Pas à pas : installer Remix OS sur un Mac

Anthony Nelzin-Santos |

Force est de constater que l’annonce de Remix OS 2 a provoqué un certain engouement, ou du moins un fort intérêt. C’est que ce fork d’Android, conçu pour une utilisation au clavier et à la souris, peut être installé sur n’importe quel Mac doté d’un processeur 64 bits. Sauf que Jide, la société fondée par trois ex-Googlers qui développe Remix OS… ne fournit pas d’installeur pour OS X. Qu’à cela ne tienne, vous pouvez faire sans.

Commencez par télécharger l’image disque de la dernière version de développement de Remix OS. Cochez la case I am a developer and have read the above message, puis cliquez sur le bouton Download en regard du choix Remix OS for PC Package (EFI).

Une fois téléchargée, cette image disque devra être « flashée » sur une clef USB. Jide recommande d’utiliser une clef USB 3.0 d’une capacité minimale de 8 Go, capable d’écrire les données à plus de 20 Mo/s. Nous avons vérifié qu’il était possible d’utiliser une clef moins rapide, mais le confort d’utilisation en pâtit clairement. Mieux vaut donc utiliser des clefs du calibre de la SanDisk Extreme et de la Lexar Jumpdrive.

La clef USB doit être formatée en FAT32, une des rares opérations que vous pouvez encore réaliser dans l’Utilitaire de disque.
La clef USB doit être formatée en FAT32, une des rares opérations que vous pouvez encore réaliser dans l’Utilitaire de disque.

Plutôt que de passer par l’Utilitaire de disque ou par le Terminal, utilisez UNetbootin pour flasher la clef USB. Ce petit utilitaire est réputé pour sa capacité à créer des clefs de diverses distributions GNU/Linux en un clic, téléchargement de l’image disque y compris. Il ne prend pas encore en charge le téléchargement de Remix OS, mais facilite tout de même son installation.

Après avoir branché votre clef USB, lancez UNetbootin. Sélectionnez Diskimage, cliquez sur … pour choisir l’image disque de Remix OS, puis choisissez bien ISO dans la liste déroulante. Normalement, votre clef USB a été reconnue automatiquement…
Après avoir branché votre clef USB, lancez UNetbootin. Sélectionnez Diskimage, cliquez sur pour choisir l’image disque de Remix OS, puis choisissez bien ISO dans la liste déroulante. Normalement, votre clef USB a été reconnue automatiquement…
…mais vous pouvez le vérifier en ouvrant ses informations dans l’Utilitaire de disque. Le nœud de montage BSD doit correspondre à celui indiqué dans UNetbootin.
…mais vous pouvez le vérifier en ouvrant ses informations dans l’Utilitaire de disque. Le nœud de montage BSD doit correspondre à celui indiqué dans UNetbootin.

Après avoir cliqué sur OK, UNetbootin flashera l’image de Remix OS sur votre clef, une opération qui devrait prendre moins de cinq minutes. Vous pourrez ensuite redémarrer votre Mac : immédiatement après avoir entendu le son de démarrage, appuyez sur la touche , et maintenez là jusqu’à l’apparition du sélecteur de disque de démarrage.

Ne sélectionnez pas Windows, sous peine de rester bloqué sur un écran noir, mais EFI Boot.
Ne sélectionnez pas Windows, sous peine de rester bloqué sur un écran noir, mais EFI Boot.
Remix OS vous laisse le choix entre un « mode invité » (Guest mode, dont les données sont effacées au redémarrage), et un « mode hôte » (Resident mode, dont les données sont conservées sur la clef).
Remix OS vous laisse le choix entre un « mode invité » (Guest mode, dont les données sont effacées au redémarrage), et un « mode hôte » (Resident mode, dont les données sont conservées sur la clef).
Après quelques (dizaines de) minutes d’installation du système sur la clef, Remix OS apparaît. Les premiers réglages doivent s’effectuer en anglais ou en chinois et votre clavier tapera comme un clavier QWERTY, mais le français et l’AZERTY sont ensuite disponibles.
Après quelques (dizaines de) minutes d’installation du système sur la clef, Remix OS apparaît. Les premiers réglages doivent s’effectuer en anglais ou en chinois et votre clavier tapera comme un clavier QWERTY, mais le français et l’AZERTY sont ensuite disponibles.
Après avoir accepté les CGUs et connecté votre machine à internet, vous vous retrouverez sur le bureau de Remix OS. Lancez immédiatement les réglages (Settings), puis sélectionnez la langue française dans les réglages de langue (Language & input > Language), et sélectionnez le clavier français dans les réglages de Clavier physique.
Après avoir accepté les CGUs et connecté votre machine à internet, vous vous retrouverez sur le bureau de Remix OS. Lancez immédiatement les réglages (Settings), puis sélectionnez la langue française dans les réglages de langue (Language & input > Language), et sélectionnez le clavier français dans les réglages de Clavier physique.

Remix OS 2 est encore en développement, et cela se voit : il ne comporte aucune application ou presque, et les messages d’erreur sont encore ceux d’Android. Il est toutefois possible d’installer le Play Store et les services de Google à l’aide du GMSInstaller que l’on trouve notamment sur Reddit.

Une installation des applications de Google et de la suite Office plus tard, Remix OS commence à prendre la forme d’une troisième voie convaincante entre Android et Chrome OS. Mais il nous faudra encore quelques jours pour en juger : rendez-vous donc prochainement pour un aperçu plus complet.

avatar walid820014 | 

Remix OS 2 n'est pas un "OS" pour les PC a cause du manque des programmes et des applications.

avatar iphonophile | 

@walid820014 :
C'est un genre de Linux ?

avatar hautelfe | 

Du manque de programme ?
Que manque-t-il ?
Il y a même des programmes comme Gimp sous Android..

avatar Dumber@Redmond | 

@iphonophile :
Oui: Android étant un Linux...

avatar Apollo11 | 

J'ai essayé avec une clé USB "normale" et ça n'a pas fonctionné.

avatar sshawn | 

Vous savez si on peut d'abord l'installer sur une machine virtuel (tel que Parallels Desktop) ?

avatar macwd | 

normalement oui , je n'ai pas essayé mais en théorie c'est possible ,tu peux déjà installer chrome os, windows, android et linux (oui j'ai installé les quatre ^^) bref c'est surement réalisable bien que ca doit être un peu plus compliqué

avatar Bardyl | 

Ne fonctionne pas avec Parallels vu qu'il ne détecte pas de support USB. Il loopboot.

avatar IRONMAN65 | 

A quoi bon ?!

avatar Wolf | 

Et une bouse de plus ...

avatar nicolas | 

Et sur un Chromebook?

D'ailleurs, j'espère qu'à l'avenir il y aura aussi une version ARM, pour des NetBooks sous cette architecture.

avatar hautelfe | 

Une version ARM d'Android ?
C'est la version de base d'Android, ça...

avatar melaure | 

C'est peut-être plus simple dans une VM, non ?

Est-ce que ça se met à jour facilement ensuite ?

avatar Grouit | 

Quel avantage par rapport à BlueStacks (http://www.bluestacks.com/fr/ ) ?

avatar le ratiocineur masqué | 

BlueStacks roule Android de façon virtuelle. Remix OS est un fork d'Android donc il a des choses ajoutées par dessus comme un explorateur de fichiers complet par exemple et certainement d'autres choses que je ne connais pas. Et ensuite la deuxième différence est que l'un est une machine virtuelle alors que l'autre peut s'installer en natif sur le mac (si j'ai bien compris l'article).

avatar NORMAN49 | 

"une troisième voie convaincante"

???

ça servirait à quoi ???

avatar le ratiocineur masqué | 

@Norman49

Franchement.... ça servirait à la même chose que si dans les toilettes publiques pour les mecs, en plus d'un urinoir et d'un trône tu avais aussi un endroit adapté pour vomir. = inutile pour certains, super pratique pour d'autres qui se demanderont comment on pouvait vivre sans. Toi et moi on fait partie des "certains" et même avec notre meilleure volonté on ne peut pas comprendre les "autres" et leur façon tordue de voir le monde ;-)

avatar NORMAN49 | 

Pour des besoins de développement à la rigueur... quoique ce ne soit visiblement pas le cas.
Par curiosité, je comprends
Les autres cas ?

avatar mistermicro.fr | 

Ce n'est pas une installation, juste la création d'une clé usb externe.
l'installation aurait été de pouvoir l'installer sur le disque dur interne ou le ssd et pas d'un lecteur amovible.
cette procédure est bien pour tester sans installer justement, mais pas pour utiliser correctement un système
A la lecture je m'attendais à un tuto pour une installation, mais a priori sur cette alpha ce n'est pas possible

avatar Kerala | 

Moi y'a pas comprendre à quoi sert ce truc... Merci.

avatar Waterfront | 

Bonjour,

Le processus de création de la clef, rigoureusement suivi selon la description du tutoriel proposé par MacGé, aboutit à un message qui m'ennuie :
"The created USB device will not boot off a Mac. Insert it into a PC, and select the USB boot option in the BIOS boot menu."
Et effectivement, impossible de faire démarrer mes Mac (Mac Pro 2009, MacBook Pro 2011, iMac 2011) avec la clef.

En revanche, en ayant aussi fait la création de la clef sur un PC (portable HP sous Windows 8.1), ça fonctionne.

Je précise que la clef avec laquelle je teste est une clef USB 2.0, avec un débit d'écriture inférieur à 10 Mb/s. Selon les recommandations des éditeurs de Remix OS, il faut une clef USB 3.0. Ok, mais ma clef 2.0 permet le démarrage et l'utilisation de Remix OS sur mon PC.

Donc je n'arrive pas à comprendre ce qui empêche son utilisation avec mes Mac.

avatar hautelfe | 

Android sur un Mac... Plus insultant, tu meurt ! ^^

avatar skizoboy | 

Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'Android, ses graves problèmes de sécurité et son interface ne me font pas rêver.
Cela dit vous parliez de Chrome OS, et bien depuis quelques temps que j'ai un Chromebook, mon macbook prend la poussière, tandis que je me sers de mon hackintosh de bureau une ou deux fois par semaine pour les tâches un peu lourdes. Plus besoin de chercher une troisième voie convaincante…

avatar apaisant | 

Pareil, impossible que le BIOS de Mac reconnaisse la clé au démarrage, impossible de l'installer sur Parallels (écran de chargement RemixOS qui tourne continuellement sans rien démarrer) et impossible de booter sur la clé avec Parallels non plus.

avatar abioninho | 

Un francophone qui met: 'plus insultant tu meurT'...?
Plus insultant tu meurs :O

Pages

CONNEXION UTILISATEUR