L'enviable seconde place

Arnaud de la Grandière |
Si nombre d'entreprises ont tout fait pour obtenir la tête des ventes et la conserver, la domination d'un marché est un sort peu enviable à bien des égards, et peut coûter très cher.

Longtemps, Apple a basé sa communication sur les irrévérences facétieuses à l'encontre d'un adversaire titanesque. IBM, Microsoft ou encore Intel ont tour à tour symbolisé l'ordre établi qu'Apple venait agacer, voire bouleverser.



Ce petit jeu de la mouche du coche a pu seoir à la firme de Cupertino un temps durant, alors qu'elle faisait encore figure d'outsider, mais alors qu'elle est devenue l'une des sociétés les plus chères au monde et qu'elle peut désormais toiser la plupart de ses concurrentes en termes de bénéfice et de chiffre d'affaires, elle se doit d'affecter un abord quelque peu plus humble et respectueux des plus petits qu'elle, faute de quoi elle pourrait ternir son image.

De fait, l'imbroglio judiciaire dans lequel elle se trouve, quelle que soit par ailleurs sa légitimité, fait déjà grincer quelques dents. Et si l'on s'attire la sympathie du public en défiant plus fort que soi, on a aussi vite fait d'être pris pour une terreur des bacs à sable lorsqu'on donne l'impression de faire appliquer la loi du plus fort, ce qui serait du dernier mauvais goût.

Éloge de la position d'outsider

Ce n'est pourtant pas le pire écueil qui va de pair avec la masse critique que la société a atteinte : si elle a manifestement réussi à gérer son incroyable croissance, une trop grande influence sur le marché serait sans doute la dernière chose qu'Apple souhaiterait.

Alors que nombre de sociétés semblent dévouées à s'assurer une hégémonie sur toute la concurrence, Apple a maintenu que son seul désir n'était que d'arriver à vivre des meilleurs produits qu'elle pouvait proposer.

Il en reste qui doutent de ces nobles intentions, elles peuvent toutefois être facilement démontrées par l'absurde : si Apple venait un jour à se trouver en situation de position dominante ou de quasi-monopole, c'en serait fini pour elle de ciseler la sacro-sainte expérience utilisateur comme elle s'est évertuée à le faire jusqu'ici.

Si des organismes de régulation devaient imposer des règles spéciales à Apple pour contrebalancer son poids sur le marché, comme ce fut le cas par exemple avec Microsoft, alors ses diverses plateformes subiraient un contrecoup qualitatif de plein fouet. Sur le marché européen, Microsoft se doit notamment de proposer divers navigateurs web à l'installation de Windows. Imagine-t-on seulement pareille chose sur iOS, alors même qu'Apple rejette tout butineur sur l'App Store qui n'exploite pas WebKit, et que par ailleurs le grand public n'a qu'une notion très imparfaite de ce qu'est seulement un navigateur web ?



Le sort de Microsoft serait d'ailleurs sans doute difficile à égaler, puisque la firme de Redmond a pu assurer de confortables revenus avec Windows et Office qui font quasiment œuvre de rente. Une situation qui serait probablement plus difficile à accomplir pour Apple, dont les produits sont autrement plus saisonniers et soumis aux caprices des consommateurs. Et la firme à la pomme s'en contente fort bien, puisque cela l'incite à se dépasser elle-même, elle qui n'hésite pas à se faire concurrence elle-même plutôt que d'accorder la moindre chance à une autre société de relever son flambeau. À l'inverse, l'hégémonie de Microsoft n'aura fait que l'inciter à l'immobilisme, qui au final s'est avéré bien plus coûteux que lucratif (lire 1996-2011 : l'incroyable inversion des pôles).

Trop "control freak" pour dominer

Si nombre des règles en vigueur sur l'App Store ont pour but de maintenir le contrôle d'Apple sur l'expérience utilisateur, tant en terme de sécurité que de performances, certaines consistent également à faire d'Apple le garde-chiourme de tous les moyens existant pour y gagner de l'argent, et à avoir une incidence sur les divers modèles économiques qui y fleurissent. Tout ceci serait compromis si iOS venait un jour à être considéré comme monopolistique.

Ne serait-ce que pour ces douloureux inconvénients qui vont de pair et qui iraient à l'encontre même de toutes les pratiques qu'on lui a connues jusqu'ici, de toute évidence Apple n'ambitionne donc pas d'avoir une part de marché supérieure aux autres, d'autant que le haut du podium rime souvent avec des compromis dont elle n'a pas coutume de s'accommoder, à commencer par le nivellement par le bas pour plaire au plus grand nombre. Elle se trouve d'ores et déjà dans la meilleure situation qu'elle puisse espérer : avoir les bénéfices les plus élevés des marchés sur lesquels elle est présente, sans pour autant vendre le plus d'appareils. Des résultats qui jurent d'autant plus avec ceux d'Android, qui détient le haut du podium sur les OS mobiles sans pour autant générer beaucoup de revenus pour Google ni pour les fabricants (lire Android : drôle de "victoire").

Monopoles et succession

Google a par ailleurs déjà fort à faire sur le marché des outils de recherche, voire des navigateurs. Nombre d'observateurs sont restés quelque peu surpris par le montant de l'accord entre Google et Mozilla (lire Google et Mozilla renouvellent leur accord pour au moins 3 ans). En effet, ce montant dépasse le précédent, alors même que Firefox a perdu des parts de marché entretemps. Certes, il y a probablement eu une guerre des enchères avec Bing, Microsoft ne rechignant manifestement pas à la dépense pour grignoter des parts de marché sur le domaine des outils de recherche, mais peut-être faut-il également voir dans cette somme record une volonté de maintenir une concurrence solide sur le marché des navigateurs, alors précisément qu'Internet Explorer poursuit sa lente descente, et que Firefox est le premier à faire les frais de la concurrence du logiciel de Google (lire StatCounter : Chrome passe devant Firefox).

Certes, si les parts de marché évoluent, le nombre d'utilisateurs va toujours croissant, ce qui compense la baisse en termes d'audience, mais n'en affaiblit pas moins la position de Firefox sur le marché des navigateurs, et la première cible pour Google reste avant tout Internet Explorer.

Google est sans conteste la société qui est la plus exposée actuellement concernant un éventuel abus de position dominante, non pas tant sur le marché des mobiles ou des navigateurs, mais sur celui des outils de recherche, sachant que plusieurs enquêtes gouvernementales sont en cours, sans compter diverses procédures judiciaires. Le pire qui pourrait lui arriver serait sans doute d'avoir à révéler la "recette" de son algorithme, ne serait-ce que pour démontrer qu'elle ne triche pas sur les résultats. Précisément, si Google s'est abstenue de déposer un brevet sur cet algorithme, c'est bien pour en conserver l'exclusivité aussi longtemps qu'elle sera en activité, et pour le garder secret à tout prix.

avatar Jackdu59 | 
Super article :)
avatar victordallery | 
Apple DOIT rester le "think different" et ne surtout pas devenir trop "mainstream". Mais comment concilier cet objectif avec la vente croissante en masse de produits Apple ...
avatar @MathieuChabod | 
C'est fou comme cette équipe de rédaction "écrit" bien et rend les articles .. Captivant ! Bravo !
avatar @MathieuChabod | 
Apple reste "think different", le soucis c'est que les autres s'inspire sur elle. Sa la rend moins différente ...
avatar RDBILL | 
Encore un bel article de MacG ! l'année commence bien avec vous ! Merci.
avatar oomu | 
on dira ce qu'on veut mais Microsoft fut condamné et régla à l'amiable (lourdes sommes) pour de nombreuses pratiques illégales. Microsoft abusa de son monopole pour empêcher la mise en vente de produits innovants sur le marché. - Google et compagnie : NON ! Alors on peut toujours dire "gnagnagna ça va venir ! vous allez voir, ça va venir, haha ça va venir héhéhé" ben pour tout ceux qui vivent dans le présent et non dans Futur du Subjonctif, c'est PAS LE CAS ! A demain, si vous le voulez bien.
avatar Apple92 | 
Je dois être stupide. Cet article contient de nombreuses phrases bancales et il est difficile de voir où l'auteur veut en venir. Mais quelques fanboys ont déjà applaudi.
avatar @MathieuChabod | 
Maintenant, quand on aime quelque chose, on est un fanboy ... C'est pas partout que l'on voit des articles de qualité, alors quand on a la chance d'en avoir on les encourage. Enfin c'est pas le débat ici.
avatar Apple92 | 
Lisez le début de "trop control freak..." et expliquez moi le sens du premier paragraphe.
avatar muhyidin | 
Énorme la vidéo "qu'est ce qu'un navigateur ?". Le nombre de gens qui confondent navigateur et moteur de recherche c'est impressionnant.
avatar @MathieuChabod | 
@Apple92 : en gros si Apple contrôle autant sont magasin, c'est pour garantir une bonne expérience à l'utilisateur ainsi que des performances correctes. C'est aussi un moyen pour Apple de se faire de l'argent. J'ai peut être tout faux, mais de là à nier que cet article est bon ... Enfin bon, les goûts et les couleurs .. ( et l'heure :P )
avatar Apple92 | 
La fin de la phrase ne veut rien dire: et d'avoir une... À quoi le "de" est-il rattaché ?
avatar Arnaud de la Grandière | 
@ Apple92 : corrigé :¬)
avatar Apple92 | 
@avox: merci c'est très constructif. J'essaie juste de comprendre l'article du début à la fin.
avatar ipych | 
@Apple92 : +1 Je me disais la même chose, et puis je vais voir les commentaires, et y'a déjà 2/3 commentaire applaudissant l'article... Je me suis senti seul l'espace de quelques commentaires! Merci
avatar Apple92 | 
Merci. Le Français est une langue difficile et nous devons respecter sa grammaire pour nous faire comprendre. Il en va du rayonnement de notre langue et de sa survie.
avatar Manueel | 
@Apple92 La grand-mère te remercie bien. Je suis sur qu'Arnauld te remercie et t'es reconnaissant de faire tant pour la survie et le rayonnement de la langue française. Surtout reste vigilant. On compte sur toi
avatar Boumy | 
Il faudrait que les profs de français s'inspire de l'émulation académicienne qui règne sur les forums pour motiver leurs élèves à soigner leur orthographe et leur grammaire en leur faisant comprendre la jouissance qu'il peut y avoir à "moucher" son interlocuteur tout en enc... ledit insecte presque homonyme de l'action susnommée
avatar Gramstram | 
@boumy : Il faut qu'ils s'inspirent... Sans rancune :)
avatar DG33600 | 
@boumy Sur le fond j'applaudis, sur la formulation je m'esclaffe, mais sur la forme je doute. Dommage car cela gâche un peu mon plaisir. profs : professeurs (restons dans le même ton) s'inspire : à conjuguer, de grâce ! les forums : un forum - des fori (pour les italiens) des fora (pour les latinistes) des forum (pour les lettrés) ou tout bonnement des forums en effet (pour le commun des mortels et la plupart des dictionnaires) mais cela tranche avec votre saillie qui fait suite... Ceci dit, votre prose est inversement proportionnelle à la médiocrité et pauvreté de tant d'assertions, et c'est un réel plaisir de la lire, malgré tout. Gageons que peu de professeurs, hélas, trouveraient par quel moyen captiver durablement et efficacement l'attention de leur auditoire pour une analyse grammaticale, orthographique, sémantique, sociologique voire philosophique d'un extrait de forum de MacGeneration (ou autre).
avatar J.C | 
Masturbation intellectuelle ou branlette de comptoir de St Germain.... J'ai pas fais de fautes au moins maître(s) Capello?
avatar Yyyes | 
Merci pour cet article qui apporte une autre vision de la position de "premier". Par contre je trouve ce passage : "l'hégémonie de Microsoft n'aura fait que l'inciter à l'immobilisme, qui au final s'est avéré bien plus coûteux que lucratif." Quelque peu exagéré ! Microsoft a treeeeees largement profité, et profite encore de sa position hyperdominante se les ordis de bureau. Les voitures remplaceront peut être un jour les camions, mais d'ici la, ou même d'ici qu'ils les dépassent en terme de vente, il reste de la marge...
avatar Lio70 | 
@J.C. Si: "Je n'ai pas fait" Vu le contexte (reaction a un article sur un forum web), je dirais "branlette de comptoir de St Germain" ;-) meme s'il faut reconnaitre que notre langue est souvent mise a mal aujourd'hui. Mais personne n'a reagi sur l'extrait video du reportage dans les rues de New-York. Seulement 8% des gens savent ce qu'est un browser; la plupart confondent en general avec un moteur de recherche. Interessant.
avatar BlueShell | 
ma collègue du bureau d'à côté pense que FireFox est un dessin animé...:( y a encore du taff c'est sûr :/
avatar Shralldam | 
@Apple92 : Oui mais bon, vous avez quand même sous-entendu que l'article dans son ensemble était bancal, alors qu'apparemment un seul passage vous posait problème. Je ne vois pas le souci avec le fait de saluer la très grande qualité de cet article, j'ai pris beaucoup de plaisir à le lire. Par pitié, arrêtez d'utiliser le terme "fanboy", c'est terriblement réducteur et inapproprié. Encore un de ces néologismes qu'Internet a engendré et qui est utilisé à tort et à travers...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR