Store : Microsoft apprend, Apple développe

Florian Innocente |
Apple ne doit pas craindre une avalanche de nouveaux Microsoft Store à moyenne échéance si l'on en juge par les propos de Bill Koefoed. General Manager de Microsoft, en charge des relations avec les investisseurs, il s'exprimait en début de semaine dans le cadre d'une conférence.

Interrogé sur les projets de l'entreprise avec ses nouveaux stores, il a commencé par hésiter entre le nombre de boutiques déjà ouvertes et celles annoncées (ndr : il y a de quoi trébucher : pas moins de quatre Microsoft Store ont déjà ouvert). Il a ensuite réitéré que ces boutiques étaient «importantes pour donner au client final une expérience des produits dans un environnement que Microsoft entend optimiser».

Cependant il s'agit d'être payé de retour «On aimerait en ouvrir davantage, mais il faut qu'on trouve la bonne formule, et je crois que Steve [Ballmer] a été très clair sur le fait que ces magasins devaient gagner de l'argent»

Microsoft va donc continuer à avancer, mais « à pas mesurés » en observant les résultats, les retours d'expérience et la pertinence des investissements engagés dans les lieux choisis. De sorte que les investisseurs soient en accord avec cette stratégie. Une prudence qui pourrait être aussi dictée, selon eWeek, par la volonté de Microsoft de ne pas aller jusqu'à se poser en concurrent de ses grands partenaires de la distribution.



De son côté Apple poursuit son expansion avec le 300e Apple Store ouvert la semaine dernière en Angleterre (lire Apple ouvre son méga store à Londres). Le plus grand de ses Apple Store au monde. La Pomme doit certainement espérer qu'il transforme l'essai de son voisin de Regent Street, jusque-là vitrine Londonienne de la marque.

L'Apple Store Regent Street génère environ 84 millions d'euros de chiffre d'affaires par an et domine tous les autres en nombre de visiteurs. Un résultat qui a surpris Ron Johnson, le patron des Apple Store, en cela que ces énormes magasins vitrine aux allures de gros showroom (les' flagship stores') se sont révélés être des activités extrêmement rentables «C'est Regent Street où j'ai appris le plus. C'était un gros pari de lancer un tel magasin, mais ça a marché».

storegenius
R.Johnson à l'Apple Store du Louvre - Nelzin/Flickr


Johnson décrit la nouvelle enseigne de Londres pas seulement comme un magasin, mais aussi comme « un endroit où les gens vont aimer être ». Et en évitant les techniques habituelles de vente où il s'agit de pousser le client à acheter.

Pas de ça dans les Apple Store à en croire Johnson, « On apprend aux employés à regarder dans le coeur des gens, pas dans la poche de leur portefeuille, les équipes sont là pour vous aider à acheter ». 'Aider' n'est pas 'pousser', nuance…

Sur le même sujet :
- Apple confirme l'Apple Store de Bordeaux

avatar domd | 
@ Florian "... jusque là vitrine Londonienne de la marque et affichant le plus gros ." ???
avatar laurange | 
@domd : Steve Jobs ! ouvrez on en a gros !
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@ Showmehowtolive - rien à vendre - à part des logiciels - oui d'accord.
avatar jodido | 
perso j'aurai choisi plutot conseillé que aider à acheter (en opposition à pousser), c'est ça que les vendeurs d'enseigne générique (fnac, boulanger etc) ne savent pas faire. essentiellement du fait de leur ignorance la plus flagrante. Trainer dans un rayon de haute techno dans ces enseignes si vous êtes technophile et entendre déblatérer les vendeurs dire connerie sur connerie c'est un instant magique.
avatar EliasOnComments | 
+1 jodido ça fait même mal au cœur pour le client parfois
avatar Tshaolin | 
+1 @ Showmehowtolive : Apple fait Microsoft copie désepérément comme si la "recette" Apple s'appliquait à tout le monde indifférement, c'est d'une tristesse intellectuelle pas possible chez crosoft !
avatar wooper69 | 
quand le prochain iTV va être dispo...bonjour le boost du C.A.
avatar Tshaolin | 
Ballmer pense au fric avant de penser l'idée, en mettant la charrue avant les boeufs il ira loin le gars !
avatar Leehalt | 
« On apprend aux employés à regarder dans le coeur des gens, pas dans la poche de leur portefeuille, les équipes sont là pour vous aider à acheter » Bien sûr. Et la marmotte, tout ça... Ca me rappelle les magasin Carrefour dont le slogan était inscrit en gros sur les t-shirts des employés : "De quelle façon peut-on vous aider à mieux consommer ?". Depuis c'est devenu "De quelle façon peut-on vous aider ?", ça fait moins "Lache-nous ton fric, porte-monnaie !" et plus "Très bon choix, Mr Client. J'ai le même à la maison et j'en suis très content. Je vous en mets un 2ème peut-être ?" :)
avatar Stalmicmac | 
En effet, vu les commentaires et explications de certains "vendeurs Mac" à la FNAC, y a de quoi pleurer ou alors carrément les mettre sur le bûcher (et dire qu'on les autorise à porter un t-shirt Mac!!!)
avatar Macuserman | 
Ahh les vendeurs de la FNAC, tous plus incapables les uns que les autres. Et dire qu'ils vendent des ordinateurs malgré tout... Ouai, bon allez, il y a 1 capable pour 50 incapables...
avatar Florian Innocente | 
@ Leehalt "Ca me rappelle les magasin Carrefour dont le slogan était inscrit en gros sur les t-shirts des employés : "De quelle façon peut-on vous aider à mieux consommer ?" Certes, certes, mais je crois qu'on doit aller plus volontiers dans un Apple Store même si on n'a rien à acheter, que dans un Carrefour. C'est déjà important comme différence, et ça rend le client plus prompt à claquer des sous.
avatar Florian Innocente | 
[b]@ domd[/b] Corrigé, c'était le nbe de visiteurs, dit juste après.
avatar damienjdc | 
A l'Apple store de Genève effectivement j'ai été super bien conseillé... Au lieu de me pousser à des achats inutiles pour mon réseau domestique la jeune et charmante spécialiste m'a démontré que le matériel de mon fournisseur d'accès était tout à fait suffisant. Sans cela elle aurait pu me fourguer sans problème une borne d'accès et je ne sais quoi encore...
avatar Pierre H | 
C'est vrai que quand tu passes dans un AppleStore et qu'un vendeur s'approche car tu as l'air de vouloir demander un truc, tu le sens moins "allez je vais lui fourguer toute la camelote à ce pigeon". Ils ne sont peut être pas payés à la com, quelqu'un a des infos à ce propos ?
avatar Shralldam | 
Y a pas qu'à la FNAC… Je suis déjà allé dans un APR à Lille où un des gars expliquait à un client qu'il y avait des problèmes avec DirectX et sa carte ATI sur son Mac. Et Boot Camp n'existait pas encore.
avatar alan63 | 
En même temps a la FNAC c est pratiquement du pré vendu et les vendeurs ne sont pas comissionnes dans ces conditions on peut s attendre a des prestations de haut niveau Le C.A est vertigineux mais les employés sont sous payes...cela n empêche pas que certains soient d' une nullité de type EDF de foot d' autres par contre sont compétents ils ne constituent pas toutefois l essentiel du genre...

CONNEXION UTILISATEUR