Livres numériques : Calibre 5 gère enfin les annotations et le mode sombre

Stéphane Moussie |

La rentrée littéraire ne se déroule pas seulement dans les librairies, elle est aussi informatique. Calibre, le gestionnaire de livres numériques incontournable, vient de recevoir une mise à jour majeure. La version 5.0 gère enfin les annotations dans sa partie liseuse.

Annotation dans Calibre 5

On peut surligner des extraits et ajouter des notes en lien. Par défaut, ces annotations sont enregistrées dans le fichier ePub afin de faciliter leur partage. Elles sont aussi sauvegardées dans la base de données de Calibre pour être consultées sans ouvrir la liseuse.

Par ailleurs, Calibre 5 dispose d'un thème sombre intégral. Le logiciel bascule automatiquement dans ce thème foncé quand le mode sombre de macOS est activé.

Mode sombre

Cela se voit moins, mais le code a été modernisé. Python 2, qui est en fin de vie, a été remplacé par Python 3. Ce changement entraîne une incompatibilité avec certains plug-ins, qui doivent être adaptés.

L'interface et certains comportements de Calibre 5 sont toujours aussi incongrus sur Mac, mais il reste le gestionnaire d'eBooks de référence grâce à sa puissance (il sait éditer les métadonnées, convertir les livres, les transférer, etc.) et ses possibilités de personnalisation. Calibre est gratuit et open source. macOS Mojave est requis au minimum pour la dernière version en date.

avatar DareMac | 

Pour le mode sombre, ça fait déjà un bout de temps qu’il était implanté. Sinon, c’est LE logiciel de gestion de ebooks, malgré son air austère, pour être poli. ☺️

avatar Ron Dex | 

@DareMac

C’est vrai que l’interface avec de gros icônes dont un gros cœur rouge mériteraient une retouche

avatar lmouillart | 

Sublime logiciel ! Toujours au rendez-vous.
---
Préférence -> Interface -> Apparence et présentation
Thème : highlights
Disposition de l'interface utilisateur : condensée
Taille des icônes : petit
Afficher le texte sous les icônes : jamais
Afficher l'écran de chargement : désactivé

Ça brûle déjà moins les yeux.

avatar Pyjamane | 

Le seul logiciel réellement valable pour la conversion des ebooks.

avatar Moonwalker | 

Oui, le mode sombre était déjà inclus avec la version 4, quelques ratés néanmoins lors du retour automatique au mode clair.

LE logiciel de gestion des ebooks.

avatar ataredg | 

C'est vrai que c'est une laiderie ce logiciel. Le jour ou un type refait tout en swift, joli comme les app Apple ....

avatar Pyjamane | 

Chose dont on se fout éperdument, hein...
Il vaut clairement mieux un logiciel peu sexy mais ultra efficace qu’une sombre bouse cosmétiquement agréable (comme c’est bien trop souvent le cas).

avatar ataredg | 

@Pyjamane : du calme. J'ai dit que c’était moche. Pas que c’était un mauvais logiciel (que j'utilise par ailleurs). Et non, on ne se contrefout pas du design des choses. Au contraire meme. Je suis sur Mac et iPhone aussi parce que c'est super bien fait, joli comme tout. Je deteste le design des interfaces chez Microsoft (meme si ça va mieux) et surtout sur Android. Donc, non, moi je ne m'en fout pas éperdument.

avatar Henri_1255 | 

@ataredg
Je suis d'accord avec vous, j'aime beaucoup de design des produits Apple même si, comme le dit Pyjamane, de nombreux produits (notamment chez Apple) sont simplement beaux et pas efficaces.

avatar Bigdidou | 

@ataredg

Mille fois d’accord.
C’est vrai pour tout, d’ailleurs, la cuisine, les idées, le cerveau.

avatar lmouillart | 

Il suffit de quelques clics, comme indiqué ci-dessus pour que ce soit un peu plus correct : https://drive.google.com/file/d/1aDl0ebKqQQ19PypbL9wo6DY6wyQdNojQ/view

avatar Nouvoul | 

Le pauvre créateur qui se prénomme Kovid !

avatar occam | 

L’ « enfin » du titre n’est pas de mise.
Il est même déplacé.

Comme d’autres lecteurs l’ont observé plus haut, l’option mode sombre existait déjà.

Qui plus est, il y avait déjà moyen d’importer et de gérer les annotations via le plugin « Annotations », ainsi que de les convertir en commentaires et de les rédiger.

Calibre fait tant de choses, les fait bien, et ne cesse de s’améliorer. Il me semble déplacé d’y chercher noise alors que nous sommes forcés à l’utiliser, en l’absence de solutions maison valables, dans des écosystèmes dont les innovations primordiales concernent les nuances de peau des emoji et les widgets, mais dont les apps natives dédiées aux livres numériques, apps dont Apple avait clamé faire une priorité absolue témoignant de son engagement envers la culture et l’éducation, s’en vont à vau-l’eau.

Qu’Apple se décide d’abord à faire autant et aussi bien que Calibre, en Open Source s’il vous plaît, et l’on aura mérité le droit de chipoter sur les détails d’interface de ce logiciel indispensable.

avatar DareMac | 

@occam

Entièrement d’accord.

avatar fte | 

@occam

C’est juste. C’est très juste.

Il n’est cependant pas parfait et la critique est toujours possible et souvent justifiée. Critiquer n’est pas dénigrer, pas nécessairement.

Par exemple, la fréquence des mises à jour mineures est irritante. Je n’arrête pas d’installer Calibre, encore et encore. Et encore. Et encore. C’est plus une observation qu’une critique par ailleurs. Mais ça m’agace.

L’esthétique et l’agrément d’usage sont... on s’y fait. Il n’y a pas mort d’homme. Mais comme souvent dans l’open source, l’UX est un concept inconnu, ou pire, connu mais ignoré, ou pire encore et très commun, connu et piétiné.

Mais le logiciel est fantastique, absolument.

avatar occam | 

@fte

"Critiquer n’est pas dénigrer"

Absolument d’accord.
D’accord sur le principe, et d’accord sur les détails.

Mais nous parlons d’un logiciel gratuit, Open Source, présent sur tous les OS majeurs, et indispensable.
Indispensable par manque d’alternatives, encore plus que par ses qualités intrinsèques.

Tellement indispensable que je ne comprends pas pourquoi, à l’heure des Vestes Canari et des Covidiots qui manifestent sur la place publique, les utilisateurs ne squattent pas les voies d’accès physiques et virtuelles menant aux QG d’Apple, Google et Microsoft pour clamer un logiciel équivalent soigné aux petits oignons, bénéficiant du dernier chic en matière d’interface, d’update différentiel, et de support aux chandelles.
Pourquoi ce sont toujours des bénévoles qui doivent se farcir le sale boulot, alors que chez Apple ou Google, l’on encaisse et l’on régresse.

Je ne me sens plus le droit, moralement, d’exiger quoi que ce soit d’un logiciel comme Calibre si je ne leur fais pas parvenir par PayPal un petit don accompagné d’un petit mot : « C’est pour vous encourager à... »

avatar fte | 

@occam

"Mais nous parlons d’un logiciel gratuit, Open Source, présent sur tous les OS majeurs, et indispensable."

Ni la gratuité, ni l’indisponibilité, ni l’absence d’alternative, ni son excellente fonctionnalité, n’absout ce logiciel de son interface désolante ou autres points critiquables.

avatar pat3 | 

@fte

"Mais comme souvent dans l’open source, l’UX est un concept inconnu, ou pire, connu mais ignoré, ou pire encore et très commun, connu et piétiné."

Tu oublies : connu, mais pas financé.

avatar fte | 

@pat3

"Tu oublies : connu, mais pas financé."

Beaucoup de logiciels open source ne sont pas financés du tout et sont pourtant développés, et l’UX, si elle n’est pas non plus financée, est ignorée malgré tout.

L’UX n’est pas considérée comme noble par la communauté open source en majorité, c’est « un truc de fille ». C’est d’une tristesse 😢 .

avatar vince29 | 

Il semblerait que l'UX ne soit pas non plus « un truc de fille ».
J'ai jamais vu autant d'aberrations ergonomiques que depuis que Gnome essaye de recruter des "filles".

avatar rfan | 

S’il pouvait avoir une fonction de mise à jour automatique...

avatar RemyW | 

J’adore ce logiciel, c’est LA référence en matière de gestion de ebook. Très simple à utiliser en plus.
Il a cette petite touche austère et logiciel des années 2000 qu’ont beaucoup d’applications open source mais on va dire que ça fait son charme.

avatar Inconnu-Soldat | 

Je ne comprends pas ce logiciel. Non seulement l'ergonomie est épouvantable, mais en plus son fonctionnement est très étrange. Je dois faire partie des rares cas qui ne comprennent rien à ce logiciel et qui chaque fois qu'ils l'ont utilisé n'ont jamais réussi à en trouver la sortie. Il doit y avoir une sorte de mode sombre de la compréhension dans le labyrinthe du cerveau du développeur.

avatar Moonwalker | 

Si c'est pour gérer trois bouquins, évidemment qu'il est sur-dimensionné.

Je l'utilise comme une méga bibliothèque et un atelier d'édition pour ebooks (+ 25 000 références).

Mes "livres de chevet" sont dans Livre.app et iCloud me les synchronise avec mes autres appareils.

avatar LS Zaitsev | 

Comme beaucoup de logiciel libre, son interface PAR DÉFAUT peut laisser à désirer, mais elle est entièrement personnalisable.
Le mode sombre était déjà présent, ainsi que les annotations (en fait l'article reprend la liste des "nouveautés" annoncées sur le site de Calibre.

C'est bien simple, Calibre est le meilleur aussi parce qu'il est le seul. Apple a laissé tomber depuis longtemps le livre numérique (en admettant qu'ils s'en soient préoccupés un jour...).
Calibre est clair, efficace, très puissant et relativement simple à prendre en main, sous réserve que l'on connaisse les principes fondamentaux du livre numérique.
Le système de plugins étend ses possibilités jusqu'aux besoins les plus marginaux.

La seule "étrangeté" que je trouverais éventuellement à signaler, c'est son comportement qui consiste à ne pas enregistrer par défaut un changement de métadonnées directement dans le fichier concerné (et pas seulement dans la base de données Calibre). Pour ce faire, il faut configurer la barre des tâches, ajouter l'icône pour inclure les métadatas, et ensuite le faire à la main pour le livre modifié (ou par lot).

Pages

CONNEXION UTILISATEUR