WordPress 5.9 permet de créer un site complet avec des blocs

Nicolas Furno |

WordPress 5.9 est désormais disponible et cette mise à jour du gestionnaire de contenus (CMS) le plus populaire sur internet est digne d’intérêt pour une raison : c’est la première qui active l’édition de sites par blocs. Ses concepteurs travaillent sur cette idée depuis des années, publiquement depuis le printemps 2017 et l’apparition de Gutenberg, un nouvel éditeur d’articles basé lui aussi sur des blocs. L’air de rien, c’est un changement conséquent pour ce CMS qui reposait jusque-là sur des concepts qui remontaient aux années 2000.

Modification en cours du titre du site dans Twenty Twenty-Two, le nouveau thème par défaut de WordPress à partir de cette version 5.9.

Sous le capot, WordPress repose toujours sur du PHP pour son cœur, sa gestion des données et la création des pages HTML qui sont affichées par le navigateur web. Jusque-là, les thèmes étaient aussi tous composés avec des fichiers PHP pour la structure et CSS pour la typographie et autres choix esthétiques, sans compter la pointe de JavaScript pour les éléments interactifs et d’autres aspects d’un site web moderne. Pour modifier un thème, il fallait mettre les mains dans le cambouis et modifier ces fichiers PHP, JS ou CSS, ce qui nécessite d’avoir quelques connaissances de base en développement.

Le projet Gutenberg représentait une toute nouvelle voie : pour construire un article, une page et même un site, l’idée était cette fois de combiner plusieurs blocs fournis par WordPress, par le créateur du thème ou par un module. Ces blocs sont codés en JavaScript ou en PHP, mais le bénéfice est surtout à chercher du côté de l’utilisateur, qui peut ainsi modifier la mise en page sans aucune connaissance en développement, comme il le ferait dans un traitement de page.

Si ce mode de fonctionnement convient mieux au grand public, il a aussi reçu beaucoup d’oppositions de la part des développeurs et des utilisateurs avancés. Il faut aussi reconnaître que les premières versions de Gutenberg étaient pleines de défauts et incomplètes, mais les développeurs de WordPress n’ont pas lâché l’affaire. Matt Mullenweg, son créateur et le dirigeant d’Automattic (propriétaire de WordPress.com et principal développeur du CMS), avait la vision d’un site web composé uniquement de blocs que l’utilisateur pourrait ajuster comme il le souhaite. Avec un petit peu de retard, WordPress 5.9 accomplit cette vision.

En quelques clics, je peux modifier l’aspect des titres sur le site, ici en modifiant les couleurs du texte et du fond.

Pour utiliser le nouvel éditeur de sites par bloc, il faut un thème compatible avec ce système et comme il est tout nouveau, cela ne court pas encore les rues. Pour donner l’exemple, WordPress 5.9 est accompagné de Twenty Twenty-Two, un nouveau thème par défaut qui a été conçu avec les blocs en tête. Une fois actif, il permet de modifier de nombreux éléments, pas seulement le style des textes existants, mais aussi la structure et même les fonctions du site.

Par exemple, j’ai modifié le thème avec quelques éléments pour ajouter un texte dans l’en-tête, sous l’image d’oiseau fournie par défaut que j’ai conservée. J’ai modifié le logo pour ajouter un chaton et changé le titre, ce qui n’est pas que visuel : le titre du site est modifié en même temps. Même idée sur la page des articles, qui affiche par défaut un bloc dédié aux commentaires : en un clic, j’ai pu le supprimer et tout le site n’a plus aucun commentaire, sans avoir à installer un module supplémentaire ou bricoler dans les réglages.

Après quelques minutes à passer dans l’éditeur de site, j’ai pu ajuster plusieurs éléments que vous pouvez découvrir en comparant le thème par défaut à cette adresse et ma version visible ici. Ajuster les polices et couleurs était déjà possible avec les anciennes versions de WordPress, modifier la structure et l’organisation générale est la vraie nouveauté. Pour donner encore un exemple, vous pouvez noter sur ma version que la position de la date de chaque article sur la page d’accueil a été modifiée, je l’ai déplacé de sa position originale qui était sous l’extrait.

Chaque page correspond à un modèle qui peut être modifié depuis ce menu.

Cette approche est excellente pour un utilisateur qui ne maîtrise pas les langages de développement du web. Elle a toutefois aussi quelques inconvénients, en particulier la nécessité de répéter certaines modifications. Par exemple, j’ai changé la typographie des titres pour afficher une police plus grasse, mais il a fallu que je répète cette modification sur chaque page du thème. Avec du CSS, il aurait suffi de modifier une valeur une seule fois.

Après avoir passé un petit peu de temps avec WordPress 5.9 et son nouvel éditeur de sites basé sur des blocs, il est toutefois évident que cette solution va se généraliser à l’avenir. Elle avait déjà été popularisée par des services comme Squarespace ou Wix, mais avec l’avantage de pouvoir héberger son contenu sans dépendre d’un tiers. Et même s’il y a quelques défauts dans cette première version, on sait que les développeurs du CMS vont continuer à améliorer cette nouveauté au fil du temps.

Même s’il est techniquement possible d’activer Twenty Twenty-Two sur n’importe quel site WordPress existant, ce n’est pas recommandé si vous ne voulez pas perdre des fonctions. Ces thèmes nouvelle génération restent plus limités que les historiques et il est probable que vous perdiez des éléments dans la transition. Si vous partez de zéro en revanche, c’est une bonne idée de tester sérieusement cette nouvelle piste, car elle s’impose de plus en plus comme l’avenir de la plateforme.


avatar Mageekmomo | 

Wow, curieux de voir ce que ça va donner avec Woocommerce 🧐

avatar Nicolas Furno | 

@Mageekmomo

Ça va venir aussi, Automattic gère également WooCommerce et ils avancent sur les blocs, mais j'imagine que ça va prendre du temps. Il me semble qu'une grosse mise à jour est prévue, avec des nouveautés importantes du côté des fondations.

avatar diboutra67 | 

J’avais choisi wix il y a quelques mois pour minter un site car je trouvais wordpress plus compliqué à prendre en main.

Maintenant je vais sûrement y rejeter un oeil avec cette mise à jour qui semble bien plus adaptée aux néophytes comme moi.

avatar Pimentpub | 

Je regrette Adobe Muse :-(

avatar iPop | 

@Pimentpub

J’ajouterais, je regrette Freehand. 🥲

avatar GaelW-Mac | 

@Pimentpub

Ah oui, il était doué. Maintenant je me régale avec Blocs, qui est fabuleux.

avatar Vladimok | 

Blocs gère t-il enfin les galeries par filtres et les galeries dynamique ?

avatar e2x | 

Très bonne nouvelle ! merci pour ce test et les infos de fin. Je vais garder mon vieux thème qui m’a demandé du temps à customiser. j’espère que cela va s’accélérer et que je pourrais profiter des avancées sous peu.

avatar Chris K | 

J’ai quelques site sous WordPress, j’avoue que j’ai jamais utilisé Gutenberg, la première chose que je fais quand je créé un nouveau site c’est d’installer le plugin Classic Editor.

Dans la version 5.9, devoir répéter les styles c’est franchement dommage. D’autant que le menu Apparence - Personnaliser permet de faire ça très bien et une seule fois.

Il aurait été bienvenu, selon moi, d’intégrer directement dans WordPress un gestionnaire de type de post (et de taxonomie).

avatar marc_os | 

@ Chris K

> Dans la version 5.9, devoir répéter les styles c’est franchement dommage.

Je ne doute pas que ce point va être amélioré.
Patience est mère de toutes les vertus

avatar valcapri | 

@Chris K

On se rapprochait pas de quelque chose qui s’appelle Drupal là ?

avatar oomu | 

@valcapri

j'y ai pensé aussi.

avatar Arnaudvietnam | 

Sacré changement.

C'est les pages builders qui vont faire la gueule même si on est loin d'Elementor ou Divi.

Mes thèmes ne sont pas encore compatibles.

avatar jlb75 | 

Et sinon il y a Joomla, bien plus souple que WordPress

avatar isnostudio | 

Semplice reste encore intéressant pour ce genre de chose même si c’est plutôt « réservé » aux créatifs.

avatar hoovertoulouse | 

Nicepage est très bien aussi ;-)

avatar dub1t0 | 

@hoovertoulouse

+1

avatar Amorbicus | 

Je regrette iWeb !

avatar san lee | 

On est quand même loin d'elementor...
Le problème de gutenberg, c’est qu'au niveau ergo, c’est moins rapide qu'un classic editor : en moyenne, il faut 1 clic de plus pour chaque action, du coup, on perd quand même pas mal de temps.

avatar djgreg13 | 

Liferay fonctionne de cette manière non ?

avatar pAlex | 

Toujours pas convaincu par Gutenberg, j'installe toujours le plugin Classic Editor sur chaque projet client basé sur Wordpress, plus simple, moins "usine".

avatar DeeDee | 

Je ne savais pas que Wordpress avait un tel retard sur Joomla! 😇

CONNEXION UTILISATEUR