Chrome : un bug dans la gestion des DRM permet d'enregistrer n'importe quel flux vidéo

Mickaël Bazoge |

Il est relativement simple d’enregistrer n’importe quel flux vidéo protégé transitant par Chrome, avertissent des chercheurs en sécurité de l’université Ben Gourion, en Israël, et des Telekom Innovation Laboratories de Berlin. Il est ainsi possible, par exemple, de récupérer un film Netflix en un clic ou presque, aidé par les bons outils.

Cette faille est issue de la manière dont Google a implémenté la technologie de DRM Widevine dans son navigateur web, qui l’exploite pour la diffusion de vidéos protégées. Pour prouver leurs dires, les chercheurs ont mis en ligne cette vidéo de démonstration, relayée par Wired.

Les DRM, c’est comme les chasseurs : il y en a des bons, et il y en a des mauvais. Un "bon" système de protection doit protéger les données chiffrées et se contenter de les diffuser dans le navigateur, mais cette vulnérabilité permet de copier le flux. Les deux chercheurs à l’origine de la découverte estiment qu’il suffirait d’un correctif pour boucher la faille, qui créerait un TEE (Trusted Execution Environment) au sein du système de DRM, un « tuyau » qui ferait en sorte d’écrire le contenu déchiffré dans un espace de mémoire protégée. Il serait alors impossible de siphonner ce contenu.

Widevine a été acquis par Google en 2010 afin de sécuriser les flux dans le navigateur web et pour les chaînes premium de YouTube. Ce système de gestion des contenus protégés est présent dans deux milliards d’appareils. De ce qu’on en comprend, le bug existe depuis l’implémentation de Widevine dans Chrome.

Le bug a été découvert il y a huit mois, et Google est au courant de ce problème depuis le 24 mai, sans fournir de parade encore ; mais l’entreprise explique que cette faille peut toucher n’importe quel navigateur basé sur Chromium (Opera et Firefox utilisent aussi Widevine, mais les chercheurs n’ont pas vérifié s’ils étaient touchés eux aussi). Les chercheurs ont donné 90 jours au moteur de recherche pour donner de plus amples détails sur la manière dont fonctionne cette vulnérabilité.


avatar DouceProp' | 

« Les deux chercheurs à l’origine de la découverte estimeNT qu’il suffirait d’un correctif »
Je ne sais pas où l'on signale les coquilles plus discrètement que dans un commentaire...

avatar Strix | 

@DouceProp' :
Via l'appli, tu sélectionnes le texte incriminé, et dans les "options" (copier, tout sélectionner...), à la fin tu as une option pour signaler la faute

avatar Mageekmomo | 

Et alors, c'est quoi la différence entre un bon et un mauvais DRM ;-)?

avatar Mickaël Bazoge | 
Bon alors, le bon DRM il voit un contenu, paf, il le protège. Le mauvais DRM, il voit un contenu, et bin là, bin… il le protège quoi.
avatar iPop | 

@MickaëlBazoge :
:-)

avatar C1rc3@0rc | 

un bon DRM est un DRM non utilisé!

un mauvais DRM est un DRM utilisé!

Le DRM est une espèce de parasites particulièrement malfaisants qui dans le meilleur des cas surconsomme de la ressource et dans le pire empêche d'accéder a l'information.

Google n'est pas victime d'un bug, c'est une feature qui permet l'interoperabilité.

avatar r e m y | 

Je sens qu'il y en a qui vont se dépécher de sauvegarder cette version de Chrome avant qu'elle ne soit "mise à jour"

CONNEXION UTILISATEUR