Fermer le menu   
header

Travail de nuit dans les Apple Store : une lettre ouverte du CIDRE

par Florian Innocente le 2 mai 2013 à 23:17

Le CIDRE - Club Interstore Désigné pour Représenter les Employés - syndicat (CFTC) majoritaire (72%) chez les employés des Apple Store en France, publie une lettre ouverte. Elle fait suite aux deux condamnations successives d'Apple Retail France sur l'absence de cadre légal pour le travail de nuit des employés. Apple a fait appel du premier jugement (lire Travail de nuit : Apple devrait finalement faire appel de la décision & Travail de nuit : Apple Retail France perd aux prud'hommes).

Adressée à la « Direction », cette lettre singulière dans sa forme avec son tutoiement qui marque autant une distance qu'une proximité à l'égard de cette entité toute puissante qu'est Apple, revient sur les deux affaires pour laquelle il y a eu condamnation. Une lettre qui se désole de l'attitude d'Apple, son mutisme et son obstination à refuser de se plier à la législation française.

Le ou les auteurs reprennent les emphases d'Apple pour ses salariés afin de la mettre en face de ses contradictions. Puis le Cidre en appelle à régler ces différends « en famille » pour aboutir à une solution rapide.

À la suite du jugement favorable rendu par les prud'hommes pour un employé en avril dernier, on nous a indiqué que plusieurs dizaines de plaintes similaires avaient été déposées, avec des demandes en dommages et intérêts de 3000€. Le salarié qui avait eu gain de cause avait obtenu 1000€ pour 2000€ réclamés.

Le prochain rendez-vous d'Apple avec les prud'hommes est prévu le 31 mai, puis suivront les dossiers de chacun de ces plaignants au fil de semaines.

Le syndicat SUD, dont l'un des membres a bénéficié de ce jugement favorable devant les prud'hommes, a réagi à la publication de cette lettre du Cidre. Il s'étonne qu'elle ne paraisse que maintenant et fustige une sorte de récupération des efforts menés en amont par SUD.

Catégorie : 

Commentaire(s)

avatar macbookeur75 02/05/2013 - 23:24

qd on rejoint Apple on nous file un petit dépliant qui se met dans le porte carte autour du cou pour tjrs l'avoir sur soi

on appelle ça le "credo"

dont est extrait certaines phrases reprises par le cidre

c'est une sorte de xx commandements Apple retail

personnellement j'ai tjrs pense que le credo était un papier de merde rempli d'hypocrisie
une sorte de marketing pour les employés par les employés croyant profondément à un Apple de bisounours

les managers nous fait chier avec le credo mais ne le respectent pas, jamais

c'est comme les flics qui vous font chier pour un feu rouge grille alors qu'eux même abusent du code de la route qd ça les arrange

avatar Anonyme (non vérifié) 02/05/2013 - 23:26

La lecture de cette lettre me met assez mal à l'aise. Penser qu'elle est l'œuvre d'un syndicat encore plus...

avatar bigham 02/05/2013 - 23:30

On connaît le temps moyen que reste un employé chez Apple Retail France ?

avatar Mr Bob 02/05/2013 - 23:37

Ils sont CCCensés relire leur lettre ?
Ça fait très CFTC : “on a un message à passer, mais on le dit gentiment, surtout pas faire de vague.” Adressées sous cette forme à une entreprise américaine, ces revendications resteront lettre morte.

avatar Esv 02/05/2013 - 23:38

Je pense que beaucoup de gens seraient contents d'avoir le bouleau qu'ils ont et le feraient sans se plaindre!

avatar Mathias10 02/05/2013 - 23:39

Je suis un peu sans avis.

D'un côté tu te dit qu'Apple abuse vraiment, le "confort" apporté à ses employé est indigne d'une boîte de cette envergure qui vend des produits censé apporter du confort à ses usagers.
À titre de comparaison, les employés de SAP sont mille fois mieux traité pour un business qui est a mille lieux de celui d'apple.

Mais d'un autre côté ont dit souvent que le plus gêné se casse. Si l'employé d'Apple n'est pas content il n'a qu'à se barrer, et s'il dit "non mais il y a di chômage!" Alors on lui dit "alors tais-toi et accepte ce que l'on te donne"

Disons que par les temps qui courts le deuxieme point de vue se défend bien plus.

avatar SnowRider69 02/05/2013 - 23:43

Je dis pas que ce qu'apple fait est bien mais certains devraient s'estimer heureux d'avoir un boulot... ^^

avatar AubinB 02/05/2013 - 23:52

70% des 8% de salariés syndiqués. Fun.

avatar Anonyme (non vérifié) 02/05/2013 - 23:56

Curieux de connaître le salaire et avantage....

avatar hartgers 02/05/2013 - 23:57

Que de commentaires arrogants du style "ils ont du boulot, qu'ils la ferment", c'est affligeant. Ah bon ? Quand on vous donne une baffe, vous tendez l'autre joue ? Défendre ses droits, non seulement c'est un droit, mais ça devrait même être un devoir. Si tout le monde (et je dis bien tout le MONDE) exigeait des conditions de travail dignes et respectables, il n'y aurait ni dumping social, ni peut-être même capitalisme. Nous serions alors égaux et libres. Seulement voilà, on oublie parfois que 99% des gens sont des victimes qui courbent l'échine parce qu'ils n'ont pas le choix.

Ceux qui ont pris le maquis pendant la deuxième guerre mondiale ; ceux qui ont protégé des juifs, des tziganes, des handicapés et des homosexuels contre la barbarie nazie/fasciste/vichyste ; ceux qui ont protesté pour un obtenir nouvel équilibre social (Luther King, Jaurès, Gandhi). Tous ceux là sont une minorité, et c'est bien dommage. Le risque est toujours grand, mais si la majorité s'y mettait, rien ne pourrait l'arrêter. Vous me direz que je rêve trop, je vous répondrais que vous ne rêvez pas assez.

Même cette lettre ouverte des syndicalistes (au fort joli logo d'ailleurs) est d'une grande lâcheté. Ce n'est pas avec des lâches comme ça qu'on va résoudre la crise sociale qui est en marche.

avatar rikki finefleur 03/05/2013 - 00:03

esv^^
Je vois pas le rapport de ton raisonnement. On peut aussi si on suit ton exemple faire travailler des enfants de 12 enfants et je suis certain que certains seraient prêt a le faire..

Je vois pas non plus comment on peut défendre une société qui croule sous les milliards a ne plus savoir quoi en faire , et qui ne respecte pas la législation du travail , comme n'importe quelle société doit le faire. Autres sociétés qui souvent elles ne croulent pas sous les milliards.
L’attitude dans cette affaire de la multinationale Apple est tout simplement pingre et mesquine. Mais bon quand on voit que dans un autre coté les efforts qu'ils font pour éviter de payer des impôts en France et nous laisser leur ardoises. Comme amazon, google ...

Ce ne sont que des financiers à leur têtes avec des tableaux Excel et toi employé tu es simplement un pion dont ils rigolent. Osez porter les mesquineries et les petites escroqueries minables en justice demande beaucoup de courage pour les employés qui le font, alors que beaucoup courbent l'échine, tenus par la peur.

avatar DickyPoo 03/05/2013 - 00:12

@hartgers
Ok, je vois ou vous voulez en venir et c'est bien nul les gens qui disent "la porte est là si t'es pas content".
En revanche le capitalisme, n'en déplaise à certains, est la chose qui a permis l'acceleration de richesses depuis 300 ans dans le monde. Et c'est bien le capitalisme liberal qui reduit encore aujourd'hui la pauvreté, surtout dans les pays en developpement. Ce ne sont pas les pays a économie centralisé qui réussisse mais ceux qui libéralise -> Chine et Inde en tête (oui, malgré Foxconn) !

avatar Anonyme (non vérifié) 03/05/2013 - 00:12

bof

avatar Jimmy_ 03/05/2013 - 00:14

Apple, c'est comme Disney, de loin ça fait "rêver", mais mieux vaut ne pas ouvrir la boite pour regarder à l'intérieur.

avatar jb07 03/05/2013 - 01:09

Je suis consterné par les réactions des soit-disants défenseurs du capitalisme.

Le respect du code du travail n'est pas une option. C'est une obligation qui fait que nous vivons dans une société tout simplement civilisée. Le nier, c'est être pour une forme de jungle ou tout est permis, non seulement à l'égard des employés, mais aussi à l'égard de ses concurrents. A partir du moment où une entreprise ne respecte pas les règles, elle introduit une distorsion de concurrence, en s'octroyant un avantage indu sur ses concurrents. Pour le dire plus simplement, c'est de la triche.

Venant d'une société en grave difficulté, ça pourrait être pardonnable (encore que, le libéralisme prévoit qu'elle meure, pas qu'elle triche), mais venant d'une société comme Apple, qui a largement les moyens de payer du travail de nuit, c'est tout simplement lamentable.

Ils ont bien de la chance de n'avoir à faire qu'à la CFTC...

avatar asiahightech 03/05/2013 - 01:10

Je trouve la lettre bien écrite, intéressante et constructive. Les employés tendent encore la main à leur employeur, une belle preuve d'intelligence. J'espère qu'Apple va saisir l'occasion pour prouver qu'elle n'est pas arrogante !

avatar asiahightech 03/05/2013 - 01:10

Je trouve la lettre bien écrite, intéressante et constructive. Les employés tendent encore la main à leur employeur, une belle preuve d'intelligence. J'espère qu'Apple va saisir l'occasion pour prouver qu'elle n'est pas arrogante !

avatar victordallery 03/05/2013 - 01:13

Et pendant ce temps là le chômage est à 10%

avatar Neurotron 03/05/2013 - 01:19

Moi je vois des fautes d'orthographe et un syndicat qui se dit majoritaire alors que la majorité des salariés ne sont pas syndiqués, donc ne se retrouveront pas dans cette lettre. C'est bien ça le syndicalisme en France : une grenouille qui veut se faire passer pour un bœuf.

avatar hartgers 03/05/2013 - 01:36

@Neurotron : et donc, c'est bien que les salariés ne se rassemblent pas pour défendre leurs droits ? Que les syndicats aient montré leurs limites et leurs abus, on est d'accord. Mais laisser faire est bien pire que de protester, même derrière le drapeau d'un syndicat.

