Apple user : Martin Fournier (doctorant en astrochimie)

Anthony Nelzin-Santos |

Un Mac, un iPad ou un iPhone, ça sert à quoi ? Nouveau portrait d’utilisateur avec Martin Fournier, doctorant en astrochimie.






Martin Fournier.




Qui es-tu ?



Je m'appelle Martin Fournier et je suis en seconde année de thèse ministérielle à l'Université de Rennes 1. Je travaille sur certaines réactions chimiques qui ont lieu dans les nuages moléculaires et l'atmosphère de Titan. Les réactions qui s'y déroulent pour donner lieu à la naissance de grandes molécules sont très mal connues. Nous utilisons une technologie unique au monde pour obtenir des mesures de constantes cinétiques jusqu'à des températures de 5 K (-268 °C).






La chambre CRESU.




Comment es-tu venu à utiliser les produits d’Apple ?



Pour autant que je me souvienne, mon père a toujours été intéressé par Apple : notre premier Mac fut un iMac DV, acheté en 1999 après qu’un voisin nous a prêté son iMac Bondi blue.



À cette époque, mes amis et moi découvrions l'informatique et personne ne se demandait vraiment s’il valait mieux acheter un Mac ou un PC. A donc suivi un PowerBook G3 Wallstreet, avec ses deux formidables baies latérales. J'ai commencé à bidouiller un peu pour mettre en réseau les Mac et partager la connexion 56k de la maison (entre autres pour jouer à Warcraft III à deux), je trouvais ça fantastique.



Les Mac ont continué à défiler et j'ai continué à bricoler un peu par ci par là, chercher à faire telle opération « pour savoir si c'est possible », et c'est sans doute un peu de là que vient ma passion pour la recherche. J'ai dépanné tellement de PC d'amis (entre autres l'infernal ensemble Internet Explorer-Wanadoo Livebox) que j'ai probablement contribué à ma façon à l'effet halo.



J'aurais dû acheter quelques actions Apple il y a 10 ans !



Quel matériel utilises-tu et pourquoi ?



Au risque de vous décevoir, je travaille principalement… sur PC.





J’utilise un ensemble très complexe d’instruments, dont beaucoup proviennent de MKS Instruments ou Stanford Research : plusieurs lasers, des générateurs de délai, des intégrateurs, des débitmètres… Nos équipements, assez anciens, ne disposent pas de pilotes OS X — et comme ils sont increvables, ils ne sont pas prêts d’être remplacés par des équipements plus récents qui en disposent. Le PC est donc obligatoire, d’autant que j’ai besoin de douze ports séries, de cinq ports GPIB, et d’une dizaine de mesures analogiques.



Cela étant dit, l’Institut de physique de Rennes possède un gros cluster principalement composé de Xserve, bien que leur part diminue à la faveur de l’ajout de matériel plus récent qui n’est évidemment pas fourni par Apple. Il sert principalement à l'axe théorie de l'équipe, dont les membres travaillent uniquement sur Mac et PC Linux.





À titre personnel, j'utilise d’ailleurs un MacBook Pro fin-2008 que j'ai dopé avec 8 Go de RAM et un SSD : ainsi mis à jour, il devrait tenir encore un an au moins. J'ai également un iPhone 5 qui me sert au quotidien, principalement pour la musique, les emails et le calendrier (et Twitter bien sûr), ainsi qu’un iPad.



Quels logiciels utilises-tu et pourquoi ?



Il existe plusieurs logiciels de contrôle en laboratoire, mais Labview, de National Instruments, possède le monopole. Il permet d'interfacer les instruments de mesure et concevoir des interfaces avec une programmation visuelle très rapide à comprendre et s'approprier. Nous utilisons principalement la version PC, mais il m'arrive de le lancer sur mon Mac perso, car une version allégée du programme principal nous permet de traiter rapidement nos données.



J'utilise ensuite Mathematica 9 que j'aime beaucoup pour sa puissance, et son intégration désormais totale à WolframAlpha, le moteur derrière certaines données de Siri. Il me permet de traiter mes données de façon poussée. Nous utilisons aussi OriginLab (avec Wine sur Mac), tourné vers la représentation graphique, et dont l'interface totalement archaïque et illogique me fait dire que les développeurs n'ont pas touché un Mac une seule fois.





J'ai eu la chance pendant ma thèse de me rendre deux fois à la Chemical Dynamics Beamline, la seule autre équipe qui fait un travail similaire au nôtre, au synchrotron Advanced Light Source, sur les collines de Berkeley, en face de San Francisco. Leur mode de fonctionnement est très différent, car tous les instruments fixes sont reliés à des PC qui ne sont pas accessibles autrement que par l'architecture client/serveur de Labview. De nombreux chercheurs utilisent donc des MacBook Air ou Pro avec un client léger et pilotent tout ainsi. La densité de Mac et d'iPhones à Berkeley est tout bonnement incroyable, mais c'est le pré-carré d'Apple.



Enfin, je rédige avec le package MacTeX, EndNote gérant ma bibliographie (ce n’est pas mon favori, mais c’est la référence…).



Qu’est-ce que tu envisages d’améliorer ?



Nous avons une version assez ancienne de Labview (7) mais déployons bientôt la dernière version (12). Elle dispose d'un module d'intégration pour les appareils iOS, en particulier l'iPad qui est très bien pris en charge et peut ainsi servir de contrôleur déporté. Je dois me trouver en permanence à proximité de la manip lorsqu'elle fonctionne, mais je suis curieux de voir ce que pourrait donner l'iPad dans cet environnement.



Je vais également essayer de déporter l'interface de Labview du PC de la manip sur mon Mac, juste pour voir, l'intérêt étant minime.



Il existe également un autre logiciel de traitement graphique, IgorPro, lui parfaitement adapté au Mac et qui dispose de quelques fonctions de pilotage. Je vais regarder ce que je peux en tirer et voir si je gagne à l'utiliser.

avatar lizhi | 
Bon je suis chimiste aussi (mais à l'inverse d'échelle que l'astrochimie...) et j'ai utilisé mac pour ma rédaction de thèse aussi (mais avec MS office, pour profiter la puissance d'Excel). Bien qu'il existe des logiciels de type traitement de texte/statistique pro sur Mac OSX, il faut dire que le mac n'est pas vraiment "research-friendly". A part pour les développeurs qui développent eux même les logiciels de contrôle, les grands fabricants des appareils (comme spectrométrie de masse etc) fournissent uniquement les versions windows. En plus comme disait bien l'article, de nombreux ports série et output/input nécessaire pour le traitement de signaux de l'appareil font qu'un ordinateur de type IBM est plus adapté (en tous cas, les divisions pro de certaines marques comme DELL fournissent ces sorties "industrielles"). Il est certainement possible d'obtenir ces sorties sur un mac pro (seul Mac adapté!), mais avec combien d'adaptateur? Je pense qu'il faut reconnaître la réalité, en tous cas pour le traitement statistique/ traitement de texte, il y a quand même pas mal de mac dans la recherche (plus représenté que dans un bureau normal peut-être); mais l'essentiel de travail scientifique est quand même sur des ordinateurs IBM de type "pro et industriel". Après effectivement avec le développement de "cloud computing" beaucoup de calcul se fait au niveau de serveur (qui est plutôt sous linux en général) et les ordinateurs qu'on touche sont juste des clients légers, donc n'importe le système.
avatar noLLL | 
Mac c'est de la pure daube dans les domaines scientifico-techno de pointe faut bien en avoir conscience les petits fanboys. Pourquoi il dit: " au risque de vous décevoir" ? Rien qu'en lisant le titre j'avais deviné qu'il faisait tourner des os windowsiens (m'etonnerait même pas qu'il y ai quelques postes sous xp), des os compilés maison et des os made in grosses boîtes scientifiques US sous VM.
avatar Ali Baba | 
@DrFatalis : Et il va obtenir l'adresse en interrogeant le marc de café ?
avatar jsalort | 
Quand j'étais en thèse à Grenoble (2011), on faisait toutes les acquisitions avec des PowerMac G4 de récup et un G5 (bi-proc). Le GPIB est très bien supporté sous Mac (soit avec des cartes PCI soit avec l'adaptateur USB). Il y a aussi des adaptateurs USB-Série qui fonctionnent très bien. LabView tourne sans problème sous Mac, de même que les solutions alternatives (python notamment). Il m'arrive fréquemment encore maintenant, en post-doc, de faire des acquisitions rapides avec mon Macbook Pro (GPIB et acquisition d'image avec une caméra Stingray), mais c'est vrai que les machines de l'équipe sont Windows ou Linux essentiellement ici.
avatar Doctomac | 
"Nous utilisons aussi OriginLab (avec Wine sur Mac), tourné vers la représentation graphique, et dont l'interface totalement archaïque et illogique" Oui c'est vrai mais je l'aime bien quand même. Il est relativement puissant, ma foi plus logique qu'un Excel pour faire des graphiques, on peut faire différente analyse statistique (de nombreux tests paramétriques et non paramétriques sont disponibles). J'utilise régulièrement la version 8 malheureusement sur PC. "Il existe également un autre logiciel de traitement graphique, IgorPro, lui parfaitement adapté au Mac Sir Mac j'utilise Igor Pro 6.3. C'est un logiciel très puissant mais il faut prendre un peu de temps pour comprendre sa logique et il n'est pas évident à prendre en main. Sa force est aussi de pouvoir l'utiliser pour des acquisitions de données sous réserve d'écrire des routines adaptées. Par contre le point négatif est que même si Igor Pro est compatible OS X, son interface est assez "vieille" voir dépassée et absolument pas OSX-like. Elle fait sourire en comparaison à l'interface des logiciels Apple ou même à celle de nombreux autres applications modernes de développeurs tiers.
avatar Le_iPodeur | 
@Trollolol Nous faisons ainsi, parce que nous n'avons pas trop le choix, mais comme je le dis, pour d'autres équipes ça marche très bien. @noll C'est pas "de la pure daube" c'est juste que dans l'équipe nous utilisons du Win XP, parce que c'est ce qui est supporté par certains drivers. A Berkeley ils bossent sur Mac et ils publient dans Science et Nature (nous aussi ceci dit). Si c'est pas du "domaine scientifico-techno de pointe" je vois pas trop ce qu'il et faut :D @jsalort Oui il y a des cartes NI pour du GPIB, mais c'est pas pratique, je suis même pas sur que ça marche avec un OS X plus récent que Snow Leopard, et pour les 10 ports // j'ai pas trop le choix. On a aussi une caméra CCD Princeton avec sa carte et elle marche que sur PC @Tous les autres Je serais ravi de prendre vos questions sur twitter si vous avez quelque chose de précis en tête
avatar Doctomac | 
"mais l'essentiel de travail scientifique est quand même sur des ordinateurs IBM de type "pro et industriel". " Je ne pense pas. De nombreux travaux scientifiques se font sur des Mac. En France c'est un peu moins le cas mais dans dans d'autres pays plus généreux en crédit de recherche (c'est utile quand on veut moderniser son appareillage scientifique :)) le Mac est bien représenté. En remarque, de nombreux fournisseurs qui proposaient du matériel connecté en série ont "modernisé" leurs instruments et maintenant tout passe en USB. Je donne mon expérience avec l'utilisation d'amplificateur pour signaux biologiques et de convertisseur analogique-numérique de Molecular Devices dont les plus récents sont maintenant interfacés en USB avec l'ordinateur. Un logiciel d'acquisition est d'ailleurs dispo pour Mac ou on peut utiliser Igor Pro.
avatar DrFatalis | 
@ ali baba: sur nos profils, dans les forums... Sinon www.exobiologie.info Dans l'enseignement scientifique, on commence a voir apparaitre des interfaces légères pouvant être reliées à différents capteurs (Ph, Température, humidité, ddp, CO2, O2..) et fonctionnant avec un... ipad (via une app dédiée).
avatar Johnny B. Good | 
@ nolll "Mac c'est de la pure daube dans les domaines scientifico-techno de pointe faut bien en avoir conscience les petits fanboys. " Pauvre type. Je me fiche du fond de la phrase, mais la petite insulte lancée, bien méprisante comme il faut... Encore un qui mérite des vacances. Avec son pote Trollolol qui nous est revenu bien en forme et qui n'a rien changé à sa façon de faire, ni de comportement.
avatar CF_melo | 
Johnny B. Good t es un sacré petit fanboy. Enervé?
avatar gel_hydroalcoolique | 
N'empêche c'est ce que je constate au boulot : - les devices de consultation sont sous MAC - les devices qui servent à analyser ou produire du contenu sont sous PC ou Linux Le plus risible c'est quand en conférence les MAC Users s'emmêle les pinceaux avec la partition BootCamp exécuté sous Fusion. D'ailleurs le gros avantage des BYOD, c'est "tu veux bosser sous Mac, tu le paies et tu gères les **** d'interopérabilité".
avatar eseldorm (non vérifié) | 
sa a lair tro cool ton truk, moi ossi gemerai utilise un mac o buro!!! lol je ne connai pa les lgociel que tu utilise tu a des partiel ossi? pk tu ne fais pa de mesur en vrai? je trouve ke c plu interesan tu jou a wow? moi je ss palintinium++ je kiff les pandas ds la derniere version. je ss sur twitter ossi, on pe etr ami???!! @trololol, @noll, @CF_melo: lol vs ne comprene rien et rien! trolls!!!
avatar _Tido_ | 
Ouais, donc en gros il utilise Labview parce que c'est visuel, mais vu que c'est pas du tout fait pour l'analyse, il utilise Mathematica, mais vu que c'est pas du tout fait pour de l'affichage il utilise un truc qui fait des graphes. Que des softs payants (ce qui n'est pas un crime), et le tout piloter par des Ipads Il doit passer 95% à faire de l'intégration, et 5% à chercher : la classe la recherche en France
avatar bugman | 
On va encore virer mon message (mais c'est pas grave) : @ eseldorm : En Français, s'il te plait, merci. :/ Can you speak French, please ? Thank you. :/ "Relisez-vous, et pour les utilisateurs de Safari profitez de l'aide du navigateur : activez le menu édition Orthographe Vérifier l'orthographe lors de la frappe." © MacG.
avatar jsalort | 
@Le_iPodeur Les cartes GPIB fonctionnent sans problème sous Mountain Lion ici. Il y a eu une mise à jour l'année dernière (ou celle d'avant, je ne sais plus) pour que NI-VISA et NI-488.2 fonctionnent quand le système a démarré avec le kernel 64 bits. @lizhi Je ne suis pas d'accord que le Mac Pro soit le seul adapté. Beaucoup de périphériques vont désormais vers l'USB ou le LXI. L'adaptateur National Instruments USB->GPIB ne coûte pas plus cher qu'une carte PCI-GPIB. Donc tout dépend de ce que tu fais. National Instruments a pas mal de drivers pour Mac.
avatar BenUp | 
Bel article ça fait plaisir ! Merci MacG
avatar Bruno de Malaisie | 
@eseldorm Toi par contre, c'est d'un correcteur orthographique dont tu as besoin;)
avatar boulifb | 
Wouaaaaah....
avatar Tom.P | 
Sympa l'article ! Bravo à lui en tout cas:)
avatar IAmSchrodinger | 
Mon prof de TP à la fac !!
avatar pokpok33 | 
Respect +++
avatar Trollolol | 
Donc en gros il a du apple mais à part pour du divertissement ça lui sert pas à grand chose dans le monde pro.
avatar DrFatalis | 
Si M. Fournier pouvait aller jeter un oeil sur mon site sur Titan et me donner son avis et/ou conseils, j'en serais heureux...
avatar Kanti99 | 
C exactement ce que j'allais dire. Moi j'ai fini ma thèse l'an passé et j'ai tout fait sur du Apple (MacBook et iPad) : rédaction, traitement de données, présentation, soutenance, et même publication de ma thèse avec iBooks Author...
avatar béber1 | 
Trollolol cadeau : http://www.mac-tv.de/forum/showthread.php?t=7176 http://gigaom.com/2010/01/07/large-hadron-collider-powered-by-apple/

Pages

CONNEXION UTILISATEUR