Langue vivante en autonomie #4 : la quête des correspondants

Mathieu Fouquet |

Après avoir décortiqué l'univers numérique chinois dans ses Chroniques numériques de Chine, Mathieu Fouquet vous fait ouvrir votre cahier de vacances. Ce professeur de français langue étrangère, passionné de technologies, va vous accompagner dans un objectif que nous nous sommes tous fixé un jour : apprendre une nouvelle langue, et ce de manière moderne.

Langue vivante en autonomie 👑
  1. Le début du voyage
  2. Le grand plongeon linguistique
  3. Le pouvoir de la répétition
  4. La quête des correspondants

Certains stéréotypes ont la peau dure. Les enfants, dit-on, seraient bien mieux équipés que les adultes pour absorber les langues grâce à leur cerveau malléable et leurs oreilles sensibles aux sons nouveaux. Ce n’est pas totalement faux, évidemment : un nourrisson qui apprend l’anglais dès le berceau pourra acquérir une langue supplémentaire de manière inconsciente et sans doute plus naturelle.

Mais c’est justement sur ce terrain que les adultes peuvent prendre leur revanche. Contrairement aux enfants, ils bénéficient d’un cerveau totalement développé, d’une capacité de réflexion bien plus vaste et de techniques d’apprentissage moins naturelles mais autrement plus efficaces.


avatar Hugualliaz | 

Étant utilisateur de Tandem, c’est assez marrant de constater que les apprenants latins en français ont souvent trop peu de connaissances en français pour entamer une conversation et je me retrouve souvent à discuter exclusivement dans la langue cible !

Curieusement c’est moins vrai pour l’allemand où ils ont généralement un niveau correct !

avatar hptroll | 

Bien que cette série d’articles soit très complète et que j’adhère à tous les conseils, il manque peut-être un point (qui n’est pas essentiel mais qui fait partie de l’apprentissage de la langue et qui n’est pas toujours facile à appréhender en dehors d’un cours) : la prononciation.
Les outils numériques apportent plusieurs choses dans ce domaine :
- la possibilité de faire lire à la machine un article dans la langue cible;
- l’exploitation des assistants numériques comme Siri, à configurer dans la langue cible, pour vérifier comment il interprète notre prononciation. Si une machine reconnaît ce qu’on a voulu dire, la prononciation ne peut pas être complètement à côté de la plaque !
- dans certaines langues, il existe des outils centrés sur cet aspect de l’apprentissage comme « (How to) pronounce » sur l’App Store.

Encore une remarque concernant Duolingo : toutes les ressources y sont accessibles gratuitement (contrairement à ce que la formulation « essentiellement gratuit » peut laisser penser. Les paiements apportent de la souplesse dans le rythme d’apprentissage et suppriment des pubs.

avatar Mathieu Fouquet | 

@hptroll

Bien vu ! Changer la langue de Siri peut aussi être une méthode d’immersion, en plus d’être une activité assez ludique (essayer de se faire comprendre par la machine 😃).

Si on parvient à trouver un(e) correspondant(e) fiable, on peut également lui demander directement des conseils phonétiques, c’est idéal.

CONNEXION UTILISATEUR