Le Trésor de la Langue Française informatisé

Fschuster |
Les dictionnaires de langue française ne sont pas légion sur notre plate-forme. La dernière version du Grand Robert remonte ainsi à 1994 : empruntant aux technologies du système 6, elle est parfaitement incompatible avec Mac OS X. Quant aux logiciels d'aide à la rédaction, s'ils incorporent généralement divers lexiques, ces derniers ne peuvent prétendre rivaliser avec les ouvrages de référence.

Le Trésor de la Langue française informatisé (TLFi) pourrait donc combler une lacune. Accessible gratuitement sur Internet et commercialisé sous forme de CD-ROM, le Trésor est le fruit numérique du travail d'une centaine de chercheurs fédérés par le CNRS. Une version Macintosh est disponible depuis maintenant deux ans. Il n'est pas trop tard pour s'y intéresser...

Premiers contacts

Vendu quelques 79 euros, le coffret du Trésor de la Langue française informatisé recèle, outre l'indispensable galette, une copieuse documentation. Il intègre en fait un petit volume présentant la méthodologie mise en œuvre par les concepteurs de l'application et répertoriant les entrées principales du dictionnaire.

L'installation du CD-ROM n'appelle pas de commentaires particuliers. N'importe quel Mac convient dès lors que la machine est dotée du système 10.3.4. Les possesseurs de MacTel ne pourront toutefois faire l'économie d'un détour sur le site de l'éditeur, le bon fonctionnement du logiciel sur ces machines nécessitant l'application d'un patch.

Une fois le dictionnaire installé, son interrogation passe par l'utilisation de la petite application ad hoc. Mais la requête saisie, c'est Safari ou Firefox qui, Java aidant, sont mis à contribution pour la consultation des résultats ou l'approfondissement de la recherche.



On perçoit très vite les limites de ce choix technologique : l'interface du Trésor et l'intégration dans Mac OS X demeurent sommaires. À noter toutefois l'installation d'un service dans l'article de menu éponyme : il permet d'accéder aux fonctionnalités du TLFi depuis les applications compatibles.

Des fonctions de recherche puissantes

D'une manière générale, il faut savoir que tout le corpus du Trésor de la Langue française a fait l'objet d'une transformation en texte structuré dans lequel tous les éléments composant les articles sont délimités. Le champ des recherches possibles ne s'arrête donc pas aux entrées - c'est le cas par exemple du Dictionnaire de Mac OS X - mais recouvre l'entier contenu des articles.

Le Trésor de la langue française informatisé offre néanmoins plusieurs niveaux de consultation. Le premier niveau correspond à la visualisation simple d'un article. En cas de doute sur l'orthographe d'un terme, la recherche sera facilitée grâce à la reconnaissance des troncatures - des points d'interrogation suppléent alors les caractères inconnus dans la requête - ou la possibilité de saisir phonétiquement le terme.

Un deuxième niveau de consultation est destiné aux requêtes transversales. Il devient par exemple loisible de solliciter l'affichage de tous les mots d'origine allemande, relevant d'un domaine technique particulier.



Autre quête envisageable : celle des termes vieillis, vulgaires ou familiers illustrés par Flaubert. Le troisième mode de recherche permet de formuler des requêtes encore plus sophistiquées... une fois acquise la maîtrise d'un puissant formulaire.

Un contenu dense médiocrement habillé

Au-delà des fortes potentialités de ses outils de recherche, le Trésor de la Langue Française informatisé brille par la richesse de ses définitions. Tous les sens d'un mot sont définis et illustrés, chaque article rengorgeant par ailleurs d'indications linguistiques.



Sur le plan formel, le recours à l'html s'avère malheureusement peu habile à clarifier la présentation de ces multiples informations. Il est quand même possible de surligner certains éléments des définitions pour faciliter un tant soit peu la lecture.

Le verdict

Que faut-il penser du Trésor de la Langue Française informatisé ? C'est entendu : le logiciel n'a rien d'une iApp. Doté d'un immense contenu et de puissantes fonctionnalités, le Trésor, attelage baroque, doit composer avec une interface rudimentaire. Faut-il pour autant s'arrêter à l'habillage et conclure au vice rédhibitoire ? Au regard des grandes qualités du produit, nous nous permettrons de répondre par la négative.

Note

Les plus :

- Contenu riche - Puissantes fonctionnalités de richesse

Les moins :

- Interface discutable - Surcoût par rapport à la version PC
6
10

Prix :
79 euros TTC

avatar Anonyme (non vérifié) | 
J'ai acquis il y a bien 18 mois le TLFi, lors d'une promotion (environ 40€, si je me souviens bien, à la librairie du CNRS). Je dois dire que je suis très deçu, l'interface ne fonctionne pas bien (peut être problèmes d'incompatibilité avec Safari ?). Je n'ai pas trové de réponses aux mots dont je cherchais la définition ! pour exemple "Théophore", "Epiphigère" (un insecte du Languedoc), "Billevisé" (pas sûr de l'orthographe ...) et enfin clavarder, dont je comprend le sens, mais dont je cherchait la définition. Si lil y a des mises à jour pas trouvé où les décharger. En un mot un perte d'argent.... Dommage, j'aimerai beaucoup savoir s'il existe des dictionnaires performant ?
avatar eden | 
Je connais ce dictionnaire en ligne depuis longtemps, et j'avais foutu une pression monstre pour que sorte une version Mac. J'avais même débauché des spécialistes Mac sur les forums pour programmer un logiciel sur OS X. Silence de mort côté CNRS. Une fois sortie la version Mac, je ne l'ai pas achetée pour les raisons évoquées ci-dessus. C'est une catastrophe d'ergonomie, même la version en ligne est pitoyable. En plus, avec Safari, elle affiche le résultat d'une recherche une fois sur deux. C'est vraiment dommage, car le contenu est véritablement excellent, riche et précis. De plus, il est tellement bien structuré que l'outil de recherche en est remarquable. En gros, c'est un dictionnaire vraiment fabuleux dont on peut se servir en ligne comme d'une référence. Mais il faudrait que les concepteurs engagent un vrai travail d'intégration à OS X (une iApp par exemple) pour que l'achat du CD-Rom soit justifié.
avatar bug | 
@Bernard : Théophore = ??? Billevisée = Discours insensé. Clavarder = Converser par écrit en temps réel, par clavier et écran interposés, avec un ou plusieurs autres utilisateurs d’un réseau informatique. Antidote dispose d'un très bon dictionnaire ! ;) @+
avatar Luc G | 
Comme eden, j'avais à l'époque insisté sur l'intérêt d'avoir une version mac. Mais contrairement à lui, je suis satisfait du produit que j'ai acheté, malgré ses limitations ergonomiques. Lorsque le TLF était sorti en version papier, il y a bien longtemps, je bavais devant mais le volume et le prix m'avaient retenu (ça coûtait plus cher que l'encyclopaedia universalis papier si je ne m'abuse). Ce dictionnaire basé sur une analyse informatisée d'un énorme corpus de textes est un outil sans égal (même s'il n'est pas conçu comme le Littré ou le Robert). Côté pratique, je n'ai pas de problème particulier pour l'utiliser avec Safari, ça va vite et j'ai bien les réponses que je souhaite. L'ergonomie est "spéciale" mais pour moi ça va. (Avec la version internet, j'avais quelques problèmes d'affichage de pages blanches) Pour les mots pas trouvés : éphippigère et non epiphigère : d'où l'absence de réponse (pas de honte à avoir, j'ai fait la même erreur sur la positon du ph à une époque. Avec la bonne orthographe, on trouve une référence au mot (mais pas une entrée : aucun dictionnaire ne contient, heureusement, les noms de tous les insectes) billevesée et non billevisée Théophore : n'est pas une entrée à part entière mais est cité dans l'article "théo, élément formant" comme adjectif avec en exemple : <br /> Nom théophore. Nom dans lequel entre en composition le nom d'une divinité (d'apr. GDEL). Les deux formes du nom divin, Jahou et Jahvé, ont été rencontrées dans les documents babyloniens du temps d'Hammourabi. Elles entrent en composition dans des noms théophores (Théol. cath. t. 4, 1 1920, p. 961).<br /> Clavarder : n'est effectivement pas cité, c'est un mot d'origine québécoise (synonyme du franglais "chatter") qui n'existait pas lors de la conception du TLF. Je suppose que des mises à jour permettront d'intégrer ces nouveaux mots. En résumé, c'est un outil parfois un peu lourd mais, rien que pour les exemples d'utilisation des mots chez des auteurs, c'est un bijou inégalable mais pas un outil rapide et pratique pour un correcteur orthographique. Le TLF est un dictionnaire de la langue, pas un lexique.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Luc G. > +1. Nous avons ce dictionnaire en utilisation quotidienne sur notre réseau et je m'apprêtais à faire les mêmes remarques et les mêmes conclusions que vous. J'ajouterais toutefois ceci : les désagréments rencontrés par Bernard Broyer montrent au moins que deux fonctions devraient être d'urgence implémentées dans ce dictionnaire : - une fonction que connaissent les moteurs de recherche et, évidemment, les correcteurs orthographiques, je veux dire la proposition d'une autre graphie lorsque l'utilisateur connaît mal l'orthographe d'un mot ; se trouver sans réponse parce que l'on ne sait pas que "billevesée" se termine par un -e est une situation absurde quand on a entre les mains une telle montagne d'érudition. Au moins, avec un dictionnaire papier, trouverait-on immédiatement la réponse… - une fonction qui renverrait automatiquement tous les mots demandés ne bénéficiant pas d'une entrée propre à l'élément constitutif ou au préfixe sous lequel ils figurent dans le dictionnaire… Par ailleurs, il serait bon que l'actualisation de ce dictionnaire se poursuive : on ne peut en rester au contenu de l'édition papier originelle. Ainsi le verbe québécois "clavarder" n'est pas référencé dans ce dictionnaire, mais son équivalent, l'anglicisme "chatter" non plus, sinon pour le sens de mettre bas en parlant d'une chatte ! Autrement dit, le TLF est défaillant dès qu'il s'agit de prendre en charge le lexique FRANCOPHONE. Essayez avec le mot "courriel" très heureusement créé encore par nos cousins québécois : il n'existe pas ! D'ailleurs l'horrible "mèl" français non plus… Il faut donc que ce Trésor de la Langue Française soit d'urgence actualisé. L'ergonomie primitive de cette ressource est, certes, désagréable, mais le caractère figé aux années 90 de la ressource est particulièrement regrettable. Pour finir, petite suggestion à ceux qui l'ignoreraient : en chargeant le petit utilitaire AcidSearch, vous pouvez intégrer directement à votre barre de recherche toute une série de moteurs de recherche mais aussi tous les sites sur lesquels vous voulez faire une recherche DIRECTE. Ainsi pouvez-vous interroger directement le TLF en ligne sans appeler préalablement son site, en tapant directement un mot dans l'espace de recherche de votre navigateur. C'est ainsi que, pour ma part, j'utilise régulièrement le TLF. Son script d'appel :<br /> http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/fast.exe?mot= Bonne journée à tous !
avatar ange | 
@ Surgery merci pour le script AcideSearch @Bernard <br /> sur<br /> http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/showp.exe?128;s=1253392830;p=co mbi.htm on peut faire des recherches sur la phonétique, ou sur l'orthographe approchante (m'a souvent servi dans le cas de mot dont je ne sais pas justement l'orthographe). @eden: pour afficher la définition (qui semble vide une fois le mot trouvé), je clique sur le bouton "valider" dans la colonne de gauche (en dessous des définitions de couleurs) et le texte apparait. Parfois cela marche directement.... <br /> @tous: à quoi sert d'acheter la version CD ? (si ce n'est un besoin hors connexion) ?
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@Ange Honte à moi ! J'ai tellement pris l'habitude d'utiliser le service en ligne du TLF par l'espace de recherche dans la barre de Safari (alors que nous avons la version CD installée !) que j'ai complètement oublié que le TLF offre bien la possibilité de recherche d'un mot par écriture phonétique, donc sans en maîtriser l'orthographe ! Je retire donc une remarque injuste que je faisais plus haut… Réponse du berger à la bergère (!) : merci pour votre script pour atteindre en ligne ce service ! Je l'ajoute illico à mes ressources - en le corrigeant toutefois car une espace s'est glissée malencontreusement dans le libellé :<br /> http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/showp.exe?128;s=1253392830;p=co mbi.htm Merci encore, et bonnes recherches à tous, car le TLF, malgré son ergonomie primaire, est d'une richesse exceptionnelle.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Réponse à Bernard Boyer : 1/ Pour aller dans votre sens, allez donc chercher le mot "oxymore" : nada. (C'est un Trésor de la Langue française). Il y a ainsi des dizaines d'autres exemples. 2/ D'autre part, il y a une petite MAJ du TLFi sur le site du CNRS (mais je ne vois pas ce qu'elle améliore)
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Voici le lien de la MAJ du 22 janvier 2007; en bas de la page. Et en haut vous trouverez celle qui concerne les Macs à processeurs Intel : http://www.tlfi.fr/
avatar noxx09 | 
Personnellement j'arrive à faire marcher le grand Robert via Classic : il y a eu une version modifiée de l'application qui permet d'utiliser le CD alors que la version d'origine ne le reconnaît plus sous OSX. Alors je ne sais plus où j'ai trouvé cette version modifiée de l'application, mais ce n'était pas un truc piraté, cela devait être sur le site du dico Robert, mais en diffusion discrète pour le moins... Sinon pour le TLF, la version internet est quand même pratique, mais je trouve les articles plutôt confus à lire : il vaut mieux avoir une petite idée du sens que l'on cherche.
avatar levinch | 
Peut être qu'un jour l'inadmissible s'arrêtera ... Le Dictionnary d'Apple en anglais sur la version française, ça devrait même pas être permis. Apple doit faire un effort à ce sujet sur Leopard, ou une mise à jour Os X 10.4.10 avec ce dico minimum intégré. Que ça commence par là. Réaction d'un utilisateur énervé.
avatar levinch | 
Peut être qu'un jour l'inadmissible s'arrêtera ... Le Dictionnary d'Apple en anglais sur la version française, ça devrait même pas être permis. Apple doit faire un effort à ce sujet sur Leopard, ou une mise à jour Os X 10.4.10 avec ce dico minimum intégré. Que ça commence par là. Réaction d'un utilisateur énervé.

CONNEXION UTILISATEUR