Une initiative pour faciliter la portabilité des données d'une plateforme à une autre

Stéphane Moussie |

Vous décidez de quitter un service de photo en ligne pour un autre ? Vous devrez sûrement télécharger en local toutes vos photos du premier service, puis les réimporter à la main dans le second. Même chose pour les plateformes de musique, de mail, de vidéo, etc.

Pour éviter cette étape barbante qui conduit parfois à abandonner son projet de changement de service, plusieurs grandes entreprises sont en train de se rassembler autour d’une initiative commune de portabilité des données.

Architecture du Data Transfer Project.

Facebook, Twitter, Microsoft, et Flickr, entre autres, ont rejoint le Data Transfer Project initié par Google qui décrit un système de transfert de données sécurisé entre plateformes distinctes. Il existe déjà des passerelles entre certains services pour « déménager » facilement ses contenus et informations, mais le Data Transfer Project vise à mettre en place une infrastructure interopérable plus globale et open source.

Pour permettre aux utilisateurs de transférer le plus simplement possible leurs données, le système exploite des « adaptateurs » chargés de traduire les API propriétaires des plateformes en modèles reconnus par tous les participants du projet. Le Data Transfer Project est normalement conçu pour éviter qu’un service détourne ses capacités et pompe à tout va les données des utilisateurs.

Exemple d’avancée permise par le Data Transfer Project (elle n’est pas encore en place) : en quelques clics on transfère ses images de Google Photos directement vers OneDrive, sans avoir à les télécharger en local.

L’initiative, qui fait ses débuts et doit encore être intégrée aux plateformes participantes, ne tombe pas par hasard. Le règlement général sur la protection des données, mieux connu sous son acronyme RGPD, qui est en vigueur en Europe depuis le 25 mai, comporte un droit à la portabilité des données qui inclut un droit à faire transmettre directement ses données d’un prestataire à un autre, « lorsque cela est techniquement possible ». Google, Facebook et les autres participants du Data Transfer Project travaillent donc à rendre cela « techniquement possible ». Apple n’est pas impliquée dans le projet à l’heure actuelle.

avatar Minileul | 

J’aimerais bien pouvoir passer d’Apple music à Spotify ou TIDAL mais je suis obliger de recréer toute mes playlist...

avatar Dondic | 
avatar Minileul | 

@Dondic

Alors là je dit bravo 😀😀😀
Toutes les chansons ont été reconnu, bien sûr à part celles qui ne sont pas disponibles sur Spotify mais dans Apple Music.

avatar Wolf | 

Le RGPD est quand même une vaste connerie. Bonne idée mais mal réalisé.

avatar Derw | 

@Wolf
Pourquoi ?

avatar hish | 

@Derw

Avec le rgpd tu dois pouvoir récupérer tes données, sauf qu'il n'y a pas de standard pour la récupération + conversion vers un nouveau service.
C'est cool de voir ses données et d'avoir la main dessus mais... c'est comme à l'époque où certains FAI comme Free, donnaient une liste texte, sans tri, des gens qui telechargeaient (en version imprimé sinon c'est pas drôle) à l'Adopi : de quoi rendre inutilisable la ressource reçu.

avatar SyMich | 

Quand il fait bien son boulot, le législateur impose l'objectif mais ne définit pas les moyens pour y arriver, laissant les parties concernées libres de la façon de faire.
De cette façon, les acteurs ne peuvent pas se retrancher derrière l'argument "on a fait strictement ce que la législation impose. Si ça ne fonctionne pas, ce n'est pas de notre faute ". Ils ont une obligation de résultats, pas simplement de moyens.

Ça donne lieu à ce type d'initiative qui aboutira à un standard de fait que tous les acteurs finiront par adopter pour respecter la législation européenne (qui en l'occurrence va devenir la base de ce qui se pratiquera partout dans le Monde)
Et comme chaque acteur participant au projet est à la fois potentiellement, celui qui fournira des données ou celui qui en recevra (pour les intégrer dans son propre service), ils ont intérêt à ce que ce soit mis à disposition dans un format le plus opérationnel possible.

avatar hish | 

@SyMich

Mais ça prendra combien de temps ? Et combien de standard on va voir fleurir d'ici là ?
D'ici là, les gros acteurs du Web vont pouvoir se la couler douce.

avatar SyMich | 

Google, FaceBook, Twitter, flickr, Microsoft... ce ne serait pas des gros acteurs du Web selon vous?
Vous croyez qu'ils lancent cette initiative pour aboutir dans 10 ans??
Si ils lancent cette initiative c'est pour se mettre en conformité avec la loi européenne qui est déjà entrée en vigueur.

avatar armandgz123 | 

Bonne initiative. Un système pour télécharger toutes ses photos (bien rangées) sur Google photo et iCloud serait top

avatar reborn | 

La même chose lorsque l’on change d’appartement je dis oui.

Mes affaires sont pris en charge entre propriétaires qui gèrent ça entre eux 😎

avatar Madalvée | 

Ça va faciliter le croisement des données et créer de mégabases monnayables et piratables.

avatar SyMich | 

Je ne pense pas, chaque acteur concerné sera probablement vigilant à ne permettre qu'un transfert des données brutes pour ne pas fournir à un concurrent des données qu’il aurait enrichies (et le projet étant open source, on peut savoir exactement ce qui sera transféré). Par contre ça permettra à chaque utilisateur de ces services en ligne de rester maîtres de leurs données sans être enfermé chez un opérateur quelconque.

avatar deltiox | 

Google + initier projet + transfert de vos données
=> cette combinaison de mots me fait déjà peur

avatar jb18v | 

@deltiox

All your data are belong to us 😄

avatar Switch | 

A qui le crime profitera le plus ?
Probablement au plus gros des requins, et il se trouve qu'il est justement à l'initiative du projet: Google, qui va drainer les utilisateurs d'Outlook (Ms) et Yahoo.
Concernant les photos, ce sera plus difficile de savoir qui en profitera le plus.
Mais stocker des données (photos, documents…) sans les chiffrer côté client c'est être totalement inconscient de l'usage qui en est fait par les services de renseignements, et par les IA qui les lisent pour divers usages.

CONNEXION UTILISATEUR