Les analystes réservés

Christophe Laporte |
Les analystes attendent de pied ferme les résultats trimestriels d'Apple qui seront annoncés le 19 avril. American Technology Research est prudent pour le trimestre clos fin mars ainsi que le trimestre en cours. D'après l'analyste Shaw Wu, Apple a d'importants stocks de Mac PowerPC et d'iPod nano. La Pomme va devoir s'attaquer à ce problème afin de pouvoir lancer sur le marché de nouveaux produits, indique-t-il en substance. D'autre part, trois analystes ont revu leur objectif de cours pour Apple à la baisse. Equity Research passe de 83 $ à 68 $, Lehman Brothers de 73 $ à 80 $ et UBS de 100 $ à 95 $. Actuellement, l'action recule d'environ 1 % à 61,69 $.

Tags
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Quel est le troisième analyste qui revoit à la baisse l'action Apple ?
avatar Anonyme (non vérifié) | 
faut va tout voir en oir ca veut dire que l'on auras des refurb croustillant a l'avenir
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Les chiffres sont aux analystes ce qu'un réverbère est à un ivrogne: ils fournissent plus un appui qu'un éclairage
avatar Anonyme (non vérifié) | 
et si on débarquait plutôt tous les actionnaires incapables ? ça nous ferait des vacances et un système économique épuré de la chienlit. L'Islande est en train actuellement de boire la tasse à cause du retrait massif des placements boursiers sur ses valeurs à la faveur du Japon. Un actionnaire a autant de sens du long terme qu'un manchot a le sens du toucher. Apple n'a rien à foutre de tous ces cons...et c'est tant mieux...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Ce qui fais réflechir c'est qu'apple n'a versé aucun dividende de puis 95... Sinon il y a Google qui veut se lancer sur le marcher de la musique en ligne.... De mauvaise augure.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
pour lehman, c'est une baisse de -7$ ?
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Sont-ce les mêmes spécialistes qui prévoyaient le mois dernier 10 millions d'ordinateurs Apple vendus en 2006 ? Ils sentent un peu trop l'urine ces mecs. Et dire qu'ils sont payés (grassement).
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Les dirigeants ? Ils empochent la tune :)
avatar Anonyme (non vérifié) | 
à pas heureux: que reproche tu exactement aux dirigeants d'Apple ? D'avoir réusssi à vendre prés de 5 millions de macs l'année dernière et prés de 25 millions d'ipod ?, d'avoir atteint le milliard de chansons vendues sur l'itms, de s'être raproché de disny par le biais de Steve Job, d'avoir vendu prés de 15 millions de vidéos en quelques semaines, d'avoir doublé la PDM américaine en deux ans, d'avoir augmenté de 50% la PDM mondiale dans le même temps, d'être en avance sur Vista, de faire progreeser le CA de 65% en un an ? Non, franchement, je voudrais savoir ce qui semble justifier à tes yeux le yoyo en effet irrationnel de l'action Apple. Moi, j'ai une réponse, c'est un mot tout simple: SPECULATION... Et ça veut tout dire, c'est à dire pas grand chose sur le fond, mais tellement d'impact malheureusement sur l'économie réelle...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
shemue: à part la spéculation comment tu peux rémunérer ton argent quand tu le place chez apple vu qu'il ne distribue pas de dividendes?? L'action d'apple sera toujours très volatile tant qu'il n'y aura pas de dividendes donc de rémunération des capitaux. De plus Apple est une action high tech et c'est un marché qui bouge très rapidement de par sa nature, en partie, immatériel (les logiciels,...). Enfin l'action Apple a eu une progression fulgurante ces dernières années, et n'a jamais pris le temps de se consolider. Est ce qu'il faut y voir un désavoeux ou simplement que certains se rendent compte qu'une telle valorisation boursière n'est peut être pas très logique? (Apple a dépassé la capitalisation boursière de Dell, faut redescendre sur terre, l'ipod ne peut pas tout faire). Pour ces raisons je ne vois rien d'inquiétant à la chute d'AAPL, juste un engouement peut être trop important de la part des investisseurs. Ciao ciao
avatar Anonyme (non vérifié) | 
des dividendes pour les actionnaires ? on voit ce que cela donne...le vrai patron n'est plus de facto celui qui siège mais tous ceux qui réclament des taux de rendement déconectés du réel... Cela serait donc pire, et l'est souvent dans la plupart des cas. C'est le retour sur dividendes exagéré qui créé de façon systémique à l'échelle mondiale une pression continue sur le coût du travail (on en voit l'effet désastreux sur la croissance et l'emploi, par le biais de la perte de pouvoir d'achat des consommateurs/travailleurs), avec l'obligation de publication des résultats tous les trimestres, les entraprises liées aux dividendes ne pensent plus qu'à la rentabilité à court terme.la frilosité de ce genre de porteurs d'action n'est plus à démontrer. Ils ont beau ne pas plus y connaître que toi et moi en technologies de pointe (souvent moins dailleurs), c'est pourtant eux qui décident in fine si l'on doit garder un patron qui propose un investissement nouveau qui pourrait créer un trop gros risque (voir le cas de l'ancien PDG d'HP). Les dividendes, c'est la fin de l'autonomie d'Apple...Steve Jobs a donc là encore raison... Quant au fait qu'il n'y ait pas de dividendes par action, cela ne justifie en rien un mouvement de l'action purement spéculatif...l'action est une forme de confiance que l'on accorde à une entreprise avant tout, ce n'était même pas au début le moyen de s'enrichir mais au contraire celui d'enrichir l'entreprise... Quand on voit total refourguer 7 milliards à ses actionnaires, on se dit que le système s'est inversé...

CONNEXION UTILISATEUR