Rapport sur la diversité : l'employé type chez Apple est un homme blanc [màj]

Mickaël Bazoge |

Comme annoncé par Tim Cook début juillet, Apple a livré son premier rapport sur la diversité de ses personnels. Une pratique de transparence de plus en plus courante dans les entreprises de la Silicon Valley : Facebook comme Twitter s'y sont récemment pliés, et il ne fait guère de doute que beaucoup d'autres vont emboiter le pas d'Apple. Pour l'occasion, le constructeur de Cupertino a mis en ligne une page web, une vidéo, ainsi qu'une lettre ouverte de Tim Cook. Mais évoquons d'abord les données brutes : 55% des 98 000 employés d'Apple sont blancs, 15% asiatiques, 11% hispaniques, 7% noirs. 2% sont d'origine métissée. 30% de ces mêmes salariés sont des employéEs.

À des fins de comparaison, Apple livre des statistiques plus générales sur les origines ethniques des employés dans les entreprises technologiques (54% blancs, 23% asiatiques, 7% hispaniques, 6% noirs) et non technologiques (56% blancs, 14% hispaniques, 9% asiatiques, 9% noirs). La diversité chez le constructeur de Cupertino est donc plus ou moins en phase avec le reste de l'industrie américaine… mais cela ne suffit pas pour Tim Cook.

« Notre définition de la diversité va au-delà des catégories traditionnelles de race, genre et ethnicité », écrit le CEO dans la lettre ouverte qui accompagne ces données. « Elle inclut des qualités personnelles qui ne sont généralement pas mesurées, comme l'orientation sexuelle, le statut de vétéran, ou le handicap. Ce que nous sommes, d'où nous venons, et ce que nous avons expérimenté influent sur la manière dont nous percevons et résolvons les problèmes ».

Tim Cook à Austin, dans l'usine de production du Mac Pro.

En tant que PDG, Tim Cook n'est « pas satisfait avec les chiffres publiés sur cette page web. Ils ne sont pas nouveaux pour nous, et nous travaillons dur depuis quelques temps pour les améliorer ». Apple a réalisé des progrès dans ce domaine, énonce t-il, et « nous nous engageons à être aussi innovant pour améliorer la diversité, que nous le sommes pour le développement de nos produits ».

Tim Cook se dit fier de travailler avec Eddy Cue, Angela Ahrendts, Lisa Jackson et Denise Young-Smith qui tous, d'une manière ou d'une autre, apportent une plus grande diversité au sein de l'entreprise. Il rappelle aussi l'arrivée toute récente de Sue Wagner au sein du conseil d'administration. Le CEO donne aussi l'exemple de Kim Paulk, Spécialiste dans un Apple Store de New York, dont les problèmes de vue (elle reçoit l'aide d'un chien guide d'aveugle baptisé « iDog ») et d'audition ne sont pas un frein au très bon travail qu'elle accomplit tous les jours.

Cook rappelle également l'investissement de 100 millions de dollars pour l'initiative ConnectED de la Maison Blanche visant à équiper les écoles défavorisées. Sans oublier l'engagement d'Apple auprès des populations LGBT (la société est partenaire de Human Rights Campaign, la plus importante organisation LGBT aux États-Unis). Enfin, le PDG d'Apple évoque les 50 ans du Civil Rights Act, qui a déclaré illégale la discrimination reposant sur la « race », la couleur, la religion, le sexe ou l'origine nationale.

Mise à jour — La vidéo est désormais lisible depuis le compte YouTube d'Apple. Sa narration est assurée par Denise Young-Smith, promue vice-présidente aux ressources humaines en février.

Exemple parfait de l'« ascenseur social » d'Apple, cette ancienne employée d'Apple Store (elle a été recrutée en 2000 pour occuper un poste de directrice RH) a gravi les échelons jusqu'à remplacer Joel Podolny, parti s'occuper de l'Apple University.

Pour aller plus loin :
avatar Wolf | 

@MickaëlBazoge : ce n'est pas le problème et on s'en fout d'ailleurs. Mon problème c'est que si je refuse une place a un noir ou arabe mâle pour favoriser une blanche femelle pour équilibrer les comptes, je peut être taxé de raciste, ce qui deviens totalement débile.
Pour peut que ce black soit mulsuman an ou homo, je suis dans une merde noire tout simplement parce que j'ai fait un choix d'équité plutôt qu'un choix de qualité éventuelle.

avatar Dwigt | 

Désolé, mais ça, c'est typiquement un discours sectaire. Évidemment, ça n'est pas le discours ouvertement raciste (du style "Je hais les..."), mais c'est un discours raciste en demi-teinte qui feint de minimiser ou de nier l'existence de préjugés racistes pour déclarer que le vrai "problème" de notre société, ça serait l'anti-racisme.

On est tous sujets à des préjugés, du fait de notre éducation et de notre vision empirique et limitée des choses. Et on doit donc en permanence se poser des questions pour éviter d'être dominé par ces préjugés.

Combien y a-t-il de "choix de qualité" où le faciès joue un rôle qualitatif ? À quel point le dossier ou le CV d'un noir ou d'un arabe doit-il sortir du lot par rapport à celui d'un blanc pour que la personne chargée du recrutement remarque vraiment la qualité de sa candidature ? Et où en serait-on s'il n'y avait pas des campagnes pour justement attirer l'attention sur ces réflexes peu glorieux ?

Si tu ramènes ça à "Si j'embauche une gonzesse que j'ai le malheur de trouver sexy à la place d'un noir ou d'un arabe, les assocs anti-racistes vont me tomber dessus", tu n'as absolument rien compris, parce que tu te décrètes toi-même épargné par les préjugés. La vraie question que tu pourrais te poser, c'est "J'ai tendance à engager dans la pratique des nanas sexy à mon goût, et à repousser sans trop y réfléchir les candidatures de noirs ou d'arabes. Suis-je un gros beauf ?"

avatar marc_os | 

Dwigt a écrit : « La vraie question que tu pourrais te poser, c'est "J'ai tendance à engager dans la pratique des nanas sexy à mon goût, et à repousser sans trop y réfléchir les candidatures de noirs ou d'arabes. Suis-je un gros beauf ?" »

Bravo !

avatar PiRMeZuR | 

L'extrémisme de vos propos leur retire leur peu de crédibilité initiale.
Ce genre de cas que vous citez n'arrive jamais. Il n'y a que très peu de quota imposés dans le recrutement en France, et pas beaucoup plus dans les politiques d'entreprise. Aucun recruteur ne se met dans une "merde noire" en cas de refus à une personne issue d'une minorité. En revanche, de nombreux peuvent faire preuve de sexisme et de préjugés sans être inquiétés. Et vos propos ne plaident pas en votre faveur.

En outre, le problème de la diversité est très différent aux États-Unis, pays d'immigration par excellence, et en France. Pas la peine, donc, de critiquer une pratique propre à un pays autre que le notre, et de crier au loup quant à une soi-disant montée de la bien-pensance...

avatar marc_os | 

Euh.... PiRMeZuR, vous répondez à qui et à quoi ?
Rien compris.

avatar marenostrum | 

la France est pareil, un pays d'émigrants, et sont devenu comme ça tous les pays occidentaux. ce qui change, c'est que les américains eux-mêmes sont des émigrants, ne sont pas autochtones. tandis que les français de souche se proclament gaulois, donc autochtones.

avatar marenostrum | 

parfois les compétences jouent un rôle minime. y a des boulots que tout le monde peut les faire.
par ex, les modèles de playboy ou les blondes dominent les autres, tout simplement parce que ça fait vendre plus.

avatar lmouillart | 

La diversité c'est effectivement un travail de chaque instant : ethnique, sexuelle, scolaire ...
C'est critique pour les grandes entreprises de servir de modèle, Apple est un modèle de réussite pour la quasi-totalité des entreprises du monde et le chemin tracé par Apple, tout comme celui tracé par d'autres très grandes entreprises est celui à suivre. L'exemplarité à tous les niveaux est nécessaire.
Les entreprises sont l'un des principaux vecteurs de mélange et de ciment de la société.

---
Apple devrait s'ouvrir un peu au monde et ne pas rester hyper centralisé au niveau de la R&D.

avatar Philactere | 

Si on veut parler d'"égalité ethnique" (puisque c'est le but de ce genre d'études, montrer qu'on ne pratique pas de discrimination) il serait plus intéressant de mesurer les écarts de représentativité par rapport à la population du bassin d'emploi concerné.

Avec une proportion de 55% les blancs non hispaniques sont sous-représentés à l'échelle des USA (65%) mais sur-représentés à l'échelle de la Californie (46%). Les hispaniques sont sous-représentés dans les deux cas (très fortement à l'échelle californienne) alors que les noirs sont sous-représentés à l'échelle nationale mais sont dans la moyenne californienne, etc.

Quant aux femmes... Avec 30% des salariés cela représentent le vrais défi si on veut parler d'égalité au sein d'Apple (le ratio hommes / femmes ayant un emploi au USA étant aux alentours de 54% / 46%).

Dans une PME de 12 employés il n'est pas du tout étonnant d'avoir des écarts conséquents, sur 100'000 emplois, si ont veut se gargariser d'équité les écarts devraient être réduits au minimum.
Après c'est sûre que la réalité est beaucoup plus complexe, ces écarts sont aussi dus à l'accès aux études et à la formation, donc une partie de la question de trouve en amont de l'embauche. Et là encore on peut relativiser en considérant les perspectives espérées dans une société.

avatar bugman | 

Rien que le fait de se poser des questions (et des pourcentages) sur la race, le sexe ou l’orientation sexuel d'une personne est pour moi une sorte de racisme et ne devrait pas être pris en compte dans le choix de ses partenaires (professionnels).

avatar MacSedik | 

@bugman :
Je suis d'accord avec toi. Et c'est l'idée même derrière l'idéal républicain de 1789 et des idéaux de Condorcet (pas de races ni de couleur mais des humains égaux en droits et en devoirs) mais je ne te l'apprend pas : le siècle dernier a connu des combats pour la reconnaissance des droits des minorités (surtout aux USA) et je comprend un peu l'idéologie de l'affirmative action. Je dis bien je comprend! mais au fond je trouve le concept stupide car je ne vais pas prendre un noir parce qu'il est noir tout comme je ne vais pas prendre un blanc parce qu'il est blanc ! C'est suicidaire. Mais encore une fois a replacer dans le contexte américain très marqué par la ségrégation et la discrimination envers d'autres minorités (chinois en Californie, indiens d'Amérique, latinos au Texas...etc).

avatar PiRMeZuR | 

Ça peut peut-être paraître suicidaire à l'échelle de l'individu, ou celle d'un poste, d'une place à l'université. Le premier réflexe est de se dire qu'en ne sélectionnant pas une personne sur ses qualités, on fait forcément un mauvais choix.
Mais à l'échelle macroscopique (temporellement et démographiquement), cela permet d'intégrer des minorités (qu'aucune grande puissance ne peut négliger dans sa quête de croissance économique) durablement, ce qui résulte en une économie plus forte car tirant partie de tous ses atouts.

En outre, le problème des qualités des candidats est un mauvais argument car il suppose, d'une part, que l'on utilisera à 100% ces qualités, ce qui est rarement vrai, et qu'il existe systématiquement un profil qui remplira mieux une mission qu'un autre. Dans la majorité des professions, c'est un mythe.

avatar geneosis | 

Quelle tarte à la crème cette notion de "diversité".

avatar gbasile | 

Que l'ont discrimine quelqu'un pour sa couleur ou son orientation, ca me gene, maintenant qu'on cherche a embaucher ces memes personnes juste pour presenter des chiffres, ca me gene tout autant, c'est aussi de la discrimination.

avatar MacSedik | 

C'est la base de l'affirmative action. Mais aux USA ils en ont débattu pendant des années pour au final l'accepter. C'est comme ça la bas il y'a des quotas pour tout, après dans certaines régions je les comprend. Exemple en Alabama ou beaucoup d'entreprises sont tenus par des blancs bah il suffit qu'ils soient tous un tant soit peu sympathisants KKK et le tour est joué ! Pas un noir dans l'entreprise. Je répète : l'histoire des USA est très particulière.

avatar Philactere | 

@bugman :
C'est très franco-français cette idée de nier le besoin de ce type de statistiques.
Dans un idéal républicain d'égalité cela permet d'ignorer pudiquement des écarts trop importants, pas de chiffres, pas de problème (discriminations à l'embauche, au logement, etc.).

Les statistiques permettent d'identifier une réalité. Ça peut soulever des questions (pourquoi les hispaniques représentent 11% des employés d'Apple alors qu'ils représentent 35% de la population des USA).
Ensuite ça ne veut pas dire qu'il faut embaucher des hispaniques à tout prix alors que les profils de compétences ne sont pas là.

avatar bugman | 

@Philactere :
Si il y a erreur à la base (je le pense en employant UNIQUEMENT des blancs, mâles, hétéros, en se basant sur ces faits pour le choix), je ne pense pas que l'on puisse à l'inverse embaucher des noirs de sexe féminin et homos en se basant sur ces mêmes choix. Cela reste de la discrimination et je suis tout autant contre. Et j'ai du mal a croire que ces stats sont juste là pour le fun.
Bref, un peu le même combat que ces personnes mises sur la touche... sauf que je ne suis pas prêt à accepter n'importe quoi (son inverse, mais avec cette même stratégie de selection) pour autant.

avatar Philactere | 

Je n'ai pas dit être pour la "discrimination positive", cela reste de la discrimination, donc ce n'est pas pour moi une bonne solution.

Je parlais de l'utilité de connaître une réalité grâce aux statistiques.
L'idéal républicain est tout à fait louable mais ce n'est pas l'énonçant qu'on l'atteint. Connaître les distorsions de la réalité permet de les corriger, les statistiques permettent de connaître ces distorsions.
Après vient le temps de la réflexion et du débat sur les moyens de corriger ces distorsions. La "discrimination positive" est une réponse, ce n'est pas la mienne. Je lui préfère l'éducation pour qu'enfin dans la réalité on puisse atteindre cet idéal républicain où il n'y a que des humains.

avatar bugman | 

@Philactere :
Oui, Philactere, c'est très intéressant ces statistiques (autant pour les curieux comme nous, que pour les journalistes et autres scientifiques...). Ce qui me fait poser surtout pas mal de questions ici (tiquer) c'est que c'est une entreprise qui sort son 'tableau Excel' pour avoir ce genre d'informations... Ce que je fais moi, pour généralement optimiser. A noter que ce n'est pas la première fois que je vois Apple (son CEO actuel) se battre pour les homosexuels dans l'entreprise (https://www.macg.co/aapl/2014/02/apple-sengage-contre-une-loi-discrimina...).
Je n'ai rien contre les homosexuels, la question n'est pas là, je précise.

avatar DVP | 

"C'est très franco-français cette idée de nier le besoin de ce type de statistiques."
C'est surtout tres franco-français de les interdire.

Corrigez moi si je me trompe, mais chez nous c'est illegal de collecter les infos pour tenir ce genre de stats.
A moins qu'il y ait un moyen detourné (genre questionnaire anonyme, qui permet d'avoir les informations ethniques des salariés sans savoir à qui cela correspond)

avatar marc_os | 

Oui c'est illégal.
Parce que la législation a été écrite à une époque pas si lointaine où le racisme était basé sur l'affirmation de prétendues races pour justifier des différences de traitement, pour discriminer les personnes de "races" jugées inférieures.
De nos jours, le mot étant devenu logiquement tabou car scientifiquement incorrect appliqué à l'espèce humaine, les "racistes" ont trouvé d'autres critères que cette supposée race. Ils parlent de cultures soit disant incompatibles, etc.
La loi devrait peut-être assouplie pour permettre ce genre de statistiques. Mais cela ne devrait en aucun cas servir à introduire en français la notion américaine de race pour mieux en retour pouvoir utiliser le mot "race blanche" dans sons acceptation raciste.

avatar Zouba | 

Non, ce n'est pas illégal tant que la réponse n'est pas obligatoire et que l'accord du répondant est obtenu sous la forme d'un formulaire de consentement séparé.

avatar MacSedik | 

@Wolf :
Mouais c'est pas le sujet si tu veux aux USA c'est fait pour "corriger" l'histoire des minorités. Visite les USA ou restes-y pendant 1 ou 2 mois et tu verras. C'est pas évident il y'a du racisme un peu certes moins qu'il y'a 50 ans mais ça persiste dans beaucoup d'entreprises (surtout les PME)... C'est plus un "racisme" social que ethnique mais quand les deux se mélangent à cause de héritage social des noirs dans les ghettos et des latinos dans les barrios, pour un jeune black ou un jeune latinos ayant des compétences égales c'est dur de se faire recruter au même poste qu'un WASP de Boston... Il faut y aller pour le voir. Je ne dis pas qu'il n'y a pas de WASP pauvres mais disons qu'il yen a moins.

avatar Mathias10 | 

Je n'ai aucun problème avec ces statistiques.
Dans ma boîte ils travaillent énormément sur l'égalité Homme-Femme , la "mixité culturelle" ainsi que le handicap. Le problème est qu'il ne faut pas tomber dans le piège qui consisterait à employer quelqu'un pour les stats au lieu des compétences. Enfin dans notre cas, il n'y a pas suffisement d'handicapé en France donc c'est loupé.

avatar Leborde | 

La Maison Blanche? C'est anti-diversité ! c'est raciste !

Pages

CONNEXION UTILISATEUR