@DickyPoo : la richesse est une chose, l'épanouissement humain une autre. J'accepte volontiers qu'une majorité préfère vivre dans le système capitaliste, où avoir est plus important qu'être. Ce qui serait souhaitable en revanche, serait de pouvoir réellement choisir un système de société. Et je ne parle pas d'un non-choix comme celui de notre République où une élite décide pour l'ensemble de la population ; ni des dictatures qui n'ont de communistes que le nom, mais une réelle prise de décision commune à petite échelle. Libre ensuite à chacun de choisir son système, qu'il soit une démocratie ou une dictature – après tout, libre à certains d'être masochistes !

J'ai bon espoir que l'humanité s'améliore, mais tant que l'économie de marché sera imposée à tous sans autres alternatives possibles, ce sera impossible.

Pour ce qui est des innovations apportées par le capitalisme, il serait maladroit de ma part de toutes les remettre en cause. Mais je ne suis pas sûr que ce soit forcément le meilleur moyen d'y arriver. En informatique par exemple, on nous sert au compte goutte les améliorations techniques, on les étale sur le temps pour que nous repassions régulièrement à la caisse. Je suis certain qu'IBM a dans ses cartons des tas d'excellentes innovations technologiques qui ne nous viendront que quand nous aurons bien payé pour les précédentes.

Ou, bien plus effrayant, le monde de la chimie et de la médecine où on nous vend un poison pour nous vendre le remède ensuite. Rappelez vous que ceux qui nous vendent aujourd'hui de "merveilleux" produits (semences OGM, intrants, hybrides) sont ceux qui, par ailleurs, ont gazé, empoisonné et tué des gens : BASF/IG Farben dans les chambres à gaz, Monsanto au Vietnam avec l'agent orange, etc. On ne peut pas faire confiance à des entreprises aussi dangereuses et mal intentionnées.

La gratuité totale, le don, sont des valeurs qui, poussées à leur paroxysme, pourraient mener à un progrès technologique, humain et social potentiellement infini. Évidemment, ce n'est qu'une utopie, mais il n'est pas encore interdit de rêver !

avatar iDav92 03/05/2013 - 01:39

@esv^^ :
Avec des pensées comme les vôtres, dans quelques années on sera content d'avoir un métier bénévole parce qu'on aura la "chance" de travailler contrairement à ceux qui sont aux chômage...
Il faut demander beaucoup pour obtenir un peu.
Employeur/Syndicat Pouvoir/Contre-pouvoir, équilibre indispensable pour une collaboration gagnante-gagnante. Si l'un des deux disparaissait, le survivant ferait n'importe quoi.

avatar MixUnix 03/05/2013 - 01:45

@jb07
+1

avatar Neurotron 03/05/2013 - 01:52

@hartgers : Je ne dis pas que c'est bien, je constate. Les salariés ne veulent pas des syndicats actuels qui ne défendent même pas leurs droits. Ils défendent d'abords leurs propres intérêts. Le jour ou les syndicats apporteront quelques choses de vraiment positif aux salariés, les salariés se syndiqueront.

avatar hartgers 03/05/2013 - 02:01

@Neurotron : je suis entièrement d'accord. Mais on ne peut pas blâmer des salariés qui tentent de se défendre. S'ils le font via un syndicat, par ailleurs corrompu et à la botte du pouvoir, c'est leur choix et on ne peut pas leur souhaiter d'échouer. Il est aussi dommage de constater que certains syndicats, naguère importants, ont quasiment disparu de la circulation, comme la CNT. La position quasi-monopolistique de la CGT, de CFDT et évidemment, des vampires du Médef, mériterait d'être revue. Les gens de ces syndicats ont démoralisé tous les salariés.

avatar jb07 03/05/2013 - 02:08

@Neurotron
"Les salariés ne veulent pas des syndicats actuels qui ne défendent même pas leurs droits. Ils défendent d'abords leurs propres intérêts."

J'aimerais bien que vous explicitiez ce que sont les intérêts des syndicats ? Pour ce que j'en sais, un syndicat est un rassemblement de ... salariés (sauf pour les syndicats patronaux, car on oublie souvent que les patrons, ceux qui incitent à ne pas se syndiquer, sont les premiers à le faire : MEDEF, UIMM, ..., il doit aussi exister des syndicats qui représentent des artisans et des indépendants, non salariés, bref).

Pour les salariés, il existe de nombreux syndicats, qui vont de ceux qui revendiquent tout et n'importe quoi, à ceux qui négocient l'endroit exact où couper votre tête. Ceux qui ne trouvent pas de syndicat n'ont souvent pas bien cherché, et surtout ne cherchent pas. C'est bien plus facile de critiquer que de s'engager et de se mettre au service de ses collègues (car derrière un syndicat, il y a une foule de salariés dont l'activité syndicale est purement bénévole, prise au mieux sur un temps de délégation, parfois c'est le soir à la maison).

Pages

Connexion utilisateur