Microsoft réfléchit à des jeux tirant réellement parti de la puissance du cloud

Félix Cattafesta |

Microsoft va-t-il réaliser ce que Google n'a pas su faire dans l'univers du cloud gaming ? Alors que Google a fermé en début d’année ses studios de jeux dédiés à Stadia, Microsoft vient de faire plusieurs annonces concernant des jeux basés sur le cloud.

Dans une interview pour Polygon, le directeur de Xbox Game Studios explique que la prochaine étape pour Microsoft va être de créer des jeux natifs pour le cloud gaming. Ce projet est encore au stade des balbutiements, Peter Wyse avouant qu' « [il ne sait] pas exactement à quoi cela ressemble aujourd'hui, ni comment cela va se jouer. »

Microsoft propose actuellement un service de cloud gaming en bêta avec le Xbox Game Pass Ultimate

L'équipe semble vouloir obtenir rapidement une vision plus claire de ce que seront ces jeux exploitant à fond les possibilités de cloud. Le studio a embauché Kim Swift, l'ancienne directrice de la conception des jeux de Google Stadia. Son nom ne vous est peut-être pas inconnu : il s'agit de la chef de projet de Portal et elle a également travaillé sur les deux Left 4 Dead. Durant son passage chez Stadia, Kim Swift a pu se forger une expérience intéressante sur les jeux en cloud gaming. « Kim va constituer une équipe axée sur de nouvelles expériences dans le cloud, quelque chose qui va contribuer à notre mission de connecter 3 milliards de joueurs à nos jeux Xbox », explique Peter Wyse.

Aujourd’hui, les jeux sont développés pour des plateformes matérielles (PC ou consoles) qui ont une puissance finie. Même les jeux actuellement disponibles en cloud gaming ont été à la base développés pour une ou plusieurs plateformes bien définies et ne tirent pas vraiment parti de la puissance du cloud. À quoi pourraient ressembler des jeux pensés spécifiquement pour ? On peut imaginer que Microsoft va s'inspirer de son récent Flight Simulator, dont la carte est générée à partir de données satellites stockées sur ses serveurs.


avatar Lucas | 

Oh waou, là effectivement ça pourrait aller très loin ! Imaginons un de ces jeux PS5, mais sans temps de chargement, en permanence en 4K/HDR/120Hz/xyz, et avec une quantité quasi infinie de puissance et de stockage ?!

Là Microsoft pourrait marquer un vrai grand coup ! Comme d’habitude Google lance des trucs pour les enterrer aussi tôt, mais tant mieux si ça relance les idées, l’innovation, la créativité… un peu de concurrence ne fait pas de mal ^^

Et là pareil, il n’y aurait aucune excuse de ne pas jouer le jeu d’Apple et de ne pas proposer ces jeux sur l’App Store, Microsoft ne produisant plus de smartphone, n’ayant pas de télé intelligente du tout à ma connaissance (à part la Xbox, mais justement le but du nuage est de toucher des gens qui n’ont pas de console puissante…) et n’étant qu’un nain dans les tablettes/ordinateurs…

Voire, si on rêve, des systèmes de jeux qui s’inspirent de Netflix et sont capables de s’adapter à toute taille d’écran et à toute connexion internet, permettant à des gens avec un vieil iPad ou une petite connexion internet de profiter quand même de ces horizons…

Bref, malgré que je sois plutôt Nintendo Switch & Apple Arcade que gros AAAaaah+ sur PS5/XboxY, je suis très intrigué par ce qui se dessine…

Wait & see ! 🙏🤯💭

avatar Ensearque | 

@Lu Canneberges

On peut déjà se faire une idée avec Flight Simulator dans certaines zones bien détaillées. Les rendus sont très beaux.

Par contre je ne pense pas que Microsoft le proposera dans l’AppStore, mais via navigateur étant donné qu’il s’agirait de cloud computing .

avatar bonnepoire | 

@ Lucas
Ils nous ont déjà fait le coup il y a 5 ans. Bullshit!

avatar mne | 

@Lu Canneberges

« Imaginons un de ces jeux PS5, mais sans temps de chargement, en permanence en 4K/HDR/120Hz/xyz »

Là le streaming pose un problème : celui du débit de la connexion.
En revanche c’est sûrement sur d’autres choses qu’on pourra y gagner : richesse des environnements, quantité d’éléments animés en temps réel, éclairages dynamiques, nombre de joueurs en simultanés, infinité de particules complexes, simulation de fluides ou de systèmes complexes etc.
La qualité finale pour les joueurs en revanche ne dépendra que de la qualité de la fibre

avatar IceWizard | 

@Lu Canneberges

L’une des raisons non dites est l’énorme taux de piratage des jeux. Ça fait au moins 25 ans que les éditeurs rêvent de jeux ne pouvant fonctionner qu’en ligne, totalement impossible à pirater parce que le moteur de jeu n’est pas en local, mais déporté sur un serveur.

Les jeux dans le nuage sont l’aboutissement ultime de cette démarche, la quasi-totalité du logiciel (moteur et système de rendu graphique) n’étant pas présent chez le joueur, juste une minuscule couche pour gérer l’interface utilisateur.

avatar Lucas | 

Et si on peut s’amuser avec un Flight Simulator en payant 5€ pour y accéder une semaine ou un mois en essai sur le nuage, depuis n’importe quel appareil, je pense que ça pourrait intéresser aussi un plus large public !

avatar Kaserskin | 

Ils avaient promis la meme chose il y a 10ans en presentant Crackdown 3 donc hypocrite de leur part de parler de nouveauté sans parler de l’echec enorme qu’ils ont eu la dessus deja.

Mais je pense que cette fois ils ont plus les moyens de reussir..

avatar Ghaleon111 | 

@Kaserskin

Ils l’ont fait avec fs2020, ce n’est pas une promesse.
Maintenant rien n’empêche que d’autres jeux puissent exploiter le cloud.

avatar Fego007 | 

Je trouve Microsoft de plus en plus pertinent …
J’ai acheté le surface laptop 3 qui est je trouve un super PC
Les accessoires associés sont également très qualitatifs .

Côté jeux, ils ont une base solide et le cloud est complémentaire à leurs offres

Seul bémol les produits concepts qui souvent sont abandonnés … alors qu’il y a énormément de potentiels ( surface duo , etc…)

avatar redchou | 

Il me semblait que le cloud devait déjà multiplier la puissance de la Xbox One, 8 ans plus tard, le seul truc qui l’utilise, c’est une sorte de Google earth dans flight simulator.
En résumé, ils ne savent pas à quoi ça ressemble, comment ça se joue, mais ils vont font faire des jeux dans le cloud. Ça ressemble à un gros coup de pub à base de hashtag à la mode…

avatar damien.thg | 

C’est comme la pub pour la lessive….

Ça lavait blanc et maintenant ça lave encore plus blanc.

C’était la puissance du cloud et maintenant c’est vraiment la puissance du cloud

😑

avatar Biking Dutch Man | 

Il faudra inventer un impôt sur le gaspillage de resources pour avoir l’image 16K 512fps HDR16bit RGB et le son 15.3 384khz/36bit par canal

avatar Lucas | 

@Biking Dutch Man

Aussi oui ! Je n’ai pas forcément envie de voir revenir les abonnements trop limités, mais si, comme les projets d’offrir les basiques (eau, gaz, électricité) en gratuit et ensuite très cher quand on consomme plus (bains, longues douches, pelouse ou pire, piscine…), on pouvait demain avoir une offre de type :
- les 20 premiers Go d’internet sont gratuits, pour la survie et la dignité (envoyer des CV, se connecter aux sites des services publics, s’informer…)
- les 100 premiers Go sont dans un forfait basique à 20€ au hasard)
- on y ajoute la licence globale à 10€ pour partager librement musique, livres, filmés et séries
- toute consommation au-dessus de 100 Go est facturée

et plus on consomme, plus ça coûte cher, avec des tranches 100 par 100 comme les impôts, et à partir d’un seuil, tout cet argent va à la collectivité pour financer la rénovation énergétique et les investissements pour la transition écologique…

Franchement ça aurait de la gueule ! Qui vote pour ?

avatar EdVeD | 

@Lu Canneberges

🤔.
Hummmm… Et quand des amis viennent à la maison, on les interdit de wifi ‘parce qu’on n’a plus de forfait’ ou on les fait payer leur consommation ?
🤔.
Je vais réfléchir un peu avant de signer… 😂

avatar Biking Dutch Man | 

@Lu Canneberges

Oui même chose pour le carburant, etc… incitation à la sobriété!

avatar Malvik2 | 

Quel bullshit de la part de ms franchement; comme dit plus haut, ils avaient déjà fait le coup avec la Xbox one en 2013, on connaît la suite.

Qu’ils prennent donc le temps de faire de belles exclues sur séries x au lieu de nous parler matin midi et soir hardware et/où gamepass

avatar Ghaleon111 | 

@Malvik2

Tu a du rater l’e3 et les autres annonces de gros titres plusieurs mois auparavant.

avatar Malvik2 | 

@Ghaleon111

Non non, Forza H 5, Halo…et Fable en 2023. En gros toujours la même boucle depuis 15 ans. Pour les fans de Bethesda il y aura du contenu oui, perso je n’aime pas leur jeu.
Reste l’impressionnas Flight Simulator, ENFIN un jeu qui va réveiller un peu les proc de la séries x parce que depuis novembre hormis les patchs 4K/60fps bof quoi…ma sx prend la poussière quand sur PS5 ça s’enchaîne déjà : Demon’s souls et miles M, Returnal, maintenant Ratchet…

Bref au boulot ms pour vos exclues si vous voulez écoulez vos consoles.
Bon je sais qu’ils s’en foutent un peu de ça maintenant ceci dit…

avatar Ghaleon111 | 

@Malvik2

Forza 5 c’est le 9 novembre 2021, halo infinite a la fin de l’année, psychonauts 2 le 25 août 2021, stalker 2 pour avril 2022, starfield (un skyrim gigantesque dans l’espace) pour novembre 2022 sans compter pleins d’autres exclus courant 2022 (xboxgen fait des listes)

Il y a 3x plus d’exclus MS pour 2022 que pour la ps5.
La ps5 n’a eu qu’un remake, un Spiderman et ratchet de 10h chacun et qui a part la technique graphique ne sont pas inoubliables tout comme returnal un petit jeu de niche.
Horizon 2 début 2022, un god of war et gt7 (qui sont tous crossgen et gt7 se fait démonter par forza 5 et motorsport 8) et… c’est tout.

Donc on ne peut pas dire que la ps5 fait mieux, elle a juste eu certains jeux qui avaient commencé leurs développement plus tôt.

Et dire que tous ces gros titres et futures titres seront jouable day one dans le gamepass et sur n’importe quels appareils en mobilité avec xcloud.

avatar ElFitz | 

@Biking Dutch Man

Dans le contexte du cloud gaming, ça existe déjà: la facture d’électricité, celle d’eau pour le refroidissement, la bande passante facturée par les opérateurs, le coût du matériel et de son replacement

@Lucas: c’est déjà le principe de l’argent. Chacun dispose, justement ou non, d’une certaine quantité, et l’alloue comme il l’entend. Devrions-nous également faire la même chose pour la bouffe, l’essence, les vêtements ? En graduant en fonction du type d’aliments, de boissons, de vêtements et d’accessoires divers ?

Est-ce que ce n’est pas déjà ce qu’on fait ? Plus tu en veux, plus tu paies. Plus tu veux des choses "rares", plus tu paies ¯\_(ツ)_/¯

Après, il y a la question des impôts. Et celle de leurs (més)usages. Dans les hôpitaux, par exemple: https://theconversation.com/fact-check-y-a-t-il-trop-de-postes-administratifs-dans-les-hopitaux-137615

avatar Lucas | 

@ElFitz
@Biking Dutch Man

Ben oui, mais non…!
Il vous manque sans doute le concept « d’EXTERNALITÉS », positives ou négatives… ou alors vous vous en fichez, mais vous répondez à côté.

Au début je trouvais ça un peu pompeux et suranné, on nous le servait à toutes les sauces dans la moitié des cours à Sciences Po, et puis, comme la causalité (premier cours d’économie à Sciences Po — je trouve ça hallucinant qu’on n’apprenne pas chaque année à l’école la différence explicite entre « CORRÉLATION » et « CAUSALITÉ » qui est déjà en soi un fabuleux antidote aux intox, hoax, fakes news et autres manipulations médiatiques, politiques ou des réseaux sociaux, sans parler des biais cognitifs du repas de famille ou du café du commerce, et sinon un outil très utile pour appréhender une information…), mais en fait c’est un concept clé et vital pour comprendre le monde et penser intelligemment quoi que ce soit.

Et le but des taxes, généralement, c’est « d’internaliser » au moins une petite partie du coût social dans le coût payé. Dans les faits, les taxes sur l’alcool et le tabac ne rapportent que 20 milliards à l’État, mais coûtent 200 milliards à la société (Sécurité sociale + accidents + morts prématurées) par an !

Donc un paquet de clope à 10€, oui c’est cher, mais ça ne couvre qu’un dixième du coût que tous les non-fumeurs payent en cotisations/impôts pour s’occuper des ennuis des fumeurs…

De même, un 44 devrait avoir plusieurs milliers d’euros de taxe en plus, et ça ne couvrirait qu’une petite partie du coût que représentera le réchauffement climatique causé par cette voiture monstrueusement grosse et inutile (je parle des urbains qui font leurs courses en 44, pas du fermier qui en a peut-être tellement besoin mais qui représente 1% de la clientèle…)

Ça vaut mieux qu’interdire totalement, et c’est plus acceptable pour la société de payer le tabac et la voiture un peu plus cher, que de payer le réel coût ou de se les voir interdire purement et simplement.

Donc les abrutis qui vont acheter leurs paquets de cigarette à Andorre ou en Belgique sont littéralement en train de cambrioler les hôpitaux du pays… et de braquer le portefeuille de leurs enfants et de leurs voisins…

« Dans le contexte du cloud gaming, ça existe déjà »

Ben justement : oui, les entreprises payent un petit coût de fonctionnement, qu’elles reportent sur leurs clients, la base quoi. MAIS cela n’est qu’une partie infime de l’impact global, total et social de cette activité : la quantité d’énergie et de ressources utilisées, plus l’empreinte carbone, auront des conséquences énormes sur l’ensemble de la société, de la planète et même des générations futures ! Ces coûts indirects, potentiellement supportés par l’État (donc la société) ou subis dans le futur, c’est ce qu’on appelle des « externalités », et c’est une part gigantesque et invisible de toute activité économique.

Un virement en Bitcoin coûte aujourd’hui dans les 50€ de frais, mais le coût environnemental des centrales à charbon chinoises et des ressources des serveurs est colossal et bien plus grand que celui de la transaction. Pourtant, ce n’est ni le client, ni l’intermédiaire, ni le propriétaire de la ferme à Bitcoin qui le paieront, mais l’ensemble de la société !

Certaines personnes s’amusent à répéter en permanence, dès que l’on parle de transports en commun ou de Sécurité sociale « c’est pas gratuit, c’est moi qui le paye avec mes impôts »… mais curieusement ne font jamais le raisonnement dans l’autre sens quand elles mangent un steak de bœuf, achètent des appareils jetables ou prennent l’avion… or le coût social total payé pour leur pollution est infiniment plus important que la part de leurs impôts qui financerait le cancer ou le trajet du voisin…

Donc, non : les coûts de fonctionnement du streaming ne sont PAS un paiement de l’impact social du gaspillage des ressources, JUSTE un maigre coût de fonctionnement qui n’est qu’une infime partie du coût réel global de cette activité…

Donc il n’est pas idiot de se demander si on ne devrait pas limiter la qualité vidéo définitivement à la 4K — qui est déjà fantastique et dont le seuil supérieur serait globalement inutile (de même que la musique lossless hi-res : 99% de la population ne peut pas entendre la différence, mais les fichiers pèsent 100 fois plus lourd et ont donc un coût énergétique colossal, mis bout à bout…) — et ajouter une taxe écologique (même symbolique) sur chaque Giga de bande passante consommé par les entreprises. Certes, celles-ci le feraient payer aux clients — mais ce sont justement eux qui, au final, déclenchent cette consommation — mais cela a très souvent pour vertu de pousser l’entreprise à optimiser ses systèmes, et au consommateur de penser à deux fois avant de regarder d’un seul œil une série en 4K alors que les dialogues sont plus importants que le décor banal…

Désolé pour ce pavé, mais je ne pouvais pas laisser passer ça sans réagir…

avatar Biking Dutch Man | 

@Lu Canneberges

Merci de votre développement, je vous suis. L’avenir est dans la sobriété et le rendement pas dans la débauche d’énergie renouvelable.

avatar ElFitz | 

@Lucas

Corrélation et causalité -> Oui, et ? Je suis désolé, associé au name dropping, cette partie de votre laïus lui donne, sans doute involontairement, un ton condescendant.

Pour le reste, oui, rien d’extraordinaire. « Une partie des coûts n’en est pas prise en compte dans les prix ». Oui. Parce qu’avant on n’en avait pas conscience. Qu’après on s’en foutait. Et qu’aujourd’hui c’est politiquement à la mode. Donc on ne les fait pas payer aux entreprises qui en sont responsables.

Rien à voir avec les tarifs, prix et quotas / gradations arbitraires imposés par l’État dont vous parliez dans votre commentaire précédent, qui ne pourront jamais être justes, ne serait-ce que parce que les vies de chacun sont constituées d’habitudes radicalement différentes.

Ni avec les limites technologiques arbitraires que vous fixez dans le second. Certains mettraient la limite à la HD. D’autres diraient qu’on n’a pas besoin d’Internet pour ça; il y a déjà les dvd et Blu-Ray. D’ailleurs, il faut faire vivre les petits commerces de proximité, donc autant interdire le streaming.

Vous en doutez ? D’un, nos élus ont toujours eu et auront toujours dix, vingt ans de retard sur le sujet. Ils n’ont eu de cesse de nous le prouver. De deux, à partir du moment où vous ouvrez cette porte, ce n’est plus une question technique. Ça devient un sujet politique. Un sujet dont ils se saisiront au grès des saisons, des sondages et des opinions de leurs adversaires, totalement détaché du fond et des conséquences réelles.

En mettant ce point de côté, aucune autorité ne pourrait avoir la légitimité nécessaire pour décider ce qui est universellement utile, nécessaire, indispensable ou accessoire (les quelques essais ont vite dégénéré). Un exemple ? Je ne conduis jamais, voyage très peu, et achète des vêtements une fois tous les 3 ou quatre ans. Mais, j’adore utiliser des ressources chez AWS, et serai définitivement prêt à manger moins pour ça. Je fais quoi ? J’échange mes quotas fringues, patates, steaks et essence contre des quotas bande passante et électricité ?

Ou c’est interdit, à la fois et pour limiter le consumérisme et parce que convertir des tickets patates en tickets électricité, en terme d’impact écologique et surtout de coût social, ce n’est pas forcément évident ? Et je me retrouve à collectionner mes tickets (j’imagine) virtuels qui ne me servent à rien, alors que je pourrai effectivement positivement impacter plus de monde avec les ressources qui me manquent que la majorité des gens avec un plein d’essence ?

On veut prendre ce coût social en compte ? Plutôt que de s’attaquer au bout de la chaîne, comme dans votre premier commentaires, on s’attaque aux causes. On chiffre ces coûts, pour toutes les différentes sources. Au début mal, puis au fil du temps, mieux. Et on les fait payer aux entreprises dont les produits ou la production de ces produits en sont responsables. Localement comme à l’import. Ça redescend tout le long de la chaîne. Les gens paient certaines (beaucoup) choses plus chères. À voir de combien et ce qu’on peut faire pour les plus démunis, vu qu’apparemment nous avons aussi choisi d’endosser cette responsabilité.

Oui, c’est relativement complexe, mais vous vous en rapprochez beaucoup plus dans votre second commentaire.

avatar unixorn | 

Encore une idée de merde qui finira directement à la poubelle sans passer par la case mise en production. Pourquoi ? Tout simplement car il s'agit pour Microsoft de se toucher la nouille sur la technique (ici le cloud) plutôt que se focaliser sur ce qui est le plus important dans un jeu : le gameplay. Age of Empire 2, Pokemon et quelques autres sont toujours joués à l'heure actuel, et sont sortis sur des machines peu puissantes, mais restent des références car me gameplay a été extrêmement bien travaillé.

avatar Rajindael | 

@unixorn

C’est le principe de la R&D / investissement non ?
Age of Empire, avant d’être un classique, t’as qq ingé qui se sont « touché la nouille » sur de la technique.

Je dis pourquoi pas, y’a pas de débouché pour l’instant, ca viendra peut être.

avatar heu | 

Je veux flight simulator en cloud !

avatar Ghaleon111 | 

@heu

Il le sera quand xcloud utilisera des serie x donc bientôt.

avatar Moebius13 | 

On se rappellera avec délectation de Crackdown 3 sensé utiliser à fond la puissance du cloud pour être plus beau et avoir une physique plus poussée.

Au final il était visuellement dégueulasse et la physique était naze.

Qu'ils finissent déjà Xcloud et l'optimisent à mort avant de penser à faire du cloud computing pour du jeu en temps réel. Xcloud a encore de la marge pour s'améliorer même si c'est déjà pas mal.
Y'a notamment à bâtir un nouvel algorithme de compression des données à la volée qui soit ultra performant pour qu'avec un faible débit la qualité soit au rendez vous.
Ils doivent aussi s'assurer que malgré les instabilités réseaux (même ethernet sur fibre), l'impact sur le jeu soit minime voire inexistant pour l'utilisateur.

Le Cloud Gaming via cloud computing je n'y crois pas un instant en tout cas pas en l'état actuel des infrastructures réseau et des technologies.
Il faudrait déjà que la plupart des gens soient fibrés, connectés en ethernet et que les serveurs se multiplient pour que la latence ne dépasse jamais 10ms maximum (auxquels il faut ajouter l'écran, le périphérique de jeu etc...).

Exemple, je suis fibré en gigabit, je suis en ethernet mais je vis dans le Sud de la France et je tape 14ms de ping vers Paris et les serveurs sont là bas ou plus au nord. Il est impératif d'investir dans des serveurs dans le sud de l'Europe de l'ouest si leurs ambitions sont réelles.

De même, le but c'est de jouer en déplacement.
J'ai également la 5G mais pour le moment le ping même près de chez moi c'est 30ms malgré un débit de 650 Mbit/s (ce qui est impressionnant).
Ça reste beaucoup trop pour du cloud gaming, peu importe la vision et l'approche utilisée.

Microsoft met un peu la charrue avant les bœufs sur ce coup là. Ils devraient déjà tester ce que peut donner le Cloud Gaming sur Switch via partenariat avec Nintendo.

avatar marc_os | 

> L'équipe semble vouloir obtenir rapidement une vision plus claire de ce que seront ces jeux exploitant à fond les possibilités de cloud

Pitoyable.
Ils inversent les priorités.
"Normalement", on a une idée, et on cherche les meilleurs moyens pour la réaliser.
Là ils ont des moyens et se demandent ce qu'ils pourraient bien en faire...

avatar ElFitz | 

@marc_os

Un peu comme le Xerox Parc et les Bell Labs ? (je ne cherche pas à établir une comparaison des niveaux de génie impliqués ^^’)

avatar marc_os | 

@ ElFitz

Je ne vois pas le rapport.
Au Xerox Park, ils faisaient de la recherche appliquée.
Cf. par exemple leurs stations Xerox Star (programmées en lisp!).
Et Steve Jobs y est allé se servir un peu.

Non, ce que je dis c'est que Microsoft est à cours d'idées.
Ce ne sont pas des "créatifs".
Et au lieu par exemple de travailler avec des développeurs de jeux et de chercher à leur proposer les meilleures solutions techniques à leurs besoin, leur démarche est à l'inverse :
Ils ont des technos et se disent que ce serait bien de les utiliser. Mais ils n'ont en vérité aucune idée précise sur quoi faire exactement.
Normal au final, comme je le disais ce ne sont pas des créatifs.

avatar marc_os | 

@macg : Quand je veux afficher la 2nde page, en cliquant sur le bouton [suivant >] ou [2], cette seconde page affiche 0 commentaires.
Et donc mon commentaire de tout à l'heure où je disais que Microsoft était à cours d'idée a semble-t-il "disparu".
C'est normal docteur ?

avatar Bloodwave | 

@marc_os

A priori c'est un bug ou (mode complot /on) une façon détournée de forcer l'abonnement Vip.

Il faut ajouter "?page=1" à l'adresse dans la barre du navigateur pour accéder à la page 2 des commentaires, =2 pour la page 3 etc... Oui c'est relou.

CONNEXION UTILISATEUR