Témoignages : comment gérer toutes ses photos

Florian Innocente |

Comment gérez-vous vos photos numériques ? C’était la question de notre appel à témoins qui a vu environ 80 de nos lecteurs donner leurs recettes pour stocker, trier, partager et mettre à l’abri leurs photos et vidéos.

Autant le dire toute de suite, il n’existe pas de baguette magique, pas de méthode supérieure aux autres. Certains sont très organisés, d’autres plutôt partisans du moindre effort. Il y en a qui confient tout au nuage, d’autres qui le fuient. Un lecteur utilise Excel pour retrouver ses images et un autre n’a pas abandonné les sauvegardes sur DVD. Bref, un seul problème mais un cocktail de solutions.

Classement des images

Plusieurs lecteurs ont cité Lightroom mais aussi Aperture comme solutions pour cataloguer leurs images. Les deux savent maintenir une photothèque chronologique qui a comme avantage d’être simple à appréhender et de pouvoir être utilisée sur une autre plateforme et dans un autre logiciel, au cas où.

Mais tout le monde ne s’en remet pas à des applications photo. Le bon vieux classement en dossiers dans le Finder a toujours ses supporters. Philomo utilise un principe d’arborescence très classique qui a été plusieurs fois mentionné : « Un sous-dossier par année, des sous-dossiers pour les divers évènements. Chaque photo a un nom précis relatif à la photo. J’y accède manuellement ou avec GraphicConverter. »

GraphicConverter 10

Même technique pour totoguile qui centralise toutes ses images sur son iMac : « J’utilise Picasa pour visionner les photos : je n’aime pas Photos qui ne me permet pas de conserver ma vision hiérarchique. » Mais il cherche aujourd’hui un substitut à cette application dont Google a cessé le développement cette année.

« Mes photos (21 000) sont stockées sur mon MacBook Pro dans des dossiers images organisés par domaines (séjours, voyages, monuments, musées… 11 en tout), avec une dizaine de sous-dossiers maximum par dossier principal. Ces répertoires sont entièrement gérés via Lightroom », explique Zagou29.

EchoVictor pousse un cran plus loin cette logique de rangement en opérant une distinction entre les catégories d’images qu’il « trie jusqu’à l’os ». Il y a les photos de famille puis celles qui relèvent de ses « marotes artistiques » et enfin ses photos professionnelles. Le matériel utilisé pour les prises de vue intervient également au moment du tri.

J’utilise “Photos” pour les images venant de mon iPhone (j’utilisais déjà peu iPhoto pour mes besoins personnels). Pour les photos de famille prises avec mon réflex et mon compact j’utilise des dossiers système avec classement chronologique (année, évènement ou période). Idem pour mes photos personnelles (celles à marotte…) en RAW et jpg (DxO et Affinity Photo pour le traitement), mais j’apprécie de retoucher très peu mes images. Enfin, j’ai un seul grand dossier pour mon stock d’environ 6 000 images jpeg professionnelles, quantité qui progresse très lentement. Ce sont des documents non retouchés.

Soucieux de renseigner le mieux possible les métadonnées de ses clichés, EchoVictor s’est tourné vers GraphicConverter qui dispose d’un gestionnaire de mots-clefs IPTC qui marche très bien, à l’entendre dire.

ekami66 classe ses images en sous-dossiers par années puis par mois puis par événements « 2016/2016 05 Mai/Dim 15 mai 2016 Promenade à cheval ». Il suggère d’utiliser A Better Finder Rename lorsqu’on a besoin de renommer des fichiers par lot (il y a aussi Hazel, assez puissant). Mais si vous avez au minimum OS X Yosemite, sachez que le Finder contient une fonction du même ordre qui peut suffire (dans le menu Fichiers).

Renommer un lot de fichiers juste avec le Finder

Le Finder c’est bien, mais pour thierry37, Dropbox c’est encore mieux. Il a pris une formule payante pour recueillir les images de ses deux iPhone et de son Sony Alpha. Dans Dropbox, le classement chronologique se conjugue à une synchronisation permanente entre ses iPhone et ses deux MacBook Air. La place étant néanmoins comptée sur le SSD des Mac, de temps en temps il archive un lot d’images sur le poste fixe de la maison.

L’iPhone n’ayant pas remplacé les appareils photos classiques, il arrive que l’on ait besoin de géotagger des images prises pendant une promenade. Alens62 prend avec lui l’application GPS4Cam pour iOS. Elle fonctionne de pair avec un utilitaire OS X qui va récupérer les informations de géolocalisation de votre trajet et les appliquer à vos images après leur déchargement sur le Mac.

Sauvegarde, du plus simple…

Une fois que l’on a ses photos sur sa machine, il est crucial de prévoir leur sauvegarde sur des supports de sauvegarde externes. Les stratégies de nos lecteurs vont de la plus simple à la plus sophistiquée.

Totoguile a une méthode que tout le monde peut imiter. Puisqu’il garde ses photos dans un dossier à classement chronologique, il le copie tous les mois sur un disque dur externe. Autre mesure de sécurité qu’il partage avec d’autres utilisateurs (et on se compte parmi eux, ndlr), ce disque dur le suit pendant ses vacances et longs week-ends. Ce serait ballot de voir son domicile cambriolé et l’iMac partir avec cette sauvegarde. Chez Philomo ce dossier est sauvegardé d’un côté avec Time Machine et de l’autre avec l’utilitaire Tri-Backup.

Time Machine est souvent cité, c’est normal, c’est un système simple à mettre en œuvre pour compléter d’autres procédures plus ou moins complexes. Le clonage en est une, elle permet de redémarrer immédiatement son Mac sur le volume externe (il y a pour cela SuperDuper ou Carbon Copy Cloner, ne rechignez pas à mettre 30 € euros dans ces logiciels).

Zagou29, qui a organisé ses images en dossiers par thèmes, sauvegarde en permanence son MacBook Pro avec Time Machine puis « [je] fais un clone de mon Mac tous les 15 jours environ sur un disque dur externe, lui-même cloné sur un deuxième… Jusqu’alors je n’ai jamais dû revenir sur un clone, mais quelquefois sur des images perdues via Time Machine ».

À Time Machine, Erem adjoint les services… d’une gravure DVD en plus d’un disque externe. C’est le seul à avoir cité ce type de support physique dont les Mac ne sont plus équipés à de rares exceptions près : « Cette perte [de la fonction gravure dans iPhotos/Photos me contrarie énormément », écrit-il dépité.

…au plus compliqué

Dans le genre plus (mais alors plus) complexe, on peut citer la méthode d’Ibrosius qui joue la carte de la sécurité maximale. Et l’on se rend compte que prendre beaucoup de photos et de vidéo aujourd’hui peut faire de vous un véritable petit administrateur système à la maison :

Les photos sont stockées sur des disques SSD externes de la gamme Lexar Workflow. Tous les mois je fais un backup des disques SSD sur un disque dur externe de grande capacité. Celui-ci est lui-même sauvegardé régulièrement sur un NAS Synology D112+ contenant un disque de 2 To.

Le disque dur de ce NAS ayant planté il y a un an, notre lecteur a ajouté des filets de sécurité avec deux systèmes de sauvegarde supplémentaires :

J’ai acheté pour une bouchée de pain un second NAS, un Netgear, qui sauvegarde deux fois par semaine le NAS Synology. J’ai profité de mon compte Amazon Premium pour activer la synchronisation automatique depuis le NAS Synology vers Amazon Cloud. L’avantage : stockage illimité des photos même en RAW. Défaut : pas du tout de prise en compte des vidéos (option payante) donc cela a nécessité une réorganisation de mes fichiers.

Il concède volontiers que tout cela peut paraître redondant voire compliqué, mais c’est la garantie pour lui d’avoir un « niveau de sécurité absolu » pour ses photos. La partie Amazon lui revient à 45 € par an, quant aux disques durs tout dépend des configurations de NAS que vous choisissez. Avec le recul il aurait opté directement pour un modèle contenant plusieurs volumes.

Pour ses 450 000 photos, Arnopierdu a instauré une chorégraphie précise avec son NAS. Il utilise un modèle contenant 4 volumes de 3 To qui ne prennent pas longtemps la poussière :

Les deux disques du haut sont pour le travail, les deux du bas pour les sauvegardes avec Carbon Copy Cloner, et deux fois par an pour les dossiers importants je fais une sauvegarde sur un disque et hors du bureau. Et tous les 18 mois, les disques du bas vont en haut et ceux du bas sont replacés par des neufs plus vastes.

Stockage sur terre et dans le ciel

Le mélange entre une sauvegarde physique et une en ligne est prisé par plusieurs de nos lecteurs. À différentes reprises, la Photothèque iCloud a été choisie, le plus souvent pour la formule 200 Go à 2,99 € par mois.

iChéri a toujours utilisé ce service d’Apple, d’abord sur iOS et maintenant sur Mac au travers de Photos. L’avantage premier pour lui est la synchronisation permanente entre les plateformes des contenus, mais aussi des modifications effectuées sur un appareil ou un autre :

Vous effacez une photo, vous corrigez/développez une photo, vous taguez une photo, vous dupliquez une photo… tout est synchronisé. Fini d’importer ces photos/vidéos depuis l’iPhone et l’iPad avec un câble […] J’ai toutes mes photos à jour, à tout moment et partout. Je n’ai pas besoin de m’assoir toujours derrière mon ordi pour regarder, développer ou trier mes photos. Ceci a aussi des avantages pour avoir ce que l’on veut et quand on le veut pour partager sur les services sociaux (Instagram, Facebook, Flickr, ou bien envoyer par mail, WhatsApp, MMS, etc.)

iSwiss12 a 16 ans et c’est lui qui a la responsabilité de la sauvegarde de toutes les photos de la famille. Le volume est encore relativement modeste — 9 Go pour le moment — qu’il envoie tout depuis Photos vers le service myCloud de son opérateur Swisscom (15 Go la base). Il se montre par ailleurs déjà sensible aux questions de vie privée : « Nos photos ne transitent pas et ne sont pas stockées dans des serveurs à l’étranger. Je ne suis pas particulièrement paranoïaque quant à l’accès que certains gouvernements pourraient avoir à nos photos, mais s’agissant aussi des photos de ma famille, j’ai préféré les stocker de façon 100% (théoriquement, bien entendu) sécurisée ».

Lycéen, Nitneuqq n’a pas une énorme photothèque à gérer mais son iPhone 6 ne fait que 16 Go, il a donc opté pour une sauvegarde automatique vers Google Photos au travers de son app.

Zagou29 se sert lui aussi de Google Photos comme sauvegarde d’appoint dans le nuage. La version gratuite du service offre un stockage illimité, mais les fichiers supérieurs à 16 mégapixels sont réduits à cette définition (la différence dans l’image n’est toutefois pas frappante en général).

J’exporte de Lightroom vers un dossier temporaire sur mon SSD, à partir duquel j’importe les photos dans mon compte Google Photos au sein d’un album. Les photos sont légèrement compressées, pratiquement sans perte, ce qui me permet de les récupérer à partir du cloud Google si j’ai un problème chez moi. Quand l’import est fait, je détruis les photos de mon dossier temporaire.

Google Photos et son assistant qui créé automatiquement des albums animés ou non

Cependant, tout le monde ne peut compter sur une sauvegarde dans le nuage, et ce n’est pas une question de coût ou de principe. Pour Arnopied à la tête de 450 000 photos, c’est internet qui coince : « Avec la lenteur des débits de ma ville, impossible de faire des sauvegardes sur le Cloud, juste les photos que je juge uniques sont sur un espace Google. »

Ce problème de la lenteur de l’accès internet, jeff01 l’a connu aussi lorsqu’il lui a fallu faire la première exportation de sa photothèque depuis son MacBook Air vers iCloud :

Il m’a fallu près de 2 jours pour faire passer l’ensemble de la photothèque (une vingtaine de Go à l’époque) avec une connexion ADSL (pauvreté du débit ascendant). Quelques photos et vidéos ont mis plusieurs synchronisations pour passer, sans que je comprenne l’origine de la résistance (il y a un album intelligent pour les repérer). Comme souvent avec la synchronisation iCloud, ça marche mieux avec l’iPhone qu’avec le Mac (constat que je fais régulièrement sans savoir pourquoi).

Macandco7794 fait valoir une mauvaise expérience avec Backblaze qui propose de sauvegarder en ligne l’intégralité d’un disque dur interne ou externe. Ca marche, mais il faut bien lire les conditions d’utilisation :

Je suis parti 3 semaines en vacances, puis un des mes disques externes a crashé. Mais je me suis senti rassuré en me disant que j’avais un service de sauvegarde performant… Avant le début de mes vacances, j’avais déconnecté ce disque défaillant. À mon retour, je ne me suis pas précipité sur une restauration car il fallait que j’achète un nouveau disque. Quand je fus prêt… plus aucune sauvegarde sur leur serveur, alors là, panique. Et je m’aperçois que mon DD crashé n’était plus coché dans les paramètres des disques à sauvegarder. Après les avoir questionnés, leur réponse fut que 1 mois après une déconnexion, tout disque non reconnecté entre temps est effacé !

Tout cela est fort bien, mais il n’y a pas que les Google Photos, Lightroom ou iCloud, l’un de nos lecteurs a fait un choix plus radical : Office ! bhqz gère ses photos « à l’ancienne comme du temps de l’argentique » :

Mes photos sont sur mon disque dur, avec un sous-répertoire par Année/Mois avec sauvegarde Time Machine + un disque externe compatible Windows (ce n’est pas idiot, pour s’assurer de pouvoir le relire en toute occasion, ndlr) où je recopie manuellement tous mes documents. Quand je veux partager des photos, je les envoie par messagerie. Si c’est trop volumineux, je les dépose sur Google Drive juste le temps que les gens les récupèrent. Pour retrouver mes photos, j’ai un fichier Excel dans lequel j’enregistre toutes mes photos : date, sujet, plus quelques mots clés. Je n’utilise ni le cloud ni logiciel de catalogage.

Conclusion

Bref, ce témoignage illustre, s’il le fallait, la diversité des solutions possibles dès que l’on parle de gestion d’une photothèque. Il est impossible de fournir, prête à l’emploi, une solution unique et ultime. C’est toujours une addition de petites méthodes. En revanche quelques grands principes sont immuables : sauvegardez, régulièrement, et pas sur un seul volume. Un gros disque dur aujourd’hui ne coute “rien”. Et ne gardez pas tous vos volumes de sauvegarde au même endroit.

Nous vous conseillons d’allez voir dans le forum l’intégralité des réponses, certaines correspondront peut-être plus particulièrement à vos besoins (nous n’avons pas abordé par exemple la question des formats RAW et JPEG ni énuméré tous les logiciels ou services cités). En voici une autre sélection :

  • CBi a opté pour Flickr pour la sauvegarde en ligne
  • Patrick86 utilise un serveur à domicile avec ownCloud
  • L’expérience mi-figue, mi-raisin de dbanon avec iCloud et une amie venue de Windows
  • Le workflow de McFlan sans cloud mais avec un NAS
  • Le workflow de ineedsomebodyhelp sans cloud, avec Photos
  • Mecky qui détaille précisément son mode opératoire
  • alens62 qui utilise DxO Optics Pro, DXO View Point et Aperture ainsi qu’un NAS
  • iGeek07 qui sollicite iCloud ainsi que Dropbox

Enfin, nos ouvrages sur la sauvegarde d’une part et sur l’apprentissage de l’application Photos pour OS X d’autre part.

Pour aller plus loin :

avatar pasc75 | 

Et bien moi je vais vous dire... Depuis mon premier appareil photo numérique Coolpix 5000 en 2002 je suis passée par 4 logiciels de traitement et classement de photo, le dernier étant iPhoto. A chaque fois, sélection, légendes, tags, parfois lieux, étoiles, favoris et j'en passe. A chaque fois, plus de mises à jours, pas de version Mac ou PC. Des heures de tri devant l'ordi. Et tout recommencer.

Donc en ce moment sur mon Imac 2009 bien boosté et resté en Mountain Lion qui suffit pour le moment, j'utilise encore un peu iPhoto. Mais je prends garde de bien tout mettre dans des répertoires tout bêtes, sauvegardés sur deux HD et deux ordi (pas de cloud pour moi merci). Et quand je changerai d'ordi, peut-être pour un PC, j'en resterai à mes répertoires.

C'est dommage tout ce boulot, mais avec le temps passé à trier j'aurais pu apprendre le japonais, fini pour moi.

avatar lll | 

J'ai perdu beaucoup de temps à faire le tour des outils et à m'arracher les cheveux face au fonctionnement d'iPhoto, de Picasa ou encore de Photos, mais entre temps, j'ai quand même appris le japonais ! Je regrette qu'il n'y ait pas d'outil ultime aujourd'hui. J'attends pas mal de Google, surtout depuis qu'ils ont abandonné Picasa, même si je me refuse à envoyer les photos de personnes sur leurs serveurs (mais pour les paysages et le reste, c'est un super outil que Google Photos, encore qu'il soit limité aux portables pour l'instant...).

avatar C1rc3@0rc | 

2 regles:
-ne jamais faire confiance a Apple pour un logiciel qui doit exister sur le moyen ou long terme.
- tout ce qui est mis sur les Net (cloud) perd sa qualité de donnée privée

Le meilleur outil pour gérer des fichiers, c'est... le Finder, meme s'il lui manque des fonction essentielles et qu'il a besoin d'optimisations. La presentation en planche (icone) ou avec cover flow fait mieux que les logiciels dedies.
Pour remplacer le Finder avantageusement il y a l'excellent Path Finder qui met la honte a Apple en terme de fonctions et d'ergonomie.

Et pour ce qui est d'editer les photos, cliques gauche sur le fichier et on l'ouvre avec son soft de photo favoris que ce soit Photoshop, PixelMator, Graphik Converter... Parce que editer une photo necessite un vrai soft de photo.

avatar lll | 

À vrai dire, si je continue d'utiliser Picasa au détriment de Photos, c'est parce qu'il ne constitue pas de bibliothèque dupliquant les fichiers. Je me rappelle avoir fait une bibliothèque avec visages, lieux, tout le tralala, en 2009. Bibliothèque rapidement devenue obsolète et ingérable au-delà de quelques milliers de photos. Dommage car je préfère largement l'interface de Photos.

avatar BeePotato | 

@ lll : « À vrai dire, si je continue d'utiliser Picasa au détriment de Photos, c'est parce qu'il ne constitue pas de bibliothèque dupliquant les fichiers. […] Dommage car je préfère largement l'interface de Photos. »

Ah.
C’est dommage, parce que pour éviter la duplication des fichiers, il suffisait de décocher l’option idoine dans les préférences d’iPhoto (« copier les éléments dans la bibliothèque lors de l’importation »). Mais vu que la même option existe dans les préférences de Photos, il n’est peut-être pas trop tard.

avatar lll | 

Et pour éviter que tout soit rassemblé dans un dossier appelé Bibliothèque Photo ? J'aimerais garder la main sur mes dossiers de photos, d'où l'intérêt d'avoir un logiciel permettant de garder les fichiers comme ils sont à l'origine (même problème avec iTunes).

avatar BeePotato | 

@ lll : « Et pour éviter que tout soit rassemblé dans un dossier appelé Bibliothèque Photo ? J'aimerais garder la main sur mes dossiers de photos, d'où l'intérêt d'avoir un logiciel permettant de garder les fichiers comme ils sont à l’origine »

C’est précisémment ce que fait l’option dont j’ai parlé : ça ne copie pas (ni ne déplace) les fichiers lors de l’importation.

« (même problème avec iTunes). »

Même solution avec iTunes, avec la même option dans les préférences, depuis toujours.

Il est toujours bon de prendre un peu de temps pour explorer les préférences des logiciels et essayer de comprendre la fonction et l’intérêt des diverses options qui y sont présentées. Le temps passé à ça peut en faire gagner beaucoup par la suite. ;-)

avatar en ballade | 

@pasc' :
Avec Adobe tu assures la pérennité

avatar pasc75 | 

Pas vraiment. Il y a très longtemps j'utilisais un logiciel Adobe Elements ou je sais plus le nom (je sais que ce logiciel existe encore aujourd'hui mais...), c'était le premier.

Et un jour, plus de maj, j'ai tenté de réinstaller sur un nouvel ordi, j'ai perdu toutes mes légendes et mon classement. A l'époque (je dirai vers 2003) j'avais contacté le service client, c'était pas aussi laborieux que maintenant, et il n'y a rien eu à faire.

Je pense que certaines boîtes sont plus fiables c'est certain, mais sur 10 ans il y a tous les risques de se faire avoir quand même.

avatar Moumou92 (non vérifié) | 

J'ai beaucoup rigolé... Merci Macg pour ce "témoignage" qui a égayé ma soirée... :-)

avatar Kornmuse (non vérifié) | 

Ces solutions sont viables pour les photographes amateurs... Personne j'utilise lightroom avec 3 sauvegardes différentes. Un hdd externe, un n'as et un cloud payant. Ça coûte chère mais c'est le prix de la sécurité.

avatar sebas_ | 

Amazon premium (sauvegarde illimité de RAW) est à 19,90€ chez moi (Espagne), pas en France?
J'utilise un NAS (2 HDD) pour le back-Up, un disque dur externe au bureau ainsi que Amazon Premium sur le cloud. Approx 300Go de RAWs et une sélection de 12Go de JPEG haute déf de fichiers développés

avatar phil3 | 

J'utilise Photos, et la synchro iCloud. J'ai presque 40 000 photos. C'est assez réactif.

Sauvegarde : dd externe avec TimeMachine et cloud avec Crashplan. Je suis très content de leur service.

avatar Safranc | 

Pour moi, qui ne fait pas de post traitement, j'utilise Photo en prenant soin de créer un album à chaque importation avec un dossier par an double des Jpeg originaux sur une Time Capsule, pour sécuriser, je grave régulièrement les fichiers sur disques DVD ou Blu Ray.

avatar Pouasson | 

Je suis assez surpris des témoignages.
Pendant des années j'ai fait le classement via Finder en dossiers et sous dossiers.

Dès lors que j'ai eu une connexion web suffisante je suis passé à iCloud.
J'ai mes 30000 photos / vidéos synchronisées, Bibliothèque complète sur mac et iPad Pro, optimisée pour l'iPhone et l'Apple TV a accès à mes albums.

J'ai aussi une version non iCloud en dur, sauvegardée sur NAS, elle-même sauvegardée sur Picasa.

Même procédé pour la musique d'ailleurs en terme de services web et de sauvegardes.

avatar ineedsomebodyhelp | 

Quelque chose que vous auriez pu mentionner dans ce compte rendu est la possibilité (via Photos ou d'autres services) d'imprimer des livres.
Mine de rien, c'est une autre forme de sauvegarde et ça permet à toute la famille de profiter des photos autrement !

Pour ma part j'utilise le service d'Apple via l'appli Photos en faisant un livre par an. On peut y intégrer des cartes géographiques qui reprennent automatiquement les coordonnées GPS des photos et le rendu est de très bonne qualité.

avatar Edge@51 | 

Alors ma stratégie:
- Les raw sont rangés dans le finder: dossier année -> un dossier par évènement avec la date (année_mois_jour - Nom de l'évènement).
- Les raw sont traités avec dxo qui exportés en jpg
- Classement des jpg dans Aperture (photos ne permet pas les notes de photos ...). Le classement est simple: dossier année -> un sous dossier par trimestre -> un projet par évènement. A ce jour j'ai 54 580 photos dans ma bibliothèque Aperture.

Pour la stratégie de sauvegarde, tout sur un TimeMachine de 5To, et sauvegarde sur BackBlaze (en prenant garde de ne pas débrancher de disque ;0) ). Backblaze permet une sauvegarde illimitée en temps réel pour moins de 50€/an. Avoue qu'être sur paris avec la fibre 1Gbits ça aide pour les sauvegarde, mais ça fonctionne bien aussi en 3MBits.

Le temps qu'Aperture fonctionne je le garde. Sinon ce sera surement un passage sur Lightroom, à voir.

avatar bitonio | 

100000 et quelques photos, sur maintenant 15 ans, j'ai depuis toujours fait un classement par date. Lightroom s'en accommode très bien. Double TimeCapsule, une local vers un DAS, une vers un disque relié à TC (usb2 qui prend des jours lors du premier backup), ça prend deux minutes à configurer. Et Amazon drive régulièrement au cas ou l'appart se ferait piller / brulerait / tremblement de terre (je vis en Californie). Simple et efficace.

avatar Lestat1886 | 

Quant à moi: sauvegarde iCloud, transfert régulier vers l'app Photos sur Mac (je n'ai pas activé iCloud photo Library) avec sauvegarde time machine et copie sur Dropbox

avatar Gadgetboy99 | 

Pour ma part, je me sers de Photo pour l'organisation de mes 20.000 photos. J'étais auparavant sous Aperture, et la transition s'est "bien" passée. J'ai activé la photothèque iCloud qui me permet :
- d'avoir toutes mes photos synchronisées entre mes différents appareils, et de pouvoir les trier aussi bien depuis l'ordinateur que mon iPad
- d'avoir une sauvegarde sur le Cloud, en plus de celle sur une Time Capsule à domicile et d'un disque dur externe en Time Machine que je prends toujours sur moi

avatar NerdForever | 

@Gadgetboy99 :
Tu paye combien pour ton accès iCloud a 20000 photos??

avatar jb18v | 

Perso c'est principalement iPhoto (une bibliothèque par année, au début je mettais tout dans la même mais ça devenait trop lourd, d'ailleurs iPhoto Library Manager est très pratique)
Le tout sauvegardé par Time Machine.
Puis pour madame qui est sous Linux ou Windows, je fais des exports (iPhotoToDisk) en gardant l'arborescence année/événement que je copie sur un autre ordi, lui même sauvegardé sur le nas. J'aurais encore la fibre j'aurais envisagé une autre copie en ligne, mais à 300 ou 400go en adsl ce n'est pas la peine d'y penser. En revanche je songe à déposer un autre disque externe chez les parents ^^

avatar karayuschij | 

C'est curieux de parler de bibliothèque quand il s'agit de photos… ;)

avatar jb18v | 

c'est le terme utilisé par Apple :) (ou je passe trop de temps sur des forums bédéphiles)
ex : https://support.apple.com/fr-fr/HT201517

avatar TheBoingGuy | 

J'ai 53000 photos sous Lightroom. Mes photos sont stockées par évènement et par date (ex: un répertoire Roland Garros avec un sous-répertoire par année, puis un par jour et un par match), sur un volume de 4 To sur mon Synology 1813 en RAID 1, ce volume est copié périodiquement sur un Syno 410j ainsi que sur Western Digital. Il faudrait que je déplace un NAS dans un autre endroit, chez mes parents par exemple, pour toujours avoir mes photos en cas de vol. Pour la synchronisation, j'utilise Chronosync. Les mots clés sont mis pour chaque photo (noms de personne, marque de voiture, animaux mais aussi type de photo comme panorama et/ou HDR). Evitez de sauvegarder sur CD/DVD et sur Dropbox. J'ai eu 2 mauvaises expériences, la 1ère

avatar TheBoingGuy | 

J'ai eu 2 mauvaises expériences: CD devenu illisible c'était au début de mon activité photo et je n'avais pas d'autre sauvegarde, et Dropbox peut planter, je me suis retrouver avec tous les fichiers d'un répertoire avec une taille de 0! Bonnes photos à tous.

avatar alan1bangkok | 

Photos , Google photos et Flickr en meme temps pour ma part
Bref ,je ne m'occupe de rien , je me laisse aller

avatar Sic transit | 

Ce qui ressort de cet article et de ses commentaires vient corroborer ma propre expérience : il ne faut pas faire confiance à 100% au logiciel (quel qu'il soit) et se donner la peine de mettre en place un bon système de rangement via l'arborescence du Finder… !

avatar alan1bangkok | 

a condition de considérer le Finder comme infaillible....

avatar Sic transit | 

Je pense que le truc installé entre le Finder et la chaise est, toutes proportions gardées, bien plus faillible !

avatar pasc75 | 

Absolument d'accord.
Les répertoires sont transportables partout, windows, android, OsX et même sur l'iPhone, les clouds si on veut !! Pas de pb de compatibilité.

avatar BeePotato | 

@ pasc’ : « Les répertoires sont transportables partout, windows, android, OsX et même sur l'iPhone, les clouds si on veut !! Pas de pb de compatibilité. »

Mettons un bémol à ça : si on se met à utiliser pleinement les possibilités du système de fichiers, en utilisant commentaires, tags et alias, on perd vite la compatibilité avec les autres plateformes.

avatar karayuschij | 

Il y a quelques années j'utilisais iView avec Capture NX. Puis iView a été racheté par Microsoft et c'est (évidement) devenu le bordel…
Maintenant j'utilise Lightroom avec lequel je gère près de 50 000 images sans problèmes.
Toutes mes images, et le catalogue, sont sur un DD externe, ce qui me permet de le connecter à n'importe quel ordinateur ayant la dernière version de Lightroom.
Backup hebdomadaire (effectué à l'aide de Data Backup) sur un autre DD que je garde chez ma chère belle mère.
J'ai aussi un backup de mon catalogue sur DropBox

avatar ggfo | 

J'utilise media pro 2 ( ex expression média) ultra performant pour l'affichage en masse. Logiciel complet pour l'édition et la gestion de sa photothèque. Le tout stocké sur un nas synology 2 baies et backup sur hdd externe.

avatar kafy28 | 

Deux remarques sur ce que j'ai lu :

1 - je suis surpris que des personnes continuent d'utiliser une organisation par arborescence Finder pour classer les photos. Le but d'une bibliothèque photo est bien d'utiliser l'indexation par mots clés des objets afin de pouvoir créer des filtres de présentations, de classement ou de créer des recherches. Le seul travail à réaliser est le positionnement de mots clés. Plus ils sont nombreux et précis, plus vous pourrez réaliser des recherches précises.

2 - les doubles ou triples sauvegardes c'est bien, mais combien gardent toutes leurs sauvegardes au mêle endroit ? Risque de perte total en cas d'incendie, de coup de foudre ou cambriolage.
Aujourd'hui, la meilleur solution pour moi serait une sauvegarde en local avec Time Machine sur un Synology en Raid 1 (pour assurer une haute disponibilité). Puis une copie via internet sur un autre Synology dans un autre emplacement géographique, cette copie étant elle même copiée sur un disque externe ( oui car si le Synology en Raid 1 brule, il ne resterait qu'une seul copie de vos données).

Le coût pour 1T de stockage sécurisé serait d'environ 500 Euros.
Pour ce prix, on peut avoir plus de 4 ans d'abonnement iCloud.

Chaque solution a ses avantages et inconvénients mais finalement le coût du stockage cloud n'est pas si excessif au regards des avantages pour certains : pas d'administration, pas de risque de perte de données, partage des photos sur tous les appareils et gain de place en local car seul les miniatures sont stockées en local.

A méditer. En tout cas, moi je me pause la question.

avatar lll | 

Je pense que davantage qu'une question de prix, c'est une question de conscience qui se pose : ai-je envie de prendre le risque que les photos de ma famille se retrouvent sur internet par je ne sais quel hack ? Mêeme Apple n'est pas infaillible et on peut être certains que des scandales du cloud se produiront dans les prochaines années. D'où la prudence de certains.

Comme je le disais plus haut, je stocke mes photos non personnelles (sans visages) sur Google Photos pour ma part. Dans le pire des cas, c'est-à-dire si mon iMac et mon disque dur externe de 3Go flanchent en même temps, je pourrai quand même télécharger les photos de lieux et d'évènements. C'est fastidieux et peut-être un peu risqué mais c'est déjà ça !

avatar HugoBoss | 

+1. Je n'ai pas vraiment confiance dans le Cloud...
Je classe mes photos par dossiers, dates, thèmes. Les logiciels avec mots clés c'est bien mais par 2 fois j'ai tout perdu par manque de continuité de logiciel ou bug.

Pour la sauvegarde : Carbon Copy Cloner sur DD externe, disque que je dépose dans un endroit plutôt bien sécurisé (un coffre de banque, 70 euros/an), où je récupère un autre disque sur lequel je re-clone mon MBPro. J'ai donc ordi + 1 disque de sauvegarde à la maison et 1 disque dans un coffre.

Je fais la manip coffre lorsque j'ai bossé sur pas mal de sujets, séance photo etc.

J'ai commencé à faire comme ça quand j'étais à mon compte et finalement à titre perso ça fonctionne bien aussi!

avatar kafy28 | 

Je suis d'accord que la protection de notre vie privée est importante. Mais est-ce qu'elle est mieux protégée chez nous ?
Quid de la sécurité des Box internet ou des routeurs ?

J'ai par exemple découvert qu'un service de ma box Numéricable a le login admin / password toujours valide.
Ou encore qu'une adresse IP de mon réseaux privé est réservée par la box pour je ne sais quel service.
Et inutile d'essayer d'obtenir un expert chez Numéricable qui peut me donner une réponse.
Ce qui me rassure c'est que d'autres ont le même symptôme.

Malheureusement je ne suis pas certain que nos données soient plus à l'abri chez nous.

Plus je lie d'infos sur la sécurité des données mise en place par Apple, plus j'ai le sentiment que c'est réellement une part importante de leur ADN. J'ai notamment lu un article expliquant (pour les nuls en sécurité comme moi) les mécanismes de cryptages multiples mis en place sur les iPhone.

Chacun se fait sa propre opinion.

La sécurité idéale étant pas de connexion internet.

avatar lll | 

@kafy28 il s'agit de garder ces photos hors-ligne, précisément ! ;)

avatar McFlan | 

@kafy28 :
1) Parce que ces personnes ont trié leurs photographies dans différents logiciels qui ont été successivement abandonnées et qu'ils en ont marrer de reprendre le travail. Évidemment, cela dépend de l'utilisation faite de la bibliothèque. Si c'est à titre professionnel, elle a plus d'intérêt. Si c'est pour retrouver les photos de c'est 18 ans, elle en a moins.

2) La deuxième copie du 2e NAS n'a que peu d'intérêt. L'essentiel est toujours d'agir immédiatement lorsqu'un chaînon de la chaine de sauvegarde devient défaillant. Le 1er NAS brule : les données du second doivent être immédiatement récupérées et le premier NAS remplacé.

En revanche il y a une faille dans ton schéma : il faut ajouter une sauvegarde ponctuelle (tous les 2, 3 ou 6 mois) sur un disque déconnecté (pour se prémunir du ransonware notamment, mais aussi pourquoi pas d'une corruption de fichier : dans ton schéma le fichier corrompu est sauvegardé partout ; il sera difficile de récupérer le fichier original).

avatar McFlan | 

@mcflan :
Ah. Fautes que je ne peux corriger : "marrer" au lieu de "marre", "c'est" au lieu de "ses", etc.

avatar Sergio_bzh | 

1- L'article s'intitule "comment gérer ses photos". Ce n'est pas parce que tu as lu le mot bibliothèque à quelques endroits qu'il y a obligation de gérer comme tu le dis.

Pour moi le rangement par dossier-années semble le plus naturel et j'utilise Lightroom pour gérer les mots-clés.
Mais après, créer des filtres , vues etc avec Lightroom et les conserver ... ça devient lourdingue , il en faudrait des centaines. C'est même inutilisable en pratique. Et s'il faut créer son filtre à chaque fois ... 90% du temps je vais plus vite à retrouver mes photos via le Finder (ou alors via l'explorateur de lightroom !)

avatar BeePotato | 

@ kafy28 : «  je suis surpris que des personnes continuent d'utiliser une organisation par arborescence Finder pour classer les photos. Le but d'une bibliothèque photo est bien d'utiliser l'indexation par mots clés des objets afin de pouvoir créer des filtres de présentations, de classement ou de créer des recherches. »

Le Finder permet depuis toujours d’affecter des commentaires au fichiers et de faire une recherche exploitant ces commentaires, ce qui permet donc un usage de mots-clés.
Depuis presque aussi longtemps, il permet d’utiliser en plus de ça des étiquettes (certes en nombre très limité) sur les fichiers.
Depuis bien moins longtemps, mais tout de même déjà plus de 10 ans (avec Tiger et Spotlight), il permet d’exploiter ça et tout un tas d’autres méta-données sur les fichiers pour créer des filtres au résultat mis à jour automatiquement — les « dossiers intelligents ».
Plus récemment encore, on a eu enfin l’évolution tant attendue du système d’étiquettes avec les « tags », qui permettent de généraliser l’usage des mots-clés pour le tri des fichiers.

Donc, en fait, il ne lui manque que deux choses pour être à la hauteur des logiciels dédiés au catalogage de photos :
• La reconnaissance de visages. Il y a tout ce qu’il faut pour la mettre en place, sous la forme d’un plugin Spotlight. Mais à ma connaissance, personne n’a encore fait ça, sans doute parce que cette fonction semble encore plus naturellement liée au concept de bibliothèque de photos dans un logiciel dédié. Pourtant, une base de données de visages au niveau de l’OS, avec une reconnaissance appliquée à toutes les images, ça pourrait être pratique dans certains cas (recherche de photos reçus en pièces jointes de mails, par exemple).
• La préservation automatique de l’original en cas de modification d’une photo, en s'arrangeant pour que la version modifiée apparaisse à sa place tout en le planquant dans un coin pour pouvoir y revenir facilement si besoin.

avatar Yohmi | 

@kafy28 :
J'avais également témoigné dans ce sens, car pour moi un classement par mois ou par année n'a pas beaucoup de sens. L'ordre chronologique entre différents clichés sélectionnés, leur lieu de capture, oui, mais devoir naviguer d'une arborescence de dossiers bleus à une autre, c'est l'horreur. Les dates sont dans les métadonnées des fichiers (et corrigées par gps4cam pour éviter toute erreur de l'appareil photo de ce côté-là), et les albums n'ont, à mes yeux, de sens qu'en tant que dossiers dynamiques qui peuvent entre autres contenir des clichés identiques (lorsqu'ils entrent dans deux catégories, ce qui est fréquent). Tout est classé virtuellement sur Lightroom, et si un jour je quitte Lightroom… eh bien tant pis : le classement par arborescence, ça ne m'aide absolument pas à retrouver mes clichés, je n'ai aucune idée du mois ni même de l'année d'une bonne partie des clichés que j'estime importants. C'est peut-être une question de génération, ou d'habitudes de travail…
J'avais aussi parlé des mots-clefs, que je n'utilise pas encore, mais qui, avec les algorithmes d'analyse, vont très probablement chambouler les habitudes.

avatar BeePotato | 

Je termine : ce second point (accès facile à l’original) pourrait se faire via le système de gestion de versions de Mac OS, mais pour l’instant il n’y a (bizarrement) pas de moyen d’accès aux version d’un fichier directement depuis le Finder.

Bref, il en permet, des choses, ce Finder (associé à Spotlight et à HFS+).
Je ne dis pas que c’est pour autant la meilleure solution pour gérer ses photos dans tous les cas, mais il n’y a pas de raison d’être surpris que ce soit la solution retenue par certains.

avatar Sic transit | 

Concernant l'arborescence dans le Finder : l'idée, c'est que tu puisses changer relativement facilement de logiciel pour gérer ta photothèque.
En effet, on peut toujours s'attendre à ce que certains ne soient plus mis à jour (iView), soient abandonnés en rase campagne (Aperture) ou passent en licence par abonnement (Lightroom, à terme).
Avoir un minimum d'organisation dans ses dossiers permet d'y voir clair pour "recommencer" une photothèque à partir de zéro. Si en plus de cela, les champs IPTC ont été bien renseignés ET exportés dans les images, c'est tout bénef ! … Mais peu de personnes ont vraiment le temps de s'en occuper convenablement (sauf les pros… et encore !!).

avatar Stéphan de Joomeo | 

Etonnant de ne pas trouver mention de Joomeo dans cet article... surtout que c'est une solution 100% française et que nous faisons partie des rares solutions à proposer un espace de stockage illimité, y compris pour les fichiers RAW et les vidéos.

avatar KorE | 

Pour ma part: 10 000 photos

avatar belrock | 

Mes photos sont un peu partout: sur iCloud, sur Picasa (maintenant Google Photos), sur Flickr.
J'ai aussi des sauvegardes partout: triple sur HDD externe et sur 2 NAS.

J'ai perdu tellement de disques externes et en corruption de NAS que j'ai fini par ouvrir la porte au Cloud. C'est extrêmement long pour ma connexion (3mois de upload 12h/j ) mais maintenant je suis tranquille et en mesure d'accéder depuis partout. Et c'est valable pour la famille aussi et les amis.

Les albums partagés de Photos, c'est juste génial: sélectionner les photos que l'on veut partager et hop, le Cloud fait le reste. Simple et efficace. J'utilise ce service avec l'iPhone.

Pour les autres photos avec un "vrai" appareil, c'est plus compliqué pour la gestion.
Aperture certes, mais la confiance n'est plus là. J'ai essayé tous les catalogueurs mais ne trouve pas mon bonheur.

Je veux:

- Structure d'archivage simple et pérenne
- gestion puissante de dossiers, mots-clés, tag, GPS, recherche etc, comme dans Lightroom P.ex ( système abonnement en ligne cher)
- traitement/gestion de RAW comme dans C1pro (cher)
- système de retouches ouvert
- rapidité comme dans On1 ( cher)
- interface modulaire
- connexion services photo en ligne
- service impression comme Apple
- redondance sur idevices

J'ai lu que Affinity travaillait sur un gestionnaire. Qqn en sait davantage ?

avatar kitetrip | 

Perso je me suis pris à prendre beaucoup moins de photos. Ca parait tout bête mais ça change la vie !
Je ne suis plus à prendre 5 fois la même chose en photo, et je profite mieux du moment présent...

Sans compter qu'au lieu d'avoir 300 photos après un voyage, je n'en ai plus qu'une petite cinquantaine... CQFD.

Consommons intelligemment et au diable les solutions de stockage loin d'être écologiques...

Pages

CONNEXION UTILISATEUR