iCloud enfin disponible dans les machines virtuelles macOS Sequoia, mais avec de nombreuses limites

Pierre Dandumont |

Depuis quelques années, une limitation un peu étonnante bloque les amateurs de virtualisation : si vous utilisez les outils d'Apple, il est impossible de se connecter à iCloud dans une machine virtuelle qui exécute macOS sur un Mac Apple Silicon. Pour les développeurs qui veulent tester de nouvelles fonctions, c'est parfois un problème, comme pour tous ceux qui veulent synchroniser des données tout en testant un nouveau système d'exploitation. Avec macOS Sequoia, cette limitation disparaît, mais avec quelques limites.

La connexion est impossible avec macOS Sonoma.

La première est importante : vous devrez virtualiser macOS Sequoia sur un Mac Apple Silicon qui exécute macOS Sequoia. La seconde limite peut aussi être bloquante : la machine virtuelle doit avoir été créée à partir de zéro, directement sous macOS Sequoia. La mise à jour d'une machine virtuelle plus ancienne (par exemple une mise à jour de macOS Sonoma) ne permet pas la connexion à iCloud. Enfin, la dernière limitation vient du déplacement ou de la copie d'une machine virtuelle. Si vous déplacez la machine virtuelle sur un autre Mac, vous devrez vous reconnecter à iCloud. De même, si un utilisateur clone une machine virtuelle sur un Mac, la sentence est la même avec la copie.

D'un point de vue technique, Apple explique que la machine virtuelle dispose d'une sorte de signature (l'identité) qui dérive de l'enclave sécurisée du Mac, et que celle-ci doit être unique, ce qui implique que la copie d'une machine virtuelle est vue comme une nouvelle machine.

avatar Scooby-Doo | 

@Pierre Dandumont,

« La première est importante : vous devrez virtualiser macOS Sequoia sur un Mac Apple Silicon qui exécute macOS Sequoia. »

🤪

L'intérêt est donc très limité ! En principe on utilise des machines virtuelles pour justement exécuter d'autres versions du même système d'exploitation ou d'autres systèmes d'exploitations !

« D'un point de vue technique, Apple explique que la machine virtuelle dispose d'une sorte de signature (l'identité) qui dérive de l'enclave sécurisée du Mac, et que celle-ci doit être unique, ce qui implique que la copie d'une machine virtuelle est vue comme une nouvelle machine. »

Parfaitement logique il me semble !

Cela ressemble plus à une mesure de sécurité pour contrôler l'accès à iCloud ! Et c'est une preuve que Apple protège cet accès au bénéfice de l'utilisateur.

😉

avatar raoolito | 

@Scooby-Doo

"L'intérêt est donc très limité ! En principe on utilise des machines virtuelles pour justement exécuter d'autres versions du même système d'exploitation ou d'autres systèmes d'exploitations !"

moui... pour tester on peut se passer d'icloud, par contre des machines virtuelles pour creuser les fonctions de l'OS sans risque pour son propre environnement de travail ça j'ai souvent entendu

avatar jerome74 | 

"moui... pour tester on peut se passer d'icloud": tout dépend de ce qu'on veut tester… un développeur qui veut tester son application sur Sequoia ne pensera pas forcément la même chose, si elle utilise iCloud!

"L'intérêt est donc très limité ! En principe on utilise des machines virtuelles pour justement exécuter d'autres versions du même système d'exploitation": certes, mais ça commencera à devenir utile l'année prochaine, quand on pourra virtualiser correctement macOS 16 sur macOS 15.

avatar mauy | 

J'ai ce problème après avoir créé une VM via lw wizard Parallels qui est du coup toute fraiche. Impossible de connecter le compte Apple.

avatar PixelPopz | 

Faites une icone sur le bureau de Icloud, ce serait déjà ca

avatar TomMc | 

Une machine virtuelle ça ne pourrait pas servir afin d'ouvrir des pièces jointes à des e-mails afin de les vérifier dans une sorte d'enclave sécurisée?

CONNEXION UTILISATEUR