Langue vivante en autonomie #2 : le grand plongeon linguistique

Mathieu Fouquet |

Après avoir décortiqué l'univers numérique chinois dans ses Chroniques numériques de Chine, Mathieu Fouquet vous fait ouvrir votre cahier de vacances. Ce professeur de français langue étrangère, passionné de technologies, va vous accompagner dans un objectif que nous nous sommes tous fixé un jour : apprendre une nouvelle langue, et ce de manière moderne.

Langue vivante en autonomie 👑
  1. Le début du voyage
  2. Le grand plongeon linguistique
  3. Le pouvoir de la répétition
  4. La quête des correspondants

Apprendre une langue étrangère est sans aucun doute l’un des projets les plus importants et les plus ambitieux que vous puissiez entreprendre. Réussissez, et un pays entier s’ouvrira à votre compréhension. Les frontières géographiques et mentales érigées entre vous et l’autre s’effaceront petit à petit, et vous commencerez à mieux comprendre un peuple qui vous semblait hier bien lointain1.


avatar lesurfeurfou | 

J’apprécie vraiment votre approche, impatient de lire l’article tranquillement

avatar Malvik2 | 

J’admire ceux qui parle plusieurs langues, personnellement je manque totalement de patience pour cela.
Déjà que je baragouine l’anglais comme je peux lol...

Très bel article en tout cas👍

avatar Baptiste_nv18 | 

@Malvik2

Heureux d’apprendre que vous m’admirez 😛

avatar jaymcfly | 

Très intéressant !

avatar Hugualliaz | 

Je trouve ces articles très intéressants, je vais également essayer de donner mon avis !

La première erreur lorsque l’on veut apprendre une langue est de se précipiter ! Apprendre une langue prend du temps mais ne demande pas beaucoup de temps ! Il est indispensable de travailler chaque jour la langue ciblée au moins une demi-heure : 15 minutes de révision + 15 minutes d’apprentissage.

Ensuite la difficulté d’apprentissage de chaque langue n’est pas équivalente, une langue latine sera logiquement beaucoup plus facile qu’une langue germanique, slave ou asiatique par exemple.

Pour savoir maîtriser les bases d’une langue latine par exemple, il faut tabler sur 6 mois à une année. Vous pouvez multiplier par 2 ou 3 dans le cadre d’une langue non-latine.

(Sauf l’anglais qui est aux langues ce qu’est la guitare aux instruments de musique)

Je pense que ce qui manquerait justement dans cet article c’est justement le fait de faire passer le message qu’une langue, au début demande beaucoup de travail !

L’immersion n’est selon moi pas du tout approprié dans un premier temps, elle risque plus de nous décourager qu’autre chose.

La clef est justement de commencer doucement selon moi. En ce sens je trouve que l’application Babbel ou une méthode Assimil remplit parfaitement son rôle d’introduction à une langue : on entend, on parle et on écrit !

Malheureusement se jeter tout de suite dans la fosse aux lions : séries, application Tandem etc. On risque de se perdre, la maîtrise des bases est essentielle : apprentissage des temps, d’un vocabulaire de 2000 mots environ etc.

Il faut compter quelques mois en autodidacte et nul besoin de prendre des cours, c’est se ruiner pour pas grand chose.

Beaucoup de personnes sur Tandem viennent après deux semaines de cours de français par exemple, ce n’est pas sérieux car impossible de pouvoir interagir avec eux en français !

avatar Mathieu Fouquet | 

@Hugualliaz

C’est exact. Rien ne sert d’essayer de trop en faire au début, mais je ne pense pas que l’immersion soit nécessairement démotivante : pour moi, elle sert plutôt d’arrière-plan, de soutien aux études en elles-mêmes. Écouter de la musique dans la langue cible, par exemple, peut au contraire motiver, proposer une activité non-scolaire :)

avatar hptroll | 

@mathieufouquet

Pour en revenir à l’immersion, je pense aussi que ce n’est qu’un aspect marginal de l’apprentissage au début.
Par contre, ça devient essentiel à partir d’un niveau intermédiaire, et là, Internet est aussi fourbe qu’il est un allié précieux.
Avant Internet, quand on allait dans le pays de la langue cible, l’immersion était totale. Aujourd’hui, il faut faire acte de volonté pour rester dans la langue cible.
Du coup, le conseil le plus important selon moi (que vous citez d’ailleurs) est de trouver une activité qui vous passionne dans la langue cible. Dans plusieurs langues, j’ai par exemple basculé ma lecture des news Apple dans la langue cible pendant un temps. Comme il y a beaucoup de jargon, on s’y retrouve assez vite mais on reste en immersion.
Des sites comme Duolingo font aussi beaucoup d’effort pour rendre l’apprentissage ludique voire addictif.

La capacité à travailler en autodidacte dépend par ailleurs beaucoup du caractère et du profil psychologique de chacun. Si vous êtes introverti et que vous lisez beaucoup, travailler seul vous permettra sans doute d’avancer rapidement. Si vous avez plutôt une mémoire auditive et que vous êtes extraverti, un cours vous semblera sans doute plus agréable et notamment, plus ludique.

Il faut commencer par se connaître pour choisir l’outil qui convient le mieux... quand il est disponible ! Je me souviens par exemple que lorsque j’apprenais le mandarin sans avoir pour objectif de pouvoir écrire, je me suis vite retrouvé confronté à des ressources et/ou des cours où il devenait très difficile d’avancer sans l’écriture.
Donc, autant j’adhère tout à fait au conseil qui était au centre du premier article, autant force est de reconnaître qu’il n’est pas toujours aisé de trouver la ressource qui correspond tout à fait à son besoin.

avatar Phiphi | 

@Hugualliaz

"une langue latine sera logiquement beaucoup plus facile qu’une langue germanique"

Heureusement que tu mets l’anglais un petit peu à part, parce que (cela va sans doute en surprendre plus d’un, mais) c’est une langue germanique.

Sinon il y a un truc très amusant avec certaines langues. Si tu prends un français, un anglais et un allemand devant un journal norvégien (bokmal) aucun ne comprends tout seul, mais à eux trois, ils arriveront à le lire intégralement sans trop de difficultés. Bien entendu il leur faut une langue commune pour recoller les pièces du puzzle. C’est pour cette raison que certains arrivent ensuite à apprendre des langues supplémentaires de plus en plus facilement.

avatar SebChan | 

Merci beaucoup pour ces articles très intéressants et fouillés, j’ai hâte de lire les suivants de cette série. Un tour d’horizon ciblant les applis conseillées pour accompagner l’apprentissage d’une langue (vocabulaire, grammaire, prononciation...), notamment la jungle des appli de flashcards, serait un super complément (mais peut-être est-ce déjà prévu justement ?).

avatar mirando | 

Je citerais plutôt DeepL.com plutôt que Google translator.
C’est carrément meilleur.

avatar Rifilou | 

@mirando

Certes mais ils proposent beaucoup moins de langues

avatar gbasile | 

@mirando

j’allais dire exactement la même chose

CONNEXION UTILISATEUR