Airmail 4 passe à l'abonnement sur Mac aussi

Stéphane Moussie |

Airmail, l'un des clients mail les plus complets sur iOS et macOS, achève sa transition vers le modèle de l'abonnement. L'application l'avait entamée l'année dernière en soumettant sa version iOS à un abonnement, mais la version Mac restait disponible en licence perpétuelle. Ce n'est plus le cas désormais ; sur iOS comme sur Mac, pour profiter de l'intégralité d'Airmail 4, il faut payer 3,49 €/mois ou 10,99 €/an (abonnement valable pour les deux plateformes). En comparaison, il y a un an, l'application coûtait 9,99 € sur Mac et 4,99 € sur iOS.

Airmail 4

Airmail 4.0 (en cours de déploiement sur l'App Store, elle sera disponible partout dans quelques dizaines de minutes) peut s'utiliser gratuitement, mais avec des fonctions limitées. L'abonnement Airmail Pro est nécessaire pour débloquer toutes les fonctionnalités (3 jours d'essai offerts).

Les anciens clients ne perdent pas les fonctionnalités auxquelles ils avaient accès. Ils peuvent les restaurer, sans prendre l'abonnement, en sélectionnant Préférences > Général > Airmail Legacy. Ce sont en fait deux applications qui vivent en une, puisqu'en choisissant cette option, on bascule sur l'ancienne interface.

Par ailleurs, Airmail Pro est accessible à tous ceux qui avaient pris un abonnement sur iOS ou qui ont acheté Airmail 3 à partir du 1er janvier 2019. Le concurrent Postbox était passé lui aussi à l'abonnement l'année dernière avant de réintrodure une licence perpétuelle face à la bronca.

Voilà pour ce qui est du modèle économique. Et les nouveautés, alors ? Toutes réservées aux abonnés « Pro », elles comprennent un nouveau design (un peu plus aéré), une nouvelle boîte de réception intelligente, un moteur de recherche amélioré, des thèmes supplémentaires et des actions personnalisées. Ces dernières sont intéressantes, puisqu'elles permettent de réaliser plusieurs actions en un clic, comme appliquer une étiquette, faire suivre et archiver un mail.

avatar EBLIS | 

Ça existe, j'ai vu ça y a pas longtemps, faut que je retrouve le nom :-)

avatar al3xi5 | 

Viva spark !!

avatar MugiwaraLuffy | 

C'est très simple, abonnement = désinstallation.
Les seuls services qui en valent la peine c'est les medias comme Netflix, Youtube Premium partagé en famille, Apple Music.
Au niveau software, 1Password, iCloud Stockage, quelques licences pour le travail et c'est bien tout.

Le pire avec ce système c'est que des logiciels, sans nécessité de serveurs, utilisable presque sans mise à jours complémentaires, se tournent vers l'abonnement et entrainent de force les utilisateurs existants. Mais c'est une aubaine pour Apple et Microsoft qui peuvent maintenant jouer de leur écosystème avec les applications par défauts, bien mieux intégrés, même s'il faut subir quelques contraintes.

avatar oomu | 

'Mais c'est une aubaine pour Apple et Microsoft qui peuvent maintenant jouer de leur écosystème avec les applications par défauts, bien mieux intégrés, même s'il faut subir quelques contraintes."

oui.

avatar Dark Phantom | 

Quelle rigolade : on va quoi ? Se traîner pour 500€ mensuels d’abonnements ?
Sérieusement : une machine : installation des bons softs libres et gratuits , quelques logiciels pro obligés pour le boulot et le reste tant pis

avatar Glop0606 | 

Les commentaires le prouvent. Le modèle à Abo arrive à saturation. L’ancien modèle était bien plus sain. On paie et quand les développeurs ont assez de nouvelles fonctionnalités ben on lance une v2 et ainsi de suite. Si le consommateur y trouve son compte il repaiera. Perso l’abo c’est un peu une rente qui fait qu’on a pratiquement plus que des bêtas qui sont lancés, les réelles nouveautés étant sporadiques. En tout cas par exemple, Affinity semble s’accommoder de l’ancien système.

avatar oomu | 

"En tout cas par exemple, Affinity semble s’accommoder de l’ancien système."

attendez qu'Affinity cesse d'être en conquête de clients.

avatar Glop0606 | 

@oomu

Qui sait? Si affinity fait ça alors il rentre en confrontation direct avec Adobe et là...

avatar oomu | 

si c'était aujourd'hui, ils se feraient massacrer.

c'est pour cela que non, ils construisent lentement leur écosystème de logiciels, bientôt vous les verrez proposer des services en lignes, des "assets", du "travail collaboratif", etc et un beau matin vous annoncer simplifier tout ce bazar en une facturation unique : un abonnement.

Moins cher qu'Adobe bien sur. Mais oui ça sera un pari risqué.

Je ne dis pas que ça va venir cette année ou demain, mais que c'est inéluctable.

Profitez, pour l'heure.

avatar occam | 

@oomu

"Je ne dis pas que ça va venir cette année ou demain, mais que c'est inéluctable"

Rien n’est inéluctable, sauf dans le cadre d’un système physique déterministe.

Rien n’est écrit. Sauf la prise d’Aqaba. Ici-dedans (dit Lawrence, indiquant son front).

avatar Simeon | 

Certes, mais même dans une physique contingente, ce scénario reste fortement probable !

Ce Lawrence, aventurier des dunes et découvreur du concept de self-fulfilling prophecy

avatar nicolaschr | 

Je vois que beaucoup de lecteurs de ce site trouvent que rémunérer une équipe de développeurs, qui bosse à plein temps sur un projet très complexe, est plus honteux que de payer un site d'information comme macg et se retrouver à avoir un article réserver aux abonné "Tout savoir sur : les captures d'écran avec ⇧⌘4". Incroyable 🤡

avatar nicolaschr | 

Je vois que beaucoup de lecteurs de ce site trouvent que rémunérer une équipe de développeurs, qui bosse à plein temps sur un projet très complexe, est plus honteux que de payer un site d'information comme macg et se retrouver à avoir un article réserver aux abonné "Tout savoir sur : les captures d'écran avec ⇧⌘4". Incroyable 🤡

avatar MugiwaraLuffy | 

Je suis dans le dev, le journalisme est bien plus complexe a monétiser qu'un soft. Si le produit est bon, le client repassera à la caisse, par fidélité ou par envie de conséquentes nouvelles fonctionnalités. D'ailleurs les mastodontes du milieu sont encore la car leur produit est bon/utilisé partout. Donc quand Airmail passe à l'abonnement, bah c'est un refus catégorique.
L'achat unique permet de posséder le logiciel jusqu'au changement d'architecture ou similaire comme le 64bits. J'upgrade si j'en ai besoin, c'est pas le cas avec l'abonnement et sa ils l'ont compris

avatar YAZombie | 

Bizarre de mettre un clown pour terminer un argument épouvantail… 💩

avatar showmehowtolive | 

@nicolaschr

Très complexe 🤣

Non mais sérieusement avec les API d’aujourd’hui y’a moins de boulot qu’avant...

Je parle des trucs comme ça pas des applis pro comme Adobe.

Sérieusement pour beaucoup d’applications par abonnement c’est du n’importe quoi.

avatar Mickaël Bazoge | 
Il se trouve que la grande partie des abonnés qui ont laissé un commentaire sous l'article consacré aux captures d'écran en étaient très contents. Et puis c'est marrant, tu as oublié d'évoquer nos séries d'articles très pointus sur le Mac Pro, le low code, le test très complet de l'Arlo 3...
avatar oomu | 

quand je veux prouver que mon chien à la rage, je ne parle jamais de tous les bons moments qu'il a apporté

avatar oomu | 

"Je vois que beaucoup de lecteurs de ce site trouvent que rémunérer une équipe de développeurs, qui bosse à plein temps sur un projet très complexe, est plus honteux que de payer un site d'information comme macg et se retrouver à avoir un article réserver aux abonné "Tout savoir sur : les captures d'écran avec ⇧⌘4". Incroyable 🤡"

c'est très fréquemment le cas.

On avait déjà cette "colère" lors des débuts du shareware (début 90s par là).

Oui beaucoup de gens renâclaient à payer un shareware, bien + qu'ils renaclaient à se faire livrer chez eux Joystick et autre journal papier.

Le logiciel a toujours été difficile à faire gober aux gens. Le payer encore plus.

Tous les discours : moralistes, éthiques, philosophiques, larmoyants, menaçants n'y ont rien changé.

Déjà fin 70s, Billou Gates le 3eme disait qu'il était de payer les logiciels, bande de sales feignasse, pour créer une industrie viable. ("lettre aux hobbyistes" http://www.volle.com/rennes/lettrebill.htm , 1976)

Nous sommes déjà en 2020, près de 40 ans plus tard, et non la mentalité du grand public n'a en RIEN changé.

Admettez le, vous pouvez commenter en mode blasé de la médiocrité et lever les yeux au ciel, mais il faut admettre cette réalité : vivre de la bande dessiné et de la vente de logiciel, c'est accepter d'en chier du paquet de bulles.

avatar Pse | 

Perso je suis revenu sous mail.
C’est nettement moins évolué mais pour mon besoin ça suffit.
Si on ne veut pas multiplier les abonnements il faudra faire l’analyse du stricte nécessaire. Mais pour de nombreuses personnes ça va devenir compliqué même en restreignant le besoin !

avatar showmehowtolive | 

@Pse

Le gros problème de Mail c’est la gestion du spam inexistante pour moi 😕

avatar MugiwaraLuffy | 

Surtout le non respect des règles j'ai l'impression mais bon

avatar ValKor | 

Cette mode des abonnements, pour moi c’est de la facilité voire fainéantise de la part des devs pour tout ce qui n’a pas besoin de serveur.

Avant, quand un dev proposait une nouvelle version payante de son logiciel, chaque utilisateur jugeait si les nouvelles propositions méritaient de passer à la caisse ou non. Donc les devs avaient intérêt à réfléchir à des trucs qui font envie.

Maintenant, pourquoi de casser le cul, ils ont une rente mensuelle, sans rien faire. Pas de besoin de réfléchir à des bonnes nouveautés qui soient vendeuses.

avatar mouahahaha | 

"pour moi c’est de la facilité voire fainéantise de la part des devs pour tout ce qui n’a pas besoin de serveur."

C'est même pire que ça. :)

Un dèv pourrait très bien passer à l'abo et abandonner son logiciel au bout de 6 mois/1 an après ça.

Et à côté concevoir une version amélioré du logiciel ou avec des fonctionnalités plus ou moins complémentaires à la v1 voir juste qui supporte la dernière version d'ios sans que l'application plante pour un oui ou un non.

Laissant le choix aux clients de la v1, de soit restez payer l'abo de la vieille version sans support, sans nouveauté ou qui bug sur la dernière version d'ios en sachant qu'au moindre soucis c'est mort pour que le dèv fasse un truc.
Soit repasser par la case abo pour la nouvelle version du logiciel et potentiellement devoir aussi payer l'abo de la v1 pour avoir une version complète en cumulant v1 et v2. :)

Ah oui et puis aussi le cruel dilemme du "je continu avec ça où j'fais une croix sur mon argent et je change totalement pour un autre logiciel à abo sans savoir si ça va pouvoir remplacer l'actuel" Avec bien sur la phase de test où on doit en payer plusieurs en parallèle pour voir lequel est convient le mieux. :)

avatar ckermo80Dqy | 

Ils sont tous en train de se tirer une balle dans le pied. Je prends les paris.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR