Qualcomm ne veut pas que Nvidia achète Arm

Mickaël Bazoge |

Nouvelle embûche sur la route déjà bien difficile que Nvidia a empruntée pour s'offrir Arm (pour 40 milliards de dollars). Qualcomm a fait savoir son opposition à la transaction auprès de la Commission européenne, de la Federal Trade Commission américaine, de l'autorité de la concurrence britannique et à son homologue chinois. Le fondeur américain estime, à raison, que les régulateurs joueront un rôle déterminant dans ce dossier (lire : Acquisition d'Arm : un long chemin semé d'embûches pour Nvidia).

Nvidia pense que les régulateurs verront le bénéfice de l'opération, mais l'entreprise devra s'attendre à de longues et périlleuses enquêtes de la part des autorités de la concurrence. La FTC est ainsi entrée dans une deuxième phase, selon CNBC, durant laquelle elle propose aux entreprises tierces de donner leur point de vue. La Commission US a aussi réclamé à SoftBank (propriétaire d'Arm), à Nvidia et à Arm des informations supplémentaires sur cette acquisition. Des documents qui demanderont plusieurs mois à être rassemblés, précise une source.

Qualcomm estime qu'il existe un risque significatif que Nvidia réduise ou empêche les clients d'Arm d'avoir accès aux technologies et aux brevets de la société britannique. Apple fait partie de ces clients, tout comme une bonne partie de l'industrie technologique. Du côté de l'acquéreur, on ne cesse de vouloir rassurer en expliquant que le modèle de licences d'Arm ne changera pas. Mais évidemment, les craintes sont de mises.

Qualcomm n'est pas le seul à s'opposer à cette acquisition. Huawei aussi fait pression sur le régulateur chinois pour rejeter l'opération et aux États-Unis, Intel, Microsoft et Google feraient également tout leur possible pour la faire capoter.

Tags
avatar r e m y | 

J'imagine qu'Apple egalement intervient pour que ce rachat ne risque pas de se traduire par des contraintes sur l'accès aux licences Arm (ou à leur coût). Sans licence Arm, Apple se retrouverait sans puce que ce soit pour ses iPhone, iPad, ou ses Mac... 🥴

avatar MGA | 

@r e m y

J’imagine que la licence actuelle est négociée pour de nombreuses années.

avatar François31400 | 

@MGA

Oui ça serait suicidaire sinon 😅 et avec des conditions tellement haute que le risque de revenir sur l’accord se compterait probablement en milliards

avatar MGA | 

@François31400

Certains avaient même avancé qu’Apple disposerait d’une licence « perpétuelle »

avatar François31400 | 

@MGA

Je pense que c’est le cas. C’est tellement stratégique que ça n’a pas de prix.

avatar House M.D. | 

@François31400

Non seulement ça, mais de mémoire Apple fait partie des fondateurs d’ARM.

Check effectué, c’est effectivement un des fondateurs de Advanced RISC Machines, devenu ARM. Même si elle a abandonné ses parts durant la crise de mi-90.

En tant que telle, il est fort probable qu’elle ait une licence très particulière et sans limite de temps. On sait d’ailleurs déjà qu’elle fait partie des rares entreprises à avoir une licence l’autorisant à modifier en profondeur l’architecture pour l’adapter à ses besoins, licence qui si je ne me trompe ne court pas les rues.

avatar r e m y | 

@House M.D.

Tout contrat négocié avant le rachat n'engage pas nécessairement les nouveaux propriétaires de l'entreprise, d'où les actions en cours pour que la justice ou les administrations (comme l'antitrust américain, ou la commission européenne) susceptibles d'imposer des contraintes pour autoriser le rachat, obligent Nvidia à prendre des engagements à ce sujet.

avatar MGA | 

@House M.D.

C’est même en très grande partie grâce à la vente de ses parts dans ARM qu’Apple a survécu en plus de l’engagement de Microsoft de développer la version suivante d’Office pour Mac.

avatar r e m y | 

@MGA

C est pourtant le risque que pointent aussi bien Qualcomm que Microsoft ou Google et sur lequel ils veulent que les autorités antitrust imposent des engagements formels de Nvidia (notamment que les contrats de licence négociés avec Arm ne soient pas remis en question par Nvidia)

avatar Krysten2001 | 

@r e m y

Non car elle bénéficie d’une license perpétuelle 😉 et pourquoi toujours imaginer Apple dans des situations où elle n’est pas présente 🤔🤷‍♂️

avatar r e m y | 

@Krysten2001

Une licence perpétuelle, en droit, ça n'existe pas. Tout contrat a une durée spécifiée et des clauses de rupture possibles par l'une ou l'autre des parties.
Le changement d'actionnariat est l'une des situations pouvant conduire à la terminaison d'un contrat avant son terme.
Ce que Qualcomm, IBM, Microsoft, Huawei... réclament aux autorités c'est justement que des engagements soient obtenus de la part de NVidia pour honorer les contrats de licence dont ils disposent avec ARM

avatar anonx | 

@r e m y

Apple a un contrat à vie...

avatar debione | 

@anonx:

Pas sur que légalement, si il y a changement de propriétaire, ces contrats soient toujours valable... D'ou justement sans doute toutes les levées de boucliers.

avatar r e m y | 

@debione

Le changement d'actionnariat d'une entreprise est généralement l'une des clauses de possible terminaison des contrats qui ont été signés par cette entreprise.

Pour mémoire, les premiers à avoir des contrats en bonne et due forme avec une entreprise, ce sont les salariés. Or on sait bien qu'en cas de rachat de l'entreprise par une autre, ces contrats ne pèsent souvent pas lourds ...

avatar YetOneOtherGit | 

@r e m y

"Le changement d'actionnariat d'une entreprise est généralement l'une des clauses de possible terminaison des contrats qui ont été signés par cette entreprise. "

😳

avatar r e m y | 

@YetOneOtherGit

Il s'agit des clauses dites "de changement de contrôle" de la société qui nous viennent du droit anglo-saxon. Tout est possible en ce domaine et il y a peu de jurisprudence quant à leur validité.

avatar YetOneOtherGit | 

@r e m y

"Il s'agit des clauses dites "de changement de contrôle" de la société qui nous viennent du droit anglo-saxon. "

Elles n’existent pas sur des contrats avec des grandes structures côtés en bourse, plus encore quand ces structures n’ont pas d’actionnaires de références.

Et quand elles existent elles sont toujours en faveur du client pas du fournisseur.

ARM ne peut nullement se délier de ses accords sous prétexte de changement de son contrôle.

avatar r e m y | 

@YetOneOtherGit

Bien sûr qu'elles existent!
Et ce n'est pas ARM qui se délient de ses contrats, mais le repreneur qui n'est jamais tenu de reprendre l'ensemble des engagements de la société qu'il rachète.

avatar YetOneOtherGit | 

@r e m y

"Et ce n'est pas ARM qui se délient de ses contrats, mais le repreneur qui n'est jamais tenu de reprendre l'ensemble des engagements de la société qu'il rachète."

Dans tes rêves 🙄

Tu as une vision du droit des affaires disons assez étrange pour rester poli 😉

Un acheteur d’une entreprise pouvant à son gré se délier des accords pris par l’entreprise 🙄😳🙄😳🙄😳🙄😳🙄🤯🤯🤯🤯🤯

avatar r e m y | 

@YetOneOtherGit

Dans la vraie vie!
J'ai bossé 25 ans dans un groupe du CAC40 qui a fusionné avec un autre dans les années 2010. Lors de la fusion tous les contrats commerciaux ont fait l'objet d'un audit par le groupe avec lequel on fusionnait (et qui dans les faits prenait le contrôle). Tous les contrats qui ne passaient pas la barre des critères de rentabilité ont dû être renégociés en activant cette clause de changement de contrôle de la société, et notamment des contrats signés à long terme avec certains fournisseurs ou clients.

avatar YetOneOtherGit | 

@r e m y

"Tous les contrats qui ne passaient pas la barre des critères de rentabilité ont dû être renégociés en activant cette clause de changement de contrôle de la société, et notamment des contrats signés à long terme avec certains fournisseurs ou clients."

Tu parles de contrats entre quel type d’entités ?

Et renégocier ce n’est nullement se délier.

Tu vas très vite en besogne dans tes extrapolassions 😉

Les chances que les contrats lien ARM à ses clients permettent ce type de pratiques sont proche se zéro.

C’est toujours surprenant ces généralisation rapide sans mise ne perspective 😉

avatar r e m y | 

@YetOneOtherGit

Je parle de contrats commerciaux entre des clients et des fournisseurs (selon les cas on était soit en position de client, soit en position de fournisseur)

Et la plupart des renégociations n'ayant pu aboutir sous les délais de 6 mois que prévoyaient nos clauses de changement de contrôle, les contrats ont été résiliés purement et simplement.

avatar YetOneOtherGit | 

@r e m y

Quel type de clients, quel type de fournisseur, quel type de contrats...

Tu généralises de façon périlleuse et hors contexte.

avatar oomu | 

@YetOneOtherGit

je ne vois pas pourquoi subitement vous être dramatiques. Remy ne dit rien de particulier.

avatar YetOneOtherGit | 

@oomu

"Remy ne dit rien de particulier."

Il dit une grosse bêtise et s’y accroche ce qui est assez rare de sa part 🤯

Pages

CONNEXION UTILISATEUR