Mac OS X Lion : l'adieu au fichier

Arnaud de la Grandière |
Apple%20-%20OS%C2%A0X%20Lion%20-%20D%C3%A9couvrez%20les%20principales%20nouveaut%C3%A9s.


Apple avait déjà oblitéré la notion même de fichier sur iOS, elle poussera la logique encore plus loin avec Lion. Qui d'entre nous ne s'est jamais retrouvé rageant contre un funeste plantage, intervenu "inopinément" avant la moindre sauvegarde du travail en cours ? Et à l'inverse, qui n'a jamais regretté une sauvegarde malencontreuse, défigurant bien involontairement des heures de travail suite à une fausse manip' ?

Tout ceci, Apple promet d'en faire un mauvais souvenir avec Mac OS X Lion.

Jusqu'ici, c'était à l'utilisateur qu'il appartenait de "faire le ménage" : gérer ses fichiers, les sauvegarder, les classer, les répertorier, bref, du temps bien inutilement volé à la productivité en elle-même, et des tracas dont chacun se passerait volontiers. En l'absence de toute alternative, il fallait faire contre mauvaise fortune, bon cœur.

Avec Mac OS X 10.7, deux technologies relégueront ces pratiques au rang d'incongruités du passé : la sauvegarde automatique comme sur iOS, et Versions, un système qui permet de revenir en arrière sur les différentes étapes des modifications de votre fichier.

Avec la sauvegarde automatique, vous n'aurez plus à craindre d'éventuels plantages, coupures de courant et autres accidents : l'application s'ouvre dans l'état où vous l'avez laissée, rouvrant le fichier sur lequel vous étiez en train de travailler. Mieux encore, les fenêtres se repositionnent telles que vous les aviez placées avant de quitter l'application, et même la sélection en cours est ramenée dans le même état. Rien ne distingue l'état de l'application entre les deux moments.

Versions promet d'assouplir encore l'utilisation des logiciels : avec une présentation similaire à Time Machine, vous pouvez naviguer dans le temps, pour revenir à des versions précédentes de votre document. Si une version vous intéresse, vous pouvez faire défiler la fenêtre du document pour l'inspecter, et même faire un copier-coller d'une ancienne version à une nouvelle. Cette seule fonction promet de nouvelles manières de travailler et d'utiliser son Mac. Le travail devient temporel : ainsi il deviendra possible d'annoter un document au fur et à mesure de son édition, sans que rien ne paraisse au final, et un simple retour sur l'historique du fichier vous dévoilera ces notes.

En utilisation courante, vous pouvez basculer le fonctionnement de Version entre divers paramètres : bloquer l'état du fichier (pour ne pas sauvegarder automatiquement les modifications que vous pourriez ajouter), cloner le fichier (pour créer une copie de travail, ce qui permet incidemment de créer des fichiers de gabarit), et revenir à l'état du document tel qu'il était lorsque vous l'avez ouvert. Ne nous y méprenons pas : avec cette fonction, Apple retouche pour la première fois depuis les premiers pas du Macintosh en 1984 la sauvegarde de fichiers.

skitched


Autant dire que ces fonctions auraient grandement bénéficié du support de ZFS, qui intègre précisément des fonctions de sauvegardes itératives et différentielles, entre autres. Malheureusement Apple a dû abandonner le projet de supporter ZFS dans Mac OS X pour une question de licence (lire ZFS : chronique d'un abandon). Reste qu'Apple aura fait sans, probablement au prix d'un peu plus d'espace utilisé sur le disque et de moins de souplesse, HFS+ ne pouvant soutenir la comparaison avec le ZFS.

Le Finder lui-même reflète cette "mise à plat" des fichiers : la présentation par défaut des fenêtres affiche désormais tous les fichiers présents sur le disque à égalité, sans indication hiérarchique ni dossier. À terme, on peut envisager que Launchpad prenne le pas sur le Finder pour devenir le mode d'accès par défaut, bien que l'accès direct aux fichiers demeurera indispensable pour encore quelque temps.

http://static.macg.co/img/2011/4/tousmesfichiers-20110624-174043.jpg

Apple a d'ailleurs apporté un autre élément de réponse à cette question avec iCloud, qui synchronise vos appareils de manière transparente. Un même utilisateur n'aura donc plus à utiliser de clé USB ou à s'envoyer ses propres fichiers par email pour les faire passer d'une machine à l'autre, ce qui désincarne un peu plus le fichier. Reste le problème de la communication d'un ficher à une tierce personne. Là aussi Apple a voulu la simplifier avec AirDrop, qui permet d'échanger des fichiers avec les Mac avoisinants, sans configuration et sans même le moindre réseau Wi-Fi. Cependant, cette méthode redonne un semblant de consistance au fichier, alors que tout dans Lion pousse à l'utilisation comme sur iOS : les applications deviennent les points d'accès à leurs propres fichiers, par une présentation sous forme de bibliothèque.

Ce mode d'utilisation a connu quelques détracteurs, non sans raison eu égard à la manière dont, jusqu'ici, la gestion des fichiers de chaque application iOS était effectuée dans iTunes. Là aussi iCloud répond à ce problème, et offre une solution cohérente : le fichier n'existe plus. Ceux qui réclamaient un Finder dans iOS en seront pour leur frais : le concept en lui-même est devenu tout simplement caduc. Il restera cependant à proposer un moyen d'échanger des fichiers avec d'autres utilisateurs facilement à la manière d'AirDrop sur iOS.

Et il aura fallu bien des étapes pour en arriver à la disparition du fichier tel que nous l'avons toujours connu. Ces fonctions sont des héritières directes de Time Machine, mais également de Spotlight : c'est bien la recherche par méta-données qui est susceptible de rendre la navigation par fichier caduque à terme. La reconnaissance faciale intégrée aux photos permet de faire des recherches sur le contenu des images mêmes, sans avoir à se rappeler du nom et de l'emplacement du fichier jpeg. Diverses équipes travaillent actuellement à la reconnaissance d'objets génériques dans les images.



Mais Apple n'en est pas à son coup d'essai. En 1995, elle tenta de redéfinir les frontières entre fichiers et applications avec OpenDoc, qui permettait d'utiliser des fonctionnalités d'applications éparses au sein d'un seul et même document. Certes, il n'était pas à l'époque question de mettre fin au fichier, malgré tout Apple avait tenté une approche différente, qui s'avéra infructueuse, et à laquelle il fut mis fin peu après le retour de Steve Jobs chez Apple, à l'époque comme conseiller spécial de Gil Amelio.

Toujours est-il que pour les utilisateurs de Mac OS X, il y aura résolument un avant et un après Lion. À l'avenir, vous repenserez probablement à la façon dont vous gérez actuellement vos fichiers avec quelque amusement.
avatar PA5CAL | 
@ usb09 : je parlais de la perte des clichés pour iPhoto lui-même. iPhoto Library est peut-être un dossier, il n'en reste pas moins qu'il s'agit là d'un système assez peu ouvert qui gère ses propres informations de façon opaque. Cela mène parfois à perdre ces dernières sans être en mesure de les reconstituer à partir des fichiers qu'on aurait gardés par ailleurs. Bref, il suffit de bien peu pour voir s'envoler des heures de travail. Comparativement, la gestion des images basée uniquement sur les fichiers et les dossiers ne présente pas ce risque, et est ouverte à toutes applications et à tous systèmes.
avatar Caramel10 | 
ZFS a été développé par Sun et appartient donc maintenant à Oracle, d'où le problème de licence.
avatar Chanteloux | 
Je n'ai pas besoin de Lion. Je ne comprends rien aux nouvelles fonctions énoncées par cet article,elles me semblent inutiles et complexes. je tiens à la notion de fichier et n'ai jamais rien perdu grâce aux sauvegardes automatiques qui existent déjà depuis longtemps... Apple va trop vite pour moi, et va me perdre plus vite qu'il ne m'a gagné. Est-ce qu'apple est un ego-trip au service de iPapy, ou un système centré sur ses utilisateurs? Fuck, OS Lion.
avatar USB09 | 
@ PA5CAL : Tout peu se perdre a n'importe quel moment. C'est certain rien n'est sur. Une montre, un fichier, etc... c'est du pareil au même. Moi, j'ai perdu un disque dur entier, en faisant quoi : enregistrement de fichier et éjection du disque. Comme quoi. Maître Yoda disait : évertue toi à oublier des aujourd'hui ce que tu pourrais perdre demain. (quelque chose comme ça ) Tous ça pour dire que les Bugs existeront toujours et on n'est a l'abri de que quoi que ce soit.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Une chose est sure: une proportion non négligeable d'utilisateurs (Mac, Windows..) ne maitrise pas la notion de fichier, d'extension, d'emplacement, de droits etc. Mais à moins de vivre en complète autarcie, l'utilisateur sera confronté un jour ou l'autre, de gré ou de force, à cette notion de fichier. Clé USB, CD, pièce jointe, téléchargement... Les sources ne manquent pas. Franchir cette étape ne sera que plus difficile si l'OS tente de masquer au maximum l'existence du système de fichier.
avatar USB09 | 
@ xad : Sans aucun doute les choses peuvent changer. Ex : 2 amies de cassent la tête pour essayer de de passer un texte tout bête avec une clé USB. Le système/ la clé USB casse les coui*****. Quand Evernote et le mail existe et simplifierait bien la vie. Oui, la notion de fichier disparaît complètement.
avatar BeePotato | 
@ PA5CAL : « que TimeMachine ait été compris comme de la sauvegarde ou de l'archivage, il n'en reste pas moins que la perte aléatoire des données n'est pas le comportement normal auxquels les utilisateurs s'attendaient en mettant ce système en route. » Ben si ces pertes de données correspondaient à l’effacement de vieilles sauvegardes (et je ne vois pas ce que ça pourrait être d’autre avec Time Machine), si, c’est le comportement normal auquel s’attendre. « Je peux citer également le cas d'iPhoto, qui a fait perdre à certains les clichés qu'ils avaient accumulés durant des mois ou des années. » On peut avoir des détails sur comment cette perte s’est produite ? C’était dû à un bug d’iPhoto, ou à une erreur de manipulation de la part de l’utilisateur ?
avatar Rigat0n | 
Non, non, non, je suis pas emballé. Je veux dire, Versions, et tout, c'est pratique pour gérer son travail (comme Time Machine, en fait) mais je n'ai aucune envie de voir disparaitre le système fichiers/dossiers actuel. Pourquoi ? - D'abord dans un souci d'organisation, moi je place mes fichiers dans des endroits bien précis ! - Ensuite j'ai pas confiance. Je bosse sur un gros documents, et les
avatar Rigat0n | 
@ Rigat0n : ...et le système se plante et m'enregistre pas mon fichier automatiquement ? Génial. J'oublie que je suis sur un logiciel qui n'est pas compatible "Versions" et je quitte sans sauvegarder ? Great. Non, vraiment, la disparition du fichier, j'espère que c'est pas pour tout de suite.
avatar SteveGates | 
Wow, donc en gros ça devient du n'importe quoi là. Mais une chose me turlupine: Où vais-je devoir cliquer sur mon iMac pour pouvoir téléphoner? Parce que là je vois de moins en moins de différences...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@Rigat0n Je vois mal une disparition (ou une dissimulation) *totale* du système de fichiers. Tous les développeurs quitteraient la plateforme Mac dans l'heure qui suit! Et il y en a quantité sous Mac. Les développeurs, et donc de proche en proche, tous les professionnels bien entendu. @usb09 "la notion de fichier disparaît complètement", dans ce cas simple, oui. Et tant mieux. Mais dans l'usage courant, tout n'est pas si facile. Pensons simplement à l'accusé de déclaration d'impôts en ligne. Le pdf qu'on est sensé sauvegarder. Qu'est-ce qu'on en fait, où le met-on? Qu'est-ce que c'est...? Ca parait idiot, mais c'est ce genre de difficulté que les utilisateurs peu avancés rencontrent. Et ils sont nombreux. Vouloir masquer les fichiers c'est bien, mais je crains que cela soit encore plus difficile pour certains quand ils seront confronté à internet par exemple.
avatar kubernan | 
La sauvegarde automatique c'est quand même extra : plus besoin d'attribuer des noms de fichiers à la noix quand, tard le soir je veux éteindre mon ordi sans avoir sauvegardé mes documents. J'éteins l'ordi et puis c'est tout. Dodo. Le lendemain je retrouve tout comme la veille.
avatar Silene | 
Bonjour, Venu de windaube il y a près de 5 ans, je lui reprochais -entre nombre d'autres choses- de faire des choses sans me demander mon avis. Un mien collègue exprimait autrement le reproche: "windaube, il t'ouvre ta braguette, te sort ton engin pour te faire pisse, même si t'en a pas envie". Il me semble que le pomme prend le même chemin... Perso à mon âge (73 ans) je n'installerai pas Lion s'il ne me permet pas de "reprendre la main" et de ranger mes affaires comme j'en ai l'habitude.
avatar bugman | 
@ kubernan : Bien sûr que c'est une fonction (j'ose dire option) pouvant être intéressante.
avatar pomme man | 
malgré les déjà très nombreuses réactions, je me permet d'y mettre mon grain de sel pour apporter un témoignage différents que personnes ici ne semble relevé ! Tous ceci passionne ou inquiète, mais tous ceci reste orienté utilisateur "maison". Dév et DA en agence de pub, mon inquiétude est toute autre, et mes premiére utilisation en prod (pour teste) de lion sont loin de me convaincre. La gestion des méta et des fichiers est encore totalement indispensable en utilisation pro. Si Adobe par exemple ne suis pas les avancés d'Apple, et il y a de forte chance qu'elle ne le face pas (ceci l'obligerais à développer un photoshop différents pour windows et pour Apple ! ) nous risquons de nous retrouver dans une impasse avec, d'un coté les évolutions majeurs de comportement et de gestion de lion et d'ios et de l'autre, l'obligation de jonglé avec les fichiers dit "classique" pour échanger avec des utilisateur sur d'autres plateformes En résumé, mon inquiétude global sur l'avancement des os en ce moment (web os d'HP, lion d'Apple, windows 8 que je vous invite à découvrir aussi sur les rumeurs du net et qui n'est pas si inintéressant que ça, Solaris d'oracle...) est le retour a des gestion et des formats propriétaire, cassant de ,nouveau petit à petit les compatibilités ! le retour à l'air de l'informatique propriétaire comme il y a 15/20 ans inquiétante énormément !
avatar PA5CAL | 
usb09 : avec iPhoto, on peut perdre sa librairie sans pour autant perdre les photos (desquelles on dispose d'ailleurs souvent des originaux), ni même les informations relatives à leur classement. Le problème dans ce type de perte, c'est qu'il n'est pas possible de reconstituer la base de l'application à partir des informations encore disponibles si celles-ci ne sont pas présentées dans le format propriétaire et fermé qu'elle utilise. Le travail est perdu, et il faut le refaire, avec l'application. Il en va de même lorsqu'un soucis mineur survient, car il n'est pas possible de faire un diagnostic pour corriger l'erreur. Quand l'application ne sait plus récupérer les documents, on n'a plus que ses yeux pour pleurer. A contrario, lorsque le format est ouvert et interopérable, on dispose généralement de moyens pour corriger le problème ou pour réaliser automatiquement une grande partie du travail de reconstitution. Par ailleurs, s'agissant de données appelées à survivre au temps, il se pose le problème de leur pérennisation. Or, rien ne garantit qu'on aura encore une version compatible de l'application le moment venu. Je compte bien continuer à gérer et consulter mes albums de photos dans 2 ans, dans 10 ans, dans 40 ans. Il me faudrait donc déjà espérer qu'Apple ne fasse pas un jour disparaître iPhoto, comme il l'a fait avec AppleWorks par exemple. Et même si aujourd'hui mon Mac tombe en panne, ma librairie iPhoto '9 ne pourra pas être récupérée par l'iPhoto '5 de mon précédent Mac G4, ni par mes PC sous Linux ou Windows. Et si les évolutions annoncées se confirment, je doute que je continuerai longtemps à racheter des Macs.
avatar PA5CAL | 
BeePotato : "vieilles" sauvegardes est un critère beaucoup trop flou pour justifier l'effacement définitif de données. Il n'est pas rare de devoir rechercher la version n-2 ou antérieure d'un document, notamment lorsque les dernières versions originales sauvegardées sont déjà vérolées. Ce qui est anormal, c'est que TimeMachine informe l'utilisateur de l'effacement de ces données [b]après[/b] l'avoir fait, sans lui laisser la possibilité d'en vérifier les conséquences ni la possibilité d'y remédier. Concernant les pertes avec iPhoto, les discussions sont sur les forums MacGé'. Quelle que soit l'origine de ces problèmes, il est fort dommageable de ne pas pouvoir régler ou atténuer ceux-ci à cause de l'opacité du système utilisé.
avatar RickDeckard | 
@pomme man @PA5CAL +1 et d'ailleurs pas besoin d'aller chercher aussi loin qu'AppleWorks... On est en plein dedans avec FCP X. Les utilisateurs pros sur les forums US tombent des nues tant ils ont l'impression qu'Apple se fout littéralement de leur gueule. Récemment, la démocratisation de formats ouverts était en marche, même Microsoft rendait compatible Office avec les formats OpenDocument et l'OGG, MKV, FLAC est encore massivement intégrés (et utilisés pour les deux derniers) dans 99% des périphériques multimédias par exemple. Sauf chez Apple évidemment. Qu'Apple utilise ses propres paradigmes et ses propres formats de fichiers n'est pas un soucis en soit. Le soucis, c'est d'être obligé de les utiliser, sans laisser d'alternative pérenne. iTunes, qui est un passage obligatoire pour peu qu'on utilise iOS, est une véritable prison. Et Apple ose en faire un hub multimédia. On peut-être certain que si Apple n'avait pas rater le coche du livre numérique, ils auraient sans aucun doute créés leur propre format proprio, à l'image d'Amazon et avec les conséquences graves que l'ont connait, au lieu d'utiliser l'EPUB. Je ne suis pas pour légiférer à outrance, c'est même tout l'inverse, mais vu la façon dont l'informatique avance (ou recul), rendre obligatoire l'intégration des formats ouverts ET standardisés type ODT, MKV, FLAC, OGG, PNG, EPUB devrait être envisagé ou au moins débattu. Ce sont les SEULS formats totalement pérennes.
avatar USB09 | 
@ RickDeckard : Ms et Apple sont très similaire comme toute entreprise. Et possède leur format propriétaire. Mov et wmv. Apple a intégrer le mp4 a son ecosystème et c'est une première. Oui les formats MS ont été ouvert mais sous la pression des gouvernements. Ce qui n'est pas comparable a Apple, qui n'occupent pas la même place Et Windows n'est pas compatible mkv ou ogg en natif.
avatar BeePotato | 
Rigat0n : « Ensuite j'ai pas confiance. Je bosse sur un gros documents, et le système se plante et m'enregistre pas mon fichier automatiquement ? Génial. » Ben c’est exactement le même problème que le cas où un plantage se produit juste avant qu’on ait enregistré manuellement. Quand un plantage vient empêcher l’enregistrement, que celui-ci soit automatique ou manuel, ça ne change pas grand chose, hein. Sauf qu’avec l’enregistrement automatique façon Versions, on a plus de chances d’avoir une version précédente pas trop ancienne déjà enregistrée bien au chaud. Tandis qu’avec l’enregistrement manuel, si on ne s’est pas forcé à le faire régulièrement, ben on l’a dans l’os. « J’oublie que je suis sur un logiciel qui n'est pas compatible "Versions" et je quitte sans sauvegarder ? Great. » Ben le logiciel en question fait comme maintenant et affiche un dialogue de confirmation avant de quitter. Il n’y a absolument pas plus (ni moins) de risque qu’actuellement de perdre ses données de cette façon. Pourquoi imaginer que ça changerait ?
avatar BeePotato | 
@ pomme man : « En résumé, mon inquiétude global sur l'avancement des os en ce moment (web os d'HP, lion d'Apple, windows 8 que je vous invite à découvrir aussi sur les rumeurs du net et qui n'est pas si inintéressant que ça, Solaris d'oracle...) est le retour a des gestion et des formats propriétaire, cassant de ,nouveau petit à petit les compatibilités ! le retour à l'air de l'informatique propriétaire comme il y a 15/20 ans inquiétante énormément ! » Ce n’est pas une histoire de « propriétaire » ou de quoi que ce soit dans le genre, mais plutôt une histoire de retour à des OS un peu plus différents les uns des autres, comme c’était le cas il y a 20 ans et plus. Jusqu’à présent, les OS avaient convergé au niveau des fonctionnalités offertes, ce qui a évidemment facilité la compatibilité entre eux — mais au prix d’un paysage informatique bien plus morne que dans les années 80. Un retour à des OS se distinguant plus les uns des autres, y compris au niveau même de certains comportements fondamentaux, c’est sympa parce que ça offre plus de choix. Mais ça se paye par une plus grosse difficulté pour les rendre compatibles, évidemment. Ça concerne notamment les éditeurs de logiciels voulant à tout prix faire du « multi-plateformes » pour se simplifier la vie, et qui auront plus de mal à le faire dans ce cas.
avatar BeePotato | 
@ PA5CAL : « A contrario, lorsque le format est ouvert et interopérable, on dispose généralement de moyens pour corriger le problème ou pour réaliser automatiquement une grande partie du travail de reconstitution. » Cette vieille légende a la vie dure… Avec un format dit « ouvert », on ne dispose de moyens pour corriger le problème que si un développeur a décidé d’être assez sympa pour développer (et partager) un outil capable de corriger le problème. C’est loin d’être systématiquement le cas, et quand un tel outil n’est pas disponible, ben le côté « ouvert » du format fait une belle jambe à l’utilisateur lambda qui sera totalement incapable de se créer son propre outil. Pour en revenir au cas d’iPhoto, la bibliothèque est en fait un paquet (dossier présenté comme un fichier par Mac OS, pour ceux qui ne le sauraient pas), donc tout à fait explorable avec les outils à la disposition de tout le monde. Et dans ce paquet, outre les photos, on trouve les données de la bibliothèque stockées dans des fichiers XML et des fichiers SQLite. Deux formats « ouverts » et « interopérables ». Certains logiciels utilisent ce fait pour aller lire et écrire sans problème dans cette bibliothèque. On pourrait donc tout à fait trouver des outils permettant de réparer cette bibliothèque. Mais apparemment, on n’en trouve pas, parce que personne ne s’est donné la peine d’en développer (à part Apple, qui a inclus une fonction de reconstruction de bibliothèque dans iPhoto). Résultat, malgré l’usage de formats ouverts et connus, l’utilisateur n’est pas plus avancé. Au point même que certains utilisateurs en arrivent à être convaincus qu’ils sont confrontés à un grand méchant « format propriétaire et fermé ». Apparemment, les légendes du loup-garou et du prince charmant traversent les siècles en changeant juste de nom. Sauf que le prince charmant, même sous son nom moderne de format-ouvert-et-interopérable-qui-permet-de-récupérer-ses-données-comme-par-magie, ben ça reste une légende… ;-)
avatar BeePotato | 
@ PA5CAL : « "vieilles" sauvegardes est un critère beaucoup trop flou pour justifier l'effacement définitif de données. Il n'est pas rare de devoir rechercher la version n-2 ou antérieure d'un document, notamment lorsque les dernières versions originales sauvegardées sont déjà vérolées. Ce qui est anormal, c'est que TimeMachine informe l'utilisateur de l'effacement de ces données après l'avoir fait, sans lui laisser la possibilité d'en vérifier les conséquences ni la possibilité d'y remédier. » À partir du moment où le système de sauvegarde me garantir que « vieille sauvegarde » ne désignera jamais la version n-1, je trouve que le critère n’est pas flou, vu qu’il dépend de tellement de paramètres liés à l’utilisateur et non maîtrisés par le concepteur du logiciel. Ce qui me paraît anormal, c’est que des utilisateurs qui utilisent un disque de sauvegarde trop petit et/ou ne sont pas foutus d’expliquer à Time Machine quels dossiers ne devraient pas être sauvegardés histoire d’économiser un peu de place, viennent ensuite reprocher à ce pauvre système de ne pas être capable de faire tenir sur un disque deux fois plus de données qu’il ne peut en contenir. « Concernant les pertes avec iPhoto, les discussions sont sur les forums MacGé’. » Bravo pour la concision de cette explication. Dommage que je n’aie pas le temps de me frapper l’intégralité de forums pour être sûr de savoir à quel problème précis tu faisais référence… :-P
avatar BeePotato | 
@ RickDeckard : « Qu'Apple utilise ses propres paradigmes et ses propres formats de fichiers n'est pas un soucis en soit. Le soucis, c'est d'être obligé de les utiliser, sans laisser d'alternative pérenne. iTunes, qui est un passage obligatoire pour peu qu'on utilise iOS, est une véritable prison. » Une prison basée sur une architecture extensible à coups de plugins, c’est original. J’en lis beaucoup, moi, des formats de fichiers, avec mon iTunes. « On peut-être certain que si Apple n'avait pas rater le coche du livre numérique, ils auraient sans aucun doute créés leur propre format proprio, à l'image d'Amazon et avec les conséquences graves que l'ont connait, au lieu d'utiliser l’EPUB. » Impossible d’en être certain, non. Mais si Apple avait créé un nouveau format pour ça, ça aurait été pour combler des lacunes du format Epub et proposant sa propre approche. Et si ce nouveau format avait été ensuite documenté (ce qui est régulièrement le cas chez Apple), ben ça n’aurait pas été une mauvaise chose pour le monde. « Je ne suis pas pour légiférer à outrance, c'est même tout l'inverse, mais vu la façon dont l'informatique avance (ou recul), rendre obligatoire l'intégration des formats ouverts ET standardisés type ODT, MKV, FLAC, OGG, PNG, EPUB devrait être envisagé ou au moins débattu. Ce sont les SEULS formats totalement pérennes. » C’est vrai que les formats QuickTime, MPEG4, ou encore H.264, ça n’est absolument pas documenté, non non non. On peut faire des reproches à ces formats pour ce qui est de leurs conditions d’utilisation actuelles, rendues plus difficiles pour certains à cause de problèmes de licence et de droits à payer. Mais pour ce qui est de la pérennité, la quantité de documentation disponible sur ces formats fait qu’ils n’ont absolument rien à envier aux formats que tu cites. Faut arrêter les trolls de base.
avatar BenUp | 
@Benlop Encore un qui n'a rien lu non plus... ou rien compris, c'est plus juste ! Avec tes réponses je pense que tu es un switcheur. Non pas que j'ai une dent sur cette bande la. Mais depuis son ouverture aux particuliers, les professionnels ont perdu beaucoup de leur confort sur Mac. En revanche nous avons gagnés beaucoup de gadgets et d'effet spéciaux ! Comment transformer un outil simple et efficace, en jouet à bobo et BBD à carte de crédit ! Je comprends de plus en plus les entreprises qui passent sur Unix mais côté banquise. Peut être pas si fou que ça. D'ailleurs pourquoi pas renommer OSX directement iTune$. Franchement je sais d'avance que je vais me faire tacler, mais les vieux con de la première heure comme moi comprendront.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR