Apple serait une perte symbolique pour Intel

Christophe Laporte |

La presse tient pour acquise une annonce d’Apple lors de la WWDC concernant le passage à ARM pour le Macintosh. En effet, c’est au tour du New York Times de s’intéresser à cette relation de quinze ans qui devrait prendre fin prochainement. Le ver était dans le fruit dès le début en quelque sorte. Alors que le premier Mac Intel a été commercialisé en 2006, Apple rachetait PA Semi deux ans plus tard, acquisition qui marquait la volonté d’Apple de concevoir ses propres processeurs pour ses smartphones.

Pour Intel, la perte du Mac ne sera pas une catastrophe financière. Apple écoule près de 20 millions de Mac par an, soit autant de processeurs Intel. Selon l’analyste C.J. Muse, cette activité rapporte environ 3,4 milliards de dollars par an, ce qui représente environ 5 % du chiffre d’affaires d’Intel. Sachant que cette transition devrait s’étaler au moins sur 18 mois, elle ne devrait pas troubler plus que cela les comptes du géant du semi-conducteur. Surtout que les autres activités du groupe sont en croissance.

Bientôt le retour de l'escargot 🐌 dans une publicité Apple ?

Reste que la perte d’un client de la trempe d’Apple devrait par contre ternir son image de marque et révéler au grand jour ses faiblesses actuelles. Une telle transition pourrait donner des idées à d’autres constructeurs. À défaut d’une transition radicale, comme Apple en est capable, certains pourraient se tourner vers AMD, qui ne cesse de gagner des parts de marché depuis quelque temps.

Mais une telle décision illustre avant tout les difficultés d’Intel à être compétitif sur le marché des micro-processeurs notamment sur le segment des terminaux mobiles (ordinateurs portables, smartphones, tablettes). Par rapport à la concurrence, Intel peine à miniaturiser ses puces et connaît de nombreux problèmes de production, qui ont pénalisé les ventes de plusieurs fabricants de PC l’année dernière.

Handel Jones, consultant dans le domaine des semi-conducteurs, estime à 12 mois, voire 18, le retard d’Intel en termes de finesse de gravure. Dans ce domaine, des nouveaux processus de production prévus initialement en 2015, n’ont vu le jour qu’en 2019.

Entre temps, Intel s’est fait rattraper puis dépasser par la concurrence asiatique à commencer par Samsung et TSMC. Mais on ne connaîtra l’impact de ce divorce pour Intel que quand on aura une idée précise des progrès tant sur le plan des performances que de l'autonomie des premiers Mac ARM.

Tags
avatar Liena1 | 

Intel : « rassurer les actionnaires, rassurer les action... »
Ok c’est noté intel 👍

avatar TheRV | 

Je pense que les grands perdants au début seront les utilisateurs, comme à chaque transition. Tant les utilisateurs de machines récentes sur la vieille architecture (rapidement obsolètes) que les nouvelles (absence de logiciels et bugs)

avatar pga78 | 

@TheRV

Le passage à Intel s’est très bien passé ...et Apple maîtrise parfaitement depuis des années l’architecture ARM...donc les utilisateurs n’ont rien à craindre mais peut être à gagner beaucoup d’autonomie sur les MacBook

avatar iftwst | 

@pga78

Rien à craindre .... disons qu’Apple va essayer de gérer cela de la façon la plus soft mais c’est qd même un sacré changement même si il est anticipé depuis des années.

On sait ce que l’on perd mais ce que l’on va potentiellement gagner reste assez théorique à mes yeux.

Mais qu’Apple soit une perte symbolique pour Intel est un évidence et c’est un gros gros symbole.

avatar fousfous | 

@pga78

Les anciennes machines sous processeur Gx sont devenus obsolète des l'année d'après il me semble. J'espère que ça ne va pas se passer comme ça cette fois, surtout vu le prix des Mac actuels.

avatar cyrcle | 

@fousfous

Tu exagères. Mon père travaille sur son G3 Blanc Bleu depuis 20 ans. On a changé 2 fois le disque dur et 1 fois l’écran et le clavier. Beaucoup de sites internet posent problème, mais pour toutes les tâches de bureautique il fait le job.

avatar fousfous | 

@cyrcle

J'appelle pas ça un ordinateur qui fonctionne quand même aller sur internet fonctionne à peine...
Et à moins d'utiliser son ordinateur tout seul (ce qui ne se fait plus depuis au moins 10 ans), tu vas juste avoir des problèmes de compatibilité avec les autres matériels. Tout est interconnecté maintenant, donc il faut pouvoir garder son matériel à jour le plus longtemps possible.

avatar DahuLArthropode | 

@fousfous

Pas sûr que les PCs de l’époque qui fonctionnent encore soient légions...

avatar armandgz123 | 

@DahuLArthropode

Bien sûr que si, la très grande majorité des Pc de la même gamme de prix de l’époque fonctionne encore... mais comme dit plus haut, fonctionner c’est un grand mot. C’est comme les gars qui disent encore utiliser un iPad 3 alors qu’il est inutilisable pour les tâches les plus basiques, tout juste bon à streamer Netflix...

avatar Dimemas | 

oui il utilise un minitel quoi ...

avatar raoolito | 

@pga78

si vous voulez acheter un ordinateur pourles 10 prochaines années, alors oui en effet.
Perso je devais mettre à jour mon imac, je pense attendre lundi déjà pour savoir ce qu’il en sera

avatar abioninho | 

@TheRV

Hervé ?

avatar 2DSP | 

@TheRV

Je ne suis pas tout à fait d’accord. Je pense que durant un certain temps Apple conservera un développement parallèle de macOS sur les deux architectures (x86 et ARM).

Elle assurera ainsi le portage des évolutions les plus importantes les premières années, puis fera simplement des mise à jour de sécurité et/ou stabilité par la suite.

Donc les anciens utilisateurs ne seront pas vraiment lésés. Simplement, à terme, ils n’auront pas accès aux nouvelles fonctionnalités, mais c’est déjà le cas dans l’écosystème actuel. Les machines plus anciennes ont un OS « allégé ».

Pour les futurs machines, je ne pense qu’il y aura de problème non plus, en tout cas pas plus qu’à l’accoutumé. Quels bugs logiciels peuvent arriver, mais c’est déjà notre lot quotidien.

Apple a tout de même une très bonne maîtrise logicielle et matérielle, et elle n’en est pas à sa première transition. Les logiciels incompatibles ? Ça ne durera pas non plus.

Les futurs processeurs de Mac seront basés sur les puces ARM qui équipent les iPad. Et sur ces machines, de grands éditeurs des logiciels ont depuis des années entamé le portage de leurs logiciels, et ce avant même l’officialisation du projet Marzipan.

Abode, Microsoft, Autodesk, et bien d’autres sont déjà là, et la liste ne fait que s’étoffer. Pour ceux à qui sa demandera plus de temps, Apple mettra en place des outils pour faciliter le portage ou l’émulation des logiciels.

Au final, je pense qu’en deux ans, l’essentiel des « grands travaux » qu’impliquent ce changement d’architecture auront été fait. Autant au niveau matériel que logiciel. Et que durant la période de transition, tout sera mis en œuvre pour que l’utilisateur en soit le moins impacté.

avatar Ali Baba | 

@2DSP

Abode ? 🤔

avatar 2DSP | 

@Ali Baba

Adobe 😂

avatar roccoyop | 

@Ali Baba

Tout à fait ! Pour voir ses mails et aller sur internet il n’y aura pas de problème, mais pour les pros, la transition ne se fera pas tout de suite. Vu combien d’années a mis Adobe à mettre ses logiciels en 64 bits, et comment ils étaient lents lors de la transition entre les processeurs power pc et Intel, je sens qu’on va encore avoir quelques années d’errements de ce côté-là.

avatar Malouin | 

@TheRV

Ben oui ! Surtout ne rien faire...

avatar webHAL1 | 

@TheRV

Tout à fait d'accord.
Les utilisateurs ne vont rien gagner dans cette transition (si elle a lieu, mais ça semble être de plus en plus probable), et pas mal à perdre. Au fur et à mesure que le parc de Mac ARM va grandir les développeurs vont délaisser les modèles équipés de processeurs Intel, et au revoir la possibilité de démarrer sa machine avec Windows ou Linux. Sans parler du fait qu'on ne serait pas surpris qu'Apple en profite pour augmenter son contrôle sur les Mac (App Store obligatoire ?).

avatar fousfous | 

@webHAL1

On va quand même gagner en puissance, quand on voit qu'un iPad est aussi puissant qu'un MacBook Pro avec une fraction de la consommation.
Et pour l'obligation de passer par le MAS je pense que ce sera une bonne chose pour le Mac, plus de sécurité, plus de possibilité pour trouver les apps...

avatar MarcMame | 

@fousfous

"Et pour l'obligation de passer par le MAS je pense que ce sera une bonne chose pour le Mac, plus de sécurité, plus de possibilité pour trouver les apps..."

Une restriction qui apporterait plus de possibilités ?
Tu es sérieux ?

avatar fousfous | 

@MarcMame

C'est ce qui a apporté le succès des apps sur l'iPhone et l'iPad.
Et j'ai pas parlé du mécanisme de mise à jour des apps hors MAS, c'est juste insupportable, à chaque fois (ou presque) qu'on veut lancer une app hors MAS on risque de se retrouver avec une MAJ à faire qui fait perdre du temps et souvent sans le moindre change log. Alors que sur le MAS les MAJ sont faites en avance, avec un change log bien visible et sans venir en travers de ce qu'on voulait faire.
Et le MAS impose des options de sécurités qui n'auraient aucunes chance d'arriver sinon, sign in via Apple en est un exemple.

avatar byte_order | 

@fousfous
> C'est ce qui a apporté le succès des apps sur l'iPhone et l'iPad.

C'est illogique comme affirmation.
Il n'a jamais été possible de voir ce qu'il se serrait passé si les apps pour iPhone et iPad avaient été disponible autrement que par l'AppStore.

Pour pouvoir affirmer que quelque chose a apporter quelque chose de plus, il faut pouvoir comparer à la situation avant.

Hors ici, y'a *jamais* eu de situation d'avant. Aucune app pour iPhone / iPad n'a jamais été disponible hors de l'AppStore.

Par ailleurs, ce que vous dites ensuite n'a absolument rien à voir avec le fait qu'un store soit imposé ! Les stores qu'on trouve sur d'autres plateformes, PlayStore, Windows Store, Steam, Origin etc, sans oublier ceux du monde Linux (qui sont d'ailleurs les pionners dans ce domaine) eux aussi proposent des mécanismes de MAJ "seamless" tout autant, sans pour autant nécessiter d'être le seul store obligatoire pour autant.

> Et le MAS impose des options de sécurités qui n'auraient aucunes chance d'arriver
> sinon, sign in via Apple en est un exemple.

Une sécurité qui renforce au passage la captivité de l'utilisateur dans l'écosystème d'Apple, et donc tout autant au profit de la sécurité de l'utilisateur que de la sécurité financière d'Apple.

Je ne vois pas pourquoi un mécanisme d'authentification sécurisé devrait être lié à une plateforme, mais alors vraiment pas. Les certificats HTTPS ne sont pas lié au vendeur des machines sur lesquelles ils sont vérifiés, que l'on sache.

avatar MarcMame | 

@fousfous

"C'est ce qui a apporté le succès des apps sur l'iPhone et l'iPad.
Et j'ai pas parlé du mécanisme de mise à jour des apps hors MAS, c'est juste insupportable, à chaque fois (ou presque) qu'on veut lancer une app hors MAS on risque de se retrouver avec une MAJ à faire qui fait perdre du temps et souvent sans le moindre change log. Alors que sur le MAS les MAJ sont faites en avance, avec un change log bien visible et sans venir en travers de ce qu'on voulait faire."

Quel tissu de bêtises. Tu es effarant.

avatar Dimemas | 

lol ça ne veut absolument rien dire...
regarde les pc, tu trouve vraiment qu'ils ont gagner en puissance avec les 8cx ?

avatar fousfous | 

@Dimemas

Euh oui y a eu un gain de puissance avec l'augmentation du nombre de cœur.
Et il ne faut pas oublier que les processeurs Apple ont aussi plus de puissance à nombre de cœur et fréquence équivalente que sur Intel, en plus d'une consommation largement inférieure.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR