Disney change à nouveau de Bob et replace Iger à sa tête

Nicolas Furno |

Début 2020, Disney annonçait un changement à sa tête : Bob Iger cédait alors sa place de CEO du groupe à Bob Chapek, qui était jusque-là à la tête des parcs d’attraction. Le géant américain a annoncé un nouveau changement et le retour de Bob Iger à la tête du groupe. Il devrait rester à ce poste pendant deux ans et a comme mission d’établir sur cette période une stratégie pour un retour à la croissance du groupe.

Bob Iger, à gauche (photo Inside the Magic (CC BY-NC-ND 2.0)).

Bob Iger est un nom bien connu au sein de Disney, il en a été le CEO pendant 15 ans et c’est lui qui a mené les acquisitions qui ont permis à son entreprise d’avoir connu un tel succès, de Pixar à Lucasfilm, en passant par Marvel et 21st Century Fox. C’est aussi lui qui a lancé le groupe sur la voie du streaming et créé Disney+. Son départ en 2020 n’était pas une surprise après une telle carrière, mais son retour si soudain l’est nettement plus. Il faut dire que Bob Chapek a connu quelques difficultés et de nombreuses oppositions internes dans ses plans pour réorganiser le groupe et le focaliser encore davantage sur le streaming.

Les résultats financiers du dernier trimestre 2022 ne sont pas à la hauteur des attentes, avec des estimations inférieures aux attentes, ce qui pourrait avoir provoqué la décision. Disney+ continue de gagner des abonnés, mais le service accumule les pertes et ne semble pas capable jusque-là de redresser le tir. La transition est en tout cas soudaine, Bob Iger reprend sa place immédiatement et le communiqué de presse qui l’accompagne ne laisse même pas la parole à Bob Chapek. On ne sait pas, à ce sujet, s’il a un avenir au sein du groupe Disney.

Accroche : Thomas Hawk (CC BY-NC 2.0)


avatar 406 | 

il était bien trop woke donc bon débarras (Ariel par exemple…)
c'est surement aussi lui qui a écarté Johnny Depp des pirates des Caraïbes…
Vivement son retour.

avatar macnewbie007 | 

@406
+1

avatar IceWizard | 

@406

« c'est surement aussi lui qui a écarté Johnny Depp des pirates des Caraïbes… »

Depp a été écarté de Pirates des Caraïbes a cause de ses problèmes d’alcoolisme et parce qu’il battait sa femme. Cela lui a coûté bien plus que son contrat Disney. Il est grillé partout dans l’industrie des médias.

Il va être obligé de faire un long travail sur lui-même, avant de redevenir bancable auprès des producteurs et du public.

avatar topalasca | 

@IceWizard

J’ai soufflé du nez

avatar IceWizard | 

@topalasca

« J’ai soufflé du nez »

Fait un procès à ta mère pour malfaçons !

avatar Yoshi_1 | 

@IceWizard

C’est très petit cette réponse. Tu n’as aucune idée si sa maman n’aurait pas de problème de santé voire ne serait plus de ce monde. C’est très déplacé je trouve.

avatar IceWizard | 

@Yoshi_1

« C’est très petit cette réponse. »

C’est très déplacé cette réponse. Les personnes de petites tailles pourraient s’offusquer de ta formulation, à commencer par moi et mon petit 1,69 mètres !

avatar topalasca | 

@IceWizard

🤣🤣

avatar Nesus | 

@IceWizard

Plus que l’alcool, c’est la coke et l’héroïne qui l’ont grillé dans le ciné.
Par contre, c’est bien l’alcool qui a fait que Vanessa Paradis l’a lâché et qui l’a renvoyé à ses vieux démons de la drogue.

avatar vince29 | 

> Depp a été écarté de Pirates des Caraïbes a cause de ses problèmes d’alcoolisme et parce qu’il battait sa femme.

... parce qu’il se faisait battre par sa femme plutôt si l'on en croit le procès et les témoignages. Ok Depp n'est peut-être pas un saint mais on est surs que Heard est une entité démoniaque. Il faudrait raison garder et arrêter de ridiculiser le #metoo en défendant les tortionnaires sous prétexte que ce sont des femmes.

Si tu dois virer tous les acteurs souffrant d'addictions, il ne va pas rester grand monde.

avatar Dwigt | 

Depp n'est plus revenu dans Pirates des Caraïbes parce que le box office avait commencé à baisser sérieusement sur le cinquième épisode (c'était même le cas dès le quatrième aux USA), alors que le cachet de Johnny Depp continuait à augmenter. En plus, les problèmes d'alcool et les caprices de Depp avaient compliqué le tournage (retards parce qu'il n'avait pas appris ses répliques, changements dans le script à sa demande, etc.), provoquant des surcoûts, et qu'on avait des difficultés à le gérer pendant la phase promo lors de la sortie. Les critiques avaient aussi été désastreuses. Sans parler du bide qu'avait représenté The Lone Ranger, un projet pour lequel Depp et Gore Verbinski s'étaient battus, que Disney avait accepté pour faire plaisir à sa star, et qui avait été une catastrophe financière.

Les problèmes judiciaires et le scandale ont probablement joué dans l'annulation du sixième volet, mais le film précédent, sorti bien avant le début de la polémique, avait déjà bien enfoncé le clou.

avatar oomu | 

@406

Grotesque

C’est Iger qui est à l’origine de la politique en de Disney+.

Et vous voulez des films racistes qui prônent de pendre des gens ? Vous n’aurez jamais ça avec Disney et ses programmes familiaux.

avatar Lecorbubu | 

@406

Pas sûr que le progressisme de Disney soit de la responsabilité de ce Bob… Donc je suis en regret de vous dire que ça ne risque pas de changer suite à ce jeu de chaises musicales.

avatar oomu | 

@Lecorbubu

Iger est à l'initiative de TOUTE LA POLITIQUE ACTUELLE DE DISNEY !

- les rachats massif, c'est lui
- disney+ c'est lui
- la reprise des parcs c'est lui

enfin "lui", c'est SOUS lui + exactement.

Même s'il a assumé la responsabilité de l'échec de Star Wars Solo (ça a pas rapporté le 1 MiYarD réglementaire mais seulement un minable autour de 400 miYons pour un budget de 275 miYYYons ), il n'est évidemment pas seul dans les décisions du groupe. Des gens comme Kennedy, Lassetter et une cohorte folle dingue de producteurs et créatifs, etc ont été hyper importants.

Bob Chapek a remplacé IGer qu'en 2020

Mais Iger est resté en poste jusqu'à FIN 2021 !!

Arrêtez donc avec vos abruticités de délires Woke, Wauke, Wok, et Ouaqueuh : c'est dans votre TETE !

Disney est un groupe familial qui veut _vendre_ des produits LISSES et INOFFENSIFS aux PARENTS pour leurs ENFANTS.

Dans ce but là , Disney essaiera toujours (et elle l'a toujours fait au fil des décennies) d'éléminer de ses programmes ce qui dérange, au fur et à mesure de ressorties, rééditions, rééavaluations des oeuvres.

Adapte de la réédition modifiée, Disney a toujours :

- couper lors de rééditions VHS, DVD, BR...

- remplacer les doubleurs à la moindre occasion (moderniser, scandale, cesser de payer cher des royalites, etc). Par exemple au Japon, Disney a viré de la version jap de Frozen un comédien pour possession de drogue : il a été effacé de tout produit disney (et sega, etc). Cela s'est produit SOUS la direction de Iger.

- Disney n'a aucune âme si ce n'est ce que les gens veulent acheter sur le moment. Le Oomu n'acceptant d'acheter que des histoires colorées sans massacre ethnique (désolé Pocahontas, mais bof), c'est ce que disney lui vend.

Disney n'est PAS PROGRESSISTE

Parmi les plus conservatrices entreprises de l'industrie de la Culture (elle est innovante sur les techniques, JAMAIS SUR LE FOND, ou uniquement par à-coup soudain sous la pression) :

- l'entreprise Disney n'a que très rarement accepté de s'opposer à des législations discriminatoires. Un cas récent le fut sous la pression interne, contre l'avis de la direction, du conseil d'administration et des investisseurs

- Disney produit des films où les "LBGT+ et autres noirs etc" sont facile à éditer, couic-couic au montage pour les pays de fachos. hOOO comme c'est pratique. (si on exclue Black Panther, qui est explicitement militant et parle aux USA, il n'existe qu'un seul film récent de Disney où virer la thématique lbgt est difficile)

exemple très courant chez disney: dans un star wars récent (le navet 8), on peut voir deux femmes s'embrasser. en arrière plan, dans une scène inutile, fugace de 1s. Ce plan est viré de la version chinoise et moyen-orient en général sans que cela affecte quoi que ce soit dans le montage et musique.

Ceci est l'anti-progressisme de Disney.

Comme toute entreprise culturelle américaine, vous pouvez considérer Disney comme une banque d'investissement : elle est donc utilisée par de nombreux créatifs pour tenter d'y pousser des idées et des messages.
Cela va de Brad Bird à Ava DuVernay. Mais essentiellement, Disney résiste à tout propos politique au delà de l'allégorique (Zootopie est un des exemples les plus forts)

- Disney est ANTI-Progressiste et manipule pour favoriser son commerce: Face à la France et ses lois pour protéger la pluralité de l'industrie (française) de la culture de la France en France sur le territoire Français, Disney a menacé de planter les salles de ciné en refusant la sortie du Black Panther 2

Encore une fois, déjà sous Iger a existé cette technique de menace par ses films pour planter une loi ou un pan de l'undustrie. Elle fit cela aux USA pour négocier par la force avec les exploitants de salle. Menaçant de refuser son star wars aux exploitants si ils programmaient un film de la concurrence en face ou ne réservait pas la quasi totalité des salles pour le produit Disney

ceci n'est pas progressiste, c'est du capitaliste à papa du 19e siècle.

Disney embauche des femmes, normal elles y sont une part importante de l'industrie au sens large (scénaristes, productrices, etc) et plus le métier se féminise à la tête, plus ça ouvre aux postes créatifs (réalisation, fx, etc)

mais Disney est aussi la boite où Pixar reste encore un presque exclusif club de garçon. Où Rebelle a été l'enjeu de lutte interne pour réduire l'influence de sa réalisatrice (qui finalement n'est que co-réalisatrice)

je pourrais continuer ainsi sur des km de textes. Si disney est sous une pression constante politique, financière et artistique, ça reste une société anti-progressiste, et conservatrice. ça évolue leEEEEEentement et généralement que sous le coup de rachat pour faire venir du sang neuf (l'exemple le plus gros : pixar)

-
concernant disney +, la pratique de mettre des "cartons" en début de film se fait souvent aux usa, bien avant les netflix et disneyeris. C'est aux USA une alternative à la censure pure et simple.

Peter Pan a toujours été sous le joug de critique. Disney épure sa version Disney+ parce que disney+ sert à ça : pouvoir à tout modifier son image, son contenu sans que le client puisse y faire quoi que ce soit.

avatar Lecorbubu | 

@oomu

Mon commentaire était approximatif et pas clair dans son attention. À bien des égards vous avez raison dans votre fil argumentaire.

Pour compléter le propos précédent : Je répondais non sans ironie que cette étiquette « progressiste » que l’entreprise se plait à mettre en étendard ne date pas d’hier, et ils n’arrêteront pas de si tôt.

Il est clair que cette composante de leurs films et séries tient plus de l’hameçonage pour capter un audimat tout en se présentant comme les défenseurs de causes qui ne leur importent peu en réalité.

Personnellement je m’en tamponne pas mal qu’Ariel soit blanche ou métissée (pour ne citer que cet exemple). Côté Disney je trouve ça un peu ridicule parce qu’on sent qu’ils font ça pour dire : « vous avez vu on est inclusif » et de l’autre côté celles ou ceux qui crient au scandale de l’invasion du wokisme dans la culture ne déméritent pas dans l’absurdité de leur réaction non plus.

J’espère que malgré cette réponse un peu brouillonne ma position sur le sujet sera un peu éclaircie.

avatar oomu | 

@Lecorbubu

le fait que Disney mette de temps à autres des personnages autrement que blond blanc est une bonne chose

ça varie !

rendez vous compte que lorsque La Petite Sirène, le dessin animé, était en production, disney se demandait si ROUX était pas trop OSÉ (!). Cela est expliqué dans un des livres de concept art du film (et aussi que Ariel répond à son père, houlalalaaaa)

Vaiana, une Petite sirène des iles, etc, c'est bien : ça varie les personnages et ça évite que je m'emmerde sec avec toujours les même designs.

Disney évolue avec son temps et son public (qui a changé: les afros américains et autres latinos et même les oomu, consomment dorénavant beaucoup de cartoons, cinéma, comics et même gaps! du jeux vidéo. Ce public a ses attentes, en particulier les enfants, l'industrie y répond, c'est aussi simple que cela.

Le capitalisme vend à qui a du capital.

Même si disney reste une société conservatrice (et le public ATTENDS CELA d'elle, il suffit de voir la différence de succès populaire entre un film comme les "nouveaux héros" et un film de princesse :le public VEUT du film de princesse, c'est hurlé en long et en large), elle évolue en fonction du public qui consomme

le public qui consomme est de plus en plus mondial, bigarré et oomuisé : d'où de temps à autre des personnages chinois, africains, des îles etc. Manque encore du corse chevelu aigri, mais ça viendra, ça viendra.. (je verrais bien un film sur Pascal Paolini enfant et son âne rigolo en voyage magique au coeur des mythes Corses et de Liberté... il y serait aigri et chevelu avant de trouver le pouvoir de l'amitié)

et c'est une très bonne chose

l'alternative serait sinon Frozen en _boucle_, tous les matins, tous les ans, frozen.

je comprends votre point

mais je ne suis pas entièrement d'accord sur le "« vous avez vu on est inclusif »"

ce n'est pas entièrement cela

deux points:

- disney a en son sein des gens qui vEULENT MORDICUS changer les personnages. Ce sont des gens issus de communautés habituellement non adressées par les comics/cartoon/films qui veulent changer cela
- le marché, la clientèle, les consommateurs, les oomus à pognon ne sont plus uniquement les Familles Protestantes de Floride, mais un vaste ensemble beaucoup plus variés et exigeants.

je dirais aussi que la génération qui me suit est bien plus conservatrice et rigide qu'à mon époque, d'où un retour de la censure et pudibonderie.

Disney varie donc son offre et ses personnages. ni plus ni moins, en réponse à une volonté de nouvelle génération d'artiste et de demande du marché.

Frozen 3 devrait de toute façon être produit bientôt... donc bon.

pour les petits frenchies, disney fait doubler par des "célébrités" (et bientôt des youtubeurs locaux) , et dans ses films lives, genre marvelleries, peut intégrer une petite scène avec un acteur frenchie cool, facile à enlever du montage pour mettre un acteur chinese-cool ou maroc-cool selon le marché et sa taille.

et je ne plaisante pas: la plupart des gros blockbusters actuels ménagent une place pour intégrer un acteur "local" à un marché.

Cela répond à des attentes des consommateurs: VOUS au sens large

donc ce n'est pas simplement "ils font ça pour laver + blanc que blanc, ces sales cyniques". Non, c'est une évolution des consommateurs

et ces entreprises doivent y répondre. sinon à quoi bon ?

avatar Lecorbubu | 

@oomu

Développement intéressant ! Mais en gros on est bien en phase sur le fait que celles et ceux qui s’agacent sur l’intégration d’ethnies ou genre plus variés n’ont à court terme pas fini de s’offusquer. Et ce n’est pas le retour de Bob Iger qui leur apportera satisfaction.

avatar oomu | 

@Lecorbubu

Alors oui, vous avez totalement raison.

avatar iPop | 

@Lecorbubu

« Personnellement je m’en tamponne pas mal qu’Ariel soit blanche ou métissée (pour ne citer que cet exemple). »

En toute logique, c’est très difficile (voir impossible) d’avoir de la mélanine chez un poisson. C’est comme vouloir remplacer des viking par des black, il y a un moment…

avatar Dwigt | 

Pourrait-on m'expliquer quel est le problème d'avoir une actrice noire qui joue la petite sirène ? Quelles vont être les conséquences négatives de ce remake (probablement totalement oublié deux mois après sa sortie comme celui d'Aladdin, celui de Mulan ou celui de Pinocchio) ? On va avoir des gamins qui vont croire que des créatures imaginaires comme les sirènes peuvent aussi être noires ? Et alors ?
Sinon, quel est le souci ? C'est une trahison de quoi ? Du dessin animé de Disney, qui avait une partition à base de reggae et de calypso (des genres musicaux à ma connaissance peu pratiqués dans la Baltique) ? Du texte d'Andersen (qui se termine de façon mélancolique et tragique, avec la sirène qui préfère se laisser dépérir plutôt que de tuer l'épouse de l'homme dont elle est amoureuse et qui l'a rejetée, pour être transformée ensuite par la Providence en ange) ? De la mythologie grecque (où les sirènes sont des oiseaux à tête de femme) ?

avatar oomu | 

@Dwigt

Je hais la joie des enfants. Leurs rires déclenchent mon eczéma. Et Noël me fait vomir.

À part ça, aucune raison.

avatar Lecorbubu | 

@iPop

Mince les sirènes existent donc réellement ? 😮

avatar oomu | 

@iPop

On s’en fout totale de la mélanine des fées et dès midichlorians de Yoda

avatar FrDakota | 

@oomu

À noter quand même que en 4K Disney a enlevé la censure d’une scène dans Splash.

https://45secondes.fr/la-mise-a-niveau-disney-4k-de-splash-restaure-la-scene-nue-de-daryl-hannah/

avatar oomu | 

@FrDakota

WOWAH

Enfin un 4K intéressant à acheter.

avatar oomu | 

@FrDakota

Plus sérieusement j’ignorais que le BR était restauré. ça me rassure.

avatar FrDakota | 

@oomu

On parle de la restauration pour Disney+, mais il serait dommage de ne pas en profiter pour un Blu-Ray 4K.
.
Mais comme je n’ai pas de TV 4K je m’en moque pas mal.

avatar Dwigt | 

Chapek avait au contraire fait le choix initial de ne pas commenter la loi dite "Don't say gay" votée en Floride, et Disney, qui soutenait financièrement certains des élus qui ont voté cette loi (en raison de ses gros intérêts immobiliers et financiers avec Disneyworld), a tenté de rester neutre. Ce n'est que quand Chapek a bien été forcé de voir que l'écrasante majorité des créatifs bossant chez Disney considérait que c'était une loi homophobe (qui louche fortement sur les lois votées par Poutine en Russie avec le même prétexte de protéger les mineurs) qu'il a pris position. Iger, pourtant retraité, avait d'ailleurs exprimé son opposition à cette loi avant lui.

C'est en fait un des facteurs qui a montré que Chapek n'avait pas le bon profil pour diriger Disney. Il n'a pas su voir qu'une polémique commençait en interne, il l'a laissée se développer et il avait perdu la confiance de son propre personnel à cette occasion. Iger, qui est plus diplomate, aurait sans doute mieux géré ça.

avatar oomu | 

@Dwigt

Oui.

L‘expert en wok Chapek… laissez moi fire (jaune)

avatar Mickaël Bazoge | 
N'importe quoi 🙄
avatar quentinms | 

Chapeau pour le titre !

avatar andmag | 

Question de néophyte, existe-t-il des services de streaming vidéo rentables ?

avatar UraniumB | 

@andmag

Apple TV+ quand Apple t’offre quelques mois gratuits.

avatar Chris K | 

J’adore la légende de la photo : « Bob Iger, à gauche ». On sait jamais on pourrait le confondre avec Dark V. ou un certain Lucas… 👍

avatar Nicolas Furno | 

@Chris K

J’ai eu pour ma part un moment de doute avec la personne au milieu, alors j’ai préféré clarifier la situation.

avatar Lucas | 

Quel joli chapeau, euh titre, que je vous tire ! 🙊

avatar Glop0606 | 

Je pense pas qu'il soit le seul responsable mais il est vrai que la qualité des dernières productions Disney ne me convient pas du tout. Obi Wan et Bobba Fett m'ont un peu dégouté de l'univers Star Wars, les Marvels avec le dernier Thor, c'est un truc que je ne saurais classer entre parodie, blague ou juste navet et puis quand je vois en tête de programme les Kardaschians Family, bon ben c'est juste pas pour moi. Ce que je préfère sur Disney + c'est National Geographic, et quelques trucs sympas sur Stars...
Et puis ça serait sympa de respecter les acheteurs d'UHD en leur proposant le top de la qualité et pas un truc au rabais pour pousser au streaming... ;) Voilà je veux bien être le prochain CEO :)

avatar oomu | 

@Glop0606

Ben Iger est à l’origine des achats et gens en poste qui ont mené à ces produits à succès.

Il faut s’attendre à d’avantage de dérivé des succès en cours avec Iger et de concentration.

avatar Lecorbubu | 

@Glop0606

Malheureusement quand on voit les Animaux Fantastiques 3 côté Warner je pense que les maux au sein d’Hollywood sont plus profonds et dépassent largement le cadre de l’entreprise Disney.

Je prend ce film à titre d’exemples mais plus généralement les productions types block buster commencent à patiner sérieusement. C’est à se demander s’il y a vraiment des têtes pensante à bord des différents navires que sont les productions Hollywoodiennes…

Pour re-centrer mon propos sur Disney il serait peut-être intéressant qu’ils repensent aux vertus de la rareté. A la base je suis plutôt amateurs de Marvel ou de Star Wars, sans être un énorme fan pour autant la sortie des films de ces licences suscitaient au par avant une forme d’enthousiasme. Mais aujourd’hui je ne sais même plus décompter le nombre de projets sortis, en cours et à venir, ça devient complètement indigeste et gars de chez Disney semblent penser qu’on a vraiment que ça à faire de notre vie…

Résultat : saturation, et les quelques fois où ma curiosité me lance dans une des séries ou film sortie ça donne la situation embarrassante du visionnage d’Obi-Wan ou Star Wars 9….. Autant dire que ça conforte sur l’envie d’éviter les productions proposées.

avatar Glop0606 | 

Complètement d'accord avec vous!

avatar oomu | 

@Lecorbubu

Tant que le public suit, les studios produiront ce qui a marché.

Si Star Wars 12.5 et Black Adams vs Batman 3 font un four, les studios produiront des western.

Pour les profits titanesques de Disney encouragent (voir forcent) l’entreprise à continuer.

avatar JohnWalker | 

@Glop0606

Ce qui te plait n’est pas la norme chez les ricains de Disney+. Disney c’est avant tout the american way of life 🇺🇸

avatar iPop | 

@Glop0606

Pour moi, le seul Starwars qui en vaut la peine c’est Rogue, le reste n’est que parodie de lui même. Lukas ne voulait pas faire de 7 avec de bonnes raisons, ils l’ont fait avec le résultat que l’on connaît.
Les Marvel se regarde mais m’insupporte. J’admire cela dit le travail fait qui réussi un carton à chaque fois au box-office (bien que je n’y adhère pas), contrairement à DC qui se débat dans des sables mouvants ne sachant que faire.

avatar Glop0606 | 

Rogue, j'ai beaucoup apprécié aussi. Marvel j'ai bien accroché jusqu'à End of war, après c'est juste un autre truc (pas pour moi). DC ils ont les Nolans au top et les Snyders sont très bien autant faut il regarder les versions Director Cut qui prouvent à quel point le marketing, le financier, les cahiers des charges nuisent à une oeuvre.
Je trouve qu'on a la chance d'avoir de très bons réalisateurs de nos jours (Nolan, Villeneuve, etc,...) il faut juste les laisser faire le boulot.

avatar iPop | 

@Glop0606

Oui tout fait. Mais DC n’arrive pas à avoir une ligne directrice par exemple
- ressortir à coup sûr du Batman ou du Superman pour faire du fric facile.
- Faire un Batman avec Pattinson mais certainement refaire venir Affleck.
Là où Marvel assure avec des personnages secondaires. Punaise, Black Panther 2 a fait 181 millions de dollar en une semaine ! Les types d’Holywood sont en train de concocter des plans de films avec pleins de black puisque les blancs payent pas. 😄

avatar passingphantom | 

Ah ouais, le jeu de mot, il m'a fallu du temps, mais je l'ai compris. lol Pour le reste, je n'ai aucune idée de savoir si ce remplacement est une bonne chose ou non. L'avenir le dira.

avatar vince29 | 

Pour la division France il a choisi le Bob Ricard

avatar scanmb | 

@vince29

Est-ce que Bob s’ lègue ?

avatar oomu | 

Ce Bob Iger ?
« Star Wars: Bob Iger, le PDG du groupe Disney, estime avoir sorti "trop" de films "trop vite"

"C'est ma responsabilité", a-til admis dans une interview à The Hollywood Reporter »

https://www.huffingtonpost.fr/culture/article/star-wars-bob-iger-le-pdg-du-groupe-disney-estime-avoir-sorti-trop-de-films-trop-vite_131318.html

avatar Dwigt | 

Oui, ça n'est pas un secret, Iger espérait de Lucasfilm une sorte de Marvel bis, avec au moins un film par an. Sauf que Marvel Studios adaptait des comics qui existaient depuis des décennies, avec quelques grands arcs narratifs marquants qui pouvaient être transposés à l'écran, et une équipe de production qui tournait déjà à plein régime au moment du rachat.
À l'inverse, Lucasfilm avait toujours mis en chantier des films reposant sur des histoires originales et n'avait pratiquement plus aucune activité ou d'auteurs travaillant sur de nouvelles histoires au moment du rachat par Disney. Lucas avait pondu des synopsis pour une nouvelle trilogie, Dave Filoni et quelques auteurs bossaient sur une nouvelle saison de Clone Wars, mais c'était à peu près tout, même du côté de l'univers étendu.

C'est Iger qui a demandé à Kathleen Kennedy de faire un nouvel épisode de la trilogie tous les deux ans, ce qui était beaucoup trop à la merci du premier grain de sable. Et c'est lui qui avait validé le concept des Star Wars Stories les années sans nouvel épisode. Et ça s'est en partie retourné contre le résultat et le box office, quand les choix de réalisateurs ou de scénaristes de Kathleen Kennedy ont dû être changés en catastrophe.
- sur l'épisode VII, le scénariste Michael Arndt travaillait apparemment trop lentement et il a été remplacé par Lawrence Kasdan et JJ Abrams. Sortie repoussée de plusieurs mois, mais gros succès public.
- sur Rogue One, Gareth Edwards n'arrivait pas à cerner la fin, et il a accepté (contre un gros chèque) de laisser le scénariste Tony Gilroy (qui s'occupe maintenant d'Andor) retourner un bon tiers du film (d'où le fait qu'il y a plein de plans dans la bande-annonce qui ne sont pas dans le film). Retard de sortie, mais succès public et critique.
- le projet de Star Wars Story sur Boba Fett confié à Josh Trank (Chronicle) a capoté quand Disney a eu vent de ce qui se passait sur le tournage du reboot des Quatre Fantastiques
- Solo a été repris à la dernière minute des mains du duo Lord et Miller (21 Jump Street, La Grande Aventure Lego) parce qu'ils déviaient trop du script, que l'acteur principal n'était pas assez à l'aise et que ça prenait du retard. Kennedy les a remplacés par Ron Howard, qui a dû ensuite retourner en vitesse certaines scènes pour être sûr d'avoir fait plus de la moitié du film et donc d'empêcher Lord et Miller de superviser le montage. Curieusement, le film est cependant sorti à la date prévue, en mai, trop peu de temps après Les Derniers Jedi, et a essuyé un échec financier.
- L'épisode IX était confié à Colin Trevorrow (Jurassic World) mais lui et Kennedy n'étaient jamais tombés d'accord sur le script (la mort de Carrie Fisher a de plus beaucoup compliqué l'écriture), et il a été au final débarqué du projet, et remplacé par JJ Abrams. Ce qui a bien sûr provoqué un retard de sortie et un résultat pour le moins décevant.
- Le Star Wars Story sur Obi-Wan que devait réaliser Stephen Daldry (Billy Elliott) est abandonné pour être transformé en une mini-série, suite à l'échec commercial de Solo et à la priorité donnée à Disney+.

Paradoxalement, d'ailleurs, le seul film dont le développement s'est fait sans trop de conflits ou de difficultés (en dehors d'un report de quelques mois de la sortie pour fignoler les effets spéciaux), ça a été Les Derniers Jedi, celui-la même que certains "puristes" conspuent.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR