Shrugs, un client Slack natif codé en Swift pour macOS

Nicolas Furno |

Le client macOS de Slack n’est pas natif, il repose sur Electron, un framework d’interface basé sur les technologies du web. Cela permet aux développeurs de cette messagerie instantanée taillée à l’origine pour les entreprises de disposer d’une app sur toutes les plateformes, au prix d’une moins bonne intégration à macOS et de performances en retrait.

Si vous êtes allergique aux apps Electron, Shrugs se présente comme un client macOS natif pour Slack. Sortie au printemps, elle a été créée en utilisant les langages et outils de développement fournis par Apple, majoritairement en Swift. Le premier bénéfice est à chercher du côté du poids des fichiers : près de 200 Mo pour Slack, contre moins de 25 Mo pour Shrugs.

Shrugs sait gérer plusieurs fenêtres (image développeur).

Au-delà, c’est surtout dans son interface qui respecte les canons de macOS que la différence est visible. Shrugs peut ouvrir plusieurs fenêtres, on peut utiliser des glissements avec un trackpad ou une Magic Mouse et les outils de base de macOS sont exploités, par exemple pour annoter des images, prendre une photo avec son iPhone ou encore pour écrire des messages enrichis en mode WYSIWYG.

En contrepartie, Shrugs n’est pas un client Slack complet et il lui manque de nombreuses fonctions listées dans la foire aux questions. Il y a des fonctions avancées qui ne gêneront pas beaucoup de monde, comme les appels vidéo et le partage d’écran, mais il y en a d’autres qui sont plus gênantes. Il est impossible de modifier un message, on ne peut pas remonter dans le temps et charger les messages les plus anciens, ni utiliser la fonction de recherche ou encore savoir quand une personne tape un message.

Cela commence à faire beaucoup et il faut aussi noter que vous ne pourrez pas forcément utiliser Shrugs avec « votre » Slack. L’administrateur doit en général autoriser l’app explicitement, sous peine de tomber sur un message d’erreur lors de la connexion. Cela explique que je n’ai pas pu tester l’app, aucun des espaces de travail auxquels j’ai accès n’étaient compatibles.

Shrugs nécessite l’autorisation explicite de l’administrateur de l’espace de travail pour fonctionner.

Vous pouvez télécharger gratuitement cette app pour découvrir si vous pourrez l’utiliser ou pas. Sans payer, Shrugs est limitée au seul canal #general dans chaque espace de travail que vous ajoutez. Pour bénéficier de toutes les fonctions, il faudra payer pour une licence facturée 20 €, avec une option à 50 € pour bénéficier des versions bêta et soutenir le développement de l’app.

Shrugs nécessite macOS High Sierra (10.13) au minimum, son interface n’est pas traduite en français.

avatar anon8029 | 

Interessant car Slack est un vrai gouffre à RAM. En revanche je n'arrives pas a rajouter de compte et quid de Slack, vont-ils accepter un client comme ça ?

avatar reborn | 

@anon8029

Selon la FAQ de Shrugs, ça ne pause aucun soucis à Slack ce genre de client non officiel.

C’est un bon début je vais suivre ça de près

avatar pocketjpaul | 

@anon8029 @reborn

Sinon il y a Ripcord comme client Slack : https://cancel.fm/ripcord/

Moins joli, mais qui marche et prend 17mo de RAM (et encore moins d'espace disque)

avatar TR3NT | 

Yep, je suis très très fan de Ripcord. Je l'utilise activement depuis ~3 mois en remplacement de Slack, j'en suis très content.
J'aimais bien Slack aussi mais j'en fait une utilisation assez avancée et pour pas mal de choses Ripcord m'aide beaucoup :

1) Mon entreprise a plusieurs Workspaces Slack, et je dois être disponible sur tous. Hélas, les notifications Slack ne fonctionnent pas toujours très bien sur les workspaces sur lesquels on est pas focus. Dans Ripcord, ça fonctionne mieux ET le CMD+K pour changer de chanel/personne fonctionne sur *tous* les workspaces en même temps, je gagne un temps fou.
2) J'utilise énormément le CMD+K pour changer de chanel/utilisateur dans Slack, c'est super. Sauf que des fois, ça rame (beaucoup) et Slack fini par sélectionner "le mauvais utilisateur" à cause d'un lag (j'ai le même problème avec Spotlight & les applications d'ailleurs). Dans Ripcord, les performances sont bien meilleures et le CMD+K a un comportement beaucoup plus consistant. Il donne aussi accès à certains paramètres du logiciel, c'est des shortcuts pratiques.
3) Slack est assez lourd, Ripcord est très, très, très léger.

Loin de moi l'idée de dire qu'il n'a pas de défauts ceci dit, ici ce qui m'embête avec Ripcord:
- Il est très moche. Son développeur le qualifie de "Logiciel de tchat conçu en 1998 et qui a voyagé dans le temps et modernisé pour gérer Slack & Discord", je pense que c’est vrai : Il a été conçu en 1998.
- Il n'est pas du tout macOS natif. Le CTRL+CMD+Space n'ouvre pas le panneau des smiley. Le CMD + Backspace ne supprime pas tout le texte jusqu'au début de la ligne. Mais le développeur est au courant et a indiqué sur le bugtracker que ça serait bientôt patché. Mais à nouveau, pas DU TOUT natif (bon, slack pas vraiment non plus).
- Il ne sait pas afficher les GIF animés. Il faut les ouvrir dans le navigateur.
- Il n'affiche aucun document (PDF, PNG, …) dans son interface, juste les miniatures, et n'affiche pas non plus de bouton "télécharger". Quand on clique dessus, il ouvre les documents dans le navigateur mais parfois (dans safari) on doit attendre la fin du chargement d'un pdf pour pouvoir le télécharger (et parfois c'est très lent).
- Les interfaces de certains bots ne sont pas compatibles / ne fonctionnent pas du tout.
- Le système de Notifications n'est pas foufou.

Mais il est quand même très complet, il gère quasiment tout ce que le client Slack officiel fait,
et il est trèèèèèès léger et rapide.

avatar misc | 

Trop tard pour notre bureau qui a quité slack en partie a cause du manque de fluidité de l'interface. Tant mieux pour ceux que ca soulagera.

avatar reborn | 

@misc

Pour passer sur quelle app ?

avatar madaniso | 

@misc

Pour quelle app ?

avatar Xander | 

J’ai du mal à voir l’intérêt d’une app 3rd party pour Slack.

L’essentiel des utilisateurs Slack sont des employés de grandes entreprises qui n’auront pas le droit d’utiliser cela...et de toutes façons ça ne sera pas compatible avec le système d’identification qu’ils emploient.

Et pas sûr que des plus petites organisations y trouve de l’intérêt ; se prendre la tête avec un truc non officiel et avec un support limité...c’est juste chercher les ennuis.

avatar fornorst | 

@Xander

Au contraire, les utilisateurs de slack sont souvent des startups / scaleups donc pas forcément des grands groupes.
Par contre, je te rejoins sur le second point : je ne vois pas ces structures s’embêter avec ça. Surtout que le client slack n’est pas si lent que ça sincèrement. Enfin, il est lent mais ça me parait tout à fait acceptable. Et j’en suis un assez gros utilisateur :)

avatar Deckard | 

Je n'utilise pas Slack, mais ne trouve ça génial. S'ils pouvaient plancher sur un client compatible MS Teams...

avatar FCCreations | 

Essayez Wimi ! : https://www.wimi-teamwork.com/fr/
Solution tout en un de type Slack + Trello + Dropbox + Zoom + Dropbox, basé sur le framework Electron. SaaS 100 % française souveraine, agile et sécurisé AES 256 bits, sauvegardés sur des serveurs en France, non sous-soumis au Patriot-Act.
Comparatif Wimi / Slack : https://www.wimi-teamwork.com/fr/a-propos/comparatif/slack-alternative/
Utilisé par Total, l'assemblée nationale, Sephora, Engie etc .. des clients grands comptes, des PME, agences ou freelance comme moi - Car les prix sont vraiment attractifs face à ses concurrents ! 😉
Bonne journée à tous.

avatar marc_os | 

@ FCCreations
« Solution [...] basée sur le framework Electron ».
Merci, mais non merci.
Dommage qu'ils ne proposent pas de solutions natives.

avatar marc_os | 

Si on ne peut pas tester ce logiciel dans des conditions d'utilisation réelle avec des dizaines de "canaux", ça n'a aucun intérêt. J'en reste à la solution web (étant allergique à Electron).

Quant aux limitations suivantes : on ne peut pas remonter dans le temps et charger les messages les plus anciens, ni utiliser la fonction de recherche ou encore savoir quand une personne tape un message.
Ça ne change pas grand chose avec la solution web !
Essayez voir de chercher un truc vieux de deux semaines dans un canal très actif. C'est galère.
De toute façon, il va falloir que les gens comprennent que Slack ce n'est pas un logiciel de messagerie comme Mail.app, c'est un logiciel de messagerie instantanée pour des messages jetables qui permet de "discuter" à plusieurs et partager des fichiers facilement.
Quant à la possibilité de modifier un message envoyé, c'est cool, mais c'est permis sans limite dans le temps ! En effet, on peut modifier un message même après que quelqu'un ait répondu. (Comme sur magc). On sait que le message a été modifié, mais c'est tout, et du coup ça amplifie encore le fait que Slack n'est en aucun cas une archive fiable des conversations.

avatar kitetrip | 

Pas de partage d'écran ? C'est un gros défaut...

CONNEXION UTILISATEUR