OnLive change de main

Arnaud de la Grandière |


Les rumeurs se sont succédées et contredites durant toute la soirée d'hier, mais l'annonce est cette fois officielle : OnLive, le fleuron du Cloud Gaming, a été rachetée par une société dont le nom n'a pas pour l'heure été révélée.

Steve Perlman, fondateur et CEO de la société, assure que le service ne sera pas interrompu.

"Nous pouvons maintenant confirmer que les actifs d'OnLive, Inc. ont été acquis par une société nouvellement créée, que celle-ci est soutenue par des fonds substantiels, et qu'elle poursuivra les opérations des services OnLive Game et Desktop, ainsi que la maintenance de toutes les applications et appareils d'OnLive, ainsi que ses partenariats dans le jeu, la productivité, et l'entreprise. La nouvelle société a embauché une large part des équipes d'OnLive, Inc. sur tous ses départements, et compte continuer d'embaucher un nombre substantiel de personnes, y compris des employés d'OnLive supplémentaires. Tous les produits et services précédemment annoncés continueront, y compris ceux en cours d'élaboration, et il n'y a aucune interruption prévue des services d'OnLive. Nous nous excusons de n'avoir pu commenter sur cette transaction jusqu'à ce qu'elle soit effective, ce qui a limité la communication sur les affaires d'OnLive. Maintenant que c'est chose faite, nous pouvons faire ce communiqué."

La transaction semble faire appel à une disposition propre au droit californien sur la faillite des entreprises, permettant de revendre les actifs à une société tierce tout en épurant les stock options des salariés. Cependant il est probable que ceux qui ont pu être ré-embauchés ont bénéficié de nouvelles stock options. On parle de la moitié de la masse salariale de la société (qui se compte en centaines d'employés).

La nouvelle risque cependant de fragiliser le service, rappelant à chaque utilisateur qu'il pourrait voir les jeux dûment achetés sur le service disparaître du jour au lendemain si la société ne parvenait pas à redresser la barre. Pour autant, la société poursuit en effet son calendrier comme si de rien n'était : comme prévu, elle offre ce week-end deux jeux indépendants à ses utilisateurs, SpaceChem et S.P.A.Z. (ici pour les comptes US, ici pour les comptes britanniques, et ici pour les comptes belges, il faut faire l'opération deux fois pour obtenir les deux jeux).

Le mois dernier, Gaikai, un service concurrent fondé par David Perry (créateur d'Earthworm Jim), qui proposait un service comparable en marque blanche aux éditeurs de jeux, a été racheté par Sony pour la somme de 380 millions de dollars. L'opération n'aura fait que mettre OnLive, antérieure et mieux financée, sur la sellette. Son développement a quelque peu manqué de rythme : depuis l'ouverture du service aux États-Unis en 2009, il n'a été ouvert par la suite qu'au Royaume Uni et en Belgique.

De son côté Otoy, autre service de cloud gaming en devenir, poursuit son développement sans sourciller. Son CEO, Jules Urbach, fait part de sa sollicitude pour les employés d'OnLive : "Je suis triste de voir ça. Nous pensons qu'OnLive a été un grand pionnier du Cloud Gaming. Nous sommes là pour rester, et nous ne sommes pas près de nous en aller."
avatar x Jehuty x | 

Si un jour les connections venaient à être plus correct un peu partout en France (encore que je n'ai pas à me plaindre ^^) et pas que dans les grandes villes ce genre de systèmes pour avoir un super avenir mais pour le moment ça risque de profiter qu'à des privilégier...

avatar redchou | 

Bizarre le secret autour de la transaction...
Qui peut bien être cet acheteur?

avatar codeX | 

[quote]Qui peut bien être cet acheteur?[/quote]
Comme dit dans la news, une société nouvellement créée.

avatar Mark Twang | 

Ce qui ne veut rien dire. Les fonds viennent de quelque part.

avatar Mithrandir | 

Cela dit, OnLive à fait faillite avant d'être racheté. Ce qui n'est pas de bon augure pour ce type de services...

avatar jujuhtst | 

Il n'ont pas survécu à l'arrêt de Minitel ;-)

avatar USB09 | 

@codeX

Allez je tente : Microsoft ?

- c'est nouveau on te dit !

avatar BloodyMonkey | 

Le cloud gaming part d'une idée intéressante, ne plus être dépendant du matériel pour proposer des jeux de très haute qualité ou pouvoir profiter de logiciels gourmands en ressources.
Mais ça ne marchera jamais car les connexions internet actuelles ne permettent pas d'avoir un service de qualité tout.
De plus, les joueurs ne sont plus propriétaires de leurs jeux, le service peut être interrompu à tout moment.
Cette extrémité de la dématérialisation, véritable cancer du jeu vidéo, n'est pas bonne et j'espère que le développement de tels solutions ne se fera pas au détriment des jeux "boîte" et des revendeurs.

avatar YoDoS | 

quand tu vois que les autres entreprises spécialisées dans le cloud gaming se font racheter par les "grands de ce monde" y'a surement l'un d'entre eux caché derrière les fonds de la nouvelle société.

avatar havox79 | 

Valve ?

avatar SoundJfx | 

Ouf ! Plus de peur que de mal, je croyais qu'il s'agissait du studio Enlive, créateur du brillantissime Amazing Show "Lapatate.com". :-)

avatar Cowboy Funcky | 

@BloodyMonkey :
'Mais ça ne marchera jamais '

Il suffit de voir l'evolution d'internet depuis 10 ans pour se dire que ton propos est inutile.
Le cloud computing se développe dans les entreprises et les jeux demandent "simplement" des ressources différentes !

Cela marche!
Le reste c'est une question de seuil de rentabilité

avatar Cowboy Funcky | 

@BloodyMonkey :
'véritable cancer du jeu vidéo'

mais tu t'es lu quand t'as bu !

avatar jujuhtst | 

@Cowboy Funcky : Ça se voit que t'as pas joué à Diablo 3, car dans le genre c'est une perle, ce n'est pas totalement "du cloud" mais ça en a tous les désavantages : obligé d'être connecté même pour du solo, quand le serveur est en rade (maintenance programmée ou non), tu l'as dans l'os, de plus la latence peut être vraiment problématique (et ne parlons même pas de l'occasion ...).

Et dire que Final Fantasy VII (de 1997) est ressortit sous Windows (sans améliorations) et il oblige à être connecté pour jouer et il est plombé de DRM. C'est beau non ?

avatar Trollolol | 

jujuhtst [18/08/2012 15:13]

"@Cowboy Funcky : Ça se voit que t'as pas joué à Diablo 3, car dans le genre c'est une perle, ce n'est pas totalement "du cloud" mais ça en a tous les désavantages : obligé d'être connecté même pour du solo, "

Le gros désavantage de l'obligation d'être co pour D3, c'est que se sont les serveur de blibli qui stream le contenu que sont les mobs et les items. Quand tout le jeu est sur la machine de l'acheteur un crack suffit pour pas être embêter si l'éditeur ferme ou arrête, dans le cas de D3 c'est le jeu qui devient inutilisable à moins de récréer le contenu lui même.
Puis bon si t'as un co pourrie avec une latence énorme, tu passes parfois de zone "vide" (c'pas vraiment vide c'est juste que tu vois pas les bestioles) à plusieurs pack de mobs "en retard" sur ta gueule en quelques secondes...

avatar Berechit | 

Take-Two, Ubisoft, Epic Games, Atari, Codemasters, THQ, Warner Bros., 2D Boy, Eidos Interactive, tous ces grands nom du jeu ont été partenaires d'Onlive alors on ne peut pas dire que ce genre de service soit la mort du jeu !
En plus Onlive propose aussi des solutions de dématérialisation de PC (gratuit si on a besoin que d'un ensemble Office 2010) sur une tablette...
Bien sur, il faut une bande passante à la hauteur mais ça viendra et ça sera très utile !
Reste à savoir qui est l'heureux acquéreur !

avatar bugman | 

Boxer8 ?

avatar USB09 | 

Moi je penche pour Microsoft. Si Sony a son Cloudgaming, alors Microsoft ne voudrait pas rester sur le carreau. Une société écran pour l'achat , ni vu, ni connu.

avatar albinoz | 

Méfiez vous du Cloud Gaming, App etc… Quand ça fonctionnera, vous serez les prisonnier des éditeurs…

avatar Albator | 

Je leur fait très moyennement confiance! :S
Je veux être PROPRIO de mon jeu quand même! :s

avatar Mithrandir | 

Apparemment c'est un particulier et pas une grosse société qui aurait partiellement renfloué la société. Qui se sépare de plus de la moitié de ses employés. À mon avis, OnLive est fini, même sous sa nouvelle incarnation.

Il paraît que malgré tout le buzz, il y avait juste quelques milliers d'utilisateurs réguliers. Autant dire que pour l'instant ce genre de services est une idée qui ne fonctionne pas, même commercialement.

avatar Mithrandir | 

En plus le CEO de OnLive est assez malhonnête, ce qui n'engage pas à lui faire confiance. Il a caché la situation à ses employés jusqu'au dernier moment, et il laisse entendre à demi mot qu'une grosse partie sera reprise dans la nouvelle structure, alors que c'est faux.

Du coup il nous dit que tout va fonctionner comme avant, mais je ne vous pas pourquoi lui faire confiance sur ça.

avatar Moontyx | 

depuis quand on loue des jeux vidéos ?
ce système ne m’intéresse pas, et ne m’intéressera jamais !
le cloud gaming ça pu l'arnaque à plein nez, tout comme le cloud tout court !

avatar thefolken | 

@Moontyx :
'le cloud gaming ça pu l'arnaque à plein nez, tout comme le cloud tout court !'
Le Cloud ou l'informatique mutualisée est ce qui permet à bon nombre de gens d'avoir accès à internet. La plupart des infrastructures (toutes?) sont ne sont pas chez toi, et tu paies pour y avoir accès temporairement.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR