Des références de nouveaux Mac dans la base de l'EEC

Florian Innocente |

La base de données de la Communauté économique eurasiatique (EEC) fait apparaître aujourd'hui l'enregistrement de plusieurs futurs matériels Apple dont quelques Mac. À côté de références déjà aperçues pour les prochains iPhone, on trouve deux lignes désignant des matériels qui fonctionneront avec macOS 11.

L'une des deux entrées englobe les références passées et futures de Mac de bureau. Celles-ci sont A2304, A2330, A2348, A2438 et A2439. Alors que dans la gamme actuellement en vente les derniers modèles sont immatriculés :

  • Mac mini 2018 : A1993
  • iMac 21,5" 2019 : A2116
  • iMac 27" 2020 : A2115

S'agissant des Mac portable on compte deux références inédites : A2337 et A2338. Dans les machines disponibles aujourd'hui dans leurs dernières versions on a :

  • MacBook Pro 16" 2019 : A2141
  • MacBook Air 2020 : A2179
  • MacBook Pro 13" 2020 4 ports TB : A2251

Apple a promis de lancer ses premiers Mac à puce ARM avant la fin de l'année et leur présentation pourrait se dérouler lors d'un autre keynote le mois prochain. Il est aussi prévu de nouveaux modèles toujours basés sur les processeurs Intel.

Tout ce joli monde se trouve probablement parmi ces références mais cette base de données ne fournit jamais plus de détails sur les caractéristiques.


Tags
avatar arnaudducouret | 

Et à côté de ça, la disponibilité des MacBook Pro (13 et 16 pouces) est plus que tendue sur l’Apple Store en ligne.

Je doute que le 16 pouces passe tout de suite sur Apple Silicon mais il pourrait sans doute profiter d’une mise à jour.

avatar Dwigt | 

Je vois mal Apple organiser trois keynotes en deux mois, ne serait-ce que, après un événement majeur comme la présentation de la nouvelle gamme iPhone, parce que la loi des rendements décroissants s'appliquerait et on aurait une couverture moindre pour la présentation de ces Macs ARM. En plus, les gens sont bien moins impulsifs pour acheter un ordinateur qu'un smartphone, et il faut donc commencer le travail de persuasion en amont.

Je pense plutôt que les Macs seront évoqués aujourd'hui, même si leur lancement n'interviendra que le mois prochain. Du style démonstration des performances et de l'autonomie concrètes de ces machines, tarifs, spécifications, en tout cas les grandes lignes, histoire que ça ne dépasse pas les 30-40 minutes dans la présentation. Le mois prochain, pour le lancement, les dirigeants pourront donner des interviews pour enfoncer le clou et compléter la com, mais pour un événement comme un basculement d'architecture processeurs, il y a un travail nécessaire pour rassurer les utilisateurs comme quoi ils ont toutes les raisons du monde de prendre cette V.1 sous ARM plutôt que de jouer la sécurité avec les derniers Macs Intel ou d'attendre la deuxième révision.

Et puis, de toute façon, ils vont bien être obligés de parler du Mac pour donner au moins la date de sortie de MacOS 11.

avatar reborn | 

@Dwigt

En plus, les gens sont bien moins impulsifs pour acheter un ordinateur qu'un smartphone, et il faut donc commencer le travail de persuasion en amont.

Afin de ne pas rater les ventes de fin d’année ?

avatar Dwigt | 

Entre autres. Ils ne peuvent pas se ramener comme une fleur à quelques jours du Black Friday (qui donne justement le coup d'envoi des ventes et des promos de fin d'année), et juste après une actualité politique qui va être hyper-chargée aux USA, pour dire que, ça y est, leurs machines sont prêtes, qu'elles sont géniales et tout et tout.

On ignore tout de la gamme qui soit sortir en fin d'année, avec des rumeurs floues et parfois contradictoires. Moi, si on me proposait un de ces nouveaux Macs en remplacement du mien, j'aurais une liste de questions bien plus longue que si on me proposait un Mac Intel, et pour lesquelles il n'y a pas encore de réponse officielle :
– Est-ce que toutes mes applications actuelles vont tourner ?
– Est-ce qu'elles vont tourner correctement côté perfs avec Rosetta ?
– Quid du support des éditeurs tiers et des mises à jour Universal pour ces applis : gratuites ou payantes ?
– Est-ce que, pour mon utilisation, ça va déjà être plus performant qu'un Mac Intel ou bien est-ce que j'ai intérêt à rester sur l'ancienne architecture le temps que les performances progressent sur la nouvelle ?
– Quid de l'autonomie sur un portable ? Surtout si on se sert des applis Intel.
– Dans les nouveaux éléments de design accompagnant la gamme, est-ce qu'il y a un truc style "clavier papillon" qui peut se révéler un piège dans un ou deux ans ?

Lors de la transition PowerPC->Intel, c'était un peu différent : les machines avaient été présentées dans une période creuse, en janvier 2006, et on était certain qu'Apple allait fatalement progresser côté perfs au rythme du reste de l'industrie en utilisant des puces Intel. Là, s'ils commencent avant Noël 2020, il faut que la com auprès du grand public soit au taquet.

avatar frankm | 

@Dwigt

Dernière question :
En gardant un Mac Intel, combien je vais perdre en performance avec Big Sur qui va être de plus en plus adapté à l’ARM et de moins en moins à x86

avatar raoolito | 

@frankm

Aucune
Il faut bien se dire que les performances ne sont pas au niveau de l’os mais au niveau du hardware
Pouvez tranquillement vous reposer sur vos mac intel à partir du moment où ils sont récents je ne peux rien garantir si on remonte à N + 4 ou 5, on approche alors de leur fin de vie et en général Apple ne se donne pas beaucoup de mal pour optimiser son OS sur les très anciennes bécanes
Vous avez une machine en tête en particulier?

avatar Dwigt | 

Le truc qui peut jouer, c'est l'optimisation sur une architecture. Mac OS X tournait de fait assez lentement par rapport au potentiel du PowerPC parce qu'il n'y avait pas de compilateurs particulièrement efficaces pour cette architecture sur GCC, faute de contributions au projet GCC.
Tu dois connaître l'histoire, mais après la transition Intel Apple a beaucoup investi dans des compilateurs "libres" (ceux d'Intel ont une licence payante) avec le projet LLVM.
En tout cas, le passage aux puces ARM ne sera pas l'occasion de remettre en question les performances sur Intel (Big Sur en bêta publique tourne pratiquement avec les mêmes perfs que Catalina sur mon Mac) ou sur ARM, surtout que le kernel, les compilateurs, etc. sont maîtrisés par Apple depuis longtemps avec iOS.

Ensuite, si les puces Apple Silicon comportent des unités spécialisées (on a par exemple tout le truc de machine learning sur les Ax récents, les T2 ont déjà des encodeurs HEVC, etc.), les prochaines versions du système risquent de s'appuyer de plus en plus dessus, ce qui relèguera les machines à base de Core Intel dans les cordes.

avatar TheUMan | 

Que l'architecture et les procs soient meilleurs il n'y a pas de discussion.
Le problème c'est tout le reste : Logiciels, périphériques, praticité, utilisation professionnelle, etc...

avatar reborn | 

@Dwigt

Moi je pense qu’ils n’ont pas la deadline de Noel en tête pour les Macs. Ils vont prendre le temps de bien faire les choses quitte à "rater" Noel. Ça ne serait pas une première pour Apple

Un mac reste toujours un mac, pour le grand public il n’y a pas de raisons d’être ultra excité day one pour les Macs ARM, surtout si ils sont au même tarif.

avatar Dwigt | 

S'ils voulaient prendre leur temps, ils sortiraient les machines après Noël, hein... Comme ils l'avaient fait lors de la transition Intel. On garde les PowerPC pour les ventes de fin d'année, pour ceux qui ont besoin d'un Mac pour tout de suite, et on reporte les interrogations existentielles au début de l'année suivante. Donc un choix simple pour les consommateurs.

Là, entre les nouveaux Macs ARM, les anciens Mac Intel, les futurs Mac ARM Rev. B, ça fait plus de paramètres de l'équation, et le choix devient plus difficile. Si tu connais la fable de l'âne de Buridan, le risque c'est de tuer les ventes à Noël et de laisser les gens perplexes sur l'intérêt des nouvelles machines, un message qui peut mettre des mois à être dissipé.

Or, ce qu'on voit, c'est qu'Apple est vraiment volontariste sur cette transition. Alors même que la pandémie avait déjà commencé, ils ont annoncé un basculement qui commencerait dans les six mois, et ils n'ont absolument pas envisagé pour le moment de report. On vit une année incertaine, où beaucoup de nos repères se sont carrément écroulés. Apple semble penser qu'ils ne vont pas contribuer à l'incertitude.

avatar raoolito | 

@Dwigt

Ils peuvent parfaitement faire trois Keynote sur trois mois
Surtout si la dernière se fait début novembre ça nous amène à dans plus de trois semaines
Ça me semble jouable

avatar Dwigt | 

Il y a un petit événement aux USA le 3 novembre qui risque d'accaparer l'attention pendant quelques jours, voire quelques semaines, s'il y a contestations, refus d'obtempérer, etc. Ça ne serait VRAIMENT pas une bonne idée de faire des annonces au milieu d'une tempête de merde.

avatar CorbeilleNews | 

@Dwigt

J’imagine le truc au premier degré 🤮🤪

avatar pocketjpaul | 

@Dwigt

A cela ma boule de cristal un peu fendue ajoute qu'Apple pourrait avoir envie de synchroniser la release finale de Big Sur avec le lancement des Mac ARM comme ils le font habituellement (sauf cette année pandémique) pour iOS/iPhone. Ça créé un effet de nouveauté bien plus puissant, surtout si ils ont prévu d'appuyer sur les avantages de la symbiose entre les Mac ARM et Big Sur.

avatar Dwigt | 

Sauf qu'il n'y a pas non plus de fonction majeure sur Big Sur, en dehors du design, et que le le système est déjà bien connu grâce aux différentes bêtas publiques depuis quelques mois.

avatar frankm | 

@pocketjpaul

Perso. J’ai fait hier une clé bootable macOS Catalina

avatar MarcMame | 

@frankm

"Perso. J’ai fait hier une clé bootable macOS Catalina"

Et ? Je ne vois pas le rapport ?

avatar CorbeilleNews | 

@frankm

Moi il y a peu avec Snow Léopard 🤗

avatar  | 

@Dwigt

Bonne analyse, nous verrons ce soir si tu as vu juste mais ce que tu dis se tient parfaitement. :)

avatar cosinusix | 

@Dwigt

C'est une singulière interprétation de la loi des rendements décroissants. Turgot en serait tout retourné

avatar Dwigt | 

Au début de la décennie, Apple avait une formule à base de deux Media Events à la rentrée : un pour l'iPhone en septembre, un pour l'iPad en octobre, avec le Mac et l'Apple Watch qui se raccrochaient à l'un des deux. Fatalement, l'Event iPad se retrouvait dans l'ombre de celui de l'iPhone : un mois d'écart, un événement commercial moins important, etc. Et ils essayent depuis quelques années, même si ce n'est pas toujours possible, de n'organiser qu'un Media Event majeur en septembre.
Disons qu'avec les mêmes efforts (préparation de la keynote, nouveaux produits, etc.), ils se retrouvent fatalement à avoir moins d'impact dans la presse, moins de grands titres, moins d'articles, quand c'est la deuxième fois en quelques semaines. Cette année, ça peut passer, parce que l'iPhone, c'est de toute façon le GROS événement annuel, donc c'est un "engrais" qui va améliorer le rendement. Mais trois keynotes en deux mois, avec la troisième consacrée au Mac ???? Il y aurait de l'usure, de la lassitude, y compris sur les sites technos où on a bouffé de l'Apple depuis des semaines, entre les annonces, les tests, les sorties, de l'Apple Watch, de l'iPad Air, de quatre modèles d'iPhone, etc. Alors de repartir sur un nouveau cycle complet avec le Mac... Il faut donc faire preuve de décalage et d'originalité, quitte à perturber les plannings.

avatar Fredouille14 | 

@Dwigt

avec les keynotes pré-enregistrées c’est jouable de faire un keynote par mois mais il faut’que ca suive côté logistique pour les nouveaux produits

avatar oomu | 

jouable mais est-ce que les médias et le public suivrait une par mois ? pas de risque de lassitude ?

avatar kinon | 

@oomu

Une par mois ce n'est pas bien méchant, donc la lassitude je n'y crois pas car les produits sont attendus et ce n'est pas une répétition.
Et pour Apple c'est autant d articles presse de gagnés sur une coutre période.

avatar celebration | 

Nouveau design 🤤

CONNEXION UTILISATEUR