Apple s'offre une Dream Team pour l'iPhone

Nonoche |
Depuis quelques jours, tout le Net, à peu de choses près, s'interroge sur les différents pions avancés par Apple dans de domaine du hardware. Il est rare de disposer d'éléments permettant de jouer aux devinettes concernant les projets d'Apple, or de nombreuses offres d'emplois, couplées à d'importantes annonces d'embauches, pointent dans une seule et même direction : Apple œuvre à bâtir des processeurs maison.

Pourtant, il n'y a là rien qu'on ne savait déjà depuis longtemps : Apple avait déjà défrayé la chronique par deux fois dans le domaine, l'une en rachetant PA Semi il y a un an, l'autre en s'embourbant dans une dispute avec IBM pour embaucher Mark Papermaster. Quand on connaît le goût immodéré d'Apple pour la discrétion, on ne peut que se dire qu'il aura fallu des enjeux de taille pour qu'elle sacrifie à tant de publicité embarrassante.

Plus étonnant encore, Steve Jobs en personne n'a pas fait grand mystère de ses projets concernant PA Semi : il s'agit pour Apple de confectionner des processeurs sur mesure pour l'iPhone et l'iPod touch. Quant à Mark Papermaster, il s'est vu bombardé Vice President of Devices Hardware Engineering après six mois de tractations.

L'objectif est assez clair : l'iPhone souffre d'une consommation trop importante, et ça n'est pas l'ajout de nouvelles fonctions qui va arranger les choses. Il s'agit donc de créer des processeurs à la fois plus rapides et moins gourmands en énergie, en somme, résoudre la quadrature du cercle.

Mais pour en revenir aux manœuvres stratégiques, Apple est très loin de s'en être tenue là : the Inquirer rapporte qu'elle a embauché coup sur coup deux directeurs techniques d'ATI/AMD, d'abord Bob Drebin, puis Raja Koduri. Nul doute qu'ils apporteront leur savoir faire à l'amélioration des capacités graphiques des appareils d'Apple. En travaillant main dans la main, chacune de ces têtes pensantes apportera sa pierre à l'élaboration d'un SoC (system-on-a-chip) performant pour l'iPhone et l'iPod touch. Si on y ajoute l'embauche de Graeme Devine, grand manitou du jeu vidéo, ainsi que ce qu'Apple laissait pressentir à la dernière Game Developer Conference, il semble clair qu'elle compte accentuer les capacités de ses appareils pour le jeu, qui représente la locomotive de l'App Store.

Au-delà de ces embauches emblématiques, Apple a lancé une véritable offensive sur le plan de la main d'œuvre : c'est en tout pas moins d'une centaine d'offres d'emplois dans le domaine du hardware qui ont été repérées, en cumulant ce qu'on peut trouver sur Indeed.com, ou sur son propre site. Plus révélateur encore, en regardant de près sur LinkedIn, on trouve chez Apple des transfuges récents en provenance de chez Intel, Samsung, Texas Instruments ou encore Qualcomm.

Naturellement ces éléments posent des questions qui sont en tant que telles révélatrices : pourquoi vouloir créer ces processeurs en interne? La réponse pourrait sembler évidente, l'opération permet d'avoir les mains libres sur le design des puces plutôt que de s'encombrer d'un processeur générique, moins bien taillé pour les besoins spécifiques de la firme à la pomme.

Cependant, c'est oublier qu'Apple a su négocier des partenariats privilégiés avec ses fournisseurs, comme on a pu le voir avec Intel, qui conçoit des puces expressément pour Apple selon ses directives, ou lui en fournit d'autres avec une période d'exclusivité. Si le fondeur a consenti à de tels efforts, ça n'est pas tant pour les ventes directes qu'Apple représente que pour des questions d'image, car elle est avant tout une cliente prestigieuse et exigeante qu'il fait bon compter parmi sa clientèle. Apple représente un gage de qualité qui plaide donc pour l'image du fournisseur. Elle sait faire parler d'elle bien plus que n'importe quel autre constructeur, et se voir associé à ses produits, fusse de manière indirecte, est un atout indiscutable pour ses fournisseurs. L'iPhone n'échappe d'ailleurs pas à ce type d'accord, puisque le processeur qui l'anime a été adapté par Samsung selon les directives d'Apple. Pourquoi donc vouloir prendre en charge l'entière conception du processeur, un processus long, incroyablement coûteux et parfois hasardeux ?

L'opération n'est en effet pas exempte d'inconvénient : en prenant en charge la création de ses processeurs, Apple s'expose à des revers potentiels. En devenant son propre et unique fournisseur, elle fera preuve de moins de réactivité et de souplesse qu'en s'adressant à différents acteurs. Si Apple n'est pas béotienne en la matière (elle a participé à l'élaboration du PowerPC conjointement à IBM et Motorola, entre autres hauts faits d'armes), elle n'a jamais jusqu'ici été entièrement autonome sur ce domaine qui requiert un savoir-faire de pointe. De plus, elle doit intégrer l'équipe de PA Semi qui n'a pas la même culture d'entreprise (d'après cet article du Wall Street Journal, un ingénieur de PA Semi s'est vu opposer une fin de non-recevoir alors qu'il estimait pouvoir s'abstenir de répondre à ses emails lorsqu'il était en vacances, par exemple). De plus, elle doit endosser la responsabilité des conséquences de ses choix, qui peuvent aller de la malfaçon jusqu'à des erreurs stratégiques, ou encore manquer le coche d'une nouvelle technologie. Bref, c'est un choix lourd de conséquences, et Apple semble vouloir mettre tous les moyens de son côté pour réussir avec de telles embauches. Mais clairement, pour accepter de faire face à de tels défis, et se donner de pareils moyens, il faut qu'Apple considère que le jeu en vaille la chandelle.

Quand on réalise un produit comme l'iPhone, il faut impérativement racler tous les fonds de tiroirs pour tirer le maximum de puissance tout en économisant le moindre ampère : pour offrir un abord aussi intuitif, il faut réaliser des tâches extrêmement complexes et gourmandes en énergie, et un appareil de cette taille est considérablement limité sur ces deux aspects. L'optimisation est donc le maître mot, par conséquent il s'agit pour Apple de pousser la notion jusque dans ses derniers retranchements, ce que la personnalisation d'un processeur existant ne peut offrir. D'autre part, en se passant des services d'un fournisseur, Apple évite de voir ses secrets de fabrication éventés, voire pire, repris par des concurrents.

Or la firme de Cupertino n'a guère fait de grand secret là-dessus : elle ne compte pas s'endormir sur son avance et entend bien garder la tête du peloton. On l'a vu sur le plan du logiciel avec iPhone OS 3.0, il ne fait aucun doute qu'on en verra autant du côté matériel avec le prochain iPhone. Il faudra cependant attendre encore pour voir arriver les premiers fruits de ces nouvelles collaborations. On croit d'ailleurs savoir que le processeur du prochain iPhone portera toujours les couleurs de Samsung. De tels investissements mettent du temps à aboutir, ce qui n'est pas le moindre de leurs inconvénients. Le WSJ croit d'ailleurs savoir qu'il faudra attendre 2010 pour en voir les résultats. Apple s'engage donc sur le long terme, et on pourra mesurer si la stratégie sera payante dans les générations futures d'iPhone et iPod touch, et probablement dans de nouveaux appareils qui permettraient de mieux rentabiliser de tels investissements. Et qui sait, l'expérience profitera-t-elle peut-être au Mac…
avatar vphil6 | 
Apple agit en concordance avec son credo depuis toujours et qui peut se résumer par cette phrase d'Alan Kay: "People who are really serious about software should make their own hardware". C'est ce qui fait la force d'Apple, et aussi sa faiblesse parce que pour rentabiliser les investissements consentis sur le hardware il faut produire et vendre beaucoup d'exemplaires, ce qui est évidemment plus simple si on fournit plusieurs constructeurs.
avatar oomu | 
cette citation de Alan Kay (dont le bon sens fut prouvé maintes fois) fut utilisée par Steve Jobs lors d'une keynote, il y a quelques années.
avatar Nihondjin | 
"WSJ croit d'ailleurs savoir qu'il faudra attendre 2010" c'est dans seulement 8 mois, autant dire rien pour du hardware !!!!! bravo WSJ, un vrai don divinatoire !
avatar thierry61 | 
Et à rapprocher de cet article : l'autre news macgé sur le débauchage d'un "xBoxeur"
avatar studdywax | 
on n'embauche pas tout une équipe comme ça "juste" pour un produit spécifique. Il doit y avoir une raison plus profonde... -OO- en tout cas, bon article Arnauld
avatar Christophe Laporte | 
@ Nihondjin A mon avis, les travaux d'Apple concernant cette puce mystère ont commencé il y a plus d'un an. Et je ne serai pas surpris que PA Semi et Apple aient commencé à bosser dessus avant le rachat. Apple avait racheté PA Semi l'année dernière entre autres parce qu'ils n'avaient pas assez de cash pour mener à bien leurs travaux.
avatar Macuserman | 
Je pense que quand une société fabrique d'excellents produits (sauf exceptions), et qu'elle enregistre des profits assez gargantuesques, il est tout naturel que la récompense soit des produits encore meilleurs, engendrés par des gens exceptionnels dans leurs secteurs respectifs. Saluons l'initiative d'embauche et préparons nous à célébrons ue nouvelle révolution… Think Different ?? ----> Work different ? ----> Work better, sell best ever!
avatar Dr_cube | 
Je pense qu'Apple continuera à utiliser les processeurs et les processeurs graphiques de ses partenaires, afin de préserver la compatibilité et d'être aussi réactif que les autres. Intel est l'un des seuls concepteurs majeur de processeurs à avoir ses propres usines de fabrication de processeurs. Ils sont à la pointe et ont une expertise de plusieurs décennies. Apple ne peut pas les égaler ou les dépasser. Concernant les appareils mobiles, c'est beaucoup plus hétérogène. Apple a tout intérêt à rester sur du ARM pour le moment. Les processeurs ARM sont les processeurs les plus utilisés au monde et ils ont fait leurs preuves pour les dispositifs mobiles. Toutefois, un appareil tel que l'iPhone ne se contente pas d'un processeur. Il faut de nombreuses puces pour effectuer un maximum de choses par du matériel afin d'accélérer les traitements. C'est ce qu'on appelle des System on Chip (SoC), voire des Multi-Processor System on Chip. Et c'est là qu'Apple à besoin d'un savoir faire en matériel, car chaque terminal a ses spécificités. Pour l'iPhone, il est probable qu'Apple change son fusil d'épaule et passe à des processeurs Intel lorsque ce dernier aura mis sur le marché des processeur à plusieurs coeurs pour mobiles. C'était prévu pour 2010, mais je n'ai pas vérifié depuis longtemps si ça a changé. D'ailleurs, l'iPhone OS et ses applications sont déjà quasiment prêts pour les processeurs Intel dès lors qu'ils tournent dans le Simulateur d'iPhone. Quoi qu'il en soit, même si Apple ne crée les processeurs principaux de ses ordinateurs (Mac, iPhone, iPod, AppleTV), il reste beaucoup de travail "matériel" à fournir, ne serait-ce que pour l'intégration et les choix stratégiques. Personnellement, je pense qu'Apple réfléchit à l'amélioration de l'AppleTV, et à sa possible évolution en console de jeux de salon. Il est en effet grand temps de prendre de court les autres constructeurs de consoles en imposant l'AppStore et un dispositif d'entrée innovant.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Spéculations ! ce ne sont que spéculations. Apple nous surprendra encore, Steve est encore là et il n'a pas fini de nous étonner. Au travers de toute ces embauches de diverses pointures il ne s'agit peut-être pas d'une stratégie unique, devant servir un seul produit, mais d'une orientation globale et tout azimut. l'orientation jeux semble toutefois se confirmer. (voila que je me surprend à spéculer moi aussi !) Concernant Steve, je crois encore dans ses talents de visionnaire, il c'est rarement trompé, et il y a encore de beaux jours pour Apple et, pour nous qui aimons cette marque devenue mythique.
avatar dark juju | 
Très bonne article mais si on envisage une quelconque évolution des processeurs de mac il ne faut pas oublier qu'Apple ne peut plus se permettre de perdre la compatibilité avec Windows. Ils ne peuvent plus faire machine arrière, c'est désormais un atout essentiel qu'on les mac. Et je pense personnellement que c'est en parti grâce à cela que les ventes ont été boosté.
avatar leonzeur | 
Bravo pour cet article passionnant et révélateur même pour les non techniciens.. je ne m'y connais pas assez pour juger de ce que va ou ne pas faire Apple mais cela donne vraiment l'impression qu'ils cherchent à intégrer le top de la crème pour nous pondre des choses encore plus délirantes et novatrices.. Quand maintenant, je vois à la télé que tous les téléphones rajoutent le mot " touch " à leurs noms et qu'en fait ils me semblent tous être de pâles copies de l'iPhone, et bien je crois qu'ils vont nous sortir un truc dont personne n'a idée et que ça va tous nous bluffer à terme .. Wouaaa..entre l'annonce comme quoi ils pensent à baisser leurs prix et celle ci ..je crois que l'avenir nous réserve des purs bonheurs d'admiration et d'engouement..
avatar cupertino | 
Très bon article comme toujours.
avatar Nonoche | 
@ Dark Juju : ça n'est pas parce qu'on ne se fournit pas chez Intel qu'on aboutit à des processeurs incompatibles… voir par exemple AMD…
avatar Manu | 
Tout le monde parle de processeurs et autres puces. Quel est d'après vous le gros challenge technologique des prochaines années? C'est l'utilisation des moyens naturels comme source d'énergie. Imaginez un iPhone ou un mac utilisant une source d'énergie naturelle comme le soleil ou autre. Il me semble que Apple est reconnu pour ses innovations à contre courant et comme créateur de nouvelles plate-forme. Steve Jobs, depuis sa découverte des technologies chez Rank Xerox a toujours envie de s'entourer de techniciens chevronnés pour créer et innover. Il l'a fait chez Pixar et chez NeXT dont les technologies s'ils n'ont pas connu beaucoup de succès à leur sortie, le connaissent aujourd'hui à travers l'iPod et surtout l'iPhone. NeXT était un conglomérat de génies de l'informatique qui ont mis sur pied tout ce qui fait le succès du Mac, de l'iPod et l'iPhone aujourd'hui. Il me semble qu'avec cette équipe, Apple prépare les bases sur lesquelles se reposeront les technologies de demain tout simplement. Pour moi, le défi en hardware sera centré autour des sources d'énergie. Le nouveau gouvernement américain en a d'ailleurs fait une priorité. Toute l'industrie américaine est actuellement très sensible à ce problème qui est la principale source d'emplois des pays développés dans les années qui viennent. Et une arme pour lutter contre la crise structurelle actuelle à laquelle nous avons tous à faire face.
avatar Almux | 
Je rejoins totalement ceux qui considèrent qu'Apple continuera à utiliser des CPUs (probablement Intel) permettant l'inter-opérabilité. Par contre, avec des puces maison, Apple pourra rajouter des coprocesseurs hyper-efficaces... mais également absolument indispensable pour tirer parti des futures moutures d'OSX.
avatar cparm | 
@Almux si tu pense a une puce graphique pour tiré partie d'opencl pourquoi pas, ca reste probable surtout que le SLI ou le crossfire, ne semble pas etre a l'ordre du jour chez apple, mais un puce indispensable pour démarrer OSX c'est impossible, car les macintel actuel ne démarrerai pas non plus, plus sérieusement je pense que c'est tout simplement pour l'iphone/ipod, voir peut-etretransformer l'apple tv en console de salon
avatar Newton Pippin | 
@cparm Almux est obsédé par les mac users immigrés, c'est à dire ceux qui ne sont pas de pure souche comme lui, il éspère donc furieusement que le pa-semi soit un dongle pour garder la race pure...tremblez hackintoshiens !
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Personne n'a pensé à l'OpenCL? "Près de 6 mois après l’annonce de la création d’un groupe de travail dédié à la mise au point d’OpenCL, celui-ci vient d’être ratifié par le groupe Khronos. Pour rappel, OpenCL (Open Compute Language) est une API dédiée au calcul massivement parallèle dont le développement a été initié par Apple et le groupe Khronos est un consortium d’industriels qui s’occupe du développement d’API ouvertes telles qu’OpenGL." http://www.hardware.fr/articles/744-1/opencl-gpu-computing-enfin-democratise.html Une eventuel prise de concsience du potentiel du GPGPU? Je pense que tous se remu menage, concerne different projets. Une division jeux, mobilité graphique, platforme media center, GPGPU. Il y a du potentiel et un reel interet strategique pour ces marché d'avenir. Le fait que osx leopard passe en 64bits, que l'iphone reconfirme le succes d'itunes avec appstore. Apple prepare le terrein pour comblé le manque et metre l'estoquade à microsoft et de l'interet que beaucoup d'utilisateur lui porte. Le jeux! Une belle facon de reconquerire le marché mais attention au monopole! L'avenir c'est le magasin virtuel. Sony, apple et microsoft sont les participant au titre. Je pense aussi qu'apple se prepare à la geurre contre sony et sa psp2. Un iphone de nouvel generation, plus performant en graphisme. Se marché est crucial pour apple car c'est la porte pour acceder à itunes et il faut convaincre et convertir les futurs adepte. De meme pour sony, la psp2 fonctionnera surement avec le playstation store (pas d'umd sa c sur). Fidelisé le client au magasin virtuel. Beaucoup de switcher vienne de la platforme iphone. Les rumeurs du Mphone de microsoft solidifie cette theorie. Le marché du mobile influencera le marché des platformes fixe. Un droit de vie ou de mort.
avatar iZiDoR | 
Et pendant ce temps Newton Pippin remporta le point Godwin ;)
avatar Almux | 
Effectivement Newton Pippin! Il me parait évident que l'époque ou Apple se laissait naïvement piqué ses parts de marché (aussi par pur négligence) est révolue. Apple va donc se donner les moyens d'endiguer toute éventuelle hémorragie. Cela saute au yeux, me semble-t-il... Quand à bloquer le fonctionnement de OSX sur les plus anciens Macs... Il y a déjà plusieurs versions de OSX. Il n'y a aucune raison pour qu'une de ces versions ne fonctionne pas sur les anciens Macs, du moins jusqu'à leur obsolescence avérée... ;) Comme le reste de l'outil gardera sa base, on pourra toujours, au besoin, installer tous les autres OS... Sauf si les PCs se mettent à bidouiller le hardware aussi... ;)))
avatar JayTouCon | 
ben l'ennemi du moment de la pomme c'est celui qui pourrait être un fabricant de console de jeux, de tél, de console portable qui permet de piloter la grosse console, de télé. bah jvois pas qui c'est. C'est microsoft parceque la pomme fait une pub anti-microsoft ?...
avatar JayTouCon | 
l'ingénieur de PA Semi il a du trop croire à la coolitude. Et dire que certains considérent le saint patron comme un type cool... Pour le reste officiellement on fait des pubs anti microsft d'un coté en ringardisant le monde PC et de l'autre côté on débauche à tour de bras des gens qui y travaille. think different ?
avatar cparm | 
@Almux tes propos me donne la certitude que tu ni connaît absolument rien, dans le domaine technique, ni hard ni soft, mais aussi rien dans le domaine marketing, ait-je tord ?
avatar Newton Pippin | 
almux s'y connait certainement en Final Cut Pro et en fanboyisme, pour le reste....

CONNEXION UTILISATEUR