Quel Mac acheter si j’étais étudiant aujourd'hui ?

Nicolas Furno |

J’ai acheté mon premier Mac en 2006. À l’époque, j’étais étudiant depuis environ six mois et mon PC portable sous Linux ne me servait à rien. J’avais besoin d’un ordinateur pour travailler, pas pour bricoler, et je ne voulais pas du tout de Windows. C’est assez naturellement que je me suis tourné vers les Mac, d’abord un iBook G4 qui m’a (fort bien) servi une dizaine de mois avant de laisser la place à un magnifique MacBook noir.

Pomme blanche sur un fond noir. On ne passait pas inaperçu avec ce Mac…

Pour ceux qui ne suivaient pas l’actualité d’Apple à l’époque, on avait deux options si on voulait un Mac portable. Il y a dix ans, le constructeur vendait soit un MacBook 13 pouces en plastique, soit un MacBook Pro 15 ou 17 pouces en aluminium. Le MacBook Air n’existait pas encore et il n’était même pas question d’iPad. Les choix étaient plus limités donc et pour un étudiant, le MacBook était le choix évident.

Convaincu par les Mac, je me suis naturellement tourné vers ces MacBook courant 2007. J’ai attendu leur mise à jour au mois de mai — six mois après la précédente, car oui, à l’époque, il y avait deux mises à jour par an — et j’ai cassé ma tirelire. Bénéficiant de la promotion étudiante à hauteur de 12 %, j’ai même pu m’offrir le modèle haut de gamme, le MacBook noir, qui valait 1450 € neuf et que j’ai payé environ 1275 €.

Cet ordinateur m’a suivi pendant toutes mes études et je ne l’ai abandonné qu’en commençant à travailler chez MacGeneration, à l’automne 2010. Trois ans de bons et loyaux services, des heures de notes pendant les cours, plusieurs mémoires à la fac… autant dire qu’il m’a bien servi et il a ensuite rendu service pendant cinq années supplémentaires dans ma famille.

Il a pris des coups, mais je ne suis pas le seul responsable : après moi, il a servi à plusieurs personnes dans ma famille et il fonctionnait encore au quotidien il y a un an.

Si j’étais étudiant aujourd’hui et que je devais acheter un ordinateur pour m’accompagner en cours, qu’est-ce que je choisirais ? Cette question est apparue autour de la table de repas de MacGeneration et elle s’est avérée plus difficile qu’escomptée. En admettant que j’ai le même budget qu’à l’époque, soit au maximum 1450 € avant réduction, quel Mac est-ce que je choisirais ?

Apple ne propose plus de Mac comme le MacBook

Le premier constat, c’est qu’Apple ne propose plus de machines comme le MacBook d’alors. Cela nous semble étrange aujourd’hui, mais en 2007, la gamme des Mac portables était très simple et très cohérente. Entre l’entrée de gamme vendue à peine plus de 1000 € et le MacBook Pro 17 pouces vendu à partir de 2800 €, il n’y avait pas le gouffre qui sépare actuellement un MacBook Retina d’un MacBook Pro 15 pouces.

Le MacBook noir était vendu 200 € de plus uniquement pour son disque dur légèrement plus gros. Mais il souffrait aussi nettement moins de problèmes de plastique craquelé (et il était plus classe). Cliquer pour agrandir

Les deux familles de Mac portables se distinguaient sur de nombreux points. La taille d’écran déterminait encore plus qu’aujourd’hui la gamme, mais la plus grosse différence était la qualité de fabrication. Les MacBook en plastique étaient d’excellents ordinateurs à l’époque, mais ils étaient fragiles. C’est d’ailleurs pour cela, essentiellement, que j’avais choisi le noir : les MacBook blancs souffraient à l’époque de vieillissement prématuré et leur plastique jaunissait et craquelait dès les premiers mois.

En comparaison, les MacBook Pro en aluminium n’étaient pas encore aussi bien conçus que les modèles unibody, mais ils étaient déjà beaucoup plus solides. De fait, quand on compare aujourd’hui un MacBook à un modèle Pro de la même époque, la différence saute aux yeux. L’appareil en plastique grince de partout et il lui manque des bouts de plastique sur le repose-poignet. Celui en aluminium est en aussi bon état qu’au premier jour.

Deux Mac de 2007 ou 2008 : celui en plastique montre bien quelques signes de fatigue, mais celui en aluminium est en aussi bon état qu’à sa sortie.

À l’époque, c’est cela que l’on payait : une meilleure qualité de fabrication. Et c’était important, ne me faites pas dire ce que je ne dis pas, mais le cœur de l’ordinateur, ses composants internes, ne changeait pas fondamentalement. Prenez mon MacBook mi–2007 avec un MacBook Pro sorti à la même époque : ils ont le même processeur, mais pas à la même fréquence, ils ont la même quantité de RAM, des disques dur similaires et des écrans de la même résolution.

La différence la plus significative était à chercher du côté de la carte graphique, puisque les MacBook se contentaient de celle fournie par Intel, quand les Pro avaient une carte dédiée bien plus puissante. Mais je ne jouais pas plus à l’époque qu’aujourd’hui et je n’ai jamais été limité par la puce Intel.

Les composants internes étaient très proches à l’époque entre un MacBook et un MacBook Pro. Cliquer pour agrandir

En achetant un Mac d’entrée de gamme en 2007, j’avais l’assurance d’avoir une machine à jour en termes de composants. Je sacrifiais la qualité de fabrication et gagnais sur d’autres points : les MacBook avaient une meilleure autonomie et ils étaient plus compacts, ce qui compte dans une salle de classe. Et je savais que j’avais une marge de manœuvre : j’ai très vite acheté de la RAM et un disque dur plus gros, deux composants que l’on pouvait changer avec une pièce et un tournevis.

En tant qu’étudiant, cette option permettait d’économiser à l’achat et mettre à jour ensuite son ordinateur, en payant moins cher pour le stockage ou la mémoire vive. C’était bien pratique et cela a permis de prolonger la durée de vie. Si ce Mac était resté bloqué sur son disque dur 5 400 t/m d’origine, je ne pense pas qu’il aurait servi comme machine principale jusqu’en 2015. Mais il accepte n’importe quel SSD aujourd’hui…

À l’époque, non seulement on pouvait ouvrir les Mac et accéder à leurs composants, mais c’était prévu pour. Une pièce retirait la batterie et quelques vis plus tard, on accédait au disque dur (au fond sur la photo, l’emplacement est vide) et aux deux barrettes de RAM.

Quel Mac aujourd’hui pour le même budget ?

Ce retour dans le passé est instructif pour juger la gamme actuelle. Prenons mon budget de l’époque, environ 1450 € avant la réduction étudiante, et regardons ce que je peux acheter. Apple propose de nombreuses options, du MacBook entrée de gamme au MacBook Pro de l’an dernier, en passant par un MacBook Air qui est l’équivalent direct, sur le plan tarifaire, du MacBook plastique de 2007.

À l’époque, on ne lésinait pas sur les ports… (MagSafe, Ethernet, mini DVI, FireWire 400, deux USB 2.0, entrée et sortie audio et verrou Kensington).

Le MacBook Air est toujours une excellente machine et elle est bien supérieure sur tous les points à mon MacBook de l’époque, c’est indéniable. Mais en même temps, je ne voudrais pas acheter un ordinateur sans écran Retina en 2016, encore moins quand la dalle est aussi mauvaise que celle de cette gamme. Le MacBook entrée de gamme est aussi disponible, mais son processeur serait trop juste pour l’étudiant en géographie que j’étais (bon nombre de logiciels de cartographie m’obligeaient à virtualiser Windows).

La meilleure option serait probablement le MacBook Pro 13 pouces de 2015 qu’Apple vend toujours 1450 €, cela tombe bien. Et je n’ai pas beaucoup de critiques à faire à son encontre, si ce n’est le stockage : 128 Go de stockage, je passerais probablement mon temps à me battre avec macOS. Et contrairement aux Mac de 2007, ce stockage ne peut pas facilement être changé par la suite.

Apple se rattrape aujourd’hui avec sa boutique de Mac reconditionnés qui baisse le tarif d’entrée et permet d’obtenir une meilleure machine au même prix. Mais dans tous les cas, je n’aurais pas aujourd’hui le meilleur de ce qui se fait chez Apple. Les Mac avec Touch Bar seraient totalement hors de portée si j’étais étudiant et même le MacBook Pro 13 pouces de 2016 sans la Touch Bar est vendu 1700 € au minimum, bien au-delà du budget. Je ne perdrais pas en qualité de fabrication en piochant dans le catalogue plus ancien, mais je n’aurais pas les meilleurs composants internes.

Il faut reconnaître toutefois que la situation a bien changé en près de dix ans et que les Mac d’il y a quelques années restent d’excellentes machines. On n’arrête pas de le constater, cela fait plusieurs générations que les processeurs Intel stagnent et même si les SSD font encore des progrès, les Mac d’aujourd’hui sont globalement aussi rapides que ceux de 2012 en usage courant. Alors qu’entre un MacBook de 2007 (Core 2 Duo 2 Ghz) et un iBook de 2003 (PPC G3 800 Mhz), c’était le jour et la nuit.

L’entrée de gamme des MacBook Pro de 2016. Les Mac actuels sont largement plus solides et mieux construits que ceux de 2007, on ne peut pas le nier.

Il faut aussi reconnaître qu’Apple a fait d’énormes progrès en matière de conception et les Mac sont mieux construits qu’ils ne l’on jamais été. Le constructeur maîtrise parfaitement l’aluminium et les machines actuelles devraient particulièrement bien résister à l’usure du temps. Les Mac sont montés en gamme, les prix ont été ajustés en conséquence.

Pourquoi un Mac ?

En réfléchissant à ce que j’achèterais si j’étais un étudiant aujourd’hui, une question s’est naturellement posée. Pourquoi, au fait, acheter un Mac ? En 2007, je n’avais pas vraiment le choix : c’était soit un PC portable sous Windows ou Linux, soit un Mac portable. En 2016, je croulerais plutôt sous les options.

Je pourrais acheter un iPad plutôt qu’un Mac. Après tout, Apple ne cesse de répéter que c’est la solution d’avenir et j’utilisais mon Mac essentiellement pour prendre des notes en cours et rédiger des fiches de lecture et des devoirs. Une tablette et un clavier externe feraient aussi bien et même mieux sur quelques points, à commencer par l’encombrement et l’autonomie.

Et même sur le prix. Avec le prix que m’avait coûté mon MacBook, soit 1275 €, je pourrais acheter un iPad Pro 9,7 pouces haut de gamme (256 Go de stockage et cellulaire) et un clavier. Et j’aurais encore assez d’argent pour financer quelques années de cinéma.

Quitte à économiser, pourquoi ne pas aller jusqu’au bout et opter pour un Chromebook ? On entre dans le bas de gamme (à 500 €, on trouve un très bon modèle) cette fois, mais j’en ai testé quelques-uns l’été dernier et le rapport qualité/prix est imbattable. Et ce sont des ordinateurs bien assez puissants pour prendre des notes pendant un cours. Ils ont l’avantage, comme l’iPad, d’être silencieux et de bénéficier parfois d’une excellente autonomie. Sans compter que la connexion nécessaire actuellement n’est probablement plus un problème à l’heure actuelle.

Peut-être est-ce par habitude, mais je trouve ces deux options moins séduisantes. Même si je n’avais pas besoin d’un Mac tous les jours, j’ai apprécié d’avoir un véritable ordinateur quand, à la fin de mes études, j’ai utilisé des logiciels spécialisés proposés uniquement sur les ordinateurs. Je ne crois pas que l’iPad soit au niveau en matière d’offre logicielle, même si l’App Store a progressé ces dernières années. Et ne parlons pas des Chromebook, même s’ils vont profiter d’une partie des apps Android à l’avenir.

Oublions mon cas pour terminer. À l’heure actuelle, les étudiants n’ont jamais eu autant d’options pour accompagner leurs études d’un outil informatique. Même si cela peut sembler un petit peu absurde, même un iPhone pourrait servir pendant un cours, avec un clavier externe pour prendre des notes ou alors en guise de dictaphone. De façon plus raisonnable, les tablettes et les Chromebook sont les candidats les plus logiques et ils sont bien moins chers que les Mac de 2007.

Malgré tout, un étudiant qui voudrait acheter un Mac aujourd’hui sera moins bien desservi que dans les années 2000. Les petits budgets doivent se contenter de machines moins puissantes ou alors anciennes, ils ne peuvent plus avoir un ordinateur d’entrée de gamme et à jour. Et même si les Mac vendus ces derniers temps sont de superbes machines, solides et très bien conçues, elles ne peuvent plus évoluer au fil des années.

Ce n’est plus un marché qui intéresse Apple. Le constructeur ne manque pas de le rappeler et de le souligner à chaque nouveauté et cela explique sans doute une bonne partie des crispations dans la « communauté » ces derniers mois.


avatar pariscanal | 

Ahhh le black. Je l ai encore mais fendu devant ... il n était pas exempt de défaut de fabrication ! Et les disques lâchaient vite

avatar Dimitri28 | 

Mon point de vue, l'ipad pro 13' avec clavier externe (non apple), une vraie tuerie sauf dans les filières info qui ont besoin de machines de compilation...

avatar k43l | 

Je me souviens de mon époque déjà ou je me disais que le MacBook blanc couter cher... Si je serai étudiant maintenant à la recherche d'un mac, ça serait pire !
Il n'y a que le macbook air qui aurait pu rentrer dans mon budget.

LE seul avantage d'aujourd'hui par compte, plus de problème de word avec Windows pour échanger des cours !!!

avatar Rigat0n | 

Euh, alors...

Déjà le postulat de base : "prenons mon budget de l’époque, environ 1450 € avant la réduction étudiante"

Déjà c'est un budget hyper élevé qui ne reflète en rien les capacités d'un étudiant "classique". Les seuls qui peuvent se payer ce genre de choses sont éventuellement ceux qui ont un taff à côté (en alternance ou autre, et encore, faut vivre) et les riches largement soutenus par leurs parents (ce que quelqu'un plus bas appelle "un fils à papa") (je n'ai rien contre les riches mais faut appeler un chat un chat).

Ensuite, s'obstiner à refuser Windows aujourd'hui alors qu'il s'est considérablement amélioré ces dernières années là où macOS stagne voire régresse, ça relève du caprice. Pour moins de 1000 balles on peut avoir des ordis bien plus capables que des Macbooks c'est un fait établi. Pour 1500€ on peut avoir de très très bonnes choses, bien plus polyvalentes qu'un Macbook. Le conseil de cet article ? Acheter un vieux modèle de Macbook Pro. Un modèle dépassé. C'est presque surréaliste comme recommandation quand on y pense. Je blame pas MacG, le "vieux" Macbook Pro est pas un choix si aberrant que ça mais quand on y réfléchit 2 min c'est extraordinaire qu'Apple ait sorti des modèles si chers qu'il vaut mieux leur acheter un vieil ordi.

Tout l'article tourne autour d'un refus catégorique de Windows qui selon moi n'a plus aucune raison d'être. Testez, ouvrez-vous, il y a de très bonnes options sur Windows (et Chromebook, etc...). Se limiter au Mac vu les tarifs appliqués quand on est un étudiant relève du caprice de luxe.

Quand à la fiabilité des machines, soit disant supérieure à celle des PC sous Windows, lisez donc les articles de ces dernières semaines et on en reparlera...

avatar macinoe | 

Bien sûr.

Il faut savoir qu'un étudiant ça vit en moyenne avec 350 € par mois hors logement..

Alors des Mac à 1500 € sachant qu'il existe des appareils à bien moins de 500 € qui font sensiblement la même chose, je pense que ça concerne très peu d'entre eux.
Et ce n'est surement pas ça qui fera une différence dans la moyenne du semestre.

avatar k43l | 

Mais faut ce remettre dans le contexte d'il y a casi 10ans.
En terme d'ordinateur mobile, Apple était maitre avec VAIO qui couter aussi chère que ce dernier.
Mais c'était les deux qui proposer de beau et bon produit endurant.

Maintenant bien sur qu'on a le choix, et je pense même qu'avec un budget limiter, prendre un Apple MacBook est dans un non sens.

avatar occam | 

@Rigat0n

La conclusion qui s'impose, « it's time for a change », est bien illustrée par xkcd :
http://xkcd.com/1768/

avatar bobdu87 | 

Il y aune une coquille dans le titre : Quel Mac acheter si j’étais un riche étudiant aujourd'hui ?

Des familles capable de lâcher 1600 euros pour le portable de fiston : ça ne cours pas les rue...

avatar Jaycoup | 

@bobdu87

Je me permets de te répondre, parce que je parlais de mes appareils Apple un peu plus haut, et mes parents ne m'en ont pas payé un seul centime. Je me suis débrouillé, j'ai trouvé un boulot, et beaucoup de mes amis ont fait la même chose pour obtenir leurs biens. Au bout d'un moment, un étudiant peut se faire plaisir avec du bon matériel, à condition d'en baver en travaillant dur, mais ça faut le vouloir... Et puis avec les réductions étudiantes chez Apple, on peut quand même économiser quelques euros... Je pense qu'on paie cher, peut être parfois un peu trop, mais pour des machines de qualité, et je ne lâcherai pas mon iPad pour une surface, ou autre, loin de là !

avatar bobdu87 | 

Des machines de qualité?
Tu dois être rester bloquer il y a quelques années en arrière...

avatar pocketalex | 

@bobdu87 : faut arrêter mon gars, t'es sur un site de Macs, l'énorme majorité des gens ici achètent du Mac, et la qualité et la fiabilité des machines est un des arguments d'achat, alors nous expliquer que les Macs ne sont pas des machines de qualité .... t'es fort toi

avatar bobdu87 | 

Ben tu vas expliquer ça a mon imac dont le disque dur , le lecteur DVD tombent en panne pile un an après l'achat, sans compter les belle taches grises sur l'écran et un port USB qui fait reboot la machine quand tu branche un truc dessus... et Apple qui t'explique que les réparations reviennent à acheter une machine neuve...
Tu iras aussi expliquer aux utilisateurs pro de mac pro tube qu'il est normal que carte graphique et carte mère crame tout les ans...
Pendant ce temps là, le vilain PC que j'ai au boulot explose tout ce qui se fait chez Apple, ne fait pas un bruit et marche comme une horloge alors que la charge de travail que je lui impose dépasse largement ce que tu peux attendre d'un mac... (pas très difficile pour le coup) et ce sans panne...
Vas y mon amis fait du 100% charge GPU et CPU sur ta machine plusieurs jours de suite histoire de rigoler un bon coup....

La qualité de la pomme c'est la même que tout ce qui est fabriqué dans l'usine du monde qu'est la chine, le reste n'est que marketing... et ça tu aimes...

Alors oui un mac c'est mieux qu'un HP a 500 euros avec les touches qui se barre après une semaine d'utilisation, mais c'est bien loin d'être une rolls pour autant....

avatar Manubzh | 

headshot ! ;)

avatar pocketalex | 

bravo les haters, vous nous démontrez avec force et vigueur, et argument implacables, qu'Apple c'est du matos pas fiable

Le coup de la chine c'est le pompom, l'argument massue. C'est fabriqué en chine, donc c'est pareil que du MSI ou du Acer, vu qu'eux aussi c'est fabriqué en Chine. Ben oui ma bonne dame, en fait, chez Apple, on paie juste la pomme, sinon on pourrait diviser les prix par 4 pour ces daubes chinoises. C'est d'une évidence absolue

La communauté en est retournée !!! (surtout ceux qui ont leur machines depuis plus de 5 ans et qui les utilisent toujours)

Jamais vu autant d'incompétence mélangée à une bonne dose de mauvaise foi

Le coup du CPU à 100% plusieurs jours aussi, putain tu m'as bien fait marrer sur ce coup là. ben oui, le matos Apple, faut pas trop froler les 100% CPU trop longtemps hein, sinon ben ça marche plus, c'est sur. Alors que les "PC", top fiabilité, c'est de notoriété publique

Quelle bande de clowns

avatar Philounours | 

10 ans plus tard un budget de 1450€ en 2006 serait plutôt plus proche de 1700€ aujourd'hui.
La conclusion est tout autre dans ce cas.

Ce qui n'enlève pas les coûts sidéraux des modèles 15'' pour autant pour au final assez peu d'évolutions (ou alors par petites touches), il n'y a qu'assez peu de rupture, hormis l'usb-c, dont il semble que nous sommes très peu à apprécier et dont je suis convaincu de ce choix.

Tout cela pour dire, que malgré tout, il reste du choix, même si la gamme est plus confuse qu'auparavant (tout ce qu'on reprochait aux PCs) mais si l'on regarde de près, il y a aussi des incohérences dans les gammes Apple.
Le vrai souci c'est sur l'innovation, Apple devient de plus en plus un suiveur.

avatar diegue | 

Je me précipiterais vers un MBP 2015 tant qu'il y en a ! Au moins il est Retina, ce qui manque au MBA.
Quant à moi je me rappèlerais toujours de mon 1er Mac le MBA 64 Go acheté au refurb !

avatar leolelego | 

C'est vrai que la gamme des Macbook Whites manque tellement. Les nouveaux macbook sont risible en perfs à coté. Mon White, que j'ai eu pour mes18 ans, en 2008, pour mes études tourne toujours aujourd'hui. Il sert à ma mère principalement pour ses photos. Je l'ai garder 6 ans pour moi, j'ai acheté un SSD après 3/4 ans, ajouter de la ram juste avant. Et j'en ai changer parce que j'avais besoin de vraiment plus de puissance (Développement), mais je développais déjà des apps iOS avec, c'était un peu long pour certains compile, mais ça tournait, grace au SSD je pense. Enfin cette machine offrait une certaines puissance(Encodage Audio, développement iOS/Ruby), et une bonne autonomie. Les nouveaux macbook sont peine plus puissant qu'une iPad.

La batterie à étonnamment bien tenu puisqu'elle a lâché l'année dernière, passant de 3h à plus rien, partant de 4/5h d'activité pour un étudiant, donc quasi une journée de cours.

Aujourd'hui je pense que je prendrai un iPad Air 2, ça coute plus très cher sur le Refurb. Avec un clavier externe bluetooth (le Apple vendu avec les iMacs est très bien pour ça) on peut prendre des notes facilement, surtout avec les solutions comme Google Docs. Besoin de faire un schéma, on peut prendre la photo du tableau et trouver une app qui vectorisera ça, ou une app de dessin/sketch.
Personnellement quand je prend des notes dans des confs je prends un éditeur markdown, ou le nouveau Paper de Dropbox, et ça va hyper vite pour noter.
Et on peut même coder maintenant, en Swift avec le nouveau playground, ou sinon avec Coda est un petit serveur chez OVH pour le rendu web. Il existe même des clients GIT.

Je suis bien d'accords avec la conclusion : "un étudiant qui voudrait acheter un Mac aujourd’hui sera moins bien desservi ".

Quand on me demande conseil pour un Mac au meilleur qualité/prix, je dis tout de suite le macbook pro 13 sur le refurb parce que au final, il y pas de choix.

avatar occam | 

Merci, Nicolas, pour cette excellente synthèse.

Si je n'enseigne plus régulièrement (et je n'en suis que plus heureux), il arrive encore fréquemment que des étudiants me consultent.
L'analyse de l'état actuel de l'offre d'Apple, comparée à celle d'il y a cinq ou dix ans, est on ne peut plus amère.

Quels sont les besoins de “mes” étudiants ?
A minima, R, gnuFortran, Python avec MathPlotLib, Julia, TEX/LaTEX,Fiji/imageJ (et donc Java), une base de données relationnelle, des éditeurs de texte solides (Atom, BBEdit, TextMate, etc.), un traitement de texte scientifique (genre Nisus ou Mellel), un logiciel bibliographique genre BookEnds, et des outils de dessin vectoriel et de traitement d'images RAW.

Tout ce qui implique programmation et accès au système est exclu sur iPad, donc l'iPad se met hors course.

Pour le reste, dans la gamme 2016, hormis le 13" sans TouchBar, trop cher et sous-spécifié, plus rien qui puisse se justifier pour un étudiant ayant les besoins décrits.
J'en viens donc, après 30 ans de combat pour la plateforme Mac, à devoir recommander le passage à des machines sous Windows 10, avec Linux virtualisé, ou directement à Linux pour les plus vaillants et les moins sensibles.
Tout en sachant ce qu'on abandonne comme qualité de facture et comme esthétique.

Nicolas Furno conclut : « Ce n’est plus un marché qui intéresse Apple. » D'autres ici l'ont dit et répété, notamment @awk.
Et je constate chaque jour : ces clients potentiels perdus n'oublieront pas la leçon, et ils ne manquent pas de se détourner d'Apple pour de bon. Il se peut qu'à terme, le compte n'y soit plus.

avatar macinoe | 

"Tout en sachant ce qu'on abandonne comme qualité de facture et comme esthétique."

Pourquoi donc ?
Apple aurait un monopole dans le domaine ?

avatar occam | 

@macinoe

« Pourquoi donc ?
Apple aurait un monopole dans le domaine ? »

Je pense que vous êtes parfaitement en mesure de répondre à votre propre question.

avatar bobdu87 | 

Et moi je pense que cette non réponse en dit plus qu'elle en a l'air. Pour toi Apple est le sumum, permet à d'autre d'en douter largement...

avatar macinoe | 

Oui, j'avoue que c'est incroyable d'être formaté et aveugle à ce point.

avatar occam | 

@macinoe, @bobdu87

« Oui, j'avoue que c'est incroyable d'être formaté et aveugle à ce point. »

Effectivement, c'est ce que je me dis à votre sujet.
L'art de l'inférence semble vous éluder d'une manière qui pourrait sembler tragique si elle n'était pas aussi cocasse.

L'idée qu'Apple puisse détenir un monopole sur quoi que ce soit (à part ses brevets, et encore...) me semblait tellement absurde que je voulais éviter de vous infliger un camouflet en répondant de face à cette provocation inutile.

Mais puisque vous vous obstinez à déformer mes propos et à y inventer des sous-entendus inexistants, vous voilà servi.

avatar macinoe | 

Les malentendus sont faits pour être dissipés.

Que voulait donc dire votre phrase ?

Elle demande à être expliquée puisque nous sommes visiblement au moins 2 à ne pas avoir compris ce que vous vouliez dire.

Vous parlez d'un abandon de qualité de facture et d'esthétique pour qui décide de switcher vers le monde PC.

Personnellement je ne vois aucune ambiguité, ni aucune place à l'interprétation dans votre déclaration, mais peut-être suis-je malcomprenant...

avatar rolmeyer | 

Fallait lire c'est plus simple et plus rapide avec. Comprendre écriture. Je pourrais rajouter plus chiant, nettement.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR