Nvidia empoche Arm pour 40 milliards de dollars 🆕

Mickaël Bazoge |

Mise Ă  jour 13/09 — Nvidia confirme l'acquisition d'Arm pour 40 milliards de dollars : 21,5 milliards en actions, 12 milliards en cash, dont 2 milliards Ă  la signature de l'accord. SoftBank, le propriĂ©taire de l'entreprise basĂ©e au Royaume-Uni, recevra 5 milliards de dollars ou d'actions supplĂ©mentaires en fonction des performances d'Arm. Les employĂ©s d'Arm, qui resteront au Royaume-Uni, recevront par ailleurs 1,5 milliard de dollars en titres Nvidia.

Nvidia va maintenant devoir obtenir le feu vert des régulateurs britannique, européens, chinois et américain. Un parcours du combattant qui va durer 18 mois. Suite à la transaction, SoftBank devrait détenir moins de 10% de Nvidia. Le nouveau (futur) proprio explique qu'Arm va poursuivre à opérer son modÚle économique basé sur des licences ouvertes, tout en maintenant la neutralité vis à vis de la clientÚle. Ce point sera particuliÚrement surveillé par les régulateurs.

Nvidia va néanmoins proposer sa propre technologie au catalogue d'Arm. Voilà qui pourrait booster les ventes du fondeur. Pour ce qui concerne le cas particulier d'Apple, ce changement de mains ne devrait pas changer grand chose. Le constructeur détient une licence perpétuelle pour exploiter le jeu d'instructions ARM64 dans ses puces, qui sont entiÚrement conçues en interne.

Jensen Huang, le CEO de Nvidia, assure n'avoir aucune volonté de déplaire aux clients d'Arm. En revanche, il veut non seulement renforcer ses positions dans le secteur de l'intelligence artificielle (les GPU peuvent servir au traitement des données d'apprentissage automatique), mais aussi et surtout dans celui des serveurs. Huang a l'intention de chasser sur les terres d'Intel en poussant à l'adoption de processeurs ARM sur ce segment, sur lequel Intel trÎne en majesté avec 90% du marché.


Article d'origine 12/09 — Nvidia serait Ă  deux doigts de remporter la grosse timbale Arm. D'aprĂšs le Wall Street Journal, SoftBank, le propriĂ©taire d'Arm, et le spĂ©cialiste des GPU seraient tombĂ©s d'accord sur le montant que ce dernier devra lui verser : plus de 40 milliards de dollars ! Ce qui en ferait la plus grosse acquisition de l'annĂ©e tous secteurs confondus, et possiblement le plus important de l'histoire sur le marchĂ© des semi-conducteurs.

Le deal comprendrait une somme en cash et des actions. Avec une telle valorisation, le conglomĂ©rat japonais rentrerait largement dans ses frais, puisque SoftBank avait acquis Arm 32 milliards de dollars il y a quatre ans. L'opĂ©ration pourrait ĂȘtre officialisĂ©e dans le courant de la semaine prochaine, si aucun obstacle de derniĂšre minute ne vient tout remettre en question.

Avec Arm dans sa besace, Nvidia deviendrait un poids (trÚs) lourd dans l'industrie. Il faudra néanmoins réussir la course d'obstacles des régulateurs et convaincre les autorités de la concurrence que les clients d'Arm seront aussi bien servis que le sera Nvidia (lire : Nvidia est en discussions pour acheter Arm). Apple et une bonne partie de l'industrie informatique utilisent les designs des processeurs Arm pour leurs propres puces.

avatar YetOneOtherGit | 

@bibi81

“Mouais, mais c'est pas du soft. Un code software est exĂ©cutĂ©, un code Verilog ne l'est pas puisqu'il dĂ©crit des Ă©lĂ©ments. “

Tu passes totalement Ă  cĂŽtĂ© de la subtilitĂ© et de la puissance conceptuelle de la citation d’Alan Key (qui est loin d’ĂȘtre le premier con venu)😉

Repenses Ă  ce qu’est une architecture von Neumann fondamentale suffisante et Ă  la frontiĂšre entre ce qui peut ĂȘtre exĂ©cutĂ© par logique cĂąblĂ©e et par exĂ©cution des instructions de l’ISA. 👅

La logique cĂąblĂ©e c’est bien isomorphe Ă  du logiciel figĂ© dans le silicium d’un point de vue abstrait.

Il y a un continuum d’abstraction de la porte logique jusqu’au logiciel, le propos d’Alan Key s’inscrit en fait dans le prolongement de la thĂšse de doctorat de Claude Shannon et mĂȘme si il semble reposer sur un oxymore elle est en fait riche de sens et pourrait aussi ĂȘtre mise en relation avec la cĂ©lĂšbre dĂ©finition des mathĂ©matiques de PoincarĂ© : “La mathĂ©matique est l’art de donner le mĂȘme nom Ă  des choses diffĂ©rentes.”

avatar bibi81 | 

C'est surtout une citation qui laisse croire Ă  des softeux qu'ils vont pouvoir faire du hard, alors qu'ils vont avoir beaucoup de mal Ă  le faire (justement parce que ce n'est pas du soft)...

avatar YetOneOtherGit | 

@bibi81

"C'est surtout une citation qui laisse croire Ă  des softeux qu'ils vont pouvoir faire du hard, alors qu'ils vont avoir beaucoup de mal Ă  le faire (justement parce que ce n'est pas du soft)..."

ça c’est ton interprĂ©tation un peu outrĂ©e et mĂ©prisante je trouve, elle ne veut absolument pas dire cela, c’est un jolie concentrĂ© de montĂ©e en abstraction.

Au contraire un vĂ©ritable CS se doit de comprendre le sous jacent et le continuum existant de la porte logique au plus haut niveau d’abstraction, si non c’est du hors sol conduisant Ă  des horreurs.

Et je suis assez étonné que tu ne vois pas la beauté conceptuelle de cette fine assertion de ce grand homme.

L’impression que les enjeux Ă©pistĂ©mologiques ce n’est pas ton dada.

Tu sembles confondre savoir faire et conceptualisation abstraite.

Alan Key ne nie absolument pas les diffĂ©rences de savoir-faire et les diffĂ©rences de nature, il se place juste Ă  un niveau d’abstraction oĂč il peut donner le mĂȘme nom Ă  des choses diffĂ©rentes.

Pour le reste ton choix du terme « softeux » laisse à penser que tu te place dans une position de dédain et de supériorité assez inquiétante vis-à-vis à des CS.

Ce qui me semble assez idiot 😎

Je vois quelqu’un dĂ©fendant son « territoire  » plutĂŽt que chercher Ă  comprendre toutes la puissance du propos d’Alan Key (Qui n’est sans doute pour toi qu’un « softeuxÂ Â»đŸ™„)

avatar bibi81 | 

Pour le reste ton choix du terme « softeux » laisse à penser que tu te place dans une position de dédain et de supériorité assez inquiétante vis-à-vis à des CS.

Non du tout, mais c'est sûr que qualifier le hardware comme étant "que du software figé" ce n'est pas faire preuve de dédain et de supériorité...

avatar YetOneOtherGit | 

@bibi81

"mais c'est sûr que qualifier le hardware comme étant "que du software figé" ce n'est pas faire preuve de dédain et de supériorité..."

Absolument pas cela montre juste ta susceptibilitĂ© mal placĂ©e et ta comprĂ©hension trĂšs partielle d’un propos trĂšs riche de sens.

Si te dits “Et au final tout les fondements thĂ©oriques du numĂ©rique ce ne sont que de vieilles mathĂ©matiques appliquĂ©es” tu vois dans ce truisme un rabaissement ?

Il faut vraiment avoir le cuir fin pour voir dans cette phrase un rabaissement de l’importance du matĂ©riel face au logiciel 😳😳🙄

L’égo humain me surprendra toujours 😱

Alan Kay fait passer quelques choses de fondamentale dans cette phrase : le fait que dans le numĂ©rique implĂ©mentation matĂ©riel et logiciel ne sont que les deux faces d’un mĂȘme fondement thĂ©orique.

C’est quelque chose de fondamentale à comprendre quand on cherche à ne pas rester au raz des pñquerettes.

Et c’est la premiĂšre fois de ma relativement longue carriĂšre que je vois ce classique provoquer une rĂ©action de dĂ©fiance corporatiste đŸ€Ż

avatar Woaha | 

@bibi81

Visiblement c’est le “que” dans que du software figĂ© qui vous dĂ©range. Quand j’imagine l’auteur dire cette phrase je ne le vois pas critique mais au contraire souriant. Le que n’est problablement lĂ  que pour provoquer et faire rĂ©flĂ©chir et pas pour dĂ©montrer une supĂ©rioritĂ© du soft. C’est juste pour rappeler qu’à la base il y Ă  la mĂȘme logique.

avatar YetOneOtherGit | 

@Woaha

"Visiblement c’est le “que” dans que du software figĂ© qui vous dĂ©range. "

Visiblement et j’avoue ne pas avoir imaginĂ© un instant que cette phrase trĂšs pertinente pouvait ĂȘtre vĂ©cu comme une attaque đŸ˜łđŸ€ŻđŸ˜‰

avatar Woaha | 

@YetOneOtherGit

À donner le mĂȘme nom Ă  des choses diffĂ©rentes on va finir par parler mĂ©taphysique je sens ;)

avatar YetOneOtherGit | 

@Woaha

"À donner le mĂȘme nom Ă  des choses diffĂ©rentes on va finir par parler mĂ©taphysique je sens ;)"

je relance :

« Mal nommer un objet c’est ajouter au malheur de ce monde, car le mensonge est justement la grande misĂšre humaine, c’est pourquoi la grande tĂąche humaine correspondante sera de ne pas servir le mensonge. »
A. Camus

avatar bugman | 

@bibi81

C’est quoi (du boolĂ©en) ? Pour ma culture perso.
Si c’est le cas on parle plutĂŽt hardware si c’est cablĂ©, software si c’est du codĂ© (d’aprĂšs moi).

avatar YetOneOtherGit | 

@bugman

C’est ce qui à la base de toute l’informatique.

Une algÚbre créée au 19° siÚcle par le mathématicien anglais George Boole basée sur des variables pouvant avoir deux états qui était pour lui vrai et faux.

Au dĂ©but du 20° siĂšcle Claude Shannon montre que cette algĂšbre peut permettre de modĂ©liser les systĂšmes relais qui sont au cƓur de la mĂ©canographie qui Ă©tait alors le moteur de la premiĂšre rĂ©volution de l’automatisation du traitement de l’information (IBM est nĂ© dans les annĂ©es 20 de la fusion de plusieurs acteurs de mĂ©canographie)

La vision abstraite et mathĂ©matique de ces systĂšmes Ă  permis de les complexifier lorsque que l’on est passĂ© Ă  l’électronique Ă  tube, puis de penser des machines programmable durant la seconde guerre mondiale.

L’architecture de nos machines repose toujours sur les travaux des pùres fondateurs dont les genies que furent John von Neumann et Alan Turing.

C’est opĂ©ration logique sont aujourd’hui construites en associant des transistors.

Toute l’informatique peut ĂȘtre vue comme une pyramide d’abstraction reposant au plus bas niveau sur ces fonctions logiques de l’algĂšbre de Boole pensĂ©e Ă  la fin du 19° pour des raisons purement thĂ©oriques de mathĂ©matisation des concepts de vrais et de faux.

https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Boole

https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_Shannon

https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9canographie

https://fr.wikipedia.org/wiki/Fonction_logique

PS : comme toute tentative rapide de vulgarisation, il y a quelques raccourcis dans ces propos. 😉

avatar bugman | 

@YetOneOtherGit

C’est bien ce qu’il me semblait alors (du boolĂ©en). đŸ€“
Donc, bon, si l’on parle de transistors, nous sommes plus dans le hard que dans le soft.
Mais pourquoi parler language ? « Verilog » que je ne connais absolument pas par contre.

avatar YetOneOtherGit | 

@bugman

"Mais pourquoi parler language ? « Verilog » que je ne connais absolument pas par contre."

C’est un des langages de description de ce qui constitue la logique cĂąblĂ©e, pour la concevoir, la simuler, la tester, la valider, l’optimiser automatiquement...

Les langages de ce type permettent une monter en abstraction autorisant l’ĂȘtre humain Ă  affronter l’incroyable complexitĂ© actuelle des circuits numĂ©riques.

avatar bugman | 

@YetOneOtherGit

Ah ok. Merci. 👍

avatar YetOneOtherGit | 

@bugman

"Donc, bon, si l’on parle de transistors, nous sommes plus dans le hard que dans le soft."

La phrase d’Alan Key ne vise pas Ă  contredire l’évidence de la matĂ©rialitĂ© des transistors, elle montre le continuum conceptuel de l’informatique dans ce qui semble ĂȘtre un oxymore.

Son propos peut s’exprimer ainsi: d’un point de vue conceptuel la frontiĂšre concrĂšte entre matĂ©riel et logiciel est bien moindre qu’on ne le pense sans monter en niveau d’abstraction.

Alan Key est un des monstres de l’histoire de l’informatique.

https://en.wikipedia.org/wiki/Alan_Kay

avatar bugman | 

@YetOneOtherGit

« elle montre le continuum conceptuel de l’informatique dans ce qui semble ĂȘtre un oxymore. »

DĂ©jĂ , merci pour les Doliprane. 😂

Le hardware, pour moi, est figĂ© pour une architecture. Contrairement au software qui n’est pas une fondation (modifiable aprĂšs conception).

Avec des mots simples, stp. đŸ€ŁđŸ˜‰

avatar YetOneOtherGit | 

@bugman

"Avec des mots simples, stp. đŸ€ŁđŸ˜‰"

Je vais essayer.

Tout algorithme peut ĂȘtre transformĂ© en logique cĂąblĂ©e.

La diffĂ©rence c’est qu’une fois qu’il est concrĂ©tisĂ© matĂ©riellement par des fonctions logiques crĂ©es avec des transistors il ne peut plus ĂȘtre changĂ©.

Pour te donner des exemples :

je penses que tu as connu l’époque oĂč les calculs en virgules flottante Ă©taient rĂ©alisĂ©s par logiciel, puis l’apparition de coprocesseurs arithmĂ©tiques oĂč les algorithmes de calculs en virgule flottante Ă©taient cĂąblĂ©es (Le couple 68030 + 68881 par exemple) puis intĂ©grĂ© au processeur.

De mĂȘme Ă  chaque nouvelle gĂ©nĂ©ration de codec video (h264, h265) l’ensemble des algorithmes sont d’abord rĂ©alisĂ©s par logiciel avant que des Ă©lĂ©ments soient implĂ©mentĂ©s dans le matĂ©riel avec de la logique cĂąblĂ©e et donc accĂ©lĂ©rĂ©s.

Et il en est de mĂȘme avec la 3d par exemple oĂč les coĂ»teuses opĂ©rations de rotation obtenues par des produits vecteur x matrice Ă©taient le premier goulot d’étranglement avant de voir des circuits cĂąblĂ©s rĂ©alisant ces fonctions (Silicon Graphics)

Et Ă©videmment dans les GPU moderne c’est colossale, mais il n’y a rien de ce que fait le GPU qui ne puisse ĂȘtre fait par le logiciel sur le CPU si on lui laisse beaucoup de temps pour le faire đŸ€€

L’architecture minimale d’un processeur universel implique en fait le cĂąblage de relativement peu de fonctions, le restant pouvant ĂȘtre pris en charge par le logiciel (Mais Ă©videmment au prix de performances catastrophiques)

Les fonctions logiques sont bien des fonctions programmées figées dans le matériel.

avatar bugman | 

@YetOneOtherGit

« Les fonctions logiques sont bien des fonctions programmées figées dans le matériel. »

Non (je peux toujours faire un and, or, xor, not, au niveau logiciel dans certains cas) tant que ce n’est pas cablĂ© (en software, donc, pour ce qui m’y est possible physiquement (adressable))

Pour tout le reste nous sommes en accord.

avatar YetOneOtherGit | 

@bugman

"Non."

Va dire ça à Alan Kay, je te souhaite bien du courage pour soutenir la contre argumentation 😂

Et si tu n’es pas d’accord avec cette assertion c’est que tu n’es pas d’accord avec tout ce qui prĂ©cĂšde contrairement Ă  ce que tu semble dire avec "Pour tout le reste nous sommes en accord."

avatar bugman | 

@YetOneOtherGit

Si, si. Si j’ai accĂšs Ă  la mĂ©moire libre Ă  moi d’y mettre ce que je veux.
Si Alan n’est pas d’accord, ce serait un plaisir d’en discuter avec lui. 😛

avatar YetOneOtherGit | 

@bugman

"Si, si. Si j’ai accĂšs Ă  la mĂ©moire libre Ă  moi d’y mettre ce que je veux."

Quel rapport avec le sujet ?

avatar bugman | 

@YetOneOtherGit

On essaie de définir la différence entre hardware et software.

avatar YetOneOtherGit | 

@bugman

"On essaie de définir la différence entre hardware et software."

Nullement, ce n’est pas le propos cette diffĂ©rence est on ne peut plus claire et Ă©vidente.

La phrase d’Alan Kay est dans la continuation de la definition des mathĂ©matiques par PoincarĂ© : «  La mathĂ©matique est l'art de donner le mĂȘme nom Ă  des choses diffĂ©rentes. »

Alan Kay « donne le mĂȘme nom » Ă  des choses diffĂ©rentes dans cette citation, il n’est nullement dans le dĂ©ni des diffĂ©rences, il se place simplement Ă  un niveau d’abstraction supĂ©rieur.

avatar fte | 

@bugman

"On essaie de définir la différence entre hardware et software."

C’est dur. Un FPGA, c’est quoi ?

avatar YetOneOtherGit | 

@fte

"C’est dur. Un FPGA, c’est quoi ?"

😂😂👍

Pages

CONNEXION UTILISATEUR