Test du clavier Craft de Logitech

Mickaël Bazoge |

L’utilisateur de Mac entretient une relation particulière avec son clavier, et pour cause : c’est la principale interface de communication avec son ordinateur. Apple remet régulièrement l'ouvrage sur le métier, récemment encore avec un nouveau clavier étendu sans fil, mais on peut préférer une autre crémerie.

Cliquer pour agrandir

Logitech est l'un des spécialistes du genre, avec des claviers offrant souvent plus de polyvalence et de souplesse que ceux d’Apple — ne serait-ce que par leur compatibilité avec macOS, iOS, Windows jusqu'à Android. À l’heure où les environnements de travail sont de plus en plus hétérogènes, avoir sous la main un clavier unique capable de contrôler tous ses appareils est tout autant un soulagement qu’une bonne affaire. Est-ce le cas du Craft ?

Un bon gros clavier

Le Craft est le dernier clavier en date de Logitech. C’est aussi l'un des plus complets et des plus originaux grâce à une molette sur laquelle on reviendra plus en détails, mais commençons par le commencement. Le périphérique se destine très clairement à un usage de bureau, au vu de son poids (960 grammes) et de sa longueur (43 cm) : il sera difficile de s’en servir dans le métro avec son iPad !

Le châssis mêle plutôt habilement le plastique (pour la caisse inférieure avec les touches), à l’aluminium sur la partie supérieure. Des patins antidérapants sont évidemment présents sous le périphérique, dont l’angle d’inclinaison est plus important que celui des Magic Keyboard d’Apple. La finition est de bonne qualité, mais on n’en attendait pas moins pour un produit vendu 200 €.

Cliquer pour agrandir

La batterie du clavier a la bonne idée d’être alimentée par un port USB-C (Logitech fournit un câble USB-A/USB-C). L’autonomie annoncée est d’une semaine, mais cela peut varier en fonction de l’usage que l’on a du rétro-éclairage et de la molette. Dans tous les cas, le Craft préviendra lorsqu’il sera temps de refaire le plein, via un témoin lumineux à droite. Et lorsqu’on n’utilise pas le Craft, il suffit de l’éteindre avec le petit bouton à l’arrière.

Un clavier, c’est d’abord et avant tout… des touches. Beaucoup de touches même sur ce modèle ! En plus de l’habituelle configuration AZERTY et des touches de fonction de rigueur (qui font aussi office de touches de contrôle multimédia et système), le Craft offre un pavé numérique surmonté d’une rangée de touches de contrôle supplémentaires. Quand on vient comme moi d’un Magic Keyboard compact, il faut un temps d’adaptation pour y retrouver ses petits.

Cliquer pour agrandir

C’est encore plus vrai du Craft, qui est un clavier multi plateforme : les touches se destinent aussi bien à macOS qu’à Windows, chacun ayant ses fonctions de prédilection. Résultat : la sérigraphie de certaines touches est vraiment chargée, avec parfois jusqu’à cinq caractères pour plusieurs d’entres elles. Bon point pour Logitech : les utilisateurs Mac apprécieront l’absence du logo de Windows sur la touche ⌘ ! Il est possible de connecter jusqu’à trois appareils sur le clavier, on peut passer de l’un à l’autre avec des touches dédiées.

Le confort de frappe est bon, mais il est différent de celui offert par les dernières technologies “papillon” d’Apple : la course des touches est notoirement plus élevée sur le Craft, ce qui peut provoquer une certaine fatigue après plusieurs heures d’utilisation. Rien de méchant, en termes d’expérience on est plus proche du clavier des MacBook Pro de 2015 que des modèles 2016.

Toutes les touches sont creusées, à l’exception de la rangée des touches de contrôle et celle des différentes touches de fonction avec la barre Espace. Difficile d’affirmer si cela améliore la productivité, en revanche ce qui est perturbant c’est le bruit que font ces touches. Sur notre clavier de test en tout cas, plusieurs des touches grincent, c’est notamment le cas de la barre Espace. Dans un open-space silencieux, on va vous repérer immédiatement.

Satisfecit total en revanche pour le rétro-éclairage qui s’active lorsqu’on approche les mains du clavier. Le Craft intègre en effet des capteurs de luminosité qui remplissent leur tâche à la perfection, ce qui permet au passage d’économiser un peu de batterie. Puisqu’on en est là, Logitech promet une autonomie d’une semaine… à moduler en fonction de l’usage du rétro-éclairage et de la molette. Dans les faits, il faudra plutôt recharger la batterie tous les trois à quatre jours.

Bluetooth, quand ça veut pas

Le Bluetooth n’est pas mon ami, pour une raison qui m’échappe (karma, mauvaises ondes, malédiction…) je n’ai jamais eu de chance avec les connexions sans fil. Il en va de même entre le Craft et mon MacBook Pro : le lien Bluetooth est d’une qualité médiocre. J’ai fréquemment observé des latences entre la frappe et leur affichage à l’écran, ce qui est évidemment très pénible. À plusieurs reprises le matin, en arrivant au bureau, il est aussi arrivé que le clavier ne soit pas reconnu par macOS, obligeant à un nouveau jumelage (à la décharge de Logitech, j’utilise une bêta de High Sierra).

Si votre Mac n’est pas compatible Bluetooth 4.0 Low Energy (en gros, ceux d’avant 2012), ou si vous avez besoin d’une connexion plus solide, Logitech fournit un petit dongle USB qui permet d’utiliser le périphérique sans fil. La technologie Unifying, mise au point il y a quelques années par le constructeur, permet de connecter jusqu’à six périphériques sur une seule clé qui émet sur la bande de fréquence 2,4 GHz.

Cliquer pour agrandir

D’après mes essais, cette méthode se montre plus efficace et les latences ont disparu. Pas si mal, mais cette clé occupe un port USB (USB-A pour être précis, ce qui risque de poser des problèmes pour les MacBook 12" et MacBook Pro récents), une ressource qui peut être rare sur votre machine. Malheureusement, le Craft ne fonctionne pas en filaire. L’USB-C ne sert qu’à la recharge de la batterie du clavier.

Une molette qui roule

La molette est l’une des caractéristiques les plus étonnantes du Craft. C’est aussi une bonne idée qui apporte un gain de productivité. Par défaut, cette molette sait modifier le volume (y compris par paliers réduits avec la combinaison de touches ⌥ + ⇧) et la luminosité de l’écran en appuyant dessus. Toujours dans macOS, le clic de la molette peut également servir à une fonction comme par exemple l’affichage du bureau, Mission Control ou encore le Launchpad.

Cliquer pour agrandir

En matière de personnalisation, le logiciel Logitech Options offre une grande palette de possibilités pour exploiter au mieux la molette du Craft, selon ses besoins. Il peut être ainsi plus pratique de passer d’un bureau à un autre, ce d’autant que le clavier comporte déjà des touches pour le volume… Bref, on a le choix et c’est très bien ainsi.

Cliquer pour agrandir

Les applications compatibles tirent elles-aussi profit de cette molette. Dans Chrome et Firefox, elle permet ainsi de passer d’un onglet à un autre. Les options de personnalisation sont plus réduites pour ces deux navigateurs, mais cela reste pratique. Logitech a noué des partenariats avec Adobe pour la Creative Suite (Photoshop, Illustrator et Premiere), ainsi qu’avec Microsoft pour la suite Office (Word, PowerPoint et Excel). Hélas, seul Windows prend actuellement en charge les logiciels bureautiques de Redmond avec la molette. Le Mac est donc un peu défavorisé vis-à-vis des PC traditionnels.

Cliquer pour agrandir

Dès qu’on touche la molette, une fenêtre apparait en surimpression pour en préciser visuellement le fonctionnement. Pas si bête si on est un peu perdu dans les possibilités du périphérique. Dans le même esprit, le logiciel de Logitech permet aussi de personnaliser les touches de fonction, et il y a de quoi voir venir tellement la liste est longue.

Dans Photoshop, la molette active un menu contextuel pour chaque outil du logiciel. On passe de l’un à l’autre des menus en tapotant sur le côté de la molette, et on en modifie la valeur en tournant la molette.

Pour conclure

Le clavier Craft de Logitech cumule les qualités : pavé numérique, nombreuses touches de fonction, fonctionnement multiplateforme, rétro-éclairage “intelligent”, et cette molette qui saura rendre quelques fiers services malgré une compatibilité plus réduite pour nous (vivement le support d’Office sur Mac).

On ne saurait toutefois écarter quelques points noirs, à commencer par ces touches qui couinent et une surabondance d’informations sur certaines touches, conséquence du support de plusieurs systèmes d’exploitation. De plus, on peut ne pas apprécier la frappe “old school”, mais c’est une question de goût.

En bout de course (de touche), le Craft est en mesure de contenter les profils créatifs qui utilisent les outils d’Adobe, et tous ceux qui jonglent avec plusieurs appareils à la fois. Le commun des mortels se contentera de claviers moins sophistiqués et aussi moins chers ; Logitech ne vise pas cette clientèle de toutes manières.

Note

Les plus :

  • Clavier complet avec pavé numérique sans fil
  • Molette pratique
  • Multiplateforme et multi-appareils
  • Rétro-éclairage malin
  • Connexion en Bluetooth ou dongle USB

Les moins :

  • Pas de molette pour la suite Office sur Mac
  • Certaines touches chargées
  • Pas de fonctionnement en filaire
  • Des touches qui couinent
7.5
10

Prix :

avatar jerome71 | 

"lorsqu’on n’utilise pas le Craft, il suffit de l’éteindre avec le petit bouton à l’arrière"
Ça serait bien qu'il s'éteigne et se rallume tout seul, non ?

avatar bonnepoire | 

Prochaine version un poil plus cher. C'est déjà comme ça avec les claviers pour iPad.

avatar rolmeyer | 

Même constat pour une MX master 2 souris. Dongle bien mieux que le BT.

avatar Tournicoti | 

@Rolmeyer
Idem
Possesseur d'une MX Master 1, le problème était déjà présent. J'ai aussi un K811 (même marque mais clavier Mac rétro-éclairé sans pavé num) et lui "accroche" toujours le Wifi sans souci, contrairement à la MX Master sans dongle.

avatar SidFik | 

bien trop cher ce clavier, pour moi il ne vaut pas plus de 70€ (et encore je trouve que je suis sympa la)

je vois pas en quoi le fait de rajouter une molette peut justifier un prix aussi haut...

avatar en ballade | 

@SidFik

Comme un ecran oled qui fait passer un smartphone a 1300€....on ne Par pas prix ici

avatar nemrod | 

La comparaison qui tue

avatar bonnepoire | 

en ballade, en croisade...

avatar Nico S | 

Commandé. Merci pour le test.

avatar Ma Dalton | 

Hum...

On remet l'ouvrage sur le métier, pas l'inverse.

"Apple remet régulièrement le métier sur l’ouvrage" ça ne veut strictement rien dire.

avatar prommix | 

C'est une mauvaise interpretation de "Vingt fois (cent fois?) sur le métier remettez votre ouvrage"
Je pense que au-delà de la connaissance pure de la langue française, une simple projection de "Le retour du Jedi", et les fameuses répliques de Yoda, aurait suffi à la comprehension de cette citation.

avatar lecureuil | 

Après le trackball, le gros clavier... Logitech est reparti dans les années 90-2000 ?

avatar ckermo80Dqy | 

@lecureuil

Exactement ce que je me suis dit. Je dirais même les années 90 ;) Ignoble.

avatar byte_order | 

Parfois les outils du passé se révèlent finalement ceux du futur aussi, malgré les tentatives du présent de les rendre obsolètes.

Le marteau est vieux comme le monde, par exemple.

avatar toketapouet | 

3 à 4 jours d'autonomie ? WTF ?

Mon clavier magic machin tient des semaines, voire des mois sur deux pauvres piles...

avatar NestorK | 

@toketapouet

Alors... Sur mon Logitech, un K811 que je recommande très très chaudement, l'autonomie donnée est de 6 mois sur une charge. Sauf si j'active le rétro éclairage - que tu n'as pas chez Apple en clavier sans fil comme tu le sais. Et là, l'autonomie plonge à la semaine.

Je n'active jamais le rétro éclairage : pas besoin. Je suis sur la première charge depuis achat en début d'année. J'imagine que c'est la même chose avec le clavier du test.

avatar CrashMidnick | 

le K811 est une tuerie ! Il faudrait exactement le même avec pad numérique !

avatar Kaporal5 | 

Un clavier à 200€ (1300F). Même chez Apple ils n’avaient pas osé.

avatar NestorK | 

@Kaporal5

T'es pas en train de me parler de l'Apple qui nous facture un Magic Trackpad à 150 euros ? Non ? Ca me choque plus que ce clavier rétro éclairé avec pavé numérique + molette.

M'enfin j'dis ça...

avatar Kaporal5 | 

Les deux me choquent autant. On est en train de s'habituer à des tarifs stratosphériques, c'est à se demander si les constructeurs ne sont pas de mèche pour savoir jusqu'où ils peuvent aller...

Il y a dix ou quinze ans, un ensemble clavier-souris haut de gamme était vendu 120 / 150 euros. Aujourd'hui, il en faut le double. Il y a dix ans, l'iPhone était vendu 500 euros. Le dernier iPhone X est à plus du double. Je ne suis pas certain que les salaires aient évolué dans les mêmes proportions...

Vous pouvez me sortir ce que vous voudrez sur la R&D, le design, les molettes... ces augmentations de prix sont démentielles.

avatar L4P | 

c'est exactement ça. d'ailleurs c'est une méthode pour trouver le bon prix chez les startups. taper d'abord très haut, et ensuite faire descendre le tarif jusqu'à ce que le gros de la clientèle décide que ça lui convient. --> de cette manière : vous êtes sûrs de ne pas vendre "pas assez cher, mon fils !" :)).

Apple avait le smartphone le plus cher du marché lorsqu'ils ont sorti l'iphone. C'était plus ou moins justifié par cette première place et une sacrée R&D. Depuis, toute la stratégie d'Apple est "Et s'ils étaient prêts à payer plus ?" Même la sortie de l'iphone 5C en plastique, que beaucoup espéraient être un iphone cheap... a été le prétexte à vendre l'iphone standard - devenu de facto premium - 100€ plus cher ! Ensuite Apple a sorti sa version XL (hop! 100€ de plus au passage...), etc.

Et ainsi de suite jusqu'à aujourd'hui où les seules avancées technologiques sont une encoche sur l'écran et des selfies sur fond noir façon Studio Harcourt... Les derniers spots pub Apple, pourraient être sous-titré "le top narcissime à partir de 1.000€! buy now!". C'est assez ridicule, mais les gens continuent de se bousculer en caisse !..

Apple vend de moins en moins d'iphones, mais marge de plus en plus et ça compense largement la baisse. leur chiffre d'affaires ne s'est jamais aussi bien porté.

Et pour les gadgets, pour une fois c'est Microsoft qui a démontré avec sa surface pro qu'il était possible de vendre un simple clavier 130€ (maintenant accessible à 150 ou 180€ selon la gamme)... la molette logitech est chouette et me serait très utile sur lightroom... mais à 200€... je vais me contenter de cliquer sur les boutons plus et moins...

avatar TomCom | 

C'est un clavier bureautique haut-de-gamme et très innovant à destination des professionnels de l'image. Logitech a bien besoin d'amortir le coût substantiel de R&D.
Quelqu'un qui travaille du matin au soir avec la Creative Suite d'Adobe l'amortira en un mois, tant le concept est prometteur en gains de productivité.
Si vous le trouvez trop cher, vous pouvez aussi attendre que son prix baisse.

avatar thg | 

Entre les touches qui couinent sur le Logitech et le claquement atroce du clavier de mon MBP 2016, eh bien on va rester au bon vieux clavier à pavé numérique filaire d'Apple...

Merci MacG de m'avoir fait économiser 200 €.

avatar Mike Mac | 

Est si Apple se décide à lancer un clavier avec la même TouchBar que celles des nouveaux MacBook, celui-ci deviendra old school, non ?

D'ailleurs, l'intérêt pour cette TouchBar semble être retombé comme un soufflé.

CONNEXION UTILISATEUR