Windows ARM sur les Mac M1 ? La balle est dans le camp de Microsoft

Mickaël Bazoge |

Dans une interview au long cours pour ArsTechnica, Craig Federighi est revenu sur un des points noirs1 de la plateforme Apple Silicon : l'absence de prise en charge de Windows. C'est un des atouts des Mac Intel qui disparait ici avec les Mac dotés d'une puce M1.

Le vice-président à l'ingénierie logicielle explique que le framework de virtualisation de Big Sur M1 permet de faire fonctionner des machines virtuelles contenant des systèmes d'exploitation ARM dans Parallels ou VMWare (lire : Boot Camp ne sera pas disponible sur Mac ARM !).

Faire fonctionner Linux sur les Mac M1, c'est une bonne chose, mais évidemment l'éléphant dans le magasin de porcelaines, c'est Windows. Federighi indique que CrossOver peut être une solution pour certains logiciels Windows, et qu'on peut aussi se tourner vers des solutions pour accéder à Windows dans le nuage (avec Shadow, par exemple).

Ces alternatives ne sont cependant pas aussi fiables ou pratiques qu'avec une VM de Windows sur son Mac. Une pièce capitale du puzzle manque : la version ARM de Windows n'est toujours pas proposée sous forme de licence grand public par Microsoft, qui ne la délivre qu'aux constructeurs.

Nous avons les technologies de base pour faire fonctionner Windows ARM [sur Mac M1], qui prend bien sûr en charge les applications x86. Mais c'est une décision que Microsoft doit prendre, il leur revient de mettre sous licence cette technologie pour que les utilisateurs puissent s'en servir sur ces Mac. Les Mac en sont très certainement capables.

La balle est dans le camp de l'éditeur de Windows. Peut-être que la situation va évoluer une fois que Microsoft aura développé le support de l'émulation des apps x86 64 bits au sein de Windows ARM, qui ne prend actuellement en charge que les apps x86 32 bits et ARM 32 et 64 bits.

En attendant, il faudra faire avec les logiciels universels, avec Rosetta 2, et aussi avec la bibliothèque d'apps iOS (lire : Tout ce qu’il faut savoir à propos des apps iOS sur les Mac Apple Silicon). Ce qui ouvre déjà pas mal de perspectives.

Mais pour ceux qui ont besoin de faire rouler des apps Windows sur Mac, il y a toujours les machines sous Intel qui sont disponibles et qui vont bénéficier de plusieurs longues années de support. « D'un point de vue logiciel, nous n'avons pas créé une nouvelle branche de macOS. Il n'y a pas une version M1 de macOS et une version différente pour Intel. Ce sont littéralement les mêmes installeurs. C'est la même branche. C'est le même système d'exploitation que nous construisons toutes les nuits. C'est un projet unique, et ça va continuer à être ainsi ».

macOS est un OS universel qui fonctionne sur les deux architectures. « Si vous avez un Mac Intel aujourd'hui, ou si vous en avez déjà un, vous continuerez à recevoir des mises à jour gratuites pendant les prochaines années », rassure Federighi.


  1. Certains diront « le bon côté » 😙.  ↩︎


avatar Scooby-Doo | 

@fredsoo,

« Impossible en l’état actuel d’avoir un boot natif autre que pour MacOS. Impossible de booter une distri Linux Arm ou Windows. Donc la balle dans le camp de Microsoft... pas sûr... »

👍😋❤

Les Mac Apple Silicon n'acceptent pas le dual boot, ni la T2 non plus !

avatar free00 | 

Bonjour,

Je me permets de reposer la question : Pourquoi n'est-il pas possible d'installer Windows Intel 64 bits en utilisant des programmes comme VMWare Fusion ?

avatar redchou | 

@free00

Parce que ce sont des outils de virtualisation, pas d’émulation il me semble.
Ils permettent de faire comme si les instructions du système virtualisé s’exécutaient sur la puce, pas d’effectuer une transformation du code x86_64 vers du code ARM64...

avatar lmouillart | 

Parce que cela fait appel à des fonctions de trop bas niveau pour être performant, en plus contrairement à un GNU/Linux ou Windows, sous macOS il n'existe désormais qu'un seul hyperviseur : celui d'Apple. VMWare Fusion, // et d'autres sont juste des interfaces et facilitateurs vers cet hyperviseur. Un peu à l'image des navigateurs tiers sur iOS.

avatar raoolito | 

@free00

les autres au dessus ont répondu.
Alors par contre c’est con mais il y a une possibilité d’avenir: des logiciels d’EMULATION, qui eux sont conçus pour cela. Pas aussi redoutables que Rosetta2 mais meme à 50% de puissance en moins (aller au pire) on peut se retrouver avec un equivalent de i3 ou i5 portable qui suffirait largement pour de nombreux utilisateurs.

avatar Glop0606 | 

Vu comme Microsoft soutient son projet Windows Arm (pas d’office 365 en Arm, les apps 64bits récemment émulées,...) je pense pas que ce soit leur priorité. Après je me demande si à long terme on y sera si gagnant de passer au ARM. Car qui dit Arm dit jusqu’à présent tout soudé et système fermé. Plus d’évolution matériel ni software. En gros le principe des smartphones. A voire...

avatar en chanson | 

@Glop0606

je pense pas que ce soit leur priorité.

C’est marrant toute la presse pense l’inverse de toi. Quel intérêt pour MS et les assembleurs? Même le responsable en charge de Windows, chez Qualcomm explique l’inverse de toi.

avatar redchou | 

@Glop0606

C’est le but recherché, Apple a toujours voulu limiter les possibilités d’évolution sur ses machines...
Sa politique commerciale est de mettre des tarifs "presque" raisonnables pour les configurations de base, et de faire énormément de marge sur les options, parfois indispensables...
Même sur les machines professionnelles (Mac Pro), où le grand avantage était de pouvoir les faire évoluer, on se retrouve avec une config de base ridicule, du SSD propriétaire, entre autres "innovations"...

Il y a des avantages à proposer ce genre de puce extrêmement customisée mais aussi pas mal d’inconvénients (en fonction du point de vue, constructeur vs client).

Le passage à ARM, permet au fabricants d’abandonner toute l’interopérabilité des composants de PC...

avatar bonnepoire | 

Si j'ai un Mac c'est pour éviter Windows...

avatar AD78 | 

Bonjour
D'un coté, j'attend impatiemment le nouvel iMac en remplacement de mon actuel en fin de vie,
de l'autre, j'avais swiché quand mon Windows XP a eté supporté sur Mac ,grace à Parallels.
(Je ne pouvais me séparer de MS Money !!! )
Alors ce que je lis dans ce débat de grands spécialistes m'inquiète fortement , Dois je comprendre que sous M1 ,Parallels ne pourra plus supporter mon fidèle Windows XP / MS. Money ?????
Un grand merci à qui pourra me donner une réponse.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR