Aperçu du nouvel iMac 24"

Anthony Nelzin-Santos |

Après quelques semaines d’attente, le nouvel iMac 24" est arrivé. Cette machine ne représente pas seulement la première évolution du langage visuel de l’iMac depuis plus d’une décennie ; c’est aussi la première manifestation concrète des possibilités offertes par la puce M1. Premier aperçu de cette double nouveauté.

L’iMac 24".

Vous avez aimé l’emballage du Mac Pro ? Vous allez adorer celui de l’iMac 24". Le déballage est une expérience unique — dans les deux sens du terme. Le carton est un gigantesque origami : après avoir fait tomber le panneau orné d’une photographie de la machine, il faut écarter deux ailettes pour libérer la machine, qui s’avance dans un grand jeu de (dé)pliages. De la même manière, il faut tirer sur une languette pour ouvrir le volet qui cache les accessoires.

L’ouverture de l’ingénieuse boite de l’iMac 24".

À l’exception des films qui protègent la machine elle-même, Apple a presque entièrement éliminé les matières plastiques. Les pièces de papier qui maintiennent les câbles sont de petites merveilles de pliage, et les périphériques sont présentés dans une petite pochette de fibres. Quel fabricant consacre autant de moyens et d’énergie dans la conception des emballages ?

Les accessoires colorés de l’iMac 24".

Pour la première fois, l’iMac est fourni avec une alimentation externe, qui consacre le retour de la prise CEI 60320 C5 que l’on n’avait plus vu depuis l’iMac G4. Le câble d’alimentation recouvert de tissu coloré, qui mesure deux mètres de long, se termine par un étonnant connecteur cylindrique magnétique. On peut sentir, lorsque l’on passe le câble dans le trou du pied, les aimants attirer le connecteur.

Le connecteur d’alimentation.

La comparaison avec les adaptateurs MagSafe des ordinateurs portables s’arrête aux aimants. Il faut appuyer fermement pour le brancher, et tirer tout aussi fermement pour le débrancher. Un détrompeur et des billes empêchent les déconnexions intempestives. L’alimentation fournit 143,1 W sous 9 A : le câble fait remonter le courant, mais aussi la connexion à internet, puisque le bloc secteur comporte un port Ethernet Gigabit.

L’adaptateur secteur avec sa prise en trèfle et son port Ethernet Gigabit. Apple recycle une vieille idée, qui faisait l’ingéniosité des alimentations des Cinema Display des années 2000. Le modèle d’entrée de gamme est fourni avec une alimentation sans port Ethernet, sauf à prendre une option à 26 €.

Le bouton d’alimentation, dont la forme concave peut être repérée à l’aveugle, reste à gauche. Pour la première fois depuis Mac OS X Snow Leopard, le premier démarrage est marqué par une petite animation. Le mot « bonjour » défile dans plusieurs dizaines de langues, pendant près de deux minutes, à la manière des premières versions de Mac OS X. Un clin d’œil nostalgique parfaitement inutile, mais fortement sympathique.

Le nouvel iMac vous salue.

L’iMac 24" est construit comme un iPad : le châssis monocoque en aluminium, qui accueille l’ensemble des composants, est fermé par une grande dalle de verre, qui comporte la dalle LCD. Les esprits chagrins font une fixation sur le « menton », mais ce menton est l’iMac, très littéralement. C’est un élément visuel emblématique, associé au tout-en-un d’Apple depuis 17 ans, mais aussi un élément fonctionnel crucial, puisqu’il renferme tous les composants.

Le bouton d’alimentation.

Ce menton empêche de prendre l’iMac pour un vulgaire écran, et permet d’affiner le profil, au point que la prise casque doit migrer sur la tranche ! Avec son connecteur magnétique et son poids de 4,5 kg, l’iMac 24" peut être vu comme une machine transportable, que l’on peut imaginer déplacer de la cuisine au salon en fonction des besoins, voire ranger dans un placard le temps d’une soirée ou d’un weekend1.

La tranche plate de l’iMac 24", ici avec la prise casque.

Les couleurs du menton et du pied sont coordonnées, et plus claires que celles du dos, sauf sur le modèle uniformément gris. Cette astuce visuelle ancre la machine au bureau, et l’écran semble flotter, puisque la bordure blanche se fond dans le décor. Les gouts et les couleurs ne se discutent pas, mais les intentions des designers d’Apple ne devraient pas être repoussées d’un revers de la main.

Le modèle gris est le plus ennuyeux, ou le plus traditionnel, du lot. En plus d’être uniformément argenté, il n’est fourni qu’avec un seul autocollant, alors que les autres modèles sont fournis avec deux autocollants, l’un de la couleur du pied et l’autre de la couleur du dos.

Alors que la face avant est recouverte d’une dalle de verre parfaitement lisse, la fine texture de la face arrière provoque un phénomène d’iridescence. Selon l’angle, notre modèle bleu se pare de teintes vertes ou violettes. L’iMac peut occuper une place de choix dans un bureau, et en mettre plein les yeux avec son dos chamarré, ou bien être placé contre un mur, et n’apporter qu’une touche discrète de couleur.

L’iMac bleu et l’iMac gris.

La grosse pomme en verre fait office de fenêtre radiotransparente, qui laisse passer le signal des antennes Wi-Fi 6 et Bluetooth 5. Le modèle d’entrée de gamme ne comporte qu’une paire de ports Thunderbolt 3, les modèles supérieurs ajoutent une paire de ports USB-C. Apple propose toujours une version VESA livrée sans le pied original.

Les ports Thunderbolt 3, surmontés d’un petit éclair, et les ports USB-C.

L’écran de l’iMac 24"… ne mesure pas 24". D’un coin à l’autre, il mesure un peu moins de 60 centimètres, soit 23,5". Comme Apple a rogné sur les bordures, l’iMac 24" est à peine plus large (54,7 cm) que l’iMac 21,5" Retina 4K qu’il remplace (52,8 cm). À mi-chemin entre l’iMac 21,5" Retina 4K et l’iMac 27" Retina 5K, l’iMac 24" possède une définition native de 4,5 K, ou 4 480 x 2 520 px pour être précis.

L’écran du nouvel iMac 24".

Sa résolution de 218 ppp est légèrement inférieure à celle des machines portables, mais absolument identique à celle du ProDisplay XDR. S’il affiche une définition logique de 2 240 x 1 260 px, il peut afficher jusque 2 560 x 1 440 px, et donc offrir la même surface de travail que l’iMac 27" Retina 5K. La colorimétrie semble légèrement flatteuse, mais nous devrons sortir notre sonde pour distinguer les caractéristiques de la dalle des conséquences de True Tone.

La bordure blanche se fond dans le décor, et l’écran semble flotter au-dessus de la machine.

Mais nous n’aurons pas besoin de sortir les appareils pour entendre la différence. Avec deux paires de woofers et une paire de tweeters, le nouvel iMac 24" envoie du lourd. La machine manque de coffre, c’est certain, mais les basses sont maitrisées. Les woofers travaillent les uns contre les autres pour éviter les vibrations parasites et réduire la distorsion à néant.

Le parfait bureau de télétravailleur ?

Bien sûr, si l’on touche la machine, on sent bien qu’elle tremble au rythme de la musique, mais pas au point de bouger sur son pied. Le nouvel iMac 24" est paré pour l’« audio spatial » dans Apple Music : la séparation des canaux est claire et nette, et les effets de panning donnent l’impression que la machine est plus grande qu’elle ne l’est vraiment. Il s’agit de simulation, d’accord, mais d’une simulation convaincante.

Le nouveau Magic Keyboard, avec ou sans capteur Touch ID.

Apple a tiré les leçons du télétravail, qui a prouvé l’importance du système audiovisuel des ordinateurs. Les trois microphones fonctionnent comme un système pour annuler les bruits de fond et « viser » la personne face à l’écran. Surtout, la webcam possède maintenant un capteur HD 1080p, et le processeur de traitement de l’image de la puce M1 règle automatiquement la balance des blancs et l’exposition. Une fois les visages détectés, les différents plans sont séparés et ajustés automatiquement, pour assurer une grande gamme dynamique.

La webcam.

L’image est plus détaillée et plus nette, l’éclairage du visage est préservé malgré les contrejours, les zones sombres ne fourmillent plus. La colorimétrie dépend des applications : dans les mêmes conditions, Photo Booth tire des images plus chaudes et contrastées que FaceTime, qui produit une image un peu plus plate. Bref, l’iMac 24" possède la meilleure webcam jamais intégrée à un Mac.

Une photo prise avec la webcam du nouvel iMac 24". C’est presque bien. (Merci à mon collègue Stéphane d’avoir pris la pose.)

Sauf que la barre n’était pas bien haute. Alors que le nouvel iMac est présenté comme le parfait compagnon du télétravailleur, il souffre de la comparaison avec l’iPad Pro 2021, équipé de la puce M1. Pourquoi ne possède-t-il pas la même optique très grand-angle ? Pourquoi ne propose-t-il pas la même fonction de centrage automatique du cadre ?

Le dos de l’iMac 24".

Enfin, nos premières mesures de performances ne révèlent aucune surprise. Les résultats sont peu ou prou identiques à ceux du Mac mini et du MacBook Pro 13", qui étaient légèrement supérieurs à ceux du MacBook Air. L’iMac 24" n’est qu’un Mac mini avec un écran… ou un iPad Pro sur pied. Nous reviendrons plus en détail sur cette machine dans les prochains jours, avec la publication de notre test complet.

Avec Stéphane Moussie.


  1. Et il ne fait aucun doute que l’on verra des professionnels le transporter dans une flight case pour disposer d’une machine de bureau sur le terrain.  ↩︎


Tags
avatar iJoke | 

Le menton c’est fait pour les post-it

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@iJoke : en plus !
avatar Leadlike | 

@iJoke

J’ai aimé

avatar raoolito | 

@iJoke

vous aussi, hein :D ?

avatar PahraDeHaske | 

"Ce menton fait l'iMac"
Oui un menton avec une pomme fait l'iMac
Un menton sans pomme, c'est juste un menton

avatar Pobla Picossa | 

Ne pourrait-on pas imaginer de l’alimenter par une batterie, ce qui permettrait de le balader partout dans la maison et même en extérieur, en faisant la premier « ordi de bureau transportable » ?
Techniquement, ça semble possible, non ? A moins que l’écran ne pompe trop d’énergie ?

avatar armandgz123 | 

@Pobla Picossa

Techniquement, ça fait des années que c’est possible, mais c’est complètement inutile, on ne va pas se mentir

avatar Pobla Picossa | 

@armandgz123

Ça me serait bien utile à moi… Sortir un peu de la petite pièce tristounette qui me sert de bureau, aller bosser un peu sous la véranda ou même pourquoi pas dans la cuisine (ma cuisine est sympa et ensoleillée), ce serait cool, surtout avec un écran 24 pouces pour un ordi de moins de 5 kilos… étant donné que l’alim est séparée ce serait infiniment plus simple qu’avec les iMac actuels qui en plus pèsent le double.
Une bonne idée pour un kickstarter, avec une batterie qui se clipserait sur l’arrière du pied…

avatar armandgz123 | 

@Pobla Picossa

C’est ce que je voulais aussi, je te comprends. Résultat, j’ai pris un ordinateur portable, avec un hub USB C et un écran 4K 27’’ dans le bureau. Comme ça je peut bouger chez moi et ailleurs quand j’ai envie. Surtout qu’avec l’iPad on peut avoir 2 écran grâce à Sidecar

avatar koko256 | 

@Pobla Picossa

S'il y a une prise à destination, pas besoin de batterie. Juste d'un moyen de mettre en veille vers le disque dur et non la RAM. La on paye un peu la vision imposée par Apple de comment on doit se servir de son Mac car la fonction existe. Après, j'ai peur qu'une batterie ne se vide trop vite mais il existe beaucoup de petits onduleurs mais je n'en avais pas trouvé qui s'accordent au visuel du Mac. Et cela rajoute quelques kg.

avatar ancampolo | 

@Pobla Picossa

Hello j’y pense aussi j’ai envie de bosse dans mon salon et autres du coup je cherche a acheter une alimentation supplémentaire mais ce n’est pas en vente sur le site d’apple…

avatar Lolo43d | 

Superbe aperçu 🤩
Très bonnes explications détaillées 👍
Très belles photos 📸

Merci 🙏 !

Ps : ne vous manque plus qu’un clavier avec pavé numérique 😜…

avatar jrxch31 | 

Merci MacG. Les YouTubeuses hystériques c'était chouette il y a deux jours, mais vos photos HD et vos remarques me permettent vraiment de me décider avant l'achat.

avatar 421 | 

Dans quelques v’jours, j’imagine un tutoriel pour «fraiser» le pied et y glisser un galet de recharge pour iPhones ou AppleWatch

avatar raoolito | 

@421

perso j’ose a peine imaginer ca pour les versions plus cheres, au moins en option, ce serait top...

avatar 421 | 

@raoolito

Tu peux te brosser Martine ;-)
Il faudrait bricoler, comme d’habitude ;-)
C’est ce que j’ai fait avec ma caisse à vin connectée :
_ une caisse à vin 12 bouteilles
_ retirer une longueur
_ glisser la bête en dessous
_ percer 3 cm du dessous pour laisser passer alimentation et câbles divers
_ percer le dessus pour poser chargeur IKEA
Budget ? 0€ 🤣

avatar lebidule | 

Faites comme moi : iMac en version VESA, fixé au mur (ou vous pouvez le fixer sur un pied téléscopique) et vous mettez les accessoires que vous voulez juste en dessous sans avoir besoin de bricoler :)

avatar Malouin | 

Pour être nouvel utilisateur d’un Mac Mini M1, j’ai été bluffé !
3 heures d’installations et de divers téléchargements suivi de 3 heures de visio et la bête était froide comme au déballage !
J’ai dans un autre bureau, un mac Mini Intel : après 1 heure de Teams, je peux faire cuire un œuf dessus !

avatar raoolito | 

@Malouin

«  3 heures d’installations »
damn :O meme avec tous les logiciels je trouve que c’est un peu exagéré en fait.
une astuce pour simplifier votre vie, placer tous les utilitaires (ceux qu’on peut glisser deposer) dans un repertoire nommé « application » à la racine de votre home. Vous pourrez juste les copier tels quel sur toute future becane et ils foncitonneront.
et aussi, utilisez quand c’est possible ET interressant les softs du mac app store. Ils se reinstallent tout betement tous seuls en passant par le compte sur le mac app store.

avatar Malouin | 

@raoolito

Ben en fait, j’ai déballé sans avoir fait une sauvegarde de mon autre Mac mini…
Impatient que je suis, j’ai du télécharger et installer pas mal de softs. Rien d’insurmontable.
Et j’ai été bluffé !

avatar siridev | 

@raoolito

Hello, c’est hies-sujet mais tu aurais un tuto pour une réinstallation propre d’un mbpro M1 car j’ai fait un transfert Time machine depuis un MBAir 2014 et j’ai le même genre de lenteur surtout en sortie de veille.

avatar raoolito | 

@siridev

helas je n'ai pas de mac M1
mais de base la methode est simple:
- les utilitaires glisser/deposer sur une clef usb et a mettre dans un répertoire "application " dabs votre home
- si vous avez autorisé les pref système a etre sauve sous icloud elles seront automatiquement appliquées à l'installation
- une liste de softs majeurs a installer et tout cela dans un disque pret a brancher( avec plugins)
- sur mac intel je demarre sur le dernier os en ligne command/option/R et je formate et force l'installation

MAIS ce dernier point n'est plus valable sur mac M1, c'est une autre procédure que je suis malheureusement incapable de vous donner. mais vous devriez la trouver sur le site d' apple avec l'aide de google

bon courage

avatar siridev | 

@raoolito

Merci 🙏

avatar Inconnue 67 | 

@raoolito
@siridev

Juste pour info :

En effet, la procédure n'est plus la même, pour accéder à la Partition de Récupération...

Sur les Mac Intel, c'était le raccourci ⌘ + R
Et sur les Mac M1, dorénavant, il faut maintenir le Bouton d'Alimentation...

👇 Pour + d'infos :

👉 https://www.macg.co/macos/2020/12/apple-silicon-comment-restaurer-un-mac-et-reinstaller-macos-118219

👉 https://www.macg.co/macos/2021/05/la-partition-de-restauration-des-mac-m1-necessite-une-souris-121497

avatar raoolito | 

@Inconnue 67

bon ben il ne me reste plus qu'a acheter un mac silicon 😝

avatar armandgz123 | 

@Malouin

C’est pas le cas pour le MacBook Air M1, ça chauffe pas mal… mais normal quoi

avatar Clébert | 

Heu comment vous faites pour le faire chauffer ? Les seules fois où j'ai réussi c'est avec de l'encodage vidéo (et encore, il est devenu tiède au bout d'un moment), où quand un logiciel était bugué et occupait tout le processeur. Pourtant mon macbook air m1 est ma machine de travail et je ne la ménage pas (16go de ram et 512go de ssd).

avatar armandgz123 | 

@Clébert

Quand j’ai un écran externe 4K avec YouTube/deezer et zoom + aperçu + recharge ; les jeux vidéos bien sur ; ou encore convertir un fichier vidéo…
Mais après je tiens à nuancer, c’est quand même excellent pour un ordinateur de cette puissance et sans ventilateur ! C’était pire sur mon ancien Dell XPS 4K.

avatar Spinaker | 

Extra l’article. Cela le conforte dans mon choix.
Mais désolé j’ai pris le modèle gris, c’est celui qui s’intègre le mieux chez moi 😁.

avatar Rez2a | 

« Une photo prise avec la webcam du nouvel iMac 24". C’est presque bien »

Je ne sais pas ce qu’il vous faut, je la trouve très bien cette photo ; on ne demande pas à un Mac d’avoir un capteur d’iPhone pour prendre des paysages en photo, ça a l’air très largement suffisant pour faire de la visio !

avatar J_r_m | 

@Rez2a

C’est clair, je trouve que la qualité a l’air plutôt très bien.

avatar Alex250 | 

Question: le WiFi 6 comme celui de cet iMac, permettra-t-il de bénéficier des avantages du WiFi 6E ?

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@Alex250 : non, le Wi-Fi 6E utilise une bande de fréquences différente.
avatar cd633 | 

Les produits chez apple c’est toujours beau quand c’est nouveau. Mais avec le recul parfois on se rends compte que l’éloge de puissance du départ n’est plus toujours d’actualité quand l’usage devient plus important. J’avais eu aussi cette impression avec l’iMac Pro … pour finalement me dire après utilisation soutenue que finalement la puissance n’est sans doute pas à la hauteur de la pub sur une machine de presque 7000 euros. Je reste très méfiant sur cette puce M1 qui vendrait presque du rêve. J’aimerai bien la voir en action sur un filtre style Neat Vidéo sur une séquence de 5 minutes en 4K 10 bits !!! Après on en reparlerait …

avatar Rez2a | 

@cd633

Je pense que les éloges du M1 ne sont pas volés, mais il faut garder à l’esprit qu’on parle du SOC qui équipe les entrées de gamme. Pour un SOC d’entrée de gamme, il a tout l’air d’être exceptionnel oui, puisqu’il se compare à des CPU de milieu / haut de gamme des anciens modèles.

Est-ce qu’il battra le CPU qui équipait un iMac Pro à 7000€ ? Peu de chances à mon avis, mais là vous jugez un ordinateur qui coûte 1500€.

Ça serait sûrement plus sage d’attendre la fin de l’année pour voir ce qu’Apple a en réserve, mais comme c’est parti on a toutes les chances de se retrouver avec des ordis a 3000€ qui vont exploser des ordis qui coûtaient le double du prix il n’y a pas si longtemps !

De mon côté, j’attends la livraison de cet iMac 24", je m’attends à retrouver des performances comparables à un iMac 5K i9 pour ce que je vais en faire. Pour moins de la moitié du prix.

avatar romainB84 | 

@Rez2a

« SOC qui équipe les entrées de gamme »

J’ai pas les chiffres en tête en effet… mais à mon avis, le MacBook Air + le MacBook Pro 13 + le Mac mini + l’imac …. Ca doit représenter - à la louche - 80-85% des ventes d’apple lol ^^
Donc je pense que le terme « entrée de gamme » à un coté assez « connotation négative » !
j’aurais plutot tourné ton commentaire de la manière suivante :

« Je pense que les éloges du M1 ne sont pas volés, mais il faut garder à l’esprit qu’on parle du SOC qui équipe les besoins de la majorité de la clientèle apple. Pour cet usage, il a tout l’air d’être exceptionnel oui, puisqu’il se compare à des CPU de milieu / haut de gamme des anciens modèles »

avatar Rez2a | 

@romainB84

Ah je disais pas du tout ça avec une connotation négative, mais on sait déjà que le M1 est le SOC le moins puissant que proposera Apple sur les Mac.

Après, on est d’accord que c’est une entrée de gamme assez exceptionnelle pour faire également office de milieu de gamme avec les iMac.

avatar romainB84 | 

@Rez2a

nan mais t’inquiète, j’avais vu que ton commentaire n’étais pas « méchant » 🙂.
C’est juste que je trouve le terme « entrée de gamme » mal approprié.
Que ce soit le moins puissant de la gamme des puces M, ca c’est un fait. Mais ca n’en fait pas une puce « bas de gamme » (apres j’avoue que tu n’as pas employé le terme « bas de gamme » et c’est peut etre moi qui ai fait un amalgame avec ce terme qui aurait été vraiment très déplacé pour le coup lol).
mais contrairement à un iPad « entrée de gamme » dont certains compromis peuvent être délicat pour l’usage de la majorité des gens (et encore… que je trouve que les choix fait pour l’iPad 8… sont assez géniaux pour proposer une tablette qui comble les usages de 90% des gens avec un rapport qualité prix excellent). Par contre je trouve que dans cette gamme « M1 », il n’y a pas ce sentiment de « arf… ils ont viré ca … ca va me donner envie de prendre le modèle au dessus »....
À part les kéké qui vont vouloir un ethernet 10Gbit (alors que la quasi totalité de la clientèle de cette machine va passer par le WIFI) ou brancher 2 écrans externes sur un Macbook air…. Mais bon… deja 1 écran externe sur un MacBook Air… ca doit représenter à peine 1% de la clientèle cible de cette machine… alors 2 écrans…. J’ai envie de dire que si ca représente les besoin de 0,001% de la clientèle de cette machine… apple a bien fait de pas le mettre lol.

avatar pocketalex | 

Aucune connotation négative avec le terme « entrée de gamme »

J’aurais pour ma part utilisé le mot « familiale » pour parler de ces gammes, mais la finalité est la même : des machines dotées « modestement » en CPU/GMU/RAM ce qui est parfait pour des usages dans un cadre « familial », et ce qui reste de l’entrée de gamme si l’on compare aux gammes au dessus

avatar Uriah Heep | 

@romainB84

👏

avatar andr3 | 

@cd633

A de rares exceptions(*), mon Mac Mini M1 se tire très bien des activités que je lui demande comme les mails, les multiples documents Office ouverts simultanément, Notes, Spotify, Fantastical, PDF Expert avec plusieurs PDF, quelques fenêtres Safari, MindManager ...

Les mêmes activités sur mon MacBook Pro i9 fait chauffer le MacBook et les ventilateurs font beaucoup beaucoup de bruit. Je les ai calmés avec Turbo Boost Switcher.

Mon utilisation du Mini (et du MacBook Pro) est une utilisation pro (mais pas dans le sens du montage vidéo par exemple).

D'un point de vue périphérique, le Mini est connecté à une station d'accueil CalDigit TS3+ où sont connecté mon écran LG de 49", mon LaCie d2 Pro, le réseau, un hub USB ... et le tout fonctionne dans un silence reposant ... c'est trèèèèès agréable. Je compte retirer la TS3+ et connecté tout ce petit monde directement au Mac ; ce qui me fera un petit test de performance.

(*) Les problèmes de performance sont le plus souvent engendrés par des applications Microsoft comme OneDrive et Teams qui mettent à mal à certains moments les 8GB de RAM. Vu comme la RAM est gérée par ces applications, je ne suis pas sûr qu'un 16 GB change quoique ce soit au problème. OneDrive, en ne faisant rien consomme allègrement quelques GB de RAM et Teams n'est pas en reste.

avatar cd633 | 

@andr3

Finalement je peux comprendre et admettre que ce sont les usages qui permettent de positionner un avis éclairé sur la puissance d’une machine.
Dans mon cadre professionnel basé principalement sur du montage vidéo, mais aussi un peu de bureautique, l’iMac Pro fait le job mais j’aurais espéré m’attendre à un peu plus d’énergie sous le capot malgré un coût de plus de 7000 euros. La vidéo est souvent dévoreuse à bien des niveaux et demande finalement de la ressource. Cela dépends aussi de la complexité des projets à réaliser.
Je ne dis pas pour autant que la puce M1 est nulle, loin de la d’après ce qu’on peut lire, sans doute très prometteuse … mais je reste prudent malgré tout car le discours publicitaire est aussi bien réalisé. Je pense qu’avec un peu plus de temps, cette nouvelle puce permettra bien plus encore, ce qui deviendra peut-être un gros avantage en montage vidéo quand tout sera bien optimisé. L’avenir le dira …

avatar raoolito | 

@cd633

perso j’ai eu cette sensation avec l’imac27 2020 VS le macmini2018. Aftereffect, Unity, chais pas je ne sentais pas une grande différence… Et puis j’ai commencé à switcher bureau (imac) et chez moi (mini) pour le travail.
Et là j’ai noté deux choses: les mesures au chrono montrent une différence de 30/50% suivant les cas et surtout aftereffect ou unity etant optimisés avec des pieds verolés de devs sous alimentés, ils exploitent peu ou mal les avancées.
D’ailleurs je crois me souvenir que meme Media encoder ne sait pas utiliser plus d’une dizaine de coeurs.. ca laisse reveur quand on a un imac pro.
Apres si votre soft c’est final cut pro...

avatar _Bluetooth | 

@andr3

Je te confirme , j’ai rendu le m1 8gb pour prendre un 16gb et ma vie (d’utilisateur office) a changé. Contrairement a tout ce que j’ai pu lire, 8gb n’est clairement pas assez !!

avatar andr3 | 

@_Bluetooth

Comme je l’ai écrit, si je ne démarre pas OneDrive et Teams, le M1 8GB RAM est amplement suffisant.

OneDrive va un peu mieux après la dernière mise à jour (insider).

avatar _Bluetooth | 

@andr3

J’ai pas la meme expérience. J’ai besoin d’avoir ouvert 20 gros fichiers powerpoint en permanence. Ça saturait la RAM avec 8 et jamais avec 16. Merci pour le tuyau OneDrive je l’avais carrément désinstalle celui la tellement il plantait …

avatar ancampolo | 

@_Bluetooth

Mac mini m1 8gb et suite office aucun ralentissement franchement

avatar Uriah Heep | 

@andr3

On en est à ce point là avec les applis Microsoft ?
Personnellement, j’ai passé commande d’un iMac avec un SSD de 512 Go (256 c’est n’importe quoi) et 16 Go de RAM car le peu d’avis lus sur le sujet de la RAM ne me paraissaient pas concluants. Et comme cet iMac va remplacer un autre iMac acheté en… 2010 tjrs vivant et qui n’a jamais failli, j’ai préféré assurer sur la RAM. Mais ton avis me fait douter car j’utilise les outils Microsoft dans le cadre de mon travail 🤔

avatar andr3 | 

@Uriah Heep

Les seules produits Microsoft que j’utilise et qui m’ôter posent problèmes sont OneDrive et Teams.

Toutes les deux sont toujours en mode Rosetta.

Depuis la dernière mise à jour de OneDrive, la saturation de la mémoire par celui-ci est redescendue à un niveau raisonnable qui n’influes plus négativement sur les performances du M1. Depuis très longtemps, tant MacOS que Windows, je suis les Insider Preview de OneDrive.

Teams lui il reste une catastrophe tant sur la mémoire que dans son fonctionnement. Il surconsomme de la mémoire et de temps à autres il faut le redémarrer pour récupérer les fenêtres.

Pas d’alternative à Teams dans mon cas.

J’ai fait des comparatifs de performance avec les mêmes fichiers stockés dans OneDrive et dans iCloud. Aucune pression négative sur la mémoire de la part d’iCloud.

Les autres produits, comme Word, Excel ou PowerPoint, supportent maintenant nativement M1 et ne posent pas de problèmes particuliers.

Pour moi, dans mon usage, 8 GB de RAM sont suffisants.

avatar flobaj | 

@cd633

D’où l’intérêt de ne pas prendre un m1 mais d’attendre les futurs déclinaisons.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR