Pourquoi la presse high-tech est trop clémente avec Apple

Christophe Laporte |

Ceux qui suivent Apple de longue date se souviendront d'une époque où quoi que faisait l'entreprise, elle se faisait découper par la presse spécialisée. Avant l'iPod, la presse de manière générale était toujours très critique pour de bonnes ou de mauvaises raisons. À la fin des années 90, il est vrai que l'excellence n'était pas forcément la caractéristique principale de tous les produits estampillés d'une pomme.

Mais même quand Apple parvenait à se distinguer en sortant des produits innovants, on pense à l'iMac notamment, il était de bon ton d'être sceptique. La sacro-sainte compatibilité était alors l'argument ultime pour rhabiller les produits de Cupertino.

Depuis, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts et la perception d'Apple n'a eu de cesse d'évoluer. Avec l'iPod, puis l'iPhone, la marque à la pomme est devenue le chouchou des médias. Sa réussite insolente, sa capacité à sortir des produits perçus comme révolutionnaires, et le charisme de son cofondateur, tranchaient avec la concurrence souvent incapable de devancer les besoins du grand public.

Puis, à l'image d'un sportif qui accumule les victoires, la perception d'Apple a de nouveau évolué auprès des médias généralistes, qui lui ont trouvé des défauts à la hauteur de ses qualités. La firme de Tim Cook, ces dernières années, c'est également la championne du monde de l'optimisation fiscale, la société qui a des sous-traitants qui ne sont pas toujours irréprochables ou encore la société qui maltraite ses partenaires. On n'est pas là pour compter les points, ce n'est pas l'objet de cet article.

Même si la cote d'amour d'Apple n'est peut-être plus à son zénith, elle continue d'avoir les faveurs de la presse high-tech. Là où il y a quinze ans, Apple avait toutes les peines du monde à avoir des tests positifs, c'est désormais l'exact contraire.

iMac 21” Retina 4K : un constat identique, des notes bien différentes

L'iMac Retina 4K en est la parfaite illustration. Dans notre test, nous n'avons donné que 4,5/10 à cette machine en raison de son disque dur anémique qui ruine les performances. À ce sujet, si les employés de Cupertino pouvaient faire comme ceux de Facebook (lire : Le mardi c'est "connexion pourrie" chez Facebook) et être contraints à travailler sur des configurations d'entrée de gamme, les choses seraient sans doute différentes.

On a suivi de près le sujet dans les autres médias pour savoir quel sort allait être réservé à cet iMac. Après tout, la pluralité des avis, c'est ce qui fait le sel et l'intérêt de la presse. Là où nous avons souvent été étonnés, c'est que les constats faits par les différents testeurs sont souvent très proches, mais que les conclusions et les notes sont bien différentes.

Dans son article, The Verge donne plus de points négatifs que de points positifs. Son auteur, Chris Welch, relève les mêmes défauts que nous, à savoir un disque dur extrêmement lent et l'absence de ports USB-C. Il insiste également à juste titre sur d'autres points comme l'absence de carte graphique dédiée ou le fait que le branchement des périphériques est toujours très pénible. Malgré tout cela, l'iMac 21" s'en sort avec une très bonne note de 8,4 sur 10. Pour la défense de The Verge, la note concerne l'ensemble de la gamme iMac 21" Retina. Si nous avions testé un modèle avec SSD, notre note aurait sans doute été meilleure, mais pas à ce point.

Le constat est assez identique chez Macworld. Là encore, les points négatifs l'emportent sur les points positifs. Les défauts sont similaires à ceux évoqués dans notre test et celui de The Verge. Jason Snell ajoute toutefois un autre défaut : le fait qu'Apple ait mis dans sa machine des anciens processeurs Intel.

En ce qui concerne les qualités, deux se détachent nettement pour le journaliste : l'écran Retina (qui effectivement est une sacrée qualité) et l'ajout du Thunderbolt 2. Si la balance parait déséquilibrée, l'iMac s'en tire avec une note de 4/5. Nous avons trouvé des constats identiques dans certains médias français. Le but de cet article étant davantage d'exprimer certaines idées plutôt que de lancer une polémique, nous ne nommerons pas les médias en question.

Quand la presse high-tech joue à l’école des fans

Alors, peut-être sommes-nous trop sévères. Mais de mémoire, l'écolier que j'étais devait se donner beaucoup de mal pour avoir une note de 16 ou 17 sur 20. Pour être honnête, cela m'arrivait assez rarement, alors que les 9/20, 11/20 ou 13/20, j'y étais assez habitué.

Tout ça pour dire que globalement dans l'industrie high-tech, c'est souvent l'école des fans : beaucoup de très très bonnes notes et rarement (jamais en fait) des notes en dessous de la moyenne. Cette différence me surprend toujours lorsque je feuillette la presse spécialisée. Pourtant, dans l'industrie high-tech comme ailleurs, les mauvais produits ne sont pas une denrée rare.

Comment expliquer cela ? On peut toujours ressortir certains arguments comme celui des budgets publicitaires, qui peut dans certains cas peser dans la balance, ou du copinage (NDLR : après tout, nous avons été blacklistés chez certains annonceurs suite à des articles défavorables ou des tests jugés trop durs). Vu l'importance qu'a prise Apple, être dans ses petits papiers, cela n'a pas de prix. Alors quand le constructeur propose à certains médias triés sur le volet d'avoir un produit en avant-première, la tentation de ne pas faire de vague doit être grande.

De manière plus générale, certains journalistes oublient peut-être un peu facilement que leurs lecteurs achètent avec leur argent les produits qu'on leur offre ou qu'on leur prête. Pour en revenir au cas très précis de l'iMac, Apple est également assez habile. Quand elle envoie un produit pour un test, c'est rarement l'entrée de gamme. C'est souvent le modèle avec toutes les options que vous rêvez de prendre, mais dont vous n'avez pas les moyens.

La relation entre Apple et les médias a toujours été compliquée, même si la firme de Cupertino a changé son fusil d'épaule depuis quelques années déjà (lire : Comment Apple ne communique pas avec la presse). Mais ce qui est certain, c'est qu'Apple a toujours accordé beaucoup d'importance aux avis des médias. Il n'y a qu'à voir les multiples citations faites lors des keynotes pour illustrer l'excellence d'un de ses produits.

La critique est difficile : l’exemple du Magic Trackpad 2

À tout cela, il faut bien évidemment ajouter le côté subjectif de la note. Pour reprendre le parallèle avec l’école, il y a les professeurs qui sont indulgents et les autres — les pires diront certains… En tout cas, nous savons à quelle catégorie nous nous rattachons. Et puis, donner une note n’est pas toujours un exercice facile. La preuve pas plus tard que la semaine dernière avec le test du Magic Trackpad 2, auquel nous avons mis 7/10.

Comment noter un tel objet ? Le nouveau trackpad d’Apple est une réussite sur bien des points. Si l’on mettait le prix de côté, sa note serait tout simplement excellente. Mais il y a la question du prix qu’on ne peut pas (qu’on ne doit pas) évacuer.

149 €, c’est une somme considérable pour un tel objet. C’est d’autant plus difficile à comparer que les trackpads pour ordinateur de bureau ne sont pas légion. Il n’y a bien que Logitech qui s’y était essayée avec le T651.

Un de nos lecteurs remarquait que le combo Magic Keyboard et Magic Trackpad 2 revenait à 268 € soit 48 % du prix du premier Mac mini, qui n’est livré avec rien du tout. Il y a des excès que le relatif affaissement de l’euro ne parvient pas à expliquer.

Mais si l’on regarde le verre à moitié plein, ce trackpad n’est pas forcément si cher que cela. Le dernier modèle est resté au catalogue cinq ans. Dans le quotidien d’un utilisateur qui passe 8 heures par jour devant un ordinateur, doit-on « radiner » sur quelque chose d’aussi important qu’un dispositif de pointage ? Si l’on ramène le prix du Magic Trackpad 2 au temps passé (8 heures par jour pendant quelques années), son prix ne parait pas si exagéré que cela.

Tout cela pour dire que l’on peut prendre le problème par différents bouts et parvenir à des conclusions bien différentes.

image de une : un journaliste photographie un Apple I. Crédit Robert Scoble CC BY


Tags
avatar fautedegout | 

Clemente le mot est faible....moi je dirais complice.

avatar Phoenixxu | 

@fautedegout :
Je suis d'accord avec le terme "complice".
Moi je ne viens pas lire un test pour me conforter avec une super note.je lis un test pour avoir un avis le plus objectif possible qui m'aidera à prendre la décision de prendre ou non le produit en question.
Avoir plus de points négatifs que positifs mais finir par un 4/5 ou 8,4/10 je trouve ça aberrant.

J'ai souvent fait des pour et des contres pour divers sujets, et quand le contre l'emportait, eh bien c'était fini !

Enfin voilà.

avatar MacGyver | 

faut croire que les journalistes hi-tech sont des gens qui veulent juste faire partie du milieu et suivent les mouvements du milieu.

Quand il etait de bon ton de critiquer Apple qui etait un petit outsider face a MS, ils se foutaient de leur gueule.

Maintenant que c'est Apple qui est devenu ce qu'elle est, ils vont leur lecher les bottes

vu qu'ils ne sont jamais objectifs, ce sont sont pas de vrais journalistes mais plutot des commentateurs, c'est du niveau de la presse people

avatar hawker | 

C'est bien connu, se ranger du coté du plus fort ou du plus populaire, c'est plus facile que respecter ses principes jusqu'au bout.
Personnelement je suis client Apple pour des raison logicielles, et je trouve que les prix de leur materiel est un foutage de gueule international. J'espere vraiement qu un jour ils vont s'ecrouler et etre forcés a devenir plus humble et plus honnete.
Des machines qui perdent leur carte graphique tout en gagnant en prix, des disques durs qui sont downgradés pour faire payer les options, des accessoires autrefois inclus qui deviennent vendus separements, des produit qui prennent +50% avec une evolution quasi nulle..
Je pensent que dans les meeting ou ils prennent ces decisions, ils doivent nous appeller les 'cons' objectivement..
C'est dommage parce qu'il y a beaucoup de qualités dans les produits Apple (qualités qui datent de next essentiellement...), mais qu'années apres années, on ai de plus en plus un gout de rance a l'achat, a cause une minorités de personnes sans scrupules qui dirigent cette compagnie, et qui sont assez talentueuses pour se faire aimer de tous. L'histoire est pleine d'exemples similaires..
Je suis peut etre naif, enervé, complice de ce système, tout ce qu'on voudra, n'empêche que pour ne pas se rendre compte qu'Apple est uniquement mercantile et manipulatrice des clients et de la presse, ils faut aimer se bander les yeux.

avatar CM-S | 

Pas faux

avatar Tournicoti | 

@CM-S
Il y a un mot que tu n'as pas compris pour nous sortir ta botte secrète?

Désolé, mais depuis Kaamelott et l'épisode de "La botte secrète", je ne peux plus entendre ou lire "c'est pas faux" sans me marrer intérieurement.

avatar ti chen | 

Ou va Apple !?

avatar oomu | 

dans la même direction que d'hab : engranger de l'argent et avoir rien à fiche de ce qu'on dira.

avatar Jetel | 

Je suis étudiant. Je dois utiliser mon stylo a encre pour écrire plus de 10 heures par jour. Je l'ai payé 5euros.
Depuis quand le temps d'utilisation d'un produit peut il justifier une augmentation aussi significative de son prix ...? C'est quoi cette logique ?

Il n'y a pas de concurrence pour ce trackpad ? Ah... L'ancien modèle que l'on peut trouver 5 fois moins cher d'occasion sur lbc a t-il tant à envier au nouveau ? Non selon vos test, et absolument pas selon mon expérience.
On peut également acheter une souris pour pointer ...

avatar Giru | 

En fait tu te réponds à toi même. Qu'est-ce qui justifie une augmentation du prix en fonction du temps d'utilisation? Le confort. Comme tu le dis, si on ne souhaite pas acheter le nouveau Magic Trackpad à 149€, on peut toujours trouver l'ancien ou acheter une souris. C'est un choix. Un choix financier, mais aussi éventuellement de confort. Comme l'est le choix d'acheter un bic à 5€ ou en acheter un à 50€ (pour son design, parce que la prise en main est meilleure, parce que l'encre est de meilleure qualité, parce qu'il résiste plus longtemps, que sais-je).

Comparer le Magic Trackpad à une souris, c'est comme comparer un bic et un stylo-plume. Certains préfèrent l'un, d'autres préfèrent l'autre. Dans tous les cas, tu peux trouver un bic ou un stylo-plume pour 5€ ou pour 10x plus cher.

Personnellement je comprends tout à fait l'argument de temps = investissement. Je n'écris que très peu à la main, du coup je m'en fous d'utiliser un bic basique premier prix. Par contre j'utilise au moins 8h par jour un outils de pointage... Du coup ça me semble normale d'investir dans l'outils qui me conviendra le mieux. Par ailleurs, je préfère le trackpad à la souris. Je trouve le Magic Trackpad 2 cher, mais ça ne me choque pas plus que ça dans le mesure où je sais que je l'utiliserai tous les jours. J'ai le premier modèle depuis qu'il est sorti, soit 5 ans... Il aurait pu couter le double du prix, il aurait quand même été largement rentabilisé.

Bref on verra, pour le moment j'ai surtout envie d'acheter le nouveau clavier et le nouveau trackpad pour être enfin débarrassé des piles. Je n'ai pas encore cédé, mais ça viendra probablement dans les semaines qui viennent.

avatar user | 

@Giru :
+1

avatar Stay hungry_Stay foolish (non vérifié) | 

@Jetel :
Au niveau industriel et si demain tu deviens chef d'entreprise oui il est important d'ajouter le temps comme variable d'utilisation en vue d'optimiser tes investissements.

avatar calotype | 

Je rejoins le point de vu de Jetel, car si on part du principe du temps d'utilisation et de cette phrase "vite rentabilisé" alors si on veut être juste il faudrait l'appliquer à beaucoup plus de chose.

- Le mac pourquoi se contenter de l'entrée ce gamme, c'est connu le milieu et haut de gamme est plus "rentable" ?
- Mon fauteuil, attendez c'est quand même hyper important beaucoup s'en fiche et sont mal assis et finissent avec des TMS et problèmes de dos ... Allez voir le tarif d'un vrai fauteuil pro ergonomique vous allez pleurer. Et je ne parle pas du bureau avec hauteur variable pour alterner travail assis/debout.
- Et puis le chauffage ou l'isolation, à quoi cela sert d’être super équipé et de se les cailler pour bosser??? Le confort de travail est là aussi, là question tarif cela peut aller loin ...
- Vous travaillez avec de la musique, chaine ou casque, ou les deux , je crois savoir que le bon matos en hi-fi ça douille très vite ...

Tout ceci mis bout à bout ça coûte un bras et là tout devient plus relatif et bien moins "vite rentabilisé" . Pourtant j'ai totalement respecté l'argumentation énoncée. Le tarif du trackpad était déjà haut, il aurait du resté à ce niveau ou alors augmenter de 20-30 euros max si l'anvien reste au catalogue.

avatar Jetel | 

Je suis d'accord ... un fois de plus je ne contredis pas cette idée.

Néanmoins ma question est tout autre... Est-ce que le temps de gagné ici (que je juge minime) justifie-il le fait de doubler le prix du trackpad ? Ou plutôt de considérer que "ce trackpad n'est pas si cher que cela". Si oui ... Alors qu'elle est la limite pour un outil que l'on juge essentiel à sa pratique ?

C'est ça qui m'a fait réagir, cette notion de limite. :)

avatar Rigat0n | 

@Jetel :
Pour faire ce trackpad il faut fabriquer un certain nombre de composants nouveaux impossibles à réutiliser ailleurs : une surface tactile Force Touch de grande taille (plus que sur l'iPhone ou sur un MacBook), une batterie avec un nouveau form factor, etc... Ça demande tout un travail de conception et ensuite de fabrication en usine qui ne sera rentabilisé QUE par la vente de ces trackpads. (alors que, par exemple, quand ils ont conçu le chassis des Macbook Air, ils savaient qu'ils l'utiliseraient sur 4-5 générations).
Comme en plus seuls les utilisateurs de Mac de bureau (moins nombreux que les utilisateurs de portables chez Apple) vont les acheter, il faut les vendre suffisamment cher pour rentabiliser tout ça ET faire une marge confortable (minimum 40%), d'où ce prix parfaitement exorbitant.
En résumé : composants plus chers (Force Touch) + composants inédits à amortir + marge + augmentation générale des prix en euros qui n'était pas répercutée sur l'ancien modèle = Magic Trackpad 2 beaucoup plus cher.
Je pense pas qu'Apple considère plus d'une demie-seconde la durée d'utilisation de son trackpad pour fixer son prix. A l'utilisateur de voir si l'investissement en vaut la peine et de décider si il paye ou non (chez moi c'est tout vu).

avatar Flash | 

Raisonnement qui se tient, mais faux pour ce trackpad. Force Touch ils maitrisent déjà (iPhone 6S) la recherche et développement pour ce produit n'a pas été colossal, ils est loin d'être exceptionnel, même si il est bon. De plus Apple est connu pour pratiquer les marges les plus importantes du marché. Si le prix est exorbitant, c'est tout simplement à cause de ses marges abusives. Une marge moins stratosphérique aurait tout à fait pu rembourser la RD de ce trackpad à moyen terme.
Ils ne sont pas devenu la société la plus riche du monde par magie.

avatar Sostène Cambrut | 

@Jetel

Tu comprendras certainement mieux cette logique quand tu travailleras. En tout cas, quand il s'agit de son outil de travail il est important de se faire plaisir. J'imagine pas un chauffeur de taxi rouler dans une Dacia, ou un chef utiliser des couteaux Lidl. La qualité a un prix. Et quand on doit y mettre le prix, l'argument du temps passé à l'utilisation est important. Pour ma part je ne roule pas sur l'or mais je passe beaucoup de temps sur mon ordinateur et mon téléphone, jamais en voiture. Mon budget va donc naturellement à mon Mac, mon iPhone, mon bureau et mon fauteuil de bureau. C'est dès investissements sur le long terme que je ne regrette jamais. Alors bien sûr je ne me plaindrais pas que Apple baisse un peu ses tarifs, mais avec des produits amortis sur 5 ans, l'effort n'est pas si important (je place 40€ par mois pour mon budget informatique, c'est painless)

avatar Jetel | 

Je suis accessoirement développeur, je passe donc aussi pas mal de temps devant mon ordinateur. De plus mon mac est un outil de travail indispensable pour mes cours.

Néanmoins, je ne comprends toujours pas cet argument... dans la mesure ou le gain est trop pauvre, et l'augmentation du prix trop importante par rapport au modèle précédent.
Ainsi, c'est un argument tiré par les cheveux, je trouve, pour justifier le fait que "ce trackpad se soit pas forcément si cher que cela" ... comme il est dit dans l'article. Il aurait peut être été valable si c'était le premier modèle du trackpad, mais là nous avons un élément de comparaison (la v1).

Ce n'est pas regarder le verre à moitié plein ... C'est juste comprendre pourquoi Apple se permet de pratiquer cette politique tarifaire sur ce périphérique (peu de concurrence/ interface essentielle pour contrôler son mac mini/imac/mac pro si l'on préfère les trackpads aux souris ... donc interface importante si bien que l'on passe bcp de temps sur son ordinateur tous les jours).

avatar Vanton | 

@Jetel :
J'en ai trouvé un à 15€ il y a quelques mois sur le bon coin... ;-) J'ai sauté dessus !

avatar Jetel | 

J'aurais fait la même chose !!

avatar patrick86 | 

"Je suis étudiant. Je dois utiliser mon stylo a encre pour écrire plus de 10 heures par jour. Je l'ai payé 5euros."

On trouve de bons stylos à 5€.

"Depuis quand le temps d'utilisation d'un produit peut il justifier une augmentation aussi significative de son prix ...? C'est quoi cette logique ?"

C'est pas dans ce sens que ça fonctionne. Ce n'est pas le temps d'utilisation du produit qui justifie l'augmentation de prix. C'est Apple seule qui fixe ses prix en fonction de sa stratégie commerciale.

Mais, on peut vouloir accorder un budget plus conséquent à un outil qu'on utilisera beaucoup.
Des gens ne comprenne pas que je puisse mettre plus d'argent dans un Mac plutôt que d'acheter un PC pas cher, parce qu'ils ne regardent pas les mêmes critères que moi. Certains ne regardent que les spécifications techniques, d'autres sont résignés à considérer l'informatique comme une corvée fatalement chiante et contraignante. Le plus amusant est que, souvent, ces mêmes personnes vont accorder des budgets importants à d'autres choses dont moi en revanche je me fous.

La question de font est : est-ce que le service que me rendra cet outil vaut le prix ?

Chacun a ses priorités.

avatar Jetel | 

Je suis d'accord. C'est pas dans ce sens que cela fonctionne ...

Mais c'est comme ça que je l'ai compris en lisant l'article. D'où mon commentaire.

avatar geo44270 | 

Très bon article qui illustre bien les petits arrangements de certains sites/journaux avec certaines sociétés (Apple dans ce cas, mais cela concerne d'autre catégories comme les voitures notamment). Il n'y a plus vraiment d'objectivité dans les tests réalisés et malgré des défauts certains sur des gammes de produits ils ont des bonnes notes. Pour l'exemple cité dans l'article de l'iMac, comment attribuer une note à une gamme alors qu'il y a une énorme différence entre le premier et le haut de gamme... C'est comme attribuer une très bonne note à une grosse voiture finition entrée de gamme et avoir testé seulement le modèle sport toutes options...

avatar youpla77 | 

"Quand elle envoie un produit pour un test, c'est rarement l'entrée de gamme. C'est souvent le modèle avec toutes les options que vous rêvez de prendre, mais dont vous n'avez pas les moyens."
Ce n'est pas spécifique à Apple... Idem pour les voitures, spectacles, voyages, etc...

avatar Phoenixxu | 

@youpla77 :
Il me semble qu'il est précisé que ce n'est pas qu'Apple mais pour l'article nous nous sommes bien évidemment concentrés sur 

avatar oomu | 

disons que c'est spécieux de dire cela quand c'est tout à fait logique de la part de toute l'industrie de pas envoyer le pire modèle.

avatar Darcel | 

Ou alors c'est vous qui n'êtes plus clément justement...

avatar Flash | 

Rend toi à l'évidence, Apple fais de la merde ces dernières années sur certains de leurs produits. Regarde la gueule des derniers iMac, j'ai juste envie de pleurer de rire.

avatar BabyAzerty | 

Citer les médias US mais ne pas citer les médias FR sous prextexte de polémique... Votre logique est parfois impressionnante.

avatar Phoenixxu | 

@BabyAzerty :
Je le suis dit ça aussi.

avatar ultrabill | 

Les marques / annonceurs achètent les testeurs en instaurant un cercle vicieux : continuez à dire du bien de nos produits, nous continuerons à vous en prêter.
Comment croire en l'honnêteté et l'indépendance de la presse spécialisée dans pareil condition ?

avatar oomu | 

encore un article bizarre :

- pourquoi nommer The Verge et Macworld (qui n'est pas un média généraliste, il est comme vous: il vit des passionnés d'apple), mais pas les médias français ? (nextinpact ? Le Monde ? NICE MATIN ?!!!)

Cette logique est spécieuse. Elle est même de très mauvaise foi.

- Des commentateurs s'imaginent déjà de la "complicité", voir des "arrangements".

soyez logique par pitié : L'entreprise est au plus haut de sa forme et elle est la seule à faire du profit sur des ordinateurs personnels et à maintenir ses ventes. Pourquoi voudriez vous donc qu'elle s'arrange avec des médias sans intérêts ? Elle l'aurait fait quand ça allait mal.

Apple a toujours été bizarrement traité par la Presse et obsessionnellement traité par les sites de fans (macG, macB, mac4ever.. etc ).

-
Ce qui explique la presse en deux points:

L'inertie.

La presse généraliste traite avec inertie. Quand Apple c'était pourrie et que seul Windows existait, la presse enfilait article sur article pour dire cela, même pendant que Linux émergeait, même pendant que Windows baissait, même pendant qu'Apple sortait des produits intéressants et que le succès venait.

Maintenant ça sera l'inverse. La presse enfilera des article "c'est le nouveau apple, il est bien, mangez en. rZZzz..rzZzzz". Faut pas attendre à bien +.

Deuxième point, ce qui fait cliquer les lecteurs:
La presse généraliste parle de ce qui animera ses lecteurs. Comme Wired et Ars Technica l'expliquèrent y a des années: mettez Apple dans un titre, et pouf y a + de lecteurs.

Tant que les gens hurleront/pleureront/haïront/aduleront Apple et cliqueront sur les articles, la presse pondra de l'article Apple.

_pondre_ est le verbe. C'est pondu en usine, rarement intéressant, toujours consensuel (dans le sens du vent).

ni plus ni moins. Ne cherchez pas de théorie du complot, la réponse sur "mais HAAAaaAAA pourquoi Apple?!!" c'est VOUS.

La presse ne fait que bouger en fonction de VOUS.

avatar user | 

@oomu :
+1

avatar oomu | 

quand à cet iMac 21" 4K, tout ce qu'on peut dire est :

- la config de base est trop molle.
- c'est trop cher.
- machine de transition.

avatar BeePotato | 

Pour un problème tel que celui évoqué au sujet du Magic Trackpad 2, il y a une solution simple : mettre une note qui se concentre juste sur les qualités et défauts du produit, sans inclure le prix dans le jugement. Et laisser les lecteurs décider eux-mêmes s’ils trouvent, en fonction de leurs besoins et leur budget, que le prix est approprié ou non.
Ce serait, à mon avis, nettement mieux que d’inclure dans la note votre appréciation (forcément subjective) du « juste prix ».

avatar frankm | 

Tant qu'Apple vendra facilement ce sera comme ça. Pire, le produit d’entrée de gamme sert de faire-valoir (encore plus qu'avant, aujourd'hui c'est flagrant) au modèle supérieur qui lui se vend tès bien. Tant que ça se vend bien, ils continuent.

avatar valentinmac | 

Très bon article.
Cependant ne faut il pas penser que certains produits, meme avec des défauts peuvent être bien noté ?
Une ferrari, n'a pas forcement de clim, d'autoradio, des basiques pour un conducteur. Pourtant vous re lirez jamais une mauvaises notes à un tel produit.
La marque apple, oui nous ne parlons plus de produits, n'en déplaise a certain, est une marque considéré comme haut de gamme. Avec des desfauts, pour nous utilisateurs. Mais quoiqu'il arrive, nous sommes certains de certaines choses que nous devons prendre en compte du haut de gamme.
Les SAV, a comparé à certains, rien a dire. La durabilité des produits, majoritairement, c'est plutôt bon.
On voit encore des iPhone 3g marché nickel. On voit des iMac première génération toujours en bonne santé.
Tous ça est a prendre en compte. Certain sont peut être tendre avec les notes mais moi je prend tout en compte lors d'un achat. Et meme avec certains points négatifs, je reste conscient que j'achète aussi un produit fiable.
Ok il faut noter. Mais il faut tout prendre en compte le prix aussi : certains PC coutent 400euros. Et alors en durée de vie ? Qui n'a jamais un produit pas cher et jeter quelques mois après.
Un autre exemple, bien noté et pourtant plein de default : Dyson. Mais vous achetez une marque, une fiabilité, et cela rentre en compte dans le système de notation.

avatar larkhon | 

@valentinmac :
Justement quand vous parlez de PC à 400€ c'est pas parce que c'est pas cher que c'est jetable. Ma femme en a un et il tient depuis 6 ans. Il est gros lent et plein de plastique mais pour une utilisation occasionnelle et sédentaire c'est justifié.

avatar Rigat0n | 

The Verge a une politique étonnante concernant Apple. Il y a quelque jours ils se sont par exemple fendu d'un article qui explique que le nouveau OnePlus (celui qui a une tête premium) ressemble à un iPhone 5S. Avec dans l'article une simple photo des haut-parleurs des deux téléphones côte à côte (qui effectivement se ressemblent mais bon...). Aucun intérêt, mais c'est là.

A côté de ça, The Verge a aussi publié il y a peu de temps un article pour expliquer avec le plus d'objectivité possible pourquoi certains journalistes ne peuvent pas s'empêcher d'être gentils avec Apple (le même style que celui de MacG mais avec une dose d'introspection en plus).

A la sortie de l'Apple Watch, ils ne l'ont clairement pas testée comme n'importe quel produit, elle a eu un test étalé sur plusieurs jours, avec une mise en page somptueuse et des photos magnifiques... pour au final lui mettre une note moyenne, et rajouter un ou deux articles expliquant, vidéos à l'appui, que sa manipulation est hasardeuse et compliquée.

Et maintenant, pour couronner le tout, ils ont Mossberg qui écrit pour eux, et ils empêchent leurs lecteurs de commenter la plupart de leurs articles.

The Verge est un site vraiment à part, que j'aime néanmoins bien lire.

avatar Lestat1886 | 

Je viens de lire l'article sur le One Plus X, c'est vrai qu'il est hallucinant!! A part les hauts parleurs dans une certaine mesure, il ne ressemble pas du tout à un iPhone 5S... Je ne comprends même pas comment un tel article a pu être publié, c'est aberrant! Et pourtant j'aime bien The Verge aussi en général...

avatar malcolmZ07 | 

@Rigat0n :
Oui et je ne sais pas si tu as remarqué , mais les tests des produits Apple chez the verge sont réalisé par leur chef. Il a des bras très t'es poilu (mdr) et pour le test de l'Apple Watch , il s'est rasé les bras !!!! Quelle dévotion pour la marque à la pomme.
Sinon j'ai beaucoup aimé leur test (vidéo) sur l'Apple TV

avatar Nico-1971 | 

Pourquoi la presse high-tech est trop clémente avec Apple ?
Pour ça "faire monter le tirage"
http://dai.ly/x7bc47

avatar pepes003 | 

Facile.

avatar aldomoco | 

....la raison du plus fort est toujours la meilleure, après nos années de galères, à notre tour d'être du bon côté de la vague ;-)

avatar Le Gognol | 

En dehors des exemples un peu anecdotiques repris dans cet article sur le test de l'iMac, non la presse n'est pas "clémente" avec Apple. Elle est surtout complètement incohérente, et que ce soit en bien ou en mal, il est quasiment impossible de trouver des articles corrects sur cette boîte. Que ce soit l'avalanche d'articles creux quand une nouveauté sort, ou la récurrence d'autres articles se voulant critiques mais la plupart du temps idiots et très mal documentés, le constat est simple : au final le but, c'est le "clic". L'obsession à vouloir parler d'Apple à peu près n'importe comment mais toujours abondamment est assez impressionnante... et doit bien être rentable (je ne vois pas d'autres explications rationnelles). Il faut reconnaître que même s'il y a parfois à redire, les articles de fond de MacG sont globalement les seuls (en France) à être de bonne qualité.

avatar zoubi2 | 

@Le gognol : +1

avatar CBi | 

Je suis plutôt de l'avis de @BeePotato. Pas besoin de MacGe pour savoir si un produit est cher ou pas. Ce qui m'importe ce sont les points forts et les points faibles, dans l'absolu et par rapport à la concurrence. Comment ces points s'équilibrent est ensuite tellement subjectif que le résumer en une note est forcément réducteur.

avatar harisson | 

Pour le trackpad, le prix de mise sur le marché a plus que doublé de la version 1 à la version 2, ce n'est pas anodin.

Apple a quasiment toujours été dans la fourchette haute des prix du secteur pour le "client lambda", quand on aime l'ensemble (entreprise, produits commercialisés, "philosophie",…), il est normal d'être exigeant et de signaler ce qui nous parait être des anomalies produits/services, sinon on arrive à des catas industrielles & économiques comme ce qu'il est train de se passer avec VW et le secteur automobile.

Ses résultats financiers et sa valorisation en bourse ont une fâcheuse tendance à faire diminuer voire annihiler tout esprit critique pour une presse qui n'est pas passionnée plus que ça par les produits Apple (ie ce sont des produits PC ou smartphones comme les autres mais nous avons besoin de "big money").

Existe-t-il un secteur où un produit ayant une même base techno & design a une fourchette de prix allant de 400€ à 18k€ ?

avatar kouriachicoach | 

Certains ici ne comprennent toujours pas qu'on est pas sur un site de fanatiques d'Apple mais juste sur un site de passionnés de la marque

avatar aldomoco | 

@kouriachicoach

Mille fois Merci ;-)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR