Shadow arrive sur Raspberry Pi et abandonne peu à peu ses boîtiers maison

Pierre Dandumont |

Le 23 novembre, en plus des annonces liées à Shadow Drive et aux nouveautés pour le monde professionnel, la société montrait aussi une innovation intéressante pour certains : un client pour Raspberry Pi. Et en parallèle, Shadow abandonne peu à peu ses boîtiers Box et Ghost.

Un client pour les Raspberry Pi

Jusqu'à maintenant, Shadow fonctionnait sur des PC (sous Windows ou Linux) et les Mac, mais pas sur les cartes Raspberry Pi, qui ont pourtant l'avantage d'être peu onéreuses1. Ce nouveau client corrige donc ce manque, qui va en théorie permettre de se fabriquer un ordinateur adapté à Shadow sous les 100 € (pour le Raspberry Pi, son alimentation, un clavier et une souris). Shadow ne livre pas une distribution complète à installer sur une carte microSD, mais un logiciel (un .deb) pour les distributions issues de Debian.

D'un point de vue matériel, il nécessite officiellement un Raspberry Pi 4 (la RAM importe peu) avec un OS 64 bits (attention, la version par défaut est la 32 bits). Le client s'installe très facilement : dès le téléchargement, l'OS vous propose de l'installer (il y a plus de détails sur le site) et… c'est tout. Une fois que c'est fait, vous pouvez profiter du PC Windows dans le cloud. Par ailleurs, lors de nos discussions avec les responsables du service, nous avons pu apprendre que les Raspberry Pi 32 étaient probablement compatibles, mais que les capacités de décodage vidéo de ces modèles risquaient de ne pas suffire.

Une fois l'application installée, elle est dans les menus.

Nous avons testé avec un Raspberry Pi 400, un modèle intégré directement dans un clavier à la manière des ordinosaures des années 80, et le client fonctionne correctement. Une fois relié à un écran en 1200p, le PC dans le cloud se lance et l'ensemble est fluide et efficace (avec une connexion Ethernet). Le client pour Raspbberry Pi a quelques limites, mais la page de compatibilité indique que certains points devraient être ajoutés dans le futur. Pour le moment, il n'est par exemple pas possible d'utiliser une clé USB branchée sur le Raspberry Pi, mais les claviers, souris et manettes fonctionnent. Attention, il ne s'agit pas de jouer en 4K à 120 Hz comme sur un Mac : la version pour Raspberry Pi a été pensée pour du 1080p à 60 Hz, sur un appareil qui consomme très peu (de l'ordre de 5 W).

Le Raspberry Pi 400 (non, ce n'est pas juste un clavier).

Le début de la fin pour les boîtiers

Depuis les débuts de Shadow, la société propose une solution pour ceux qui n'ont pas de PC : un boîtier maison qui permet de se connecter à Shadow. Il en existe deux (Box et Ghost) et nous avons appris hier qu'ils allaient être abandonnés. Ou, plus exactement, les mises à jour vont s'arrêter. Comme nous l'a expliqué Yannis Weinbach, ils continuent de fonctionner (ce que nous avons pu vérifier avec un modèle issu de la première vague) mais le développement s'arrête. Pour résumer, ça marche… tant que ça marche. La sortie du client pour les Raspberry Pi est probablement une manière intéressante de faire passer la pilule, et la seconde étape va être de permettre d'installer une distribution GNU/Linux grand public (a priori Ubuntu) sur les boîtiers, pour préparer le moment où ils seront incapables de se connecter à Shadow de façon autonome.

Un boîtier de la première génération (ou presque).

Si le boîtier Box (le premier) avait quelques défauts — comme la présence d'un ventilateur —, le second (Ghost) était plus intéressant : totalement passif et peu onéreux (120 €), il permettait de se connecter à Shadow assez facilement. S'il n'est pas encore abandonné, il faut en réalité bien prendre en compte une chose — comme l'ont indiqué les responsables pendant la conférence de presse —, le cœur de métier de la société n'est pas le matériel. Shadow préfère donc laisser cette partie aux autres et se concentrer sur le logiciel, en laissant une porte de sortie aux anciens acheteurs.


  1. Bon, ce n'est pas exactement le cas actuellement à cause de la pénurie de composants, mais les créateurs de la carte promettent un retour à la normale pour 2023.  ↩︎

  2. Techniquement, certains Raspberry Pi 2 ainsi que le Raspberry Pi Zero 2 W devraient aussi fonctionner, mais avec des limites compte tenu de la puissance réduite.  ↩︎


Tags
avatar Chris K | 

Vous aurez beau faire à MacGé.. Shadow ça sera toujours non 😂😁

avatar irishboy | 

Pas mal ça ! C’est cool de voir les supports se diversifier ! Plus qu’à résoudre les quelques latences et la configuration un peu légère pour l’option boost !

avatar Somatiic | 

@irishboy

J’utilise Shadow depuis 3 ans et je n’ai jamais eu de soucis de latence perso (fibre), je suis même passé sur l’option Power et ça tourne comme une horloge.

avatar irishboy | 

@Somatiic

Je trouve que pour du FPS c’est encore perfectible ! Pour le reste effectivement c’est excellent !
Tu sais si sur la road map ils prévoient de faire mieux qu’une 3070 ?

avatar Somatiic | 

@irishboy

Ah je ne fais pas FPS, donc effectivement là je peux rien dire…

avatar Somatiic | 

@irishboy

Non ce n’est pas prévu pour le moment. Là c’est l’option Power le plus élevé et à mon avis pour un bon moment…
Perso ils m’ont mis une RTX A4500.

avatar koko256 | 

@Somatiic

Cela ne dépend pas du PC sur lequel tu tombes ?

avatar Somatiic | 

@koko256

Tu n’as pas le choix de la carte graphique, c’est la loterie. Les premiers servis c’est de la A4500.

avatar koko256 | 

@Somatiic

Je voulais plutôt demander si cela peut changer entre deux connexions.
Au ShadowLive ils avaient expliqué qu'ils mutualisent les PC et que ce n'est pas du bare metal. Mais j'imagine que vu que le système est géré par le propriétaire, probablement qu'ils ne peuvent pas mettre des architectures différentes. Cela passerait pour des Linux ceci dit donc peut-être que Windows saurait faire.

avatar Somatiic | 

@koko256

Me concernant j’ai toujours eu les mêmes composants. Je sais que l’on est attribué à un data center qui ne change pas (sauf exception).

avatar koko256 | 

@Somatiic

Merci

avatar kiddsoso | 

Woow je viens de découvrir l’existence du Raspberry 400, ça a l’air génial !

avatar ErGo_404 | 

Très bien pour le support du Raspberry (surtout intégré au clavier), en revanche dommage pour le support de leurs anciens boîtiers, ça va faire du matériel gâché et pas réutilisable alors que tout à fait capable d'un point de vue matériel de continuer à fonctionner.

avatar smog | 

Oui, mais avec quelques limites à connaître : pas de possibilité de mettre la caméra Pi et accès aux GPIO impossible avec les "hat" traditionnels. Il faut mettre une nappe pour un accès déporté.
Mais sinon le clavier est de bonne qualité et ça limite les fils.

avatar Pierre Dandumont | 
Ben c'est pas super clair (même chez eux) : si on a Ubuntu, le client Ubuntu devrait marcher, mais c'est moins "simple" qu'actuellement
avatar 0MiguelAnge0 | 

@Pierre Dandumont

Je ne pense pas qu’il soit raisonnable de lancer l’OS 64bits sur RPI d’au moins 4GB de DDR…

avatar Valiran | 

Bah il était temps!
Le boitier a toujours été une aberration selon moi. En misant sur les apps Mac/Win/Android/iOS ils aurait économiser du temps et de l'argent

avatar duke_fsc | 

J’y ai un RPi 400 mais c’est pour faire tourner Amikit et AmigaOS3.9.

Hors sujet : Free m’a activé le VoWiFi si ça vous intéresse MacG (en beta). Ca marche top !

CONNEXION UTILISATEUR