La Commission européenne pourrait s'intéresser de près à l'acquisition d'Arm par Nvidia

Mickaël Bazoge |

Qu'est-ce qui est long, pénible et semé d'embûches ? Une pandémie ? Oui, OK, certes. Une série Netflix ? Ah ça, c'est certain. Les explications d'Apple sur son système de détection de photos pédopornographiques ? Sans aucun doute ! Mais n'oublions pas Nvidia qui vit un véritable parcours du combattant censé lui permettre d'absorber Arm. Et ça ne va pas aller en s'arrangeant puisque Bruxelles va sans doute s'en mêler.

En septembre dernier, Nvidia annonçait son intention d'acquérir la société britannique, qui conçoit les designs de processeurs que l'on retrouve aujourd'hui dans la totalité des smartphones et appareils mobiles du marché. De 40 milliards de dollars, le chèque est passé à 54 milliards, mais ce n'est pas tellement l'argent le problème.

Le gros souci pour Nvidia, c'est que la transaction n'arrange pas la concurrence (Intel et Qualcomm évidemment, mais aussi Microsoft, Google, Huawei…) et les régulateurs ne sont pas spécialement chauds non plus. Au Royaume-Uni et en Chine, les autorités scrutent l'opération de près, et ce devrait bientôt être aussi le cas en Europe.

Dans la semaine du 6 septembre, Nvidia devrait notifier la Commission européenne de son intention d'acheter Arm, un geste qui pourrait entraîner le lancement d'une enquête des services de Margrethe Vestager. L'autorité britannique a déjà soulevé « de sérieuses craintes pour la concurrence ». D'après la Competition and Markets Authority (CMA), le deal est de nature à « étouffer l'innovation sur un certain nombre de marchés ». Nvidia pourrait en effet faire pression sur ses concurrents en les empêchant d'accéder aux technologies d'Arm.

De son côté, Nvidia estime au contraire que la transaction sera « bénéfique pour Arm, ses clients, la concurrence et l'industrie ». Le groupe se dit prêt à travailler avec la Commission européenne pour expliquer l'opération et « répondre aux questions qui pourraient se poser ».


avatar raoolito | 

aaah et puis Margrethe c'est clairement pas celle qui va faire passer ca tranquillement 🤓
dans dix ans peut-être qu'nvidia pourra enfin pousser la porte d'arm sereinement 😂

avatar pariscanal | 

Une série Netflix 😂long et pénible vous avez trouvé le bon mot

avatar Spinaker | 

Moi j'avais envie de faire une commentaire sur l'article d'avant (sensible) ... pas sur cet article.

avatar Mrleblanc101 | 

@Spinaker

Bravo pour toi ?

avatar Sindanárië | 

@Spinaker

"Moi j'avais envie de faire une commentaire sur l'article d'avant (sensible) ... pas sur cet article."

Hors sujet, tu t’abstiendras !

avatar morpheusz63 | 

@Spinaker

C'est de l'article progressiste, startup nation, tu ne peux que validé cet article comme vérité, tout commentaire est interdit..tu n'avais pas compris.

avatar DDivo | 

@morpheusz63

🤦🏻‍♂️ lourd … louuurd … 🤦🏻‍♂️

avatar YetOneOtherGit | 

@DDivo

"🤦🏻‍♂️ lourd … louuurd … 🤦🏻‍♂️"

Un bel archétype du cancer complotiste effectivement 🤢

avatar Switcher | 

"Long et pénible" pour parler d'une série Netflix...
... encore faut-il que cette dernière dépasse la première saison. ^^

avatar Kriskool | 

ARM si je ne me trompe pas , c’est bien l’architecture des puces M1 ?… qui en détient le brevet alors ?

avatar DrStax | 

@Kriskool

C’est ARM qui détient le brevet de l’ARM.

avatar Kriskool | 

@DrStax

D’accord donc Apple paye des royalties à ARM pour utiliser leur brevet ?

avatar DrStax | 

@Kriskool

Oui ARM fonctionne avec des licences, il y a déjà eu des articles un peu plus détaillé sur le sujet qui pourraient t’en dire plus.

avatar iPop | 

@Kriskool

Oui mais Apple détient son design.

avatar YetOneOtherGit | 

L’ensemble des interrogations des autorités de la concurrence sur divers territoires ne signifient pas forcément que l’acquisition ne se fera pas.

Par contre il est fort probable que Nvidia se trouve dans l’obligation de donner diverse garantie et de structurer spécifiquement les relations avec ce qui a des chance de devoir rester une filiale fortement indépendante.

avatar H2Apps | 

@YetOneOtherGit

Après les promesses seront-elles tenues dans 10 ans?
Apres tout Facebook avait promis qu’il n’y aurait pas de transfert d’info entre what’s app et leur propre appli… on a vu ce que ça a fini par donner.

avatar YetOneOtherGit | 

@H2Apps

"Après les promesses seront-elles tenues dans 10 ans?"

Normalement sur des enjeux de ce type nous ne sommes pas sur des promesses mais sur des engagements opposables.

Pour le cas que de FB que tu évoques il faudrait regarder ce qui est de l’ordre des engagements ayant une valeur légale pris lors de l’acquisition.

avatar YetOneOtherGit | 

@H2Apps

"Apres tout Facebook avait promis qu’il n’y aurait pas de transfert d’info entre what’s app et leur propre appli… on a vu ce que ça a fini par donner."

Après avoir fait un point les accord passé avec la FTC lors de l’acquisition servent de base au procédures actuelles de la FTC à l’encontre de FB 😉

avatar sachouba | 

Ah bah mince, la Commission Européenne ne croit plus en la "main invisible" qui régule automatiquement le marché ? 🤔

avatar Un Type Vrai | 

Le système de l'offre et de la demande n'est jamais accepté partout.
Exemple : Manque de main d'oeuvre dans la restauration, on va pleurer pour avoir des aides plutôt que d'augmenter les salaires (idem pour les professeurs des écoles, accepté avec 6/20 au concours par manque de candidats ou encore pour les entreprise qui auraient du faire faillite avec la crise du COVID, normalement pas grave, le marché va recréer des entreprises en sortie de crise, pourquoi pleurer pour avoir des sous de l'état...)).

C'est toujours interessant de voir à quel point l'offre et la demande fait peur à ceux qui défendent cette idée quand on veut vraiment l'appliquer partout.

avatar Krysten2001 | 

@Un Type Vrai

Pour les professeurs, l’offre n’est plus bonne mais on n’arrange rien 🙃

avatar Krysten2001 | 

@Un Type Vrai

Lien avec l’article ? 🙃 (juste pour savoir :) )

avatar YetOneOtherGit | 

@sachouba

"Ah bah mince"

Ah bah mince, les questions de libre concurrence sont présentes dans tous les traités qui ont construit l’Europe 🙄

Ta façon de réduire l’œuvre de Smith à cette métaphore accessoire dans son œuvre, que tu transforme en mantra en le répète ad nauseam comme s’il te permettait de comprendre quoi que ce soit à la complexité des choses sans effort et vraiment pitoyable.

Le laisser-faire n’est pas le dogme triomphant que tu fantasmes dans une vision caricaturale et facile.

Et l’influence de Keynes sur les visions politique et économiques est très loin d’avoir totalement disparue, particulièrement en Europe.

« Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant la main invisible ! la main invisible ! la main invisible !... mais cela n'aboutit à rien et cela ne signifie rien » 😁

avatar sachouba | 

@YetOneOtherGit

Pour être exact, j'ai utilisé cette expression exactement 2 fois dans les commentaires de MacG. Ça n'entre pas dans ma définitivement d'"ad nauseam", mais peut-être la tienne est-elle plus restrictive. :)

Je ris juste de l'hypocrisie de la Commission, qui d'un côté vante les bienfaits incroyables du néolibéralisme comme un dogme absolu et rêve à ce titre de privatiser/mettre en concurrence l'ensemble des services publics des États membres (avec les effets que l'on connaît sur les clients finaux : dégradation des services, augmentation des prix...), et de l'autre, sanctionne/contrôle les entreprises qui "réussissent" en utilisant les mêmes principes.

avatar YetOneOtherGit | 

@sachouba

"Pour être exact, j'ai utilisé cette expression exactement 2 fois dans les commentaires de MacG. Ça n'entre pas dans ma définitivement d'"ad nauseam", mais peut-être la tienne est-elle plus restrictive. :)"

Désolé comme la dernière fois été récente et que c’est une antienne servant souvent de faux nez à une connaissance très superficielle de l’histoire du libéralisme et de l’économie…

avatar YetOneOtherGit | 

@sachouba

"Je ris juste de l'hypocrisie de la Commission, qui d'un côté vante les bienfaits incroyables du néolibéralisme comme un dogme absolu "

Tu vas vite en besogne je trouve, bien des membres de la commission dans son histoire et plus encore des présidents n’étaient absolument pas des néo-libéraux.

On a même eu quelques keynésiens pure jus en responsabilité sur des post essentiels.

Sans parler de l’actuelle commissaire à la concurrence.

avatar YetOneOtherGit | 

@sachouba

Par contre je te rejoins sur le fait que la commission fut un facteur d’un retour d’un libéralisme bon teint assez loin d’un néo-libéralisme de l’école de Chicago pour pas mal de pays européens encore largement sur le modèle d’une économie planifiée et d’une part conséquente de contrôle de l’économie par l’état.

CONNEXION UTILISATEUR