Fermer le menu
 

Rétro MacG : la Mac OS X Public Beta

Anthony Nelzin-... | | 16:30 |  40

Le programme de bêta publique d’OS X Yosemite qui s’ouvre aujourd’hui est inédit par son ampleur. Jamais Apple n’avait confié une version de développement de son système à plusieurs centaines de milliers d’utilisateurs lambda. Ce n’est cependant pas la première fois qu’elle soumet ses travaux au public : le 13 septembre 2000, la firme de Cupertino présentait la Mac OS X Public Beta.

Mac OS X Public Beta. Remarquez le numéro de *build*, qui correspond à la version commercialisée aux États-Unis. Partout ailleurs, Apple a distribué la *build* 2E14. Image MacGeneration.
Mac OS X Public Beta. Remarquez le numéro de build, qui correspond à la version commercialisées aux États-Unis. Partout ailleurs, Apple a distribué la build 2E14. Image MacGeneration.

Le futur du Macintosh

Lorsque Steve Jobs monte sur la scène parisienne de l’Apple Expo 2000, il y a comme de l’électricité dans l’air. Le public sait que les développeurs ont reçu les premières pré-versions de Mac OS X, dont une DP3 qui inaugure l’interface Aqua présentée lors de la Macworld de San Francisco au début de l’année. L’annonce d’une bêta publique n’en demeure pas moins une surprise — cerise sur le gâteau, elle est traduite en français ! Il suffit de faire la queue pendant une petite heure et de débourser 249 francs pour repartir avec une jolie enveloppe frappée d’un grand X bleu, CD d’installation à droite, manuel à gauche.

Internet Explorer était à l'époque le navigateur par défaut des Mac. Rares sont les sites qu'il est aujourd'hui encore capable d'afficher. Image MacGeneration.
Internet Explorer était à l'époque le navigateur par défaut des Mac. Rares sont les sites qu'il est aujourd'hui encore capable d'afficher. Image MacGeneration.

Steve Jobs aurait voulu finaliser Rhapsody, fruit de la greffe de l’interface de Mac OS au-dessus du moteur de NeXTSTEP, à la fin 1998. Au moment où il arrive sur le marché avec un an de retard sous la forme d’un Mac OS X Server 1.0, Apple sait déjà qu’elle va devoir l’abandonner : Adobe refuse d’y porter ses incontournables logiciels. Les transfuges de NeXT, emmenés par Scott Forstall, se résolvent à mettre au point Carbon, un jeu d’API permettant de faire fonctionner les applications « classiques » sur le nouvel OS (lire : Il y a 10 ans, la naissance agitée de Mac OS X). Le résultat, véritable fusion de Mac OS et de NeXSTEP, est complété par une toute nouvelle interface — la Mac OS X Public Beta offre la première occasion de tester ce qui doit être « le futur du Macintosh ».

Mac OS X Public Beta a étrenné le système de mises à jour en ligne, depuis intégré au Mac App Store. Remarquez la pomme centrée au milieu de la barre de menus. Image MacGeneration.
Mac OS X Public Beta a étrenné le système de mises à jour en ligne, depuis intégré au Mac App Store. Remarquez la pomme centrée au milieu de la barre de menus. Image MacGeneration.

L’interface Aqua est sans doute la nouveauté la plus visible de Mac OS X Public Beta, mais deux autres nouveautés sont bien plus importantes : le multitâche préeemptif (qui limite le temps d’exécution d’une tâche et ordonne les tâches par priorité) et la protection de la mémoire (qui empêche l’instabilité d’une application de provoquer des instabilités dans d’autres applications). La première version publique de Mac OS X en aurait été une meilleure démonstration si le message apparaissant au plantage d’une app — c’est-à-dire toutes les cinq minutes — n’était pas modal : le plantage ne bloque techniquement pas le système, mais c’est du pareil au même du point de vue de l’utilisateur.

Les icônes des apps et la calculatrice sont quelques-uns des éléments qui ont transversé la décennie sans bouger ou presque. OS X Yosemite va pour la première fois les revoir de A à Z.
Les icônes des apps et la calculatrice sont quelques-uns des éléments qui ont transversé la décennie sans bouger ou presque. OS X Yosemite va pour la première fois les revoir de A à Z.

Il fallait redémarrer pour appliquer la plupart des changements de préférences, ce qui donnait l’occasion de repasser sous OS 9 pour imprimer ou exécuter des applets Java. Le framework Carbon était encore largement incomplet, et les applications Classic ne pouvaient pas communiquer avec le réseau. Cocoa était au contraire largement fonctionnel, ce que d’aucuns ont vu comme une provocation gratuite des équipes issues de NeXT. Ce serait oublier que la plupart des applications fournies, à commencer par TextEdit ou le Carnet d’adresses, étaient directement issues de NeXTSTEP.

Un OS X si différent, mais si familier

Le Dock vient lui aussi de NeXTSTEP : vous aurez peut-être remarqué que les icônes qu’il contient n’ont pas beaucoup évolué en quatorze ans. Même s’il abandonne tous les codes d’Aqua, OS X Yosemite ressemblera beaucoup à Mac OS X Public Beta — peut-être même plus qu’OS X Mavericks. Certes, les boutons carrés issus de NeXTSTEP ont disparu, comme les rayures et le métal brossé, ou certains éléments d’interface comme les tiroirs. Mais déjà à l’époque, la transparence et les ombres devaient donner une impression de profondeur, tout en démontrant les capacités du moteur Quartz et des cartes graphiques des Mac.

Remarquez la transparence des listes et de la barre de titre du Finder. Image MacGeneration.
Remarquez la transparence des listes et de la barre de titre du Finder. Image MacGeneration.

Là où d’autres ont fait le choix de ruptures franches et fréquentes, Apple a fait évoluer son système par petites touches, en s’attachant à une certaine continuité. Le mini-lecteur d’iTunes 12 pourrait être confondu avec le Music Player, et Spotlight n’a jamais autant ressemblé à Sherlock qu’avec Yosemite. Même la méthode de la bêta publique n’a pas changé : il s’agit, comme en 2000, de confronter le public à une nouvelle interface et si besoin d’en arrondir les angles avant la version finale.

Sherlock était capable de chercher en local comme sur le web. Le Spotlight de Yosemite sera enfin capable de faire de même. Image MacGeneration.
Sherlock était capable de chercher en local comme sur le web. Le Spotlight de Yosemite sera enfin capable de faire de même. Image MacGeneration.

L’exemple le plus emblématique est sans doute celui de la pomme centrée sur la barre de menus : Steve Jobs ne jurait alors que par la symétrie des interfaces, et préférait « caler » la barre de menus sur le nom de l’application au premier plan. Sauf que les utilisateurs, eux, ne comprenaient pas l’utilité de cet élément purement décoratif qui disparaissait dès que les menus d’une application étaient trop longs. Le logo Apple a rapidement retrouvé sa place à gauche de la barre de menus et sa fonction de menu « spécial ». Échaudée par la controverse autour d’iOS 7, la firme de Cupertino se tourne une nouvelle fois vers ses utilisateurs, et il ne serait pas étonnant que certains détails de l’interface d’OS X Yosemite soient modifiés d’ici à la fin de l’été.

Un extrait du manuel d'installation. Image MacGeneration.
Un extrait du manuel d'installation. Image MacGeneration.

La Mac OS X Public Beta avait expiré le 15 mai 2001, huit mois après sa présentation, et quelques semaines après celle de Mac OS X 10.0. Une première version finale de Mac OS X que les utilisateurs de la bêta pouvaient acheter avec 249 francs de remise, les mêmes 249 francs qu’ils avaient laissé à la caisse du parc des expositions de la porte de Versailles.

Catégories: 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


40 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar Heka 24/07/2014 - 16:38 (edité)

Woaaaaa, nostalgie, ca me rappelle tellement de bons souvenirs.

avatar azer0147 24/07/2014 - 16:39 via iGeneration pour iPad

Au sujet d'Internet Explorer, il y a un petit oubli, il manque deux virgules : "Rares sont les sites qu'il est, aujourd'hui encore, capable d'afficher" ;)

avatar benm74 24/07/2014 - 16:42 via iGeneration pour iOS

Elle arrive quand celle de Yosemite ?



avatar Dimitri64500 24/07/2014 - 17:24 via iGeneration pour iOS

@benm74 :
19h normalement

avatar benm74 24/07/2014 - 17:57 via iGeneration pour iOS

@Dimitri64500 :
Dac merci ;)

avatar Anthanagor 24/07/2014 - 17:53 via iGeneration pour iOS

@benm74 :
En théorie vers 18h, alors qu'il sera 10h au siège :)

avatar benm74 24/07/2014 - 17:59 via iGeneration pour iOS

@Anthanagor :
Merci aussi ;) mais si l'on suit ta logique il me semble que cupertino a 9h de retard et pas 8 comme tu le dis ;) donc ce serait plutôt 19h non ?

avatar nono68200 24/07/2014 - 18:03

Oui, les DP sortent à 19h d'habitude, donc je ne pense pas que ça changera pour la beta...
Puis, les keynotes ont toujours lieu à 19:00, 9:00 heure de là bas, donc pour qu'elle soit disponible à 10h, ça serait plutôt 20h que 18h...

avatar Anthanagor 24/07/2014 - 18:18 via iGeneration pour iOS

@benm74 :
Oui plutôt, il faut se référer aux heures des keynotes, mais autant pour moi :)

avatar nono68200 24/07/2014 - 16:44

Je suis carrément surpris de savoir qu'IE était sur Mac... Je suis nouvel utilisateur de Mac (depuis une bonne année seulement). Quelle était la raison ? Il n'existait que ce navigateur ? Ou c'était le meilleur à cette époque ?

avatar fvoron 24/07/2014 - 16:49

Il n'y en avait pas beaucoup à l'époque, IE était celui fourni par défaut par Apple. Il y avait aussi Netscape si je me souviens bien. Safari est apparu plus tard sur 10.2.

Ça me rappelle aussi que la première (ou seconde, je ne suis plus sûr) génération d'iMac était fournie avec deux CD systèmes, OS 9 et OS X, pour ceux qui étaient pas prêts à switcher complètement.

avatar Anthony Nelzin-... macG 24/07/2014 - 17:03

@nono68200 : c'était une clause de l'accord entre Apple et Microsoft de 1997. Contre l'engagement de Microsoft à investir dans Apple et maintenir le développement d'Office pour Mac, Apple devait entre autres choses inclure Internet Explorer dans son système (Mac OS 8 et 9 d'abord, OS X ensuite), à une époque où Microsoft voulait faire la peau à Netscape. Ce n'était pas le seul navigateur : au début d'OS X par exemple, le seul navigateur natif était OmniWeb — il existait déjà sur NeXTSTEP, et IE était porté depuis sa version Carbon. Safari n'est arrivé qu'avec Mac OS X 10.3.

avatar Moonwalker 24/07/2014 - 17:37

Safari est arrivé sur 10.2 en janvier 2003. A partir de Mac OS X 10.3, il est le navigateur par défaut inclus avec le système (versions 1.1 à 1.3.2).

avatar Anthony Nelzin-... macG 24/07/2014 - 17:48

@Moonwalker : exact. Ce n'est pourtant pas faute de l'avoir utilisé sous 10.2…

avatar oomu 24/07/2014 - 17:08

Os X démarrait avec peu de logiciels natif et Microsoft était en train de dominer le web et ses standards via son pouvoir de nuis.. heu son contrôle de Windows.

Issu de NeXTstep il y avait déjà Omniweb, mais il ne pouvait pas gérer les populaires tags à la microsoft.

Curieusement, IE Mac gérait mieux CSS (et le css standard) que IE Windows, cela grâce à un nouveau moteur html.

Face à IE il y avait le vieillissant Netscape et surtout le projet Mozilla pour mac. Il ne s'agissait pas de Firefox mais de Mozilla "seamonkey", la suite web toute entière.

Encore une fois le gros soucis de Mozilla c'était de devoir lutter contre Microsoft qui tentait de dériver HTML (et le web, avec activex, son jscript non-standard etc) et donc l'obligation d'essayer d'être compatible avec sans documentation, planification (microsoft étant opaque) ni processus de normalisation. Bref l'âge sombre.

C'est un temps révolu heureusement.

Mozilla seamonkey sur mac n'était pas satisfaisant au sens où elle ne ressemblait PAS DU TOUT à une application native os x. Mozilla Firefox mit des années à s'en approcher.

-
IE Mac était du à l'accord Microsoft-Apple que négocia Steve Jobs: plusieurs versions de Office garantie sur mac, IE, l'injection de capitaux dans Apple (par achat d'action) et l'abandon des poursuites judiciaires contre Microsoft.

Plus tard, Apple créa un "fork" de khtml (du projet KDE) sous le nom de Webkit.

avatar John McClane 24/07/2014 - 17:03 via iGeneration pour iPad

@azer0147

Ça marche aussi sans les virgules.

avatar vicento 24/07/2014 - 17:08 via iGeneration pour iPad

@Heka

Je l'avais "acheté" à AppleExpo porte de Versailles
L'interface Aqua était vraiment sympa, mais la beta super lente et le nombre des applications très réduit.

avatar Moonwalker 24/07/2014 - 17:18

L’API Carbon est issue des travaux pour Copland, l’OS qui devait succéder à MacOS mais qui n’a jamais vu le jour du fait du bordel général chez Apple avant le retour de Steve Jobs.

Les dindons de la farce auront été les développeurs NeXT/Openstep à qui Steve aura fait croire pendant deux ans qu’il leur ouvrait un nouvel horizon (l’éco-système Apple) pour finalement les abandonner comme des chiens au bord de la route. Quelques-uns on fait l’effort de développer leurs logiciels pour Mac OS X, mais beaucoup on laissé tombé. Il faudra attendre dix ans pour retrouver sur OS X l’équivalent en Cocoa de la logithèque disponible sur NeXT/Openstep.

avatar Anthony Nelzin-... macG 24/07/2014 - 17:25 (edité)

@Moonwalker : c'est plus le modèle de la Blue Box et l'idée de l'environnement Classic qui proviennent de Copland qu'autre chose. Carbon, pour le coup, tient plus des ingés de NeXT : http://www.macg.co/2013/03/carbon-une-idée-de-scott-forstall-72642

avatar Moonwalker 24/07/2014 - 21:20

Les deux en fait.

http://www.mackido.com/Software/MacOSX_Files.html
http://www.mackido.com/Opinion/RhapsodyDead.html
http://www.youtube.com/watch?v=SBRKzJMS6Uw
http://www.pagetable.com/?p=211

Les ingénieurs de NeXT n’ont pas tant chassé ceux d’Apple que pris le contrôle d’une machine sans têtes et ont récupéré le meilleur du travail pré-existant. Ils n’ont pas sortis Carbon du néant et pondus en quelques mois une API complète pour C et C++. Ils avaient déjà bien à faire avec Cocoa. Carbon ce sont les fragments de l’API native de Copland.

Mac OS X est presque autant l’enfant de Copland que de NeXTSTEP, mais ça se voit moins. Et puis, dans la culture populaire macusers, Copland est l’OS qui a échoué, celui du « mauvais » Apple.

Même si les captures d’écran de la Preview de Mac OS X nous font penser à un OpenStep rhabillé, dans la pratique, il n’avait pas tant à voir avec le système de NeXT. Hormis ses bases Unix-like et le Dock, l’expérience utilisateur renvoyait au Mac. Il a d’ailleurs vite fallu remettre le menu de la pomme.
http://www.youtube.com/watch?v=BkQxvSX9MOs

Sinon, c’est un peu effrayant à quel point Forstall a été impliqué dans des décisions stratégiques majeures d’Apple et de voir qu’il a été viré dès la mort de Jobs. Espérons que Cupertino n’a pas laisser filer son mojo.

avatar Anthony Nelzin-... macG 25/07/2014 - 10:45

@Moonwalker : l'architecture de Copland était extrêmement intéressante. C'est quand même assez incroyable que la première mouture de Mac OS X (avant Carbon et Aqua) lui ressemble autant.

avatar dtb06 24/07/2014 - 17:35 (edité)

Je n'ai pas connu cette version, mais d'après les retours que j'ai eus c'était vraiment une catastrophe au niveau stabilité. A coté Windows 95 OSR1 était largement plus fiable, c'est dire...
En plus c'était 5 fois plus lent que OS9.
Après ce qui a sauvé Apple de la noyade, c'est Carbon et puis Rosetta. Alors quand maintenant ils suppriment toute rétrocompatibilité sans remords, ça me fait un peu peur.

avatar joneskind 24/07/2014 - 18:02

@dtb06

Cocoa et Swift sont plus performants que Classic et Carbon. Si tu laisses le choix de la fainéantise au développeur tu peux être certain qu'il va sauter sur l'occasion pour en faire le moins possible. C'est bien normal, on est conditionné depuis la nuit des temps à s'économiser pour survivre.

L'abandon de Carbon et Rosetta a été brutal pour les développeurs historiques, mais le plus dur est derrière nous.

Un exemple qui devrait te rassurer. Quand Apple nous a présenté son nouveau langage de programmation tous les développeurs ont eu un petit haut-le-coeur en pensant bien légitimement qu'Apple leur refaisait le coup du "allez les enfants oubliez tout ce que vous savez, il faut retourner à l'école". Mais finalement, Swift est nativement compatible avec Cocoa parce qu'ils partagent le même runtime.

Apple sait parfaitement que c'est en grande partie grâce aux développeurs que l'iPhone a eu du succès. Sans eux Apple n'est rien. Donc Apple les bichonne du mieux qu'elle peut, sans toucher à la sacro-sainte expérience utilisateur.

avatar Moonwalker 24/07/2014 - 21:08

Carbon n’a pas été abandonné.

Si Carbon était abandonné, tu la trouverais très très mauvaise.

Tu crois qu’elle tourne à quoi la suite bureautique de Micromou ? Au pur Cocoa 32 bit ?

Carbon est toujours une des API native d’OSX, même si elle est « deprecated ».

Rosetta était une technologie de transition. La transition finie, elle a quitté la scène. Idem pour Classic.

Pages