Fermer le menu
 

hp

Toute l'actualité sur hp

HP annonce sa division en deux groupes

| 06/10/2014 | 13:56 |  

HP va bien se séparer en deux entités, le groupe l'a confirmé au travers d'un communiqué de presse. Les deux entreprises, cotées en bourse, s'appelleront Hewlett-Packard Enterprise et HP Inc.

La première se chargera du conseil auprès des entreprises, le logiciel, les services et le financement pour cette catégorie de clientèle, sur le modèle d'IBM. La seconde va récupérer toute l'activité PC, imprimantes (dont les nouveaux matériels pour l'impression 3D), les quelques tablettes et phablettes Android au catalogue. Un secteur du PC où la marque a laissé la première place sur le podium mondial à Lenovo et où elle s'est émancipé de Microsoft en sortant des Chromebooks.

Meg Whitman, PDG de HP depuis septembre 2011

Meg Whitman sera présidente de Hewlett-Packard Enterprise ainsi que sa directrice générale. Elle garde également un siège au conseil d'administration. Elle sera dans le même temps présidente, mais sans fonctions exécutives, du conseil d'administration de l'autre entité, HP Inc. La présidente exécutive de ce conseil sera Pat Russo et le directeur exécutif en est Dion Weisler.

Dion Weisler, jusque là responsable de la division PC et imprimantes

Meg Whitman inscrit cette annonce dans une nouvelle étape du plan de rétablissement de HP où il s'agit de diviser pour mieux gérer et accélérer. Chacun des deux groupes devrait avoir ainsi les coudées plus franches pour avancer. Ce découplage devrait être achevé d'ici la fin de l'année.

L'an dernier, Meg Whitman a reconnu que le groupe avait péché par excès de lenteur lorsqu’il avait fallu embrasser de nouvelles technologies et répondre aux évolutions des besoins des clients. Elle avait donné rendez-vous en 2016 pour qu’HP redevienne une entreprise leader (lire aussi HP « les règles du jeu Wintel ne s'appliquent plus »).

> Accéder aux commentaires

HP va t-il se couper en deux ?

| 06/10/2014 | 00:00 |  

HP aurait l'intention de se couper en deux : d'un côté les activités imprimantes et PC, de l'autre les services aux entreprises et le matériel professionnel. Ce fractionnement du constructeur informatique en deux entités pourrait, d'après le Wall Street Journal, être annoncé dès ce lundi. L'idée de deux entreprises au lieu d'une n'est pas neuve dans les couloirs de HP : les analystes et les investisseurs sont nombreux à penser qu'il serait plus facile à plusieurs sociétés de se concentrer sur leurs cœurs de métier respectifs, plutôt qu'un imposant mastodonte difficile à manœuvrer.

Dès 2011, HP envisageait déjà un fractionnement, après l'acquisition de l'éditeur anglais Autonomy Corp : à l'époque, les dirigeants du groupe réfléchissaient à la séparation des opérations PC pour se transformer en société de services à la manière d'IBM. Sous la pression des actionnaires, l'entreprise a abandonné cette idée. Le temps a fait son œuvre depuis et cette possibilité du split des différentes activités du groupe a fait son chemin. Ce d'autant qu'IBM s'est allié à Apple pour investir le secteur de la mobilité en entreprises : la rumeur court depuis que HP cherche à s'allier à Google.

Meg Whitman, CEO et présidente de HP (pour le moment).

Dans la nouvelle configuration, Meg Whitman l'actuelle patronne de HP resterait CEO de la division « entreprise », et présidente de la branche impression et PC. Dion Weisler, directeur des opérations pour les imprimantes et les ordinateurs, deviendrait CEO de cette branche tandis que Patricia Russo aurait la mission de présider l'entité en charge des services aux entreprises.

Même dans un monde qui tend de plus en plus vers le « zéro papier », les bonnes vieilles imprimantes, ainsi que les PC soyons juste, ont tout de même représenté la moitié des revenus de HP durant son année fiscale 2013, soit 55,9 milliards de dollars. Les activités liées au monde de l'entreprise ont flanché de 7,1%, contre 6,7% pour l'ensemble du groupe. C'est aussi l'an dernier que HP a laissé à Lenovo son trophée de premier constructeur de PC au monde. Le groupe est depuis quelques années en phase de restructuration de grande envergure (lire : HP continue de dégraisser le mammouth).

> Accéder aux commentaires

Stream 14 : le premier portable HP sous Windows 8 à 199$

| 19/08/2014 | 00:00 |  

Si Microsoft se bat sur le haut de gamme portable avec la Surface Pro 3, présentée dans une série de publicités comme la meilleure alternative au MacBook Air, l'éditeur doit également batailler sur le front de l'entrée de gamme, cette fois contre les Chromebooks. Ces remplaçants des netbooks sous Chrome OS commencent à se tailler une part de marché telle qu'elle inquiète Redmond. Kevin Turner de Microsoft avait d'ailleurs sonné la révolte il y a quelques semaines, en déclarant vouloir « être présent dans l'entrée de gamme. Nous avons une offre très intéressante à opposer aux Chromebooks, nous n'avons aucune intention de laisser ce marché à quiconque ».

C'est pourquoi l'éditeur a noué des partenariats avec plusieurs constructeurs afin de proposer des ordinateurs portables sous Windows 8 destinés aux budgets les plus serrés. Parmi les machines attendues, un modèle de HP était promis rapidement : le Stream 14 a fait son apparition et comme prévu, il s'agit d'un ordinateur très abordable. À 199$, il pourrait intéresser les utilisateurs ayant besoin d'un Windows 8 d'appoint même si évidemment, il ne faudra pas lui demander la lune.

L'ordinateur en question (qui ressemble beaucoup au Chromebook 14 du même constructeur…) embarque un écran de 14 pouces (1 366 x 768), un processeur AMD quad-core Micro-6400T, 2 Go de RAM, de 32 à 64 Go de stockage, un slot pour carte SD, une webcam 720p, ainsi qu'une batterie d'une capacité de 2 960 mAh. En bonus, l'engin comporte le « son » Beats Audio et quatre haut-parleurs. La rumeur annonce que Redmond devrait offrir 100 Go de stockage OneDrive pour deux ans (le même volume offert par Google pour l'achat d'un Chromebook). Ni Microsoft ni HP n'ont encore officialisé la date de sortie de la machine.

Plusieurs modèles supplémentaires vont venir muscler la gamme Stream. Acer et Toshiba préparent chacun une offre à bas coût, pour un prix de 249$ (lire : Microsoft va se battre sur le bas de gamme). En fin d'année, HP devrait même lancer un Stream de 7 ou 8 pouces à moins de 100$.

> Accéder aux commentaires

Google + HP pour contrer Apple + IBM ?

| 13/08/2014 | 20:30 |  

Google s'intéresse au monde de l'entreprise. Ça n'est pas vraiment un scoop, puisque le moteur de recherche a mis au point une offre pro composée, entre autres, d'applications et de services adaptés aux besoins des PME, mais Google n'a pas encore réellement montré de réelle appétence pour le big business et pour cause : son modèle d'affaires le pousse à s'adresser d'abord au grand public. Il s'agit cependant de ne pas complètement abandonner cet important secteur économique. Il y a environ un an, écrit The Information, Google et HP ont commencé à discuter sur l'adaptation de Google Now aux entreprises.

Imaginée par l'équipe en charge d'Android, l'idée est de permettre à l'assistant virtuel de Google de piocher dans les bases de données de l'entreprise afin de renseigner l'utilisateur sur les données financières de sa société, son inventaire, et d'autres informations encore, de la même manière qu'il se sert de Google Now pour obtenir la météo ou le trafic routier. Actuellement, le module de recherche du service de Google ne comprend aucune intégration avec les serveurs des entreprises.

Si les discussions avec HP sont en cours depuis une année, Google n'a pas semblé montrer un intérêt très prononcé jusqu'à présent. Mais peut-être que le partenariat signé entre Apple et IBM redonnera le goût au moteur de recherche de se lancer plus franchement à l'assaut des entreprises ? Google, qui voit ses solutions mobiles trainer de la patte derrière iOS, va sans doute vouloir répliquer à Apple. À l'instar du créateur de l'iPhone, une alliance avec un vieux routier de l'informatique comme HP pourrait être une solution.

Meg Whitman, CEO et présidente de HP.

HP cherche de son côté un partenaire de poids pour asseoir sa position dans le secteur de l'entreprise, où le constructeur fait face à de solides concurrents : Apple bien sûr qui bénéficie désormais de l'appui et de l'expertise d'IBM, mais aussi Microsoft, Samsung, BlackBerry… Tous ont des vues sur ce marché aux marges plus confortables que les produits grand public. À un moment, HP voulait même mettre au point un smartphone de la gamme Nexus à destination des entreprises, équipé de technologies de chiffrement des informations. An...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

HP : un PC Beats et un portable Android

| 02/06/2014 | 07:55 |  

HP n'a pas mis de temps pour confirmer sa ferme intention de continuer à tirer partie de sa licence Beats. Malgré l'achat du constructeur de casques par Apple, le fabricant de PC compte bien profiter de cette image de marque qui, apposée sur plusieurs ordinateurs, représente tout de même entre 15 à 20% de ses ventes de PC (lire : HP va continuer à commercialiser des PC Beats).

À l'occasion du dévoilement de ses PC de la rentrée, HP a donc annoncé un nouveau tout-en-un, l'Envy All-in-One Beats, qui embarque un écran 23 pouces, un processeur Core i3 à i7, jusqu'à 16 Go de RAM et 1 To de stockage (le prix débute à 999$). Le pied de l'écran permet de l'incliner sur un angle de 60°. Mais HP met surtout l'accent sur la marque Beats et l'audio, avec quatre haut-parleurs et autant de caissons de basse, Beats oblige. L'engin devrait ressembler au modèle ci-dessus (ce n'est pas très clair encore).

L'autre nouveauté annoncée par HP est le SlateBook 14 qui fonctionne sous Android 4.4. Cet ordinateur portable, équipé d'un écran tactile 1080p, fonctionne sous Tegra 4 et promet une autonomie de 9 heures. Et ses haut-parleurs sont griffés Beats… Il sera disponible à partir du 6 août, au prix de 399$. Les tentatives précédentes visant à transformer Android en système d'exploitation de bureau ont toutes échoué, mais HP conserve l'espoir d'y arriver.

> Accéder aux commentaires

HP va continuer à commercialiser des PC Beats

| 29/05/2014 | 07:08 |  

Il est encore question de musique entre HP et Apple. En 2004, le premier lançait aux États-Unis une gamme d'iPod sous sa bannière, accrochant ainsi un produit « cool » à un catalogue manquant de fantaisie. Apple y gagnait l'installation d'iTunes sur certaines familles de PC du constructeur et surtout, un début d'expertise en matière de distribution. Le contrat n'a duré qu'une grosse année avant qu'Apple ne reprenne en main, et gère seule, la destinée de son baladeur avec le succès que l'on sait.

L'acquisition de Beats va remettre au goût du jour le rapprochement musical des deux entreprises, mais par la bande. HP produit en effet, depuis plusieurs trimestres, une gamme d'ordinateurs intégrant le branding Beats ainsi que sa technologie audio. L'affaire est d'importance pour le constructeur américain, puisque les appareils Beats représentent entre 15 et 20% des ordinateurs vendus par HP.

Malgré l'achat du constructeur de casques par Apple, il n'est pas question de dénoncer l'accord : HP va donc continuer à commercialiser des PC griffés Beats Audio jusqu'à la fin 2015, tandis qu'il pourra lancer de nouveaux modèles d'ordinateurs intégrant le logo et la technologie Beats tout au long de cette année. HP ne va d'ailleurs pas se priver de multiplier de manière « agressive » les modèles Beats.

L'image de marque de Beats est une composante stratégique et un élément différenciateur fort pour HP, qui comme on sait, ne se porte pas particulièrement bien. La nouvelle de l'acquisition de l'entreprise de Jimmy Iovine par Apple a certainement dû provoquer quelques réunions de crise chez HP, qui bénéficie néanmoins d'une année et demi de grâce, Apple ne souhaitant visiblement pas rentrer en conflit ouvert.

> Accéder aux commentaires

HP continue de dégraisser le mammouth

| 23/05/2014 | 19:00 |  

Quand donc le calvaire de HP va t-il prendre fin ? Ce n'est pas encore programmé pour cette année, ni pour 2015. Le constructeur américain de PC a annoncé une charrette supplémentaire de 16 000 départs, qui s'ajoutent aux 34 000 licenciements déjà actés. 7 000 emplois seront supprimés avant la fin de l'année fiscale 2014, le reste durant l'année prochaine. En tout et pour tout, HP va donc se séparer de 50 000 employés, soit pratiquement le double de ce qui avait été initialement prévu en mai 2012 où Meg Whitman, la PDG de l'entreprise, avait annoncé 27 000 départs.

Cette fois, c'est promis-juré, « je n'anticipe aucun autre programme de restructuration après celui-ci », a affirmé Whitman… comme à chaque fois que le plan social rajoute de nouveaux licenciements. Ce plan doit permettre l'économie d'un milliard de dollars supplémentaires par an jusqu'en 2016, en plus des 4 milliards déjà attendus.

Le dernier iMac présenté par HP.

HP est-il au bord du gouffre pour opérer une telle saignée ? « [Ces départs] n'ont rien à voir avec la confiance dans notre activité », a expliqué Whitman. « Il s'agit d'opportunités pour améliorer notre entreprise. J'ai déjà fait un certain nombre de redressements — pas de cette ampleur — mais plus vous creusez, plus vous voyez d'opportunités », a t-elle complété devant des analystes. Pour le moment, ces coupes claires dans les effectifs ont eu un mérite : stabiliser les revenus de l'entreprise, qui affichent une légère amélioration depuis trois trimestres après plusieurs déclins trimestriels compris entre 6 et 9%. Au premier trimestre calendaire, HP a généré des revenus de 27,3 milliards de dollars (+1% par rapport à 2013), pour des profits en hausse de 18% à 1,3 milliard.

Difficile de penser cependant que cette tendance n'est pas due à autre chose qu'à la cure d'amaigrissement forcée de la société, et pas aux « opportunités » martelées par la présidente du groupe. Cela fait longtemps que HP ne joue plus aucun rôle d'innovateur, se contentant de suivre le marché plutôt que de l'anticiper (lire la dernière tablette sans éclat annoncée hier).

> Accéder aux commentaires

HP prépare un portable PC sur Android

| 28/04/2014 | 14:42 |  

HP continue de labourer doucement le terrain des PC Android, avec une sorte d'Ultrabook équipé de l'OS mobile de Google. Le Slatebook 14 a été déniché sur le site du fabricant par Notebook Italia. Seule une vidéo est présente, l'appareil n'ayant pas été encore annoncé.

Il s'agit d'un portable de 14", apparemment assez fin et coloré, fonctionnant avec Android sur un processeur Nvidia Tegra 4 à quatre coeurs. Des enceintes Beats Audio sont intégrées, ainsi que ce qui ressemble à un logement pour carte SIM, avec aussi trois sorties USB et un HDMI. L'écran est tactile et d'une définition de 1080p. Google a certainement donné son feu vert à cette machine puisque la vidéo insiste sur l'accès au Google Play. Aucun prix n'est encore indiqué.

Cet appareil est une déclinaison du Slatebook X2 qui est avant tout une tablette Android que l'on peut clipser sur un clavier. Ici on est davantage dans le registre d'un Chromeboook. La gamme d'HP devient d'ailleurs assez fournie (compliquée ?), entre les PC Windows, les Chromebooks, les hybrides Android ou Windows et maintenant ce portable Android.

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Des imprimantes 3D chez HP en juin

| 20/03/2014 | 18:30 |  

Le salut de HP passera t-il par les imprimantes 3D ? Les diverses tentatives du géant de l'industrie informatique pour diversifier son catalogue, en dehors des sempiternels PC et imprimantes traditionnelles, n'ont pas porté leurs fruits : durant l'année fiscale 2013 (qui s'est achevée le 31 octobre dernier pour HP), l'entreprise affichait des revenus en baisse de 7% par-rapport à 2012. Plusieurs tablettes ont été lancées, sans non plus qu'elles rencontrent un grand succès.

Alors pourquoi ne pas se lancer dans l'activité de l'impression 3D ! Les périphériques actuellement disponibles sur le marché sont encore assez onéreux, bien qu'on puisse trouver une Buccaneer à environ 350 euros (qui ne sera pas livrée avant juin). Il y a là une opportunité à saisir pour HP, pense Meg Whitman; la CEO de l'entreprise a ainsi annoncé durant la réunion annuelle des actionnaires du constructeur qu'une « grosse annonce technologique » dans le domaine de l'impression 3D aura lieu en juin.

La Buccaneer, une imprimante 3D financée sur Kickstarter.

Le labo R&D de HP développe une technologie permettant de contourner les limites liées à la qualité des matériaux utilisés lors du processus d'impression. Les objets imprimés devraient se montrer bien plus solides que ceux créés par les concurrents. Il faudra donc s'attendre au lancement d'une imprimante 3D griffée HP et destinée au grand public. Le constructeur a clairement une carte à jouer, de par son poids sur le marché et ses capacités de production qui dépassent celles de l'ensemble des acteurs du secteur - et qui lui permettront peut-être de proposer un périphérique bon marché. Ce marché des imprimantes 3D pourrait peser 11 milliards de dollars à l'horizon 2021.

> Accéder aux commentaires

iFixit met 10/10 au Z820, le « Mac Pro de HP »

| 27/02/2014 | 14:18 |  

Avec le Z1, une station de travail tout-en-un, HP avait décroché le premier score parfait de réparabilité jamais décerné par iFixit. Avec la nouvelle génération de sa station de travail très haut de gamme, HP récidive : le Z820, qui rappelle par certains aspects l’ancien Mac Pro, obtient un 10/10.

Image (cc) iFixit.
Image (cc) iFixit.

Avec le nouveau Mac Pro, Apple a sacrifié l’évolutivité interne au profit de l’extension externe. Le Z820 reprend plutôt la conception de l’ancien Mac Pro : son intérieur est tiré au cordeau et la plupart de ses composants sont amovibles sans outils. Cela devient de plus en plus courant, mais HP a prolongé la réflexion bien au-delà.

Image (cc) iFixit.
Image (cc) iFixit.

L’intégralité des composants peut être démonté facilement, y compris l’alimentation, les ventilateurs et caloducs et même les processeurs. Comme elle l’avait fait pour le Z1, HP fournit des manuels de démontage et de remplacement et même des vidéos d’assistance. Qu’une pièce tombe en panne et elle peut être commandée et remplacée, un point qui a son importance en entreprise.

Image (cc) iFixit.
Image (cc) iFixit.

Revers de la médaille, le Z820 est bien plus encombrant et pèse cinq fois plus lourd que le nouveau Mac Pro. Il montre cependant à quel point les choix d’Apple sont radicaux, mais aussi dans quelle direction la firme de Cupertino aurait pu aller si elle avait voulu pousser la logique de la « tour PC » à son paroxysme.

Image (cc) iFixit.
Image (cc) iFixit.

Le Z820 est proposé à partir de 2 850 € avec un processeur Intel Xeon hexacœur à 2 GHz, 16 Go de RAM, 1 To de stockage sur disque dur, neuf ports USB, huit emplacements PCIe et sans carte graphique. Sur le strict plan tarifaire, le Mac Pro est donc extrêmement compétitif.

> Accéder aux commentaires

Pages