Apple v Samsung : quand Jobs appelait à la Guerre sainte contre Google

Mickaël Bazoge |

Apple et Samsung sont de nouveau devant les tribunaux, pratiquement deux ans après une première victoire du constructeur californien face à son rival sud-coréen. En août 2012, Apple avait réussi à faire condamner Samsung non seulement pour avoir copié les technologies du créateur de l'iPhone, mais aussi parce qu'il avait engrangé de cette activité illicite des milliards de dollars. Si le milliard de l'amende a été réduit par le biais d'un second procès (à l'issue duquel Apple a finalement obtenu 940 millions de dollars), le délit de copie par Samsung a été caractérisé.

Ce nouveau procès entre les deux constructeurs porte sur des terminaux Samsung relativement récents, dont certains sont toujours commercialisés comme le Galaxy S3 ou le Galaxy Note 2. Apple reproche à son concurrent d'enfreindre cinq de ses brevets, ce à quoi Samsung a répliqué en accusant à son tour Apple d'infraction sur deux brevets (pour un point complet sur les positions des uns et des autres, lire : Début du nouveau procès opposant Apple à Samsung).

Pour l'occasion, Apple ne craint pas de sortir les gros chiffres. Les avocats du constructeur ont ainsi demandé des dommages compris entre 33 $ et 40 $ par terminal Samsung enfreignant les cinq brevets en jeu, vendus après le mois d'août 2011, soit 37 millions d'appareils. Cela représente au total une somme de 2 milliards de dollars. Cette amende est motivée par le fait que Samsung a pris le chemin le plus court vers le succès : en copiant tout simplement Apple, alors que l'entreprise avait misé une grande partie de son avenir sur l'iPhone.

De son côté, Samsung ne réclame que 6,9 millions de dollars de dommages et intérêts pour l'infraction à ses deux brevets. Si jamais le jury donnait raison à Samsung, ce dernier pourrait demander à la justice d'interdire les ventes des produits Apple incriminés (iPhone 4/4S/5, iPad 2/3/4, iPad mini, iPod touch 4G/5G).

Un jury impartial

Le procès entre Apple et Samsung s'est ouvert sur la présentation par les deux parties de leurs arguments principaux. 90 minutes ont été octroyées pour chaque représentant, qui ont donné au jury une première idée des débats. Les huit jurés finalement choisis sont de tous horizons, et bien évidemment aucun n'est lié de près ou de loin à Apple ou à Samsung. Un d'entre eux est par exemple un ancien dirigeant du groupe logiciel d'IBM, un autre est officier de police, un autre un enseignant à la retraite… Dans le lot, il y en a même un qui n'a jamais entendu parler de l'iPad, et un autre qui ne possède tout simplement pas de téléphone portable.

Il leur faudra du courage et de la patience : le procès va durer un mois, durant lequel les avocats de chaque partie auront 25 heures pour défendre les causes de leurs clients. La décision est attendue le 29 ou le 30 avril, selon la délibération des jurés.

Apple se bat contre Samsung, pas contre Google

Harold McElhinny, avocat d'Apple, a lancé l'offensive. Pour lui, le constructeur aurait pu présenter devant la justice bien plus de brevets : « Samsung a copié tellement de fonctions, mais il y a des limites dans ce que nous pouvons [produire] durant un procès (…) Nous ne pouvons essayer 50 brevets ». Pourquoi s'attaquer à Samsung, alors que c'est Google qui produit et développe Android, le système d'exploitation qui finalement, enfreint les brevets d'Apple ? « C'est Samsung, et non Google, qui vend ces téléphones », assure McElhinny, qui poursuit à l'adresse du jury : « C'est Samsung qui fabrique ces choses, et qui est en infraction ».

La stratégie d'Apple est similaire à celle qui a mené vers la victoire en 2012 : en 2007, l'iPhone a révolutionné l'industrie de la téléphonie et a représenté un pari audacieux pour l'entreprise. Samsung a été « forcé » de copier les fonctions, ou de risquer de traîner la patte dans un marché à forte croissance. Afin de donner plus de poids à sa démonstration, et prouver à quel point l'iPhone avait soulevé l'enthousiasme, McElhinny a fait jouer au jury la vidéo de lancement de l'iPhone par Steve Jobs sur la scène du Moscone Center, en janvier 2007.

Samsung, ne possédant pas d'appareil ni de technologies capables de rivaliser avec l'iPhone, a choisi « d'utiliser nos inventions parce qu'ils pensaient que ces inventions étaient fondamentales pour trouver le succès ».

Phil Schiller rendu « fou » par la pub de Samsung

La campagne de pub « Next Big Thing » aurait rendu Phil Schiller complètement fou, assure John Quin, l'avocat représentant Samsung. Il a annoncé devant le jury que durant le procès, il présentera à la cour des documents internes prouvant que les publicités moquant les fans d'Apple dans les files d'attente avaient eu le don de rendre fou le patron du marketing d'Apple. Il a estimé dans un courriel à son équipe qu'il allait falloir beaucoup travailler pour renverser la vapeur - une anecdote relevée par un article du Wall Street Journal en janvier 2013 au titre révélateur : « Est-ce qu'Apple a abandonné à Samsung son facteur cool ? ».

L'avocat de Samsung avance également que Phil Schiller, décidément piqué au vif par cette affaire, aurait demandé à Tim Cook de changer d'agence de pub (en l'occurrence TBWACHIATDAY), ce qui aurait provoqué une discussion au conseil d'administration d'Apple. Cette campagne, malgré un humour plutôt pataud, a particulièrement bien fonctionné pour Samsung (lire : Les publicités moquant Apple ont « marqué un tournant » pour Samsung) - un avis partagé par Ken Segall, le publicitaire qui a travaillé avec Steve Jobs durant des années.

Phil Schiller ressert son témoignage

Phil Schiller a été le premier témoin entendu durant ce procès. Le vice-président du marketing d'Apple a resservi à peu de choses près le même témoignage qu'en 2012 - mais cette fois en costume-cravate. Il a rappelé les étapes du développement de l'iPhone, qui était en fait un dérivé d'un projet de tablette.

Il a martelé le fait que l'iPhone était un pari pour l'entreprise. Schiller a été « choqué » de voir un smartphone Galaxy un an après le lancement de l'iPhone, qui s'inspirait visiblement du travail d'Apple. Il a senti que la copie de Samsung avait abaissé la réputation d'Apple en tant qu'entreprise innovante.

Interrogé par la défense, Phil Schiller a admis qu'il n'a pas été complètement mis au courant de tous les brevets impliqués dans la poursuite, et qu'il n'était pas non plus réellement qualifié pour dire que Samsung avait copié tel ou tel brevet spécifique. Le VP reviendra aujourd'hui en cour terminer son témoignage.

Samsung implique Google

Une ombre plane sur ce procès : celle de Google. John Quin, l'avocat de Samsung, a brandi un Galaxy Nexus (un des smartphones qui enfreindrait les cinq brevets d'Apple) en s'exclamant que les fonctions mises en accusation « ont été développées de manière indépendante par quelques-uns des cerveaux les plus sophistiqués de l'industrie » - non, il ne parle pas de Samsung ici, mais bien de Google ! Le Galaxy Nexus a en effet été développé par le moteur de recherche, et produit par Samsung. De fait, il n'embarque pas la surcouche TouchWiz, mais la version « stock » d'Android.

La défense de Samsung espère que cet argument instillera le doute chez les jurés, qui estimeront que le constructeur coréen n'est pas un copieur… et que, peut-être, Apple se trompe de cible. Assez logiquement, Quin s'est également attaché à démontrer les différences entre les terminaux de son client et ceux d'Apple. Les Galaxy Nexus et Galaxy Note incluent ainsi des écrans plus grands, des batteries que l'on peut remplacer, « de meilleures performances, et des stylets, toutes choses qui distinguent les produits Samsung » de la concurrence.

D'après l'avocat, les consommateurs ne choisissent pas un smartphone selon la manière dont le système d'exploitation corrige la frappe, affiche un écran de verrouillage ou synchronise les données en tâche de fond - ce sont là quelques-uns des brevets qu'Apple utilise pour tenter de confondre Samsung. Pour finir, Quin assène qu'à travers ce procès, Apple cherche à obtenir par la justice ce qu'il a perdu en terme de parts de marché.

Samsung appelle Steve Jobs à la rescousse

Samsung a produit une correspondance de Steve Jobs qui, en octobre 2010, prévenait ses équipes qu'Apple faisait face à un « dilemme d'innovateur » face à la menace d'Android et de Google. Le fondateur d'Apple promettait alors une « Guerre sainte » contre les smartphones fonctionnant sous Android. Samsung se sert de ces courriels comme d'une preuve qu'Apple lance une « attaque contre Android » - d'ailleurs, la réunion « Top 100 » (qui regroupe les cent personnalités les plus importantes d'Apple, lire : Le "non" de Steve Jobs à une TV Apple) de 2011 a tourné majoritairement autour de cette fameuse guerre contre Google.

Dans ces e-mails, Steve Jobs écrivait également qu'Apple devait « rattraper Android » pour certaines fonctions, comme les notifications, la connexion avec d'autres périphériques, la reconnaissance vocale (Apple a lancé Siri en 2011), ainsi que l'intégration avec les services dans le nuage.

avatar Ast2001 | 

Un des trucs incompréhensibles de ce procès, c'est de mettre sur le même niveau les Galaxy Sx et Note et le Nexus alors que la partie logicielle de ce dernier est 100% de la responsabilité de Google.

avatar appComV21 | 

@Ast2001 :
Pas du tout.
C'est celui qui construit et rend disponible (dans ce cas la ) au grand publique.
C'est de la responsabilité de Samsung de vérifier ce qu'ils allaient mettre dans leur téléphone.
Rend toi compte.
Si Google avaient construit dans leur os un système d'autodestruction, qui auraient été les responsables ?
Samsung pour ne pas avoir vérifier ?
Ou Google car c'est eux qui ont donné l'os soit disant "libre" ?

Réfléchissez un peu.
Fanboy ou pas c'est une total honte d'avoir utilisé le succès de l'iPhone a leur compte.
Beaucoup de gens qui n'avaient pas l'iPhone à l'époque faute au prix, ce sont automatiquement tourné vers Samsung au vu de toute les pubs lancées.
Les gens n'ont pas fait cette différence et n'auraient de tout façon pas été capable de la faire.

Malheureusement dans l'histoire c'est le bouche à oreille qui a fait le plus de mal :

"Achetez un Samsung c'est pareil que l'iPhone... Y a pas de différence et en plus c'est moins cher !"

Je vous dis c'est une honte, et je suis à 200 % pour Apple a ce sujet.

Le mot responsable n'existe pas pour rien dans ce monde.
Tout le monde veux un poste de responsable mais personne ne veux les conséquences !

avatar Ast2001 | 

Samsung s'est déjà fait condamner une première fois _avec raison_ essentiellement sur la copie du design Apple et de son écran principal. Personne ne pourrait nier que le Galaxy S mimait le premier iPhone au point que c'est était une véritable honte pour Samsung.

Ce procès est différent et porte sur des fonctions (5) dont le fameux 'Slide to Unlock' dont le brevet a été refusé en Europe à Apple dans la mesure où des appareils existants précédemment implémentaient ce procédé.

Depuis le Galaxy S voire le S2, de l'eau a coulé sous les ponts et même si parfois samsung retombe dans ses travers de copie (Cf l'interface de leur assistant vocal qui était un copycat de Siri et qui mériterait pour le coup un procès), je pense qu'Apple, maintenant que Samsung a été comdamné, ferait mieux se remettre au travail plutôt que d'intenter procès sur procès avec des demandes tellement délirantes que cela risque de se retourner contre eux.

avatar pat3 | 

@Ast2001

je pense qu'Apple, maintenant que Samsung a été comdamné, ferait mieux se remettre au travail plutôt que d'intenter procès sur procès avec des demandes tellement délirantes que cela risque de se retourner contre eux.

Marre de lire cette phrase, comme si c'était le service juridique d'Apple qui inventait les nouveaux idevices… faut quand même arrêter avec ces arguments de merde.

avatar _mabeille_ | 

@appComV21 Tu crois toi qu'avec la force d'Apple, qui est son image de marque, et toute la côte d'amour qui va avec les gens sont assez débiles pour confondre un produit Apple avec n'importe quel produit d'une autre marque? Je n'y crois pas une seule seconde.

Le positionnement d'Apple implique automatiquement qu'ils sont toujours rattrapé et dépassé en terme de volume, et c'est normal. C'est le résultat du choix stratégique et du positionnement Apple. Ils ont déjà une chance folle d'avoir avec un tel positionnement fait un tel volume c'est assez extraordinaire. Mais l'âge d'or est terminé la concurrence à réagit, et Apple va retrouver sa place habituelle. n°1 en marge mais derrière en PDM. Ils peuvent pleurer comme ils veulent chez Apple c'est comme ça. La guerre des PDM est perdue tel quel (a moins de refaire une innovation extraordinaire Apple reprendra un avantage qqls années ou qqls mois, mais pas avec des bricolages genre siri et des sparadraps genre 5s).
D'ailleurs les aficionados ne s'y trompent pas, ils réclament toujours de l'innovation mais de la vraie celle qui fait que quand t'as le truc en poche tu sens que tu as un objet extraordinaire en poche.... loin du 5S du 5 et du 4S... par contre le premier Edge et le premier 4 oui là y avait un vrai truc.

Là ils peuvent attaquer en justice, ça ne changera rien si ce n'est qu'on a l'impression de voir Apple challenger sympathique face à Microsoft le vilain....
Ce procès augmente le côte de sympathie de Samsung. Je ne parle pas d'ici bien sûr même la main dans le pot de confiture, il y aurait toujours la garde prétorienne pour défendre Apple.

avatar Shralldam | 

@mabeille

En même temps, tu espères obtenir quel type de débat en qualifiant la plupart des lecteurs de "garde prétorienne" ?

avatar Shralldam | 

@mabeille

En même temps, quel type de débat penses-tu obtenir en qualifiant la majorité des gens ici de "garde prétorienne" ?

avatar _mabeille_ | 

@[MGZ] Shralldam
si tu ne retiens que ça de tout ce que j'ai écris, je ne suppose obtenir aucun débat avec toi. Je précise qu'avec les fameux membres de la garde prétorienne aucun non plus. Donc il reste ceux qui garde du recule et un peu d'humour. Les autres pour tout dire je m'en tape.

avatar Ast2001 | 

Je recommande l'article de Mueller sur Foss Patents au sujet de ce procès. Pour une fois, je suis d'accord avec sa position.

avatar gwen | 

@Ast2001 :
Et tu pourrais nous en faire un résumé ou au moins nous donner un lien ?

avatar Ast2001 | 
avatar Shralldam | 

Tout est lié – il me semble – à ce que l'on appelle la "valeur ajoutée".

Apple n'a pas inventé le téléphone, ni le tactile, ni le baladeur MP3, ni la tablette... Ce sont les arguments que l'on sort d'ailleurs assez souvent quand la communauté laisse entendre qu'Apple a tout inventé, ce qui est bien entendu faux.

Cependant, c'est encore une fois dans la façon dont tout a été agencé et harmonisé que réside le cœur de la discorde. Il y a plein de constructeurs de voitures : elles ont toutes des roues, un volant, des phares... Mais chacune est différente, et chaque marque essaie d'apporter à ses produits une valeur ajoutée qui va les distinguer, et qui surtout va les identifier auprès du public. On achète une BMW pour telles raisons, ou une Audi pour telles autres raisons.

C'est sur ce point que la position de Samsung est scabreuse. Il y a dans les produits Galaxy une troublante similitude avec l'expérience et l'aspect visuel de ce qui a fait l'identité de l'iPhone (et de tous les produits iOS aujourd'hui). Il y avait bien une époque où des personnes peu informées parvenaient à confondre les deux marques. Cela dit, la plupart des personnes de mon entourage qui ont un Galaxy en sont très contents, et je n'ai aucun souci avec ça.

Mais je comprends la position d'Apple. L'identité d'un produit est quelque chose de capital pour une entreprise (surtout à ce niveau), et les brevets sont sans doute l'argument le plus efficace pour obtenir gain de cause. Quand Schiller dit que Samsung a contribué à dégrader l'image d'Apple auprès du public, il n'a pas tort : aujourd'hui, combien raillent la Pomme en prétendant que Samsung fait beaucoup mieux pour moins cher, qu'Apple n'innove plus, qu'Apple est arrogante ? On dirait que subitement, tout le monde a oublié la genèse du produit, et ce qu'il a apporté à ce marché. Comparez l'euphorie de l'annonce de l'iPhone en 2007 avec l'attitude blasée des gens aujourd'hui. J'aurais aimé voir ce qu'il se serait passé si l'iPhone n'était jamais sorti, et ce que seraient les smartphones aujourd'hui.

avatar rikki finefleur | 

Apple a été condamné pour avoir copié le lecteur mp3 de creative. Lecteur qui est arrivé avant l'ipod.
Il est bon de remettre les choses a leur place.
tiens je t'invite a voir cela :
http://en.wikipedia.org/wiki/Rio_PMP300

bizarre comme l'ipod y ressemble.

avatar redchou | 

@rikki
N'importe quoi, Creative a attaqué Apple pour avoir copié la structure du menu du baladeur pas le design.
Ils ont aussi réglé le différend à l'amiable, renversant une licence sur chaque baladeur vendu...
Personnellement je ne trouve pas que l'iPod y ressemble énormément... Mais bon, pour le menu, c'est une autre histoire.

avatar phantoom | 

@[MGZ] Shralldam

"Cependant, c'est encore une fois dans la façon dont tout a été agencé et harmonisé que réside le cœur de la discorde"

Comme le souligne fosspatent, le problème ici et que ça ne se brevete pas...

Ce qui se brevette c'est chacune des briques qui permettents d'arriver au résultat final.

"C'est sur ce point que la position de Samsung est scabreuse. Il y a dans les produits Galaxy une troublante similitude avec l'expérience et l'aspect visuel de ce qui a fait l'identité de l'iPhone"

Ce n'est pas le sujet de se proces,
Samsung a en effet été condamné sur ce point.

Là le débat est tout autre et porte sur des fonctionalités de l'appareil, pas sur l'apparence.

"J'aurais aimé voir ce qu'il se serait passé si l'iPhone n'était jamais sorti, et ce que seraient les smartphones aujourd'hui."

Probablement des terminaux à écrans tactiles tout comme les modèles qui sortaient depuis quelques années avant le premier Iphone.
Certes, ces derniers avaient encore des clavier pour la plupart, mais aussi un grand écran tactile. (le vrai attout de l'Iphone 1 c'était le multitouch - et là encore ce n'est pas une invention d'Apple...)

Quelques exemples (de mémoire):

SPV M1000 (HTC) -- Le précurseur (on est en 2004 là)
SPV M3000 (HTC)
SPV M5000 (HTC)
QTEK (HTC aujourd'hui)
Sony Ericson P900

avatar redchou | 

@phantoom
"le vrai attout de l'Iphone 1 c'était le multitouch - et là encore ce n'est pas une invention d'Apple..."
L'écran capacitif a été le composant qu'Apple a attendu pour lancer son téléphone. Il a permis à l'interface de l'iPhone d'être comme elle est... Les écrans résistifs de l'époque, ne permettait pas de manipulation tactile comme les glissements, l'écartement, etc... Ou alors avec une gestion médiocre, et des interférences entre les points de contact...
Comme d'habitude, au lancement de la technologie, Apple s'est assuré de s'approprier toutes les capacités de production mondiale... (Comme elle le fait actuellement avec le cristal de saphir)
Les Smartphones existaient avant l'iPhone, mais ils n'utilisaient pas des interfaces multi-touchs et ce qu'a protégé Apple, c'est son interface adaptée aux écrans multi-touches et aux écrans capacitifs, ce à quoi personnes ne s'était vraiment intéressé avant l'arrivée d'Apple... (Hormis peut-être Microsoft avec sa table surface, mais en utilisant technologie complètement différente)
Ils n'ont pas inventé les écrans capacitifs, mais ils ont inventé une interface qui va avec.

avatar phantoom | 

@redchou

Et pourtant le glisser pour déverrouiller existait avant l'iphone...

Donc le brevet d'Apple il vaut rien du tout... (Prior Art)

avatar phantoom | 

doublon

avatar Killy | 

C'est vrai que le galaxy sII ressemblait énormément au point de vu software.
Une mise à jour logiciel avait totalement occulté cette inspiration et ne tournait d'ailleurs pas correctement.

Seulement après avoir bien réfléchi au format de l'iPhone, s'il change au point de ressembler à Samsung, ça sera un peu drôle je trouve...

avatar iDidier | 

Samsung est coupable de vols et de copies. Il y a suffisamment de preuves. D'ailleurs, à la sortie de l'iPhone, ça a été la panique générale tant chez Google que chez Samsung. Le premier, a réécrit totalement Androïd, car ce que Google avait fait ressemblait plus à un logiciel des années 90. Quant à Samsung, ils ont simplement pompé le design, l'interface sans se gêner. D'ailleurs, une preuve supplémentaire du vol et de la copie volontaire de Samsung, Samsung refuse de signer un accord avec Apple parce que Apple exige un paragraphe qui interdira purement et simplement toutes copies et tous vols de la part de Samsung de technologies Apple. Accord qui lui, a été accepté et signé par HTC ! Donc, oui, Samsung doit, une fois encore être condamnée. Et puisque Samsung persiste et signe, la condamnation se doit d'être beaucoup plus lourde que pour le premier procès. Et ce n'est pas en essayant de mouiller Google que Samsung s'en sortira. Sans Apple, et Samsung et Google ne connaîtrait pas leurs succès actuels.

avatar Ast2001 | 

Ce que tu voudrais, c'est que samsung soit condamné à vie et systématiquement pour une copie (éhontée il est vrai) qui a eu lieu il y a 8 ans et pour laquelle ils ont déjà été condamnés ?

avatar phantoom | 

@iDidier

"D'ailleurs, une preuve supplémentaire du vol et de la copie volontaire de Samsung, Samsung refuse de signer un accord avec Apple parce que Apple exige un paragraphe qui interdira purement et simplement toutes copies et tous vols de la part de Samsung de technologies Apple. Accord qui lui, a été accepté et signé par HTC ! "

1) c'est pas une preuve
2) je pense que ce qui fait que Samsung ne signe pas c'est les 40$ par appareil vendu pour 5 brevets dont plusieurs on été démontrés invalide (en Europe 5 procès - 5 fois rejet du glisser pour déverrouiller)
3) tu ne connais pas les termes de l'accord avec HTC (HTC dispose aussi de beaucoup de brevets dans ce domaine et a mon avis il y a plus d'accords croisés que tu ne le crois...)

4) tu mélanges les questions de design (sur lesquels Samsung a été condamné) au question de fonctionnalités (les propos ici) Et pour le coup Apple n'as jamais gagné nul part sur cette question.

avatar _mabeille_ | 

@iDidier pour la copie du design Samsung a été condamné amen.
Là il ne parle plus de ça mais de brevets plus profonds que le simple design.

avatar rikki finefleur | 

Le plus navrant la dedans est la "qualité" des brevets décriés.
Un qui simule informatiquement un interrupteur à glissiére (lock , délocker)
Un qui brevette l'auto- complémentation qui existe depuis fort longtemps.
un qui simule une action a partir d'un lien (ou est la nouveauté à part la copie d'un existant)..

Bref bienvenue dans le monde nouveau du "brevetage" de gestures ou d'actions plus idiotes les unes que les autres.
Comme les pays asiatiques brevettent à mort eux aussi (ces mêmes débilités), on ne va plus vers un monde d'entreprise, mais un monde judiciaire.. Avec un monopole de la technologie qui sera détenu uniquement pas quelques entreprises bien blindées en avocat.
Il est temps que les US réforment les brevets et éliminent tout ce qui peut ressembler à des concepts, gestures, "brevetage" du réel au sein d'un élément informatique. Sinon il y a un risque de mourir sous leur propre étouffement.

avatar Ast2001 | 

Et le truc encore plus idiot de la part d'Apple, c'est de demander à Samsung autour de $40 PAR appareil pour ces 5!!! brevets dont certains ont été invalidés dans le monde entier à l'exception des US. Ce procès est une FARCE.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR