L'intégration Linux de Windows est finalisée

Pierre Dandumont |

Nous en avons déjà parlé, Microsoft a amorcé un mouvement un peu étonnant il y a quelques années maintenant : l'intégration d'un sous-système Linux dans Windows 10 (puis 11). Ça peut paraître un peu risible quand on utilise macOS qui est un système Unix, mais pour certains utilisateurs de Windows, cette intégration est importante.

Et récemment, Microsoft a annoncé une version 1.0.0 de ce sous-système, qui amène une nouveauté : il n'est plus considéré comme une preview, c’est une fonction finalisée. Pendant longtemps, l'installation de WSL (Windows Subsystem for Linux) nécessitait d'aller fouiller dans des fenêtres avec un aspect très « Windows 95 » ou de taper des lignes de commande1. L'année dernière, Microsoft avait proposé une autre méthode, qui passe par le Microsoft Store, mais elle était encore en preview, ce qui n'est pas très rassurant pour certains. Mais avec cette mise à jour, c'est fini : le sous-système est accessible pour tout le monde, sans passer par des méthodes parfois peu engageantes.

Le WSL dans le Microsoft Store.

Si le WSL peut sembler un peu inutile pour le grand public, ce n'est pas réellement le cas : l'intégration de la compatibilité Android sous Windows 11, par exemple, dérive directement des travaux sur le sous-système Linux. Et pour les développeurs, la possibilité d'exécuter nativement des applications GNU/Linux demeure un avantage certain, même par rapport à macOS. En effet, si l'OS d'Apple est un Unix, certaines fonctions ne sont pas identiques à celles utilisées sous GNU/Linux, ce qui demande souvent au minimum une compilation des sources si le développeur ne propose pas de binaires pour macOS.


  1. Nous pouvons supposer que si vous comptez installer un sous-système GNU/Linux, la ligne de commande ne vous fait pas peur.  ↩︎


avatar occam | 

> « En effet, si l'OS d'Apple est un Unix... »

Tournure rhétorique qui évoque la boutade au sujet de Julian Schwinger et de son approche de la renormalisation : « Même si zéro n'équivaut pas exactement à un, nous pouvons effectivement considérer... »

Quand Steve Jobs tentait de recruter Linus Torvalds pour Apple, autour des années 2000, son argument massue pour le convaincre était « Unix for the biggest user base ». Mais en lui interdisant de poursuivre Linux s'il embauchait, Jobs força le refus inévitable de Torvalds.

Quelques années plus tard, Jobs se félicitait d'avoir fait de OS X la distribution Unix la plus répandue au monde. Encore « Unix for the biggest user base ».

Apple a bien changé depuis : ses OS ont beau avoir encore techniquement Unix pour base, ils n'en ont plus ni la culture, ni l'esprit. Cette user base, ils s'en fichent.

Il est d'autant plus étonnant de voir Microsoft avoir pris durant la même période la trajectoire inverse, et d'intégrer non seulement Linux, mais encore des figures majeures de la sphère Linux dans sa culture. Je n'aurais pas parié qu'ils tiendraient ce cap.

WSL 2 réduit sensiblement la casse des « cabbasisi», comme disait le docteur Pasquano dans les livres de Camilleri, et son installation via le Store diminuera d'autant les « cazzate ».

avatar f3nr1l | 

@occam

Oh, je te rassure, d’aucuns accusent linux aussi d’avoir perdu la culture et l’esprit unix. Il suffit de lire les commentaires des qu’il s’agit de pipewire ou systemd.

avatar occam | 

@f3nr1l

Ayant plaidé pour permettre d’intégrer un fork de systemd dans OpenBSD, je me suis fait traiter comme un trotskyste à Moscou en 1936-37.
Mais au moins ce débat, à couteaux tirés, a pu avoir lieu. Et il est possible de ne pas acquiescer, et de faire sécession.
Alors que pour Darwin, je ne vois pas comment, et macOS est blindé.

avatar Chris K | 

@occam

« Ayant plaidé pour permettre d’intégrer un fork de systemd dans OpenBSD »

Vade retro satana !! 😈

avatar Un Type Vrai | 

Non, il y a eu ARGUMENTS et refus de les comprendre...
C'est dommage que Linux ait des fans qui réécrivent sans cesse l'histoire (très loin d'être la majorité, mais très actifs et virulents, comme ici, critiquer OpenBSD sans comprendre comment l'écosystème BSD fonctionne...)
D'ailleurs, il a même été proposé que les fans de systemD fassent un fork d'un BSD pour s'amuser, mais comme visiblement la compétence technique n'était pas côté du bureau des pleurs (ouin ouin, ton BSD c'est pas un linux RedHat...) vous n'avez pas initier le projet.

Et puis personnellement, j'ai milité pour utiliser par défaut l'init le plus léger possible (je ne suis pas un terrorisme, j'ai proposé sinit ... Même s'il est déjà 3 fois plus gros que l'init le plus petit que je connaisse) sous Linux et je n'ai pas eu d'écho non plus :D

avatar Calorifix | 

La différence est que Linux n'est pas un système Unix ou basé sur Unix.

avatar f3nr1l | 

@Calorifix

Qu’est ce qu’il ne faut pas ente… euh lire!

avatar iPop | 

@occam

« et d'intégrer non seulement Linux, mais encore des figures majeures de la sphère Linux dans sa culture. Je n'aurais pas parié qu'ils tiendraient ce cap. »

Ils ont tout simplement changé de patron, ça doit aider.

avatar occam | 

@iPop

> "Ils ont tout simplement changé de patron, ça doit aider."

Je suis arrivé à la conclusion que le fait de couper la tête du roi pouvait avoir un effet éducatif. Le seul meuble indispensable dans le bureau d’un grand patron est la guillotine réservée à son usage exclusif.

Mais pour m’être frotté un peu à Microsoft, je suis convaincu que leur révolution culturelle ne s’est pas faite que de haut en bas. Et j’en connais quelques-uns qui ont été joyeusement subversifs.

avatar DahuLArthropode | 

@occam

"ses OS ont beau avoir encore techniquement Unix pour base, ils n'en ont plus ni la culture, ni l'esprit."

D’accord avec l’ensemble du post, léger désaccord toutefois sur le fait qu’il ait existé une culture UNIX durablement. Pour m’être tapé des portages dans les années 80, entre du System V et du Berkeley, avoir sué entre AiX, HPUX, Solaris, Ultrix et autres variantes, je peux témoigner que l’esprit Unix était mort peu après sa naissance. Nos sources étaient truffés d’instructions conditionnelles dépendant de chaque machine et nos makefiles aussi.

avatar koko256 | 

"peut paraître un peu risible quand on utilise macOS qui est un système Unix, mais pour certains utilisateurs de Windows, cette intégration est importante."
Effectivement, cela n'est qu'une apparence. Linux est meilleur que la base BSD de MacOS et Windows a eu la gentillesse d'ajouter (comme Google avec ses chromebooks) un serveur Wayland qui permet d'avoir aussi les applications graphiques. En plus la containérisation assure un bon isolement des systèmes là ou l'on se bat avec les versions vieillissantes des lib unix livrées avec MacOS à faire cohabiter avec les plus récentes installées par homebrew.

avatar f3nr1l | 

@koko256

Linux n’est pas seulement meilleur que la base bsd de macos, linux est meilleur que bsd tout court 😛
Ouate de phoque? ya même wayland dans wsl? Ca me donne presque envie d’installer une vm windows pour faire mumuse avec.
Sur un serveur proxmox, sous linux. Pas déconner non plus…

avatar koko256 | 

@f3nr1l

Il faut windows 11 pour le serveur Wayland. Et comme wsl utilise hyper V, pour le mettre dans Proxmox c'est raté 😝

avatar f3nr1l | 

@koko256

"Et comme wsl utilise hyper V,"

Alors, utiliser des hyperviseurs d’Oracle et MS sur les infra des autres, ça me saoule, mais installer hyper V (hors veille technologique) sur mes serveurs, je préférerais me couper les c*****es avec un couteau émoussé rouillé et enduit de harissa.
Ceci dit, wsl fonctionne bien en bare metal, non? donc hormis une limitation volontaire, je ne vois pas pourquoi il refuserait du virtio, voire du pci passthrough dans le pire des cas.
Va falloir que je teste.

avatar koko256 | 

@f3nr1l

Sauf si j'ai loupé les dernières évolutions de la virtualisation, on ne peut pas encore virtualiser dans une machine virtuelle. Donc Linux dans hyper V dans Linux c'est niet.

avatar f3nr1l | 

@koko256

Sissi, on peut:

https://learn.microsoft.com/en-us/virtualization/hyper-v-on-windows/user-guide/nested-virtualization

https://cloud.google.com/compute/docs/instances/nested-virtualization/overview?hl=fr

En temps normal, j’aurais produit un meme xzibit « yo dawg, I heard you like virtualization, so I put a vm in your vm….. » etc, mais j’ai une grosse flemme, là 🤣

avatar koko256 | 

@f3nr1l

C'est cool cela. Wsl dans parallel dans macos n'a pas marché pour moi mais je vais regarder vos docs. 🙏👍

avatar ybart | 

@f3nr1l

Attention si tu veux installer une VM de Windows 11 en virtualisation avec un M1, tu ne pourras installer WSL car le M1 ne supporte pas l’encapsulatoon de la virtualisation. Sur un Mac Intel, ca devrait fonctionner si le Mac est assez puissant. Sur mon MBP de 2017, c’était inutilisable. Par contre j’ai pu faire un dual boot en désactivant les dispositifs de sécurité non supportés par le Mac lors de l’installation.

avatar f3nr1l | 

@ybart

Le seul mac M1 dont je dispose c’est mon macbook pro avec 8 Go.
C’est un peu light pour de la virtualisation.
J’utilise un serveur avec un xeon et blindé en ram.

avatar ybart | 

@f3nr1l

Avec cette config, ça ne devrait effectivement pas poser de problème 😂

avatar CorbeilleNews | 

@f3nr1l

Mais ProxMoxx ne tourne QUE sous linux non ?

avatar f3nr1l | 

@CorbeilleNews

Non, proxmox tourne sous linux (debian).

avatar CorbeilleNews | 

@f3nr1l

C’est bien ce qu’il me semblait

avatar Arthegor | 

@koko256

Je ne sais pas sur quoi vous vous basez pour affirmer cela mais le noyau Linux est bien moins bon que March ou les différend noyau BSD. Il est complètement bloated selon Linus Torvald lui même (mot anglais qui en informatique signifie qu'il possède beaucoup trop de chose inutile), La qualité du code décline selon Andrew Morton (un des developpeur en chef de Linux), et pour citer Theo de Raalt ( fondateur d'OpenBSD qui est reconnu à l'heure actuelle comme probablement le système d'exploitation le plus sécurisé existant) : "Linux has never been about quality. There are so many parts of the system that are just these cheap little hacks, and it happens to run.”

La conteneurisation est aussi quelque chose que FreeBSD gère bien mieux avec les jails qui existe depuis 2004 et qui ne sont pas la passoire à sécurité que représente docker (Red Hat avec Podman cependant commence à proposer une solution intéressante).

avatar occam | 

@Arthegor

> "Linux has never been about quality. There are so many parts of the system that are just these cheap little hacks, and it happens to run.”

C’est probablement vrai.
Mais cela vaut également pour tous les systèmes — biologiques — vivants. Cheap little hacks, suffisant pour survivre, évoluer et s’adapter. Juste un petit avantage différentiel.

J’ai énormément de respect et d’affection pour OpenBSD, et je le préconise quand c’est faisable. Mais à chaque fois, il me rappelle le vieil adage « Make a system foolproof, and only a fool will use it. »
On démarre un projet, et quand on regarde qui est disponible pour en assurer le suivi à long terme, on retombe sur Linux.

Ce qui me renvoie à la question de la culture Unix, et pour ce que représente OpenBSD, d’une éthique de la technologie. Éthique pratique de responsabilité et d’intégrité. OS X/macOS aurait pu avoir un immense rôle d’amplificateur. Au lieu de quoi… « cheap little hacks » encapsulés hermétiquement.

avatar koko256 | 

@Arthegor

Je me base sur mon expérience. BSD est formidable pour les idées nouvelles (toutes les bonnes idées viennent de Berkley, tun/tap, le système de mémoire partagé simple alors que les IPC sont une usine à gaz, le file system qui ajoute une couche de copy on write sur un readonly sont j'ai oublié le nom) et il y a aussi les pilotes de carte wifi d'OpenBSD. Mais comme c'est open source, c'est vite importé dans Linux. Et BSD se traine des lenteurs, il reste encore (à priori plus dans Free) des giant lock, faire un top rame. C'est un bon système pour développer de nouveaux trucs, bien lisible et bien écrit. Et Linux est un bon système pour travailler. Si le noyaux se casse la figure on verra, mais vu que certains ont commencé à le réécrire en rust cela devrait ajouter de la rigueur dans le code.

avatar pakal | 

c’est ce qui m’a fait arrêter d’utiliser ma session linux au travail.
aujourd’hui j’utilise win 11 avec plaisir 😳

avatar andr3 | 

Depuis des années, il y’a l’excellent Cygwin que l’on peut installer très facilement dans un environnement Windows (https://www.cygwin.com).

Naïvement, il lui manque la partie graphique pour avoir l’environnement Mate, KDE … mais il suffit de l’installer dans Cygwin pour fenêtrer Cygwin (ce que j’ai fait il y a quelques années avec succès).

avatar Arthegor | 

SI Microsoft à intégré des distribution GNU/Linux avec WSL dans Windows, c'est surtout en faisant un constat que de plus en plus de développeur commençais à se tourner vers MacOS ou GNU/Linux pour le développement. Cette intégration à permit de couper cours à cela dans le cas de la migration vers GNU/Linux. Le modèle open source de plus en plus utilisé par Microsoft répond aussi à une problématique, celle que l'entreprise ne se base plus sur la vente de logiciel mais sur les services. L'open source permet donc de réduire les coûts de développement.

Concernant GNU/Linux maintenant il y'a beaucoup de mythe qui l'entoure. Déjà d'un point de vue sécurité il est bien en dessous de MacOS et Windows 10/11. Il n'y à pas de sandboxing des applications, il lui manque aussi des technique de mitigation d'exploit, et pas mal d'autre chose pour être un système d'exploitation sûr ( pour ceux qui veulent en apprendre plus cet billet de blog est un bon début : https://madaidans-insecurities.github.io/linux.html ). Il y'a aussi eu la migration massive ver systemd, qui si elle divise la communauté d'un point de vue éthique, d'un point de vue technique apporte une centralisation dans un projet qui n'assure que très peu les Bug-Fix et qui préfère à la place continuer à ajouter de nouvelle fonctionnalité.

Si il y'a bien une chose par contre pour laquelle GNU/Linux est bon c'est le free software. d'ailleurs pour ceux qui voudrait utiliser GNU/Linux, je vous recommande d'aller jeter un œil à https://www.gnu.org/distros/free-distros.html qui liste des distributions respectant la liberté des utilisateurs, ce qui pour moi doit être le combat principal de GNU/Linux. Sinon regardez aussi du coté de OpenBSD et FreeBSD, qui pour le premier est probablement un des système d'exploitation les plus sécurisé au monde, et pour l'autre une bonne sécurité avec un stack réseau et des performances folles (pour vous donner un idée c'est FreeBSD qui est utilisé par Netflix dans leur architecture réseau avec de l'agrégation pour atteindre les 800Gb/s).

avatar occam | 

@Arthegor

> "systemd, qui si elle divise la communauté d'un point de vue éthique, d'un point de vue technique apporte une centralisation"

Oui. Raison qui m’a fait plaider en sa faveur. Il y a des projets qui ne peuvent pas évoluer autrement. Alors il faut l’assumer clairement, s’en donner les moyens et en porter la responsabilité. Ayant conscience des risques et inconvénients.

avatar radeon | 

Vraie question sans troll:
Quel intérêt d’avoir linux dans Windows plutôt que Linux tout court ?

Pour moi ça revient à coller des semelles de baskets sous ses tongues pour courrir plutôt que de prendre directement des baskets.

avatar Aimable | 

@radeon

Je suis du même avis.
Depuis des dizaines d’années, j’ai remplacé windaube sur le laptop du taff par un Linux et quand j’ai besoin de démarrer un soft exclusivement M$, j’utilise Wine. Et sur mon MacBook Pro, j’ai une VM au cas où.

avatar llugat | 

@Aimable

En 2022, y’a t’il encore des gens qui disent windaube?

Pour ce qui est de la question d’origine, je dirais tirer le meilleur des deux mondes :
Outils de développement/test/calculs de l’un et par exemple d’excellents logiciels d’entreprises de l’autre ?
Une meilleure compatibilité également…

avatar Aimable | 

@llugat

Pour être honnête, c’est l’autocorrection de mon iPhone qui me l’a proposé, je ne l’avais pas utilisé depuis longtemps 😅

avatar fte | 

macOS n’est plus un UNIX. Pas du fait de la perte de l’esprit UNIX, mais par les faits vérifiables de déliquescence voire de l’abandon de portions essentielles. Ou, si on se veut particulièrement ouvert et flexible, une branche UNIX de plus en plus divergente dont il est le seul représentant.

Linux n’est pas parfait. Loin de là. La qualité générale ne va pas dans le bon sens. La dette technique grandit et il a un grand besoin de la contenir ou mieux, de la réduire. Mais il reste un outil informatique essentiel, incontournable. La conscience de cette dette technique existe, et les volontés de la contenir existent aussi.

Windows va dans la bonne direction depuis longtemps maintenant. WSL est excellent, pas parfait, excellent, extrêmement important, essentiel même. Sa promotion au rang final est symbolique.

macOS ne va pas dans la bonne direction. Depuis longtemps maintenant. Darwin est de moins en moins excellent. Le tooling est à l’abandon. Les solutions propriétaires et spécifiques sont de plus en plus nombreuses et centrales. L’abandon, après un dépeçage douloureux et long, de macOS Server en avril dernier est symbolique.

C’est amusant comme certaines choses peuvent s’inverser si radicalement.

avatar Lemmings | 

En toute franchise, WLS2 est impressionnant d'efficacité et de simplicité d'usage. Avoir un vrai Linux integral dans windows c'est quand même assez magique. Sacré boulot de Microsoft pour le coup.

avatar lmouillart | 

Je n'aime pas Windows, ni l'ergonomie, ni les fondations.
J'aurais préféré une semi-remise à zero comme avec Windows Core OS, donc un OS miniature et des runtimes pour le natif, pour le legacy, pour gnu/linux, et Android.
Ici on est un peu le cul entre deux chaises, mais :
ça fonctionne terriblement bien que ce soit avec les applications cli ou gui, WSA est un peu plus à la traîne, c'est aussi dommage de ne pas pouvoir utiliser le Google Play Store et GMS de manière simple, mais c'est du sacré boulot et comme les autres au-dessus dans un certain nombre de domaines Microsoft va dans le bon sens.

CONNEXION UTILISATEUR