur VOUS. Mieux vaut donc un minimum s'en mêler.

avatar Kimaero | 

Et sinon dans le médical on travaille le samedi, le dimanche et même parfois la nuit ou 24h d'affilée.
Et personne ne nous demande notre avis.

Du coup faire un roulement le dimanche pour travailler dans un magasin de la ville la plus touristique au monde, à horaires réduits et paye augmentée, j'ai un peu du mal à voir le problème.

avatar Sergio_bzh | 

ton raisonnement primaire est donc le suivant : je travaille le samedi et le dimanche donc tout le monde doit le faire. C'est ça ?

Personne ne t'a demandé ton avis ? on t'a même obligé à faire tes études dans la branche médicale je suppose , ce n'est pas toi qui a choisi de le faire ?

avatar DouceProp' | 

+1 Une maman infirmière, un sœur aide-soignante. Tant que les gens ont deux jours de repos dans la semaine, je ne vois pas le problème de travailler le dimanche. Ah oui, voir les enfants... Et alors ? Comment font les enfants du personnel médical ? Je n'ai pas si mal tourné que ça... Enfin si puisque le travail du dimanche ne me choque pas. Damned.

avatar Adrienhb | 

Ceux qui défendent le dimanche travaillé dans les commentaires ont en commun une vision individualiste et faites de clichés.
Le monde du travail est plus nuancé que cela. Et si parfois il est un peu lourd il offre malgré tout une protection bienvenue du salarié. J'ai du mal à croire que vous rêviez d'un emploi qui ne vous permettrait pas d'avoir vos journées hebdomadaires fixes (sympa la vie de famille si personne n'a de jours en commun), faiblement payé, avec un minimum de charges patronales (qui financent divers trucs nécessaires à la vie en société) et dont on peut vous virer du jour au lendemain. C'est ce dont rêve le patronat... Croyez-vous vraiment que ce soit dans l'intérêt du salarié et a fortiori du bien commun?

Sinon, oui il y a des déjà plein de gens qui travaillent le dimanche: du boulanger, au gardien de musée en passant par l'infirmière ou le serveur. Il y aurait certainement des choses à revoir, pour autant ce n'est pas la même logique qu'un centre commercial.

avatar Domsware | 

@Adrienhb :
Comme tu le dis le monde du travail est complexe. Et en cela pour certains le travail le dimanche peut mieux convenir qu'en semaine.

Aucune loi ne peut faire mieux que définir un cadre avec une certaine souplesse que les discussions entre employeurs et employés doivent mettre à profit pour trouver un accord. Et dans cette recherche d'accord les syndicats représentent les employés : et certains font preuve de souplesse – docilité ? – et d'autres de fermeté – fermeture ?

Cette article évoque les accords passés entre employeur et employés dans une situation donnée. Chacun veut en obtenir le maximum en lâchant le minimum : rien d'anormal jusque là.

Au final certains seront contents de l'évolution, d'autres non.

avatar heret | 

Autre actualité : les employés de l'usine Smart dans l'Est de la France viennent d'accepter individuellement de travailler 39h payées 37h. Je parie mon Macintosh que ça n'empêchera pas leur usine de fermer d'ici 5 ans. Pendant ces 5 années, ils auront fait qu'engraisser un peu plus les actionnaires.

Les lois doivent servir à protéger des abus.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR